Partagez | 
Revenge - Desmond

()
Parchemin envoyé Mer 22 Fév - 14:26

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie - Aurore , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 4175 hiboux. J’incarne : Emma Stone , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alienor Rosier, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange et Lorelei Zabini Je parle en : #66858D



Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérante du Cercle de Jeu, en charge des comptes des impôts et je supervise les hommes de main. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 










Revenge
DESMOND & ARTEMISIA MEADOWES



Vendredi 22 février 1991

La journée avait été longue. Le cercle de jeu n’avait pas désempli et Arsenius n’avait pas été de trop pour gérer tout ça. Bagarres, sans doute provoquées par l’alcool, mauvais perdants et tricheurs. Bref, une journée plutôt normale. Artemisia était plutôt contente de pouvoir rentrer. Mais elle ne sentait pas chez elle. S’était le manoir de Desmond, de ses sœurs et de son frère. Son ex-femme y avait vécu et leur fille aussi. Elle n’était pas chez elle et sans doute ne le serait-elle jamais. Elle avait bien essayé de trouver le courage de lui parler de son problème, mais pour le moment il n’était pas encore suffisant pour émettre une proposition pour pallier à ce problème.

Elle avait volontairement transplaner loin du manoir et du domaine afin de pouvoir marcher et profiter encore des derniers rayons du soleil, ainsi que de sa solitude. Mais même en marchant lentement, elle a fini par arriver au manoir. Alors qu’elle levait la main pour atteindre la poignée, la porte s’est ouverte. « Bienvenue maîtresse. » Artemisia hoche la tête, la remerciant pour la porte et son accueil. Peut-être que l’elfe de maison sera finalement la seule créature douée de parole qui ne sera pas trop froid avec elle dans ce manoir. Elle dépose sa cape à l’entrée. « Desmond est-il rentrée ? » Lui demande-t-elle. Elle n’arrive pas encore l’appeler comme étant son mari ou son époux. Les choses peines à rentrer dans sa tête. « Oui, il est dans son bureau, mais il ne faut pas le déranger. » A nouveau elle hoche la tête, tout en levant les yeux au ciel. Il était un homme très pris, occupé et qu’il ne fallait pas vraiment déranger. Mais elle finirait bien par s’en accommoder se disait-elle.

Se rendant dans le salon, elle attrapa un livre et se laissa tomber dans le canapé. Autant passer un peu de temps seul, perdue dans un livre plus ou moins intéressant. Elle entend des pas plutôt rapide. Ils se rapprochent et elle lève les yeux de son livre. « Artemisia, tu es rentrée ! » Quel enthousiasme. Siorfa, sa belle-sœur venait de faire son apparition. Elle la voit s’asseoir à ses côtés. « Alors ta journée ? » Artemisia referme son livre et le dépose sur ses genoux. Fini la solitude. « Très longue. Il y a des personnes qui ont tenté de tricher alors tout de suite ça fais désordre. » Elle lève les yeux au ciel, secouant la tête. « Quelle stupidité que de tricher, surtout qu’on le sait immédiatement… » Précise-t-elle. La brune rit. « Les gens veulent gagner à tout prix. » Elle hausse les épaules. « Je suis mauvaise perdante, c’est pour ça que je ne viens pas. » Cette fois, c’est au tour d’Artemisia de rire.

Siorfa s’avance, attrape le livre posé sur les genoux d’Artemisia. « Tu lis quoi ? » Leurs mains se frôlent, la brunette se fige. « Tout va bien ? » Elle n’était pas encore très au clair sur le fait que la jeune femme puisse avoir des visions. Ça la dépassait assez tout ça. « Félicitation Artemisia ! » Lui répond-elle dans un grand sourire. « Euh…merci, mais pour quoi ? » Elle est complètement perdue la Black. « Je vais être tata. » Lui dit-elle dans un grand sourire. Cependant, de son côté, Artemisia se décompose. « Déjà … ? » Elle hoche la tête Siorfa et baisse les yeux sur la couverture. « Oh il est sympa ce livre, tu verras, j’ai… » « Excuse-moi un instant s’il te plait. » La coupe la rouquine en se levant du canapé. L’autre relève la tête, la regarde un peu étonnée, mais ne dit rien.

