Partagez | 
 
-(Artemis) ◊ « A whole new world. »-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 737 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Jeu 5 Jan - 17:37

A whole new world.Artemis & Erzsébet
20.12.1990
Mariée solitaire dans ces clans hostiles, comme on marcherait dans un champ de mines. Elle les voit, les Rackharrow méfiants, l’oeil aux aguets, et le peu de Grimstone présents, presque mordants, sifflant leur mécontentement dans la fierté silencieuse, assumée. Alliance improbable de ceux qui se méprisent. La neige enchantée qui tombe du plafond ne change pas l’ambiance, n’apaise pas les tensions, rien n’étant finalement capable de réconcilier ces deux visions du monde. Elle s’approche, Sissi, des propriétaires du manoir, un peu hésitante, un peu intimidée. Ils ont l’air si sévères, n’est-ce pas ? Ils ne mordent pas, elle le sait, et ça n’est pourtant pas aisée parce qu’elle se sent telle une intruse à cette fête, telle une pièce mal rapportée. Kenan parle avec son père et elle ne se sent pas de rester près de son frère à l’air renfrogné, presque carnassier. Le décor de noir et de blanc offre un contraste saisissant, si proche de ce qui unit les deux nouveaux époux, d’une élégante provocation - assument-ils leurs démons intérieurs ? C’est un sourire en coin qui répondrait à la question, si on la leur posait. Pour l’heure, elle remercie, parce qu’elle y tient, parce qu’on a beau lui dire qu’elle est désormais des leurs, elle a un point de vue différent, elle sait que c’est difficile, qu’elle n’est pas des familles avec lesquelles ils s’associent, qu’elle n’a pas le prestige de bien d’autres, qu’elle a même la disgrâce au-dessus de son nom de naissance, peut-être plus encore que les Rackharrow, il y’a la co-leader de l’Ordre chez les siens, il n’y’a pas qu’une traitresse mais la reine des ingrates, associée à l’idée même de révolte, de rébellion. Folie d’un idéal inacceptable. Ils auraient pu faire annuler ce mariage, ils en auraient eu le droit et peut-être Irvin n’y’aurait pas pu grand chose. Reconnaissance avant tout. A celui qui est désormais son beau-père, elle a assuré accepter les secrets, les traditions, mais aux anciens elle n’a jamais rien dit. Ils ne la connaissent sans doute que de rumeurs, qu’à cause du terrifiant serpent qui rampe depuis des années sur ses pas, celui qui se tapis actuellement dans les jardins, oeil vif et luisant. Elle ne tient pas à leur faire l’impression d’une fille trop gâtée qui ne sait pas reconnaitre sa chance, elle ne tient pas à embarrasser Kenan, lui qui cherchait tant l’approbation des siens sans jamais l’avouer, gamin terrible. « Excusez-moi. » souffle-t-elle, un sourire navré sur les lèvres, en quittant leur compagnie pour rejoindre la jeune femme trop seule, un peu plus loin dans le jardin d’hiver où ils sont tous rassemblés.

Une coupe de champagne attrapée au passage, elle la tend à Artemis en s’installant sur la chaise à proximité. « J’imagine que ça n’est pas la journée la plus enthousiasmante de ta vie. » Artemis, aussi brune qu’Erzsébet était rousse, aussi parfaite qu’elle était étrange, deux faces d’une même lignée. Elles avaient eu peu de raisons de communiquer, durant leur scolarité comme durant leur vie, les contacts trop aisément rompus entre les branches, parce que les opinions politiques avaient créé des fractures. Sissi avait fini par faire une alliance avec une famille de Mangemorts, improbables décisions, qui lui sauvait peut-être désormais à la fois la vie et ce qu’il restait de réputation. Ils étaient nombreux ceux qui s’étaient interrogé de l’indécence de Kenan à s’afficher avec une jeune femme qu’il n’avait pas pour destin d’épouser.. et pourtant, les voilà mariés. Elle ignorait ce qu’il s’était dit chez Lazlo, ça l’avait fort peu intéressée. Cela passait-il pour un contrat fou entre deux pères, les deux seuls à avoir une entente cordiale ? Les unions d’amour étaient si peu courantes. Elle esquisse un sourire compatissant. Artemis était bien plus sage aux yeux du monde que ne l’avait jamais été la rousse, la fourchelangue effrayante qui traînait son aura sombre depuis les couloirs de Poudlard. « Je pensais que tu n’aurais pas le droit de venir. » Elle replace le tissu noir sur le bas de sa robe, calmement, tentant de ne rien abîmer, croisant une jambe sur l’autre et laissant ainsi entrevoir le talon orné d’un serpent aux yeux rubis de son escarpin.

ERZSEBET - #477c64, FOURCHELANGUE - italique.



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 131 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Sam 7 Jan - 23:57



Sissi
Who are you?

Le mariage du siècle. Artemis observait les Rackharrow avec cette méfiance si partagée parmi les siens. Elle ne comprenait pas comment les deux familles avaient pu s’entendre sur ce mariage, eux qui se méprisaient depuis si longtemps. Recluse dans un coin de la pièce, la brune observait le manège, cette pièce de théâtre qu’elle connaissait par coeur. Les sourires crispés, ces sourires qui voulaient exprimer une joie qui n’était que feinte... Elle vit un ancien camarade plus loin. L’un de ceux qu’elle n’approcherait sûrement pas. Sa cousine était jeune, sa cousine était là, comme une brebis au milieu des loups. Son père, Lazlo Grimstone, discutait pourtant avec la famille du marié. Evidemment, lui était politicien, il était probablement le plus à l’aise dans cette grande mascarade qui se jouait. Le noir et le blanc s’affrontait, dans un combat éternel entre les ténèbres et la lumière. Cette vérité frappa la jeune sorcière. S’agissait-il de ça, finalement ? D’un combat éternel entre ceux qui avaient renoncé aux arts sombres et ceux qui s’y adonnaient ?

La trahison, dans la famille, ne l’avait que peu touchée. Bien sûr, que l’on salisse son nom l’avait tracassée mais elle considérait que si un mari n’avait pas su retenir sa femme, il était bien le seul responsable. Et ce n’était probablement qu’une question de temps avant que cette brebis galeuse ne soit éliminée. D’ailleurs, cette alliance surprenante venait peut-être d’un arrangement de ce genre. Ils ouvraient la porte à cette sombre famille, ces assassins sans vergogne pour qu’ils les débarrassent de ce petit problème. Par Merlin, elle se sentait tellement prisonnière d’une vie qu’elle voyait sans fin. C’était comme regarder un gouffre dont on ne distinguait pas le fond, c’était comme tomber sans jamais ne pouvoir s’écraser et mourir. Se mêler parmi eux ne l’intéressait pas. A vrai dire, tout ce qui l’intéressait était de pouvoir rentrer chez elle avec ce pendentif si particulier et s’endormir face à ce ciel étoilé. Le seul cadeau complètement désintéressé qu’elle avait jamais reçu.

Et puis, qu’était la famille ? Sa cousine et elle n’avait pas partagé grand chose. A Poudlard, elles n’étaient pas dans les mêmes maisons et avaient adopté l’étrange même attitude : elles ne s’étaient pas mélangées à leurs camarades. Artemis avait fini par changé, mais ce ne fut qu’à partir de sa 5ème année et uniquement grâce à lui. Nate. Elle ignorait ce qu’il devenait, elle ne voulait même pas savoir.

