Partagez | 
Et voilà qu'elle aime - Circée

()
Parchemin envoyé Mar 27 Déc - 19:01

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1285 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 










Et voilà qu'elle aime
CIRCÉE & IRVIN RACKHARROW.



27 décembre 1990 - Pays de Galles

Circée, sa petite princesse…Elle ressemblait vraiment à une princesse à présent. Enfermée dans son château, avec interdiction d’en sortir. Malheureusement, ce ne serait pas l’arrivée du prince charmant qui lui permettrait de se libérer. Il était hors de question que son prince de sang mêlé, alias Lothar Lupin vienne la sortir du manoir dans lequel Irvin l’avait enfermée. S’était pour son bien après tout, pour la protéger, pour que les anciens Rackharrow ne lui tombent pas dessus, pour que la réputation de la demoiselle ne soit pas en train de décliner. Sa réputation à lui, Irvin s’en fichait éperdument. Il savait qu’il n’était plus très bien vu dans le monde magique, mais cela ne l’importait absolument pas. Il avait vécu, il avait fait ses choix et à présent sa vie était tracée. Ou presque. Il avait eu ses enfants, ses nombreux enfants, et s’était le plus important. En revanche sa fille était jeune, elle n’avait que vingt-deux ans, elle avait toute la vie devant elle. Irvin ne voulait pas que tout soit gâché à cause d’une erreur de jeunesse. Il était probable qu’elle ne le lui pardonnerait jamais. Mais cela aussi il s’en fichait. Après tout, ils avaient déjà eu des querelles par le passé et les choses avaient finies par se reconstruire. Mais des deux, celui qui blessait le plus l’autre, actuellement, s’était-elle avec son enfant à venir. Il n’avait pourtant pas cru l’avoir élevée ainsi. Il ne pensait pas avoir fait une erreur particulière. Mais peut-être que finalement, ne pas avoir de femme pour élever ses deux enfants, l’avoir tuée, était sa plus grosse erreur. Peut-être que Valelia aurait pu inculquer des valeurs à sa fille, des choses qui étaient inconnues à Irvin. Mais maintenant, tout cela était trop tard.

La boutique n’ouvrirait pas aujourd’hui. Il en avait décidé ainsi. Il prit la poudre d’escampette sur la cheminée, entra dans l’âtre et se rendit dans son deuxième chez lui. Ce manoir était sa propriété. Offerte lors de son mariage avec la belle Roockwood. Il y avait élevé ses jumeaux pendant de longues années et n’avait, au départ, jamais imaginé le quitter. Il s’y sentait bien, il avait tout l’atelier et le matériel nécessaire pour travailler, même alors qu’il n’était pas à la boutique de l’allée des embrumes. Mais voilà, la purge avait changé les choses, les choix et les actions. Il avait laissé le manoir à l’abandon, sous la régence de son tout premier éternel, Fire. Cet éternel avait partagé de très nombreuses choses avec Irvin. Et malgré sa déception de ne pas l’accompagné lors du déménagement, il avait compris que la tâche que lui laissait son maître était importante. Et Irvin n’avait pas été déçu lorsqu’il était revenu il y a quelques mois au manoir, après l’annonce d’Avia plus exactement. Annonce qui l’avait choqué, mais dont il avait bien été contraint de trouver une solution. Il ne laisserait jamais sa fille mourir. Jamais. S’il devait donner sa vie à la place de celle de sa fille, il était prêt à le faire. Et s’il devait tuer le bâtard qui grandissait en elle pour la sauver…il était également prêt à le faire.