Artemisia quitte le salon, sentant une colère monter, doucement, mais surement en elle. Ce n’était pas possible, ça ne pouvait juste pas arriver. Pas maintenant. Pas déjà. Elle a l’impression que tout s’écroule autour d’elle. Elle arrive devant la porte du bureau. Frappe une fois et sans attendre de réponse, ouvre la porte. Elle entre, énervée dans cette pièce et se retrouve face à un Desmond qui…travaillait. « Merci. » Lui dit-elle sèchement. Elle croise les bras. « Merci bien de me pourrir la vie et les mois à venir. » Elle s’approche du bureau, pose les mains sur le bord du bois. « J’imaginais plutôt que s’était un truc dont on aurait pu discuter avant de prendre une décision. Ou simplement de passer aux choses sérieuses. » Il faut qu’elle se reprenne, elle le sait. Il n’y est pour  rien…enfin presque. « Et ça, même si on est marié, ça ne donne pas tous les droits. » Elle se redresse, croise à nouveau les bras et s’éloigne, marchant dans son bureau, pour tenter de retrouver un possible calme…qu’elle n’a plus. Elle n’arrive pas se dire que s’était possible. Elle n’était pas prête, elle n’en voulait pas. Elle ne voulait pas mettre son travail ou ses actions pour les mangemorts entre parenthèse. Elle ne voulait pas finir comme son ex-femme non plus. Elle voulait être elle, libre de ses choix, de ses actes. Et de son corps. Surtout de son corps.
 



Parchemin envoyé Mer 8 Mar - 17:59

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 432 hiboux. J’incarne : Torrance Coombs , et l’avatar que je porte a été créé par : © class whore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.L. - P.L. - L.G. - Z.S. Je parle en : #663333



Je suis âgé de : trente cinq ans (02.01.56) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Ambassadeur du Royaume-Uni Magique et Lieutenant des Mangemorts nouvellement nommé J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Veuf, Divorcé, Célibataire, il ne sait plus où est la norme dans les relations amoureuses, continuellement hanté par un fantôme. Champ Libre : Père d'Isolde Meadowes, veuf éploré de Lynn Meadowes et Tristan Meadowes (Femme et Fils)

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


“ revenge ”
DESMOND & ARTEMISIA MEADOWES

La mort de l’ambassadrice norvégienne, Desmond l’avait appris de la bouche de sa sœur Aoife. Au chômage technique la première fille d’Artémis n’était pas venue demander à son frère une place, elle était venue l’informer comme toute bonne espionne. C’est de cette idée qu’il avait décidé de la prendre à son service, Aoife serait sa toute nouvelle assistante personnelle, tant pis pour Travers, il était médiocre dans ce qu’il lui demandait. Alors, il était là rentré plutôt pour la simple et bonne raison que ces questions devaient être traitées avec Aoife et nulle autre personne au ministère, bien qu’il se fasse tout de même tard dans la baie, le soleil se couchant dans des reflets orangés qui s’accrochaient aux falaises en contre bas. Assis à son bureau une plume dans la main, il entendant tout du premier étage, le retour de sa femme, puis Siofra qui court à sa rencontre. Il n’est pas difficile de reconnaître la cadette qui court dans la maisonnée. Elle était comme cela depuis des années, la voyance familiale la rendant excessivement joyeuse pour compenser les choses horribles qu’elle pouvait voir par moment. Desmond n’aimait ni sa sœur, ni son frère, comme il aimait Aoife, mais depuis la mort de Tristan chacun avait repris sa place dans son cœur, en tant que membre de la famille à part entière. Isolde dans sa chambre, il irait lui rendre visite après qu’il aurait rédigé ce traité de commerce d’écailles de vert gallois avec la Slovénie. Des tâches mineures, qui avaient parfois des avantages pour la Main Noire quand il arrivait à en retirer un bénéfice ou encore quand il arrivait à faire s’étendre le système dans un autre pays du monde, les Hongrois semblaient bien contents de voir des hommes de la main noire sur leur terre, cependant, Desmond avait-il expliqué toutes les conséquences ? Pas du tout, c’était un politicien, il ne disait jamais tout, juste ce qui était arrangeant. Mais rien n’était fait et cette affaire serait remise à demain, sans aucun doute. Le travail d’un ambassadeur n’était jamais à l’abri d’un changement d’emploi du temps, les nations, ces temps-ci, sont malléables et mouvantes, il n’est pas rare qu’on lui autorise une visite à l’étranger pour affaire politique, mais faire des négociations ou déclarer une guerre contre un pays mettait du temps et de l’énergie d’une personne sur de côté.

