Partagez | 
The dearest light - Février 1983 ☾ NATHANIEL&ARTEMIS

()
Parchemin envoyé Mar 27 Déc - 20:57

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Elle a filé comme l’éclair, ce jour-là, à peine leurs lèvres se fussent-elles séparées. Elle a filé comme l’éclair et il a tout juste eu le temps de la suivre pour lui adresser un signe de la main et lui dire à bientôt. A chaque lettre reçue, il lui a répondu, parfois des pages entières pour lui raconter les quelques moments chaleureux passés l’un de ses bons amis qui restaient également à l’école pour les fêtes. Il lui a même envoyé Hyrule, une fois, en profitant pour garder Athen qui, par la même occasion, pouvait se défouler un peu plus les ailes qu’au manoir des Grimstone. Dans ces lettres, il lui a dit combien elle lui manquait, et c’était un sentiment véridique, mais jamais il ne remit ce baiser échangé sur le tapis. Pas une seule fois, au cas où ses parents, et surtout son père, viendrait intercepter un de leurs courriers. Il ne parlait, dans ses lignes, qu’en toute et sincère amitié. Alors lorsque les vacances touchèrent à leur fin et que les portoloins ramenèrent ceux qui avaient déserté temporairement le château, Nate fût l’un des premiers dans le Hall à attendre celle qui fait battre son cœur.

***

Ce matin-là, il s’est réveillé d’une humeur sombre, la journée de cous l’attendant se révélant plutôt agaçante. Il a révisé jusque tard dans la nuit son cours de potion avec la ferme intention d’exceller mais la nuit n’a pas été de tout repos, accablé d’images de ce fameux jour de Purge de septembre 1981. En s’étant renseigné discrètement sur les dons de voyance, du moins, dans des ouvrages de sorciers relatant du peu qu’ils en savaient, il a découvert que les visions peuvent être aussi bien des images du passé que du futur si ce don n’est pas contrôlé. C’est ce qui lui est arrivé durant la nuit dans son sommeil, et revoir le visage froid de Leona n’a pas été une mince affaire pour le jeune sorcier. C’est hanté par ces images qu’il se rend dans la Grande Salle pour prendre son petit déjeuner, mais l’appétit n’est même pas là et on le laisse tranquille. C’est à peine s’il jette un coup d’œil à Artemis assise un peu plus loin, ne lui offrant qu’un simple petit sourire voué à la rassurer mais qui ne se veut pourtant pas très convaincant, tandis qu’il quitte la pièce plus vite que prévu. Malgré tout, la matinée se passe tranquillement et l’on ne daigne pas venir l’enquiquiner. Aujourd’hui, elle et lui finissent les cours avec une heure de décalage et malgré la fraîcheur hivernale, il compte bien se rendre sous le grand chêne l’après-midi venue, dès lors qu’il serait libre de ses mouvements. Comme prévu toutefois, il excelle dans son cours de potion, maigre réconfort de la journée qui est loin d’être terminée. Si bien qu’une fois ce dernier cours terminé, il enfile son écharpe verte et argent dans le but de sortir des murs de l’enceinte du château.

Ses pas se font rapides et précis, Nathaniel est déterminé à en sortir pour pouvoir souffler, mais alors qu’il franchi le seuil de la porte en bois, il se fait heurter de plein fouet. Un geste habituel et quotidien qu’il n’oublie jamais, mais qui aujourd’hui ne passe pas, tout comme la douleur ressentie dans le creux de son omoplate qui vient de se prendre un coup d’épaule. Le sorcier ne daigne pas sourciller et lui offre un sourire des plus narquois et pathétique. Accompagné de quelques sbires, il ne pipe mot, ce sont ses sous-fifres qui parlent pour lui.

« Qu’est-ce qu’il a à courir comme ça le taré ?
- C’est vrai que ton Grand-père a fini à Azkaban car il a assassiné sa propre cinglée de sœur ?
- Ah ouai c’est vrai cette histoire ! Comment ça se fait que j’ai pu l’oublier Harnold ? Probablement parce qu’il y a tellement de folie en eux… A force de se mélanger ils ont fini par faire des gamins attardés. »

Les choses auraient pu s’en arrêter là et il aurait, malgré la colère, laissé couler, mais le trouble-fête qui lui a donné ce violent coup d’épaule a rajouté des mots. Ceux de trop. Ceux qui touchent directement Leona. Ils sont convaincus qu’elle est toujours vivante dans ce château, ils ignorent que c’est Charlotte qui a pris sa place et qu’elle est morte. Il pense donc insulter une jeune fille vivante, mais en réalité elle n’est plus de ce monde à cause d’êtres comme lui qui se croient supérieurs en tout. C’en est trop pour Nathaniel qui sans crier gare se jette sur lui, poings en avant et baguette à la main.

***

Ils s’y sont mis à plusieurs mais il n’a rien dit. Dès qu’on les a interpellés il a pris la poudre d’escampette pour s’enfuir sous le fameux chêne. Assis sur l’une des grandes racines qui s’échappe du sol enneigé, il passe sa langue sur sa lèvre inférieure fendue. Il a la tête d’un boxeur qui s’est mangé une défaite, n’a pour ainsi dire même pas utilisé sa baguette. Il n’a pas voulu. Ses prunelles fixent l’horizon calme et hivernal de Poudlard, cette école qui n’est plus vraiment la même depuis cette rentrée de 81. Il a beau faire avec, se plier aux nouvelles règles et faire profil bas, évoluer comme un bon prêcheur de la magie noire, ce n’est pas là ce qu’il est. De la fumée s’échappe de ses lèvres au gré du long soupir qu’il pousse, tête reposée sur ses bras croisés, ces derniers reposant eux-mêmes sur ses genoux repliés. L’air un brin boudeur, il est en réalité surtout contrarié et torturé par des images qu’il ne parvient pas à oublier. Si bien que la silhouette féminine et parfaitement connue qui se dessine bientôt à ses côtés n’est même pas aperçue.





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Mer 28 Déc - 13:19

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret

Artemis était partie parce qu’elle pensait que tout ça n’était que dû à la présence du gui. Et leurs lettres échangées pendant les vacances la déroutaient. Aucun message secret, aucune référence lui permettant de changer son avis sur la question. A part qu’elle lui manquait pour jouer quelques mauvais tours à ses amis mais elle ne pouvait pas dire que ce n’était pas autre chose que de l’amitié. Le jour de la rentrée arriva bien vite et la jeune fille finit par franchir les portes du Grand Hall. Il était là. Il l’attendait. Elle lui sourit et le rejoignit. Le pendentif ornait son cou. Elle ne l’avait pas quitté sauf lorsqu’elle devait s’habillait pour une réception ou une autre. Mais dès qu’elle était seule, c’était lui qu’elle gardait autour du cou. Elle le salua avec un sourire radieux et l’embrassa sur la joue. Comme une amie. Oui, Artemis ne voulait pas s’humilier alors elle faisait comme si le gui était le seul responsable de ce baiser échanger quelques temps plus tôt.


***


5h30 tapante. Artemis se leva comme à l’accoutumée. Elle attrapa ses livres de cours pour la journée et ses devoirs après s’être préparée et descendit à la Grande Salle. Il n’y avait pas encore grand monde et elle en profita pour étudier. Elle avait beau se mêler un peu plus à la populace, elle restait studieuse, consciente que ses études seules seraient au final son gage de faire quelque chose de sa vie même si son destin semblait aussi funeste que les temps actuels. La jeune sorcière ne savait pas vraiment quoi faire de sa vie et à vrai dire, on ne le lui demandait même pas. Elle était faite pour rester entre quatre murs à assurer une descendance et à recevoir des amies, tenir une maisonnée. Oh, elle ne se plaignait pas. Il était aussi facile de suivre les ordres de son entourage, de ne pas se poser d’autres questions que de connaître le nom de celui qui lierait son destin au sien. Elle aurait une vie tranquille. Et des enfants à aimer pour oublier sa solitude. La table se remplit bientôt de quoi manger et elle attrapait distraitement des choses à grignoter. Aux alentours de 7h15 son meilleur ami daigna montrer le bout de son nez. Artemis écoutait les conversations de ses camarades qui entre temps s’étaient installés face à elle en tentant de lui soutirer quelques réponses. Elle espérait qu’il serait venu la rejoindre mais il la regarda à peine. Fronçant les sourcils, Artemis sembla contrarié quand elle n’obtint qu’un sourire. Ah... C’était censé la rassurer. Elle soupira quand il partit à peine un jus de citrouille avalé. Sans rire.
Bon. Elle attendit cinq minutes, en essayant de se contenir et de ne rien montré avant de se rendre en cours. Ils ne se croisèrent pas une seule fois de la journée et elle ne fut pas vraiment attentive. En soi, ce n’était pas si grave. Elle rendit ses devoirs, prit des notes et savait qu’elle rattraperait plus tard. Elle ne voulait pas être la meilleure, elle ne cherchait pas à exceller. Elle ne désirait qu’apprendre. Tout savoir d’un monde qu’elle ne visiterait jamais. Ignorant que pendant ce temps là son meilleur ami se battait avec quelques idiots de l’école (en remarque, entre abrutis, ce n’était pas si étonnant), elle compléta un contrôle. Le silence de la salle de cours lui pesait. Elle détestait ces examens. C’était à ses yeux quelque chose qui lui faisait perdre du temps. Elle n’apprenait pas. Elle ne faisait que recracher ce qu’elle venait d’apprendre. Certes ce passage était obligatoire. Elle rempli son parchemin rapidement et quitta enfin la salle de cours.

Sa journée était terminée alors elle se dirigea vers la salle commune. « Avez-vous vu Nate ? Il a terminé il y a une heure je crois. ». Un de ses amis se tourna vers elle : « Non, désolé. ». Hochant la tête, l’adolescente soupira. Bon. Il n’était pas là. Elle ressortit donc et croisa d’autres élèves. Elle entendit seulement un groupe plus âgé rire en racontant une bagarre. Une bagarre avec un sang mêlé. Trelawney fut le nom prononcé et ce fut assez de pièces rassemblées dans son esprit pour qu’elle puisse les rassembler et comprendre. « Il est sûrement à l’infirmerie ». « Non, apparemment il est sorti ». Bien. Artemis leur jeta un regard noir et tendit la jambe au dernier moment. L’un des élèves se prit le pied dedans et s’étala de tout son long. « Eh ! Mais ça ne va pas ?  Artemis se tourna vers lui et le toisa. « Oh pardon. J’ai juste pensé que tu avais besoin d’être remis à ta place. Et là, maintenant que je te regarde... Je me dis que c’est vraiment celle qui te convient. Il faut vraiment être bien bas pour s’amuser à répéter bêtement des mots que tu ne comprends pas... Bonne fin de journée. » Elle esquissa un sourire moqueur alors que les autres surpris par l’échange finirent par rire de la victime. « C’est vrai que tu répètes tout ce que nous disons... »

Oui. Elle avait visé juste. Mais ce n’était pas une victoire à ses yeux. Elle sortit donc et regarda vers le chêne. Il était là. Misérable. Artemis inspira profondément. Vu son humeur, il risquait probablement de s’en prendre à elle. Ce ne serait pas la première fois. Et comme toujours, elle parviendrait sûrement à le remettre aussi à sa place mais ce jour là elle n’en avait pas envie.
Avançant rapidement jusqu’à lui, elle se mit à sa hauteur et posa sa main sur son bras. « Si tu veux en parler, vas y. Si tu préfères que je te laisse tranquille... Je peux partir. » Elle laissa un lourd silence s’installer entre eux. Lui seul déciderait.
Parchemin envoyé Mer 28 Déc - 19:30

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Il a conscience que son côté colérique peut poser problème et n’est pas des plus faciles à gérer pour ses proches. Dans ce genre de situations il dit souvent des choses qu’il ne pense pas, comme une certaine manière de se protéger du monde extérieur en chassant tous ceux qui pourraient vouloir s’approcher un peu trop près de lui. Pourtant, lorsqu’il prend conscience de la présence d’Artemis et de sa main sur son bras, il lève les yeux vers elle, dont l’un est clairement en train de virer au noir. Silencieux, il n’a aucun mauvais geste envers elle, et n’ouvre finalement la bouche qu’après plusieurs secondes. « Tu peux rester. ». Un murmure lancé dans la plénitude de l’hiver sous les branches du vieux chêne qui les voit évoluer et grandir au rythme des saisons. Les images continuent de le hanter et il n’a personne à qui en parler, en parler c’est prendre le risque qu’un secret soit révélé et qu’une énième vie soit gâchée. En définitive, sa vie ne se résume qu’à ça, des secrets à cacher encore et toujours, et bien que son père n’en ait pas conscience, la chose est très difficile à vivre pour son fils cadet qui a perdu sa moitié, comme une part de lui. Un vide qui ne se comblera jamais. Voir la jeune sorcière lui met du baume au cœur, mais il n’a pas foncièrement envie de l’embêter avec ça, avec ces histoires. Il sait de source sûre qu’il peut lui faire confiance, elle n’a jamais trahi le secret concernant son don, le protégeant même des regards indiscrets. Ses yeux bleus rivés sur les traits doux du visage de la brunette, il déglutit et ne se rend alors pas compte des larmes qui viennent finalement lui brouiller la vue, comme un signe qu’il est temps d’en parler à quelqu’un. Pour se libérer. Se libérer du poids qui l’assaille jour après jour, semaines après semaines depuis ce fameux jour de septembre.

Détournant les yeux pour observer partout autour d’eux afin de s’assurer que personne n’entendrait. En soi, c’est ridicule, en plein hiver la majeure partie des élèves préfèrent rester au chaud à l’intérieur, sauf ceux qui se rendent à Pré-au-Lard mais ils ne passent pas par ici. Le grand chêne est pertinemment désert en hiver et c’est pour cette raison qu’il est venu là en premier lieu.

« Je n’avais pas prévu de… Me battre. » qu’il commence en reposant ses prunelles sur elle et triturant ses doigts nerveusement. « J’ai eu droit à des insultes comme d’habitude, des mots sans importance jusqu’à ce qu’il ne parle de Leona. ».

Artemis connait le nom de sa sœur mais comme tout le monde, elle est probablement persuadée qu’elle est toujours en vie.

