Partagez | 
 
-My only punishment is your disappointment - Crixus & Xéphandre-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Cha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/02/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 119 hiboux. J’incarne : Dane Dehaan , et l’avatar que je porte a été créé par : Lux Aeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Arsenius Black et Rodrick Rackharrow Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Mangemort marqué J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire, parfois en couple avec le bordel Champ Libre :

MessageSujet: My only punishment is your disappointment - Crixus & Xéphandre   Dim 26 Fév - 1:57


My only punishment is your disappointment

 « Le fou court après les plaisirs de la vie et trouve la déception »


D’un claquement sec, je refermais la porte derrière moi. En général, c’est à ce moment-là qu’elles sursautent, les proies j'entends. Ou peut-être est-ce quand j’allume la lumière et qu’elles me découvrent ? Tout dépendait des gens, chacun était différent et c’est ça qui était si beau dans la chose. Je n’avais entendu aucun mouvement, pas de pleurs, rien. Ce serait donc la lumière pour elle. Attendant un peu, laissant un petit moment de battement, je finis par soudainement allumer la lumière. Rien du tout. Une nouvelle fois, aucune réaction de la part de la jeune femme que je découvrais face à moi. J’inclinais la tête sur le côté. Eh bien, elle n’avait pas peur ? Pourtant, elle devait bien savoir ce qui l’attendait ici, chez les Lovegood. Sûrement pas un avenir radieux et tout pleins d’enfants galopant autour d’elle, non. Plutôt la souffrance, le froid et finalement la mort. Mais non, aucune expression sur son visage. Elle me fixait seulement. Elle m’intriguait, plus que les autres Impurs. Enfin, ça me répugnait et m’intéressait à la fois. Je ne dis pas que les Impurs sont intéressants, ça non. Juste que celle-ci ne semblait pas être comme les autres. Je souris d’un air carnassier. J’allais probablement beaucoup m’amuser avec celle-ci… J’avançais donc lentement vers elle. Elle ne baissait pas le regard. Elle tenait bon, mais pas pour longtemps. Je tournais autour d’elle, elle était étonnamment jolie. Je secouais la tête. Comment je pouvais penser ça d’une Impure ? Repoussant. Bien, passons aux choses sérieuses, faisons-là crier un peu, cette demoiselle. Pour l’instant elle était beaucoup trop silencieuse et je n’aimais pas ça du tout. Laissons la folie Lovegood lui repeindre son beau visage, lui meurtrir son corps plus que charmant et lui faire comprendre que le silence n’est que de courte durée. Alors je me dressais face à elle, le regard fou, une expression effrayante sur le visage. Je voulais la faire souffrir, oui c’était mon plus grand souhait à l’instant même. La voir hurler, saigner, demander ma pitié, c’est ce que j’aimais par-dessus tout. Voir tous ces Impurs suffoquer et crier sous mes coups et ma violence était une douce récompense, la plus belle même. Et tout ça grâce à Crixus. Je ne devais pas le décevoir, non, jamais. Je ne pourrais le supporter.

Je posais brusquement mes mains sur le haut qu’elle portait et le déchirait sans ménagement. Jetant les lambeaux de tissus dans un coin de la pièce, je sortais ma lame fétiche, celle qui m’accompagnait à chaque torture. Je posais la magnifique lame froide sur sa joue et appuyait légèrement, histoire de faire apparaître un léger filet rouge sur sa peau claire. Mais elle ne disait toujours rien, elle restait de marbre. Fascinant. Évidemment, je n’avais pas fait grand-chose mais pourtant, la plupart des femmes aurait déjà dit quelque chose ou elles auraient au moins versé une larme. Alors je continuais, encore plus intrigué, et lentement je faisais glisser la lame sur son cou fragile. Puis je descendis sur sa poitrine ferme, que je ne manquais de regarder avec attention au passage, jusqu’à son ventre. Je voulais graver quelque chose ici sur ce carré de peau, oui, faire quelque chose de beau qu’elle garderait jusqu’à sa mort. Qui n’arriverait pas dans bien longtemps d’ailleurs, seulement quand j’en aurais fini avec elle. Ricanant horriblement, je m’apprêtais à lui lacérer la peau, à planter mon couteau dans sa chair, mais elle prit la parole d’une voix calme, me surprenant encore une fois.