« Maître Irvin ! » Il venait tout juste d’apparaître dans la cheminée de l’entrée du manoir, la seule qu’il avait débloquée pour voyager. Alors qu’il s’époussetait, il vit un renard arriver vers lui. « Fire, je suis heureux de te voir. » Le renard jappe de joie et viens lui tourner autour. Il était un peu particulier, une belle couleur rousse, trois yeux marron, jaune qui le fixait intensément. Trois paires de pattes qui lui permettait de courir vite et de faire toujours pleins de choses. Ce renard avait la sale habitude de toujours parler beaucoup. Irvin avait perdu l’habitude de son blabla continu, mais il sentait aussi que tout ce qu’il lui racontait était parce que le renard était heureux de le voir. Irvin s’assied à terre et laisse le renard venir contre lui. Il le câline alors, comme il aurait pu le faire avec un chat. Par chance, il n’était pas allergique aux poils de renard, juste ceux des chats. « Firefox, tu parles trop… » A peine cette constatation émise, qu’il se rend compte que s’était une phrase habituelle lorsqu’il était enfant. « Mais Irvin, j’ai beaucoup de choses à te dire. » L’éternel semble réprobateur. « On en discutera tout à l’heure si tu veux bien. » Lui propose le Rackharrow en lui caressant la tête. « Où es ma fille ? » Le renard recule et s’assoit. « Ah Circée…comment dire…Elle est toujours dans sa chambre. » Irvin se lève, avec l’intention de s’y rendre immédiatement. « Mais tu sais, elle à retrouver son éternel elle aussi, il n’était pas très content d’être éloigné tout ce temps d’ailleurs, il a moins pris à cœur l’éloignement que moi. Enfin bref, je crois que la potion ne lui fait plus beaucoup d’effet. Enfin elle en fait toujours, mais moins qu’avant, parce qu’elle se montre plus encline à vouloir se balader dans le manoir, à essayer de trouver des solutions pour sortir. DU coup c’est embêtant, tes ordres ont été très clairs, on ne doit pas la laisser franchir les portes du manoir, mais ça va vite finir par devenir compliquer à force. Ah oui et puis elle parle parfois d’un certain Lupin, je ne sais pas trop de qui il s’agit. Tu sais qui c’est toi ? Apparemment elle aimerait le voir, mais avec son éternel on essayait toujours de faire dévier ses pensées vers autre chose, mais à un moment donner on va aussi être à court d’idées, mais si tous les deux on discute pas mal et qu’on arrive à bien meubler le silence tu sais… » Irvin se penche en avant et doucement, mais fermement, il ferme la gueule du renard. « Fire, tu parles trop ! » Il sent dans sa main que le renard veut répondre et qu’il y a un effort de la mâchoire pour se défaire de l’emprise. « Mais j’ai appris ce que je voulais. Merci. » Il voit le renard tenter de hocher sa tête. Irvin le libère. « Je vais monter, si tu veux m’accompagner, tu peux. » En le voyant ouvrir la gueule, Irvin le prend de cours. « Mais tu restes silencieux. » Les deux se jaugent du regard et finalement le renard se lève et se dirige vers les escaliers. Irvin prend ça pour un oui.

Il y a de nombreuses marches, l’escalier est large, le pallier est grand, il y a de nombreuses portes à l’étage, ainsi qu’un second escalier pour d’autres pièces encore plus haut. Le manoir est grand, très grand, ils ne peuvent pas se plaindre de ne pas avoir de place ici. Bien plus que dans leur petite maison de pré-au-lard. Mais qu’importe, ce n’est pas le plus important. Le plus important est de s’y sentir bien et Irvin, s’y sent toujours parfaitement bien. C’est chez lui, sa maison, ses meubles, ses tableaux, ses bibelots. Il avance, perdu dans ses souvenirs et ses retrouvailles et enfin frappe à une porte. La chambre de sa fille. Il s’en souvient comme étant grande, délicatement meublée, mais toujours en bordel. Sa fille, depuis toute petite avait une passion déraisonnable pour…tout et n’importe quoi. Avancer dans cette chambre, de nuit et sans lumière était un véritable parcours du combattant moldu. Mais aujourd’hui, il y aurait de la lumière et il était probable que cette chambre soit rangée. A moins que Circée ne l’ai mise à sac, ne pouvant sortir du manoir. Il attend de l’autre côté de la porte, mais n’obtient pas de réponse. Peut-être que sa fille s’est endormie. « Circée, c’est moi. » Il attend à nouveau. Peut-être n’est-elle plus dans sa chambre ? « Je vais entrer. » Aussitôt dit, aussitôt fait, il pousse la porte et entre, les yeux rivés sur le sol, afin d’éviter de se tuer en marchant sur quelque chose qui n’aurait rien à faire là. Au cas où…vieux réflexe.
Irvin : #7d748f
Fire(fox) : #c69775
 