« Ce que je vais te révéler, personne ne le sait et personne ne doit savoir Arté. ». Fixant l’horizon, il sent ses yeux s’embuer un peu plus de larmes qu’il ne peut pas contrôler. Parce qu’il n’y arrive tout simplement plus. Ce deuil comprimé au sein de sa cage thoracique, la douleur de l’avoir perdu et devoir continuer à faire semblant avec une autre le rend dingue. « Ma sœur avait une meilleure amie. On était tous les trois dans le Poudlard Express le jour où… Tu sais ce qu’il s’est passé. Ils sont arrivés jusqu’à notre compartiment et ont posé des questions, ils voulaient savoir qui de ma sœur ou de sa meilleure amie était Charlotte, une née moldue… ». Nathaniel prend une inspiration et vient passer toujours nerveusement une main sur son front en baissant les yeux. « Je n’ai rien eu le temps de faire, Leona leur a fait croire qu’elle était Charlotte pour la protéger et ils n’ont pas tergiversé. En un éclair c’était terminé. ». Il ferme les yeux, une larme s’écoule le long de sa joue. « J’étais là et je n’ai rien pu faire. Mon père a tenu à ce que le sacrifice de Leona ne soit pas vain… ». Il renifle et certains mots s’étouffent à mesure qu’il retient les sanglots qui l’assaillent de toute part. « Il a joué des ressemblances entre Charlotte et Leona pour que l’on ne pose pas de questions, depuis lors c’est en réalité la meilleure amie de ma sœur qui a pris sa place. Les professeurs les confondaient tout le temps, ça n’a pas été très compliqué, Leona était juste plus claire de cheveux, alors mon père a fait ce qu’il fallait. ». Nate se fige, légèrement tremblant, mais prononcer ces mots à quelque chose de salvateur. « Ma jumelle est morte sous mes yeux et je ne peux le dire à personne. Elle est morte, Artemis, et je ne peux même pas faire mon deuil comme il le devrait. ». Ce ne sont plus une, mais plusieurs larmes qui roulent alors sur ses joues quand il vient plonger ses deux billes bleues dans celles de la jeune sorcière. Sa meilleure amie, et tellement plus encore. « Voilà pourquoi je les déteste… Mon don ne me fait pas uniquement voir l’avenir, ça me fait aussi revivre des morceaux du passé. Et j’ai revécu ça, cette nuit. Alors… Quand il l’a insulté elle en pensant pertinemment qu’elle est vivante j’ai juste… Je n’ai pas pu me retenir… »

Il sait son erreur mais il ne la regrette pas. Aller à l’infirmerie pour faire disparaître les stigmates de ce qu’il a fait, il n’en a pas non plus envie, il sait que ça passera. Sa lèvre inférieure dégonflera et son œil au beurre noir s’estompera aussi. La douleur de l’avoir perdu, par contre, est beaucoup plus compliquée à tamiser, mais l’avoir dit, à elle, sa meilleure amie, le soulage déjà d’un poids qu’il ne pouvait plus supporter lui-même. Seul.





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Jeu 29 Déc - 13:35

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret

Nathaniel était de ceux qui exprimaient facilement leurs émotions. Il n’était pas complexé pour montrer sa colère et si parfois il ne la contrôlait pas suffisamment bien aux yeux d’Artemis, elle savait comment le gérer. Du moins, elle avait peu à peu développé sa stratégie : une approche en douceur avec une porte de sortie. Elle lui laissait donc le choix : soit elle restait, soit elle le laissait seul. Elle savait que la solitude parfois était le meilleur remède pour prendre de la distance. Patiente, elle attendait donc qu’il lui dise ce qu’il souhaitait et ce fut dans un murmure à peine audible qu’il l’invita à rester. Bien sûr, elle le dévisagea en voyant son oeil au beurre noir. Par Merlin, mais que faisait-il ? Pourquoi se battre encore avec des ignares ? C’était absurde. Et une perte de temps. Elle ne lui fit aucune remarque, aucun discours moralisateur pour lui dire qu’il aurait pu faire perdre des points à leur maison. La coupe était quand même un enjeu important et il se laissait entraîner par des manoeuvres de bas étage !

Son regard se brouillait, son coeur se serrait et frissonnait sous ce froid hivernal. Artemis gelait sur place mais n’en montrait aucun signe. Les apparences. Toujours les apparences. Elle serait bien rester au chaud pour discuter, dans un coin de couloir ou des escaliers mais apparemment il se trouvait mieux ici. En plein désert de glace. Elle ramena aussi ses jambes contre elle pour contenir le peu de chaleur qu’elle pouvait produire et détourna les yeux en même temps que lui. Elle regardait la couche neigeuse où seuls leurs pas étaient visibles. Ils avaient troublé la beauté enchanteresse de l’hiver. « Je n’avais pas prévu de… Me battre. » La phrase semblait presque faire écho dans ce silence troublant. Pas un chant d’oiseau. Pas un bruissement. Artemis ne leva pas les yeux vers lui. Elle voulait le laisser parler sans lui donner l’impression de le juger. Il fallut la mention de Leona pour qu’elle fronce les sourcils et ne relève la tête. « Leona ? Mais... »

Il y avait toujours eu quelque chose de louche avec cette Leona. Elle était devenue amie avec son sosie presque parfait. Presque. Il y avait des différences, Artemis avait pris le temps une fois de les observer. Des grains de beauté qui n’étaient pas forcément au même endroit... Des petites marques. Des détails subtils mais pour qui avait le temps d’observer le monde, ils se voyaient comme le nez au milieu de la figure. Ainsi, elle se doutait qu’il y avait eu quelque chose, même si elle n’avait jamais soulevé le sujet. Après tout, même le comportement de Nathaniel avait changé. Elle l’avait souvent vu avec sa soeur et après la purge, comme par hasard, c’était comme s’ils s’évitaient. Ils ne se parlaient que par obligation, c’était l’opinion qu’elle s’était forgée. Et il était prêt à lui dire la vérité. « Personne ne saura, Nate. Je te le promets. » Elle le protégeait depuis suffisamment longtemps pour qu’il lui fasse confiance.

L’aveu qu’il lui fit révéla toute l’horreur de cette guerre. Sa souffrance la touchait en plein coeur et elle sentit ses yeux devenir humides. Damn. Si elle se mettait à pleurer, ce ne serait pas forcément d'une grande aide. Elle inspira profondément et reprit le contrôle de ses émotions. Elle en choisit une autre : la colère. Ces abrutis de mangemorts avaient tué aveuglément. C’était n’importe quoi ! Comment avaient-ils pu se laisser avoir aussi facilement ? Ils avaient tué une sorcière au sang mêlé au lieu de... Un frisson la parcourut. Artemis n’était pas convaincue de la supériorité des sangs purs sur les autres mais il ne fallait pas se leurrer : ils devenaient de plus en plus rares. Alors chaque mort ne faisait que souiller le sang. Où était l’honneur ? Où était la fierté d’un sang sorcier si durement conservé, au sacrifice de centaines de vies à travers le temps. Les règles, le code qu’elle suivait, c’était pour éviter ça ! Mais surtout, le sacrifice de cette soeur avait sauvé la vie d’une fille mais pour combien de temps ? Et quelle souffrance pour sa famille...

La jeune sorcière passa une main dans le dos de son camarade. Elle le lui frottait doucement, un geste de réconfort pour lui montrer son soutien alors qu’il pleurait. « Tu ne pouvais rien faire, Nate », commença-t-elle à lui dire d’une voix basse et compatissante. « Et ton père s’est montré vraiment très humain. Il aurait pu la dénoncer par colère... » Elle esquissa un sourire. « Tu ne dois pas culpabiliser et t’en vouloir. Elle a fait son choix et honoré sa maison. Je pensais bien qu’il y avait quelque chose d’étrange, avant vous étiez proches et depuis ce jour là... Il y avait comme un fossé entre vous, même si vous jouiez, vous n’êtes pas doués pour prétendre. » Elle fit une pause avant de murmurer : « Jouer la mascarade, ce n’est pas si facile. Il faut avoir vécu toute sa vie dans un théâtre pour en être capable. » Elle remonta sa main autour de son cou et le rapprocha d’elle tandis que son regard se perdait au loin. Il fallait vivre dans une famille de sang pur qui aimait la politique... C’était un câlin visant aussi à lui montrer qu’elle était toujours là. « Ce sont des idiots. Je comprends que tu aies pu... Perdre la raison, mais comme tu viens de le dire, ils ne le savent pas. Alors il ne faut pas les laisser voir qu’elle est une faiblesse. Autrement, ils risqueraient de se poser des questions et de mettre toute leur attention sur elle. Ils pourraient comprendre. » Artemis avait une qualité : le sang froid. Sauf le jour où il l’avait cherchée mais il y avait été fort et il ne l’avait pas lâché. Elle déposa un baiser sur sa joue. « On devrait aller voir l’infirmière. Ton oeil noir là, c’est tout sauf attirant. » Elle le taquinait volontairement. « Et... Quand je te cherchais, j’ai croisé des colporteurs. Peut-être ceux qui ont participé à votre bagarre. Je n’ai pas pu résister à en envoyer un par terre. Tu comprends, c’est un sang mêlé et il parlait comme s’il était de sang pur... J’ai trouvé ça tellement ridicule que je n’ai pas pu résister à le ridiculiser. C’était un idiot. » Elle sourit et lui fit un clin d’oeil complice.



Parchemin envoyé Ven 30 Déc - 13:12

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


La tristesse l’enveloppe entièrement et il ne parvient pas à stopper les tremblements de son dos. Malgré tout, le sorcier ne peut s’empêcher de ressentir un certain soulagement à l’idée d’avoir enfin pu en parler. Cette distance qu’ils ont eue avec Leona, aux yeux des autres, il ne s’agit que d’une dispute ou tout simplement le deuil de la meilleure amie qui pèse trop lourd du côté de sa jumelle. C’est ce qu’ils doivent tous penser, car peu sont nombreux à s’attarder sur les signes comme Artemis a pu le faire. La main qui frotte d’ailleurs tendrement son dos est plus qu’appréciée dans ce moment difficile, même s’il ne parvient pas à empêcher les larmes de continuer leur descente et strier ses joues rosies par le froid. Ce n’est qu’à ce moment-là que la voix de sa meilleure amie résonne dans le silence hivernal. Elle lui murmure que ce n’est pas de sa faute et qu’il ne doit pas culpabiliser. Ses mots sont justes et elle a entièrement raison, il ne peut démentir tout ce qu’elle dit, mais le vide fait si mal et les images sont si dures. Quand elle le rapproche d’elle, il se laisse faire et lâche un soupir de soulagement, les larmes commençant seulement à se calmer. La tête nichée contre son épaule, Nathaniel prend une grande inspiration et vient balayer les larmes de son visage. « Tu as raison. », lorsqu’elle dit que réagir trop violemment pourrait attirer l’attention. « Pouvoir en parler à quelqu’un ça… Fait du bien. ». Il hausse ensuite les épaules. « La réaction de mon père ne m’a pas vraiment étonné… ». Et si ce dernier a décidé de renier l’Ordre du Phénix ce n’est pas pour rien non plus, c’est dans un espoir désespéré de préserver ce qui reste de sa famille. Sur une fratrie de cinq ils ne sont plus que trois.

Toujours lové contre elle, Nate se rend compte qu’il pourrait y rester des heures et inverser les rôles, la garder elle dans ses bras malgré le froid qui les assaille, mais la jeune sorcière a une autre idée en tête et il ne peut qu’esquisser un fin sourire en se redressant lentement et à contre cœur.

« Quoi ça ne me donne un petit air… Bad boy ? Ou… Défenseur des opprimés ? ».

Si elle taquine, lui aussi sait le faire et il s’en amuse.

« Merci d’être celle sur qui je peux compter. J’espère que tu sais que c’est réciproque. ».

Nathaniel esquisse un sourire plus franc et vient effleurer sa lèvre inférieure en grimaçant. L’autre idiot ne l’a pas raté, mais lui non plus. Aux autres mots que la brune prononce, les prunelles du sorcier deviennent rondes comme des soucoupes et il ne peut retenir un rire en la voyant lui adresser un clin d’œil.

« Je suppose qu’il n’a eu que la monnaie de sa pièce. A défaut de se recevoir un verre d’eau. »

Nouvelle taquinerie et complicité partagée tandis qu’il attrape sa main et se relève enfin de la grande racine du vieux chêne. Déposant un baiser sur cette dernière, il sort une paire de gants de sa poche. « Je m’en voudrais que tu attrapes froid. ». Il les lui glisse puis ils repartent lentement vers le château, quoi qu’un brin plus vite face au vent glacial qui se met à souffler. Une fois à l’intérieur, ils prennent la direction de l’infirmerie où Nate accepte enfin de se laisser toucher.

« Tenez, mettez ça sur votre œil et ne bougez pas d’ici pendant bien dix minutes sans quoi cela ne servira strictement à rien. »

L’infirmière bougonne un ces jeunes… Puis s’éclipse le temps d’aller chercher d’autres produits dans l’une de ses réserves, les laissant parfaitement seuls dans l’immensité de l’infirmerie. Sans broncher, le jeune sorcier s’exécute, assis sur son lit de fortune à la couverture polaire qui gratte. De son œil valide, il observe la jeune fille et ne la quitte pas des yeux, souhaitant aborder le sujet qu’ils ont tous deux évité depuis le retour des vacances de Noël.

« A propos de ce qu’il s’est passé… Juste avant ton départ pour les vacances. Je n’ai pas voulu mentionner ça par courrier de crainte que ton père tombe dessus mais… Sache que je ne l’ai pas fait par obligation. »

Le sujet est lancé, il a pris son courage à deux mains. Comment faire autrement après tout ? Ses sentiments pour elle sont véritables et dans un peu plus d’un an il aurait terminé ses études. Ils avaient clairement l’âge pour… Ce genre de choses.

« Artemis je… Je sais que la différence de nos sangs peut poser problème mais ça fait plusieurs mois que j’ai compris qu’en réalité je… Te considère bien plus que comme ma simple meilleure amie… »

Il est conscient que cette révélation pourrait tout gâcher potentiellement entre eux, mais s’il ne le tente pas il ne le saura jamais et cela pourrait aussi signifier passer à côté de quelque chose de beaucoup plus fort et de réciproque. Alors… Qui ne tente rien n’a rien ?





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Sam 31 Déc - 11:26

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret

Artemis était impressionnée. Les gens étaient si peu observateurs. Les petits camarades rouge et or n’avaient jamais remis en doute l’identité de Leona alors qu’aux yeux de la brune, il y avait clairement quelque chose de différent. Jusque là, elle n’avait pu que faire quelques suppositions mais la révélation de Nathaniel jetait enfin la lumière sur cette affaire. Il avait perdu son double. Les jumeaux avaient souvent ce lien si particulier qui les unissait, elle l’avait souvent observé. Il y avait ceux qui vivaient en parfaite fusion et ceux qui faisaient tout pour se différencier mais au final, si l’une des moitiés était en difficulté, l’autre venait toujours à son secours. C’était comme s’ils partageaient la même âme, le même destin. Caressant son dos, consciente qu’elle ne pourrait jamais lui rendre cette soeur perdue, ni même la remplacer, elle comprenait mieux maintenant pourquoi il lui avait si mal parlé un an auparavant. Elle comprenait pourquoi ce jour là il avait répondu par la violence, quand bien même elle le condamnait. Le ramenant contre elle, elle tenait à lui montrer qu’elle était là et partageait sa peine. Cette guerre tuait des innocents. Artemis avait la chance d’être née du bon côté de la barrière et elle ne pensait bien évidemment pas que les sangs purs survivraient seuls. Ils avaient besoin de tous les sorciers et n’avaient pas besoin de ce génocide pour appliquer des règles de bonne conduite. Ils l’avaient toujours fait jusque là. Son destin, guerre ou pas, ne changerait pas. Si elle décidait de ne pas s’y plier, elle aurait intérêt à bien se cacher parce sa famille ne supporterait pas un tel déshonneur et mettrait des assassins à ses trousses.
Nate inspira et commença à se mouvoir. Il reprit la parole aussi, une fois qu’elle eut fini de lui dire en quoi son comportement risquait de mettre en danger cette stratégie. La sorcière hocha la tête quand il précisa qu’il était soulagé d’avoir pu en parler. « Porter ça tout seul, c’est un poids important... » Esquissant un sourire, elle songeait quand même que le père de Nathaniel était un homme brave. Cacher une née moldue de la sorte, c’était risquer la vie de toute la famille. Si jamais l’information tombait entre de mauvaises mains, les Trelawney pourraient simplement disparaître de la surface terrestre. Déjà qu’ils étaient surveillés pour ce don de voyance, alors sauver la vie de cette adolescente... Elle espérait qu’ils ne regretteraient pas un jour.