« Eh bien ça te plaît ce que tu vois ? Vas y fais toi plaisir, je ne retiens pas. Tu peux même en enlever plus, si c’est ce que tu veux. »

J’haussais un sourcil, étonné par son sang-froid et son courage face à la situation. Ou peut-être était-ce simplement de l’inconscience. Elle avait murmuré d’une voix rauque, mais ses paroles n’étaient pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Loin de là. D’un air moqueur je lui répondais sans sourciller.

« Parce que tu crois qu’une Impure m’intéresse ? Je suis un Lovegood, pas un chien qui se contente des restes. »

« Le corps d’une femme reste le corps d’une femme malgré tout, mais je comprends, tu n’oses pas me toucher, tu as peur des conséquences, je vois. »

« Tais-toi, tu ne me connais pas. Je ne crains rien ni personne, alors ne te fais pas d’illusions Impure. »

« Ce n’est pas l’image que tu montres en tout cas, dommage pour toi… » dit-elle en se penchant dans le creux de mon oreille. « Tu aurais pu goûter à quelque chose de tout nouveau, quelque chose de bien plus excitant que ce dont tu as l’habitude. »

Je déglutis tandis qu’elle se laissait retomber sur le dossier de sa chaise, le regard aguicheur. Je serrais les dents ainsi que mon poing libre. Oui je la voulais, ici et maintenant. Je la ferais hurler d’abord une première fois, sans arme, sans rien puis je reprendrais mes cruelles habitudes sans remords. Je fis donc le tour de la chaise sur laquelle elle se trouvait et d’un coup rapide je coupais ses liens aux mains ainsi qu’aux pieds. Après tout, elle était une jeune femme sans défense, sans repères, tandis que j’avais un couteau et ma baguette dissimulée dans une poche, je n’avais rien à craindre. Je revenais face à elle, d’une démarche prédatrice et je lui souriais sinistrement. Mais prenant les devants, elle dirigea ses mains vers mon pantalon et les glissa à l’intérieur. Je me taisais, amusé. Eh bien, elle n’avait peur de rien celle-là. Elle se leva et je la laissais faire tandis qu’elle se collait à moi, encore et encore.

La suite fut très rapide. Oui, je n’avais rien vu venir, cette femme avait été plus intelligente que moi. En effet, elle m’avait embrassé, sortant ses mains de mon pantalon, lentement et sensuellement, pour cette fois-ci le déboutonner. Mais avant que je puisse faire quoi que ce soit, elle avait levé une main, très rapidement. Main qui était en réalité un poing. Et ce poing avait fusé droit vers ma tempe. Elle avait su où taper. La douleur me foudroya, elle parcourut tout mon corps. Je vis bientôt trouble, je perdais l’équilibre. Je perdais même connaissance rapidement, ne me sentant même pas tomber au sol. Ne voyant pas non plus qu’elle s’était enfui, qu’elle m’avait échappé. Tout était noir, sombre et vide.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 480 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys, my queen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Juliette&Kenan Je parle en : #ff4500

Good night, tiny humans.

Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis à marrier.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: My only punishment is your disappointment - Crixus & Xéphandre   Dim 26 Fév - 19:41


My only punishment is your disappointment

Le mangemort s'incline devant l'hyppogriffe. Il est censé partir ce matin. Crixus comptait bien en tirer une bonne somme d'argent, et est fier de ce qu'il a pu en obtenir. Un acheteur étranger lui avait envoyé une missive quelques jours plus tôt afin de voir l'animal, et il l'avait reçu dans l'élevage avec toute la prestance qu'il se devait. Crixus n'est pas un homme bienveillant, mais il est respectable et correct. L'animal avait été nettoyé proprement, les vérification de dressage avaient été faites et Crixus s'était fait une joie de le montrer à l'acheteur. Finalement, la grosse somme avait été déclarée et tout allait très bien. Il pourrait... Se payer de longues nuits au bordel, ou un autre hyppogriffe à revendre plus cher. Il y avait tellement de choses à faire de cet argent. Il pouvait terminer 'agrandir ses appartement ou rénover les cachots. Même si... Il aimait bien trop l'endroit tel qu'il était pour se permettre de lui faire des retouches. L'odeur du sang séché, frais, les murs détruits par les corps lancé dessus. Crixus se faisait une joie d'y descendre, à chaque fois.

