Partagez | 
(Mererid) ✖ « La cruauté est le remède de l'orgueil blessé. »

()
Parchemin envoyé Mer 25 Jan - 10:28

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 424 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Perséphone, Rhyiona, Ice and fire, Texas Flood, Vinyles idylles & Halloween. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 5 mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne
reine en son domaine
Mererid Nott

« Les biens matériaux de notre famille ne sont rien, à l'égard de notre sang. Il t'ouvrira toutes les portes, te gardera des écueilles, Mererid. Qu'importe la royauté, qu'importent les gouvernements qui se succéderont. Le véritable pouvoir ne changera jamais de camp : la magie la plus pure coulera toujours dans nos veines, se nourrira de notre grandeur. Tu dois la cultiver comme on s'assure qu'une fleur jamais ne fâne. Si tu faiblis de quelque manière que ce soit, elle s'évanouira et te laissera sans défense. Tu ne seras plus digne d'elle. Tu m'entends, Mererid ? Sois-en toujours digne. » Elle ne tente pas d'échapper à la poigne de son père, qui lui tient fermement le menton. Cette voix impérieuse lui empêche de détourner le regard des yeux froids et pourtant intenses de Jule Rackharrow.  « Tu seras une grande sorcière, ma fille. Tant que tu n'oublie pas qui tu es ni ce que tu mérites - rien d'autre que le meilleur... Surtout, ne demandes jamais moins. Exiges ce qui te revient de droit et s'il le faut, arraches le des mains de ceux qui pensent pouvoir t'en priver. »
Made by Neon Demon


‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

Parchemin envoyé Dim 16 Avr - 0:01

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 424 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Perséphone, Rhyiona, Ice and fire, Texas Flood, Vinyles idylles & Halloween. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 5 mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne








In the darkness I will meet my creators
And they will all agree, that I’m a suffocator



Chronologie

10 Septembre 1966 Naissance de Mererid quelques secondes avant son jumeau Drefer.

1 Novembre 1990 Elle participe à la bataille pour le contrôle de Poudlard, remportée par les mangemorts. +

7 Novembre 1990 Première rencontre avec Violet Flamel. Si au premier abord Mererid sauve la Flamel de la Main Noire, ses bonnes intentions s'arrêtent là où son intérêt pour la rousse s'éveille. +

8 Novembre 1990 Jeux sadiques sur une victime moldue, avec son cousin Crixus Lovegood. +

13 Novembre 1990 Odette Lupin décide de se venger du mal causé par Quintus Nott à son époux Skander Lupin, le traître et ex-meilleur ami de Quintus. Elle commande à Erzsébet Grimstone une malédiction visant à empêcher Quintus d'avoir une descendance viable. +

15 Novembre 1990 Les fiançailles de Mererid avec Quintus Nott sont officialisées. +

16 Novembre 1990 Une lettre d'invitation au mariage d'Erzsébet et Kenan, reçue par son jumeau Drefer, suffit à éveiller la méfiance et la jalousie de Mererid. +

20 Novembre 1990 Sa cousine Sileas revient blessée d'une mission, et décide de frapper à sa porte plutôt qu'à celle d'Irvin. +

25 Novembre 1990 Arsenius Black espère obtenir ce qu'il a autrefois refusé à Mererid. Femme déjà fiancée, et qui pourtant se laisse encore aller aux jeux de la séduction dans l'espoir de venger sa fierté. +

20 Décembre 1990 Mererid assiste au mariage de son cousin Kenan avec Erzsébet Grimstone.

7 Janvier 1991 Début de la liaison entre Quintus et Drefer. +

1 au 3 Février 1991 Mererid enlève et torture Violet Flamel. Celle-ci a la chance d'arriver à s'échapper, aidée par des rebelles. +

5 Février 1991 Mariage de Mererid et Quintus Nott. À la demande de Mererid, Quintus accepte que Drefer vienne vivre avec eux au manoir Nott. +

6 au 15 Février 1991 Voyage de noces à Pora Pora. +

5 Mars 1991 Dernière entrevue avec le cadet des Meadowes, qui décide de mettre fin à leur liaison commencée avant le mariage de Mererid.