N’aimant pas le voir si triste, elle tenta bientôt de lui rendre le sourire. Bien sûr, cela n’effacerait pas la peine mais c’était déstabilisant, pour elle. Artemis n’était pas habituée à ce genre de geste démonstratif et si elle semblait sûre d’elle dans ses gestes, au fond elle se demandait si tout ça n’était pas trop bizarre. « Non. On dirait juste quelqu’un qui s’est prit un coup dans l’oeil. » Un rire cristallin se fit entendre et heureuse de le voir répondre. Elle le préférait de cette façon. Il venait de se confier à elle et jusque là Artemis n’avait fait qu’effleurer certains de ses problèmes. Seulement, elle ne poussait jamais vraiment très loin la confidence, estimant qu’il ne comprendrait pas et risquait de lui dire une fois de plus qu’elle n’était qu’une complice et une sang pur sans aucun courage. Oui, cela était peut-être vrai. Elle avait été formaté et même si elle avait sa liberté de pensée, elle n’était pas prête à tout lui raconter. Et, dans le simple but de ne pas trop s’étendre dans ce moment de confidences, elle ne put résister à l’envie de lui raconter son petit méfait du jour. Le Serpentard sembla surpris mais son rire franc lui réchauffa le coeur. Son sourire s’élargit alors qu’il mentionna le verre d’eau. « Le verre d’eau, c’était gentil. Nous sommes de la même maison alors je ne vais pas risquer des points. Par contre lui... » S’aidant de sa main pour se relever, elle sentit le baiser qu’il déposa et tressaillit. Euh... Elle se sentit rougir légèrement, ne sachant pas vraiment comment interpréter ce geste. Depuis ce fameux baiser, Artemis avait plus ou moins mis de la distance entre eux. Une dernière sécurité qu’elle maintenait même si elle avait compris avoir des sentiments pour lui.

Le regardant lui donner des gants, elle pencha la tête. « A vrai dire, si je n’ai pas déjà une pneumonie ce sera un miracle. » Elle sourit, toujours taquine et l’accompagna jusqu’à l’infirmerie. Là, l’employée se montra un brin exaspérée. Il devait attendre alors la jeune sorcière resta. Et Nate la fixait comme s’il voulait aborder un sujet mais n’osait pas forcément se lancer. Tout en silence, Artemis haussa un sourcil interrogateur. Et il commença à mentionner ce baiser. Qui n’avait pas été fait par obligation. Damn. Son regard se perdit dans le vide. Quoi dire ? Le temps qu’elle passa à essayer de rassembler ses pensées, il poursuivit. Et mit le doigt sur LE problème qui la perturbait. Et elle devait prendre sa décision maintenant. Maintenant !

L’adolescente lista rapidement dans sa tête les pour et les contre. Cela pourrait être vu comme un déshonneur. En même temps, elle n’était pas encore fiancée et Poudlard était bien le moment où l’on se testait en toute sécurité, n’est-ce pas ? Nate était admis, donc il avait été jugé intéressant. Et elle avait des sentiments pour lui... C’était bien loin de ce qu’elle avait imaginé mais... Elle restait silencieuse, plongée dans son for intérieur. « Je ne sais pas s’il est sage de... Suivre cette voie. Je crains que cela nous amène plus de souffrances, au final... » Exprimant ses doutes, elle avait l’impression désagréable que c’était une étrangère qui parlait à sa place. Ce fut ce qui brisa son élan. « En fait, profitons du temps que nous avons ». Elle sourit et sursauta alors que l’infirmière revenait vérifier que le traitement fonctionnait.



Parchemin envoyé Lun 2 Jan - 0:13

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Elle a le don de lui rendre le sourire, à chaque fois. Il ne sait pas vraiment comment elle fait, au fond, elle y arrive sans cesse et sa technique semble être infaillible. Quand a-t-il commencé à changer sa manière de la voir, il ne le sait pas vraiment. Ca s’est fait tout naturellement. Malgré la tristesse qui envahit son cœur dès lors qu’il pense ou revoit les images de sa jumelle, Nathaniel lui rend son sourire et tente de la rassurer. Il ira bien, comme à chaque fois après la tempête. Sans doute n’est-ce la faute qu’au voile de l’hiver qui s’est définitivement abattu sur Poudlard et ses environs. Pourtant, la neige, ce grand manteau blanc de poudreuse a le don d’être magnifique. La nature à l’état pur parait en être alors à l’arrêt le plus total, mais lorsque l’on observe avec attention, l’on se rend compte que tous les oiseaux et autres animaux sont toujours là. A leur manière. Différemment, peut-être. Mais toujours là. Il voudrait être capable de voir Leona dans chaque branche d’arbre, ce vieux chêne lui-même est un endroit qu’elle appréciait, quand bien même elle l’ait critiqué à plusieurs reprises. En y repensant ça le ferait presque rire, mais il se contente de se redresser, d’attraper la main de la jeune sorcière pour y déposer un baiser et ensuite lui enfiler ses propres gants. Il ne veut pas qu’elle ait froid.

Tentant de se faire aussi faussement prétentieux qu’il en est capable, le Trelawney la voit rire aux éclats et ça lui rend son sourire. Il a toujours aimé l’entendre ainsi, c’était tellement mieux que de se prendre un verre d’eau en pleine figure. D’ailleurs, la brunette ne manque pas de lui raconter son méfait et lui de faire référence à ce fameux jour de septembre où ils se sont adressés la parole pour la première fois. Et autant dire… Quelle première fois ! Riant à son tour, il ne peut s’empêcher de reprendre la direction du château avec elle en hochant la tête.

« Je dois bien admettre que tu aurais pu très sincèrement faire pire ce jour-là… En m’envoyant carrément une bière au beurre par exemple. Je n’ose imaginer l’état de mes cheveux après ça. »

Et comme pour appuyer ses dires, comme si soudainement il accordait de l’importance à ses cheveux ou son apparence, il vient ébouriffer sa mèche, ce qui lui donne un petit air des plus… Idiot. Pour le coup il l’autorise de façon muette à le lui dire. Au lieu de ça, elle le taquine sur les gants qu’il lui a enfilés quelques minutes plus tôt et il ne peut que lui rendre son sourire, le nuage gris étant définitivement passé. Pouvoir lui en parler a véritablement fait son bien, quand bien même l’idée d’aller à l’infirmerie ne l’enchante pas trop. Sans broncher, il accepte de s’y rendre avec elle mais Nate est condamné à attendre avec une poche sur son œil, tandis que sa lèvre, elle, guérirait toute seule. Attendant que l’infirmière s’éclipse pour aller récupérer du matériel et autres potions dans sa réserve en ronchonnant, le jeune sorcier observe Artemis avec la ferme intention de reprendre un sujet de conversation sérieux. Ils n’ont pas parlé du baiser échangé avant son départ en vacances et il compte bien le faire. Un brin hésitant, il ne l’est que pendant un maximum de quelques secondes, constatant alors l’air interrogateur que sa meilleure amie prend. Bien, qui ne tente rien à rien, comme on dit. Lentement mais sûrement, il expose les choses et lui précise sans mal que ce baiser n’avait strictement rien de forcé, sous-entendant par-là que ses sentiments sont réels et que cela fait quelques temps qu’il a arrêté de la voir comme une simple meilleure amie, mais bel et bien comme une personne qui compte encore plus à ses yeux bleus.

Le silence qui s’installe et le regard de la sorcière qui se perd dans le vide ne fait que confirmer qu’il met le point sur le véritable problème de la situation : leurs sangs respectifs. S’il était de sang-pur les choses seraient moins compliqué, il le sait pertinemment, c’est la raison pour laquelle il le lui fait remarquer, mais il sait aussi qu’il ne peut aller à l’encontre de ce qu’il ressent pour elle et il a besoin de le lui dire. De prendre le risque de compliquer les choses entre eux, mais au fond son cœur espère inlassablement qu’elle partage ses sentiments. Lorsque finalement Artemis brise le silence qui s’est installé, Nathaniel se fige sur son lit de fortune à la couverture qui gratte et aux couleurs criardes. Un jaune moutarde absolument affreux qui n’est pas sans lui rappeler un jaune moche des Poufsouffle. Néanmoins, les premiers mots qui résonnent sont loin d’être encourageants et c’est avec une crainte non feinte et un sérieux inévitable qu’il ne la quitte pas des yeux. Enfin… De l’œil, en l’occurrence. Ses paroles semblent presque être récitées par cœur mais il sent son trouble et bientôt… Son discours change. Au point qu’il n’est pas certain d’avoir compris. Ses lèvres s’entrouvrent alors à sa suite mais c’est à ce moment-là que l’infirmière un peu bedonnante et aigrie revient, lui arrachant la poche des mains et de l’œil. Aow. Sourcils froncés, Nate observe la vieille femme comme si elle venait de lui couper un bras. Cette dernière ne s’en soucie pas et lui recolle la poche sur l’œil. Double Aow. Avant de repartir par la porte en bougonnant de loin un « Encore 5 min Monsieur Trelawney, et après vous déguerpissez de cette infirmerie ! ».

« Charmante… Absolument… Charmante. » qu’il bougonne à son tour dans la barbe qu’il n’a pas encore malgré les quelques points noirs qui apparaissent de plus en plus, au fil des semaines.

Reposant sa prunelle sur la jeune sorcière, il se redresse et vient s’asseoir au bord du lit, sérieux à nouveau.

« Ce que tu as dit juste avant qu’elle n’arrive… Ca veut dire que… ? ». Il esquisse un sourire qui s’élargit de plus en plus. « Tu partages aussi ce même… Sentiment ? »

Pour peu, il pourrait l’embrasser. Là. Tout de suite.




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Sam 7 Jan - 23:20

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret

Artemis observait cet oeil bleu, presque noir. Ils ne l’avaient pas raté. Au fond, qu’il se prenne des coups la dérangeait. Beaucoup savaient qu’ils étaient amis pourtant. Bon, il était certain qu’elle n’était pas populaire. Peut-être avait-elle fait une erreur de calcul, finalement. A trop vouloir rester loin de ses camarades, ceux ci n’avaient pas appris à la respecter. Sauf les quelques uns qui l’avaient cherchée et trouvée, comme Nate. Ignorant les sentiments qu’il nourrissait et partageait à son égard, elle vivait dans une bulle de rêves. Chaque soir, avant de s’endormir, elle s’imaginait un avenir. Plein d’avenirs. Et puis, finalement, cette jolie bulle finissait toujours par éclater : la réalité était différente. Jamais elle ne pourrait vivre avec lui. Si elle essayait de fuir, ils les trouveraient et les tueraient. Elle était lâche, au fond. Mais elle l’assumait pleinement : elle voulait vivre. Elle voulait garder son nom. Et ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour lui. Lui demandant comment il se sentait, il la rassura. Il lui expliqua que tout ceci n’était pas vraiment de sa faute. Mmmh. Cette justification était contestable mais il était obligé de se battre. S’il refusait, il serait vu comme faible et cela n’arrangerait en rien ses affaire. Elle repensait à ce qu’il avait dit sur le chemin en direction de l’infirmerie. Il pensait qu’elle aurait pu faire pire avec la bière au beurre. C’était mal la connaître. Elle n’avait que sourit et consentit à son inquiétude mais si elle s’était écoutée, il aurait craché des limaces. Ou bien elle aurait pu le métamorphoser en blatte.

Les choses semblaient différentes. Avant les vacances, Artemis le cherchait en permanence. Depuis ce baiser, elle avait pris ses distances. Elle ignorait s’il l’avait remarqué mais elle cherchait avant tout à se protéger. Si jamais elle se faisait des idées, qu’il l’avait fait pour la forme, elle préférait ne pas le savoir. Elle ne voulait pas qu’il brise son coeur. Le blond la dévisageait depuis plusieurs minutes et elle l’interrogea du regard. Un échange muet qui suffit au blond à se confier sur ses ... Sentiments. Surprise, Artemis était face au mur. Elle devait un choix, un choix qu’elle rêvait depuis plusieurs mois mais qui jusque là n’existait que dans son esprit. Ses pensées se bousculaient. Son coeur tambourinait dans sa poitrine. Un conflit éternel entre le coeur et l’esprit. Si elle le repoussait, elle lui ferait de la peine. Elle ne pouvait le supporter, d’autant plus qu’elle en souffrirait également. Ce serait la fin de leur amitié. Si elle acceptait, elle pourrait vivre quelque chose à elle, pour une fois. Ce serait son histoire. Et peut-être que les autres ne la respecteraient plus jusqu’à ce qu’elle ne leur rappelle leur place. Et peut-être qu’ils respecteraient Nate. Commençant à réciter cette réponse qu’elle avait préparé au cas où, elle réalisa que c’était sa chance. Sa chance de vivre quelque chose. Ils étaient perdus. Quoiqu’il arrive, il venait de tout foutre en l’air.

L’infirmière revint les interrompre, annonçant qu’il fallait encore cinq minutes. Assez énervés, ses gestes un peu brutaux arrachèrent des gémissements. Fronçant les sourcils, peu contente de voir le serpentard aussi malmené, elle suivit du regard la femme censé les remettre sur pieds. Ses yeux s’étrécirent. Généralement, c’était le signe qu’Artemis allait attaquer. Et si elle se lançait, les conséquences finissaient toujours par être fâcheuses. Elle inspira profondément et baissa la tête vers le blond. « C’est sûr, ce n’est pas l’amabilité qui l’étouffe. » Il se redressa et vint sur le bord du lit. Sa question maladroite l’agaça. Elle ne comprit pas vraiment pourquoi, sur le moment. Il gâchait tout. En fait, jamais elle ne l’avait imaginé à l’infirmerie ce moment. Elle le toisa quelques secondes. « Notre amitié, oui, bien sur. » Elle sourit et observait sa réaction. Elle semblait très sérieuse. « Parce qu’il est hors de question que je réponde à cette question ici et maintenant. »

Artemis le défiait. A vrai dire, elle ne comprenait pas sa propre réaction. Il y avait une pointe de doute et d’amertume. Il venait de se confier à elle sur sa soeur, peut-être était-ce un moment de faiblesse. Et puis, il ne fallait pas céder trop vite non plus. Et enfin, mieux valait qu’il se montre à la hauteur. S’il avait la prétention de vouloir ses faveurs, il devait prouver qu’il l’a méritait. Une question de fierté. Il ne comprendrait certainement pas mais elle tourna les talons et le planta là. Il ne la reverrait pas de la soirée, ni même le lendemain. Elle l’éviterait même un long moment. Sa seule chance serait de lui tendre une embuscade à la fin d’un cours.



Parchemin envoyé Dim 8 Jan - 13:44

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Les coups il a fini par s’y faire et a dû apprendre à les rendre pour ne pas aggraver sa situation. Quelque part, il dispose d’une certaine fierté sans doute un peu trop serpentine pour se laisser simplement démonter par une bande d’idiots mal lunés et avides de farces pourries. Pourtant, cela n’a pas toujours été comme ça, bien au contraire. Avant la purge les choses se passaient simplement, il n’y avait de rivalité qu’à cause de leurs maisons respectives et Dumbledore mettait un point d’honneur au respect au sein même de son école, chose dont le nouveau directeur ne semblait pas se soucier. Les quelques sang-mêlé qui étudient encore en ces lieux sont des privilégiés, mais leur nombre est inférieur comparé à tous les autres. Pas étonnant qu’ils soient devenus les souffres douleurs de tous les autres. Tous ces jeunes sorciers ne font, pour la plupart, qu’imiter leurs parents. Pour autant, les exceptions demeurent, des deux côtés. Artemis en est une preuve vivante, l’un de ses amis sang-pur également. A un moment, Nathaniel a eu tendance à mettre tout le monde dans le même sac, mais il ne s’agissait là que de colère inutile et incontrôlée, qu’un syndrome dû à la disparition tragique de sa sœur. Il en avait perdu deux le jour-là, dont une assassinée par Voldemort en personne. C’est quelque chose qu’il n’oubliera pas. Jamais. Et s’il n’assume pas d’idées rebelles à haute voix, se mêlant dans la masse comme il le peut malgré les insultes et les coups, il n’en pense pas moins. Pendant des années, les Trelawney sont restés fidèles à l’Ordre. Il sait que Magnus, son père, n’a renié l’Ordre que pour assurer la pérennité de sa famille mise sous le feu des projecteurs à cause de leur réputation de voyants. Il l’a élevé sans s’en rendre compte avec les idées Phénix, il ne pourrait donc se mettre à penser autrement. Il faudrait un véritable manipulateur et habile serpent pour venir à lui faire penser que Voldemort est la clé, quand lui est précisément tout ce que le mage noir veut annihiler.