Elle soupira et ce fut le moment que choisit Sissi pour apparaître avec une coupe de champagne. Artemis la prit. « Merci, Sissi. C’est très gentil. » Lui offrant un sourire un peu gêné, elle l’observa. « Ta robe est très belle. Tu es magnifique. Je tenais à te le dire. » Ses mots étaient sincères. La rousse et la brune. Parfois, on se demandait comment elles pouvaient être de la même famille. « Regarde les, cousine. Ils jouent tous ce jeu. Ils portent pour la plupart un masque. Je ne sais pas si je serai capable d’en faire autant. Le poids me pèse de plus en plus... Parce que tu as eu la chance d’épouser qui tu souhaitais. Je ne suis pas sûre d’en avoir autant. A vrai dire, c’est même déjà raté. » Sissi savait forcément que sa cousine avait eu une histoire d’amour avec un camarade. Nathaniel Trelawney. Un sorcier de sang mêlé avec un don de voyance, une vérité cachée connue seulement de quelques uns. Un secret bien gardé. Mais elle avait renoncé à lui. Il lui manquait tellement... Elle avait cet affreux sentiment de solitude qui la tenaillait à nouveau. « Mon père a bien sûr peu apprécié que notre famille s’allie à celle-ci. Mais il saura tirer parti de ton mariage pour ses propres intérêts. C’est ce qu’il fait toujours. Défendre ses intérêts. Si cela lui permet de se sécuriser, il saisira l’opportunité. » Un père qui voletait. La politique. Un monde de faux semblants. « Il pense que je devrais en faire autant. Depuis que cette date a été fixée, il me parle de plus en plus d’union. Je sais que c’est mon devoir. Nous naissons toutes avec ce devoir. » Elle esquissa un sourire triste. « Peut-être qu’il m’a fait venir pour me donner l’idée d’en faire autant. » Elle rit, amère. « Tu n’as pas l’impression que le Choixpeau s’est trompé pour nous ? Il a dû nous confondre, non ? » Un changement de conversation qui surprendrait sûrement sa cousine. « Es-tu heureuse ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 737 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Dim 8 Jan - 16:58

A whole new world.
20.12.1990

«
 Ta robe est très belle. Tu es magnifique. Je tenais à te le dire. » Elle offre un sourire un peu gêné en guise de remerciements, comme si elle n’était pas certaine de se trouver magnifique, et c’était peut-être le cas. Oh bien sûr Erzsébet apprenait à s’apprécier telle qu’elle était grâce à sa relation avec Kenan mais rien ne lui enlevait cette sensation d’être trop étrange, trop bizarre. La robe était parfaite, à n’en pas douter, d’un créateur norvégien, une vraie perle de sophistication dosée en provocation. « Regarde les, cousine. Ils jouent tous ce jeu. Ils portent pour la plupart un masque. Je ne sais pas si je serai capable d’en faire autant. » Elle tourne le regard vers l’assemblée disparates des représentants de chaque lignée qui ne semblaient que peu enclins à se mélanger mais elle ne voit pas exactement la même chose qu’Artemis, sans doute parce qu’elle était plus familière avec les secrets de chacun à où la brune avait un regard plus extérieur. De la société magique, Sissi ne connaissait que trop bien les travers, de part les bijoux qu’elle vendait, représentant bien trop souvent la personnalité de ceux qui les commandaient. « Le poids me pèse de plus en plus... Parce que tu as eu la chance d’épouser qui tu souhaitais. Je ne suis pas sûre d’en avoir autant. A vrai dire, c’est même déjà raté. » Elle détache son attention du reste de la famille pour la reporter sur Artemis. Que lui dire, en fin de compte ? Nier l’évidence ? Ca n’était pas son genre, de donner de faux espoirs. Elle était toujours si distante quand il s’agissait des rêves des autres. Le monde dans lequel elles vivaient n’était pas un rêve, jamais, pas tant que durerait la guerre. « Mon père a bien sûr peu apprécié que notre famille s’allie à celle-ci. Mais il saura tirer parti de ton mariage pour ses propres intérêts. » Elle rit, cette fois. Elle rit de bon coeur, la mariée, parce qu’une évidence lui saute aux yeux dans cette affirmation, une évidence que Lazlo n’a peut-être pas envisagé. « C’est ce qu’il fait toujours. Défendre ses intérêts. Si cela lui permet de se sécuriser, il saisira l’opportunité. » Elle est amusée, se penchant légèrement pour souffler à Artemis, sur le ton de la confidence. « Je crains qu’il ne soit pas si aisé pour ton père d’obtenir des avantages, leur nom est aussi problématique que le notre. » Les Rackharrow, accusés d’avoir empoisonné le ministre, qui tentent de garder la tête haute. Pure folie d’associer les deux trahisons, n’est-ce pas ? Pourtant ça ne paraît pas inquiéter Sissi qui s’appuie contre le dossier de sa chaise, calmement.

« Il pense que je devrais en faire autant. Depuis que cette date a été fixée, il me parle de plus en plus d’union. Je sais que c’est mon devoir. Nous naissons toutes avec ce devoir. » Elle hausse un sourcil. Leur devoir à toutes ? Est-ce ainsi que Lazlo a présenté les choses à sa fille ? Les deux cadettes avaient eu une éducation assez différente, elles ne s’étaient jamais vraiment fréquentées, elles n’avaient pas eu de réelles occasions d’échanger sur leur enfance, leur vision des choses. « Personne n’a jamais exigé que je me marie, Artemis. On m’a destiné très jeune à devenir comme notre grand-oncle Leopold. » L’archiviste sans mariage, sans enfant, celui qui avait une inquiétante allure, une aura sombre, finalement assez similaire à Erzsébet dans sa soif de connaître, de conserver le lien avec la magie noire renié par tous les autres. « C’est ce que tu veux être ? L’outil des ambitions de ton père ? »

« Tu n’as pas l’impression que le Choixpeau s’est trompé pour nous ? Il a dû nous confondre, non ? » Elle offre un sourire amusé. On pourrait le croire, oui, parce qu’Artemis était la parfaite petite sang-pur sans but visible dans l’existence tandis qu’Erzsébet tentait toujours d’atteindre l’excellence. « Le Choixpeau ne se trompe jamais, tu n’as simplement pas encore trouvé quelle est ton ambition. Cesse donc d’être trop sage, Temis. Je sais ce que c’est, de vouloir rendre les parents fiers mais tu vas en mourir, crois-en mon expérience. » Expérience douloureuse, qui plus est, puisqu’après Samain elle avait manqué y passer, d’une surdose de calmants. « Qu’est-ce qui t’empêche de profiter de la vie, mh ? Vis ce que tu as à vivre avant que ça ne soit plus possible. Un jour, ton père prendra une décision et ensuite tu n’auras plus le loisir de te rebeller. C’est à cela que sert la jeunesse, n'est-ce pas ? » Un clin d’oeil. Elle se fichait bien Sissi, qu’Artemis soit amoureuse d’un impur, elle s’en fichait si sa cousine était prudente, si elle posait des limites, si elle acceptait l’idée d’un bonheur certes éphémère mais dont elle se souviendrait toute sa vie comme la plus belle période de sa jeunesse.