7 Mars 1991 Elle se découvre enceinte de Quintus.

5 Avril 1991 Pendant que Drefer cède aux avances de Quintus, Mererid manque de les surprendre. Ce sont la jalousie et l'angoisse qui semblent causer sa fausse couche, mais elle ignore qu'une malédiction pèse sur la descendance de son époux. +

6 Avril 1991 Le couple Nott tente de réparer leur relation après la fausse couche de Mererid. +

6 Avril 1991 Mererid échange des nouvelles avec sa vieille amie Magnolia Lupin, bien que celle-ci soit recherchée par le gouvernement depuis le bal de Samain et son évasion d'Azkaban. Elles conviennent d'une rencontre le 5 mai. +

7 Avril 1991 Drefer est arrêté par les moldus au cours d'un bal organisé par la royauté moldue, durant lequel le monde magique découvre l'animosité du monde non magique. +

9 Avril 1991 Correspondance avec Erzsébet Grimstone. Ne supportant plus l'absence de Drefer, Mererid achète à Erzsébet un collier ensorcelé capable d'absorber les sentiments de son porteur. +

12 Avril 1991 Mererid récupère le collier à Sparkling Snake, la boutique d'Erzsébet.  +

14 Avril 1991 Mererid participe à la mission menée par Quintus pour libérer Drefer ainsi que les deux autres mangemorts retenus dans la prison de haute sécurité moldue. +

2 Mai 1991 Mererid est à nouveau enceinte de Quintus.

5 au 9 Mai 1991 Mererid piège Magnolia à l'aide d'un somnifère, puis l'enferme dans une des chambres d'amis du manoir Nott, sous prétexte de la protéger. Mais Drefer s'en rend compte, et Magnolia et Drefer finissent par apprendre ce que Mererid leur a caché toutes ces années. Drefer aide alors la Lupin à s'enfuir. +

13 Mai 1991 Des retrouvailles dont Mahlah Ellsworth se serait bien passée. Les années ont passé depuis la dernière fois que le tyran et sa victime se sont croisés. +

15 Mai 1991 Les mangemorts apprennent par leurs supérieurs l'existence d'un moyen de ramener leur Maître d'entre les morts. +

17 Mai 1991 Erzsébet avoue dans une lettre l'existence de la malédiction et invite Mererid à lever celle-ci avec son aide. +

19 Mai 1991 Préparation des deux rituels. +

20 Mai 1991 Invocation d'Azarenka, un démon intermédiaire.

28 Mai 1991 (Pleine Lune) Avec l'aide d'Erzsébet, Mererid lève le sort qui pèse sur la descendance de Quintus. Puis elle lance sur Skander Lupin ses représailles : une malédiction qui décuple la colère de l'homme. +

15 Juin 1991 Mererid renvoie son éternel, récoltant une marque à la main en retour, dont le rôle est d'annoncer à toutes les créatures qu'elle invoquera qu'elle n'est pas digne de confiance. Azarenka décide, quand à lui, de rester à son service.

22 Juin 1991 Elle explique à Quintus et Drefer la malédiction, ses conséquences et la manière dont elle s'est vengée. +

27 Juin 1991 Mererid surprend Quintus et Drefer. La découverte de leur affaire la met dans une colère si noire qu'elle lance un Doloris sur son jumeau. Quintus refuse de faire un choix entre son épouse et son amant. Ce dernier quitte alors le manoir Nott. +

28 Juin 1991 Mererid détruit le collier ensorcelé.

2 Juillet 1991 Azar fait part à Mererid de son impression que sa grossesse n'est pas vouée à l'échec. Elle contacte aussitôt Erzsébet, qui lui confirme la possibilité que l'enfant survive s'il s'agit d'une fille. +