Prendre des coups est le cadet de ses soucis, surtout lorsque son esprit pense constamment à autre chose de bien plus important à ses yeux. Avant les vacances de Noël, avant qu’elle ne s’enfuit jusqu’au porte-au-loin, ils ont échangé un baiser, elle et lui. Si la branche de gui aurait pu laisser penser qu’il ne s’agissait là que d’une envie de respecter la tradition, le Trelawney avait plutôt vu cela comme une opportunité de confirmer ses sentiments envers elle. Au fil du temps, leur amitié est devenue bien plus que cela. Il a senti la certaine distance qu’elle a remise entre eux au moment où elle est revenue de vacances, mais il a mis ça sur le compte de moments difficiles à passer au sein du manoir Grimstone. Il lui a écrit, tous les jours, a pris soin d’Athen, lui envoyant Hyrule pour que sa chouette à elle puisse profiter des territoires escarpés de Poudlard et ne la pince pas trop une fois de retour chez elle. Jamais il n’a évoqué ce baiser, pourtant, aujourd’hui, dans cette infirmerie il est prêt à le faire. Un peu pataud et maladroit, il expose les faits, décide de prendre son courage à deux mains. La première réponse qu’elle commence à lui faire oblige son sourire à s’abaisser peu à peu, jusqu’à ce qu’elle ne change totalement de discours et que la maudite infirmière ne vienne les interrompre avec sa grâce légendaire.

Grimaçant sous le traitement, il sent la poche de glace être à nouveau collée sur son œil sans ménagement et il soupire une fois qu’elle est partie. Son œil valide observe soudainement Artemis qui fusille littéralement la vieille femme du regard, si bien que Nate se sent obligé de venir poser sa main sur l’avant-bras de sa meilleure amie. Ce regard n’est jamais bon signe, et dans ces moments-là il a l’impression qu’Artemis se transforme en cobra prêt à attaquer jusqu’à ce que mort s’en suive. Ce n’est qu’en la voyant inspirer qu’il se détend, même si lui non plus n’a pas pu se retenir de faire un commentaire. En entendant la réponse de la jeune fille, il esquisse un franc sourire avant de venir s’asseoir sur le bord du lit et reprendre leur conversation. Il n’était pas certain d’avoir compris sa réponse, et sans doute qu’il est un peu trop maladroit. Toujours est-il que lorsqu’elle lui parle de leur amitié, l’expression de l’incompréhension traverse son visage. Se pourrait-il qu’il se soit mal… Exprimé ? Mais la réponse suivante d’Artemis lui indique que non. Décontenancé, il ouvre la bouche puis la referme avant de la voir se lever.

« Notre… Arté ? »

Il est coupé dans son élan par le départ de la sorcière. Elle lui file entre les doigts sans même se retourner et il ne comprend pas ce qu’il a dit de mal. Dans l’envie de la rattraper, il se relève mais la vieille peau débarque et le repousse assis sur le lit, retire la poche de glace et la lui recolle à nouveau, ce qui l’oblige à échapper un grognement d’agacement.

« Ca ne fait pas 5 minutes. Croyez-moi, j’ai pas envie de vous garder, mais si vous ne faites pas ce que je dis cet œil va tout simplement enfler comme ma vieille tante Albertine. Vous n’avez pas du tout envie de ressembler à un éruptif Monsieur Trelawney, j’en suis certaine. »

Nate est contraint de s’avouer vaincu et les minutes restantes semblent interminables pour lui. Quand finalement la folle le laisse partir, il court aussitôt en salle commune pour retrouver Artemis. James vient immédiatement le voir.

« Wow, Nate, ils ne t’ont vraiment pas raté, tu vas bien ? »

Le Trelawney hoche la tête, contrarié.

« Oui oui ça va. Tu n’aurais pas vu Artemis ? »

James signe à la négative.

« Non, je pense qu’elle doit être remontée au dortoir des filles pour étudier ou quelque chose du genre. Cette fille ne cessera jamais de m’épater avec sa motivation constante pour les livres. Je me demande même comment elle fait pour te supporter. ». Le sang-pur sourit, taquin, et lui donne une petite tape sur l’épaule. « Elle ne doit pas être loin. »

Le voyant esquisse un sourire mais demeure inquiet et perdu. Il ne comprend pas la réaction de la brune. Au dîner, il ne la voit pas apparaître, et il a beau la chercher il ne parvient pas à la croiser. La nuit qu’il passe se veut irrémédiablement longue et c’est les traits tirés par la fatigue que dès la première heure il se met à la recherche de la brunette. En vain. Elle parvient à l’esquiver toute la journée durant et rebelote le soir-même. Nate est persuadé d’avoir fait une connerie. Un instant elle lui dit oui, sourire aux lèvres, et l’instant d’après elle s’envole et disparait dans les airs comme si elle n’avait existé. Il a beau chercher il ne comprend pas. C’est un garçon et il n’est pas doué pour ça. Les heures se font horriblement longues sans elle mais il ne baisse pas les bras, réussit finalement à la coincer entre deux heures de cours à la sortie de la salle de potions. Elle passe à l’angle d’un couloir et il tire sur la manche de sa robe de sorcière pour l’attirer dans un coin.

« Arté ! Il faut que je te parle… »

Au fond, Nathaniel est agacé, il aurait pu élever la voix à force de ruminer depuis deux jours, empli d’angoisses constantes à l’idée d’avoir tout gâché.

« Pourquoi est-ce que tu m’évites ? Qu’est-ce que j’ai fait ou dit… De mal l’autre jour ? Je ne comprends pas, c’est en train de me rendre dingue… »

Dingue d’elle oui. Il est tellement amoureux que les mots sont sortis sans même qu’il ne s’en rende compte. Son angoisse a parlé.





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Dim 8 Jan - 23:28

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret

Artemis marchait dans le couloir. Cette conversation à l’infirmerie l’avait déstabilisée. Elle ne comprenait même pas sa réaction, c’était comme si les choses devenaient bien trop dangereuses. Elle perdait le contrôle sur sa petite vie si bien rangée, c’était aussi risquer leur amitié. Perdue, n’ayant personne à qui confier ses doutes, à qui poser ses questions, la brune s’était renfermée dans sa solitude habituelle. Si l’un des amis de Nathaniel la croisait et la saluait, elle filait comme si elle avait un sombral à ses trousses, de peur qu’il ne soit pas si loin aussi. Vivre dans la peur. Le fuir était nier l’évidence, oublier ses craintes. Et s’il se moquait d’elle ? Sombrant lentement dans une paranoïa inutile, la sorcière remettait tout en question. C’était comme si elle avait observé le mauvais filtre. Comme si sa vie entière n’était finalement qu’une illusion. Amitié. Amour. Comment gérer les relations ? Trelawney semblait oublier à qui il s’adressait. Jusque là, la Serpentarde était plutôt du genre asocial. Elle évitait tout le monde, les pensant soit immatures, soit stupides, soit trop médisants. Elle ne voulait pas jouer dans cette pièce. Elle refusait son rôle sur la scène de la Vie, comme si son existence n’avait aucun but, aucune finalité correspondant à ses envies. Elle ne s’interrogeait même pas sur ses envies.

Tout était parti d’une question. Nate avait maladroitement voulu éclaircir les choses mais elle n’était alors pas prête. Elle ne savait pas encore comment faire. Et surtout, qu’il choisisse l’infirmerie pour l’aborder l’avait dérangée. Il n’était pas dans son assiette et ne savait pas s’il disait ça par dépit ou bien parce qu’il avait pris un mauvais coup. Sa fierté mal placée avait bien entendu fait le reste. Reprenant son attitude de sang pur, elle l’avait planté là et depuis faisait tout pour l’éviter. Elle se levait tôt, rentrait tôt. Elle prenait des horaires loufoques pour manger sans qu’il ne soit là. Filant dans le couloir pour rejoindre son dortoir, la jeune femme fut soudain tirée jusque dans un coin. Poussant un cri de surprise, elle tenta de résister mais se retrouva coincée entre un mur et... Trelawney. « Aow ». Elle relèva un regard noir et croisa celui fatigué de son camarade. « Prend rendez-vous, j’ai beaucoup de choses à gérer. »

Elle avait l’attitude d’une garce, elle en avait conscience. Essayant d’avancer, elle en fut empêchée. « T’éviter ? Je ne t’évite pas, je prépare mes examens. » Elle mentait. Enfin à moitié. Les études étaient toujours prioritaires dans sa vie, toutefois elle l’avait bien évité. « C’est... C’est compliqué. Je ne suis ni un jouet, ni un trophée, Nate. » Elle manifestait ici ses doutes vis à vis de ses sentiments. Elle ignorait même comment il avait pu tomber amoureux d’elle. Ils s’entendaient bien jusque là mais il était bien trop impulsif. Il manquait de rigueur. Et surtout, franchir ce cap lui faisait peur. Et si jamais elle se plantait ? « Je ne suis pas certaine de vouloir sacrifier une amitié, Nathaniel. J’ai besoin de savoir que je ne suis pas en train de jouer avec mon avenir pour des dragées. Tu l’as dit. Nos sangs sont différents. Tu penses me connaître mais tu ne vois de moi que ce que je t’ai laissé voir. Tu ne me connais pas. Pas comme moi je te connais. Prouve moi ta sincérité. Parce que je ne foutrais pas le nom des Grimstone en l’air pour quelques instants d’égarement. »

Elle le toisait. Mais c’était parce qu’elle voulait être rassurée. Pour l’adolescente, tout n’était pas aussi clair que pour lui. Même si elle avait rêvé ces instants, elle voulait quelque chose qui soit à la hauteur. « Prouve moi que tu auras la force nécessaire pour me protéger du venin des autres. Je ne suis pas certaine d’être prête à supporter les ragots. Je sais qu’ils tournent déjà, mais jusque là, ils étaient des mensonges. » Garder leur relation secrète ? Non. « Si je mets ma réputation en jeu, je veux juste être certaine que tu n’es pas en train de te moquer de moi. Tu parles beaucoup mais ce n’est que lorsque tu as des excuses... ». Après tout, il avait fallu du gui pour qu’il ne se décide à l’embrasser et un oeil noir pour qu’il lui poser la question. C’était totalement idiot. Il était idiot. Elle s’en souvenait à présent. « Alors tu vois, je me pose des questions... » Et elle ne voulait pas entendre de discours.



Parchemin envoyé Lun 9 Jan - 22:31

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Deux jours qu’il essaye de la voir, sans succès, il n’a donc rien trouvé de mieux que de l’attraper à la sortie d’une salle de classe, juste entre deux cours. Il va être en retard au sien, il le sait et ça va lui créer des ennuis mais il n’en a strictement rien à faire. Il ne peut pas risquer de la perdre à cause d’une question maladroite. Sans attendre et malgré son cri de surprise, il la bloque contre un mur, lui barrant la route avec son bras, bien résolu à avoir une explication, parce que même s’il est très calme, les mots de panique sortent tous seuls et il n’y a rien qu’il puisse faire pour les arrêter. La réponse d’Artemis le laisse pantois, et il ne comprend pas ce revirement de situation tout à coup. Pourquoi semble-t-elle en train de faire la trogne quand elle n’a aucune raison de le faire ? Il lui avait sous-entendu qu’il l’aimait, ce n’était quand même pas si horrible que ça… Si ? Papillonnant des yeux, sur le moment Nate se demande s’il sait vraiment s’y prendre avec les filles. En fait, en y réfléchissant, il ne sait pas vraiment, n’a jamais eu l’occasion de se lancer dans ce genre de sujet, c’est bien la première fois. On lui a bien déjà couru après mais il n’a jamais donné suite alors…

« Prendre rendez-vous… ? Quoi ? Tu es sérieuse là ? »

Bouche bée et incrédule, il la regarde reprendre la parole, moucheté dès la première seconde de leur conversation. A n’en pas douter, Artemis a toujours su faire ça avec lui, et lui rabattre son caquet un peu trop enfariné par moments. L’excuse qui suit lui donne l’air soudain mal à l’aise et il devine que la jeune fille ne pense pas réellement ce qu’elle dit. Elle essaye d’être convaincante mais cela ne prend pas, sauf lorsqu’elle se met à dire qu’elle n’est ni trophée ni un jouet. Nathaniel ne comprend rien, jamais il n’a suggéré une chose pareille, pas une seule fois, alors pourquoi prononce-t-elle ces paroles complètement insensées ? Perdu, le jeune sorcier la fixe en chien de faïence, s’apprête à répondre mais elle lui coupe une nouvelle fois la parole. L’utilisation de son prénom complet sonne faux entre ses lèvres, et il prend conscience de la gravité de la situation. Les traits de son visage se tirent un peu plus, et pour peu l’on pourrait presque y lire une certaine peine en l’écoutant parler. Les autres élèves ne peuvent pas les entendre, il a fait en sorte que ce soit le cas par le biais d’un sort pour maintenir leur conversation privée au cas où des oreilles attentives traîneraient par-là. Il la laisse parler jusqu’à la fin. A chaque fin de phrase, le voyant voudrait la couper mais il se retient, se contente d’écouter avec la plus haute des attentions. Ses craintes il les comprend, ce qu’il a du mal à envisager c’est de ne soit disant pas la connaître… Elle fait erreur, elle se trompe. Poussé par l’envie de dire quelque chose, jamais encore il ne l’a regardé avec autant de sérieux. En règle générale, leurs échanges se font dans la bonne humeur et la taquinerie, sauf lorsqu’il lui a révélé le plus gros secret de toute sa vie il y a deux jours de cela. Comment peut donc t-elle dire qu’il ne la connait pas et mettre sur le tapis que contrairement à elle il lui a dit bien trop de choses ? Sur le moment, s’il ne s’agissait pas d’Artemis il aurait pu être vert de rage à l’idée d’être tombé dans un éventuel panneau. Mais la brune a beau être une serpentard, comme lui, il sait qu’elle ne se servira jamais de ce secret contre lui. C’est pour ça qu’à l’abri des regards, la première chose qu’il fait, c’est attraper le visage de la sorcière entre ses mains et venir déposer ses lèvres contre les siennes en un baiser empli de tout l’amour qu’il éprouve pour elle. Son souffle chaud se perd sur sa peau, et lorsqu’il recule doucement son visage du sien, il pose ses deux billes bleues sur elle, plongeant son regard intensément dans le sien.

« Ca, Artemis, ça veut tout dire pour moi. Je ne suis pas vraiment doué avec les mots, tu le sais mieux que personne. Et bien que tu ne me dises pas tout, je te connais bien plus que tu ne le crois. »

Il ne la quitte pas des yeux.

« Tes habitudes, tes rêves et tes espoirs. Je sais que ce ne sont pas ceux de tes parents. J’ai beau faire partie de la maison du serpent, comme toi, je ne me permettrai jamais de mettre ta vie en danger en me moquant de toi sur ce sujet-là. »

Nate laisse un petit soupir s’échapper de ses lèvres et il se contente juste alors de rajouter ceci.