La bête le laisse approcher et ses mains se perdent sur son nez. Malgré toute les horreurs qu'il a dans la tête, Crixus apprécie les animaux magiques et répugne plus à leur faire de mal qu'aux né-moldus. Il les trouve... fascinants. On peut tirer beaucoup plus de choses d'un animal bien dressé que d'un mauvais esclave et il en est parfaitement conscient. Il passe quelques instants en compagnie de la bête, et puis, il fait virevolter sa cape tandis qu'il prend la direction de sa demeure.

Ses pas son étouffées par l'herbe jusqu'à ce qu'il atteigne le sentier. Puissant, la porte s'ouvre devant lui, tirée par un elfe qui se contente de courir là où sa cape jetée est tombée. Personne ne lui demande son reste lorsqu'il passe, puisqu'il est criant par tous les elfes de maison qui savent qu'il n'hésite absolument pas à user de magie sur eux pour les faire obéir. Ou... même à la moldue, il ne s'en prive pas. Traversant les couloirs, Crixus sent une ombre apeurée derrière un mur. Faisant un léger détour, il se fait silencieux et attrape par derrière une jeune femme Comment ? Il maintient d'une main ferme la jeune femme, toute tremblotante, et la tourne vers lui. « Comment es-tu arrivée là, toi ? », lui chuchote t-il à l'oreille. Une main se glisse sur sa peau. Elle ne porte rien, en haut. Sa poitrine dévoilée, Crixus doute qu'elle soit arrivée ici par hasard. Le maigre filet de sang sur sa joue lui fait hausser un sourcil. La mangemort la tient toujours d'une main ferme, et l'empêche de parler, tandis qu'il prend la direction des cachots. Voilà qui est bien étrange qu'une né-moldue se promène ainsi dans les couloirs. Il la tire quasiment par une oreille tandis qu'il descend les premiers escaliers du sous-sol.

Naturellement, il se dirige vers l’unique cellule ouverte et jette la jeune femme dedans. Ses pieds buttent contre un corps et Crixus baisse les yeux. Xéphandre. Ah, voilà donc la raison. Il passe ses yeux sur la jeune femme, d'un sortilège informulé la maintient par des cordes et siffle un « revigor » au jeune homme inanimé. Tss. Il lui laisse quelques instants pour reprendre ses esprits, et s’agenouille près de lui. Lui saisissant la nuque d'une main ferme, il l'oblige à regarder vers la jeune femme attachée : « Explique-moi ça. »
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.



“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Cha , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/02/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 119 hiboux. J’incarne : Dane Dehaan , et l’avatar que je porte a été créé par : Lux Aeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Arsenius Black et Rodrick Rackharrow Je parle en : #006666



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : un Mangemort marqué J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Célibataire, parfois en couple avec le bordel Champ Libre :

MessageSujet: Re: My only punishment is your disappointment - Crixus & Xéphandre   Mar 7 Mar - 1:06


My only punishment is your disappointment

 « Le fou court après les plaisirs de la vie et trouve la déception »


Tout était noir, tel le néant. Je ne voyais strictement rien, du moins je croyais ne rien voir. J’avais comme l’impression d’être aveugle. Et cette douleur… Cette horrible douleur lancinante qui m'oppressait. Qu’est-ce qu’il m’arrive ? J’avais l’impression de ne plus pouvoir bouger. Ah non, ce n’était pas une impression. Je n’arrivais plus à bouger aucun de mes membres. Est-ce que j’étais inconscient ? Je ne comprenais rien à rien. Puis soudainement, une vive sensation s’empara de mon corps et je pus à nouveau sentir mes doigts, mes pieds, et tout le reste. J’ouvrais les yeux. Il ne faisait pas beaucoup plus clair qu’auparavant, mais au moins j’arrivais à distinguer ce qui m’entourait. Néanmoins ma tête était toujours douloureuse. Je la secouais et j'aperçus par la même occasion une jeune femme retenue pas des cordes. C’est à ce moment-là que tout me revint en tête.
Cette garce ! Je serrais les dents. Elle s’était jouée de moi et je m’étais fait avoir comme un débutant ! Mais je n’avais pas le souvenir de lui avoir lancé un sortilège de ce genre… Le choc m’avait surement fait oublier certains passages. Mais je me souvenais de ce qui était important, c’était le principal. Oui, je n’avais qu’une envie, lui faire subir les pires souffrances possibles. Mais je me rappelais que j’avais à peine la force de me lever, alors torturer cette raclure de née-moldue relevait presque du miracle pour l’instant. Je soupirais profondément, fermant les yeux. Oui, je n’avais qu’à attendre un peu et je lui ferais sa fête. Mais il ne fallait pas que ça tarde trop, si Crixus me voyait dans cet état, je ne donnais pas cher de ma peau…

