Partagez | 
 
-Do not touch what's mine. (Scylla)-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 480 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys, my queen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Juliette&Kenan Je parle en : #ff4500

Good night, tiny humans.

Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis à marrier.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Do not touch what's mine. (Scylla)   Mer 22 Fév - 10:31


Les autres sont partis. Le voilà seul. Tous sont certains que le jeune homme ne parlera plus maintenant. Remarquez, il n'a surement plus rien à dire. On lui a promis de lui envoyer un bourreau,  mais Crixus n'en a pas terminé. Il n'a jamais fini de jouer, lui. La victime est déjà pleine de sang, épuisée. Lui, il est encore frais comme un gardon, prêt à prendre part à n'importe quel combat. Personne ne passe plus à la porte depuis une trentaine de minutes, et Crixus se dit que le bourreau n'est visiblement pas pressé de terminer le travail. Mais peut-être n'y aura t-il plus rien à terminer ? C'est souvent le cas, lorsque l'on passe derrière lui, et certains sont déjà venus se plaindre. Lui, il dit qu'ils n'ont qu'à détruire le corps à sa place, et voilà, ils en ont du boulot. Parce que s'il aime achever, cela le fait royalement pas sourire de devoir faire disparaître un corps.

Crixus tient une lame. Oh, elle, il la traite avec amour. C'est le né-moldu qui ne va pas l'aimer. Il est en train de dessiner finement sur le dos du jeune homme. Sa lame ne fait presque qu'effleurer la peau. il ne souhaite pas une effusion de sang tout de suite. il aime ce qui est long et douloureux. Il ne connaît pas d'autre manière d'achever quelqu'un, ou alors il en fait abstraction. A vrai dire, à cet instant, il se prend quelque peu pour un artiste. Que dessine-t-il ? Un papillon, u symbole sans importance, une vieille relique. Oui, il aurait pu le faire à la baguette, mais... Ça aurait été bien trop simple. La baguette est plus rapide que la lame, mais moins précise. r, lui il veut être précis. Terminant son oeuvre sur le sorcier immobilisé, il informe celui-ci avec un sourire ravi. « Tu vois, dès lors que tu bougeras, tout s'ouvrira et tu perdras lentement chaque goutte de ton sang. Ou alors... » Il frôle d'un doigt l'une des coupures, et quelques gouttes se mettent déjà à perler. « Cela fait-il mal, si j'appuie ? » Il maintient une pression de plus en plus forte tandis qu'il voit l'impur tenter de crier. Désolé petit gars, mais tu vas être obligé de te taire.Il passe quelques minutes à appuyer ci et là. A chaque fois que le sang devient trop abondant, i nettoie et le laisse couler à nouveau. Le né-moldu devient blanc au fur et à mesure du processus, mais Crixus ne se lasse pas de recommencer. Il ne manquera surement pas de faire un malaise, tôt au tard, malgré que le sang ne se vide que très lentement. A vrai dire, la seule douleur de cette histoire doit être de sentir le mangemort appuyer sur une à une des entailles de la peau.



“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Wednesday , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 663 hiboux. J’incarne : Eva "Goddess" Green , et l’avatar que je porte a été créé par : Fassylover . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Phèdre Momo & Saoirse Rackh. Je parle en : #6699cc

The more she gets hurt, the more venomous she grows.

Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Oubliator au Département des Accidents et Catastrophes Magiques ainsi que Bourreau parmi les rangs du Lord. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : rien de palpitant depuis bien des années, mon frère aîné vendra certainement ma main au plus offrant. Champ Libre :





Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: Do not touch what's mine. (Scylla)   Jeu 23 Fév - 23:49

Do not touch what's mine
I feel alive when I am close to the madness.
Encore de la paperasse. Quelle journée de merde. Être Oubliator l'ennuyait de plus en plus. Voilà pourquoi Scylla Lestrange était à présent très intéressée par les Aurors et leur métier. Diriger une équipe à la Brigade Magique pourrait aussi être intéressant mais cela serait marcher sur les plates bandes de son grand frère et elle n'oserait certainement pas. Par le passé oui, sans hésiter mais plus maintenant, plus maintenant qu'ils n'étaient que tous les trois. Scylla voulait aider au mieux les siens et cela signifiait ne pas faire de vagues.

Trois interventions sur le terrain aujourd'hui, cela avait été plutôt calme. Côtoyer des moldus n'était pas non plus ce qu'elle préférait. Malgré tout la sorcière essayait tout de même de rester positive et profitait de sa profession afin de chercher des traces de possibles fugitifs Phénix dans les souvenirs des moldus sur lesquels elle devait intervenir. Chaque piste était exploitable et la mangemort n'en laisserait passer aucune. Assise derrière son imposant bureau en bois massif la Lestrange grattait du papier dans un silence intense. Ses yeux bleus rivés sur le document qu'elle remplissait pour les archives du Ministère. La jeune femme avait beau commencer à se désintéresser de son travail cela n'empêchait pas qu'elle restait consciencieuse et exécutait toutes ses tâches avec la même rigueur qu'à ses débuts. Alors qu'elle était concentrée et avait hâte de terminer tout ça pour pouvoir rentrer au manoir un patronus lui fut envoyé. Qui dit patronus dit affaire liée aux mangemorts et au Lord. Voilà quelque chose à laquelle la jeune femme ne s'attendait pas et ce n'était pas pour lui déplaire. On requérait sa personne afin d'exécuter un prisonnier. Très attentive, Scylla leva un sourcil lorsqu'elle entendit le nom du mangemort qui s'était chargé de l'interrogatoire, puis un sourire carnassier s'étala sur ses lèvres amusées. Travailler avec Crixus Lovegood était toujours délicat. Elle avait pu voir à de nombreuses reprises les atrocités qu'il perpétuait sur les prisonniers en fouillant dans la tête de ces derniers. Car oui, malgré qu'elle soit chargée de les exécuter et de faire disparaître les cadavres ensuite, la Lestrange ne se gène pas pour s'amuser à son tour et utiliser son don de légilimencie afin de procéder à une ultime fouille. Souvent juste afin de torturer encore plus les malheureux avec des images horribles ou le viol simple de leur esprit. Cette perspective venait d'illuminer sa soirée ! Encore fallait-il que Crixus n'ait pas achevé la victime cela dit ... Là était tout le problème avec ce sorcier; parfois il dépassait ses limites de simple tortionnaire et cela transformait Scylla en corbillard et non en exécutrice ce qui avait le don de l'irriter. Transporter des macabés. La simple pensée d'être réduite à ça la blasait. C'était son moment détente, son moment rien qu'à elle. Cela la dériderait certainement avant de rentrer. Elle prit donc soin de finir sa paperasse avant d'enfiler son manteau et d'emprunter l'ascenseur jusqu'aux fin fond des entrailles sombres du Ministère. Elle n'avait pas eu beaucoup de chemin à faire au moins. Le captif devait certainement l'attendre là, à moitié dans les vapes et sérieusement tailladé. C'était la spécialité du Lovegood alors elle arrivait parfaitement à s'en faire un tableau précis. Pensant qu'elle serait seule le bourreau entra dans la salle sans s'annoncer ou bien même prévenir, n'estimant pas que le futur cadavre ait à savoir ce qui l'attendait.

