Partagez | 
Une année noire.

()
Parchemin envoyé Jeu 29 Déc - 17:39

avatar
avatar
profil
Je suis : Annab' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 147 hiboux. J’incarne : Robert Downey Jr. , et l’avatar que je porte a été créé par : Skander, non ? . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aucun Je parle en : 66000

true story

Je suis âgé de : 51 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : A la tête de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Caelia Black (scéna)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Aujoud'hui, c'était samedi 31 décembre, et il y avait eu un petit changement de programme cette semaine, puisque notre dîner hebdomadaire avait été reporté en cette soirée, afin de célébrer comme il le fallait une nouvelle année prospère au sein de la famille Black. La fameux dîner familiale du vendredi soir était donc exceptionnellement reporté à ce samedi soir. Personne n'oserait déroger à la règle familiale, et ils étaient tous censé faire acte de présence, comme on le leur avait apprit.
Les elfes de maisons avaient fait un travail correct à mes yeux, car je n'avait rien trouvé à redire lors de mon inspection un peu plus tôt. Pas de reproches immédiat à faire quant au dressage de la salle à manger relevait d'un exploit en soit et d'un souci du détail particulier de la part des elfes. Une personne plus sympathique les aurait féliciter pour leur travail acharné et remarquable. Mais pas moi.

Je discutais avec ma femme dans la chambre parentale, alors que Caelia faisait mon nœud de cravate.

< Je me demande s'ils approuveront ce que je m'apprête à leur dire, disais-je, en parlant de mes enfants.
< Ils n'auront pas le choix. Ce qui est fait est fait, et cela nous a beaucoup rapporté depuis. A nous comme à eux,  me répondit-elle, pour me conforter dans mon choix.
< Est-il judicieux de leur en faire part, néanmoins ?
< Si nous n'avons pas confiance dans nos propres enfants, nous ne pouvons compter sur personne, disait-elle de son ton calme mais assuré. Son regard s'intensifia et acheva de m'assurer de ma décision. Elle tira un coup sec sur ma cravate avant de nous diriger tout deux vers la salle à manger. Je n'étais pas du genre à douter, et je détestais cela, mais lorsque cela arrivait, c'était toujours en privé, et ma femme était la seule personne avec qui je les partageais.

Je descendis les marches avant de pénétrer dans la salle à manger où mes enfants m'attendaient , je les saluais avant de prendre place.

< Ma chère famille ! Je suis très heureux de vous voir ce soir, afin que nous puissions tous nous réjouir de plusieurs événements qui ont eu court cette année et de nous féliciter quant aux prochains pas que la famille prendra en cette nouvelle année. Je fis une pause et me leva. Nos verres se remplir par magie et je me saisit du mien.

< Cependant, avant de commencer les réjouissances, j'ai pris la décision de vous faire part d'une information essentielle pour la famille. Vous comprendrez que vous ne devez la révéler à personne, mais nous avons pensé, votre mère et moi, que vous deviez être mis aux faits.
Je bus une gorgée en m'assurant que j'avais bien leur attention. Puis je reprit d'un air sérieux.
< En juin dernier, pendant la réception, je n'étais pas en rien dans la mort de Balthazar Lestrange. J'ai fait porter le chapeau en m'alliant aux Parkinson, afin de pouvoir asseoir le pouvoir de la famille encore plus loin.

J'attendis que l'information fasse son effet. Vida mon verre d'un trait et me rassit.



Spoiler:
 

Parchemin envoyé Lun 2 Jan - 0:19

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1000 hiboux. J’incarne : Felicity - Perfect - Jones , et l’avatar que je porte a été créé par : un créatueur de Bazzart que je remercie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Gideon Peverell & Avia Spudmore Je parle en : #663366



Je suis âgé de : 29 années fanées, autant d'années à se fourvoyer au nom d'une famille qui n'a fait que se servir de moi. Je n'ai jamais été aussi vivante que ces dernières semaines, libérée délivrée. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : une ancienne mère maquerelle, mais maintenant je travaille comme potionniste "Aux Fleurs de Luz". J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : veuve depuis d'une année, et je ne regrette pas sa mort. Les rumeurs vont de bon train à mon sujet, mais je reste libre et l'amour de ma vie est une petite fille aux grands yeux verts. Champ Libre :




malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



UN ANNEE NOIRE.

