Partagez | 
Retrouvailles - Astraea

()
Parchemin envoyé Mer 22 Fév - 10:52

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 376 hiboux. J’incarne : Theo James , et l’avatar que je porte a été créé par : lexie aka Gallifreys la magnifique #lexieaediterceprofiloklm . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier Je parle en : #E4D27C



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : psychomage à Sainte Mangouste, au quatrième étage J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Retrouvailles
Avec Astreae Black. Vendredi 22 février 1991 à la Maison Close, dans le bureau d'Astraea, durant l'après-midi.

Je ne mettais pas souvent les pieds à la maison close. Comment dire…territoire des Black, filles qui voient les hommes défiler entre leurs cuisses…tout ça n’était pas très réjouissant. En général, lorsque je m’y rendais, je discutais plutôt avec la patronne. S’était mon objectif du jour. Nous étions vendredi, je n’avais pas de patients durant l’après-midi, alors que me suis dit, pourquoi ne pas voir une vieille amie ? Enfin, les choses étaient un peu plus compliquées. Nous avions été fiancés, mais s’était le passé. Et même si j’en voulais à nos parents respectifs pour avoir tout annulé et un peu brisé ma réputation, je me disais pour contre balancer que je n’étais pas trop mal comme ça.

Cheminant tranquillement au chemin de traverse, je fais un peu de lèche vitrine au passage, regardant les dernières nouveautés exposées en vitrine. Je croisais également une ou deux connaissances avec qui j’ai échangés quelques mots par courtoisies. Mais en dehors de ça, je ne me lassais pas d’entrer dans les têtes des sorciers. Oh ils devaient certainement me sentir passer, mais qu’importe, il était toujours drôlement intéressant de les sentir se débattre, protéger certaines informations qui, au final, ne m’étaient que mieux exposées.

Au bout d’une petite heure de flânerie, je me suis tout de même rendu dans l’allée des embrumes. Après tout, j’avais une personne à rencontrer aujourd’hui. J’arrive à la maison close et après un instant d’hésitation - Voulais-je vraiment entrer là-dedans ? – j’ai poussé la porte. Immédiatement je me suis fait intercepter par une gueuse blonde vêtue de manière alléchante. Hé je ne suis qu’un homme. « Que puis-je faire pour vous ? » J’ai bien cru qu’elle allait me faire une courbette. « J’ai rendez-vous. » Elle se pare alors de son plus beau sourire et se rend vers une sorte de gros livre. « A quel nom ? » Me dit-elle en me faisant un clin d’œil appuyé. Pensait-elle que j’aurais donné un nom d’emprunt ? Des hommes faisaient-ils véritablement ça pour être tranquille ? « Lestrange. » Je la vois parcourir de l’index quelque chose et s’arrêter. « Oh avec la patronne ! » Souffle-t-elle. Je vis un regard furtif vers l’une de ses collègues. Pensait-elle qu’Astraea recevait des hommes comme les filles dans les chambres ? Ils auraient une bien piètre opinion de leur maquerelle. Une femme pure comme elle ne s’abaisserait jamais à quelque chose de ce genre. « Je vais vous emmener. » Son sourire semblait avoir diminué. Était-elle inquiète de devoir voir son supérieur ? Trop de questions tournaient dans ma tête, aussi suis-je simplement entré sans demandé la permission. Les pensées se bousculaient en effet. Elle semblait avoir peur de quelque chose également. Je découvris que son prénom était Rose. Élégant. Elle frappe à la porte et je me retire de sa tête. « Miss Black ? Mr Lestrange pour vous. » Dit-elle après avoir entrouvert la porte. Je n’entends pas ce qui se dit, mon esprit étant déjà tourné vers une autre pièce. Je me retrouve alors propulsé dans l’esprit d’un homme qui prenait vraisemblablement son pied. Je laisse un sourire se dessiner sur mon visage. « …Monsieur. » Retour à la réalité. Rose a ouvert la porte, s’est poussée pour me laisser entrer. « Merci Rose. » Lui dis-je alors que je passe le pas de la porte. Je la vois se figer et referme la porte sans ménagement, la forçant à se pousser.