« Es-tu heureuse ? » Erzsébet penche la tête, surprise. D’où sortait cette question ? « Pourquoi ne le serais-je pas ? Tu sais, Irvin Rackharrow a toujours été le père que j’aurais aimé avoir. J’ai grandi dans ses pattes même si personne chez les Grimstone ne s’en vantera. Il m’a offert une chance incroyable. » Même si elle a choisi de se vendre au gouvernement, même si elle travaille désormais avec le département de recherches des Mangemort, c’est un maigre prix à payer pour essayer de protéger ceux qu’elle aime bien plus que sa lignée d’origine. « Et puis j’ai un mari terriblement sexy. » Le ton de la plaisanterie. Kenan a le charme sombre de sa famille, ce mystère au fond des beaux yeux bleu nuit et, de toute évidence, la mariée est loin d’y être indifférente. 

SISSI : #477C64 - DAKSHA : #A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 131 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Sam 14 Jan - 17:12



Sissi
Who are you?

L’image des Serpentard n’était pas toujours valorisante. Sauf peut-être depuis la Purge. Cette maison avait accueilli en son sein le plus célèbre mage noir de tous les temps et même s’il était tombé, son culte lui, survivait. Une guerre politique s’organisait à présent, et chacun tentait de tirer son épingle du jeu. Artemis aurait pu pousser son père à lui trouver le meilleur des partis, au lieu de ça, elle restait totalement passive. Mais ce jour-là, au mariage de sa cousine, elle réalisa combien sa solitude était immense. Ses grands yeux fixés sur les différentes attitudes de ses pairs, elle voyait des valses connues, comme celle de son père qui essayait de tirer profit de la situation. Elle fut interrompue dans son observation par la venue de Sissi. Penchant légèrement la tête, Artemis la complimenta sincèrement sur sa tenue. Elle sentit la gêne de la jeune femme et elle n’insista pas, préférant attirer son attention sur ce qui lui occupait présentement l’esprit. Certains veillaient à ne pas croiser la route de l’autre lignée, d’autres tentaient quelques conversations mais rien ne semblait sincère. Sissi avait cependant une raison de se réjouir : elle épousait une personne qu’elle aimait.

Si demain Nathaniel faisait irruption dans le bureau de son père pour demander sa main, si son père, bien qu’interloqué et certainement agacé se laisser convaincre que le bonheur de sa fille comptait bien plus que le sang, si son père venait à accepter… Ne serait-elle pas rayonnante de bonheur ? Elle avait mainte fois imaginé la scène, espérant, rêvant. La réalité finissait, hélas, toujours par s’imposer. Elle ne pourrait qu’épouser un homme qu’elle n’aimerait pas. Les mariages arrangés finissaient rarement en histoire d’amour et elle était convaincue qu’elle n’aurait pas cette chance. Le silence de sa cousine sur ce sujet lui confirma son sentiment. Son cœur s’alourdit et finalement, ce fut sur Lazlo Grimstone que Sissi réagit. Hochant la tête, Artemis sourit. « Oh, ce genre de détail ne l’a jamais arrêté. Mon père pense qu’il faut être bien avec tout le monde. Ainsi, si le vent tourne, il saura faire face. Les Rackharrow ne sont peut-être pas si bien vus aujourd’hui, tout comme notre famille. Cependant, nous ne savons pas toujours ce que le futur réserve. Demain, les Rackharrow pourraient devenir les héros de la nation ou bien les personnalités les plus importantes. Nos intérêts valent tous les sacrifices. » Son discours était probablement des plus inquiétants mais sa vision était plutôt aiguisée.

« Personne n’a jamais exigé que je me marie, Artemis. On m’a destiné très jeune à devenir comme notre grand-oncle Leopold. » Les mots sont douloureux. Oncle Leopold. Ce n’était pas vraiment flatteur pour une jeune femme comme Erzébet. « Je n’ai pas eu ton courage, Sissi. Je n’ai pas vraiment mon mot à dire. Je peux espérer faire pencher la balance mais s’il prend une décision, je devrais la respecter… » Tout ça sonnait creux. « Entrer en conflit avec lui… Je ne sais pas si cela est sage. » Au fond, elle craignait son père. Il était ce genre d’homme à ne jamais vraiment exprimer ses intentions. La jeune fille marchait toujours avec des œufs. Il avait beau ne pas se montrer menaçant, elle jugeait qu’il n’était sincère avec personne et donc un danger potentiel. Il pourrait l’éliminer sournoisement. Ce ne serait pas le premier parent à tuer l’un de ses enfants. Pourquoi donc avait-elle fini à Serpentard ?

La réponse de Sissi à ce sujet la rendit songeuse. Elle tourna son visage vers le sien et plongea ses yeux dans les siens. « Que me suggères-tu alors, Sissi ? » La réponse ne tarda pas. Profiter de la vie. N’était-ce pas ce qu’elle avait fait à Poudlard ? « Pour profiter de la vie… Il faut être avec celui que l’on aime. Je ne suis plus qu’une Nemesis, une créature à qui l’on a arraché le cœur. J’ai fait un choix, je le regrette parfois. Mais nous savons toutes les deux ce qu’il implique. Je ne pense pas vouloir payer ce prix. Me rebeller, si cela veut dire mourir… » Ce ne serait peut-être pas si grave au fond. Elle sourit au clin d’œil de Sissi. « Mon frère est un obstacle. Et Drefer en est un autre. Ils se détestaient à Poudlard. »

Artemis ne put s’empêcher de rire. Oui, Erzébet semblait vraiment heureuse. Elle se sentait parmi les siens. Et elle aimait l’homme qu’elle épousait. « Je n’oserai pas confirmer tes dires, je ne voudrais pas que tu me penses capable de te le voler. Je reconnaîtrais donc seulement qu’il est agréable à regarder. » Elle rit. « Mais la nuit de noces ne sera que pour dans quelques heures, cousine, il faut encore vous tenir un peu ! » Elle lui mit un léger coup de coude. L’humeur morose s’effaçait peu à peu. S’il fallait s’amuser, Artemis y était prête.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 737 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Dim 15 Jan - 17:15

A whole new world.
20.12.1990

E
lle écoute mais parle peu, pas lorsqu’il s’agit des Grimstone et de leur manie d’embobiner le monde. Elle n’avait hérité que du côté commercial de sa branche, il n’y’avait là-dedans aucune politique de sa part, parce qu’elle détestait ce monde, cette façon de promettre monts et merveilles sans honte ni remords. Artemis avait grandi auprès d’un père dont les manigances politiques étaient capable d’enfumer la société, raison pour laquelle - sans doute - il n’y’avait que peu de liens familiaux établis, hors ce nom qu’ils partageaient. « Cependant, nous ne savons pas toujours ce que le futur réserve. Demain, les Rackharrow pourraient devenir les héros de la nation ou bien les personnalités les plus importantes. Nos intérêts valent tous les sacrifices. » Elle ne paraît pas s’inquiéter des mots de sa cousine, comme si elle savait des choses qu’Artemis ignorait, comme si elle avait une conscience aiguisée des défauts de ceux qui l’entouraient. Petite, Erzsébet ne comprenait rien aux émotions de son entourage mais plus le temps passait, plus elle semblait cerner des détails qui pouvaient avoir l’air anodins au premier abord. « Simple poudre aux yeux. Les uns paradent à la lumière et les autres se tapissent dans l’ombre. » Blanc et noir, à l’image de la décoration de salle. Sa mère était ambassadrice de Norvège, son père avait d’étranges activités qui consistaient en somme à sauver des commerces au bord de la faillit en échange d’elle ne savait guère quoi. Lazlo nageait dans les mondanités sans le moindre problème. Il n’y’avait que ces deux là, la brune et la rousse, pour observer ce ballet avec perplexité.