16 Juillet 1991 Margaret Selwyn, ancienne meilleure amie de Mererid et à présent promise à Minos, le frère de Quintus, vient prendre des nouvelles de sa future belle-soeur. +

18 Juillet 1991 Victime de l'ennui, Mererid quitte le manoir en désobéissant aux ordres de Quintus. Sa rencontre avec Nathaniel Trelawney, ennemi de son frère, est houleuse. +

3 Août Give you what you like. Description à venir. +

5 Août 1991 Les époux Nott attendent que la famille se réunisse autour d'un dîner pour annoncer la survie de l'enfant à venir. +

31 Octobre Accouchement : Naissance d'Althea Nott, prématurée de trois mois. +

Fin décembre Ashes in my wake. Description à venir. +



‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

Parchemin envoyé Sam 20 Mai - 22:42

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 424 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Perséphone, Rhyiona, Ice and fire, Texas Flood, Vinyles idylles & Halloween. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 5 mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne










20 Mai 1991

La chambre de l'enfance. Rien n'a changé, depuis ce 4 février où elle a passé cette porte pour la dernière fois. Elle note d'un œil critique l'inacceptable couche de poussière qui couvre certains meubles, et se fait la promesse d'en toucher deux mots à l'éternel qui leur sert d'elfe de maison. Ce ne sont peut-être plus vraiment ses appartements, mais... Il y a quelque chose de rassurant, à réaliser que le lit n'a pas bougé et que les bougies qu'elle a laissé sur la table basse sont intactes. Elle prend le temps de respirer le parfum de l'une d'entre elles. Cannelle, ses préférées. Elle n'en a pas besoin pour leur odeur, mais qu'importe, elles feraient très bien l'affaire.

❖❖❖

Elle a poussé la table et les fauteuils et roulé le tapis sur le coté, laissant un vide devant la cheminée. Sur les lattes du parquet, les bougies forment un large cercle. D'un coup de baguette, elle ferme les rideaux de la seule fenêtre, par laquelle arrivent les derniers rayons du soleil qui se couche. La première partie, la plus facile, peut débuter. Ni livre ni parchemin, non : elle connaît les mots par cœur. On les lui a murmuré, encore et encore, et elle-même les a prononcé plusieurs fois par le passé. « Attenrobendum eos, ad ligandum eos, potiter eos, coram me. » Une pause, un souffle qui lui échappe ; les mèches des bougies s'allument brusquement. Avec un calme qui n'est que d'apparence, un frisson excité parcourant sa peau, elle achève : « Quo veniat in medium. » À nouveau, la pièce est plongée dans l'obscurité.

À genoux devant ce cercle vide, elle attend, seul le bruit de sa respiration troublant le silence. Soudain, un léger craquement du plancher. Puis le frémissement d'une échine. Enfin, six yeux blanc qui s'ouvrent et la fixent. Le souffle de la Rackharrow s'accélère légèrement. De quel genre de créature s'agit-il ? Les bougies reprennent alors vie, sans doute par la volonté de la bête, et elle lui apparaît. De la taille d'un grand chien, ce qui ressemble à une chimère sans en être une continue de la dévisager. Son poil est d'un gris tirant sur le rouge, son cou et son ventre tâché de blanc, ses pattes baignent dans le noir et son arrière-train est rayé par endroit. Si les membres avant ressemblent à ceux d'un lion, ceux de derrière se finissent par de fins sabots noirs. Mais le plus frappant, c'est ce faciès qui la jauge en silence. Couronné d'une paire de cornes et d'une épaisse crinière brune, il a les oreilles presque tordues, la truffe déchiquetée et seules deux canines s'échappent de ses babines. Jusqu'à ce qu'il ouvre la gueule, révélant la multitude de crocs qui s'y alignent, et qu'en échappe une voix rocailleuse : « Allons, petite humaine. N'as-tu pas fini ton examen ? » Mererid sursaute. Ses sourcils se froncent tandis qu'elle redresse fièrement le menton. « Ne me fais pas regretter de t'avoir appelé, créature. » Un rire sec lui répond, puis il s'allonge lourdement et commence à lécher l'une de ses pattes en l'ignorant. Sans s'en formaliser, la sorcière entreprend de terminer le rituel. Elle lève le poignet au dessus du bol posé devant elle et entaille sa peau délicate avec l'extrémité de sa baguette. La bête relève aussitôt ses six yeux vers elle, observant son manège avec intérêt. Quand elle estime le bol assez rempli, la sorcière referme la plaie d'un murmure puis pousse le contenant jusqu'à ce qu'il soit dans le cercle des bougies. La créature se lève alors et se penche sur le bol, happant son contenu avec avidité.