La brune est bien là, toujours aussi charmante. Avec son reptile dans son vivarium. JE m’avance vers elle. « Astraea ! Que je suis heureux de te voir depuis le temps. » S’était sincère. Nous ne nous étions pas vu depuis de longs mois. La dernière fois, elle était enceinte. Aujourd’hui, elle semblait ne plus l’être. « Comment vas-tu ? » J’ajoute en lui prenant doucement la main et lui faisant un baisemain comme j’avais pris l’habitude avec le temps.
Parchemin envoyé Dim 26 Fév - 23:15

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1000 hiboux. J’incarne : Felicity - Perfect - Jones , et l’avatar que je porte a été créé par : un créatueur de Bazzart que je remercie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Gideon Peverell & Avia Spudmore Je parle en : #663366



Je suis âgé de : 29 années fanées, autant d'années à se fourvoyer au nom d'une famille qui n'a fait que se servir de moi. Je n'ai jamais été aussi vivante que ces dernières semaines, libérée délivrée. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : une ancienne mère maquerelle, mais maintenant je travaille comme potionniste "Aux Fleurs de Luz". J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : veuve depuis d'une année, et je ne regrette pas sa mort. Les rumeurs vont de bon train à mon sujet, mais je reste libre et l'amour de ma vie est une petite fille aux grands yeux verts. Champ Libre :




malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 










RETROUVAILLES.
ATHELSTAN LESTRANGE & ASTRAEA BLACK.



22 FEVRIER 1991

Un ami de longue date. Un vieil ami. Quand ils avaient été fiancés par leur familles respectives à la sortie de Poudlard de la jeune femme, elle ne l'avait pas apprécié. Elle avait néanmoins accepte, parce que sa famille le lui demandait. Parce que c'était ce que sa famille attendait d'elle. Elle avait toujours été comme ça Astra, à faire ce que l'on attendait qu'elle fasse sans trop poser de question. Ils n'avais jamais été ensemble à proprement parler, préférant attendre leur mariage profiter de la liberté - du semblant de liberté - qu'ils avaient. Ce qui avait permis à Astra de sortir en secret avec un Potter qu'elle avait aimé. Le premier homme qu'elle avait aimé. Le premier pour qui elle avait commencé à désobéir aux siens. C'était lui qui l'avait réveille. Qui lui avait ouvert les yeux sur le monde, sur l'injustice et qui l'avait poussé à faire ce qu'elle aimait à savoir soigner les gens grâce à ses talents de potionnsites. Sans lui, elle n'aurait jamais rencontré Moana. Sans Moana, elle n'aurait jamais rencontré Zekeriah, sans lui, elle n'aurait pas cette merveille qui dormait sagement dans son couffin, paisible avec un Hydra lové sous le couffin, veillant au grain. La vie est faite d'une succession de rencontre et même si elle n'avait aucun souvenirs de Zekeriah, cette rencontre avait été déterminante. Silas Potter lui avait ouvert les yeux. La Purge les lui avait clos, Zekeriah avait fini par le réveiller une fois encore puis a fini par condamner son âme à la noirceur en lui retirant tout ce qu'il y avait de bon en elle. Puis, le petit être qui lui ressemblait trait pour trait ramenait doucement du bon sens, des valeurs, des regrets, des désirs de changements dans sa vie. À croire que les siens avaient flairer le danger qu'ils avaient convaincus Astra de laisser une nourrice s'occuper de la petite Adhara pendant qu’Astra retournait travailler pour la Main Noire. Pourtant, Astra n'avait jamais été aussi déterminée à éloigner sa fille des siens. Refusant qu'on puisse faire d'elle un quelconque marionnette. Elle refusait qu’Adhara finisse comme elle, terrifiée par Arsen, à la solde d'une famille qui semblait se servir d'elle. Plus le temps passait, plus c'était son impression. Elle n'avait que très peu d'amis Astra. Mais on a pas besoin de dis amis, il suffit d’en avoir une poigne sur qui compter. Cordelia, l'amie de Poudlard. Sylvester le ronchon de longue date, et finalement Athelstan, l’ex-fiancé devenu un ami proche, dont l'amitié interdite constituait un problème pour les Black et les Lestrange. Mais au diable les affinités et les guerres. Ils se cachaient pour se voir, comme deux amants qui n'en n'étaient pas.