« Je n’ai pas eu ton courage, Sissi. Je n’ai pas vraiment mon mot à dire. Je peux espérer faire pencher la balance mais s’il prend une décision, je devrais la respecter… » Du courage ? Quelque chose lui échappe dans la seule idée qu’on puisse l’envisager courageuse. « Entrer en conflit avec lui… Je ne sais pas si cela est sage. » Elle est songeuse, un moment. Qu’est-ce qui avait pu emmener Artemis à avoir cette vision de sa cousine quand elle-même était plus encline à s’autocritiquer ? Il y’avait une forme de lâcheté à refuser de se plier au rôle que la société leur imposait, à elles, les femmes. Pire encore, elle était entrée en conflit avec les préceptes de la lignée, ramenant à la surface une noirceur qu’ils essayaient d’effacer, qu’ils avaient tous rayé de leur histoire en posant les pieds en Angleterre. Soren était à la frontière entre les deux, père responsable qui avait inculqué à ses aînés des valeurs différentes des permissions offertes aux cadets.

Et puis Artemis fait des aveux. Attentive, la jeune mariée met plusieurs secondes avant d’intervenir, avant d’expliciter ce qu’elle entendait à l’origine par son conseil de vivre, de vivre tant qu’elle le pouvait. « Que crois-tu que j’étais pour Kenan, Artemis ? Pendant neuf années, nous nous sommes pourris la vie. J’ai manqué le noyer dans le lac, tout comme il a usé de méthodes assez douteuses. » La haine des deux gamins avait toujours caché autre chose, elle n’attendait que ses regards et lui la croyant indifférentes, ils s’étaient blessés plus que deux raisons. Il avait été le seul à pouvoir faire sortir la princesse sans coeur de ses gongs, et sans que personne ne le sache jamais, elle avait pleuré de nombreuses fois de ses remarques désobligeantes. Poudlard avait été le théâtre de querelles sans fin. Pourtant, et même si Sissi n’en avait jamais eu conscience, le Rackharrow avait cassé les nez de ceux qui osaient critiquer la rouquine. Relation de non-dits. « La vérité c’est qu’on n’a jamais envisagé de se marier. Les sentiments ne se commandent pas mais on était sûrs que personne ne nous accorderait la main de l’autre. Est-ce que ça nous aurait empêché de continuer ? Non. Et personne ne l’aurait jamais su. » Bien sûr, on les avait vu provoquer leur monde, on les avait vu s’afficher au bal ensemble, à l’inauguration du musée, sans gêne, toutefois ils auraient fait mine d’avoir rompu es contacts et la société aurait oublié. Pas eux. Eux auraient continué à consommer la passion dévorante dans l’ombre. « Ce que ton frère, Drefer et ton père ignorent ne peut en aucun cas leur faire de mal. Quant à l’homme en question, s’il est trop stupide pour comprendre ce que ta position implique, c’est qu’il ne te mérite pas. » Franchise claire, sans détours, sans fards. Mentir ? Elle n’en avait pas l’intérêt. Sissi avait été malheureuse, piégée par ses propres démons, par ses propres incertitudes et son éducation. Par chance, son regard n’avait jamais croisé celui d’un impur capable de l’attirer, sa cousine avait ainsi de plus grands obstacles devant elle. « La loi t’interdit de l’épouser, de t’afficher. Il ne te reste guère d’options, ça ne signifie pas qu’il n’y’en a pas. » Est-ce qu’Erzsébet approuvait ? Absolument pas. L’idée de souiller la pureté de son sang lui paraissait aussi peu naturelle qu’impossible, Artemis avait une tolérance plus grande.

« Je n’oserai pas confirmer tes dires, je ne voudrais pas que tu me penses capable de te le voler. Je reconnaîtrais donc seulement qu’il est agréable à regarder. » Le rire fait écho à celui de sa cousine, parce qu’elle n’a aucune sensation de rivalité. « Tu es trop sage pour lui. » souffle-t-elle d’un air malicieux. « Mais la nuit de noces ne sera que pour dans quelques heures, cousine, il faut encore vous tenir un peu ! » Le coup de coude provoque cependant un réflexe inattendu, de protection. C’est son ventre qu’elle protège, par instinct, le rire stoppé net. Le regard vairon s’est détourné un instant, vérifiant que personne n’avait remarqué. Non, évidemment, chacun était bien trop occupé à lorgner sur le camps adverse, ne s’intéressent que peu aux deux jeunes femmes. « On n’a jamais su se tenir. » rattrapage de la conversation, sur le ton le plus léger possible. Finalement, elle avait peut-être un point commun avec Lazlo : feindre ce qui est faux. Artemis était sans doute trop habituée à ce mange pour être dupe. 

SISSI : #477C64 - DAKSHA : #A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 131 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Sam 21 Jan - 11:44



Sissi
Who are you?

Les deux jeunes femmes étaient plus ou moins celles que l’on avait laissé pour compte. La rousse devait finir vieille fille, la brune devait honorer les siens en contractant un mariage intéressant, selon la vision de son père. Le coeur encore tendre, elles voyaient la vérité des choses avec un sens aiguisé de l’observation. Artemis n’avait jamais eu l’occasion de discuter avec sa cousine mais se sentait en confiance. A tord ? Selon les principes de son père, oui. Selon les siens... Elle avait un bon feeling avec elle et regrettait plus que jamais de ne pas avoir su faire ce pas plus tôt. « Je pense comme toi. Tout ça est vain... » Elle soupira. Son géniteur se plaisait à naviguer dans ce théâtre, il déclamait ses phrases tel un comédien. « Tu as raison, je n’ai pas envie de suivre la voie que l’on m’a tracé. Mais je me sens prise au piège. »

Cet aveux venait de sortir de sa bouche et Artemis le réalisa avec effroi. Se confier de la sorte n’était pas dans ses habitudes. Enfin il était trop tard maintenant. Elle expliqua alors que le fond du problème était son manque de courage. C’était bien pour cette raison que le Choixpeau ne l’avait pas envoyée à Gryffondor. Sa seule stratégie reposait donc sur l’une de ses qualités. Elle n’avait pas pour habitude de l’utiliser, quand bien même elle avait fini dans la maison des serpents. Là, elle s’était comportée comme la plus Serdaigle des Serdaigle. Sissi pourtant commença à lui raconter comment leur relation avait débuté et ce n’était pas vraiment sous les meilleurs hospices et pourtant... Pourtant son histoire faisait écho avec celle qu’elle avait vécu. Elle aussi avait commencé de manière plutôt négative avec Nathaniel mais étrangement, c’était de lui qu’elle était tombée amoureuse. « Vraiment ? Mais comment en êtes-vous arrivés là alors ? » Parce qu’à la différence de sa cousine, Artemis était devenue amie avec son camarade et leurs sentiments s’étaient révélés là bas. Neuf ans. Elle était impressionnée et écoutait presque religieusement Sissi lui expliquer son raisonnement. Oh Merlin. Sissi était prête à vivre cette histoire dans l’ombre. Une perspective qu’Artemis avait refusé d’envisager jusque là, et pour cause : à ses yeux, c’était compliquer les choses. Vivre sans cesse sur ses gardes. Avoir la certitude d’être prise en faute. Mais au fond, Sissi risquait moins : l’objet du pêché était lui même un sang pur. Dans le cas d’Artemis, ce serait risquer sa tête. Elle en revenait toujours à cette fichue question : devait-elle vivre ou survivre ? Son indécision la poussait dans des jours gris, sans saveur aucune. Et l’aigle continuait à siffler le venin de la vipère. Clairement, la jeune mariée était en train de mettre de nouvelles idées dans la tête de sa cousine. « Je ne m’engagerai pas sans une porte de sortie. La vérité est toujours découverte, surtout sur ce genre d’histoires. Le prix de cette trahison est bien trop élevé. Je ne suis pas sûre de vouloir risquer ma vie... J’ai encore l’espoir certainement fou de trouver mon bonheur avec quelqu’un de mon rang. J’ai fait un choix. Je m’accroche certainement au fantôme d’un bonheur aujourd’hui effacé. Mais tu as raison sur un point, je ne m’amuse pas assez. Il ne tient qu’à moi de pimenter ma vie. » Un sourire complice aux lèvres, la conversation dériva vers le physique du marié.