Un dîner en famille, Astra aurait pu en être ravie, mais… non. Elle n’était que fatigue alors, passer une soirée à parler de tout, de rien, du commerce de la Main Noire ou de leurs diverses alliances… Ce n’était pas ce don elle allait envie. Elle n’avait envie que passer du temps en compagnie de sa fille, car bientôt elle retournerait travailler pour la Main Noire, parce qu’on avait besoin d’elle pour tenir les comptes de la Maison Close, son jeune frère étant parfaitement incapable de s’occuper des  filles et des comptes en même temps. Alors, elle voulait savourer les instants qu’elle passait avec sa fille avant de ne devoir la confier à une nourrice pour la journée. Alors, ce dîner habituellement un vendredi soir prenait place un vendredi, et… ils étaient tous là, pour passer la nouvelle année ensemble.  Ce soir, elle n’arrivait pas à faire dormir la petite Adhara, à peine un petit mois, et la petite était déjà une rebelle bien décidée à embêtée sa mère. Elle la berce contre elle un long moment, quand la petite s’endort, progressivement.  Par Merlin, elle sera à l’heure, le repas des Black ne peut souffrir d’aucun retard. Par Merlin, elle sera à l’heure, le repas des Black ne peut souffrir d’aucun retard. Et par chance, Adhara n’a pas bavé sur sa robe noire qu’elle avait décidée de portée ce soir. Le bracelet en forme de serpent bien enroulé au poignet de l’enfant, Astra le saura, si quelque chose ne va pas, grâce à ce bijou assez cher et astucieux qui est relié par un sort à son alliance.

Elle descend alors les escaliers qui la sépare du salon. Elle est plutôt muette ces derniers temps, elle n’a aucunement envie de discuter. Arte n’est pas mère, sa mère n’est pas maternelle, son jeune frère est encore en couche culotte à ses yeux, son père avait d’autre chat à fouettez et Arsen lui faisait peur. Elle se sentait plutôt seule dans cette maison, quoi qu’elle en dise. Et Hydra, bien sûr n’était pas convié au dîner, au moins, elle aurait pu papoter avec lui au cas où. Mais non. Alors Astra entre dans la fosse au lion.  Elle ne doit pas attendre bien longtemps que son père, accompagné de sa mère fassent leur entrée. Eux aussi, sur leur trente-et-un. Astra est une fervente admiratrice de la simplicité et salut le choix de sa famille quand ils choisissent de porter du noir. Poliment, avec un sourire, Astra salut son père. Elle a tellement de respect et d’affection pour lui, que lorsqu’il parle, elle redevient l’enfant docile et sage qu’elle a toujours été, buvant ses paroles, « Ma chère famille ! Je suis très heureux de vous voir ce soir, afin que nous puissions tous nous réjouir de plusieurs événements qui ont eu court cette année et de nous féliciter quant aux prochains pas que la famille prendra en cette nouvelle année. »  Astra se réjouissait de la naissance de sa fille mais… Isaac, son époux était mort. Devait-elle s’en féliciter ? Elle en doutait car elle était devenue sang pur veuve, mère d’une petite fille, deux choses qui ne feraient en rien d’elle un bon parti. Mais son éventuel remariage ne serait pas au centre des discussions, ceux d’Astra et d’Arsen seraient au centre de tout l’année prochaine. Elle pense alors à sa fille et tripotte machinalement sa bague. « Cependant, avant de commencer les réjouissances, j'ai pris la décision de vous faire part d'une information essentielle pour la famille. Vous comprendrez que vous ne devez la révéler à personne, mais nous avons pensé, votre mère et moi, que vous deviez être mis aux faits. » Elle est étonnée Astra, mais elle écoute, « En juin dernier, pendant la réception, je n'étais pas en rien dans la mort de Balthazar Lestrange. J'ai fait porter le chapeau en m'alliant aux Parkinson, afin de pouvoir asseoir le pouvoir de la famille encore plus loin. » La famille. Toujours la famille, c’était ce qu’il y avait de plus important au final, les liens du sang.