« Je t’aime, Artemis. Ce ne sont pas des paroles en l’air. Regarde-moi droit dans les yeux et dis-moi si je te mens. »

Elle le connait. Son impulsivité. Il sait qu’à cause de cette dernière il parvient rarement à cacher ses émotions. Pourquoi cette fois-ci serait-elle différente ?





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Dim 15 Jan - 20:06

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret
Etait-elle si cruelle ? Artemis ne le réalisait pas vraiment. Elle avait eu des doutes et sa fierté s’en était mêlée. C’était, au fond, le dernier rempart qu’elle dressait pour ne pas sombrer dans une histoire pleine de souffrances... Evitant les repas au moment où il y serait, la sorcière ne put cependant l’esquiver quand il l’attrapa entre deux cours. La réaction de son camarade la laissait presque de marbre une fois l’effet de surprise passé. Elle le toisa même, arguant qu’il n’avait qu’à prendre rendez-vous. Chaque mot qu’elle prononçait sonnait faux. Elle ne savait plus ce qu’elle voulait mais la réaction ne se fit pas attendre. Il s’offusquait. Et elle ne parvenait pas à rester de marbre, comme elle se le commandait depuis plusieurs jours. Il était sa faiblesse. Déglutissant, elle reconnut qu’elle lui devait la vérité et au fond elle ne voulait pas lui faire de mal, du moins pas en arguant qu’elle n’était qu’une arrogante sang pur face à un être inférieur.

La vérité, c’était qu’il ne la connaissait pas. Il pensait la comprendre mais il était loin du compte. Il ignorait tellement de choses à son sujet. Elle gardait sous silence des pans entiers de sa vie. Il la percevait comme une princesse, surnom qu’il lui donnait d’ailleurs mais elle vivait en cage. Il ne décelait pas la vérité. Au fond, elle lui en voulait peut-être un peu aussi. Il ne savait pas grand chose. Il ne l’écoutait pas vraiment. A Noël, quand elle avait essayé de lui expliquer sa souffrance, il avait essayé de la convaincre que sa peine n’était pas réelle. Oh, il lui avait bien écrit mais elle ne s’était plus sentie aussi libre de lui exprimer ses sentiments. Depuis, elle portait un masque, avec lui aussi. Il ne s’en était même pas aperçu.

Au lieu de ça, il se pencha sur elle pour l’embrasser. Artemis posa ses mains sur son torse pour le repousser. Son regard était intense et d’un bleu profond mais les émeraudes de la sorcière lançaient des éclairs. « Non, tu ne me connais pas. Tu ne connais de moi que ce que je t’ai laissé voir. » répondit-elle sèchement. C’était fou. Elle perdait encore son sang froid. Il n’y avait que lui pour la mettre dans de tels états. « Tu ne connais rien de mes rêves ou de mes espoirs. Tu ne sais même pas quels sont ceux de mes parents. » Baissant les yeux, elle semblait vraiment s’entêté dans cette voie. Il assurait ne pas vouloir se moquer d’elle. Elle haussa juste les épaules. « Quelles sont tes grandes aspirations ? Pourquoi es-tu ici ? ». Oui. Il pouvait se montrer le parfait petit voyou de service, il le lui avait prouvé quelques jours plus tôt. Mais s’il était à Serpentard, c’était bien qu’il avait des ambitions. Quelles étaient-elles ?

Et si elle s’était laissée aveugler ? Levant les yeux, elle croisa encore une fois son regard. Seul un soupir quitta ses lèvres. Tout ceci était si compliqué, elle ne savait pas comment gérer tout ça. Se reposant contre le mur, elle se frotta le front de la main. « J’ai peur de perdre un ami... » Le seul véritable ami qu’elle ait jamais eu. Le risque à ses yeux était donc d’autant plus grand mais il n’en avait peut-être pas conscience. Franchir le pas était une décision sérieuse et elle n’avait pas vraiment décidé. « Tu ne réponds pas à mes questions... Et que tu ne sois pas doué avec les mots ne te dispense pas des actes et non, m’embrasser ne prouve rien ! » Elle souffla en replaçant une mèche de cheveux qui lui barrait la vue. « Je t’ai dit de quoi j’avais besoin. Parfois j’ai l’impression que tu ne m’écoutes pas vraiment... » Elle dressait mentalement la liste des avantages et des inconvénients à se laisser entraîner dans une relation plus poussée. « Des rumeurs ont circulé sans nous et je n’ai pas envie de les alimenter. Alors, dis-moi, pourquoi dois-je prendre ce risque ? Parce que tu dis m’aimer ? » Manifestement, elle n’était pas du tout convaincue. Elle était remontée comme une pendule. « Je vais être en retard, je dois y aller. » Ignorant s’il la laisserait partir, elle était décidée à ne pas avoir de remarque ni même à faire perdre des points à sa maison. [/size][/justify]



Parchemin envoyé Sam 21 Jan - 20:21

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


De l’ambition, il en a, mais il ne comprend pas ce que ça vient faire là. Les prunelles océaniques se posent inlassablement dans celles de la jeune fille dont il ne parvient pas à s’écarter. Il a beau essayer, il ne comprend pas ce soudain changement de situation alors que deux jours auparavant cela semblait si facile entre eux. Perplexe et l’écoutant lui répondre sur un ton qu’il n’apprécie que moyennement, il essaye de percer à jour le problème, de voir au-delà de tout cela, mais les secondes s’enchainent et ils n’ont pas le temps.

« Parce que tu penses que ça me fait peur ? ». Nathaniel la fixe droit dans les yeux et ne compte pas laisser cette conversation sans réponses de sa part. « Si je ne te connais pas, comme tu le dis, pourquoi tu ne m’expliques pas, au lieu de me laisser penser que je n’ai fait qu’être manipulé depuis le début ? ».

Au fond, c’est un peu le sentiment qui commence à naître dans le creux de son estomac. Et s’il s’était trompé sur son compte ? Et si… La toute récente révélation n’avait servie qu’à satisfaire la curiosité d’Artemis ? Le jeune sorcier penche la tête sur le côté. Non. Il ne peut décemment se mettre à penser de la sorte sinon il pourrait bien terminer paranoïaque et réellement fou. Avec son impulsivité et face aux mots qu’elle lui offre et ce ton bien plus sec que d’ordinaire, comme au premier jour de leur rencontre, Nate aurait tout simplement pu décider de partir sans se retourner, quand bien même ses sentiments soient profonds. Ce changement d’attitude et cette serpentard-là, il ne l’aime pas. Cette attitude hautaine, cette manière de lui répondre comme s’il n’était qu’un attardé et un ignare. Un idiot. Il pensait sincèrement qu’ils avaient dépassé ce stade depuis longtemps. Comment, en un claquement de doigts, les choses ont-elles pu changer à ce point ? Il est perdu. Le sorcier est tout bonnement perdu, et la question sur ses ambitions ne vient pas l’aider à y voir plus clair dans le jeu qu’elle mène. Si le but est de le déstabiliser, la brunette vient parfaitement de réussir.

« C’est quoi cette question Arté ? ». Il s’offusque, pince les lèvres puis reprend rapidement. « Tu sais pertinemment que je veux monter mon propre commerce. ». Ca c’est la raison officielle, l’officieuse est bien plus compliquée et il ne compte pas en parler. Même pas à elle. Et surtout pas ici. Il signerait son arrêt de mort sur le champ.

Après cet échange un brin rythmé, Nathaniel l’observe pourtant passer une main sur son front et baisser les yeux. Lentement, elle parait redevenir l’Artemis qu’il a toujours connu, et bien qu’il ne la regarde pas avec colère, il ne peut s’empêcher d’être inquiet par tout ce qui vient d’être dit. Ce n’est que lorsqu’elle lui révèle avoir peur de perdre un ami qu’il comprend enfin la véritable inquiétude qui se joue en réalité derrière tant de formalités. Il l’a embrassé, mais cela n’a pas suffi, elle ne lit pas au travers de ses gestes ni de son regard qui veut pourtant tout dire. Il l’aime, sincèrement, du plus profond de son cœur, comprend les craintes mais pas vraiment l’attitude. Ils ont toujours pu discuter de tout, pourquoi soudainement la chose devient-elle horriblement compliquée ?

« Tu ne me perdras pas. Parce qu’il n’y a aucune raison pour que tu me perdes, Arté. ». Il soupire. « Je n’ai fait que t’avouer des sentiments que j’ai pour toi depuis un certain temps maintenant… Tu préférerais que je te mente ? ». Il penche la tête sur le côté et la fixe à nouveau, la retenant de justesse de partir.

« Je ne veux pas te causer de problèmes. Vraiment pas. Mais je ne te mens pas en disant combien je tiens à toi et combien mes sentiments sont réels. Je ne me vois pas quitter Poudlard sans toi, Artemis. Que tes parents aient de l’ambition pour toi ou non. Si je dois faire taire ces rumeurs à coups de poings ou de potions, je le ferai. Parce qu’il est hors de question que tu ne pâtisses de ce que je subis tous les jours et qui commence petit à petit à t’atteindre à force de trainer avec moi. ». Il est sincère avec elle, et Dieu seul sait combien il voudrait être avec elle. « Je ne veux pas être avec toi pour faire jaser ou taire les mauvaises langues. Je veux être avec toi parce que j’aime être avec toi, ce qu’on partage. Alors certes… Tu dis que je ne te connais pas, mais je veux apprendre à te connaître. Je ne te demande pas de hurler notre relation sur tous les toits dès demain… Tout ce que je voudrais… C’est nous. Nous deux. Juste nous deux. A jamais. ». Il s’écarte doucement d’elle et lui libère ainsi la voie pour partir si vraiment elle le souhaite. « Maintenant… Si tu préfères que l’on reste simplement amis… Sache que tu ne me perdras pas. Je comprendrais, que ce soit… Trop compliqué. Pour toi. Notamment à cause de ces fameuses ambitions que tes parents ont pour toi et que je ne connais pas… ». Malgré le fait qu’il ait du mal à digérer le fait de ne soit disant pas la connaître, son ton n’est ni agressif ni lourd de reproches. Comme il lui a dit, Nate l’aime, plus qu’il ne l’aurait voulu. Il est pleinement conscient de la difficulté de l’aveu de tels sentiments mais il ne pouvait pas les garder pour lui. Il ne voulait pas attendre l’excuse d’un potentiel bal pour lui demander de sortir avec lui. En d’autres temps, les choses auraient en somme été bien plus faciles… Si Dumbledore était toujours en ce monde et que la Purge n’avait pas eu lieu, ils n’auraient pas forcément eu besoin de se poser la question. Tout du moins… Elle n’aurait pas eu autant d’importance et sous-entendu autant de risques qu’elle pouvait le faire en cet instant de leurs vies respectives.




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Dim 22 Jan - 21:12

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret
Cette conversation n’était pas vraiment préparée. Artemis avait eu beau retourner toute cette situation dans son esprit encore et encore depuis plusieurs jours, elle ne savait pas comment gérer le problème. Etait-ce la solution ? Devait-elle vraiment succomber ? Ou bien fallait-il conserver les idées de sa famille ? Etre amis, sans rien de plus ? Elle déglutit. Non. Le voir avec une autre lui briserait le coeur, la rendrait amère et finirait par réveiller en elle une haine qu’elle ne tenait pas à connaître. Ici, même en ces temps difficiles, Nathaniel avait eu le droit de venir étudier. Elle était une adolescente, elle pouvait bien suivre son coeur. Son innocence l’excuserait, n’est-ce pas ? Elle prétendrait ne pas avoir su contenir ses émotions. Une enfant était excusable, pas une adulte. Fronçant les sourcils alors que le sorcier était en train de retourner la situation à son avantage, Artemis lui lança un regard outré. « Pardon ? Manipulé ? Mais c’est moi ici qui me demande si je ne suis pas manipulée ! C’est toi qui a tout à gagné avec moi, pas l’inverse ! ». Ses joues rougissaient sous la colère et ses yeux verts lançaient des éclairs. Elle était bien bonne celle-là ! Soufflant par le nez pour ne pas se jeter sur lui et lui arracher les yeux, ou sa chemise, non ses yeux... Elle se gifla mentalement. « T’expliquer ? Je sais très bien que tu jugeras ! Tu m’as jugé sans même me connaître la première fois que tu m’as adressé la parole ! » Inutile de dire que tout cela était peu engageant pour la sorcière. Et puis, il ne cherchait jamais vraiment à la comprendre. Nathaniel était plutôt centré sur lui et la perte de sa soeur. Il avait une famille aimante, contrairement à elle.

Et puis, s’il était là, c’était bien qu’il avait des ambitions. Quand bien même elle était incapable de répondre elle-même à cette question, elle avait besoin de savoir si son camarade se jouait d’elle ou non. « A d’autres, Nathaniel. Monter un commerce, ce n’est pas vraiment une ambition qui t’aurait envoyé là. » Et même si Artemis n’avait jamais abordé le sujet, bien sûr qu’en commençant à le fréquenter elle avait effectué quelques recherches. L’attitude de la famille, les meurtres, tout ça n’avait certainement pas contribué ses membres à aimer le régime en place. Ils pouvaient soutenir l’Ordre, et bien qu’elle n’en ai aucune certitude, c’était l’une des hypothèses qu’elle avait formé. Bien sûr, elle ne se doutait pas que le jeune homme face à elle était tout simplement décidé à rejoindre les rangs. Si elle en avait eu l’information, elle se serait probablement éloignée. Sa famille avait jusque là une neutralité inhabituelle. Son père pensait qu’il fallait s’entendre avec tout le monde, ainsi, si le vent tournait, leur place restait toujours la même.

Passant une main sur son front, lassée par cette dispute qui n’attaquait pas le fond du problème, elle soupira. Au fond, elle avait peur de le perdre. Non, elle ne comprenait pas le sens de ses baisers, elle n’était pas suffisamment habituée à ce genre de démonstration. Nate commença à lui rétorquer qu’elle se trompait. Seulement, ses arguments étaient inexistants et ne rassuraient pas la sorcière. « Je vois plein de raisons, moi ». Mentir ? Elle se figea. Elle ne pouvait pas répondre à la question. Son coeur se serra quand il mentionna ne pas imaginer quitter Poudlard sans elle. Il n’avait donc pas compris. Elle ne pouvait au mieux lui offrir que deux années de bonheur. Ensuite, leurs routes se sépareraient. « Je sais me défendre. C’est juste que je ne veux pas le faire pour quelqu’un qui abuserait de mon statut. Je ne tiens pas à ce que ce soit non plus un secret d’état. Mais il faudra au moins être discrets... Si l’information remonte à ma famille... Les conséquences pourraient être graves. » Elle baissa les yeux. Rester amis. Oui, cette solution serait celle de la facilité. Elle n’était pas foncièrement courageuse, elle en avait parfaitement conscience. « Je ne supporterai pas de te voir avec une autre. Et... J’ai les mêmes sentiments que toi alors... »

Avançant d’un pas, elle sentait qu’elle devait lui dire plus clairement. « Nate. Avant de vivre cette histoire, je dois te dire quelque chose. Ils veulent que j’épouse un sorcier de sang pur. Ne pas obéir aurait des conséquences graves... » Les Grimstone n’admettaient pas les mésalliance et les traîtres étaient châtiés sans une once de remord. « La seule raison qui pourrait les pousser à accepter une telle alliance, ce serait d’y trouver un intérêt bien supérieur à la trahison. » Autrement dit, il faudrait une sacré bonne excuse et elle était certaine que jamais son camarade n’aurait quelque chose de suffisamment à vendre, certainement pas dans sa boutique de réparation. Il était doué avec les objets magiques et elle portait toujours le pendentif qu’il lui avait offert à Noël mais son ambition était peu élevée. En tout cas pas assez élevée pour éblouir un Lazlo Grimstone. Au moins, il était prévenu. Peut-être qu’il oublierait avec le temps... Oui, il oublierait sûrement, persuadé que le coeur serait plus fort que la raison.[/size][/justify]
Parchemin envoyé Sam 28 Jan - 17:51

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Il n’y a vraiment que lui pour être capable de la faire sortir de ses gonds de la sorte, à en juger par la colère qui s’échappe de ses lèvres. Sur le moment, oui, Nate craint de s’être fait manipuler en beauté, lui qui a osé lui révéler des choses que personne ne doit savoir car cela pourrait attenter à sa propre vie si jamais l’information venait à fuiter. Pire, si celle concernant Leona venait à s’envoler entre de mauvaises mains, les choses pourraient être encore plus catastrophiques. Le regard outré qu’elle lui lance veut tout dire, mais le jeune sorcier ne se laisse pas démonter pour autant, sur le moment, c’est la véritable impression qui lui a sauté aux yeux et a commencé à le faire paniquer. Toutefois, il n’est pas de ceux qui reculent, pas lorsque cela concerne Artemis. Elle demeure sa meilleure amie entre les murs de ce château et il ne voudrait la perdre pour rien au monde. La voir réagir de la sorte est quelque chose qu’il ne comprend pas, pas alors que cela semblait plus simple que ce qu’il avait pensé au moment où l’aveu de ses sentiments était tombé sur le tapis. Ses joues rougissent sous la colère et le voyant ne comprend pas plus, l’observe en chien de faïence la bouche entrouverte.