Elle referma la porte derrière elle et fut surprise de pouvoir voir le sorcier fêlé encore présent et en pleine action. Elle ne savait pas trop quoi en penser Scylla de tout ça. Leur échange le plus récent s'était soldé par des remarques sarcastiques de la part des deux camps. Quelle allait donc être l'attitude de la sorcière à votre avis ? La Lestrange s'avança de quelques pas dans la pièce lugubre. Ça sentait le renfermer et le sang séché mêlé au frais. Toutes les horreurs qu'avait vu passer cette pièce ... Un délice. Les talons de ses bottes retentirent et résonnèrent pendant un temps, brisant le silence. Le né-moldu remua fébrilement, il avait entendu ces pas, il se demandait certainement ce qui arrivait de pire. Ce n'était autre que Scylla, la mort elle-même déguisée dans une somptueuse robe noire dentelée, emmitouflée dans un fin manteau tout aussi noir. La belle faucheuse à la peau pâle. Une fois au centre de la pièce elle passa délicatement le bout de ses doigts sur la peau écorchée vive du prisonnier qui frémit, à moitié conscient sous cette caresse douloureuse. « Je ne m'attendais pas à te trouver encore ici Lovegood. » Fit-elle étonnée et d'une voix étonnement douce trahissant la sincérité de ses propos. Elle contempla ensuite un instant le dos de l'impur. « Et je ne te savais pas une âme d'artiste surtout. » Un sourire moqueur vint alors maquiller le visage de la jeune femme. Un papillon. Cela avait le mérite d'être original. Allaient-ils devoir se battre tels deux vautours autour d'une carcasse ? Peut-être oui, Scylla aurait aimé que ce ne soit pas le cas mais si il le fallait c'est avec plaisir qu'elle s'opposerait à Crixus, comme toujours. La baguette en main elle s'approcha de l'homme entravé pour regarder son visage. Il avait un teint qui devenait livide. C'était donc bien à son tour de faire joujou normalement. « Tu as eu tout ce qu'il te fallait de lui ? Que je puisse me mettre pleinement au travail pour une fois. » Demanda-t-elle légèrement amère. Oh bien sûr le Lovegood n'était pas le seul à dépasser les bornes mais elle l'avait sous la main alors elle en profitait. Qui serait assez bête pour laisser passer cette chance de se plaindre de ses petits camarades.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


Daddy's Little Psycho & Mommy's Little Soldier.
-If Death Comes For Me Today I'm Ready-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 480 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys, my queen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Juliette&Kenan Je parle en : #ff4500

Good night, tiny humans.

Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis à marrier.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: Do not touch what's mine. (Scylla)   Sam 25 Fév - 0:55


La porte interrompt son travail. Le silence se brise tandis que le mangemort lâche quelques instants sa cible. Il ne se retourne pas, il n'en a pas besoin. Ce n'est pas le plus important, d'être conscient que le bourreau était arrivé. A vrai dire, en général, on le laisse tranquille. On tourne les talons dès qu'on l'aperçoit, et on se fait même la peine de frapper avant d'entrer. Les autres savent qu'il aime prendre son temps. Qu'on ne le dérange pas pendant une œuvre. Mais... La personne ne prend pas la peine de s'en aller. Crixus s'éloigne doucement de sa proie, se relevant, tandis que les talons résonnent dans la pièce. Un doux sourire s'étend sur les lèvres de Crixus tandis qu'il voit le né-moldu bouger. Oh, seigneur, cette douce musique. Il aime voir les frissons qu'un simple son peut procurer à une victime. Il s'aime dans le noir, à juste faire entendre sa voix à celui qu'il torture. Oh, c'est parfois moins drôle puisqu'ils ne le reconnaissent plus, lorsqu'il a terminé et qu'il les relâche - parfois -. Mais... C'est plaisant, qu'on en vous reconnaisse pas. Même si vos méthodes restent souvent les mêmes. Une victime reconnait son bourreau à la manière dont il tient sa lame, ou à la vitesse à laquelle il assène chacun de ses coups.

Et puis, Crixus reconnaît la silhouette silencieuse. D'une main gracile, elle effleure le dos du jeune né-moldu. Le frémissement qui s'échappe de son corps l'excite. Crixus détache son regard pour ne pas froisser la femme, mais il se mord la lèvre inconsciemment. L'excitation lui fait trembler les doigts. « Je ne m'attendais pas à te trouver encore ici Lovegood. » Sa voix ne semble pas aussi cassante que d'habitude. Crixus se sourit à lui-même tandis qu'elle observe la victime. A vrai dire, il est plutôt fier de son œuvre même si le dessin laisse à désirer. Crixus n'est pas vraiment un artiste, et il interprète les mots de la femme comme de l'ironie : « Et je ne te savais pas une âme d'artiste surtout. » Stupide ironie, Crixus n'y fait guère attention, il n'a fait que le remarquer. Il regarde la jeune femme se pencher sur le jeune homme. Ah. A-t-elle donc décidé de faire son travail malgré que Crixus soit encore là ? Il n'espère pas.