Encore des secrets, toujours des secrets. « S’allier aux Parkinson ? » Dit alors Astra, levant un sourcil. Ses pensées étaient sorties toutes seules. Comme si c’était une solution plutôt étrange. Mais, cela faisait un Lestrange de moins, et au final ils avaient réussi à passer entre les mailles du filet alors qu’en temps normal, ils auraient été les premiers accusés de tout cela. Mais Astra se ressaisi alors, et ajoute, « Pensez-vous réellement que Ramsay Parkinson va œuvrer en notre intérêt et non au nom du sien ? » Elle est toujours méfiante vis-à-vis de ceux qui passent un marché avec sa famille. Elle n’a pas confiance en grand monde – mais elle a confiance en sa famille, bien que celle en Arte et Arsen soit ébranlée depuis le serment inviolable, et plus encore depuis qu’Arsen a lever la main sur elle. Mais Astra, elle ne remet pas en question les choix de sa famille, elle veut juste s’assurer qu’il n’arrivera rien aux siens. « S’il tentait de nous doubler, car entre nous, personne ne peut se fier à un bâtard de la sorte, encore moins un bâtard Lessstrange. » Lâche-t-elle alors, la voix légèrement siffleuse.  Ironie de parler de bâtard quand on sait qu’au final, sa fille en est une, mais rien ni personne ne peut laisser penser cela, Adhara est le portrait cracher de sa mère, les yeux, les cheveux, le regard. Mais, lui, ce Ramsay c’était un bâtard avéré. Elle porte la coupe à ses lèvres, elle a cette voix siffleuse parfois, vestige de son don de fourchelangue. Mais, elle n’aimait pas ce Ramsay Parkison, il était à moitié Lestrange, et rien que pour cela, c’était déjà bien assez inquiètant.


When everything turns to black

All the rules are changing now You're living in sin Everything around you is caving in All you're holding on to Slipping like water through your hands.

Parchemin envoyé Sam 7 Jan - 14:37

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie - Aurore , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 4141 hiboux. J’incarne : Karen Gillan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alienor Rosier, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange et Lorelei Zabini Je parle en : #66858D



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérante du Cercle de Jeu de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : célibataire. J'ai été mariée à Desmond Meadowes pendant quelques mois.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
31.12.1990 - Une année noire

Artemisia avait été surprise d’apprendre que le repas du vendredi était annulé. Mais cette surprise avait bien vite disparut quand elle avait appris que ce serait le repas de nouvel an le lendemain à la place qui ferait office de réunion de famille. Quelle idée de penser que son père laisserait tomber l’un de ses dîner si important à ses yeux… Les relations entre les différents membres de la famille s’étaient petit à petit gelé, comme si personne ne pouvait vraiment faire confiance aux autres, comme si tout d’un coup chaque personne avait quelque chose contre une autre personne. Et tout ça, elle ne le vivait pas très bien la rouquine. Elle préférait la lointaine époque de l’entente parfaite et où il ne fallait pas faire constamment attention à la réputation des Black, à la bonne tenue de la Main Noire et des différents commerces. Elle appréciait cette différence avec les autres familles de sang pur, mais elle trouvait pesant de ne pouvoir se balader sans être dévisagée, montré du doigt ou que son prénom soit sur les lèvres tel un goût amer.

Assise sur son lit, elle regardait la robe bleu nuit aux manches trois quart qu’elle devrait porter ce soir. Elle n’était pas très enthousiaste, se retrouver enfermée dans une pièce avec les autres, être contrainte d’y rester jusqu’à minuit au minimum…après le repas de noël, elle aurait bien aimé sortir et passer la nouvelle année seule au milieu de nulle part. Elle finit par se lever et se vêtir, laissant ses cheveux lâchés qu’elle avait légèrement ondulés. Elle en profita pour en changer la couleur. Ce soir elle serait brune. Autant profiter de ce don pour varier les apparences lorsqu’elle le pouvait. Elle détestait le blond en revanche…cela lui rappelait bien trop ses mois d’infiltration dans le camp ennemi. Quittant sa chambre, elle rejoignit ses deux frères et resta silencieuse jusqu’à l’arrivée de sa sœur, suivie de ses parents.