Je rouvrais les yeux quelques secondes plus tard, j’avais recouvré assez de mes forces pour bouger maintenant. Mais ce que je vis en ouvrant les yeux me fit immédiatement regretter de les avoir un jour ouvert. Crixus. Mon cousin, ou la personne que j’admirais le plus sur cette satanée terre, me voyait au sol, faible et ridicule. J’avalais ma salive, le sang quittant instantanément mon visage qui devait être aussi pâle qu'un linge blanc. Merde, merde, merde ! Il devait tellement m’en vouloir… Je n’étais qu’un idiot, inutile et sans intérêt. J’avais même envie de me frapper moi-même tant je m’en voulais… Il avait l’air assez remonté d’ailleurs. J’allais sûrement passer un sale quart d’heure. Mais ce n’était pas grave, je le méritais amplement, je l’avais déçu. Je ne méritais pas son affection.

Il finit par s’agenouiller à mes côtés. Je le regardais, honteux. Il se saisit de ma nuque et me força à regarder encore une fois l’Impure. Tout était de sa faute ! Je crachais dans sa direction. Mais il me demanda d’une voie dure de lui expliquer « ça », insistant sur le dernier mot. Je déglutis encore une fois, il allait falloir que je lui raconte mon incompétence, je ne pouvais pas mentir. Non, jamais je ne mentirais à Crixus. Je me raclais donc la gorge et commençais à relater les dernières minutes.

« ... Et elle m’a eu cette garce… Elle a joué de ses "atouts" pour me duper et je suis tombé dans le piège. Elle a été plus rapide, plus intelligente, elle a su exploiter mes faiblesses… Je suis un moins que rien, Crixus, je sais. Je ne mérite pas ton pardon, mais si tu me laissais juste me rattraper… Je ne te décevrais pas, c’est promis. Je ne referais plus cette erreur. »

Je ne savais pas quoi dire d’autre pour le convaincre. Je savais bien que lorsque Crixus était en rogne contre moi, je ne m’en sortais jamais sans une égratignure, mais si je pouvais éviter ça, j’en serais plutôt soulagé. Oui je le craignais. Les mots ne servaient à rien dans ces moments-là, alors je devais prouver ma valeur. Crixus ne fait jamais dans la dentelle quand j’ai le malheur de faire une erreur. J’avais beau être un Lovegood moi aussi, avoir le même sang qui coulait dans mes veines, il ne prenait jamais de gants. C’est pourquoi j’essayais de faire le moins d’erreurs possibles. D’abord parce que les conséquences étaient toujours assez douloureuses, mais aussi parce que j’avais horreur de voir une once de déception dans son regard. Ça me hantait, je ne le supportais tout simplement pas. Tout ce que je faisais avait pour objectif de lui faire plaisir, de le satisfaire ou au moins pour qu’il me remarque, qu’il me fasse ne serait-ce qu’un tout petit compliment. Je ne demandais que ça, n’attendais que ça. Tous les jours je m’efforçais de faire de mon mieux pour lui ressembler, même juste un peu. Alors je redoublais de violence, de cruauté, de folie. Et parfois je voyais presque comme un air de satisfaction, c’était fugace, mais je le voyais, et j’en était si heureux.

Mais pour l’instant, tout ce que je me contentais de faire, c’était réfléchir à un moyen d’éviter les foudres de mon cousin. J’essayais de me relever mais la pression sur ma nuque était trop puissante pour que je bouge la tête. Je ne savais pas vraiment ce qui allait m’arriver... Mais je frissonnais rien que de l’imaginer me rouer de coups. Mes membres se rappelaient encore de la dernière correction que j’avais réussi à subir sans trop me plaindre. Ils avaient été douloureux pendant plusieurs jours après, mais je n’avais pas montré mes souffrances. Non ne jamais lui montrer ma faiblesse, c’était la règle.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
 

My only punishment is your disappointment - Crixus & Xéphandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Capitol Punishment nouveau PPV Juin 2011
» Capitol Punishment
» The Extreme Punishment is Coming + Adversaire Mystèrieux
» Crixus. [100 %]
» La nuit porte conseil [Lukas/Crixus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre :: Habitations-