Riant innocemment, Artemis hocha la tête. « Il ne m’était pas destiné, de toute façon. » Le coup de coude n’avait rien de violent et la réaction de sa cousine surprit instinctivement la sorcière. Elle ne l’avait pas menacée et le geste n’était pas plein de force. Sa cousine avait raison, elle n’était pas dupe et voir qu’elle protégeait son ventre lui fit penser à... « Au point de ne pas avoir attendu la nuit de noces, je me trompe ? » Les mots n’avaient pas été prononcés et Artemis prenait soin de ne pas dire à haute voix ce que Sissi voulait préserver. « C’est donc une nouvelle vie pleine de promesses qui commence pour toi, Sissi. Je suis vraiment heureuse pour vous. ». Observant un instant les alentours, elle échangea leur flûte. La sienne était vide, contrairement à celle de Sissi. « Et je tiens à ce que ce secret soit préservé le temps qu’il faudra. » Peut-être faisait-elle fausse route. Peut-être qu’elle n’était pas enceinte. Elle lui souriait pourtant avec gentillesse. « Tu as cependant marqué un point me concernant. Je suis bien trop sage. Alors dis-moi, et si nous mettions un peu d’ambiance ici ? » Espiègle, elle tourna son regard vers la salle. « A moins que tu ne préfères commérer sur chacun des invités... Tu es la reine du jour alors... C’est à toi de décider comment tu veux te souvenir de ce jour. » Hochant la tête pour appuyer ses mots, la jeune femme attendait sa réponse pour voir ce que Sissi préfèrerait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 737 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Sam 21 Jan - 23:02

A whole new world.
20.12.1990

S
e sentir prise au piège était un sentiment que Sissi n’ignorait pas, encore moins à l’heure actuelle où, à peine la bague au doigt, elle devrait assumer d’avoir dépassé les bornes, de ne pas avoir su se tenir, avoir su éviter cette grossesse. Elle tait toutefois cette vérité. « Vraiment ? Mais comment en êtes-vous arrivés là alors ? » Un sourire en coin se dessine sur les lèvres féminines. Comment.. question si légitime. « Daksha, mon serpent, m’a mordu. Sans Kenan, je serais morte cette nuit là, en février. » L’ombre de la mort avait eu raison de la haine factice, éclatant les barrières, les craintes et les incertitudes. Cela arrivait, parfois, qu’en manquant perdre quelqu’un l’on réalise combien cette personne a de l’importance. C’était allé vite, face aux neuf années à se déchirer, il n’y’avait eu que quelques mois jusqu’au mariage, même pas un an, signe des excès de ces gamins, signe aussi de l’acceptation des pères. Ils avaient voulu faire passer le bonheur de leurs enfants avant les intérêts et le mépris. « L’avoir détesté me permet de connaître le pire de ce qu’il est, et réciproquement. C’est finalement une bonne chose. » Il connaissait son intelligence, son imagination dans les coups bas comme elle connait son côté colérique, impulsif et arrogant. Pas de mauvaise surprise entre eux, pas de noirceur dissimulée, ils se sont découverts, ils se découvrent encore, dans ce qu’ils ont de nuances, pas dans ce qu’ils auraient eu à cacher à d’autres.

« Je ne m’engagerai pas sans une porte de sortie. La vérité est toujours découverte, surtout sur ce genre d’histoires. Le prix de cette trahison est bien trop élevé. Je ne suis pas sûre de vouloir risquer ma vie… » La vérité, toujours découverte ? Sur ce point, Sissi préfère ne rien dire, ne pas commenter, parce que tout le monde a des secrets, toute la belle société de sang-pur cache des cadavres dans le placard, parfois des liaisons honteuses ou des meurtres d’épouses. « J’ai encore l’espoir certainement fou de trouver mon bonheur avec quelqu’un de mon rang. » Ce serait préférable, Sissi ne nie pas. Elle ne nie pas qu’elle est peu encline à accepter les mélanges de sang, les mêlés auprès des siens, mais peut-elle seulement reprocher d’aimer à Artemis ? Non. Elle ne veut pas voir sa cousine dépérir d’une fatale déprime. « Artemis.. débrouille-toi pour épouser un ami. » C’est le seul conseil qu’elle puisse lui donner. Cela avait été l’objet d’une discussion avec Drefer, lorsqu’il s’inquiétait lui-même d’un mariage à venir, ainsi ne pouvait-elle que réitérer puisque la brune refusait d’envisager la clandestinité, de risquer sa vie pour son amour de jeunesse. « Un ami peut te comprendre, t’accepter et pimenter ton existence. » C’était assez paradoxale que ce soit elle, du haut de ses vingt-deux ans, qui la conseille, parce qu’Artemis était plus âgée - de bien peu mais plus âgée d’une année tout de même. On s’attendrait à ce que ce soit l’inverse.

Et puis il y’a eu ce geste pourtant si anodin, ce simple coup de coude sans brutalité qui a déclenché des réflexes disproportionnés. « Au point de ne pas avoir attendu la nuit de noces, je me trompe ? » Elle détourne les yeux, embarrassée. Elle se sent stupide, elle se sent idiote, peut-être a-t-elle même un peu honte de la vérité que cela sous-entend : elle n’a pas su éviter une grossesse. « Je te l’ai dis.. on n’avait pas prévu de se marier.. » Il n’y’a pas d’agressivité, elle pèse simplement les mots de façon différente, plus lourde de sens : elle aurait été la maîtresse de Kenan, parce qu’elle l’était déjà depuis plusieurs mois. « C’est donc une nouvelle vie pleine de promesses qui commence pour toi, Sissi. Je suis vraiment heureuse pour vous. » Elle déglutit difficilement, ses doigts lâchant la coupe qu’Artemis lui prend pour la remplacer par la sienne, vide, afin de préserver le secret mais rien que de penser à ce qui grandit sous son nombril, elle se sent mal. C’est plus simple de feindre, d’ignorer, quand elle n’a pas besoin de prononcer la vérité. « Il n’en sait rien.. » Non, il n’en sait rien, il profite de la fête dans l’insouciance et le bonheur de pouvoir profiter d’un début de vie avec la femme qu’il aime, pas en songeant à ce qui pèse déjà sur l’esprit de la rousse - responsabilité, jugements, jeunesse. Elle est bien trop jeune pour être une mère, elle qui n’apprend qu’à peine à faire attention aux sentiments des autres. « Tu as cependant marqué un point me concernant. Je suis bien trop sage. Alors dis-moi, et si nous mettions un peu d’ambiance ici ? » L’espièglerie ne trouve pas de réponse dans le regard de Sissi qui observe les Rackharrow avec inquiétude : elle ne connaissait rien des réactions qu’auraient les plus âgés si la fête devenait un peu trop agitée. « A moins que tu ne préfères commérer sur chacun des invités... Tu es la reine du jour alors... C’est à toi de décider comment tu veux te souvenir de ce jour. » 

Elle a vu quelque chose qui l’a faite rire, rire qu’elle a étouffé tant bien que mal, se penchant légèrement vers Artemis pour souffler : « Tu vois, l’homme là-bas ? Mishka Dolohov. Il boit mes coupes de champagne depuis la fin de la cérémonie. Je suis certaine qu’il ne va pas se souvenir de cette journée, lui. C’est du russe, qu’il tente d’articuler. Y’a de l’ambiance, il suffit d’observer. » Elle ne se sent pas de se lever, de bouger, ça se voit à sa posture, à la manière dont elle a placé un bras sur son ventre, comme s’il pouvait se voir alors qu’il n’en était rien.