Parchemin envoyé Mar 27 Déc - 23:29

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Elle est enfermée Circée, trop dangereuse, trop instable, trop imprévisible, trop fatiguée mais surtout à bout de nerf. Enfermée pour ne pas nuire encore un peu plus à l’image de sa famille, mais aussi pour qu’elle ne se fasse pas davantage de mal. Son comportement est dangereux, et la sorcière ne s’en rend même pas compte. « Tu devrais manger. » Marmonne alors assez impatient l’immense Chat Main Coon qui est couché, tel un pacha sur le lit, aux côtés de Circée, tandis qu’elle regarde le plateau qui est posé sur la table de nuit avec un dégoût certain. Mais elle n’a pas faim la sorcière, elle refuse de manger. Elle ne répond pas, et se contente de hocher négativement la tête. Elle peine à supporter la présence quasi continuelle de Pan - cet éternel qu’elle a délaissé après la Purge, tout comme elle a délaissé, faute d’arriver à gérer, à se concentrer, la Magie de Rackharrow. Mais dans cette maison, l’Eternel est là, aussi bavard qu’à l'accoutumé. Si Circée est quelqu’un de foncièrement négatif, violent et meurtri, cette créature semble être son exact opposé, à la fois bavard, positif et joyeux. « Mange ou tu vas ressembler à un sac d’os. »Surenchéri la créature. Circée se contente de lui jeter un regard noir. Elle n’a pas faim. Elle ne veut pas manger. « Alors mange au moins pour le bébé. » Foutu bestiole.  « Ferme-là bordel. » Lâche Circée énervée. Elle ne savait pas ce qui allait finir par la rendre folle en premier : le fait qu’elle ne puisse sortir de la maison, la présence de son éternel, ou le bébé à venir. Mais au final, elle savait elle allait devenir folle. Enfin… Encore plus folle qu'elle ne l'était déjà. C'était dire. Pourtant elle sait que Pan a raison, qui faut qu'elle mange. Mais elle se fiche que cela soit mauvais pour elle, ce qui l’embete le plus c'est que cela soit mauvais pour le bébé. Cette petite chose qu'elle aime déjà, d'une certaine manière même si elle reste persuadée d'être incapable de s'en occuper. Comment le pourrait-elle d'ailleurs ? Elle ne savait déjà pas prendre soin d'elle-même. Mais couchée sur le flanc, Circée ferme alors les yeux et tente de trouver un peu de repos. Mais c'est sans compter sur Pan qui ne s'arrête pas. « Hum c'est succulent ! » Menteur. L’Eternel de son père est un mauvais cuisinier ou alors les goûts de Circée se sont durcis avec la grossesse. Ou bien est-ce ce qu'on la force à prendre pour qu'elle reste tranquille ? Car si elle est sagement allongée dans son lit ce n'est pas tellement de son plein grès. A la suite de ce qui avait manqué d'être un véritable carnage au ministère, Circée aurait dû être conduite à Azkaban mais son statut de sang pur, les connaissances en magie noire de sa famille, le fait que son père accepte de redevenir un mangemort - au final elle était “libre”. Mais il semblait hors de question qu'elle puisse faire ce qu'elle voulait de sa vie. Enceinte d'un bâtard au sang mêlé - pourrait-elle faire plus honte aux siens ? Elle s'en fichait. Sans ce traitement, elle serait loin. Très loin. A ses côtés à lui. Lui qui avait disparu de son entourage. Volontairement ou l'avait-on écarté ? Elle pencherait pour la seconde option si elle avait eu toute sa lucidité.

« Oui mais … » Commence alors la créature quand soudain,on frappe à la porte de sa chambre. «  Circée, c’est moi.  » Merde. Elle n’a pas du tout envie de le voir la Rackharrow. Elle n’a envie de voir aucun des membres de sa famille. Ni lui. Ni son frère. Ni même sa « nouvelle sœur » Sissi qui avait dû épouser son frère depuis. Elle ne voulait voir aucun d'entre eux. Deux mois qu'elle était là, seule, abandonnée. Même A noël.  « Je vais entrer.» « Chut. Cache-toi. » Prévient alors Circée. Elle sait que son père n'aime pas son Éternel à elle. Elle a choisi un chat l'une des choses que déteste le plus son père. Mais elle a besoin de la présence de la créature. Mine de rien, elle l’apaise. C’était difficile pour elle d’admettre qu’elle supportait cette étrange boule de poils. Peut-être n’aurait-elle pas dû le rejeter de la sorte après la Purge, peut être Pan aurait-il pu l’aider à aller mieux. Elle ne changerait pas le monde, elle ne changerait pas sa vie. En une petite fraction de seconde, la créature devient parfaitement invisible aux yeux des autres. Et Circée se recouche alors sur le flanc. Elle ne veut pas voir son père, elle lui en veut tellement de… tout ça. L’enfermement comme si elle était un monstre dangereux, ou une folle à lier. Bien sûr elle n’était pas toujours lucide Circée mais de là à l’emprisonner. « Je préfère dormir. » Lâche alors froidement Circée. « Puisque c’est la seule chose que l’on m’autorise à faire. » Maugrée-t-elle alors, sèche. Elle n’avait le droit de rien faire, rien du tout. Elle ne pouvait pas passer la porte du manoir. Elle n’avait même pas le droit de prendre l’air, comme si elle allait s’enfuir. Elle aurait voulu partir, mais… aller où ? Lothar n’était pas venue la rejoindre, la chercher, alors, elle n’avait plus personne. Kenan, Sissi, ils semblaient tous se débrouiller sans elle. Mais elle, elle avait eu besoin d’eux, et ils n’étaient pas là. Ils continuaient leur vie tandis qu’elle payait ses erreurs. « Ah si, je aussi manger cette chose immonde que ton éternel appelle nourriture. » Firefox, ou l’insupportable Eternel de son père, petite elle l’adorait, adulte elle avait envie de faire de sa fourrure rousse un col pour son manteau. Elle se retourne alors dans son lit pour tourner le dos à son père. Boudeuse, contrariée.



