Partagez | 
Face à son passé - Alice

()
Parchemin envoyé Mar 21 Fév - 23:33

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 376 hiboux. J’incarne : Theo James , et l’avatar que je porte a été créé par : lexie aka Gallifreys la magnifique #lexieaediterceprofiloklm . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier Je parle en : #E4D27C



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : psychomage à Sainte Mangouste, au quatrième étage J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Face à son passé
Avec Alice Weasley. Jeudi 21 février 1991 à Sainte Mangouste, au quatrième étage, service des pathologies des sortilèges, en milieu de journée.

Une journée typique était une journée ou j’enchainais les clients. Ma plume griffait le parchemin, je posais mes questions, j’explorais les esprits, je récolais les galions. Une journée parfaite quoi. « Je pense que ce sera suffisant pour aujourd’hui. » Je me lève de mon fauteuil, me dirige vers mon bureau. « Je vous vois lundi, même heure, ça vous conviens ? » L’homme hoche la tête silencieusement. Je vois une larme sur sa joue. Levant les yeux vers le plafond, je fais un mouvement du poignet et la boîte de mouchoirs vole vers lui. L’homme se lève, dépose quelques pièces sur mon bureau et sort. Je prends place derrière mon bureau, relis les notes et complète ce qui doit l’être.

L’horloge au-dessus de la porte tinte discrètement. JE relève les yeux, vérifiant l’heure. Il était temps, j’avais ma patiente invisible qui devait venir. Raclement de chaise sur le plancher, je m’approche de la porte. J’étais prêt à parier, avec moi-même, qu’elle ne serait pas là. Ma patiente s’obstinait à prendre des rendez-vous et…à ne pas venir. Je souris et ouvre la porte. Une femme est assise dans le couloir. Je suis tout de suite intéressé, peut-être me suis-je trompé finalement. « Alice Weasley ? » Je demande de manière hasardeuse. La femme tourne la tête vers moi, mais ne se lève pas. Pas de réponse. J’entre dans sa tête, sans aucune gêne. Non, ce n’est pas elle. Désintérêt totale. Je ressors et ferme la porte. Retournant à mon bureau, je secoue la tête. « A quoi bon ne pas venir…Ou prendre de rendez-vous ? » Je griffonne quelque chose sur mon agenda. « Elle doit clairement avoir un problème à ce niveau. » Peut-être n’avait-elle plus toute sa tête en fait ? Qu’elle était une fugitive ? Hou tout ceci était fortement alléchant. Après tout le nom Weasley laissait imaginer pleins de choses.

Nouveau coup d’œil sur l’horloge. Il restait un bon moment de battement jusqu’au prochain rendez-vous. Je choisis d’aller me promener un peu dans l’hôpital. Rester enfermer dans mon bureau…très peu pour moi. Retour dans le couloir, la femme n’est plus là, probablement chez l’un de mes confrères. Parcourant le couloir du quatrième étage, je laisse mes pensées se perdre, explorer les alentours, toucher les esprits d’autrui. En plus de mon travail de psychomage, si j’arrive déceler un ou deux intrus dans l’hôpital, je pourrais étoffer ma compétition avec Anatolius. Et soudain, je me fige. J’avais capté quelque chose de très intéressant. Une femme probablement. Elle semblait agitée, très agitée même. Restant accroché à son esprit, suivant le fil de ses pensées, je me rapproche de sa position. Elle me tourne le dos, une brunette. « Excusez-moi… » Elle se retourne, je me vois dans son esprit. « Seriez-vous Alice Weasley ? » Beaucoup de choses se passent dans sa tête, mais je trouve la réponse à mes questions. Je me retire alors, le plus délicatement possible. Je lui tends une main et lui fais un sourire très professionnel. « Athelstan Lestrange, je suis psychomage et…il me semble que nous avions rendez-vous. » Je lui fais un clin d’œil. Cette fois-ci, elle ne m’échappera pas.
Parchemin envoyé Jeu 23 Fév - 23:25

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

Elle marche sans se retourner. Elle veut fuir cet endroit. La voilà, insolente. Alice, elle prend des rendez-vous auxquels elle ne vient finalement pas. Depuis quelques temps, c'est une lubie qui lui a prise. On lui a soufflé dans l'oreille qu'elle devrait peut-être voir un psychomage pour se recentrer sur elle-même, se soigner, mais elle n'en a pas encore été capable. A vrai dire, c'est difficile pour elle d'en parler. Et elle ne veut pas se sentir obligée d'avouer à quelqu'un toutes les parties difficiles de sa vie. Et Dieu sait qu'elle en a eu. Peut-être même s'est-elle rajouté des problèmes. Ce ne serait pas diffciile, elle est comme ça Alice. Toujours à voir le mal là où il y a le bien. C'est peut-être l'une des raisons qui font qu'elle n'arrive pas à s'en sortir.