Concrètement, ces Finlandais l’épuisaient, mais avec les informations livrées par sa sœur, bien qu’elles soient minimales, lui serait sans doute utile contre cette nation où l’Ordre pouvait vivre en liberté. Combien de terroristes anglais se cachaient là-bas ? Il ne savait pas, et il n’avait pas à le savoir, une capture serait une réussite pour l’ambassade, mais aussi pour la brigade de sécurité. Mais il fallait des preuves, au risque de créer un incident diplomatique. Pourtant, il entend des pas dans les escaliers, sans penser qu’il s’agissait de sa Black de femme. On frappe une fois qu’il a juste le temps de relever les yeux de son parchemin pour croiser la silhouette de cette rouquine qu’il avait épousée il y a à peine un mois de cela. Il la regarde, elle prononce un « Merci. » Sec sans aucune envie de plaisanter. Elle était en colère, vis-à-vis de Siofra qui était venue en bas dès son arrivée au manoir. Il hausse un sourcil et repose sa plume dans son encrier. La sorcière croise les bras sous sa poitrine en le regardant droit dans les yeux, il réfléchit à ce dont il avait bien pu faire ces dernières semaines qui auraient pu la contrarier… « Merci bien de me pourrir la vie et les mois à venir. » Il se fige, les mois à venir ? Siofra ? Le destin se fichait-il de lui à ce point-là ? Pas même un mois… Et une seule et unique fois. Le visage du sorcier est bloqué, figé, car il semble comprendre en très peu de mots ce qu’elle insinue, venant des visions de sa cadette, cela n’avait rien d’étonnant. Elle s’avance vers le bureau, vengeresse, posant ses doigts délicats sur le bois tout aussi rare que précieux du bureau de l’ambassadeur de Grande-Bretagne… « J’imaginais plutôt que c’était un truc dont on aurait pu discuter avant de prendre une décision. Ou simplement de passer aux choses sérieuses. » Il lève les yeux au ciel, si c’était quelque chose qui se discutait, Desmond serait en train de lui répliquer quelques mots, mais s’il avait vu juste, ce n’est pas quelque chose qui se décide. « Et ça, même si on est marié, ça ne donne pas tous les droits. » Il a un sourire narquois qui apparait sur son visage. Elle avait juré lors du mariage de lui obéir n’est-ce pas ? Alors n’avait-il pas tous les droits ? Si, absolument. Black ou non, il ne changerait rien pour un nom, il avait toujours fait fi des noms, Asphodel en était la première preuve.