Son père ne tarda clairement pas à prendre la parole. « Ma chère famille ! Je suis très heureux de vous voir ce soir, afin que nous puissions tous nous réjouir de plusieurs événements qui ont eu court cette année et de nous féliciter quant aux prochains pas que la famille prendra en cette nouvelle année. » Elle grimaça. Les événements de l’année, elle les connaissait et n’en était pas foncièrement ravie. Quant aux prochains pas, rien que son mariage la mettait dans une panique sans nom. Elle se saisit également d’un verre. Elle avait l’étrange impression qu’elle en aurait besoin ce soir pour tenir jusqu’au bout. « Cependant, avant de commencer les réjouissances, j'ai pris la décision de vous faire part d'une information essentielle pour la famille. Vous comprendrez que vous ne devez la révéler à personne, mais nous avons pensé, votre mère et moi, que vous deviez être mis aux faits. » Artemisia qui avait porté son verre à ses lèvres, avala prestement ce qu’elle avait dans la bouche, voulant éviter de recracher éventuellement le tout sous la surprise. Cela ne présageait rien de très bon une cachoterie de leurs parents. Elle regardait alors son père, prête à entendre cette grande nouvelle. « En juin dernier, pendant la réception, je n'étais pas en rien dans la mort de Balthazar Lestrange. J'ai fait porter le chapeau en m'alliant aux Parkinson, afin de pouvoir asseoir le pouvoir de la famille encore plus loin. » Petit à petit, elle a l’impression de pâlir, ouvre de grands yeux. Son père avait fait assassiner le ministre de la magie. Si cela se savait ils risquaient tous le baiser du détraqueur, les Lestrange étaient une famille importante aux yeux du Seigneur des Ténèbres, tandis que les Parkinson n’en étaient que des sous-fifres, dont une partie bâtardise par les Lestranges. Prise de court, ses cheveux sont retournés quelques instants à leur roux naturel, avant qu’elle ne reprenne ses esprits avec les paroles de sa sœur. « S’allier aux Parkinson ? » Elle semble sceptique son aînée. Les cheveux d’Artemisia retrouvent leur brun et elle hoche la tête lorsque sa sœur poursuit. « Pensez-vous réellement que Ramsay Parkinson va œuvrer en notre intérêt et non au nom du sien ? » Les Lestrange œuvraient pour leur propre compte et Ramsay venait de proposer des élections dont le résultat ne serait révélé que durant la nouvelle année, autant dire que les choses n’étaient pas réellement assurées.  

« S’il tentait de nous doubler, car entre nous, personne ne peut se fier à un bâtard de la sorte, encore moins un bâtard Lessstrange. » Elle a pris l’habitude d’entendre sa sœur siffler par moments. C’est quelque chose qu’il faut bien intégrer lorsque l’un des membres de la famille est fourchelangue. Il parait que c’est quelque chose qui vient du côté Black. Il est toutefois étonnant de noter que les dons hérités des deux familles s’en iront peupler d’autres familles par la suite étant donné que seules les deux filles en ont hérité. « Je dois avouer être plutôt de l’avis d’Astraea… » Amorce-t-elle alors, un peu hésitante. « Est-ce réellement prudent ? Nous savons que les Lestrange ne pensaient qu’à eux et au pouvoir conférer par notre seigneur, mais Ramsey a du sang Lestrange également… » Elle hésite à poursuivre, ne voulant pas aller trop en opposition avec son père, mais avait-il repensé à cette alliance après l’annonce des élections ? « Balthazar a promis des élections, Ramsey est obligé de s’y plier. S’il ne devenait pas ministre, ne risquerait-il pas de nous faire tomber en révélant le meurtre ? » Elle est inquiète. Elle ne voudrait pas voir tomber son père ou sa mère à cause de leurs plans. Les Black avaient tant de secrets inavouables. Elle en prenait pleinement conscience.

Alaric : #660000
Astraea : #663366
Artemisia : #66858D



Parchemin envoyé Mer 18 Jan - 19:10

avatar
avatar
profil
Je suis : Annab' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 147 hiboux. J’incarne : Robert Downey Jr. , et l’avatar que je porte a été créé par : Skander, non ? . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aucun Je parle en : 66000

true story

Je suis âgé de : 51 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : A la tête de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Caelia Black (scéna)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Quelques instants après mon annonce, mes deux filles ne perdirent pas de temps avant de prendre ma parole, alors que mes fils, plus censés, eux, s'étaient tut et n'avaient pas jugés utiles de discuter mes plans. Tout avait été prévu depuis longtemps et tout s'était déroulé sans aucun contre-temps. Il n'y avait eu aucun problèmes et notre famille -et moi-même- nous en étions sortit sans la moindres represailles. Et tout cela grâce à mon sens de la négociation, et uniquement cela. Eux-même ne s'étaient douté de rien alors qu'ils vivaient encore sous mon toit. Dans ces conditions, je n'acceptai aucune discussions générale sur les faits, et surtout en aucun cas des remises en questions et des interrogations. Or, à cet instant précis, c'est exactement ce qu'il se passa. La chose que mes filles n'avait certainement pas correctement assimilé était que le débat était clos et qu'il n'y avait pas la place pour des "Mais ..." et des " Et si ... ? ". Non. Car c'était moi, ici, qui orchestrait tout. Et ça a priori, cela avait tendance a sortir de l'esprit de ma progéniture féminine. L'ainé avait lancé un regard appuyé vers Astraea lorsqu'elle avait prit la parole. Ce conseil muet de ne pas contrarier mes pensées ne m'avait pas echappé. Au moins, l'un d'entre eux avait une once d'intelligence ce soir. Ah.