Elle voudrait quitter les lieux avant qu'il ne soit trop tard. avant qu'elle ne sait qui se dise qu'l faut lancer un appel au micro pour l'appeler à son endez-vous. Elle  déjà bien trop traîné, et elle ne trouve plus la sortie. Oh, elle est agitée, complètement, le stress lui monte comme une boule dans la gorge. Elle ne sait plus où elle doit aller. Elle est complètement perdue dans ces couloirs. « Excusez-moi… » C'est automatique, elle se retourne. Pourquoi l'intercepte t-on ? Elle préfère ne pas croire qu'elle a été reconnue pour ça, parce que beaucoup d'hommes ici connaissent son visage. En 9 ans, on voit passer beaucoup de beau monde. Mais... Elle n'a jamais vu celui-ci. Et son coeur fait un bond lorsqu'il lui demande  : « Seriez-vous Alice Weasley ? » Non. Oui. C'est comme une mélodie  à ses oreilles lorsque l'on prononce ce prénom qu'elle n'entend jamais. Et puis, elle acquiese lentement de la tête. Elle est frigorifiée à l'idée que cette personne la connaisse sans qu'elle ne la connaisse. Est-ce son frère, sous déguisement ? Il ne l'aurait pas appelée Weasley. C'est trop imprononçable pour lui : le nom d'une famille de traitres à leur sang. Alice n'a jamais cru à ces histoires.

« Athelstan Lestrange, je suis psychomage et…il me semble que nous avions rendez-vous. » Pas lui, c'est la première idée qui lui vient. Elle ne voulait pas aller à ce fichu rendez-vous. Et encore moins maintenant qu'elle est devant le psychomage. Il... l'intimide. Mais... Elle se sent incapable de reculer. C'est mal poli, et Alice reste bien élevée. C'est un timide « oui » qui sort de ses lèvres tandis qu'elle bloque sur place. Ses jambes sont lourdes tellement elle n'a pas envie de suivre cette personne. Que va t-elle lui faire ? Certainement pas grand chose, mais... Elle n'a jamais vu de psychomage. Et elle est effrayée.

Mais, elle le suit. Créature docile, tu as l'habitude de faire ce que l'on te dit. Alors elle entre dans le bureau, comme une grande, suivant les pas du psychomage. Elle ne regarde même pas la pièce, elle est comme fixée sur ses pieds, ou ses mains. Elle est mal à l'aise et pour lui arracher un seul mot, il va falloir s'y mettre de bon coeur.
Parchemin envoyé Mer 8 Mar - 12:08

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 376 hiboux. J’incarne : Theo James , et l’avatar que je porte a été créé par : lexie aka Gallifreys la magnifique #lexieaediterceprofiloklm . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier Je parle en : #E4D27C



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : psychomage à Sainte Mangouste, au quatrième étage J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Face à son passé
Avec Alice Weasley. Jeudi 21 février 1991 à Sainte Mangouste, au quatrième étage, service des pathologies des sortilèges, en milieu de journée.

Une jeune femme est interceptée. Elle ne répond pas à l’évocation de son nom, du moins pas de suite, mais je peux voir un hochement de tête. Et puis devant sa confirmation, et la mienne dans sa tête, je me présente à mon tour, un large sourire aux lèvres. Elle ne parle pas beaucoup. Elle confirme cependant que nous avions bel et bien rendez-vous. C’est parfais. Tout est parfait. Voilà que j’allais pouvoir occuper de manière constructive l’heure à venir. « Je vous en prie, accompagnez-moi. » Je l’invite à me suivre, jusqu’à mon bureau, un peu plus loin. Je me tourne pour amorcer la route, mais je la surveille du coin de l’œil. Elle ne fait cependant pas mine de s’en aller. Peut-être qu’une fois piégée, elle se montrerait plus docile. En tout cas, cette première entrevue allait s’annoncer fort intéressant, je n’en doutais pas. J’ouvre le bureau et lui présente un canapé. Moi-même, je prends place face à elle, dans un siège qui a été façonnée, depuis le temps, à mon corps.