Il prend sa baguette et attire un siège jusqu’aux jambes de la sorcière. Il ne dit rien, préfère redevenir impassible. « Je crois justement que nous allons discuter. À ton grand damne, mais nous allons en discuter. Aussi énervée et frustrée sois-tu. » Le ton était sans appel, elle était venue troubler sa quiétude dans son travail, elle allait devoir en assumer les conséquences. Elle ne repartirait pas d’ici avant d’avoir craché le morceau. Il compte sur ses doigts, l’index en premier. « Tu es rentrée, j’ai entendu Hooky t’ouvrir la porte. » Il tend un second doigt. « Puis j’ai entendu les pas euphoriques de Siofra descendre les escaliers. » Il relève son regard vers elle. « Deux raisons pour lesquelles je pense qu’elle a réussi à te toucher et à voir quelque chose. » Mais quoi ? Il n’ose pas poser la question et l’interroge plutôt du regard. Comme si elle allait oser se l’avouer seule, que la porte s’ouvre à la volée ! Une tornade de cheveux bruns, la voyante de la maison en question. « Félicitations ! » Et elle sort en refermant la porte. Tout cela confirmait ce qu’il pensait le Meadowes. Il porte une main à son front, comme exaspéré de la situation, comme s’il n’était pas d’accord lui aussi. Il murmure plus pour lui que pour sa femme. « Il aura suffi d’une fois finalement… » Il est pire qu’ennuyé. Si elle était venue énervée, c’est qu’elle ne s’y attendait pas ou pire, qu’elle n’en voulait pas. Et lui ? En voulait-il ? Pas vraiment, la mort de Tristan était encore récente avoir un enfant, c’était encore prendre le risque de le perdre, arriverait-il à y survivre une fois de plus alors que son mariage a été teinté de pourpre en l’honneur de son petit prince disparu ? Pas vraiment. Il relève les yeux vers sa femme. Vers la future mère d’un enfant qu’il articule clairement. « Tu n’en veux pas. » Il marque une pause. « Moi non plus. » Il ne voulait pas être de nouveau heureux, pour finalement pouvoir retomber si on venait attenter la vie de la chose qu’elle portait en son sein.



Adelina and Desmond ⊹ i need time to win back your love again. but i don't want love again. also for you, i can to try and he will rise my love and my hope into the future, i just need time to love you (by anaëlle)


Parchemin envoyé Sam 11 Mar - 18:23

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie - Aurore , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 4175 hiboux. J’incarne : Emma Stone , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alienor Rosier, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange et Lorelei Zabini Je parle en : #66858D



Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérante du Cercle de Jeu, en charge des comptes des impôts et je supervise les hommes de main. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 










Revenge
DESMOND & ARTEMISIA MEADOWES



Vendredi 22 février 1991

Enceinte. Sans doute l’une des pires nouvelles que pouvait avoir Artemisia. Elle gardait encore en mémoire le traumatisme de son premier mariage. Un mariage non désiré, comme celui-ci. Consommé, comme celui-ci. Et où il y a eu une conception…comme celui-ci. La dernière fois, elle l’avait perdu, brutalement. Il n’y avait aucune raison pour que cela se reproduise n’est-ce pas ? Mais Artemisia était remontée. Elle n’en voulait pas, pas maintenant. Elle aurait aimé en discuter avec lui avant, lui expliquer ses craintes, son passé. Que les choses soient faites lorsqu’ils l’auraient décidé, tous les deux. C’était pour cela qu’elle était entrée comme une furie dans le bureau de son mari et qu’elle ne décolérait pas. Alors qu’elle était debout, préférant évacuer comme elle le pouvait, il attira un fauteuil à elle. Le message était très clair. Pose tes fesses et tais-toi. « Je crois justement que nous allons discuter. À ton grand damne, mais nous allons en discuter. Aussi énervée et frustrée sois-tu. » Avait-il compris ? Son ton ne laissait rien présager de bon, mais s’était-elle qui était en colère, contre lui. Elle s’assit, mais sur le bord, prête à bondir si besoin, comme si elle était dans une pièce remplie de pièges. Elle le voit compter sur ses doigts. « Tu es rentrée, j’ai entendu Hooky t’ouvrir la porte. » Oui, comme tous les jours. Ou voulait-il en venir ? Elle croise les bras. « Puis j’ai entendu les pas euphoriques de Siofra descendre les escaliers. » Comme souvent, après tout elle était la seule compagnie qu’elle avait dans ce manoir. « Deux raisons pour lesquelles je pense qu’elle a réussi à te toucher et à voir quelque chose. » Aucun mérite, il s’agissait de sa sœur. Heureusement qu’il se doutait qu’elle ait pu la toucher. Mais pourtant ça ne s’était pas passé immédiatement.