SISSI : #477C64 - DAKSHA : #A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 131 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Sam 4 Fév - 12:26



Sissi
Who are you?

Le destin avait ses tours, parfois retords, pour vous mener là où vous deviez être. Le combattre était inutile et bien souvent source de souffrances plus grandes encore. S’interrogeant sur les fils invisibles qui avaient joué sur la vie de sa cousine, Artemis apprit qu’un reptile était en cause. Etonnant. « Wow c’est quand même une grande chance... Si vous vous cherchiez autant et que vous vous détestiez... » Nathaniel l’aurait aidé sans réfléchir, elle pouvait compter sur lui, même si elle connaissait son secret. Jamais ils ne s’étaient trahis l’un ou l’autre et à vrai dire, elle n’en avait plus aucune nouvelle. Elle vivait avec son fantôme, jour après jour. Connaissait-elle sa face sombre ? Prenant le temps de la réflexion, elle devait admettre qu’elle avait une connaissance assez pointue de ses défauts. D’ailleurs, si elle faisait tout pour ne pas croiser son chemin, c’était purement parce qu’elle le savait impulsif. Il essaierait d’obtenir ce qu’il voulait et ce à n’importe quel prix. Ou bien, il la mépriserait et tous ses souvenirs ne seraient plus que des regrets et non plus des remords. Ces derniers étaient de bien meilleurs compagnons.

Entrer dans une relation secrète était une option qu’elle préférait ignorer. Ce n’était pas une solution convenable et puis elle était persuadée que c’était impossible à cacher sur le long terme. Il fallait au moins essayer de suivre la voie de la raison, de laisser une chance au hasard avant de se perdre et de risquer sa vie sur un coup de tête. Sage ? Peut-être. Au fond, Artemis cherchait à se rassurer. Une vie de mensonges ne l’effrayaient pas tant que ça. Elle essayait plutôt de se préserver tant qu’elle le pouvait. Choisir cette voie impliquait de nombreuses conséquences. Avant de faire une croix sur un possible bonheur, elle voulait découvrir qui était envisagé pour partager sa vie. Le conseil que lui donna la jeune mariée la décontenança. Un ami... Oui. Ce serait assez compliqué. « J’essaierai de suivre ton conseil ». Seulement son coeur se serra. Elle n’avait pas d’amis. C’était une solitaire à Poudlard et seul Nate avait eu un intérêt à ses yeux. Elle n’avait pas cherché à se mêler aux autres. Bien sûr, elle leur parlait par politesse mais elle n’avait jamais eu l’impression d’être dans un groupe soudé ni même d’avoir d’autres amis. Elle lui offrit un nouveau sourire.

La discussion prit bientôt un tournant des plus inattendus. Artemis crut deviner un secret jusque là bien masqué. Amusée d’une certaine façon par cette petite révélation, la jeune femme savait bien que c’était sûrement l’une des raisons qui avaient précipité ce mariage. Mais, il se pouvait encore qu’elle se trompe et qu’elle ne courrouce Sissi avec des suppositions si terribles. Cependant cette assertion fut vite confirmée. Finalement, tout n’était qu’apparence dans ce monde. Peut-être pas leur amour mutuel mais auraient-ils eu cette bénédiction si jamais Erzébeth n’avait pas eu ce petit polichinelle dans le tiroir ? Ils avaient su être plus malins. Prévenante, l’ancienne Serpentarde attrapa la coupe de la jeune femme pour la remplacer par celle qu’elle venait de finir. Mais là encore elle se trompait sur ce bonheur partagé parce qu’il se trouvait que cet ami sur qui elle disait pouvoir compter n’était pas au courant. Haussant un sourcil, Artemis ne cacha pas son désarroi. « Ah... C’est sûr que tout est plus compliqué... » Et elle ne pouvait pas lui donner de conseils, elle n’était pas dans une telle situation. En soi, peut-être n’en avait-elle pas besoin. Sissi pouvait vouloir attendre le lendemain pour le lui dire, en guise de surprise. Etait-ce risqué ? Ils avaient tout organisé sans savoir. Les Rackharrow pourraient prétendre que les Grimstone les avaient roulé dans de la poudre de cheminette... Mais ce serait un prétexte pour reprendre les hostilités.

Sentant sa cousine d’humeur plus sombre, Artemis tenta de lui proposer quelques amusements. Sa première suggestion ne trouva pas d’échos. En revanche, celle des commérages sembla bien mieux la faire réagir. Elle observait quelque chose et Artemis tourna sa tête dans cette même direction mais elle ne vit pas ce qui la faisait tant sourire... Heureusement, Sissi finit par se pencher vers elle pour lui expliquer qu’un russe enchaînait les coupes et essayait de baragouiner quelque chose. Artemis sourit et rit légèrement. Ah oui. De l’ambiance. C’était une manière de voir les choses. « Sissi, cette posture que tu prends pourraient aussi faire naître quelques commérages... » Elle lui caressa le bras et le retira de son ventre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 737 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Lun 13 Fév - 15:59

A whole new world.
20.12.1990

U
ne chance, certainement. La chance qu’il ne dorme pas à ce moment là. La chance qu’il voit la chevelure rousse dans l’herbe. La chance qu’il soit finalement plus doué qu’elle ne le pensait pour comprendre des signes, des symptômes. « Je lui dois tout ce que j’ai aujourd’hui, tu sais.. » Il y’a une ombre sur ses traits, une sorte de tristesse soudaine qui s’efface vite. Il l’avait encore sauvée après Samain, Kenan l’avait ranimée, tant bien que mal, évitant sans le savoir de perdre également l’enfant qu’elle portait. Cette soi-disant erreur de dosage en avait étonné plus d’un .. et elle ne s’était rendue compte de la gravité de son geste qu’en se découvrant enceinte. Pas de séquelles, par merlin seul sait quel miracle. « J’essaierai de suivre ton conseil » avait soufflé Artemis, sans y croire elle-même. Un long moment a été nécessaire avant qu’elle ne comprenne pourquoi : solitaire. Elles étaient deux solitaires et si Erzsébet avait élargi son cercle en sortant de Poudlard, si elle avait suivi les traces des Grimstone dans le commerce - avec succès qui plus est - Artemis ne travaillait pas. Elle était là, la différence, l’une avait pris une indépendance que l’autre n’obtiendrait sans doute jamais si elle ne se révoltait pas contre Lazlo. « Il n’est jamais trop tard pour se faire des amis. Pour trouver des passions, un truc bien à toi, qui ne dépende ni de ton père ni de ton futur époux. » Ce que personne ne pourrait lui arracher, qui la rendrait fière, qui ne serait que le fruit de sa volonté. En était-elle seulement là ? Artemis avait un long chemin à parcourir avant de savoir ce dont elle avait vraiment envie, au-delà de ses réticences ou de ses peurs.