« Tu as eu tout ce qu'il te fallait de lui ? Que je puisse me mettre pleinement au travail pour une fois. » Crixus laisse échapper un grognement. Qu'elle en touche pas. Son œuvre n'est pas fini. D'un geste de baguette, Crixus referme lentement chacune des plaies et sort une fiole de sa poche. Il ne prends même pas la peine de  lancer ne serait qu'un impero, la cible est trop faible pour se débattre tandis que le mangemort le force à boire la fiole. Lentement, le jeune homme reprend quelques couleurs. Crixus est prévoyant, il a toujours ce qu'il faut.

Ses yeux se lèvent sur la sorcière tandis qu'il laisse le né-moldu s'agiter. « Touches pas Lestrange, tu le regretterais. » Un sourire s'imprime sur ses lèvres tandis qu'il tend sa baguette pour agenouiller le né-moldu qui commence à vouloir se recroqueviller contre le mur pour se faire oublier. « Mets toi à l'aise, j'ai pas terminé. », lui dit-il d'un ton froid. Sur ce, c'est un doloris qui frappe le jeune homme. Crixus teste sa nouvelle résistance après ce petit manège artistique. Celui-ci ne hurle même pas, se laissant faire, ses yeux roulant dans leurs orbites. Satisfait, Crixus relève le maléfice. Il peut encore jouer pendant un moment. « C'est assez drôle de voir comment ce petit est endurant » Ses yeux se lèvent sur la Lestrange.



“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Wednesday , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 663 hiboux. J’incarne : Eva "Goddess" Green , et l’avatar que je porte a été créé par : Fassylover . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Phèdre Momo & Saoirse Rackh. Je parle en : #6699cc

The more she gets hurt, the more venomous she grows.

Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Oubliator au Département des Accidents et Catastrophes Magiques ainsi que Bourreau parmi les rangs du Lord. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : rien de palpitant depuis bien des années, mon frère aîné vendra certainement ma main au plus offrant. Champ Libre :





Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: Do not touch what's mine. (Scylla)   Sam 25 Fév - 22:40

Do not touch what's mine
I feel alive when I am close to the madness.
Envolé l'espoir de passer une bonne soirée pour rattraper la journée pourrie qui venait de s'écouler. Comment pouvait-elle profiter de ce moment alors que le Lovegood était présent ?! C'était purement incompatible. Alors Scylla fera ce qu'elle peut pour y trouver son compte, il le fallait. La sorcière avait donc lancé les hostilités, interrompant sans s'en soucier le tortionnaire. Elle avait touché sa proie, son jouet, s'était approchée; nonchalante, calme, tentatrice. Il devait être à elle maintenant, elle ne voulait pas attendre, elle avait besoin de se défouler aussi, ce n'était pas juste. Mais la jeune femme n'allait pas faire une crise de nerfs, un caprice d'enfant pourri gâté; pas tout de suite en tout cas. Si les négociations ne se passaient pas comme prévu là elle passerait à la vitesse supérieur. Elle était déjà naturellement irritante alors imaginez si soudainement elle y met du sien pour l'être encore plus ? L'horreur garantie.

Le mangemort ne sembla pas ouvert à la coopération. Il força le né-moldu à avaler une potion et son visage reprit progressivement ses teintes originelles, son dos était comme neuf aussi, le sorcier avait prit soin de tout refermer. Il voulait clairement continuer à l'amoché en repartant de zéro. Crixus défend immédiatement son territoire en intimant au bourreau de ne pas toucher à son précieux futur cadavre sous peine de représailles. Cela amuse la brune qui esquisse un mince sourire, comme si il arriverait à l'effrayer d'une quelconque manière, la bonne blague. « Mets toi à l'aise, j'ai pas terminé. » Conclut-il finalement. Non mais pour qui il la prenait, une potiche ? La Lestrange n'allait certainement pas attendre ici comme une fleur, la bouche en cœur; il pouvait crever ! Scylla laissa alors échapper un rire moqueur tout en secouant la tête pour lui laisser entendre son désaccord, les bras croisés, ses doigts ensanglantés pianotaient d'impatience sur son manteau. Elle n'était pas faite pour être une gentille petite fille calme, obéissante et douce, jamais. Il se fourre la baguette dans l’œil jusqu'au coude. Crixus fit plier le prisonniers sous les coups d'un doloris. « C'est assez drôle de voir comment ce petit est endurant » Il se délectait de tout cela et il avait de quoi. Malgré son agacement la jeune femme ne pouvait s'empêcher de contempler le spectacle avec envie. Puis elle reprit contenance lorsque ses yeux croisèrent ceux du sorcier qui venait de parler. C'était à elle de faire ça ! Elle décroisa alors les bras et sortit de son état de contemplation, redescendant enfin sur terre et reprenant ses esprits comme il faut. Elle fit un pas vers son homologue mangemort « J'aimerais justement constater ça par moi-même. » S'impatienta la sorcière. Regarder, rien faire, et puis quoi encore … C'était absurde et ça la rendait folle, elle ne supportait pas l'inactivité Scylla. Surtout lorsque quelque chose lui a été promis, lorsqu'une âme attend paisiblement de pouvoir s'échapper de ce monde grâce à sa faux, la libération suprême. Mais avant de pouvoir prétendre au paradis il devait subir l'enfer, son enfer : elle voulait jouer avec ses souvenirs, s'incruster dans son cerveau, le voir se débattre, déglutir, pleurer, crier pour elle. Sa bouffée d'air frais, sa chance de pouvoir penser à autre chose et surtout de faire autre chose que gratter du papier lui glissait entre les doigts. « Tu es bien gentil et bien beau mais je ne vais pas attendre et te regarder faire. Un ordre m'a été donné, j'ai un travail à exécuter. Tu es supposé avoir terminé, si il n'a plus rien à te confier il est à moi. » Son sang commençait à bouillonner à l'intérieur. Elle n'était pas encore en colère mais la patience n'avait jamais été son fort. Elle avait parlé avec conviction, défendant son rôle bec et ongle, serrant sa baguette fermement. Se serait bien mal connaître Scylla que de croire qu'elle se laisserait marcher ainsi sur les pieds.