La porte s’ouvre, Artemisia se retourne et voit Siofra. « Félicitations ! » Lance-t-elle comme une bombe avant de ressortir. Elle se retourne à nouveau sur Desmond. S’il avait un doute, il devrait être fixé à présent. « Il aura suffi d’une fois finalement… » Elle a le visage fermé. Bien vu l’enquêteur. Elle a reposé ses mains sur ses genoux suite à l’interruption de sa belle-sœur et fixe son mari. Il relève ses yeux bleu translucide sur elle. « Tu n’en veux pas. » Elle fronce les sourcils une fraction de seconde, ne comprenant pas immédiatement. « Moi non plus. » Son visage se décompose. Elle ne s’attendait pas à ça. Elle ne répond pas. Pas de suite. Choquée par ce qu’il venait de lui annoncer. Ses doigts se crispent sur ses genoux. « Tu…tu n’en veux pas… » Elle répète bêtement ce qu’il venait de dire. Toute colère envolée, complètement perdue. Elle ne peut le fixer, posant son regard sur le bureau. Elle se tait à nouveau, réfléchissant. « Tu te maries, mais tu ne veux pas d’enfants… » Elle ne trouve pas de logique à tout cela. « Je ne suis pas entrée dans ton bureau parce que je n’en voulais pas. Je n’ai rien contre le fait d’avoir un enfant avec toi. En tant qu’épouse…ça me parait normal. » Elle le regarde à nouveau à présent, sa voix plus posée, reprenant contenance et le fil de ses pensées. « J’aurais aimé qu’on discute avant, que tu saches mon passé, que je sois suivie médicalement avant et pendant. » Elle le fixe toujours intensément. « Je ne souhaite pas prendre le risque d’y laisser la vie ou de le perdre. » Et voilà, en une phrase elle lui révélait ses deux craintes. La raison du pourquoi elle aurait aimé qu’ils prennent leur temps. Elle s’enfonce dans son siège, prenant appui, sentant qu’elle allait rester probablement là un moment avec ce qu’elle avait soulevé. Elle avait cependant encore un point à préciser. Mais préférait y venir plus tard, s’il campait sur ses positions.
 



Parchemin envoyé Mar 28 Mar - 20:53

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 432 hiboux. J’incarne : Torrance Coombs , et l’avatar que je porte a été créé par : © class whore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.L. - P.L. - L.G. - Z.S. Je parle en : #663333



Je suis âgé de : trente cinq ans (02.01.56) , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Ambassadeur du Royaume-Uni Magique et Lieutenant des Mangemorts nouvellement nommé J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Veuf, Divorcé, Célibataire, il ne sait plus où est la norme dans les relations amoureuses, continuellement hanté par un fantôme. Champ Libre : Père d'Isolde Meadowes, veuf éploré de Lynn Meadowes et Tristan Meadowes (Femme et Fils)