Les rumeurs pouvaient aller de bon train. Astra s'en fichait. Elle avait passé l'âge de se fier aux rumeurs, et si les autres n'étaient pas capables de faire même, qu'ils aillent au diable ! Elle était assise dans ce bureau qu'elle ne pouvait plus voir en peinture. Elle avait du laisser sa fille à la bonne garde de sa nourrice, restant seule avec Hydra, somnolent mais jamais endormi dans son vivarium. Le serpent disait apprécier la quiétude de son bocal de verre. Astra elle était perdue dans les comptes, depuis qu'elle avait dû s'absenter pour mettre au monde son enfant, son frère n'avait pas gérer tout de la façon la plus convenable qui soit. Il n'y avait qu'elle qui puisse remettre de l'ordre dans ces comptes. Elle ne supporte pas que les choses ne soient pas en ordre, un côté maniaque qui avait manqué de la conduire sur les bancs de serdaigle plutôt que sur ceux de serpentard. Elle est perdue, d'une calculette entre les main, tentant de tomber sur les chiffres qu'elle attendait, des chiffres que les Black espéraient bons, comme toujours. La maison close était une activité plutôt lucrative, sale mais lucrative. Il n'y avait aucune des activités de la Main noire qui était« propre » mais la maison clope, c'était celle qu’Astra aimait le moins, pire encore, elle la détestait. Elle se détestait de participer à tout cela. Mais ceux qui père veut, le père l'obtient. Toujours.  Elle se sent comme une marionette dans un jeu lugubre. Elle sait qu’elle n’est qu’une marionnette mais que pouvait-elle bien y faire ? Se lever et se battre ? Le nom de Black marqué au fer rouge sur sa peau, elle n’avait aucune échappatoire. Les Phénix ne voudraient jamais de quelqu’un comme elle, alors à quoi bon se lever ? Bonne à rien. Si elle est incapable de prendre position et de s’élever contre les liens, Astra n’est bonne qu’à lever la tête quand on frappe à sa porte et que celle-ci s’ouvre, laissant entrer l’une de ses employées. « Miss Black ? Mr Lestrange pour vous. » Lestrange ? Athelstan elle espérait, elle ne portait dans son cœur aucun autre membre de cette famille. « Bien faites-le entrer. » Dit-elle en fermant son livre de compte. Elle peut lire sur le visage de son employée ce qu’elle semblait croire, qu’Astra s’occupait « personnellement » de ce client-là, comme les autres filles. Grand dieu non, Astra ne vendait pas son corps. Pourtant chaque sang pur le faisait le jour de son mariage, quand celui-ci allait contre la volonté du sorcier. « …Monsieur. »  « Merci Rose. » Elle est soulagée Astra quand elle voit qu’il s’agit de Stan, ce vieil ami. Cette étrange connaissance. Etrange, c’était un mot qui devait caractériser chacun d’entre eux, c’était certain. Ils seraient sujet à rumeur, comme toujours, mais elle s’en fichait, elle était heureuse de le voir.

Le fait que l’on frappe à la porte à éveillé le reptile dans son vivarium, l’Hydra  relève légèrement la tête pour observer le nouvel arrivant, le détaillant. Astra savait être observatrice, mais grâce à Hydra elle avait bien souvent une seconde paire d’yeux à sa disposition, le regard de l’animal était totalement différent de celui qu’un être humain pouvait porter. Souvent plutôt honnête, plus cru, ou plus incisif. La créature siffle de façon à peine audible. Elle siffle tout le temps, sa compagnie permettait à Astra de se soustraire au monde réel parfois, comme si parler fourchelangue lui paraissait plus maternel que l’anglais.  Elle avait mis du temps à parler petite, mais n’avait pas croisé de rampant jusqu’à ses onze ans, privant son don de développement jusque-là.  « Il y a longtemps qu’on avait pas vu cet humain, je pensais qu’il avait été dévoré. » Dit alors la créature en sifflant. Hydra ou le manque de délicatesse, persuadé que la vie parmi les sorciers était la même chose que dans le monde animal. Comme si un humain qui disparait se fait soudainement manger par ses congénères. Ca arrive parfois, de se faire manger par les siens, d’une certaine façon.  Astra ne fais que jeter un bref regard à la créature et lance un « Sshh… » Lui signifiant de se taire assez sèchement. Elle aimait beaucoup son serpent mais aimait aussi qu’il sache rester à sa place. Elle se lève alors pour aller à sa rencontre tandis que l’employée, Rose, quitte la pièce en la refermant derrière elle, « Astraea ! Que je suis heureux de te voir depuis le temps. » Cela semblait remonter à si loin. Elle avait l’impression que tout était si loin. La dernière fois qu’elle l’avait vu, elle faisait approximativement la taille d’une planète. Une sacrée planète. « Comment vas-tu ? » Elle sourit quand il lui baise la main, à la manière des gentleman. Mais on le sait tous, Athelstan Lestrange n’est pas un véritable gentleman. Elle sourit. Cela faisait bien longtemps qu’on ne lui avait pas demandé comment elle allait. Pour dire vrai, elle était épuisée, épuisée par ce travail qu’elle détestait, épuisée par sa fille qui refusait de faire ses nuits, épuisée de devoir la prendre en charge seule. Elle pourrait avoir l’appui de la nourrice, même le soir, mais elle refusait que sa fille soit élevée par quelqu’un d’autre, lui laisser la journée était déjà une véritable épreuve.