Je fais un mouvement avec ma baguette et un bloc note, ainsi qu’une plume viennent léviter à ma hauteur. « Si nous commencions, nous avons de nombreuses séances à rattraper. » Je lui souris, il faut qu’elle se détende, elle semble être comme figée dans du marbre. « Mais pour cette fois, nous allons rester simple je pense, ne vous inquiétez pas. » Je la regarde, détaille son visage, ses moindres gestes. « Ça ne fait pas mal. » Cette fois-ci je souris franchement. Non, ce n’était pas douloureux. Pas encore. En général j’attendais d’en savoir un peu plus sur mon patient, savoir ce qu’il voulait me dire, s’il collaborait ou non, avant de m’infiltrer dans sa tête et éventuellement reposer mes questions. « Vous êtes donc Alice Weasley. » La plume se met à gratter sur le parchemin. « Quel âge avez-vous Miss ? Mrs ? » Je ne saurais dire, d’un regard, si elle était mariée ou non, ainsi que son âge. Et pourtant, toutes les réponses à mes questions étaient à ma disposition, dans sa tête. Je devais me faire violence pour ne pas aller chercher les réponses seul. Un peu de tenu diantre ! « Je vais également vous demander votre profession. » La plume gratte toujours, mais elle semble écrire plus que ce que je ne dis. « Enfin, j’aurais besoin de connaître votre raison première de votre visite. » Certes, cette visite était plus due au hasard. Etant donné qu’elle était en retard, qu’elle avait déjà fait faux bond à plusieurs rendez-vous, il était probable qu’elle n’était finalement pas entrée dans mon bureau de bonne grâce. Mais qu’importe. Même si je souhaitais connaître la raison première, ce qui se passait en général était simplement que mes patients finissaient par s’ouvrir et révéler d’autres problèmes encore plus profondément enfoui, ou dont ils ne voyaient pas cela comme un problème. En gros, mon boulot n’en finissait presque jamais et cela m’emplissait constamment de joie, surtout parce que je pouvais alimenter mon esprit pervers de leurs pensées.
Parchemin envoyé Dim 7 Mai - 17:10

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

Elle l'écoute parler. Alice se sent mal à l'aise dans ce bureau. Son regard fuit celui du psychomage. Elle fuit tout simplement ce rendez-vous. Si elle n'était pas venue... Que ce serait-il passé ? La même chose que d'habitude ? Idiote, est-elle. Alice ne voit jamais plus loin que le bout de son nez, c'est indéniable. Elle ne cherche pas à avancer. Ce nom qu'elle porte... Elle le porte depuis des années sans fond. Il se perd de son sens à chaque jour qui passe. Juliette perd de son sens aussi. Elle s'enterre, seule. Comme elle a toujours sû le faire.

« Ça ne fait pas mal. » Elle raccroche à ce moment précis. Qu'est-ce qui est censé faire mal ? Cette consultation n'est pas... Avec un gynécomage ou avec un uromage... Quoiqu'elle doute qu'une consultation chez le gynécomage pourrait lui faire du mal. « Vous êtes donc Alice Weasley. » Elle acquiesce lentement de la tête. « Quel âge avez-vous Miss ? Mrs ? » Plus facile qu'un devoir d'histoire de la magie, tu peux le faire. « Vingt-sept ans. » Elle mets quelques instants à relever l'accroche sur son statut marital. Quitte à couper du beurre, elle relève avec retard. « Mrs. » Ce psychomage semble appréciable, mais elle n'a pas réellement envie de parler. Le premier rendez-vous ne venait même pas d'elle. Elle se sent trop perdue pour penser à consulter quelqu'un. Elle n'a pas réellement envie d'y voir plus clair sur sa situation, et pourtant, elle devrait. Des années qu'elle devrait se forcer à envisager d'en sortir, à envisager de devenir elle-même. Où est donc passé ce reflet dans le miroir ?  

« Je vais également vous demander votre profession. » C'est la question piège. Celle à laquelle Alice se refuse de répondre. Elle se refuse à répondre à cette question en public. Il n'y a que ses supérieurs qui savent ce qu'elle fait, ses collègues, ses clients... Chaque fois qu'elle est sifflée dans la rue, elle se sent mal. Tous ces doigts pointés sur elle, toutes ces insultes des femmes voyant comment leur mari la regarde. Elle n'irait jamais dire qu'elle se sent salie, mais elle l'est. « Je travaille... Pour la Main Noire. » Ces mots qu'elle chuchote. Qu'elle se refuse à prononcer. Elle laisse passer quelques temps les secondes.