« Sissi, cette posture que tu prends pourraient aussi faire naître quelques commérages... » La caresse sur le bras l’a faite siffler, hostile. Le contact n’était pourtant pas violent, il n’était pas imposé avec force et malgré tout, elle s’est placée sur la défensive, de la même manière que le jour où Mishka l’avait informée de son état : elle protégeait l’enfant. Elle qui n’aimait déjà pas qu’on la touche habituellement se comportait comme un cobra protégeant son nid. Et ça a attiré l’action de Soren, son père, qui a levé le nez vers les deux jeunes femmes. Erzsébet a baissé les yeux, gênée, tandis que l’homme aux cheveux légèrement grisonnant et aux yeux clairs s’approchait, une coupe à la main. « Il y’a un problème ? » « Ca ne te regarde pas. » Tension palpable. La communication légendaire de la branche, poudre aux yeux du monde, éclatait en pleine lumière. Ce mariage, Soren l’avait consenti mais il laissait à sa femme trop de libertés, il laissait à son épouse le constant bénéfice du doute au détriment de ce que pouvaient dire ses enfants, qu’il jugeait un peu trop sévères avec leur mère. Foutaises, songeait la rousse qui ne lui pardonnait pas les derniers évènements. On savait qu’Ekaterina avait commis l’irréparable, on ignorait en revanche qu’Erzsébet avait frôlé la mort des mains de sa propre génitrice, dans le silence de la cuisine, sans témoins. « Sissi.. ne fais pas l’enfant, s’il te plait. Pas aujourd’hui. » « Excuse-moi, j’attendrais demain pour t’ignorer, ce sera plus convenable au regard de la société, n’esssst-ce pas ? » Il en a été blessé, cela s’est vu dans les billes bleutées mais il n’a pas protesté, s’éloignant des deux demoiselles, dans un soupir qui ne laissait aucun doute sur une mélancolie latente. Et la mariée attristée a ravalé des larmes qu’elle se refusait à laisser paraître. « C’est de vodka que j’aurais besoin, là.. » souffle-t-elle à l’attention d’Artemis. Oui, d’un grand verre d’un alcool bien fort.. qu’elle ne pouvait malheureusement pas boire. « Désolée pour.. ça. » Même si, au fond, elle imaginait bien qu’Artemis ne devait pas toujours être en accord avec Lazlo. Peut-être n’avait-elle cependant pas la volonté de répondre avec autant de tranchant.

SISSI : #477C64 - DAKSHA : #A8A8A8 - FOURCHELANG : italiques.
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 131 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Mar 28 Fév - 23:19



Sissi
Who are you?

Artemis hocha gravement la tête. Comme elle aimerait pouvoir prononcer les mêmes mots elle-aussi. Un jour. Peut-être. Elle ne savait plus si elle voulait être vieille fille ou non. Certains jours, elle se prenait à l’espérer. Ainsi elle ferait sa vie à sa convenance et elle pourrait très facilement retrouver les bras de Nathaniel si... Depuis le temps, il l’avait probablement oubliée. D’autres jours, quand elle en venait à cette fatale conclusion, elle espérait bien pouvoir se marier et aimer ses enfants. Elle pourrait s’en occuper pour passer ses journées et les aimer sans en avoir honte. Et si elle parvenait également à aimer son époux, alors sa vie serait aussi parfaite que cette de sa cousine. Comme elle l’enviait, cette cousine au cheveux enflammés. Bientôt, la réalité les rattrapa et se fut dans un profond soupir que leur discussion prit fin. Artemis avait eu un cercle d’amis, elle s’en était défait dès que Nate avait terminé ses études alors que Sissi avait sympathisé avec les autres après l’école. Le Destin avait une ironie bien étrange. Elle se voyait mal aller vers les gens, des gens qu’elle ne savait plus s’ils étaient sincères ou non. Là était son fardeau. La compagnie de son père lui avait enseigné quelques leçons sur l’âme humaine. « Des passions... Je vois ce que tu veux dire mais je doute de pouvoir en faire quelque chose. Quant à me faire des amis... Le seul que je vois ici n’était pas vraiment un ami à Poudlard. Mais il fait parti de la famille maintenant... Peut-être que je pourrai essayer d’arranger les choses. Et voir s’il peut être un ami ». Elle sourit, soudain plus espiègle. Pourtant, tout cela n’était qu’une façade. Oh elle avait bien reconnu Drefer plus loin, l’ennemi juré de cet amour perdu. Sa vipère de soeur était-elle là ? Assurément. Il l’avait toujours suivi comme son ombre. Tout le monde avait son ombre à la simple réflexion.

Alors que leur échange avançait, la condition de sa cousine ne fut plus longtemps un secret. Pourtant, la sorcière n’était pas certaine de bien comprendre la situation au début et avait osé énoncé une supposition à voix haute. Sissi aurait pu démentir et se vexer mais elle confirma être enceinte. Une bonne nouvelle sauf que le mari l’ignorait encore et que le comportement de sa cousine pour n’importe qui d’un peu observateur pouvait la trahir. Un détail qu’Artemis ne manqua pas de partager. D’ailleurs, le père de Sissi les observa quand elle siffla parce qu’elle avait posé une main sur son bras. Patriarche qui les approcha et la jeune femme pu constater que les relations père fille n’étaient pas forcément plus aisées dans l’autre branche Grimstone. Artemis ne défia pas Soren. Son oncle était aussi un étranger à ses yeux. Etrange comme les liens familiaux n’unissaient personne dans cette famille. Et pourtant, si elle avait eu l’amour de ses parents contrairement à Sissi qui avait failli mourir de la main de sa propre mère. Sissi semblait dure envers son père mais bien sûr, la brune ignorait quelle épreuve elle avait traversé et surtout ce que son père n’avait pas fait pour la protéger. Pourtant elle finit par prendre la parole. « Tout va bien, nous discutons seulement de souvenirs de Poudlard, certains plus agréables que d’autres... » Elle sourit. Oh quel beau visage de mensonges. Elle pouvait bien être la fille de son père. Si Soren semblait peiné, Artemis se sentait plus proche de sa cousine que de son oncle, aussi elle décida qu’elle serait quoiqu’il arrive de son côté. « Oui mais tu ne peux pas prendre de Vodka alors... Inspire un bon coup et expire doucement. » Elle lui sourit, pleine d’amitié. « Oh, ce n’est rien. J’avoue que tu m’as semblé un peu rude envers lui mais... J’imagine que tu as une bonne raison. Alors tu n’as pas à t’excuser. » Elle lui sourit, complice et observa encore les alentours. Certains les regardaient avec curiosité, d’autres les ignoraient, plongés dans leurs conversations, bavardages inutiles. « Les choses ne sont faciles pour personne de toute façon... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : Syriane , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 03/03/2017 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 62 hiboux. J’incarne : Joseph Morgan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Lux. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Mererid, Priam & Prudence Je parle en : #4E6811



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Co-propriétaire d'une apothicairerie à Pré-au-lard, Cerberus Viperae, et médicomage spécialisé dans les Blessures par Créatures Vivantes. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis célibataire bien qu'une certaine Zabini ne me laisse pas indifférent. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (Artemis) ◊ « A whole new world. »   Dim 26 Mar - 4:01

a whole new world
of love and loathing
‘Cause you’re a hard soul to save, with an ocean in the way. But I’ll get around it, I’ll get around it