« Comment ça tout gagné ? ». Il ne voit pas où elle en veut en venir. Elle n’a strictement rien d’un trophée ni n’est une excuse pour se faire mieux voir ou accepter dans la société. Se faire accepter ou non par des sang-purs ça lui vole au-dessus de la chouette, et ce, depuis belle lurette, il n’y a jamais prêté attention, ni ne fait partie de ceux qui s’inquiètent de leur cote de popularité.

Ignorant le dilemme qui se joue à l’instant même dans la tête de la brune, Nathaniel la voit devenir aussi rouge qu’un éruptif sans parvenir à entièrement comprendre ce qu’il se passe. Furibonde, elle lance des paroles à tout va et à la vitesse de l’éclair, ce qui oblige sur le coup le sorcier à plisser le nez sous la réflexion qu’elle vient de lui faire.

« Te juger ? Tu ne peux pas prendre notre rencontre en exemple, j’étais en colère et perturbé par… Tu sais quoi. Je ne te jugeais pas toi directement. Ce n’était pas toi en tant que personne que j’ai jugé. Et je ne me permettrai jamais de faire une telle chose, pas alors que je tiens à toi ! »

Il insiste, veut que ce soit clair dans sa tête même toute cette discussion part sens dessus dessous. Il ne veut pas la perdre mais toutes les idées volent dans tous les sens et il a du mal à réussir à tout suivre, surtout lorsque la question de l’ambition vient subitement être déposée sur le tapis. « Monter un commerce est mon ambition, Arté, je ne vois pas ce que tu veux que je te dise d’autre à ce sujet. ». Lui révéler sa véritable ambition de rejoindre l’Ordre, jamais. Pour ne pas la mettre en danger et pour ne pas se retenir de pouvoir un jour tendre vers cette possibilité qui par la suite deviendra une véritable obsession. Il est évident que son éducation a tendu vers l’Ordre du Phénix et que le gouvernement en place n’a strictement rien de plaisant pour lui ou sa famille. Les mangemorts l’ont réduite aux dettes et à la pauvreté, condamnés à n’exercer que des métiers de misère pour réussir à manger. S’il est en ces lieux c’est uniquement grâce aux économies de ses parents et la volonté formelle de Magnus d’offrir à ses enfants l’intégralité de leurs études devenues excessivement payantes. Après ça, Nate lui expose d’autres arguments et tient surtout à la rassurer qu’elle ne le perdrait pas, peu importe sa réponse, peu importe ce qu’elle souhaite faire. Il pense simplement qu’elle pourrait peut-être avoir les mêmes sentiments que lui à son égard mais à en voir l’état de cette conversation et l’envie irrépressible de fuite de la sorcière, l’adolescent commence lentement à avoir le doute, perdu entre deux réactions. L’une qui se voulait positive et celle qu’elle lui offre à cet instant, pleine d’agressivité et d’angoisse. Nathaniel ouvre son cœur et le lui ouvre entièrement, prêt à accepter de ne rester qu’amis si c’est ce qu’elle désire, mais jamais il ne pourra faire taire ce qu’il ressent de pied ferme pour elle. Il ne peut pas nier l’évidence, il essaie de le faire depuis des mois mais cela ne fonctionne pas, et ces baisers échangés n’ont rien tamisé, bien au contraire. Il est sûr de lui, mais ne peut pas la forcer. Ne veut pas la forcer. C’est alors qu’il croit que tout espoir de réciprocité est perdu, alors qu’il l’écoute attentivement et qu’il baisse les yeux qu’elle lui avoue ne pas supporter l’idée de le voir avec une autre. Qu’elle partage les mêmes sentiments que lui.

Instinctivement, ses prunelles bleues se reposent sur elle et la fixe dans le but de ne plus jamais la quitter des yeux. La discussion paraissait tellement mal engagée, et leur relation au bord de l’explosion, qu’il ne pensait pas finalement faire face à une Artemis avouant des sentiments. Gardant tout son sérieux et la laissant se rapprocher de lui, il écoute les autres mots prononcés et en comprend finalement la gravité et ce que cela implique. Leur différence de sang est un véritable problème, un véritable frein qui fait que même s’il voulait l’épouser dans dix ans, il ne le pourrait pas. Jamais. Fronçant légèrement les sourcils, il prend quelques secondes pour assimiler ce que cela veut dire. Il pourrait dire non, mais…

« Je comprends. Je n’aurais jamais quelque chose de suffisant à leur vendre… Je… ». Il penche la tête sur le côté sans la quitter du regard. « Même si cela ne doit être que pour deux ans, je suis prêt à prendre le risque. Je suis prêt à accepter le risque de devoir te laisser partir et de ne pouvoir être officiellement celui qui… Détiendrait ta main. ». Il déglutit et se rapproche d’elle pour murmurer un peu plus. « Si tu es d’accord alors nous serons les plus discrets possibles, cela n’arrivera jamais jusqu’aux oreilles de ton père, et même si cela veut dire ne pas pouvoir t’épouser, je veux être à tes côtés quoi qu’il arrive. Et puis pour l’instant… Je ne vois aucun rival à l’horizon… ». Il esquisse un petit sourire qui se veut malicieux, comme à l’accoutumé. « Qui sait, peut-être que d’ici là je trouverai un moyen d’impressionner ton père. ». Oui, sait-on jamais. Il veut y croire. Pour elle. « Alors si j’ai bien tout compris cela veut dire que… Toi… Et moi. On est…. ? ». Nouveau sourire, car il tente de détendre l’atmosphère et puis il se rend compte de l’heure. « En l’occurrence pour l’instant… On est en retards pour nos prochains cours respectifs. »





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Sam 4 Fév - 13:12

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret
Artemis était de plus en plus déstabilisée par l’attitude de Nathaniel. Cet abruti osait même insinuait qu’elle le manipulait ! Elle ! Mais celui des deux qui avait le plus à gagner, c’était bien lui ! Que pouvait-elle lui demander par Merlin ? Rien ! Il n’avait aucun intérêt ! Enfin, aux yeux de sa famille. Il avait ce fichu don bien sûr mais elle ne comptait pas dessus. De toute façon, il était manifestement inutile, autrement il aurait vu leur dispute. Et il n’irait pas jusque là... Fronçant toujours les sourcils, il poussa le vice jusqu’à lui assurer qu’il ne la jugeait pas et que leur rencontre n’était certainement pas un exemple. Penchant la tête, Artemis la secoua de droite à gauche. « Parce que juger mon sang, ce n’est pas me juger. Mais c’est juste une partie de ce que je suis ! Donc tu me juges, Nathaniel ! » Oui. C’était un fait. « Tu ne comprendras pas, tu diras que c’est un non sens, tu me sortiras de grandes phrases censées me réconforter ou me faire croire en un avenir meilleur, mais il n’y en a pas ! »

Ayant l’impression de ne plus pouvoir lui faire confiance, Artemis commença à l’interroger sur ses ambitions. Il prétendait vouloir monter son commerce et de cela elle l’en croyait bien capable. M’enfin, il aurait fini à Poufsouffle avec une telle envie, pas à Serpentard ! Alors pourquoi était-il parmi les vipères s’il n’envisageait qu’une vie somme toute des plus paisibles ? Elle n’eut pas la réponse. Il lui cacha son envie de rejoindre l’Ordre du Phénix, et à raison. C’était une organisation qu’elle ne portait pas dans son coeur. Ils valaient les mangemorts. Ce principe de neutralité qu’elle portait, elle le conserverait encore longtemps. « Bien... » Convaincue ? Non. Mais le sujet commençait à la fatiguer et elle n’avait plus envie de chercher des réponses ni de lui tirer les botrucs du nez.

Elle l’avait consciemment éloigné du sujet principal et maintenant elle devait être claire vis à vis d’elle-même mais aussi de lui. Elle commença par avouer qu’une amitié lui convenait bien mais dans un même temps, le voir avec une autre lui serait insupportable. Elle avait fait cet aveu à haute voix, sans même s’en rendre réellement compte, c’était comme si une autre parlait à sa place. Elle avançait prudemment, se méfiant encore des conséquences. Elle se devait d’être honnête. Si elle voulait tenir les principes moraux qu’elle se donnait pour ligne de conduite, si elle voulait vraiment se donner une chance, leur donner une chance, si elle l’aimait vraiment comme elle l’affirmait, il fallait le lui dire. Il voulait franchir un cap sans savoir si derrière l’horizon il y avait une chute sans fin ou bien des eaux plus calmes. Il avoua ne rien avoir de valeur suffisante à vendre pour espérer un avenir avec elle. De cela, Artemis était déjà au courant. Autrement, elle ne se posera pas autant de questions. Attendant qu’il ne fasse son choix, il ne fallut pourtant pas si longtemps pour qu’il ne réponde. Il prenait le risque. Sur le moment, Artemis ne releva pas cette phrase qui mentionnait un possible avenir caché. L’adolescente avait des principes encore bien trop forts pour envisager une solution de cet acabit. Et la discrétion. Même si des rumeurs courraient, cela importait peu. Elle savait les gérer. Il suffisait d’en trouver une plus intéressante et croustillante ou bien de les démentir. Il fit un pas vers elle en lui demandant son accord tout en mentionnant qu’il n’avait aucun rival. Fronçant les sourcils, la sorcière se demanda comment elle devait interpréter cette phrase. Il insinuait qu’elle n’était pas assez bien ? En soi, il n’avait pas tord. Elle ne faisait pas partie des plus populaires. Elle ne releva pas l’injure qui piquait tout de même un peu et préféra réagir sur cette histoire d’impressionner M. Grimstone. « L’impressionner, ne rêve pas trop... » Esquissant un léger sourire, un peu mal à l’aise, elle l’observa essayer de savoir s’ils étaient ensemble ou non. Ou en retard. « En ce qui me concerne, je ne suis pas en retard. » Elle avança dans le couloir, sûre d’elle en apparence. Le nez en l’air, elle prenait ses airs de princesse volontairement et se retourna vers lui. « Je suppose que nous devrions attendre la prochaine heure... » [/size][/justify]



Parchemin envoyé Dim 12 Fév - 16:26

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Son don, il ne le maîtrise pas, et quand bien même il en aurait les pleines capacités, il ne s’en servirait pas pour prédire l’avenir. Leur avenir. Quel est l’intérêt de faire une telle chose si ce n’est gâcher les éventuels moments de surprise ? Quel intérêt pourrait-il honnêtement y trouver là-dedans ? Son don n’est pas quelque chose en qui il a pleinement confiance, c’est une malédiction, car telle est vue la chose par ses parents, tel est le danger qu’une capacité comme celle-ci recouvre. Il ne ment pas, le jeune sorcier, lorsqu’il dit ne pas l’avoir jugé elle, en tant que personne. Il était tout bonnement en colère et aurait pu s’en prendre au premier sorcier passant devant ses yeux. Lorsqu’elle lui dit qu’il n’a fait que la juger par l’intermédiaire de son sang, Nathaniel ne sait plus quoi répliquer, gardant les lèvres entrouvertes et lâchant un bref soupir de culpabilité. « Je n’aurais jamais dû faire ça, Arté. Je suis désolé. ». C’est sans doute la première fois qu’il y met vraiment les mots, sur ce qu’il lui a dit ce jour-là. Le jour où tout a basculé, le jour où, au fond, leur histoire a commencé. Désolé, il l’est véritablement le Trelawney, conscient de son erreur de ce jour-là. Mais aujourd’hui, il ne la juge pas. Malgré tout, cela n’est pas une raison suffisante pour lui révéler son ambition personnelle, la seconde qui taraude bien plus son esprit que la première. Celle de rejoindre l’Ordre, d’en faire partie et de servir à quelque chose. Pour revenir à un monde meilleur où tolérance et cohabitation signifient tout. Où il n’y a pas de sang plus noble qu’un autre. Où il n’y a pas de meurtre et de souffrance. Aussi bien physique que psychologique. Au fond, c’est compréhensible, et bien que sa famille se soit rangée, ait coupé les ponts avec les Phénix depuis quelques temps, Nate ne peut pas oublier toute son éducation, tous ces principes. Il ne peut pas passer outre de toutes ces choses qui ont été faites. Il ne peut pas oublier les assassinats de ses sœurs, et surtout de Leona, sa jumelle. Il ne peut pas. Ce monde tel qu’il est, il ne le conçoit pas. Et ça, ce n’est pas une chose qu’il peut avouer ou confesser à Artemis. C’est quelque chose qu’il doit conserver cachée aux yeux de tous, au plus profond de lui-même, en attendant la bonne heure, et en rongeant son frein, coûte que coûte. Même ses parents ignorent tout de cette ambition-là. Ils mettent ses petits actes de rébellion comme ceux d’un adolescent en pleine crise qui essaie de survivre au décès de sa jumelle. Qui a perdu une partie de lui-même.