Puis il s'assoie et la fixe en penchant légèrement la tête. « Il semblerait que j'ai fait erreur, maîtresse. » L'ironie de son ton n'échappe pas à Mererid. « Ton âme me plaît. » Elle ne répond pas, le fixant avec un mépris non dissimulé. Lentement, il sort du cercle et tourne autour d'elle, sans qu'elle ne daigne le suivre du regard. Ses griffes raclent sur le sol, et ses sabots claquent doucement. Sa voix résonne dans son dos, lui arrachant un discret frémissement. « Mais je ne vois rien ici pour satisfaire mon appétit. » Elle lève les yeux au ciel, guère amusée par son comportement. Encore une forte tête, estime-t-elle, et elle donne déjà assez de sa patience à son éternel. Elle répond d'une voix cassante : « Ne me prends pas pour une imbécile. Je sais que tu n'as nul besoin de te nourrir. » Un rire bas, elle sent brièvement son souffle près d'elle puis il s'éloigne un peu et s'étale à nouveau sur le sol, sans la moindre grâce. « Bien sûr. Mais je ne suis qu'un pauvre intermédiaire, vois-tu. Il va te falloir trouver des moyens de me contenter, maîtresse» Sans bouger, elle l'observe, tente de comprendre ce qu'il désire vraiment. Peut-être l'a-t-elle sous-estimé en le prenant pour une de ces créatures arrogantes mais soumises qu'elle a invoqué par le passé. « Qu'espères-tu recevoir en échange de tes services ? » demande-t-elle froidement. Après tout ,c'est ainsi que fonctionnent les intermédiaires, le plus souvent. Un bruit sourd lui parvient de la créature, qu'elle n'arrive pas à identifier... une sorte de ronronnement ? « Nous pourrions commencer par, disons, la carcasse d'un mortel. N'importe lequel fera l'affaire. » L'étonnement se lit sur le visage de Mererid. Ce n'est pas une demande classique, contrairement à ce qu'on pourrait s'imaginer. La plupart des créatures n'oseraient pas exiger une telle chose de leur maître. Mais à l'évidence, elle n'a rien contre cette requête. « Mon nom est Azarenka, mais tu peux m'appeler Azar » lance-t-il de sa voix grave. Il semble réaliser l'indifférence de la Rackharrow et redouble de sarcasme en ajoutant : « Allons, ne te présentes-tu pas, petite humaine, ainsi que le reste de ta famille ? » Il se relève soudain, et en un bond il lui fait face. « Quand comptes-tu te débarrasser de la créature destinée à mourir, qui grandit dans ton ventre ? Je ne t'apprend rien, n'est-ce pas ? » Elle grimace. C'est même la raison principale pour laquelle elle l'a appelé ; jamais ne s'est-elle sentie si vulnérable que ces temps-ci, et peut-être que la présence d'un serviteur supplémentaire pourrait lui donner assez de force pour ce qu'elle va devoir accomplir dans les jours à venir.


‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

Parchemin envoyé Dim 20 Aoû - 12:31

avatar
avatar
profil
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 19/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 424 hiboux. J’incarne : Alycia Debnam-Carey , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Perséphone, Rhyiona, Ice and fire, Texas Flood, Vinyles idylles & Halloween. Signature codée par Anesidora. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Priam, Valeryan & Siofra. Je parle en : #982C20 et Azarenka parle en #76656F.



Je suis âgé de : 24 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : une femme entretenue. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis mariée à Quintus Nott et enceinte de 5 mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne










2 Juillet 1991

Il est 11h mais les rideaux sont tirés. Quintus est au Ministère, et les autres habitants du manoir ont pris l'habitude de ne pas déranger son épouse. La porte n'est même pas verrouillée, qui oserait s'inviter dans la chambre du maître de maison sans s'annoncer ? Il est 11h et elle n'a pas encore quitté sa chemise de nuit ni mangé plus que quelques biscuits apportés par Odestan. Malgré les insultes et les coups qu'il subit, l'elfe de maison est indéniablement doté d'un fort caractère et est parvenu à la convaincre d'avaler quelque chose. Il est le seul à avoir vraiment remarqué qu'elle mange moins, puisqu'elle a toujours eut l'habitude de prendre une partie de ses repas seule, et qu'à part Alysa tous ici travaillent et ne s'attardent donc que rarement dans l'une des salles à manger. Même le médicomage ne s'est pour l'instant rendu compte de rien. Elle lui a discrètement commandé une nouvelle potion, comme celle que lui avait donné Erzsébet, mais ce genre de choses prend un temps étonnant. Si elle avait été un peu plus douée en la matière, peut-être aurait-elle tenté de la confectionner elle-même. Au moins l'homme la fournit-il en breuvages calmants et autres médicaments contre la douleur. Il ignore qu'elle n'apaise pas que la douleur physique ; que le sommeil peu naturel qu'elle recherche avec tant d'avidité lui permet également d'échapper à la pensée de ce qu'il s'est passé quelques jours auparavant. Elle vit aux côtés du traître à présent, de celui qui a poussé son jumeau au vice mais auquel elle ne peut pas vraiment s'en prendre... Son tendre mari. Les apparences n'ont guère changé, en vérité. Il est curieusement facile de prétendre que tout va bien, devant le reste de la maisonnée. Elle l'embrasse peut-être un peu moins souvent qu'auparavant. Et surtout, jamais en privé. Non, dans le secret de leur chambre et au détour des couloirs, elle évite son contact tant qu'elle le peut. Elle sait qu'éventuellement, ce manège ne pourrait durer pour toujours - que son devoir d'avoir un enfant ne s'envolerait pas avec la perte de celui, condamné, qu'elle porte encore.

Nous sommes en juillet mais elle a allumé un large feu dans la cheminée. Le bruit des bûches qui craquent l'a toujours aidé à se détendre, peut-être parce qu'il lui rappelle les rares nuits où Elisabeth venait s'installer dans le salon avec le reste de sa famille. Rodrick montait alors sur ses genoux, tandis que Drefer et Mererid finissaient en général par s'endormir ensemble dans le sofa ou directement sur le tapis, près des flammes. Mais aujourd'hui, elle est seule, couchée en chien de fusil dans le canapé qu'elle a tiré au plus près de la chaleur. Celle-ci en est presque étouffante, une légère sueur coulant au front de la sorcière - ou peut-être est-ce la fièvre, qui va et vient depuis déjà plusieurs semaines et dont elle commence presque à s’accommoder. Azar est couché au sol entre elle et la cheminée, et les yeux à demi fermés de Mererid observent sa pelisse qui se soulève au rythme de sa respiration. Elle ne pense à rien, curieusement en paix ; sans doute est-elle encore trop sonnée par le départ de Drefer pour en accepter toute la réalité.