« Arrêtes tes manières vieux charmeur ! » Dit-elle en le taquinant. C’était plutôt rare de voir Astra d’humeur taquine. Elle respirait la froideur, la glace, la rigidité quand on la regardait de l’extérieur. C’était ainsi qu’elle avait été élevé, dans la rigueur, incitée à ne jamais sortir du rang. Dans ses souvenirs elle n’était sortie du rang qu’avant la Purge en fréquentant quelqu’un qui s’était avéré être un membre de l’Ordre, en voulant aider la petite Moana. Mais pas après. Le reste elle l’avait oublié, un trou béant comblé par des incohérences dans son esprit. Alors que les règles, elle les avait enfreinte plus d’une fois.  Elle se défait alors de sa main avec douceur pour l’embrasser amicalement sur la joue, et l’invite à s’asseoir dans la fauteuil à côté de son bureau. Deux fauteuils habituellement utiliser par le frère et la sœur, mais aussi pour recevoir quelques invités parfois. « J’ai l’impression que c’était dans une autre vie la dernière fois que je t’ai vu, enfin… ça date, je ressemblais à une barrique. » La dernière fois elle était enceinte, On a toujours besoin de plus, mais pour l’instant le fait qu’Adhara soit en bonne santé, ait un toit sur la tête, mange à sa faim et soit heureuse lui convenait. Machinalement  elle touche sa bague comme pour s’assurer que la petite va bien. Le sortilège qui liait sa bague au bracelet de l’enfant était une source d’apaisement pour la sorcière qui s’inquiétait cependant à chacun des pleurs de l’enfant, comme une bonne mère. Mais Astra était forcée de la laisser pour travailler pour la famille, c’était son seul regret, elle aimerait en profiter chaque jour. « Mais je vais bien, je suis l’heureuse maman d’une adorable petite fille, je n’ai rien besoin de plus. » Elle s’installe à son tour dans le fauteuil, croisant ses jambes. « Et toi, comment vas-tu ? » Elle sort sa baguette de sa poche, et fait apparaitre un service à thé. Elle n’aimait pas faire appel à un elfe de maison, ceux-là dérangeaient Hydra qui avait la fâcheuse tendance de vouloir les manger, les prenant pour une sorte de menace. « Un peu de thé ? » Elle adorait le thé. Particulièrement les thé d’Asie, des bons thés noirs qui avaient du caractère.
 


When everything turns to black

All the rules are changing now You're living in sin Everything around you is caving in All you're holding on to Slipping like water through your hands.

Parchemin envoyé Mer 8 Mar - 13:10

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 376 hiboux. J’incarne : Theo James , et l’avatar que je porte a été créé par : lexie aka Gallifreys la magnifique #lexieaediterceprofiloklm . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier Je parle en : #E4D27C



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : psychomage à Sainte Mangouste, au quatrième étage J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Retrouvailles
Avec Astreae Black. Vendredi 22 février 1991 à la Maison Close, dans le bureau d'Astraea, durant l'après-midi.