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


“ revenge ”
DESMOND & ARTEMISIA MEADOWES

Il la regarde encore interdite, un enfant. C’était une surprise de taille. À croire qu’elle ne pouvait pas comprendre. Il ne savait rien de son passé, il ne savait pas et évitait de vouloir la froisser en parlant de Lux Spudmore… Simple question de respect, elle ne parlait pas de Laurlynn, il ne parlait pas de Lux, car cela appartenait au passé, même si l’ambassadeur avait bien du mal à tourner la page de son précédent mariage, trop récent selon certains, trop douloureux pour d’autres. Plusieurs disaient qu’Isolde ressemblait de plus en plus à sa défunte mère, bien qu’elle ait hérité de ce bleu d’iris, si particulière chez les Meadowes, une sorte de marque de fabrique. Mais Artemisia est aussi fermé qu’une huitre qu’on force à s’ouvrir, même l’interruption de Siofra ne fait pas sourire le chef de famille. Il est toujours aussi distant pour la simple et bonne raison qu’il refuse d’y croire. C’est douloureux d’avoir un enfant puis de le perdre. C’est la guerre. C’est la dureté de la situation. Bien que Tristan a été malformé cardiaque par la naissance, il ne doute pas qu’Isolde serait en proie à bien des empoissonnements dans son futur si la guerre continuait… Il croise ses doigts entre eux, en déclarant le pire pour une femme portant la vie. Il avait ses raisons, il n’en voulait pas pour de simples raisons de douleur. Elle n’avait pas d’enfant, que pouvait-elle y comprendre. Que pouvait-elle savoir de ce que ça faisait de perdre un être qui a eu une importance capitale durant neuf mois de votre vie et bien avant. Au grand Merlin, il ne savait pas pour la perte de son propre enfant alors qu’elle a été battue par de tierces personnes. S’il l’avait su, il aurait agi avec plus de diplomatie… Mais quand il lâche les mots fatidiques, Desmond prend bien en compte que le visage de la rouquine se décompose. Qu’elle ne s’attendait pas à cela. Quand ils avaient une fois parlé de famille au Cercle de jeux, il y a longtemps, Tristan était encore en vie, et il souhaitait une grande famille, épanouie. Aujourd’hui, il avait du mal à l’admettre, mais aimer, c’était prendre le risque de perdre et de souffrir… « Tu… tu n’en veux pas… » Non, pas qu’il n’en voulait pas, mais qu’il ne voulait pas prendre le risque d’aimer une autre tête blonde et de la perdre… « Tu te maries, mais tu ne veux pas d’enfants… »  « Artemisia, c’est… plus complexe. » Tente-t-il finalement.

Le regard baissé de son épouse sur le bureau se retourne contre lui cette fois. « Je ne suis pas entrée dans ton bureau parce que je n’en voulais pas. Je n’ai rien contre le fait d’avoir un enfant avec toi. En tant qu’épouse… ça me parait normal. » C’était bien plus logique que sa réaction à lui. C’était certain, un mari qui ne voulait pas d’enfant de sa femme, tout cela semblait irrationnel. Bien qu’assise, elle avait la même prise que debout devant le bureau, elle retrouvait ses esprits, il perdait les siens en se souvenant de la douleur qu’il avait ressentie en perdant Tristan alors qu’il était dans ses bras. Il entend encore ses cris de rage, de désespoirs qui perçaient le manoir comme si on avait arraché un bout de son cœur. « J’aurais aimé qu’on discute avant, que tu saches mon passé, que je sois suivie médicalement avant et pendante. » Voilà une information intéressante. Son passé, qu’avait-il eu de si important pour qu’il écoute cela, pour qu’elle lui en parle à lui, cet époux qu’elle n’avait pas désiré. Et qu’elle ne soit pas dupe, il sait qu’il a ses obligations, comme ses droits et elle également. Cependant, elle s’ouvrait à lui pour un sujet qui semblait intime. « Je ne souhaite pas prendre le risque d’y laisser la vie ou de le perdre. » Elle était donc résolue à lui donner cet enfant. Qu’importe le sexe ou bien ses dons. Il savait qu’elle pourrait hériter de la voyance des Meadowes, mais aussi des dons des Weasley ou encore de ceux des Blacks suivant ce que la génétique voudrait pour cet enfant. Il ne peut qu’attendre, de longues minutes, mais elle semblait comme attendre qu’il lui dise qu’il avait changé d’avis au sujet de leur enfant. Leur enfant, cet enfant qui aura eu juste besoin d’une nuit de noces pour se procréer. Il roule des yeux en soupirant, sachant que tout cela serait long et fastidieux. Il regarde une nouvelle fois sa femme, mais arriverait-il simplement à décrocher un mot. Simplement à faire part de la douleur qu’il ressentait de tout son être à la perte de Tristan. « Je suis ton obligé, mais laisse-moi quelques minutes, avant d’en venir à tes aveux. » Car il s’agissait bien de cela.