Ils se sont égarés le temps d’un instant du sujet principal les concernant, mais ils finissent par y revenir et si Artemis veut être claire, lui aussi veut l’être. Il comprend les enjeux, il comprend le problème maintenant, mais la laisser tomber est une chose qu’il ne peut pas, ni même ne veut. Il ne peut se résoudre à la perdre, quand bien même ce qu’il souhaite ne puisse être obtenu. Alors lorsqu’elle lui avoue ne pas supporter l’idée de le voir avec une autre, il sent son cœur manquer un battement, comprenant que les sentiments sont partagés mais que la difficulté qui règne ne concerne qu’une seule et même chose : leurs sangs. S’il n’y avait pas eu ce détail, s’il avait fait partie de ce qu’ils considèrent tous comme étant l’élite de la magie, ils n’auraient pas eu à s’inquiéter autant, la seule difficulté aurait été de réussir à convaincre son père de ses grandes ambitions. Des ambitions qui auraient alors été toutes autres, à n’en pas douter. Lui, de sang-pur… Serait-il devenu comme un Drefer Rackharrow ? Imbu de lui-même, hautain à n’en plus finir et détestant le simple fait d’être touché par un moins que rien. En pensant au brun, il pourrait presque rouler des yeux juste par réflexe tellement il l’a en horreur. Drôle d’animosité sur laquelle il est incapable de mettre un nom, ou même un adjectif pour la qualifier. Pour l’heure, seule compte Artemis et leur discussion de laquelle il ne peut s’égarer davantage, acceptant le risque et les conséquences. Plutôt vivre pleinement leurs sentiments pendant un laps de temps très court que jamais. Il ne peut être certain de s’en contenter lorsque le moment serait venu pour eux de se quitter, mais il veut essayer. Il ne la laissera pas tomber. En mentionnant le fait qu’il ne voit aucun rival à l’horizon, Nate fait surtout référence à un potentiel mari, il n’insinue aucunement que la brunette n’est pas assez bien pour plaire. Justement, au contraire, il sait pertinemment qu’il pourrait avoir du souci à se faire et cette exclamation à voix haute n’était qu’un moyen de se rassurer. Malgré tout, l’adolescent veut croire en une possible bonne étoile et même si impressionner le père de la jeune fille est quasiment chose impossible, il se dit que peut-être d’ici là il trouverait une potentielle solution. Potentiellement, oui. Ou pas. Plus facile à dire qu’à faire. Osant alors poser la question qui est censée tout vouloir dire… Force est de constater que l’heure tourne et qu’il vient officiellement d’être en retard pour son prochain cours. Le Professeur Diggory va le tuer. Sa question fait chou blanc, du moins en apparence, et Nathaniel n’a plus alors que le loisir de voir sa meilleure amie avancer dans le couloir, tête haute et allure de princesse en avant. Je ne suis pas en retard…. Pour peu, il pourrait presque imiter son ton de premier élève de la classe. Artemis ou l’art de savoir agir comme une riche jeune fille de bonne famille. Il en roulerait presque des yeux s’il n’était pas déjà en train de sourire à son regard de princesse. En deux pas, il l’a déjà rattrapé.

« Oh… Et que voulez-vous faire en attendant la prochaine heure, Princesse Grimstone ? ». Tout sourire, le Trelawney attend de savoir ce qu’elle souhaite faire pour occuper ce temps, et ce, même si dans sa tête, Nate ne cesse de se répéter en boucle que… Je suis mort. Le Professeur Diggory va me tuer pour avoir sécher son cours. Je suis complètement mort, il va me métamorphoser en hamster. Ou en Noueux, tiens. En parlant de Noueux, celui-ci vient de se faire la malle de la poche de sa robe et détale comme un lapin dans le couloir devant eux. « Par Merlin. Nœud’ non ! Reviens ici tout de suite ! »




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Mer 15 Fév - 20:59

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret
Prédire l’avenir pour prévenir des blessures qu’une absence à un rendez-vous donné ou bien une séparation bien plus longue que le début de leur histoire... Tant de visions probablement gâchées et pourtant rien ne valait la liberté de l’imprévu. Heureusement, ce don était plutôt une force obscure qu’il n’exploitait pas et la jeune fille le voyait bien plus souvent le subir qu’autre chose. Et pourtant, sa vision plus claire que d’autres ne l’avait pas empêché d’être aveugle dans son jugement. Il réfutait mais Artemis le mettait face à ses contradictions, implacable. « Oui... C’est fait maintenant alors cela n’importe plus tant que ça. » Cependant, elle ne se sentait pas suffisamment comprise et connue pour se confier à lui. Elle avait bien essayé mais le jeune homme n’avait su que lui sortir des banalités et parler de lui-même. Pas vraiment engageant. D’autant plus qu’il n’était pas si sincère que ça envers elle, après tout, il lui cachait ses réelles intentions. Artemis en le découvrant comprendrait certainement et ce serait un argument qui saurait la garder loin de lui. Qui était assez bête pour prendre parti ? Il n’y avait rien de plus dangereux que de choisir un camp. Si elle était formatée par l’attitude neutre de son père, la jeune femme gardait un esprit clair. En ces temps, elle ne voulait pas choisir et elle garderait longtemps cette position. Bien sûr qu’elle regrettait l’époque où tous se côtoyaient mais sa vie n’aurait pas été plus simple pour autant et leur histoire aurait suivi le même chemin. La différence aurait tenu dans des discours chuchotés et non plus proclamés comme lois.

Mieux valait donc qu’il sache et comprenne que leur avenir ne serait jamais. Il n’y aurait plus rien en dehors de ces murs et elle voulait être sincère sur ce point. Il avait beau ne voir aucun rival, la sorcière ne voulait pas deshonorer sa famille ni croire en une possible fuite. Ce serait se leurrer la face que de penser que le monde était plein de dragées tout comme il passait son temps à geindre un retard. Oui. Tout dépendait du point de vue en réalité. Un sourire en coin, la tête haute elle marchait sans vraiment l’attendre et il ne tarda pas à la rejoindre. Espiègle, elle toisa son camarade un moment. « Moi ? Etudier. Quoi d’autre ? » Oui, quitte à sécher, mieux valait que cela serve à quelque chose. A moins qu’elle ne lise ce roman qu’elle avait commencé à lire peu de temps auparavant ? Non, si jamais Nate le voyait, il se moquerait sûrement d’elle. Elle vit soudain son botruc s’extirper d’une poche et courir comme un dératé. Fronçant les sourcils, Artemis observa la créature zigzaguer dans les couloirs alors que le sorcier se mettait à le poursuivre. Silencieuse, elle haussa un sourcil et observa la scène, gravant se souvenir dans sa mémoire. Par Merlin... Bien vite, un éclat de rire la submergea. Elle porta la main à sa bouche pour étouffer son rire et préféra aller dans la salle commune.

Oui, elle aurait pu aider le sorcier mais Noeud était du genre farceur. Pourtant, elle ne l’avait pas fait exprès en le choisissant. Le nom avait juste suffit à déclencher l’achat, un clin d’oeil à leurs premiers échanges. S’installant dans un fauteuil au cuir noir, elle avait ouvert un livre de cours et observa la leçon du jour. Elle irait rendre son parchemin. Contrairement à lui, c’était une élève modèle. Peut-être aurait-elle un avertissement, elle essaierait bien de négocier. Qui pourrait la blâmer ? Elle s’ennuyait ferme la plupart du temps et passait son temps à emprunter des livres à la bibliothèque et à apprendre encore et encore. Enfin, moins depuis qu’elle avait un ami de l’acabit de Nate. Il avait quelque peu produit une forme de chaos dans sa vie bien rangée. Il n’y avait personne. Fait très rare. L’adolescente s’était absorbée dans sa lecture. La métamorphose était un art des plus rigoureux et elle aimait beaucoup le sujet. L’astronomie aussi. L’histoire de la Magie en revanche, enseignée ici, était bien trop orientée pour qu’elle y accorde sa pleine attention. Elle préférait lire chez elle, au manoir. Au moins, elle pouvait avoir d’autres versions de l’Histoire pour se forger sa propre opinion.[/size][/justify]



Parchemin envoyé Dim 19 Fév - 15:44

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Il est persuadé qu’il va se faire tuer, mais la possibilité de passer du temps avec sa meilleure amie qui l’avait fui pendant quelques jours l’emporte sur le reste. Le Professeur Diggory lui donnerait une claque derrière la tête quoi qu’il arrive, qu’il soit en retard ou qu’il ait simplement décidé de faire fi de son cours. Nate n’est certainement pas l’élève le plus studieux de tout Serpentard, il n’en demeure pas moins qu’il se débrouille et a toujours su avoir de bons résultats, probablement pas aussi excellents que ceux d’Artemis, certes. Mais bon. Il reste un adolescent, un jeune sorcier, et surtout… Un garçon. Si bien que lorsqu’il lui demande ce qu’elle compte faire de cette heure libre, la brunette ne perd pas une seule seconde pour lui répondre. Etudier, elle va vraiment s’asseoir et se contenter d’ouvrir un livre, juste un livre, rien d’autre, rien de plus ? Pas de baiser échangé ? Pas de… Il ne savait même pas quoi en réalité. Ouvrant la bouche, tout sourire et prêt à lui répondre, c’est sans compter sur son noueux qui décide de se faire la belle de sa poche au même moment, comme pour s’assurer que toute tentative de drague serait corrompue. Ni de une ni de deux, il n’en faut pas plus au Trelawney pour piquer un fard de contrariété, se lançant déjà à la poursuite de son animal, offert par la même personne qu’il entend éclater de rire tandis qu’il a déjà pris l’angle du couloir. C’est que Nœud-Nœud détale vite quand il veut.

« Nœud viens ici ! » qu’il grommelle en essayant de crier le moins fort possible, mais tout ce qu’il voit ce sont les pics de la créature qui file à vive allure et bifurque comme jamais. « Dépêche-toi il n’y a pas de jardin par là-bas ! »

***

C’est au moins dix bonnes minutes plus tard qu’il franchit le seuil de la salle commune de Serpentard, ses cheveux un brin ébouriffés et le noueux couinant entre ses mains de colère, s’évertuant à le mordre pour qu’il le lâche.

« Je t’ai attrapé, je compte plus te lâcher. » que marmonne Nathaniel tout en sortant une branche de céleri de sa poche qu’il a réussi à piquer dans l’un des potagers de l’école.

Sans attendre une seconde de plus, il vient s’échouer sur le fauteuil de cuir noir en face d’Artemis et qui se trouve près de la cheminée. Son œil au beurre noir est pour ainsi dire quasiment disparu et il n’en reste plus que quelques toutes petites traces visibles. Reniflant la branche, Nœud commence à se calmer et jette un coup d’œil à la jeune sorcière assise en face. Il la fixe inlassablement de ses deux billes malicieuses et enjôleuses. Un véritable dragueur invétéré ce noueux, ce qui oblige le Trelawney à rouler des yeux et lui filer la branche entre les pattes. Enfin, il se focalise sur la nourriture et grignote tranquillement sans plus chercher à mordre quoi que ce soit de rage. « C’est une véritable tête de mule… ». Artemis l’a clairement bien choisi, pour le coup. Les prunelles azures viennent se poser à leur tour sur la silhouette féminine et il se met à lui sourire doucement en constatant quelle matière elle étudie sérieusement. « Devoir de métamorphose ? ». Simple question pour faire la conversation, quand bien même il n’y a strictement personne en ces lieux, tous sagement en cours. Seul le silence et les scronch, scronch du petit animal résonnent dans la salle commune. Ils sont seuls, complètement seuls, et elle compte vraiment étudier comme ça pendant une heure complète ? Ce serait tellement dommage…

Manque de bol pour Artemis, Nate est clairement décidé lui aussi à se montrer facétieux à l’image de son noueux qu’il vient délicatement déposer sur la table basse. La branche de céleri le tiendrait suffisamment occupé pour qu’il ne lui prenne pas à nouveau l’idée de s’évader. Sans attendre, il se penche vers la jeune fille, attrape le livre qu’elle tient entre ses mains et le lui vole gentiment en prenant soin de garder la page qu’elle lisait ouverte.

« Tu étudies beaucoup trop, Arte. »

Il lui offre un sourire malicieux et garde le livre hors de portée. Une chance qu’il soit si grand.

« Surtout que quoi qu’il advienne tu auras une note excellente… Et si on en profitait pour s’amuser ? »

Oui s’amuser, il en a vraiment envie. Ca leur ferait le plus grand bien. Même si tout ce qu’il veut pour l’instant, c’est qu’elle essaye de venir récupérer ce qui lui appartient.




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Jeu 2 Mar - 23:12

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 



Talk to me or
Keep it secret
Contrairement à son camarade, Artemis était studieuse. Elle pensait qu’en ayant les meilleures notes, cela lui serait bénéfique pour son avenir et son image. Une bonne élève et une solide culture lui serait forcément un avantage certain pour son futur mariage. Le nez plongé dans un livre, elle entendit la porte de la Salle Commune s’ouvrir et entendit le pas régulier d’un élève qui finit par s’échouer sur le fauteuil en face d’elle. La sorcière ne put se retenir de rire, revoyant la scène au ralenti dans son esprit. Le blond courait après son noueux qui portait le doux nom de Noeud-Noeud. Ce n’était pas elle qui l’avait baptisé ainsi mais ces deux là allaient tellement bien ensemble... Cependant, sa concentration sur son livre l’avait emporté sur l’amusement et elle ne vit pas la tentative de séduction de la créature ni comment Trelawney le calmait en lui donnant une branche à sucer. En revanche, elle perçut la question. « Hunhun », répondit-elle en hochant la tête. Les bruits de Noeud-noeud lui fire lever la tête. Ce fut seulement à ce moment qu’elle remarqua qu’il mangeait. Elle rebaissa les yeux sur son devoir, se doutant que son ami n’allait pas forcément trouver son idée bien amusante. Mais c’était pour elle un moyen de compenser son absence.

Concentrée, elle ne vit pas l’avancée perfide du serpentard qui lui vola son livre. Elle eut juste le temps de voir son support s’envoler dans les airs. « Hey ! » cria-t-elle en signe de protestation tout en fronçant les sourcils. Il commença à lui reprocher son sérieux. Oui, elle aurait peut-être dû finir à Serdaigle mais elle avait des ambitions. Elle voulait réussir ses études et ... Tendant la main pour l’attraper, l’objet resta hors de sa portée. Plissant les yeux, elle siffla. « Rend moi mon livre, Trelawney ! Je pense que travailler les potions ne te feraient pas de mal, histoire de montrer que tu as au moins essayé de travailler, même si ce n’était pas dans la salle de classe avec les autres. Nous ne sommes pas ici pour nous amuser mais pour préparer notre avenir ! » Elle se redressa et sautilla. Cela ne fonctionna pas. Elle essaya donc de le contourner mais il suivait chacun de ses mouvements et à force de se hisser sur la pointe des pieds, elle finit par être déséquilibrée et par se rattraper à lui. Artemis rougit. « Oh, euh, pardon. » Elle recula. Ce livre, tant pis, qu’il le garde. « Qu’est-ce qui pourrait t’amuser ? ».

Il y avait une forme de résignation dans son comportement. Elle semblait ne plus vraiment se battre. Les dernières vacances avaient été éprouvantes pour la jeune sorcière. Elle n’en parlait pas vraiment et leur conversation de tantôt n’allait pas vraiment la convaincre de déballer son sac. Qui plus est, lui voulait s’amuser, certainement pas lui faire le psychologue de comptoir. Et puis, elle doutait vraiment de ses qualités sur ce plan là. A Noël, il n’avait pas été vraiment très convainquant. Il ne pouvait pas comprendre et cette constatation lui donnait un réel sentiment de solitude. Comment faisaient les autres ? Oh. Oui. Comme Drefer, ils méprisaient les camarades qui n’avaient pas le sang « pur ». Qu’était-ce que le sang pur d’ailleurs ? Cette notion la dépassait un peu. Oui, bien sûr, l’honneur comptait mais elle se voyait plutôt comme une aristocrate. Oui au fond, il s’agissait plutôt de ça : les sangs purs étaient à l’aristocratie ce que les sangs-mêlés suffisamment riches étaient les bourgeois. C’était forcément ça. Si seulement elle était comme lui. Ou lui comme elle. S’ils avaient les mêmes origines, elle ne se poserait pas autant de questions que présentement.