Je suis toujours cavalier, poli et courtois avec la gente féminine…en générale. Mais surtout avec Astraea. Notre passé commun nous a forcément rapproché. Et même si aujourd’hui je ne suis pas forcément bien vu comme parti du fait de nos fiançailles rompues, cela m’importe peu. Je suis bien seul dans ma vie et je ne lui en veux pas. Après tout, nous avons été contraints, tous les deux, par nos parents respectifs et dans notre monde, on ne fait pas vraiment ce que l’on veut lorsque l’on est de sang pur. Alors que je lui fais un baisemain tout ce qu’il y a de plus protocolaire, elle se montre plutôt taquine. « Arrêtes tes manières vieux charmeur ! » Je me montre - faussement - offensé, portant ma main libre à mon torse, totalement outré. « Vieux ? Mais qui est vieux ici ? Certainement pas moi je crois. » Son ton est une pâle copie d’une complainte qu’un bourgeois pourrait tenir à son petit monde en leur racontant tous ses malheurs. Elle retire doucement sa mains et viens m’embrasser sur la joue. « Très bien…je te pardonne. » Lui dis-je un petit air malicieux dans le regard. Elle m’invite ensuite à prendre placer et…je ne me fais pas prier. Je tourne à présent le dos à la porte, laissant le contrôle total de la pièce, et de qui peut entrer, à ma vieille amie. « J’ai l’impression que c’était dans une autre vie la dernière fois que je t’ai vu, enfin… ça date, je ressemblais à une barrique. » Je ris. Poliment, mais je ris. « Il est vrai que tu avais perdu tes courbes gracieuses. » J’ajoute tel une petite pique. La dernière fois, elle était bel et bien enceinte jusqu’aux yeux et affichait des rondeurs…de partout…ou presque. Ses formes étaient féminines et elle avait toujours été séduisante, mais j’aimais bien l’embêter et si je pouvais trouver un sujet supplémentaire d’amusement, je n’allais pas me gêner. « Mais je te rassure…tu as tout retrouvé. » J’ajoute en riant. « Mais je vais bien, je suis l’heureuse maman d’une adorable petite fille, je n’ai rien besoin de plus. » Je souris, satisfait de sa réponse. S’était le plus important après tout, que les deux aillent bien. « Comment as-tu appelé ta fille ? » Curiosité, quand tu nous tiens. « Je suis certain qu’elle a hérité de tout ton charme. » Je lui fais un clin d’œil. Cette petite ne pouvait de toute manière qu’être un beau bébé. De toute manière…les bébés étaient tous beaux non ? Bon…peut-être pas tous…il y en avait qui étaient clairement ratés, mais par politesse…on ne disait jamais qu’il avait l’air sortit tout droit d’un film d’horreur…ou simplement d’une poubelle.

« Et toi, comment vas-tu ? » Le sujet de curiosité changeait. A présent s’était à mon tour de m’étaler sur ma grossesse et mon fils. Oups, non en fait j’allais simplement parler de…rien. Il n’y avait rien d’intéressant dans ma vie. Rien qui ne susciterait tant d’enthousiasme de la part d’Astraea. Mais qu’importe, je lui réponds poliment. « Je vais très bien, comme toujours après un bain de foule. » Je lui précise en souriant. Elle n’était pas sans savoir que j’étais legilimens. Je n’étais encore jamais vraiment entré dans son esprit, cela ne m’intéressait pas. Mais elle savait que j’aimais prendre possession de ce que les autres pensaient et pouvoir m’en repaître comme lors d’une orgie. Je la vois faire apparaitre un service à thé. « Un peu de thé ? » Dodelinant de la tête, j’accepte. « Pourquoi pas. » J’avais toujours été plus friand d’un bon café bien corsé pour me remettre les neurones en place, mais une tasse de thé de temps en temps ne pouvait pas faire de mal. Après tout…il n’y a que l’eau qui fait rouiller, n’est-ce pas ? Alors qu’elle nous sert le thé, je parcours son bureau des yeux. « Ton frère n’est pas avec toi ? » Peu de sorciers dans le monde magique ignoraient que les enfants Black travaillaient par binômes au cercle de jeu et à la maison close. Je m’étonnais juste de voir Astraea seule. Reportant mon regard sur elle, je tiens cependant à préciser. « Ne t’inquiète pas, je ne suis pas là pour le voir, non pas que sa compagnie n’est pas agréable mais…c’est un Black… » Je laisse tomber un sourire étrange sur les lèvres. Bon argument miteux étant donné qu’Astraea en était aussi une, mais s’était différents, nous étions mutuellement passé au-dessus de cette guerre ridicule qui séparait nos deux familles. « Et puis il n’est pas aussi charmant que toi. » J’ajoute en rigolant. Quittant son visage des yeux, je prends la tasse qu’elle me fait léviter, la remerciant au passage. Mon regard est ensuite attiré par un bruit et je vois le reptile de la maquerelle. « Tiens, il est toujours vivant lui ? » Ou elle, je ne savais pas et à vrai dire, je m’en fichais bien. J’avais entendu dire que ces bêtes vivaient entre dix et vingt ans…probable qu’il arrivait au bout du rouleau…ou pas, je l’ignorais totalement.
 

Retrouvailles - Astraea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: La Maison Close-