Irvin : #7d748f
Fire(fox) : #c69775
Pan : #669933
Circée : #663366



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Sam 4 Fév - 14:36

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1285 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 










Et voilà qu'elle aime
CIRCÉE & IRVIN RACKHARROW.



27 décembre 1990 - Pays de Galles

Sa fille, sa petite protégée. Enfin, il la voyait ainsi, mais elle devait plutôt se sentir vraiment prisonnière. Il était entré dans la chambre, après s’être annoncé. Il s’annonçait toujours. Et même si sa présence était indésirable, il entrait toujours. Privilège du père qu’il disait. S’était ainsi qu’il voyait les choses. Ses enfants auraient eu une mère…peut-être que les choses auraient été différentes...peut-être. Il s’avance dans la chambre, Fire sur les talons, un peu intimidé de devoir se taire. Elle est allongée sur son lit, elle lui fait face. Il s’approche du lit, mais choisit de rester debout. « Je préfère dormir. » Mauvais humeur. Réaction de femme enceinte ? « Puisque c’est la seule chose que l’on m’autorise à faire. » Peut-être pas. Elle lui en voulait. Il pouvait le comprendre. Il soupire doucement Irvin.  « Ah si, je aussi manger cette chose immonde que ton éternel appelle nourriture. » Il sourit. Il a l’impression de la retrouver petite fille lorsqu’elle est contrariée. Elle se retourne et lui présent désormais son dos. Il penche la tête et s’assoit sur le bord du lit. Il ferme les yeux et inspire, cherchant les mots qui pourraient l’aider. Mais là, il est pris d’une quinte de toux. Il porte rapidement la main à sa bouche, se relève et recule d’un pas du lit. Il sait ce qui provoque cette toux. Il voit aussi Fire quitter la chambre rapidement. « Pan, je te demanderais de quitter la chambre s’il te plait. » Il sait que sa fille aime son éternel. Enfin dans le passé en tout cas. Mais s’était un chat, ou quelque chose qui s’en rapprochait. Seule problème, Irvin était allergique aux poils de chat. Il y en avait toujours partout dans ce manoir à cause de cet éternel. Le médicomage qu’il avait vu dans le passé lui avait recommandé de s’en débarrasser. Mais on ne renvoie pas un éternel comme ça. Ils avaient donc trouvés un traitement qui permettait à Irvin de supporter les poils mort, ceux que l’on trouve sur les vêtements, par terre, dans le canapé quand la boule de poils est passée. Mais ça ne faisait pas d’effet sur ceux que l’éternel portait. Il avait bien essayé de le tondre lorsque sa fille était encore petite, mais ils avaient repoussés à une vitesse assez incroyable. Le répit n’avait été que de courte durée. Fire revint avec un verre d’eau qui fit le plus grand bien à Irvin. « Je sais que tu es encore là… » Sa fille pourrait râler tout ce qu’elle voulait, il ne changeait rien au fait qu’Irvin était le maître du manoir. Quelque chose bougea sur le lit. « Accompagne le et restez dehors. » Aucun raison à ce qu’Irvin ait son éternel avec lui si sa fille ne pouvait avoir le sien. Ce serait de l’injustice.

La porte se referma, il s’approcha du lit, posa le verre sur la table de nuit et s’assit à nouveau sur le lit. « Ma chérie, je sais que tu m’en veux pour t’avoir contrainte à rester ici… » Il cherchait les mots, était maladroit. Il avait peur de la braquer encore plus. « C’est pour toi que je l’ai fait. » Il pose doucement sa main sur le bras de sa fille. « Je sais que tu n’accepteras jamais cette simple explication, mais si tu serais restée avec nous, les ancêtres auraient pu faire des choses que ni toi, ni moi, n’aurions voulu ou simplement pu empêcher… » Il retire doucement sa main, la ramenant sur sa propre cuisse. « Je t’aime Circée, et même si je ne suis pas convaincu qu’avoir un enfant soit la meilleure chose pour toi, tu as décidé de le garder et je t’aiderais un maximum avec ça, je te le promets. » Il tourne la tête et regarde le mur qui lui fait face. « Je t’ai apporté les cadeaux de noël que chaque personne m’a remis pour toi, tu les trouveras dans le salon. » Il hésite, regarde ses mains. « Il y en a un de Lothar également… » Oui, il l’avait vu. Ils s’étaient pris la tête. Irvin avait aussi été tenté de le dénoncer au ministère. Mais finalement, pour sa fille, il n’avait rien fait. Le cadeau…il avait aussi énormément hésité entre le jeter ou le donner. Mais finalement il s’était dit que Circée serait assez grande pour prendre ses décisions, vis-à-vis d’un homme qui ne prenait pas de nouvelles d’elle.
Irvin : #7d748f
Fire(fox) : #c69775
Pan : #669933
Circée : #663366
 