Si ça ne tenait qu'à elle la lamia irait enfoncer sa baguette dans la gorge du Lovegood puis lui susurrerait un tendre doloris à l'oreille. Lui qui était toujours si imposant et barbare, ça lui ferait sans doute du bien de passer de l'autre côté pour une fois, d'être la proie, la victime. « Si je ne l'ai pas je risque de vouloir passer mes nerfs sur quelqu'un d'autre, quelle chance que tu sois toujours là. » Avoua-t-elle en le regardant de ses yeux bleus profonds, sa voix était redevenue douce comme du miel malgré le sens de ses mots. Voilà, elle en venait à le menacer, c'était puéril et affligeant mais elle en avait envie, elle avait envie de se lâcher, de faire souffrir, de dominer, c'était ce qu'elle faisait de mieux après tout la Lestrange mais elle n'aimait pas devoir faire cela devant une audience ou encore moins partager ce plaisir.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


Daddy's Little Psycho & Mommy's Little Soldier.
-If Death Comes For Me Today I'm Ready-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 480 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys, my queen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Juliette&Kenan Je parle en : #ff4500

Good night, tiny humans.

Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis à marrier.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: Do not touch what's mine. (Scylla)   Dim 26 Fév - 18:21


Il la sent tendue. Il le voit. Son impatience pourrait très bien pousser Crixus à lui demander de la fermer, mais elle n'a ps encore réclamé son dû assez fort pour qu'il en ait après elle. Crixus est totalement conscient que ce n'est plus à son tour de jouer, et qu'il devrait déguerpir. Mais... Autant murmurer à l'oreille d'un serpent sourd, cela ne sert à rien. Il est bien trop excité de sa torture pour lâcher comme ça. Il ne garde pas très longtemps le doloris appuyé. A vrai dire, il réfléchit en même temps à ce qu'il va faire ensuite. Il a peut-être envie de lui broyer les os un par un, parce qu'il est très satisfaisant de regarder le jeune homme souffrir alors qu'on le soigne : un petit verre de Poussos, et une mauvaise nuit bien garantie. « J'aimerais justement constater ça par moi-même. » Crixus sifflote tandis qu'il en retourne à sa victime. « Impatience quand tu nous tiens... » Il se moque ouvertement, fier de lui, parce qu'il sait qu'il tient encore les ficelles de ce né-moldu. La mort dans son manteau noir s’impatiente et il en est content. Il se sent puissant sur elle. « Tu es bien gentil et bien beau mais je ne vais pas attendre et te regarder faire. Un ordre m'a été donné, j'ai un travail à exécuter. Tu es supposé avoir terminé, si il n'a plus rien à te confier il est à moi. » Il va sortir les dents. Il va grogner. Elle doit commencer à comprendre, comment le mangemort fonctionne, mais... Pourtant elle le cherche. Il n'avouera jamais qu'elle le fait frissonner de peur quelques fois, mais Crixus ne reste jamais indifférent face à elle. Elle... a un pouvoir attractif. Belle chose, voilà ce qu'il aime. Mais c'est l'une des plus inaccessible, et elle continue à le rester. Elle se refuse. Elle ne veut pas excepter que c'est à elle d'obéir.

Il ne prend même pas la peine de la menacer. Il se massacre le poing de ses ongles, se retenant. Il a tellement envie de sauter sur le né-moldu sans défense pour défendre son territoire, comme un vulgaire animal, qu'il s'en rend lui-même compte. On lui mets rarement des entraves à ses envies. Crixus reste respecté et craint. Chef de famille Lovegood, c'est un homme mauvais et intraitable en affaires. S'il veut quelque chose, il l'obtient. On ne lui refuse rien. Et il détruit tout ce qui se dresse devant lui. Des personnes ont tenté de d’interférer dans ses envies. L’irlandaise, Aoife, a voulu l'empêcher de s'abandonner à la luxure. Et si elle n'a toujours pas payé, il attend son heure patiemment. S'il y a bien une chose que l'on ne peut pas lui reprocher, c'est d'être très patient. Très, très patient. Beaucoup de ses victimes sont ressorties indemnes, juste pour le plaisir de continuer à les chercher, et recommencer. Il veut inspirer la peur dans leurs esprits, il veut être cauchemar de leurs nuits. Crixus est un homme qui se veut maître de tout. Il veut le contrôle. Chaque instant doit être maitrisé. Chaque seconde doit lui appartenir. Sa vie ne semble qu'une période de tension. Il ne semble même pas avoir du repos pour lui-même.

Il sent le regard pesé sur lui. Elle ne se soucie même pas de l'état dans lequel il est, et elle se contente d'en rajouter une couche. « Si je ne l'ai pas je risque de vouloir passer mes nerfs sur quelqu'un d'autre, quelle chance que tu sois toujours là. » C'est un geste automatique qui le prend. Par réflexe, sa lame se positionne d'elle-même dans sa main et chasseur assoiffé de sang il se jette sur la jeune femme. Le mouvement brusque la force à se coller au mur, sous la pression du corps du sorcier, et il grogne. Son arme s'est d'elle-même placée à quelques centimètres de la jolie peau. Oh, splendide, il y croquerait bien à pleines dents. « Touche à ton cul, Lestrange. » lui répond-t-il, doux souvenir de leur voyage en Australie. Sa lame la frôle de plus en plus et ses yeux noirs fixent la femme. Il la maintient d'une main femre et puissante et personne ne saura le lui reprocher dans la suite. Le né-moldu gémit à leurs pieds, se remettant doucement de la puissance du doloris. Il grogne entre ses dents : « Je t'ai dit, que je n'avais pas terminé. » Il serre les dents, et glisse ses yeux sur la peau de son cou, pendant un long moment. Il a tellement envie de croquer, que son envie doit se lire dans ses yeux. L'attirance de l'homme par la chair le perdra.



“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Wednesday , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 663 hiboux. J’incarne : Eva "Goddess" Green , et l’avatar que je porte a été créé par : Fassylover . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Phèdre Momo & Saoirse Rackh. Je parle en : #6699cc

The more she gets hurt, the more venomous she grows.

Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Oubliator au Département des Accidents et Catastrophes Magiques ainsi que Bourreau parmi les rangs du Lord. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : rien de palpitant depuis bien des années, mon frère aîné vendra certainement ma main au plus offrant. Champ Libre :





Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: Do not touch what's mine. (Scylla)   Mer 1 Mar - 0:41

Do not touch what's mine
I feel alive when I am close to the madness.
Les esprits s'échauffaient doucement dans la petite salle sombre et humide des tréfonds du Ministère. L'impatience d'un côté, l'irritation de l'autre. Pour sûr les choses allaient déraper et la sorcière le savait, depuis le moment où elle avait croisé le regard du mangemort en rentrant dans la pièce. Elle le poussait volontairement à bout pour qu'il s'en aille, qu'il la laisse enfin profiter un peu aussi. Elle le savait sanguin, en proie à de fréquentes crises de colères mais ça elle n'y avait pas encore eut droit la sorcière, à son grand désarroi. Pourtant c'était ce qu'elle cherchait à provoquer. À voir le sorcier s’abandonner à sa part d'incontrôlable, d'instinct noir, limite animal. C'était ce qu'elle avait trouvé intéressant chez lui par le passé mais tout comme elle, le plus souvent, il préférait avoir le contrôle. What a shame. Ce qu'il faisait subir au né-moldu était de la triche. Le soigner pour pouvoir mieux recommencer ?! C'était trop pour Scylla, cela pouvait durer indéfiniment et elle n'avait certainement pas que ça à faire. Elle aurait pu tourner les talons et le laisser terminer, revenir plus tard, voir même pas du tout. Quelque chose la poussait à rester : le désir de pouvoir avoir l'ascendant sur le Lovegood. Elle voulait le voir plier, le voir s'abandonner. Elle sait que c'est risqué mais qu'importe, elle verrait son vrai visage, moins lisse, moins froid, il serait lui, enfin. Et c'est ce qui la motivait, le prisonnier devenait soudainement un prétexte et le jeu commençait. Scylla n'était pas rentrée dans cette pièce avec cette idée en tête au départ, elle avait germé doucement et simplement en regardant le grand gaillard pratiquer ses talents. Mais le tortionnaire n'était pas prêteur. Lui tenait son couteau, elle sa baguette, elle le sentait sur le poing d'exploser. Prête à faire face, l'attente du moment fatidique lui laissait le souffle court. Malgré toute la rage qu'il pouvait afficher elle savait qu'il ne la tuerait pas, elle le possédait un peu mais en voulait plus, quitte a y laisser des plumes, cela était plutôt amusant même. Oui, la sorcière s'amusait beaucoup en cette soirée au final, plus qu'elle n'avait pu l'imaginer. La tension montait, sa respiration était plus rapide, il allait attaquer, comme un prédateur sauvage se jetant sur sa proie mais elle ne savait pas quand. C'était pour bientôt. Une phrase de plus de sa part et le tour serait joué. Alors elle l'avait menacé, tout simplement.

Scylla s'était approchée d'un pas à chacune de ses interventions, mettant plus de poids à ses propos et se rapprochait de Crixus lentement mais comptait garder un minimum de distance tout de même, histoire d'avoir l'espace de réagir en cas d'imprévu. La sorcière avait pensé chacun de ses mots : elle se serait rabattue sur lui si il avait eu le malheur d'achever le né-moldu à sa place, c'était certain. Un Doloris ou un Impero, elle aurait avisé. La Lestrange n'eut cependant pas le loisir de réfléchir plus longuement à tout cela : le sorcier se jeta sur elle sans crier gare, imposant toute la force de son corps pour la repousser, la tenant fermement et la plaquant au mur sans une once de douceur. Le voilà, il était enfin arrivé. La jeune femme avait cessé de respirer durant quelques secondes, sous le choc. La surprise était peinte sur son visage mais aucune trace de peur n'était présente. « Touche à ton cul, Lestrange. ». Oh, il s'en souvenait, cela réchauffa le cœur de la lamia. Un énorme sourire satisfait vint alors orner les lèvres de la sorcière en entendant ces mots, c'était un plaisir de se faire citer de la sorte, par cette voix, par cet homme et par cette rage grondante. Elle n'avait touché à rien, elle n'avait même pas eu besoin. Ses seules paroles et sa présence avaient suffit à faire le travail. Et quel travail ! Le sorcier tenait sa lame près du cou de sa nouvelle victime. L'autre à terre reprit peu à peu ses esprits. Laquelle des deux il préférera ? Scylla se le demandait. Malgré cette nouvelle position, plus que délicate et mal en point, l'Oubliator restait très sûre d'elle, confiante, elle n'avait pas bronché, elle avait seulement sourit à cette réaction disproportionnée. « Je t'ai dit, que je n'avais pas terminé. » Elle avait peut-être un couteau sous la gorge mais la sorcière n'avait pas lâché sa baguette. Elle vint alors délicatement placé l'objet magique dans les côtes du sorcier furieux. Elle cherche son regard tout en faisant cela, lui ne la lâche pas, il semble décrypter sa peau avec envie et une certaine intensité malsaine. Elle ne savait pas pourquoi mais il n'avait cessé de faire allusion à sa peau lors de leur mission en Australie, il avait mème osé l'effleurer. Il venait de grimper d'un niveau il fallait croire ! Toujours le sourire aux lèvres la jeune femme parla enfin : « Shh shh doucement little boy. » Murmura-t-elle d'une voix douce en scrutant le visage de son agresseur. Qui était plus en proie à l'impatience maintenant ? Cette situation intéressait grandement la mangemort. Elle n'appréciait pas spécialement de se faire violenter; elle n'aimait pas ça du tout en fait mais cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas tenu un homme ainsi entre ses griffes et vice versa. Cela lui avait manqué mine de rien ... Les apparences pouvaient donner l'avantage au sorcier mais cela ne durera pas. Comme on a pu le constater un peu avant, Scylla ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Ce retournement de situation avait réveillé le tempérament joueur de la jeune femme. Elle ne voulait plus de distance, elle voulait qu'il soit encore plus près, l'écrasant de toute son imposante stature, l'avoir contre elle, voir la colère dans ses yeux de fou. Il faisait ressurgir un désir endormi depuis des lunes dans le corps de la mangemort. Baguette contre couteau, qui des deux pourrait avoir l'autre en premier ? Crixus dévorait littéralement des yeux la Lestrange, parcourant chaque recoin de son cou, de sa mâchoire, de sa peau pâle. Il semblait prêt à y planter ses dents tel un vampire. « Il serait tellement facile de rentrer dans cette tête. » Songea la sorcière à haute voix en renforçant la pression de sa baguette sur le corps du sorcier. Ses yeux plongèrent dans les siens, elle pourrait avoir recourt à la légilimencie sans aucuns problèmes à ce stade là. Elle approcha son visage de celui du mangemort, collant également dangereusement son cou contre la lame. « Mais je n'ai pas besoin de ça pour savoir que tu ne me feras rien Crixus, n'est-ce pas ? » Demanda-t-elle confiante et douce, ne le lâchant pas des yeux. C'était la première fois qu'elle l'appelait par son prénom. Pas de Lovegood, de fou ou de fêlé, c'était Crixus. Elle ne craignait pas le sorcier, peut-être avait-elle affreusement tort mais elle tentait sa chance. Une Lestrange de plus pourrait être amenée à quitter ce monde mais elle en doutait. C'était drôle et intense, la situation la plus forte qu'elle avait pu vivre ces derniers mois depuis la mort de ses parents et du Lord ainsi que l'attaque de Poudlard. Autant dire une éternité. Son travail l'ennuyait, elle faisait de son mieux pour s'occuper de sa famille, ce rôle de bourreau était la seule chose qui lui permettait de sortir des sentiers battus et cette exécution lui faisait prendre un chemin bien différent de sa routine. Alors elle s'amusait. Qui aurait cru que Scylla Lestrange puisse s'amuser ?
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