Artemisia ne tarda pas à suivre, encore plus hésitante. L'hésitation. C'était un trait que j'avais énormément de mal à leur faire oublier. Pour moi c'était synonyme de faiblesse, et très loin du concept d'organisation que je maîtrisais tant. Lorsque tout est parfaitement pensé, alors il n'y a pas lieu d'hésiter. Ici, ce n'était toujours pas ça. Je ne vais pas dire que la colère me montait, car j'étais un personne trop réfléchie pour m'emporter aussi facilement, cependant, une certaine tension négative se discernant dans mes traits. Mes enfants n'avaient donc aucune confiance en moi ? N'y en avait-il vraiment pas une pour relever l'autre ? Pensaient-ils donc que j'avais préparé ce plan du jour au lendemain, avec de nombreuses inconnues ? Non ! Je m'étais assuré de tout et aucune traîtrise n'était possible, grâce à un habile jeu de pouvoir, de menaces et de represailles. Ainsi que des interêts communs partagés entre les deux partis, bien entendu.

Caelia m'avait jeté un regard en coin, car elle avait sentit monter ma désapprobation. Je prit une large inspiration et soupira, les lèvres pincées alors qu'elle posait sa main sur la mienne. J'esquissais ensuite un sourire forcé à ma descendance.

< J'espère, commençais-je, que vous êtes bien conscient de la personne à qui vous vous adresser, jeunes femmes. Pour résumé, je ne compte pas vous exposer les détails de mes arrangements et de mes affaires privées, simplement vous mettre au courant d'une situation afin que vous preniez en compte toutes les nuances. J'espérais néanmoins un témoignage d'avantage de confiance sur les sécurités que j'ai mise en place pour nous protéger.

Mon verre s'était à nouveau remplit et je fit tourner le vin dans celui-ci en y suivant le mouvement du regard.

< Oui, un Lestrange, oui, notre intérêt, et pour les éléctions, j'ai su placer mes cartes. Si j'étais une personne optimiste, je vous dirais qu'il n'y a pas d'inquiétude à avoir. Mais puisque je suis plus intelligent que ça, vous vous contenterez de garder vos inquiétudes pour vous-mêmes.
Je repris d'un air plus détaché après avoir prit une gorgée de boisson.
< Moins d'hésitations, et plus d'actions ! Maintenant, je suis plus ouvert à entendre vos avancées concernant nos affaires communes. Je laisse donc la parole à la gente féminine. Mangez !

< [color=#660000]



Spoiler:
 

Parchemin envoyé Sam 4 Fév - 19:00

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie - Aurore , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 4141 hiboux. J’incarne : Karen Gillan , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alienor Rosier, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange et Lorelei Zabini Je parle en : #66858D



Je suis âgé de : 28 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérante du Cercle de Jeu de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : célibataire. J'ai été mariée à Desmond Meadowes pendant quelques mois.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
31.12.1990 - Une année noire

Émettre des doutes envers le père Black ? Quelle mauvaise idée. Elle aurait dut le savoir après tout, ce n’est pas comme si elle était une petite nouvelle dans la famille. Pour une fois ses deux frères avaient été plus intelligent en se taisant à l’annonce de leur père. Voilà qui changeait du quotidien.  Artemisia vit que son père n’appréciait pas ses suppositions et elle regretta bien vite d’avoir ouvert la bouche. Elle vit sa mère échanger un regard avec son père et leurs mains se toucher. Tout cela ne présageait très clairement rien de bon. Leur père montait en tension et celles qui prendraient sa colère seraient Astreae et Artemisia. « J'espère, que vous êtes bien conscient de la personne à qui vous vous adresser, jeunes femmes. » Elle baisse la tête, trouvant soudainement son assiette terriblement intéressant. « Pour résumé, je ne compte pas vous exposer les détails de mes arrangements et de mes affaires privées, simplement vous mettre au courant d'une situation afin que vous preniez en compte toutes les nuances. » Cela avait le mérite d’être claire sur la place qui était la leur. « J'espérais néanmoins un témoignage d'avantage de confiance sur les sécurités que j'ai mise en place pour nous protéger. » Elle aurait voulu se faire petite, très petite. Elle tourne légèrement la tête pour regarder Astraea et, toutes deux, échanges un regard, espérant qu’il était dans un bon jour et qu’il n’y aurait pas de punition quelconque.