Attendant la réponse à sa question, elle avait baisser les yeux mais entre temps, elle l’interrogeait du regard. Alors, comment s’amusait-il ? C’était un concept qui la dépassait un peu parfois. Elle se sentait tellement étrangère. Elle n’avait pas pris le temps de sympathiser. Maintenant, elle avait l’impression d’avoir raté beaucoup de choses. « Je pressens que je n’aurais jamais dû poser cette question. » Elle sourit avec un air un peu penaud et malicieux. « Ne me fais pas regretter de l’avoir posée surtout. »[/size][/justify]



Parchemin envoyé Dim 12 Mar - 22:35

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Il a décidé de s’amuser. Si leurs moments ensemble doivent être limités à leur scolarité, il compte bien en profiter, sans jamais l’empêcher véritablement d’étudier. En l’occurrence, pour ce qui concerne la métamorphose, il sait déjà qu’elle va cartonner. Parce que c’est dans ses gênes, elle a beau être une serpentarde, elle est si studieuse et le nez fourré dans ses bouquins qu’elle rate tous les autres bons plans à côté. Bien qu’elle le pense toujours enclin à glandouiller plutôt qu’à réviser, Nathaniel est loin d’être un bougre d’âne, bien au contraire. Donnant un morceau de céleri à son noueux avec qui son caractère fait la paire, le jeune sorcier est bien résolu à perturber son amie. Elle doit absolument sortir le nez de ses bouquins, surtout lorsqu’ils sont seuls dans la salle commune désertée par les élèves. C’est pour cette raison que subitement il s’est levé, posant Nœud’ sur la table basse, sachant qu’il ne partirait pas étant donné qu’il est trop occupé à mastiquer sa branche de légume. Sournoisement, Nate s’approche de la brunette et s’empare de son livre déjà usé à force d’en avoir tourné les pages. Tenant le volume hors de la portée d’Artemis, le sorcier s’amuse et lui propose d’ailleurs de le faire, lui soufflant carrément à voix haute qu’elle lit trop, étudie trop, ne jure trop par les bouquins et les cours. La remarque sifflante ne traîne pas en retour et il ne peut que sourire davantage, en levant toujours le bras en l’air.

« Oh tiens donc je suis redevenu Trelawney ? » qu’il déclare en riant. Pour le coup on croirait entendre Drefer. « Les potions ? Je me débrouille plutôt bien en potions Mademoiselle si je puis vous le rappeler. ». Il lui sourit, le jeune couillon qu’il est, soudainement aussi malicieux et appliqué qu’un botruc qui se met à bouder.

Elle essaye de rattraper son bien mais il ne lui laisse pas cette chance, suivant aussi bien le rythme de ses mouvements qu’elle les siens. Tout sourire, le voyant ne s’en lasse pas, il joue avec elle, bien décidé à la faire craquer, autant utiliser cette heure de cours en moins à bon escient. Il sait que dès le lendemain son professeur d’Histoire se ferait une joie de lui coller une baffe derrière la tête. Dans sa course effrénée elle chancelle et se raccroche à lui. Une de ses mains passe dans le dos de la jeune sorcière et il lui sourit bien plus calmement. Pour ne pas dire, amoureusement. Instantanément, Nathaniel la voit sourire et s’excuser, hochant la tête en la voyant reculer. Elle rend les armes et il penche la tête sur le côté, déposant le livre sur la table basse.

« Ce qu’on vient de faire m’amuse beaucoup par exemple. » qu’il rétorque presque aussitôt, quand bien même Artemis s’enferme dans un silence lourd de réflexion.

Nate la voit se déconnecter temporairement de la réalité et il revient s’asseoir, à côté d’elle cette fois-ci, Nœud’ venant de se rouler sur le dos, pattes sur un ventre bien gonflé. A bien écouter, il venait même de lâcher un rot splendide. Roulant des yeux, le Trelawney ne peut que soupirer. « Non mais lui alors… ». Puis, ses prunelles azures reviennent se poser sur elle et il la dévisage gentiment, un léger sourire en coin en l’entendant lui demander de ne pas lui faire regretter sa question. « Pourquoi est-ce que tu regretterais ? Je veux juste qu’on profite de cette heure de sérénité… Enfin des 45 minutes qui restent, pour passer du bon temps ensemble, sans évoquer les cours. Juste profiter du fait qu’on soit… Tous les deux. ». Il hausse les épaules et baisse timidement les yeux. « Pour ce qui est de l’amusement… J’ai presque envie de te proposer une partie de bataille de boule de neige. Ce serait dommage de rester enfermé. Un peu d’adrénaline ça ne fait pas de mal de temps en temps Arté. ».

Oui au fond il veut juste profiter de leurs instants à deux tant qu’ils le peuvent encore. Nathaniel ignore combien ce genre de chose lui paraîtra précieux par la suite, lorsque leurs chemins se sépareront définitivement, et lorsqu’il le vivra mal. Terriblement mal. Au point de céder à la colère et la rancœur, enfermant à double tour cet amour pour elle au fond de son cœur. Il l’aime sincèrement, le voyant, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il se rapproche et vient attraper ses doigts entre les siens. Personne n’est là pour voir, même son noueux se contente de somnoler en se balançant sur son dos rond d’avant en arrière. Personne. Il n’y a qu’eux. Juste eux deux et Nate voudrait que le temps s’arrête.

« Je veux juste être avec toi, et pouvoir profiter du temps qu’on a ensemble. ». Le serpentard hoche une nouvelle fois la tête, entrelaçant leurs doigts. « S’il y a bien une chose que la Purge nous a apprise, c’est combien la vie peut être courte, même pour nous, les non-moldus. »

Et il ne croit pas si bien dire. On sentirait presque une certaine mélancolie dans le son de sa voix. Tout ce qu’il veut c’est être avec elle. Son autre main vient s’attarder sur la joue de la demoiselle qu’il caresse du bout des doigts en la fixant de ses prunelles. C’est alors en silence qu’il mémorise l’instant, qu’il imprime chaque détail de son visage dans son esprit, pour ne jamais l’oublier. Non, jamais.





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Sam 15 Avr - 12:21

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 132 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Sans emploi J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Talk to me or
Keep it secret
Comprenant bien qu’il avait décidé de troubler son temps d’étude, la serpentarde entra malgré elle dans son jeu pour tenter de récupérer son livre. Les bons plans de Nathaniel étaient à ses yeux souvent des traquenards ou aimants à problèmes. Quand il ne se disputait pas avec un Serdaigle, c’était pour espérer obtenir Merlin ne savait quoi. Elle ne comprenait pas toujours ce besoin de se fourrer dans des ennuis. Comme par exemple, leur conversation dans ce couloir, jusqu’à manquer les cours. Pour sûr, ils allaient avoir une bonne retenue et son père en serait probablement averti... Alors, elle essayait de compenser en étudiant, pour montrer que ce n’était pas vraiment une perte de temps pour des ébullitions d’hormones adolescentes. « Quand tu m’agaces, tu redeviendras toujours un Trelawney ! » siffla-t-elle en sautillant pour rattraper son ouvrage. Son rire était communicatif parce qu’elle avait bien compris qu’il la taquinait. « Bien sûr... Ce sont les potions qui ne vous aiment pas. » Cette étrange danse continuait jusqu’à ce qu’elle ne perde l’équilibre et ne se rattrape à lui avant le drame. Elle sentit le bras du sorcier passer dans son dos. Ce rapprochement la dérangea. Elle était d’accord pour vivre ses sentiments mais elle n’était pas encore décidée sur le nombre de règles qu’elle était prête à briser. Elle s’excusa donc et recula alors qu’il reposait le livre sur la table basse. Le regardant faire, elle réfléchissait et leva un regard interrogateur alors qu’il venait de prendre la parole.

Les mots mirent du temps à se frayer un chemin dans son esprit. « Oui... Peut-être bien ». En réalité, elle avait répondu sans vraiment faire attention à ce qu’il disait. Elle ne faisait pas non plus attention à Noeud’ qui avait le ventre gonflé d’avoir trop mangé. Les explications que lui apporta le sorcier renforça ses doutes jusqu’à ce qu’il ne parle d’une bataille de boule de neige. « Une bataille de boules de neige ? » Songeuse, elle envisagea une sortie dans le parc. Dans le froid. Brrr. D’un autre côté, cela éloignait une situation qui l’inquiétait alors... « Allons-y. » Elle n’aimait pas trop qu’il la perçoive comme une femme d’intérieur. Ce qu’elle était bien, après tout au manoir elle passait sa vie dans des livres. Il n’y avait que Leik qui savait lui envoyer quelques uns de ses écrits pour occuper ses nuits. Elle adorait apprendre de son cousin. A vrai dire, même si elle n’avait de relations proches avec chacun d’entre eux, elle avait à ce moment là l’impression de faire partie d’une famille, de comprendre ces liens compliqués mais complets qui animaient la vie de tous les autres. « Mais je n’ai pas forcément envie de me battre avec cette idée de bataille, de toute façon il est évident que je gagnerai. » Le provoquant volontairement, elle commença à prendre appui sur ses pieds et ses bras pour se redresser mais il l’arrêta en attrapant sa main. Levant son regard vers le sien, Artemis pencha légèrement la tête sur le côté. Que faisait-il ? Une autre déclaration. Des choses qu’elle ne maîtrisait pas forcément. Son coeur se mit à battre un peu plus fort dans sa poitrine. Toute cette valse d’émotions était fatigante et pourtant... Pourtant elle brûlait d’amour pour lui. Elle ne pouvait pas se contrôler. « Je souhaite aussi profiter du temps que nous avons ensemble Nate. » Et il évoqua la Purge. Plus tard, le sens de ses mots serait tout autre. « S’il te plaît... J’aimerais vraiment oublier tous ces trucs de guerre de sang. Je voudrais revivre ici comme avant. Juste penser à mes études. Et aux bons moments ». Autrement dit, sans penser à la politique, l’Ordre du Phénix, les Mangemorts, sa vie de sang pur ou tout le carcan dans lequel elle évoluait hors de ces murs. Elle voulait l’insouciance, les rires, les jours heureux auxquels elle penserait une fois que tout ceci ne deviendrait que des souvenirs.

La main qui se posa ensuite sur sa joue ne rencontra que le silence. Artemis comprenait qu’il était en train de mémoriser ce moment pour toujours. Doucement, elle approcha son visage du sien et déposa ses lèvres contre les siennes. Ce baiser, chaud et doux réconfortait son coeur. Profitant simplement de l’instant, la brune finit par l’interrompre et se lever. « Si tu veux sortir, il faut y aller maintenant. » Elle remit sa cape et resserra son écharpe autour de son cou. Elle n’ajouterait le bonnet qu’une fois dehors. De gros flocons blancs tombaient encore, tapissant toujours le paysage d’un manteau pur.
[/color][/size][/justify]



Parchemin envoyé Dim 7 Mai - 22:15

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 282 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : TF - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


The dearest light

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Il ne peut se retenir de sourire et de rire en l’entendant l’appeler par son nom de famille. Encore plus lorsqu’elle se met à lui expliquer la raison du pourquoi. Donc, dès lors qu’il se mettra à l’agacer, il aurait le droit à cet élan de distance significative entre eux deux ? Very bossy de la part d’Artemis que de vouloir faire une telle chose. Néanmoins, la taquinerie est de mise et malgré tous les efforts de la sorcière pour espérer récupérer son ouvrage, toutes ses tentatives ne sont qu’échecs cuisants, jusqu’à ce qu’elle ne perde l’équilibre et ne se rattrape à lui. Jouant de sa grande taille, Nathaniel passe une main dans son dos pour la rattraper avant de revenir poser le livre sur la table basse de leur salle commune. Elle recule, juste après avoir fait une remarque sur les potions qui force le Trelawney à plisser légèrement le nez en hochant la tête. Il n’était pas si mauvais que ça en potions, bien au contraire. Loin de lui l’envie de rester enfermé dans les murs pendant leurs minutes restantes de liberté prise, il lui propose de sortir prendre l’air, lui exposant les différentes manières dont ils pourraient s’amuser, et s’occuper. Artemis a le nez dans les livres sans arrêt, et Nate souhaite sincèrement la faire sortir de cet état perpétuel d’intelligence. Non pas qu’il n’apprécie pas cela chez elle, mais tout de même, il voit cette heure de cours abandonnée en un moyen de profiter du silence du château.

Lorsqu’elle accepte, le jeune sorcier lui offre un sourire comblé et vient rattraper Nœud’ qui digère toujours son brin de céleri. Il était paré pour faire une longue sieste, c’est pourquoi il le garde sagement entre ses mains. Les paroles de la serpentarde déclinant l’idée de la bataille le laisse toutefois pantois, mais il récupère bien vite un sourire. « Oh je vois, car Mademoiselle Grimstone est bien trop douée pour perdre face à un pédant comme moi. ». Il la taquine, ouvertement, répondant à sa boutade avant d’attraper sa main en plein vol pour la serrer dans la sienne, récupérant son sérieux, évoquant simplement le fait qu’il veuille passer du temps avec elle. S’ils doivent avoir une sorte de relation qui doit s’éteindre, il veut pouvoir, dans la limite du raisonnable, être capable de pleinement la vivre, même de manière secrète. Venant finalement poser sa main sur la joue d’Artemis, il n’insiste pas vis-à-vis de la Purge et de toutes les questions d’ordre magico-politique. Il veut mémoriser cet instant, Nœud sagement lové dans le creux de son autre main, n’attendant que d’être déposé dans son coin de tiroir de la chambre des garçons. Ne quittant pas la sorcière des yeux, Nate s’attend à tout sauf à la suite, pourtant il ne la repousse pas quand elle rapproche son visage du sien et que ses lèvres viennent se déposer contre les siennes. Le baiser est doux, à l’image de sa meilleure amie, petite amie, et il ne fait rien pour l’en empêcher, y répondant avec autant de tendresse et d’amour. Car oui, il l’aime, il n’a pas de doutes là-dessus et il n’en aura jamais, même des années plus tard.

C’est elle qui l’interrompt afin de pouvoir se relever, sa joue disparaissant du creux de sa main dorénavant libre. Si tu veux sortir, il faut y aller maintenant. Nathaniel ne peut retenir un fin sourire de venir étirer les traits de son visage tandis qu’il se dirige vers le dortoir des garçons.

« Je reviens tout de suite, je dois déposer Nœud dans son coin, il ronfle déjà comme un éruptif en rut. »

Montant les marches quatre à quatre, c’est tout aussi rapidement qu’il redescend à peine une minute plus tard, ayant pris soin de lui ramener sa deuxième paire de gant afin qu’elle ne prenne pas froid, puis une écharpe dans laquelle il l’emmitoufle déjà amicalement, mais aussi le plus amoureusement du monde.

« Il ne faudrait pas que vous attrapiez froid, Princesse. »

Une fois fait, il enfile sa cape, paré pour affronter le rude hiver, mais ravi à l’idée de pouvoir le faire avec elle. Ouvrant le bal, il pousse la porte de la salle commune et c’est ensemble qu’ils remontent les marches menant des cachots au rez-de-chaussée. Les couloirs sont déserts, ce qui a le don de donner l’impression à Nate d’être presque le maître du monde. Ils doivent toutefois se montrer prudents, des fois que des professeurs comprennent le fait qu’ils ne sont que de simples fraudeurs qui ont refusé de se rendre en classe. Après une opération, pour ainsi dire, pratiquement commando tant le Trelawney joue au scrout à pétards farceur, ils parviennent enfin à l’extérieur du château où la neige, dans son grand manteau blanc, recouvre tout le décor, et notamment les branches du grand chêne dorénavant bien nu. Il n’y a pas à dire, la vue est magnifique. Ce n’est qu’après s’être assuré qu’ils sont définitivement seuls qu’il lui tend la main pour attraper la sienne.

« Toujours persuadée qu’avoir le nez dans le livre constamment est meilleur, Mademoiselle Grimstone ? »




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



 

The dearest light - Février 1983 ☾ NATHANIEL&ARTEMIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]
» Première vraie partie [JEUDI 18 FÉVRIER]
» Editeur light libre
» Nathaniel Ourobor [ACCEPTE] ~> Serpentard
» the light of aerendil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Pré Au Lard :: Poudlard-