Parchemin envoyé Mer 1 Mar - 0:57

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Pan est près d’elle. Nécessairement présent pour la calmer, elle aurait dû le garder à ses côtés toutes ces années plutôt que de le repousser. Il aurait sans doute été impuissant de nombreuse fois mais lui aurait évité une solitude souvent néfaste, et toxique. Elle veut qu’il reste à ses côtés, pourtant quand son père commence à tousser, elle se souvient que les deux ne sont pas compatibles. « Je sais que tu es encore là… Accompagne le et restez dehors. » Elle ne râle pas, elle reste muette, jetant un regard impuissant à l’étrange Main Coon démoniaque. La créature file à la suite de Firefox sans un mot, pas même une once de sarcasme, juste un regard noir à l’attention d’Irvin quand il passe à côté de lui. Un regard qui en dit long. Car si Circée n’a pas envie qu’il parte, la créature n’a pas envie de la laisser. Circée ne regarde pas son père, préférant lui tourner le dos. Elle l’entend poser sur la table de nuit un verre, puis il s’installe sur le lit, et commence son plaidoyer, « Ma chérie, je sais que tu m’en veux pour t’avoir contrainte à rester ici… »  Le mot était faible. Elle le détestait pour cela. Exilée, comme si elle était une folle furieuse. « C’est pour toi que je l’ai fait. » Ces sacrifices que l’on fait pour les gens que l’on aime, cette fameuse explication que l’on sort tous un jour à quelqu’un. Elle est impossible à avaler tant elle était énorme, fausse et stupide. S’il l’aimait tant, il ne la droguerait pas avec des calmants, il ne l’enfermait pas. Il se serait là pour elle, il laisserait les gens dont elle a besoin l’approcher. « Je sais que tu n’accepteras jamais cette simple explication, mais si tu serais restée avec nous, les ancêtres auraient pu faire des choses que ni toi, ni moi, n’aurions voulu ou simplement pu empêcher… » Balivernes. « Je t’aime Circée, et même si je ne suis pas convaincu qu’avoir un enfant soit la meilleure chose pour toi, tu as décidé de le garder et je t’aiderais un maximum avec ça, je te le promets. » Elle n’était plus certaine de rien. Ni de le vouloir. Ni de l’aimer. Ni d’être capable de le regarder en face. Ni de le prendre dans ses bras. Elle avait perdu ses certitudes, mais il était trop tard pour renoncer. Avec un peu de chance pour l’enfant, elle mourrait en couche, ou un truc du genre. « Je t’ai apporté les cadeaux de noël que chaque personne m’a remis pour toi, tu les trouveras dans le salon. » Ah oui, Noël, une fête de famille qu’elle avait passée seule en compagnie de deux éternels. « Il y en a un de Lothar également… » Son cœur rate un battement. La culpabilité et le doute la ronge encore, elle est incapable de lever le doute. Incapable.