« Oui, un Lestrange, oui, notre intérêt, et pour les élections, j'ai su placer mes cartes. » Elle redresse la tête, observant son père sans vraiment le fixer. « Si j'étais une personne optimiste, je vous dirais qu'il n'y a pas d'inquiétude à avoir. » Il avait tout de même dû l’être suffisamment pour se lancer et croire en la Main Noire. Mais la prudence était plus de mise dans ces situations. « Mais puisque je suis plus intelligent que ça, vous vous contenterez de garder vos inquiétudes pour vous-mêmes. » Et paf un autre petit coup bien placé pour rappeler la place de ses filles. « Oui père. » Dit-elle tout bas. « Moins d'hésitations, et plus d'actions ! Maintenant, je suis plus ouvert à entendre vos avancées concernant nos affaires communes. Je laisse donc la parole à la gente féminine. Mangez ! » Parler ou manger, voilà qui était compliqué comme choix. Elle se saisit de sa fourchette et attaque avec peut-être un peu trop d’empressement ses légumes. Elle sent un coup de pied léger l’atteindre sous la table. Redressant la tête, elle croise le regard d’Arsenius. D’un léger mouvement de tête il désigne leurs parents qui semblent attendre quelque chose. « Les affaires se portent bien, les clients viennent sans problème, surtout depuis que vous avez réussis négocier la baisse des patrouilles dans les rues du chemin de traverse, allée des embrumes et environs. » Elle donne quelques coups de fourchette et avant de de mettre le tout dans la bouche, elle ajoute « Avec les fêtes, j’ai l’impression qu’ils ont l’illusion de gagner plus, du coup ils jouent plus. » Illusion bien entendu, il était hors de question de distribuer plus d’argent aux sorciers, même si s’était les fêtes. Elle mâchouille tranquillement et regarde sa sœur. Alors qu’elle avale, elle lui demande. « J’imagine que tu ressens aussi ça de ton côté ? » Elle pouvait se permettre de faire cette supposition. Après tout, elle venait prendre sa place parfois. Secret entre elles, qui ne sera jamais ébruité, afin de pouvoir lui donner du répit avec sa fille désormais, mais aussi pour s’échapper de ce métier qui ne lui plaisait que peu.

Alaric : #660000
Astraea : #663366
Artemisia : #66858D



Parchemin envoyé Lun 6 Fév - 22:16

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1000 hiboux. J’incarne : Felicity - Perfect - Jones , et l’avatar que je porte a été créé par : un créatueur de Bazzart que je remercie. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Skander Lupin, Gideon Peverell & Avia Spudmore Je parle en : #663366



Je suis âgé de : 29 années fanées, autant d'années à se fourvoyer au nom d'une famille qui n'a fait que se servir de moi. Je n'ai jamais été aussi vivante que ces dernières semaines, libérée délivrée. , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : une ancienne mère maquerelle, mais maintenant je travaille comme potionniste "Aux Fleurs de Luz". J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : veuve depuis d'une année, et je ne regrette pas sa mort. Les rumeurs vont de bon train à mon sujet, mais je reste libre et l'amour de ma vie est une petite fille aux grands yeux verts. Champ Libre :




malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



UN ANNEE NOIRE.