Daddy's Little Psycho & Mommy's Little Soldier.
-If Death Comes For Me Today I'm Ready-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 480 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys, my queen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Juliette&Kenan Je parle en : #ff4500

Good night, tiny humans.

Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis à marrier.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: Do not touch what's mine. (Scylla)   Sam 22 Avr - 20:57


Le bois tendre de la baguette qui vient se caler contre sa côte. Il se retient de grincer. Foutue sorcière. « Shh shh doucement little boy. » Cette voix douce, mielleuse lui donne envie de broyer la chair qu'il tient entre ses mains. Ces yeux bleus qui scrutent les siens. Il se détache lentement de cette peau nacrée dans laquelle il a envie de mordre. Il n'a pas pour autant baissé sa garde, mais savoir qu'elle tient sa baguette le fait ralentir quelque peu. Tss. Il a comme qui dirait : oublié ce détail. « Il serait tellement facile de rentrer dans cette tête. » Ses yeux électriques rencontrent ceux de la jeune femme à ces mots, cherchant un quelconque signe. Qu'y ferait-elle dans sa tête, cette garce ? Il est impatient. Il n'aime pas ce moment où il doit attendre, attendre que quelque chose daigne bouger. Il a horreur de la défense, il est un homme d'attaque. Mais que peut faire cette pauvre arme contre une baguette ? Voyons. Il n'est sot au point de lui trancher la gorge. Quoiqu'il croit en penser, il ne la touchera pas. Du moins, il ne l'abimera pas irrémédiablement. Sur n'importe qui, il aurait déjà tranché sa peau en lambeaux, l'aurait regardée le supplier. Mais pas elle. L'effrait-elle ? Il n'a jamais été plus effrayé que par cette sorcière, l'en voilà convaincu. La malheur, la malédiction, voilà ce qu'elle est. Mais toutes les femmes tombent, ou alors il les fait tomber. Mais ça. Elle résiste cette garce, et il n'arrive pas à avoir le cœur de la faire tomber.

« Mais je n'ai pas besoin de ça pour savoir que tu ne me feras rien Crixus, n'est-ce pas ? » Elle est électrique. Elle est attirante. Elle semble si sûre d'elle. Lui trancher la gorge d'un coup de lame serait si facile. Cette peau nacrée. N'attend-t-elle que de briller ? Il tremble, l'homme. L'homme derrière, l'homme devant, l'homme à l'intérieur, il tremble. Il tremble de désir de prendre cette chair, de la détruire pour la reconstruire, de la bruler vive pour lui redonner nouvelle jeunesse. « Ce serait mal me connaître », souffle-t-il. Sa main sur le bras de la jeune femme vient lui meurtrir la chair. Il maintient la forte pression pour l'obliger a garder la tête haute contre le mur. Qu'elle se rapproche de lui, et il n'aura pas besoin de trancher. Pourtant... C'est un réflexe d'approcher ses lèvres de cette peau. Blanche, attirante comme la neige. Il écarte les dents et lui dévoile un sourire éclatant, des dents prêtes à détruire la chair. « J'ai l'impression que tu aurais presque envie de je le fasse. » La pression de son corps finit par tenir d'elle-même la jeune femme au mur. Elle est si proche. Il effleure de ses dents sa peau. « Dois-je croquer ? » Il appuie légèrement sa lame, venant effleurer la peau. « Ou dois-je couper ? » Soudainement, il redresse la tête et fixe les iris bleus éclatant de la jeune femme. Sa main valide glisse derrière la tête de la jeune femme, crasse sa nuque et d'un geste lent, il lui tire la tête en arrière, lui saisissant une poignée de cheveux. « Tu préfères quoi ? », grogne-t-il. Oh, il le sait qu'il ne devrait pas. Il sait qui elle est. Il sait quelles sont les conséquences de ses actes. Mais elle demande justice. On ne lui refuse pas ce qui lui revient de droit. Peu importe qui l'on est. La sorcière devra l'apprendre.



“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Wednesday , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/04/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 663 hiboux. J’incarne : Eva "Goddess" Green , et l’avatar que je porte a été créé par : Fassylover . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Phèdre Momo & Saoirse Rackh. Je parle en : #6699cc

The more she gets hurt, the more venomous she grows.

Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Oubliator au Département des Accidents et Catastrophes Magiques ainsi que Bourreau parmi les rangs du Lord. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : rien de palpitant depuis bien des années, mon frère aîné vendra certainement ma main au plus offrant. Champ Libre :





Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: Do not touch what's mine. (Scylla)   Dim 23 Avr - 2:20

Do not touch what's mine
I feel alive when I am close to the madness.
La sorcière jouait à un jeu très dangereux. Elle avait risqué sa vie plus d'une fois pourtant, elle était une femme d'action, la mort ne l'effrayait absolument pas. Elle en endossait même le manteau la plupart du temps, se grimait constamment de noir en dispensant trépas à tout va. Surtout lorsque les affaires mangemort l'appelaient; ce titre de « bourreau » la Lestrange y tenait beaucoup. Le statut que cela impliquait aussi d'ailleurs, les épaules de la jeune femme supportaient cela très bien et elle pouvait se permettre de rêver devenir lieutenant un jour. Mais ce jeu là, ce jeu là était risqué. La dernière fois qu'elle avait osé jouer son partenaire avait péri de ses mains. Elle n'avait plus joué depuis Scylla. Personne n'avait réussi à éveiller son attention, personne n'avait su l'intéresser. L'homme qui la tenait contre lui en cette soirée avait réussi lui. Bien sûr cela aurait été trop facile de s'en prendre à un sorcier banal, non, il fallait qu'il soit sujet à des troubles sérieux ... À croire que la sorcière attirait les cas mentaux. Mais cela ne la dérangeait pas, bien au contraire, elle s'était bien amusé à le pousser à bout. Là était peut-être son erreur : à trop titiller Crixus, il avait fini par craquer. Puis attaquer, c'était naturel pour un être aussi bestial. Le bourreau était à la merci du tortionnaire. Physiquement il la dominait mais Scylla était plus subtile que ça. Elle avait réussi à le faire se rapprocher, aucun des deux ne voulaient se résoudre à céder à l'autre. La tension n'avait cessé de monter jusqu'à la prise de pouvoir du Lovegood. Et ce n'était pas fini.

Ne perdant en rien son assurance et son aplomb, Scylla garde une mine ravie. Ce qu'elle aimait le voir en colère, un vrai délice. Elle venait de le provoquer. Elle le pensait incapable de lui faire du mal. Pas une seconde elle avait pensé se tromper. Elle était une Lestrange, son supérieur ici-bas dans ce cachot du Ministère qui plus est, et également la sœur d'un ami proche. Non vraiment, si il osait la toucher il était un homme mort. Il le savait pertinemment. Cela l'empêchera-t-il de passer à l'action ? Il fallait l'espérer, c'était ce sur quoi pariait la mort en tout cas. « Ce serait mal me connaître » Confirma alors le sorcier. Tiens donc ? Vraiment ? Il resserre alors sa prise. Il monte en intensité, il semble vouloir passer à l'acte, son couteau sous sa gorge. Elle-même était venue chercher sa lame froide, sombre tentatrice qu'elle était. Il pouvait flancher à tout moment, perdre le contrôle et laisser parler ses instincts en lui tranchant la gorge sans aucun remord, elle le savait parfaitement capable de ça. Pourtant la jeune femme gardait son calme, pas effrayée pour un sou. Sa respiration était saccadée mais cela était dû au poids du corps de Crixus sur le sien, si léger et mince en comparaison. Il aurait pu la casser en deux telle une allumette entre ses doigts. Voilà qu'il sourit à son tour. « J'ai l'impression que tu aurais presque envie que je le fasse. » Enfin il a compris et Scylla peut lui offrir à nouveau un sourire de satisfaction. Le sourire carnassier de Crixus en revanche vient alors se perdre dans le cou de la lamia, laissant place à ses dents, prêtes à déchirer. Le sorcier hésite cependant. Mordre ou couper ? À vrai dire ni l'un ni l'autre. Scylla désirait quelque chose de différent et il s'était assez rapprocher pour qu'elle obtienne ce qu'elle désire. Il quitte son cou pour la regarder à nouveau dans les yeux. Elle le tenait toujours en joug avec sa baguette mais n'avait rien fait pour l'instant. Il passe alors une main derrière sa tête pour doucement la faire plier en arrière en lui tirant les cheveux. Si il avait été violent dans son geste Scylla aurait lâché un sort droit dans ses côtes. Mais il avait été étrangement doux. « Tu préfères quoi ? » Finit-il par demander à sa nouvelle victime. Scylla avait finit par complètement oublié la raison de sa venue ici en premier lieu. Le prisonnier se mouvait mais elle n'arrivait pas à quitter le Lovegood des yeux. L'un voulait torturer, l'autre ... Bien ... Elle ne l'avait pas exprimé mes ses envies étaient fortes. L'envie de l'avoir, de le posséder, de le surprendre, de lui asséner un coup auquel il ne s'attend guère. Les dents toujours serrées, tendu et sur les nerfs, Crixus était irrésistible aux yeux de Scylla. Elle aimait voir l'effet qu'elle faisait. Sur lui surtout, c'était grisant. Avoir ses dents dans son cou lui avait donné la chair de poule. La sorcière n'avait plus qu'une envie, un désir qui se transformait peu à peu en pulsion à mesure que le Braconnier avançait dans son jeu, courait et venait se perdre dans sa fine toile. Ses yeux parlaient pour elle, langoureux. Si elle avait parlé ses paroles auraient été tout aussi douces que du miel. Il était temps que la Lestrange passe à son tour à l'attaque.