Il s’enfonce dans son siège, rangeant d’un coup de baguette les courriers des différents ambassadeurs le représentant à l’étranger. Tentant de faire le vide. Il cherche ses mots, difficile à croire pour un politicien, pour un ambassadeur magique. « Il faut croire… Que… J’ai été un peu dur dans mes mots. » Sans doute l’avait-il été vu le visage qu’elle lui avait servi au moment de dire qu’il n’en voulait pas. « Pas que je ne veuille pas d’enfants de toi, ni d’enfants durant ce mariage. Je ne sais pas ce que c’est être mère, j’ai eu ce rôle par procuration, père et mère à la fois. » Il pouvait sans doute ressentir une forme de joie pour elle qui aurait sans doute la chance d’élever l’enfant en tant que mère et lui que père, les deux rôles bien distincts. « Je sais, sans doute, je crois comprendre la joie que cela te prendrait si en fin de compte, nous décidions qu’il est trop tôt. Et je ne veux pas te causer de la peine. » Alors que déjà un simple anneau doré le faisait pour eux. Un mariage de convenance. Quelque chose qu’on n’aime pas, mais qu’on vous force à aimer, parce que c’est pour le bien de tous. Dans le fond, il n’y avait que cela de vrai entre eux. Tout était obligé. « Mais je ne veux en rien te forcer à faire ça maintenant, en entrant, tu n’avais… Pas tellement l’air enchanté. » Et c’était un faible mot. Elle était clairement en colère de l’avoir appris. Et lui, il était complètement perdu de l’apprendre de la sorte, surtout que le fait de cette révélation était une vision de sa petite sœur. Autre chose, elle ne l’a pas appris d’un test, d’un médicomage d’une mère, juste par le fruit du hasard. « Mais, c’est encore… » Douloureux est le mot qui voulait sortir alors que c’est son visage qui se baisse sur ce bureau désormais rangé, propre comme s’il n’y avait rien eu. Il ne sourit pas, il n’a pas la force de sourire. Il n’était pas prêt, c’était aussi simple que ça. « Je ne pense pas… » Que ce soit une bonne idée, parce que je suis égoïste et que je ne suis pas prêt. « Enfin, c’est de toi qu’il faut parler, raconte-moi. » Lui, ce n’était pas grave finalement.



Adelina and Desmond ⊹ i need time to win back your love again. but i don't want love again. also for you, i can to try and he will rise my love and my hope into the future, i just need time to love you (by anaëlle)


Parchemin envoyé Sam 29 Avr - 20:24

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie - Aurore , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 4175 hiboux. J’incarne : Emma Stone , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alienor Rosier, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange et Lorelei Zabini Je parle en : #66858D



Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérante du Cercle de Jeu, en charge des comptes des impôts et je supervise les hommes de main. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 