Elle détestait les repas de famille, elle se sentait souvent inférieure ici, sans réellement savoir pourquoi. Peut être parce qu’elle était moins carnassière que ses semblables dans les affaires, et se contentait de gérer, espérant garder ses mains blanches et pâles le plus propre possible. Mais il y avait bien longtemps que la blancheur immaculée de ses mains et de son âme avaient été entachés. Elle ose pourtant faire part de sa désapprobation vis-à-vis d’une alliance avec un Parkinson. Mais elle n’a jamais été neutre vis-à-vis d’eux, connaissant jadis un Lestrange de façon personnelle, comme un ami, pour ne pas dire comme l’un de ses plus proches amis. Mais au vu de la réaction de son père, elle réalise qu’elle aurait mieux fait de se taire, elle baisse les yeux, résignée, comme une enfant que l’on punie. « J'espère, que vous êtes bien conscient de la personne à qui vous vous adresser, jeunes femmes. » Elle regrette déjà de lui avoir manqué de respect. « Pour résumé, je ne compte pas vous exposer les détails de mes arrangements et de mes affaires privées, simplement vous mettre au courant d'une situation afin que vous preniez en compte toutes les nuances. »  Elle saisissait les nuances Astra, s’allier avec les Parkinson c’était faire un immense bras aux Lestrange, elle n’est pas dupe, mais elle trouvait que s’allier à un homme qui avait assassiné son propre père comme Ramsay Parkinson n’était pas une bonne idée. Ce n’est bien sûr pas officiel, mais son amitié avec Athelstan lui avait appris quelques trucs. « J'espérais néanmoins un témoignage d'avantage de confiance sur les sécurités que j'ai mise en place pour nous protéger. » Cela va de soit.  Astra garde la tête baissé, mais hoche la tête, « Oui, un Lestrange, oui, notre intérêt, et pour les élections, j'ai su placer mes cartes. Si j'étais une personne optimiste, je vous dirais qu'il n'y a pas d'inquiétude à avoir. » Mais il y a toujours un risque se retient-elle de dire. « Mais puisque je suis plus intelligent que ça, vous vous contenterez de garder vos inquiétudes pour vous-mêmes. » Le ton sans appel du patriache. Astra relève la tête, et dit de concert avec sa sœur,   « Oui père. » « Oui père. » Elle lève les yeux vers son père. Presque trente ans, et elle  le craint que plus que quiconque, mais elle le respecte aussi. « Moins d'hésitations, et plus d'actions ! Maintenant, je suis plus ouvert à entendre vos avancées concernant nos affaires communes. Je laisse donc la parole à la gente féminine. Mangez ! » Les affaires. Un repas de famille comme les autres, c’est bien ce qu’elle disait. Elle allait avoir l’estomac noué, le goût faussé, et l’appétit coupé, comme souvent quand elle allait devoir parler de la maison Close. Depuis la naissance d’Adhara, c’était encore pire, tout ce qu’elle faisait la répugnait, mais elle n’avait pas le choix, elle n’avait jamais eu le choix.  

Elle fixe son assiette Astra, elle ne mange pas beaucoup en temps normal, mais cette intervention venait clairement de lui couper tout appétit. Elle est pour autant muette, incapable de parler la première, c’est Artemisia qui brise le silence. Elle est l’aînée, ça devrait être à elle de montrer l’exemple, mais à la place, elle s’écrase, comme toujours.   « Les affaires se portent bien, les clients viennent sans problème, surtout depuis que vous avez réussis négocier la baisse des patrouilles dans les rues du chemin de traverse, allée des embrumes et environs. » Les patrouilles donnaient froid dans le dos à Astra qui se réjouissait de le voir s’éloigner. Elle avait apprécié de se promener avec sa fille en poussette dans les rues moldues de Londres sans l’ombre d’un contrôle d’identité, alors quand elle était retourné sur le chemin de traverse, elle avait compris qu’elle refuserait d’y emmener sa fille, l’atmosphère était trop pesante,  « Avec les fêtes, j’ai l’impression qu’ils ont l’illusion de gagner plus, du coup ils jouent plus. » Pauvres fous, c'était les Black qui gagnaient toujours plus. « J’imagine que tu ressens aussi ça de ton côté ? » Elle met une poignée de seconde à se rendre compte que sa sœur lui parle, et non pas à Arsenius. C’est son jeune frère à côté d’elle qui se racle la gorge qui la fait réagir. Elle est perturbée en ce moment Astra, très perturbée, trop de chose ont changé dans sa vie en si peu de temps. Elle est devenue mère, à gouter à ce bonheur, à laisser sa fille à une nounou inconnue pour retourner travailler auprès de ces dépravées et rentre le soir prendre son enfant dans ses bras, comme si de rien n’était. Sans parler de cette rencontre déconcertante en ville – elle voulait aller de l’avant, elle tousse légèrement, et reprend, « Oui, évidemment. » Elle cherche à reprendre le fil de sa pensée. « Comme chaque années nous aurons plus d’activité au mois de février avec la St Valentin bon nombre de sorcier vont chercher une valentine pour quelques galions. » Elle sourit, mais se sait dégoûtée de ses mots. Mais pourtant c’est vrai, les sorciers aimaient la compagnie des filles les soirs de St Valentin, en ayant l’illusion qu’ils allaient être aimé ou chéri par quelqu’un en ce jour. Astra détestait la Saint Valentin, sans doute parce qu’elle n’avait jamais, ô grand jamais aimé. Ce sentiment, c’était le mystère de sa vie. Si elle l’avait ressenti une fois, maintenant c’était oublié. « Mais nous avons connus en baisse en fin d’année, comme à chaque fois, les gens passant les fêtes en famille, certains sont peu enclin à être infidèles par ces temps là. » Enfin, certains seulement. Elle marque une pause, « Je crois qu’il nous faudrait de nouvelles filles, histoire de renouveler l’offre. » Si elle pouvait se gifler, elle le ferait, elle se détestait tellement.

