Partagez | 
L'ombre au tableau ❧ magno&mer (FB)

()
Parchemin envoyé Jeu 23 Fév - 15:53

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 424 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Perséphone, Rhyiona, Ice and fire, Texas Flood, Vinyles idylles & Halloween. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 5 mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
L'ombre au tableau
Magnolia & Mererid
La vie est fragile comme une fleur : plus elle est belle et plus elle attire les doigts cruels qui couperont sa tige et lui donneront la mort.

"Chère Magnolia,
Tu me manques. Cela fait déjà un mois que nous n'avons pu nous voir, et même si je comprend que tu craignes de croiser mon frère, ton absence me pèse de plus en plus. Viens cette semaine, à la mi-journée. Il sera au Ministère. Nous irons nous promener à cheval et déjeuner dehors, cela nous fera du bien à toutes les deux et nous pourrons parler en toute tranquilité."


Août 1987, manoir Rackharrow.

La réponse était arrivée rapidement : la jeune femme était d'accord pour voir Mererid. Amies de longue date maintenant, leurs rencontres étaient pourtant espacées par les contraintes du quotidien. Même si Mererid avait beaucoup de temps pour elle, elle le remplissait de nombreuses mondanités et oubliait parfois de se consacrer à cette curieuse relation. De son coté, la Lupin n'était pas toujours très encline à se rendre chez les Rackharrow car elle fuyait Drefer, sans réaliser qu'il n'était pas le véritable danger. Sans voir qu'elle se méfiait du mauvais coté de la pièce.

Le temps était parfait. Le soleil brillait assez fort pour réchauffer le coeur froid de Mererid sans brûler sa peau fragile. Une légère brise évitait que la température devienne étouffante. Les chevaux étaient déjà prêts, tenus devant le manoir par l'un des domestiques. Celui-ci avait pris soin de remplir les sacoches des selles de mets exquis. Seule manquait l'invitée. Le bruit familier du transplanage brisa le silence qui s'était installé, tirant Mererid de ses pensées. Elle s'avança vers son amie et la serra brièvement dans ses bras en s'écriant : « Ah ! Magnolia, te voilà. Je ne sais pas si tu es déjà montée à cheval. J'aurais dû te l'apprendre plus tôt. Il est vrai que c'est une activité que certains qualifieraient de moldue, mais à tord ! C'est un plaisir comme un autre. » Elle fit un signe au domestique qui s'avança aussitôt. « Toi, aide-la à monter. »

Il obtempéra, sachant très bien laquelle des montures il devait donner à Magnolia. La plus lunatique, la plus difficile à maîtriser ; celle que Mererid avait fait venir d'Allemagne et dont le sang était aussi chaud que celui d'un dragon. Aux allures inférieurs, il ne poserait aucun problème et n'oserait pas dépasser sa maîtresse - mais elle doutait qu'il tienne en place lorsqu'elles prendraient le galop. Elle observa avec curiosité Magnolia tandis que le domestique lui indiquait vaguement comment s'assoir et comment tenir les rênes. Puis se détournant du spectacle pourtant très amusant, elle saisit la bride de sa propre monture et grimpa en selle. « Bon, nous y allons ? » lança-t-elle avec une impatience manifeste. Elle serra les jambes et la bête bondit au trot, prenant le chemin qui quittait la propriété et qu'elle connaissait aussi bien que sa cavalière. Mererid n'eut pas besoin de regarder en arrière pour deviner que l'autre monture avait suivi, détestant rester sur la touche. En quelques secondes, elle fut au même niveau que Mererid. « Je suis contente que tu ai pu venir ! C'est une journée magnifique, il aurait été détestable de la passer enfermée ! » Elle devait hausser le ton pour se faire entendre au dessus du bruit des sabots frappant le sentier. Une fois passée le portail, devant elles s'étendirent les collines boisées de la campagne anglaise.
Made by Neon Demon


‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

Parchemin envoyé Mar 28 Fév - 21:34

avatar
avatar
profil
Je suis : Roxanne , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 246 hiboux. J’incarne : Danielle Campbell , et l’avatar que je porte a été créé par : class whore, signature par astra et tumblr pour les gifs, Skander&Aoife pour les bannières . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alea Umbridge Je parle en : #996666

gif par hqgifhunts (tumblr)

Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : En fuite pour m'être sauvée d'Azkaban. J’ai juré allégeance : à l'Ordre par défaut car on m'a dénoncé et ils sont ceux qui m'ont accueillit. Côté cœur, : Célibataire Champ Libre :            
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
L'ombre au tableau
Mererid & Magnolia
“When we honestly ask ourselves which person in our lives mean the most to us, we often find that it is those who, instead of giving advice, solutions, or cures, have chosen rather to share our pain and touch our wounds with a warm and tender hand. The friend who can be silent with us in a moment of despair or confusion, who can stay with us in an hour of grief and bereavement, who can tolerate not knowing, not curing, not healing and face with us the reality of our powerlessness, that is a friend who cares.”
― Henri J.M. Nouwen


''Chère Mererid,
Tu me manques aussi. Tu as raison, je serais beaucoup plus à l’aise si nous étions seulement toutes les deux, sans Drefer. Merci de ton invitation, j’y serai sans faute!''

Magnolia

Magnolia était très heureuse d’avoir reçu ce hibou de la part de son amie. En plus d’avoir la chance de revoir Mererid, elle pourrait aussi apprendre à monter sur un cheval. D’autant plus qu’elle était assurée de ne pas croiser Drefer, comme il serait au ministère. Cela faisait plusieurs mois qu’elle ne lui avait pas adressé la parole, et elle se portait mieux ainsi. Ce n’est pas du tout le genre de comportement qu’a Magnolia habituellement, mais il avait dépassé les limites en la violant. Ce que Drefer lui avait fait était épouvantable, les images la hanteront assurément à tout jamais. Elle se sentait totalement incapable de lui pardonner, chaque fois qu’elle pensait à lui, elle ne voyait que les horreurs de cette nuit-là. Même si elle tenterait de lui parler à nouveau, elle ne serait probablement pas en mesure de le faire, en proie à une de ses nombreuses crises d’asthme tant elle serait anxieuse. Magnolia était loin de se douter que ses cauchemars étaient en fait dus à Mererid, et que Drefer était innocent dans tout ça.

La jeune femme avait donc répondu rapidement à sa grande amie. Elle avait pris l’habitude, à Poudlard, de la voir souvent. Maintenant qu’elles étaient revenues dans leur famille, elles ne se voyaient plus aussi fréquemment. Or, ça n’affectait pas la relation d’amitié qu’elles entretenaient depuis plusieurs années. La température ne pouvait pas être plus parfaite pour cette journée de balade à cheval. Magnolia s’était rendue au domaine de la famille Rackharrow en transplanant pour rejoindre la douce Mererid. Cette dernière la serra dans ses bras tout en l’accueillant. « Bonjour Mererid, que je suis contente de te voir! Je ne suis jamais montée à cheval, mais j’ai bien envie d’essayer. » Elle avait déjà tout préparé, elle s’était assurée que les domestiques sortent les chevaux et les attèlent. Mererid était une jeune femme très organisée, elle avait pensé à tout! Elle avait tout pour réussir, et Magnolia savait pertinemment que son amie irait loin dans la vie.

Le domestique aida Magnolia à monter sur le cheval qui lui était assigné pour la journée. Elle ne pouvait pas effacer le sourire qui ornait son visage, les chevaux sont des animaux majestueux, et ceux des Rackharrow sont sublimes. Ils sont bien entretenus, sans aucun doute! Le domestique lui donna un cours rapide, pour qu’elle sache les bases de l’équitation, et que ce soit moins dangereux. Alors qu’il lui expliquait comment tenir les rênes, Mererid prit les siennes, commençant à s’impatienter, et proposa de partir. Magnolia remercia poliment le domestique, puis fit signe que oui à son accompagnatrice. La jeune Rackharrow parti au trot, et la monture de Magnolia fit de même, ce qui la prit au dépourvu. Néanmoins, elle eut le temps de bien se tenir pour éviter de tomber et sembla reprendre le contrôle pour l’instant. « Tu as raison, il fait si beau! Ce serait un crime de ne pas en profiter. Merci de me prêter un de tes chevaux. Il me semble super! » Elle ne s’ennuyait jamais avec Mererid. Celle-ci proposait toujours des activités bien plaisantes et qui sortaient de l’ordinaire.
Made by Neon Demon & dressageworld (tumblr)


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

 

L'ombre au tableau ❧ magno&mer (FB)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Khyla, le serpent de l'ombre {by Albar}
» L'université haitienne: un triste tableau
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Tableau de chasse des crânes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Pays de Galles :: Habitations-