Revenge
DESMOND & ARTEMISIA MEADOWES



Vendredi 22 février 1991

Elle était déçue Artemisia, ne comprenant pas trop cette réaction, mais qu’importe, elle lui avait dit ce qu’elle avait sur le cœur, elle ne pensait pas qu’il changerait d’avis, mais au moins, il saurait. Elle le regarde ranger ses affaires et s’enfoncer dans son siège. « Il faut croire… Que… J’ai été un peu dur dans mes mots. » Si peu. Ne pas vouloir d’un enfant alors qu’en face la personne en portait un début, s’était clairement dur à entendre. « Pas que je ne veuille pas d’enfants de toi, ni d’enfants durant ce mariage. Je ne sais pas ce que c’est être mère, j’ai eu ce rôle par procuration, père et mère à la fois. » Il parlait de ses jumeaux suite au décès de sa première femme. Elle se doutait qu’il avait dut se débrouiller pour tout faire. Mais ses enfants étaient encore très jeunes, elle doutait que la tâche soit si compliquée lorsqu’on était ambassadeur et plutôt peu présent au manoir, il devait bien y avoir une personne qui s’en occupaient. Mais qu’importe, elle se fichait pas mal pour l’instant de sa belle-fille. « Je sais, sans doute, je crois comprendre la joie que cela te prendrait si en fin de compte, nous décidions qu’il est trop tôt. Et je ne veux pas te causer de la peine. » Assise le plus confortablement qu’elle pouvait, elle lutte pour comprendre le sens. Quand enfin elle saisit, elle se rend compte qu’il veut qu’elle garde l’enfant sans quoi elle aurait trop de peine. Elle est perplexe de ce revirement de situation. « Mais je ne veux en rien te forcer à faire ça maintenant, en entrant, tu n’avais… Pas tellement l’air enchanté. » Non en effet, pas réellement. Pas du tout même. Elle était plutôt paniquée de cette nouvelle et de tout ce qui pourrait en découler…surtout si elle revivait tout ça. Alors oui elle avait été hors d’elle, elle voyait ça comme une sorte d’atteinte à sa liberté. Déjà enchaînée par ce mariage, voilà qu’elle serait coincée dans ce manoir surpeuplé pour pouponner. « Mais, c’est encore… » Il ne termine pas sa phrase, mais en voyant son visage se baisser, elle comprend. Elle comprend que ça doit être difficile avec la perte récente de son fils. « Je ne pense pas… » A nouveau il ne finit pas sa phrase. Elle n’était pas legilimens, elle ne pouvait pas deviner ce qu’il souhaitait dire. S’il souhaitait communiquer, le mieux serait de tenir une discussion complète. « Enfin, c’est de toi qu’il faut parler, raconte-moi. » Voilà-il vraiment savoir ? Elle le regarde franchement. Cherchant un éventuel signe qui prouverait qu’il ne faisait ça que par politesse. Mais elle ne voit pas, ou alors elle ne décèle pas.

Elle se lance alors. « J’ai été enceinte suite à mon premier mariage. » Triste mariage qui avait duré six mois avant le décès de Spudmore. Décidément, ce mariage avait été voué à l’échec, mais totalement. « Je ne le savais pas. » Cela lui semblait tout simplement impossible, voir improbable. A moins que cet enfant ne soit venu plus tard, d’un autre homme…quoi qu’il en soit, il n’en est rien resté. « Dans un étrange concours de circonstance, je me suis retrouvée, seule, face à plusieurs sorciers qui ne portaient pas les Black dans leur cœur. » Sale journée en réalité. « On m’a battue, violemment et sans magie, j’ai fini à Sainte Mangouste. » Elle avait encore une cicatrice dans le dos qui en témoignait. Elle ferma les yeux lorsque la douleur fantôme de ce moment se rappela à sa mémoire. Elle finit par ouvrir doucement les yeux, regardant le bureau. « On m’a appris que suite à cette altercation j’avais perdu un enfant. » Point, final. On lui avait recommandé de faire attention si je devais porter un enfant par la suite, afin de s’assurer que tout se passe au mieux. Mais jusqu’à présent, elle ne s’en était jamais préoccupée. Elle ne ressentait pas de besoin irrépressible de pouponner. Voir sa nièce lui avait fait plaisir, mais elle n’avait pas été particulièrement gaga devant elle. Elle se demandait même parfois si elle était capable d’avoir des sentiments pour un petit être qui ne faisait finalement que dormir, manger, brailler, puer et baver. « Si tu souhaites le garder, je consulterais un medicomage. Autrement je me débrouillerais. » Elle répugnait à le tuer, mais si ce devait être fait, elle le ferait. Elle sent sa tête lui tourner. Elle se lève. « Je…Je suis désolée, j’ai besoin…d’être seule… » Raviver tous ces souvenirs, toutes ces douleurs lui donnait l’impression de revivre le tout, encore et encore. Elle avait besoin de gagner un coin ou elle pourrait rester seule. « On en rediscute quand tu veux… » Elle est hésitante. Elle ne veut pas aborder à nouveau ces points, mais un jour elle n’aura pas le choix, elle le sait et elle devra se résigner. Mais tout est trop soudain.
 



 

Revenge - Desmond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (M) Taylor Kitsch ft. Thomas Desmond Fletcher • Libre
» Revenge Kill
» Frodon • It is useless to meet revenge with revenge: it will heal nothing.
» Test - Quel personnage de Revenge êtes-vous ?
» Extreme Warfare Revenge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Irlande :: Habitations-