Elle se relève sur le côté, et fait face à son père, assise sur son lit, en tailleur, un ventre imposant pour qu’elle puisse bouger outre mesure. Elle se sent comme une baleine échouée sur une plage, inutile, et ridicule. « Je n’en veux pas. » Répond-t-elle sèchement. Elle ne voulait rien de tout cela. Elle ne voulait aucun de ces cadeaux. Elle ne voulait rien de tout cela. Ils l’avaient tous abandonnés, absolument tous. Elle pardonnerait à ceux qu’elle aimait, ceux qui comptaient, ceux qui avaient besoin d’être protéger d’elle. Elle pensait à Sissi, avant tout. Son amie, sa belle-sœur, celle qui était une sœur à ses yeux. Elle pensait à Avia qui n’avait pas le droit de se promener librement dans la monde magique. Elle aurait pu pardonner Lothar, elle aurait pu – mais elle n’arrivait déjà pas à se pardonner elle-même. Convaincu qu’elle n’y arriverait jamais. Le doute subsistait toujours, et elle avait l’impression que rien en sa possession ne pourrait jamais lever ce doute. « Je ne veux rien de lui. » Dit-elle en fixant un point dans le vide. « Parce que je ne le mérite pas. » Elle lâche cela dans un sanglot. Elle ne méritait pas cette attention. Elle n’était certaine de rien, mais elle l’avait trahie. Une fois, une seule, la faiblesse d’avoir eu des sentiments pour un autre, des sentiments lointains. « Je ne mérite pas son attention, s’il … » Elle marque une pause pour tenter de calmer ses sanglots qui ne cessaient d’entrecouper sa voix. S’il savait, il la détesterait probablement. Des mois qu’elle doutait sans être capable de parler à qui que ce soit. Cet enfant serait un bâtard, mais qu’est-ce que ça changerait que le père soit Lothar Lupin, ou bien Aries Lupin ? Beaucoup de chose. L’un est un bâtard de sang mêlé, une aberration pour les Rackharrow, et la société magique. L’autre est un bâtard de sang pur, une honte pour la société mais toléré. Elle n’y songe même, centrée sur ses regrets et ses peurs. Elle a besoin d’en parler. Le regard de son père est suffisamment lourd, elle l’a déçu plus que de raison, elle était certaine de ne plus pouvoir le décevoir d’avantage.  « Il me détesterait. » Lâche-t-elle. « Moi, je me déteste. » Elle lève les yeux vers son père. Elle sanglotte en silence. Elle n’est pas le genre de fille à se confier à son père, ou à qui que ce soit d’ailleurs, sauf peut-être à Sissi pourtant, elle avait laissé son amie loin de ses trépignations Lupines, pour la protéger peut être, ou pour éviter d’être jugée. « Il… il n’est peut être même pas le père. Mais je n’ai aucun moyen de le savoir… je… je l’ai laissé croire qu’il l’était parce que c’était plus simple. » Elle suffoque, sanglote. Et elle se blotti contre son père en larmes, lâchant un « Je suis un monstre. » Un monstre, elle avait toujours été un monstre, ses camarades de Poudlard avaient donc raisons, après toutes ces années à tenter de garder la tête haute, elle admettait cette réalité.


Irvin : #7d748f
Fire(fox) : #c69775
Pan : #669933
Circée : #663366



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Mer 1 Mar - 18:16

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1285 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 










Et voilà qu'elle aime
CIRCÉE & IRVIN RACKHARROW.



27 décembre 1990 - Pays de Galles

Il voulait le meilleur pour sa fille Irvin, sa petite princesse. Ce n’était pas totalement anodin qu’il soit tant attaché à elle. Il ne dirait et ne penserait même jamais que Kenan ou Sìleas, il ne les aimait pas. Mais Circée était le fruit de son mariage, de sa farouche femme. Et surtout, contrairement aux apparences, elle n’avait pas un jumeau pour veiller sur elle. Certes Circée et Kenan étaient très proches, mais Irvin craignait que si jamais le secret devait être découvert, elle ne soit rejetée et du coup il lui donnait tout l’amour qu’il pouvait avoir, essayant de la protéger contre vent et marée. Il tenait à elle et il était possible, même s’il aimait Sìleas, il n’aurait pas fait la même chose pour elle si elle aurait été dans l’état de Circée. Il l’aurait probablement forcée à avorter. Peut-être aurait-il dut faire pareil pour Circée, peut-être que cela aurait été plus simple pour tout le monde. Mais elle avait pris sa décision et parce qu’il tenait à elle, il était prêt à l’aider, même s’il devait passer des nuits blanches pour les quelques prochaines années, même s’il devrait avoir encore plus de cheveux blanc en se demandant ce que son petit fils ou sa petit fille pouvait bien faire comme bêtise, comme sa mère. Mais pour l’instant, il voulait être là pour sa fille. Elle en avait certainement besoin et il s’en voulait de lui avoir imposé cet exil temporaire. Il lui avait apporté les cadeaux à son nom, ainsi que celui remis par le sang-mêlé…même si ça lui avait coûté de le faire.