Un animal blessé, c'est ainsi qu'il se voit, ainsi qu'il justifie la colère qui ne le quitte plus. Il préfère la rage bestiale à la peine, pourtant celle-ci se glisse entre les mailles de sa carapace petit à petit jusqu'à tout tâcher de rouge. Non qu'il idéalisait sa famille. Rien n'est parfait, rien ne l'a jamais été chez les Grimstone et ce malgré les apparences lisses et gracieuses. Non, il y a toujours eut du mécontentement, des mésententes. Mais si aux yeux de Valeryan, Leik est un mouton noir et Sissi un agneau qui se jette dans la gueule du loup... Il ne sait toujours pas ce qu'est Erin. Pourtant il devrait la comprendre ! Elle lui ressemblait tant autrefois, presque trop. Il ne pense presque plus qu'à cela, il est dévoré de l'intérieur par le goût écœurant de la trahison. La cérémonie s'écoule devant ses yeux, mais il n'est pas là. Si, son regard se pose parfois sur Erszébet et son visage s'assombrit plus encore. Il ne devrait pas se comporter ainsi, il le sait, il risque de causer de la peine à sa chère petite sœur... Mais il est incapable de faire autrement : la voilà qui sous ses yeux s'allie à la pire famille qu'elle aurait pu choisir. C'est ancré en lui, cette haine pour les Rackharrow, ce dégoût et cette peur de tout ce qu'ils représentent. Eux qui se vautrent dans la magie noire, eux qui portent le mal comme un étendard. Elle est si jeune, si fragile... Une larme discrète coule sur sa joue, tandis qu'il fixe cette frêle silhouette nageant parmi les monstres. Il aurait dû s'y opposer plus fort, insister auprès de Soren pour qu'il refuse. Mais les événements récents l'ont rendu faible, instable, et il a échoué encore et encore. Comment protéger les siens quand ceux-ci se précipitent à la rencontre des flammes ? Comment préserver leur nom et leur neutralité quand son propre père accepte une telle alliance ? Et puis il y a Eszter, qui se terre à la maison. Il a reconnu les symptômes depuis longtemps, mais hors de question qu'il en parle à qui que ce soit - pas même la première concernée. Il sait qu'il serait inutile de tenter de la soigner. Nul ne guérit de ce genre de virus, transmis entre quelqu'un de sain mais de fragile et quelqu'un de pleinement infecté. Quelqu'un comme lui. Ses doigts tremblent et il pose son verre de champexplosif pour éviter que cela ne se voit trop. Il va perdre sa mère, il le sait déjà, et cela rajoute à son égarement. Alors il s'éloigne, à la recherche de la jeune mariée. Il n'est pas aveugle, il a bien sentis qu'elle l'évitait autant que se peut - peut-être même plus que d'habitude. A-t-elle peur de son jugement ? Sans doute, et à raison. Mais il est inutile de lui faire la morale, il sait qu'elle n'est pas stupide malgré ses choix insensés et à présent que l'erreur est faite, rien ne pourrait la réparer. Il veut simplement s'assurer qu'elle va bien, sa petite sœur. La dernière de sa fratrie pour qui il éprouve un attachement sans failles, qu'il n'a pas à avoir honte d'aimer. Il la voit qui discute avec sa cousine, Artemis, et continue de s'approcher, traversant le jardin d'hiver. C'est à peine s'il accorde un regard aux invités, tout au plus offre-t-il un sourire aux quelques Grimstone qu'il croise. Il n'a pas vraiment la force de prétendre être heureux d'être là. Non, ce qu'il a en tête, ce sont les mots qu'on lui a soufflé ces derniers temps à Sainte-Mangouste. Les murmures qui affirment qu'elle est venue consulter un médicomage à plusieurs occasions. Le fait qu'elle ne soit pas venue le voir lui, comme elle l'aurait généralement fait ; ils ont beau ne pas avoir une relation simple, par le passé elle lui a toujours fait plus confiance qu'aux autres médicomages, elle qui n'aime pas qu'on la touche. Autant d'éléments qui lui reviennent et le gênent. Elle lui cache quelque chose, à l'évidence.

« Erszébet ? » Il sourit aux deux jeunes femmes, prononçant le prénom avec une maîtrise évidente. « Artemis. Tu me connais, je suis un indélicat ! » lance-t-il, lui adressant une moue presque espiègle. « Je vais te voler ta cousine quelques instants, si tu le permets. J'aimerais la féliciter comme il se doit, et quel meilleur moyen pour cela qu'une promenade dans ces magnifiques jardins ? » Il tend son bras à Sissi, mais celle-ci se lève sans le toucher et se contente de le suivre. Bien sûr qu'elle ne veut pas avoir de contact, ni même le laisser trop approcher. Peut-être est-ce parce qu'elle est nerveuse, la petite vipère comme l’appelle Soren. Ou bien il a sous-estimé la profondeur du gouffre qui s'est formé entre eux ces derniers temps... Il se tourne une dernière fois vers Artemis, ajoutant : « Merlin sait que je déteste la foule, un peu d'air frais nous fera du bien à tous les deux ! » Il accompagne ses mots d'un clin d’œil ; difficile de passer à coté de l'ironie dans sa voix. Lui le beau parleur habitué aux jeux politiques, n'est jamais plus à l'aise qu'au centre de ce genre d’événements - aussi peu chaleureux que soient les invités.

Valeryan et sa cadette s'éloignent de la tempête en suivant les allées parfaites du domaine des Rackharrow. « Tu es sublime, Sissi » lance-t-il pour faire disparaître la tension qu'il sent entre eux. Sa voix est presque hésitante. C'est qu'il craint qu'elle ne le pense pas sincère, qu'il s'imagine que ce n'est qu'une autre de ses flatteries sans fondement. Il aimerait qu'elle sache à quel point il tient à elle malgré tout, mais il n'a aucune idée de comment lui dire. « C'est Léopold qui a choisi le couturier, n'est-ce pas ? » Il hésite à demander pourquoi elle n'a pas pris des couleurs plus vives. Cela ne devrait pourtant plus l'étonner, venant d'elle. Sans doute ne comprendra-t-il jamais cet attrait qu'elle a pour le noir. Il se mord discrètement la lèvre pour ne rien dire, les bras croisés dans le dos et l'air légèrement contrit. La question qu'il voulait poser depuis le début franchit enfin ses lèvres, même s'il craint d'être rejeté pour l'avoir posé. « C'est sans doute un peu abrupt de te demander ça, mais... Est-ce que tu vas bien ? J'ai l'impression que tu n'es pas en forme, ces derniers temps. Il s'est passé quelque chose ? Tu sais que tu peux me parler, Erszébet, malgré nos désaccords. » Le regard qu'il a pour elle, il ne l'a sans doute pour personne d'autre. La peine qu'il ressent de ne pas l'avoir assez protégé, ne l'a jamais vraiment quitté, et un oeil attentif verrait la manière dont il se force à garder une expression neutre, tout au plus vaguement inquiète - alors qu'il voudrait la serrer dans ses bras, lui assurer que tout irait bien. Mais tout a cessé d'aller bien depuis trop longtemps pour que de tels mensonges détiennent encore du pouvoir.
Si son cœur saigne et son sang boue de la savoir vendue à ceux qu'il nomme démons, au moins est-elle encore à portée de bras.
Made by Neon Demon



What if I'm just an ordinary man ?

What if they're right, what if we're wrong. What if I've lured you here with a siren song. But if I be wrong, if I be right. Let me be here with you tonight.
Revenir en haut Aller en bas
 

(Artemis) ◊ « A whole new world. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Pays de Galles :: Habitations-