« Enfin, j’aurais besoin de connaître votre raison première de votre visite. » Elle-même ne la connait pas. Pour Edgard ? Pour son mariage ? Pour sa condition ? Pour s'en sortir ? « Je voudrais y voir plus clair sur moi-même. » C'est une réponse d'esquive, c'est une réponse aussi parfaite qu'elle puisse la faire. A quoi bon venir voir ce médecin pour se taire ? C'est tout Alice. « Je n'avance plus. Depuis longtemps. » Elle les prononce honteusement, tremblotante.
Parchemin envoyé Dim 4 Juin - 23:57

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 376 hiboux. J’incarne : Theo James , et l’avatar que je porte a été créé par : lexie aka Gallifreys la magnifique #lexieaediterceprofiloklm . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Irvin Rackharrow, Alienor Rosier Je parle en : #E4D27C



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : psychomage à Sainte Mangouste, au quatrième étage J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Face à son passé
Avec Alice Weasley. Jeudi 21 février 1991 à Sainte Mangouste, au quatrième étage, service des pathologies des sortilèges, en milieu de journée.

Entretiens plutôt tranquille d’une patiente qui voulait être partout, sauf là. Je l’avais bien compris en l’attrapant dans le couloir que ça ne lui plaisait pas trop et qu’elle aurait préféré m’échapper une fois de plus. Décidément, qu’avaient donc tous mes patients à vouloir m’éviter. Etais-je donc un si mauvais médicomage que ça ? Je tente l’humour, mais ne sais pas trop si ça fonctionne. Mes questions fusent, la plume gratte le parchemin, la patiente hoche la tête à la première question, donne son âge à la seconde et le reprend sur sa condition de femme célibataire ou mariée. J’ajoute sur le document de lui demandé son nom de jeune fille pour compléter mon dossier. Ensuite une autre question lui demandant son métier. « Je travaille... Pour la Main Noire. » La plume ripe, mais note ce qu’elle venait de dire. En revanche, je relève l’information. Elle ne semblait pas particulièrement à l’aise sur la question de son métier. Mais si la question était sensible, autant la garder pour plus tard, j’ajoute une petite note avant de lui demander la raison de sa présence. « Je voudrais y voir plus clair sur moi-même. » Voilà qui était tout de même très vague. Pour savoir tout ça, j’aurais besoin d’en savoir plus sur de très nombreux sujets. Mais sa réponse ne me satisfaisait pas, comme si elle tentait d’élucider la question, comme si elle voulait répondre à côté. « Je n'avance plus. Depuis longtemps. » Si je me demandais dans quel sens elle m’avouait cela, je sentais à la réaction de son corps que s’était comme avouer à demi-mots un problème plus profond.

« Très bien. » Je fais une pause, remettant mes lunettes à leurs places. « Je risque de vous poser des questions qui pourront vous être difficile. Vous pourriez me donner des réponses encore plus dures pour vous. » Je fais une pause, adoucissant un maximum ma voix. « Je vous assure que tout ce qui se dira ici restera ici, entre nous. » Je devais établir une relation de confiance avec elle. Je n’allais pas lui raconter que moyennant rémunération, certains secrets pouvaient passer les murs de la pièce. Ce serait contre-productif. La plus qui avait arrêté son grattement se tiens à nouveau prête à écrire. « Quel est votre nom de jeune fille je vous prie ? » Pour les notes bien entendu, pour le dossier, mais aussi pour tenter d’en savoir plus sur l’enfance de la sorcière. Il était de notoriété qu’une personne élevée par un Lestrange et un autre élevé par un Weasley n’avaient pas eu la même éducation. Cela me permettrait également de connaître les origines et donc le sang de cette femme. Même si au sein de mon cabinet je ne devais pas avoir de réel apriori, il n’en était pas moins que certains sorciers vivaient plus mal leur condition que d’autres. Enfin je reprends mes questions. « Vous êtes donc mariée, pouvez-vous me parler un peu de votre époux ? Ce qu’il fait dans la vie, comment se passe votre relation. » Il était claire que vivre aux côtés d’un Weasley ne devait pas être facile tous les jours. D’autant plus s’il faisait partie des sorciers recherchés. Cependant, si c’était le cas, j’étais étonné que la sorcière puisse venir sans se soucis de risquer d’être interrogée et de devoir révéler des informations sur son époux ou sur l’organisation qui en faisait baver aux mangemorts.



 

Face à son passé - Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Sainte Mangouste-