Alaric : #660000
Astraea : #663366
Artemisia : #66858D


When everything turns to black

All the rules are changing now You're living in sin Everything around you is caving in All you're holding on to Slipping like water through your hands.

Parchemin envoyé Jeu 2 Mar - 23:32

avatar
avatar
profil
Je suis : Annab' , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 147 hiboux. J’incarne : Robert Downey Jr. , et l’avatar que je porte a été créé par : Skander, non ? . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Aucun Je parle en : 66000

true story

Je suis âgé de : 51 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : A la tête de la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Marié à Caelia Black (scéna)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Ses filles avaient a priori compris le message, et acquiescèrent sans faire d'histoires. Au moins, cela avait eu le mérite d'être clair. Le silence se fit alors autours de la table et je sentais le regard de Caelia sur Artemisia. Cette dernière s'en rendit compte et c'est alors qu'elle prit la paroles. En quelques phrases, elle me rapporta la situation au cercle de jeu, alors que sa soeur était encouragée a faire de même pour la maison close quelques instants après. Après l'incident qu'il venait de se passer, aucun de mes enfants n'était très bavare cependant la conversation continua pendant une bonne partie du repas, rejointe par leurs frères. De nombreux sujets furent discuté au sujets de la gestion des deux établissements, ainsi que l'évaluation générale des employés. D'après mes fils, personne ne semblait poser problèmes ces derniers temps, et bien que quelques tricheurs continuaient toujours de tenter leur chance au cercle de jeu, ils se faisaient constamment rattrapé par les méthodes efficace de mon aîné. Au moins, il s'assurait correctement que nous n'étions pas volé. Quel affront.
Le benjamin parlait peu lorsque les conversation s'était plus orientée sur le travail à la maison close, il ne prit que trop rarement la peine de lever les yeux et de me répondre avec conviction. Il faudrait revoir certaines choses en privées avec lui, d'après les prises de paroles d'Astra, -car c'était la seule à répondre à mes questions techniques,- il se laissait un peu trop porter par sa sœur, me semblait-il. Il faudrait remédier à cela plus tard. Rien ne pressait mais, qui sait ?

Alors qu'ils entamaient le dessert et que la conversation était arrivé à son terme, il y eu un silence qui n'était pesant que pour les autres. Il dura jusqu'à ce qu'un elfe arrive en couinant en lui apportant une lettre. Il la prit et l'ouvrir, en interrogeant sa femme du regard. Il s'était levé tout en la lisant, elle n'était pas très longue, mais il avait préféré la relire une fois avant de la donner à Caelia qui se leva elle aussi en parcourant les mots écrit à l'encre noire, d'une main précipitée. Les gens choisissaient bien leurs jours pour poser problèmes. Les enfants avaient un regard interrogateur, mais le Black ne prit pas la peine de répondre à leurs interrogations silencieuses.

Il y avait eu un problème au marché noir. Une groupe de quatre idiots avait jugé bons de s'infiltré dans le laboratoire des drogues où étaient stocké quelques produits dont la circulation était strictement contrôlée par son marché. A priori, les prix étaient trop hauts pour quelques accro qui avait donc décidé de faire sauter le labo en essayant de maquiller cela en accident de potion. Il fallait aller récupérés d'importants stocks et punir ces fauteurs de troubles dans les plus brefs délais, où c'était toute une réputation et une masse d'argent qui s'envolait. Sans comptés les dégats matériels ... Comment quatres personnes avaient-elles pu passer ses sécurités aussi facilement ?? Clairement, il y aurait des comptes à rendre et cette histoire n'était pas terminée.

Le plus urgent, c'était de rattraper ce qui lui appartenait. Un coup d'oeil en direction de sa femme, elle était en fait déjà sortit de la pièce sans un mot. Alaric balança l'enveloppe sur la table, ses enfants auraient loisir de la lire et de comprendre par eux-mêmes.

< Les affaires nous appellent, Arsenius, tu viens. Les autres, vous restez là. Ne nous attendez pas.

Alaric emboîta le pas de sa femme, son ainé dans son sillage, et ils sortirent.  


[Alaric sort/fin]



Spoiler:
 

 

Une année noire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [event 001] Le bal des années folles - sujet global
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Bonne Année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Habitations-