L'endormissement n'est pas loin, mais Azarenka se redresse brusquement et elle sursaute, ouvrant des yeux surpris. « Que se passe-t-il ? » demande-t-elle aussitôt, inquiétée par cet étrange comportement. L'intermédiaire ne répond pas, secouant d'un frisson sa carcasse aux reflets gris. D'un bond, il atterrit au dessus de Mererid, sa large silhouette la surplombant. Beaucoup auraient été terrifiés de se retrouver nez à nez avec ses six yeux, mais la Nott ne cille pas, sachant parfaitement qu'il ne peut lui faire aucun mal. Lentement, Azarenka se penche près de son ventre ; ses narines s'agrandissent, comme s'il cherchait à mieux saisir une odeur. La sorcière hausse un sourcil mais avant qu'elle ne l'interroge, il gronde presque avec douceur : « Je la sens. » Les yeux verts s'agrandissent, mais elle reste figée, incapable de réagir. « La ? » finit-elle par répéter, d'une voix étranglée. Il retrousse brièvement les babines en réponse, mimique dont elle connaît désormais la signification. Stupide humain, pense-t-il sûrement en répondant. « Oui. » Elle se redresse soudainement, mais avant qu'elle ne le bouscule il a déjà quitté le canapé aussi vite qu'il y est monté ; il se recouche avec indolence sur le tapis, comme s'il ne s'était rien passé. Mererid fronce les sourcils, agacé par son attitude désinvolte. « C'est une fille ? Comment le saurais-tu ? C'est beaucoup trop tôt. Pourquoi me dis-tu cela ? Elle est morte, de toute façon. » Les mots sont presque trop durs, même pour elle, mais elle parvient quand même à les lui cracher. Accusatrice, blessée d'apprendre le sexe de l'enfant alors qu'elle commençait à peine à se faire à l'idée de l'avoir déjà perdu. Azar relève le museau un bref instant, clignant de ses six yeux avec langueur. « Non, elle n'est pas morte. J'ai fait erreur. Elle se bat. » Déclaration succincte, lancée avec une sorte d'indifférence. Elle reste longuement sans réagir, les lèvres entrouvertes sous le choc de cette nouvelle. Enfin, elle parvient à se lever et à se diriger vers son bureau. La plume et le papier s'empressent de se mettre en mouvement, reproduisant ses pensées hâtives.

Erzsébet,
Je crois que l'enfant va vivre. Tu as affirmé que c'était impossible, mais est-il envisageable que tu ai fait une erreur ? Azarenka affirme que c'est une fille, et qu'elle a une chance de survie. Si tu peux faire quoi que ce soit, je t'en conjure, aides moi.


Elle ne prend même pas la peine de se relire, et n'a guère conscience d'avoir abandonné toute dignité pour écrire cette lettre. Sûrement aurait-elle quelques regrets plus tard, en évoquant le souvenir des mots offerts au papier. Mais qu'importe, si c'était le prix à payer. Elle se tourne vers Azar, qui s'est déjà levé en comprenant. « Tu seras plus rapide qu'un hibou. » Il grogne faiblement, contrarié d'être utilisé comme un vulgaire coursier, mais prend avec délicatesse la lettre entre ses crocs avant de disparaître avec.



‘Cause she’s just like the weather, Can’t hold her together. Born from dark water, Daughter of the rain and snow. She wants the silence But fears the solitude. She wants to be alone And together with you. F&themachine

 

(Mererid) ✖ « La cruauté est le remède de l'orgueil blessé. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Les amis sont un remède contre un coeur blessé"
» Haiti en Marche: Entre Duvalier et les autres, reste une cruauté absolue
» Le spectre du Bénou étoile céleste de la cruauté [ok]
» « la cruauté demande un long apprentissage. » — pandore nyx epheridge
» L'Epreuve (Le Labyrinthe, La Terre Brûlée, Le Remède Mortel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Dossiers personnels :: Pensine-