Il regarde sa fille se relever et s’asseoir. Il était prêt à l’aider, mais elle n’aurait peut-être pas apprécié. « Je n’en veux pas. » Ses pensées le dirigèrent immédiatement vers le cadeau de Lothar. Il était presque fier qu’elle le refuse. Mais après il se dit que peut-être qu’elle parlait de tous les cadeaux, de manière générale. Et là, il se sentait un peu plus peiné. Il pouvait le comprendre. Recevoir des cadeaux, alors qu’on a raté la fête, ce n’est pas pareil et ça ne ferait que marquer un peu plus la distance qu’elle avait dû avoir pour ce noël. Il lui semblait si loin le bal du noël dernier ou père et fille avaient dansés ensemble dans la bonne humeur. « Je ne veux rien de lui. » Ah, elle parlait bien du Lupin cette fois. Il aurait presque pu sourire Irvin, mais en voyant l’expression vide de sa fille, il se dit que ce serait inapproprié. Elle ne semblait pas convaincue. « Parce que je ne le mérite pas. » Il aurait pu grincer des dents en entendant ça Irvin. Sa fille valait un demi-million de fois plus que ce sang-mêlé, mais il l’entend sangloter et il ne fait pas de remarque. Il est triste de voir sa fille dans cet état pour un homme. Surtout pour lui et…ce qu’il lui avait fait. « Je ne mérite pas son attention, s’il … » Les larmes coules, il est désemparé et il sent son cœur se briser. Peine d’amour. Il devrait connaître, il était passé par là il y a longtemps. Mais tout cela lui semblait tellement lointain. Que faire ? Que dire ? Il tend la main est touche son genou, espérant l’apaiser, même légèrement. « Il me détesterait. » Il ouvre la bouche, prêt à la contredire, mais elle est plus rapide que lui. « Moi, je me déteste. » Enfin elle le regarde. Enfin il voit ses jolis yeux pleins de larmes. Son regard se fait plus doux à Irvin, il n’aime pas la voir triste. « Il… il n’est peut-être même pas le père. Mais je n’ai aucun moyen de le savoir… je… je l’ai laissé croire qu’il l’était parce que c’était plus simple. » Il a l’impression que l’air de la pièce avait disparu. Il étouffe. Il n’était pas certain d’avoir bien compris ce que sa fille venait de lui dire. Mais le tirant de son hébétude, c’est le contact de sa fille, venant se blottir contre lui. Elle a besoin d’une présence rassurante. Elle a besoin de lui. Aussi referme-t-il ses bras dans son dos. Dos qu’il caresse doucement pour essayer de l’apaiser. « Je suis un monstre. » « Mais non ma chérie. » Lui répond-il doucement. « Mais non » Répète-t-il encore plus doucement.

Il sent ses larmes humidifier son sweet, mais il s’en moque. Enfin…de l’état de son sweet, pas des larmes de sa fille. « Ma chérie. » Souffle-t-il tout bas. « Pourquoi crois-tu qu’il n’est pas le père ? » Il a un peu peur de la réponse en fait. Il se doute du pourquoi. Elle est jeune, belle, en plein dans la période des hormones qui travaillent, les hommes devraient s’estimer chanceux de l’avoir près d’eux. Et il ne peut la juger. Lui-même n’avait jamais été irréprochable…loin de là. Mais il ne pouvait le lui avouer. Non pas qu’il avait honte, mais cela n’apaiserait certainement pas sa fille. « Tu sais, je pense à quelque chose… » Oui, quelque chose qui lui traverse l’esprit. « Il existe une potion qui permet d’en savoir plus sur l’enfant. » Il ne connaissait pas trop le principe en réalité. « Je t’avoue que je ne sais pas si tu peux connaître le père ou alors le sang… » En gros son idée ne servait pas à grand-chose. « Je ne l’ai jamais utilisée, malheureusement je ne saurais être précis, mais si tu penses que cet enfant peut être pur… » Il laisse sa phrase en suspens. Il se rend compte, à mesure qu’il parle, qu’il peut sembler sans cœur, alors qu’en réalité il essaie de trouver des solutions pour aider sa fille. Décidément…qui avait dit que les relations père-fille étaient simple ? Il tente un changement de sujet. « Tu sais ton Lupin… » Il est songeur. « Mine de rien, il est coriace. Il est venu à la boutique, plusieurs fois pour savoir où tu étais… » Un vrai combattant. Il serait dans l’autre camp, ou même neutre, Irvin aurait été ravi de le voir tourner autour de sa fille…même si ça n’efface en rien le sang. « Il a toujours sa belle gueule, je te le promets. » Tente-t-il de plaisanter. « Mais il me semblait tout de même inquiet pour toi… » Il redresse légèrement sa fille pour la regarder. « Certes, je ne cautionne pas votre relation. Mais s’il est le père, j’ai l’impression qu’il pourrait en prendre soin. » Ajoute-t-il en pointant un doigt sur le ventre de sa fille. Franchement…Irvin a l’impression de toujours plus mettre les pieds dans le plat. Mais il est comme ça. Il essuie doucement l’une des joues de sa fille.
Irvin : #7d748f
Fire(fox) : #c69775
Pan : #669933
Circée : #663366
 