Qui dit attaque ne dit pas forcément violence et coups. Non, elle avait choisi pour lui et cela ne plairait certainement pas au sorcier mais elle n'en avait rien à faire. Elle allait être vive et piquante. De sa main libre la sorcière attrapa un bout du haut du sorcier afin de l'attirer contre elle, envoyant valser les quelques centimètres qui osaient encore les séparer. Elle le tira un peu brusquement vers elle. Le couteau sous la gorge elle n'eut même pas à bouger pour atteindre ses lèvres. Elle les mena à elle de par ce simple geste, contrôlant complètement l'homme pendant un infime instant. Ce même homme qui avait essayé désespérément de la faire plier. Le tenant toujours par le pull Scylla retira la baguette qui lui servait de point de pression et vint poser sa main tenant son précieux bout de bois sur la nuque de Crixus, pressant d'avantage son visage contre le sien. Ces lèvres contre les siennes. Les yeux clos, toute la frustration de la jeune femme disparut en un instant, en ce moment qu'elle avait décidé de provoquer. Comment en était-elle arrivé là ? Elle-même ne le savait pas trop. Scylla embrassait Crixus dans un mouvement qui pouvait sembler agressif mais passionné. Et ça l'avait été, le moment pour en arriver là avait été agressif et éprouvant mais ce baiser était libérateur. Plus de tension, elle s'était laissée aller à une simple pulsion humaine qui la démangeait depuis plusieurs minutes. Le jeu était terminé, elle l'avait achevé en beauté, comme toujours, elle avait obtenu ce qu'elle voulait.

Elle lâcha ensuite son emprise sur le sorcier après quelques secondes de total abandon de soit. Scylla vint planter son regard bleu dans celui de l'homme auquel elle venait de langoureusement voler un baiser. Elle n'avait pas honte, elle arrivait à soutenir son regard sans faillir. Elle repoussa ensuite délicatement la lame de son cou et s'écarta de Crixus, libérée de toute emprise. Sa baguette toujours à la main la jeune femme fit quelque pas vers le prisonnier. « Avada Kedavra. » Crachât l'Oubliator sans sommation. Un éclair de lumière verte jaillit alors de la baguette et frappa l'homme au sol qui se débattait déjà. Un large sourire vint s'étaler sur les lèvres de Scylla, ravie d'avoir pu faire son travail, tuer quelqu'un, voler la victime de Crixus, gagner la partie et s'être allégée un peu l'esprit. La Lestrange avait tout raflé en cette soirée. Ne voulant pas risquer une ombre au tableau elle ne prit par la peine d'adresser quelques mots au Lovegood et sortit de la pièce sans un regard en arrière. Méfaits accomplis.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


Daddy's Little Psycho & Mommy's Little Soldier.
-If Death Comes For Me Today I'm Ready-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Allegiant, and I like it.
avatar
Je suis : Marine , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 480 hiboux. J’incarne : Alexander Skarsgård , et l’avatar que je porte a été créé par : gallifreys, my queen . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Violet&Juliette&Kenan Je parle en : #ff4500

Good night, tiny humans.

Je suis âgé de : trente-quatre ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : éleveur et braconier de créatures magiques. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis à marrier.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: Do not touch what's mine. (Scylla)   Jeu 11 Mai - 22:27


Elle le saisit de cette poigne qui surprend. Elle le tire avec cette brusquerie qui est normalement sienne. Cette chair qu'il voulait tant mordre et faire plier s'accroche à lui avec une fougue qu'il ne lui connaît pas. Bestiale. Elle force ses lèvres à approcher les siennes. Elle l'emmène dans ce tourbillon de sensations. Le bois de sa baguette qui caresse sa nuque. Elle se croit dominante. Elle se croit rouge dans ce tableau de blanc et de noir. La sorcière prend son assurance, agrippant le mâle dans ses filets. Elle devient la bête là où il devient l'agneau. Inversant à la perfection deux rôles. Il rencontre enfin le corps de cette sorcière qu'il a désiré. Il désire les belles choses. Celle-ci était un de ses désirs. Provocation amène désir.

Elle l'électrifie. Crixus est un homme de sensations. Il recherche l'adrénaline, la fusion, l'excitation. Il recherche ce qui le fait vibrer. Le plaisir qu'il peut éprouver dans l'action. Torturer n'est pas seulement humilier ou détruire. C'est une partie de ces sensations nouvelles qu'éprouve un homme. Le contrôle. Ne rien lâcher, tout tenir. Créer, fonder, rebâtir pour mieux détruire. Les sentiments sont éphémères pour les hommes instables et impulsifs. Aujourd'hui, il trouve la frustration de ce baiser, la frustration de ne pas l'avoir pris de lui-même. Demain, il reprendra son dû. Sa main a glissé de la nuque de la sorcière à ses reins, oppressante. Il veut cette chair, il veut son dû. Il veut ce qu'on lui refuse.

Lorsqu'elle stoppe le baiser, l'homme se sent bélitre, victime de cette domination. Il est avide de retrouver ces sensations, d'en demander plus. Elle le laisse, là, planté comme un vulgaire clou tient un tableau. Comme s'il n'avait pas plus d’importance à ses yeux que le jeu qu'elle vient de gagner. Mais elle soutient son regard, comme une provocation. Il fixe cette sorcière dont il a tant rit avec un air narcissique. Il ne la croyait pas aussi brûlante. Pas aussi désirable. Elle repousse son arme, fatale. « Avada Kedavra. » La touche qu'il n'a pas vu venir. La sorcière jette le sort au prisonnier sans prévenir. Crixus n'a même pas le temps d'amorcer un geste qu'elle est déjà partie. Foutue sorcière. Il serre les dents, ses ongles lui labourant le poing. La frustration lui rougit les joues de colère. Elle se joue de lui. Elle se joue de lui d'une manière divine. Aucune femme ne devrait pouvoir lui faire ce genre d'effet-là. Aucune femme ne devrait pouvoir le dominer. Mais celle-ci... Elle l'a eu à son propre jeu. Ou il s'est laissé prendre. Comme un agneau dans la gueule du loup. De rage, il grogne et donne un coup-de-poing dans le mur avant de quitter la pièce. Il ne peut se permettre de la laisser gagner à nouveau, ou il sera croqué.



“There are different kinds of darkness,” Rhys said. I kept my eyes shut. “There is the darkness that frightens, the darkness that soothes, the darkness that is restful.” I pictured each. “There is the darkness of lovers, and the darkness of assassins. It becomes what the bearer wishes it to be, needs it to be. It is not wholly bad or good.” ― Sarah J. Maas, A Court of Mist and Fury
Revenir en haut Aller en bas
 

Do not touch what's mine. (Scylla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» Ernst Monventeux - Vavasseur du bourg de Froifaissier (Scylla)
» Armand regagne Scylla [Aetius]
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Cérémonie d'hommage du Comte de Scylla

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le Ministère de la Magie-