Parchemin envoyé Mar 7 Mar - 19:30

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans Pan à ses côtés elle se sent vulnérable et finit par se demander pourquoi pendant toutes ces années elle a réussi à se passer de la présence de la créature. Elle avait pourtant besoin d’elle, la magie des Rackharrow, elle l’avait combattue de trop longues années avec la peur que cela noircisse un peu plus son âme. Sauf que cela faisait partie d’elle – et maintenant, elle s’en rendait compte. Cet enfant ne pourrait probablement jamais faire ce genre de magie ou avoir son propre éternel parce qu’il ou elle ne serait pas un ou une Rackharrow, ça serait un bâtard portant le nom de Lupin – mais sang pur ou sang mêlé elle n’en savait rien. S’il avait le sang mêlé, c’était l’enfant de Lothar, s’il avait le sang pur celui d’Aries. Elle ne savait pas ce qu’elle préférerait mettre un monde un bâtard au sang pur et lui accorder une moindre place dans cette société, ou mettre au monde un bâtard de sang mêlé et lui accorder une place de moins que rien dans la société et le laisser à la merci des Rackharrow qui ne sauraient supporter une telle trahison. Un sang pur, l’enfant d’Aries, c’est ce qui serait le plus raisonnable, elle le savait. Cela briserait son cœur, car elle ne lui avait pas parlé depuis trop longtemps, et elle avait nourrir Lothar de faux espoir. Elle était bel et bien un monstre, une femme indigne et infidèle. Elle le savait, elle n’était plus l’enfant modèle qu’elle avait été par le passé. Tout ce qu’elle voulait s’était s’en sortir, qu’elle vive, que l’enfant vive, et que tout cela s’arrête, qu’elle puisse reprendre le cours de sa vie, interminable et lamentable vie. Quoi qu’il arrive, elle resterait loin de l’Ordre, et loin des Lupin, jusqu’ici ils n’avaient apporté que des tourments.

Elle n’est pas adeptes des câlins. Mais elle en avait besoin.  « Mais non ma chérie. »  Il renferme son étreinte paternelle sur elle. Elle n’arrive pas à se blottir complètement contre lui, la faute à son ventre déjà bien imposant. Elle n’avait jamais eu aussi besoin de la présence de son père. Dans ces instants, elle aurait très certainement eu besoin de la présence d’une mère pour la rassurer sur l’avenir, l’accouchement – le fait de savoir que la sienne était morte en couche ne la rassurait en rien. « Mais non » Bien sûr que si, elle était monstrueuse. Tromper l’homme qu’elle aimait, avec l’homme qu’elle avait aimé. Elle se sentait faible, elle se sentait stupide. « Ma chérie.  Pourquoi crois-tu qu’il n’est pas le père ? »  La naïveté d’un père. S’en est presque touchant de voir qu’il la voyait toujours comme une sage enfant. Il savait très bien où elle voulait en venir, et elle ne comptait pas lui faire un dessin. Elle avait trompé Lothar, elle avait vu un autre homme, c’était aussi simple que cela. Elle ne se doutait même pas un seul instant que son père puisse avait été l’auteur de la même infamie. « J’ai… trompé Lothar. » Dit-elle simplement, entre deux sanglots n’ayant pas envie d’entrer dans les détails sordides de cette histoire. « Tu sais, je pense à quelque chose… » Elle a besoin de savoir ce qu'il a à dire, besoin des conseils de son père, c'est pour ça qu'il est là après tout : pour la guider. « Il existe une potion qui permet d’en savoir plus sur l’enfant.  Je t’avoue que je ne sais pas si tu peux connaître le père ou alors le sang… »  Elle savait – elle savait la nature du sang des deux pères potentiels, et si cette potion existait alors… alors elle aurait sa réponse. « Je ne l’ai jamais utilisée, malheureusement je ne saurais être précis, mais si tu penses que cet enfant peut être pur… »  Il avait une chance de l’être. Et c’était une vraie chance de vivre.

Son père tente de changer de sujet. Et il ne choisit pas le meilleur pourtant, il faut que ce sujet soit abordé au moins une fois. La naissance de l’enfant déterminera si oui ou non Lothar continuera de faire partie de sa vie. Elle ne sait pas ce qu’elle veut, elle sait juste qu’un Lupin dans ses contacts ça fait tâche quand on porte le nom de Rackharrow, maintenant, elle s’en rend compte.  « Tu sais ton Lupin… » Son estomac se noue. « Mine de rien, il est coriace. Il est venu à la boutique, plusieurs fois pour savoir où tu étais… »  Il ne devait pas lui dire où la trouver. Elle n’avait pas  envie de le voir, car elle serait bien incapable de le regarder en face ; incapable de croiser son regard. Incapable de lui parler. Elle avait honte de ce qu’elle avait fait, terriblement honte et elle se détestait pour cela. « Il a toujours sa belle gueule, je te le promets. »   Elle aurait pu sourire, elle aurait dû sourire, mais son regard reste perdu dans le vague. Elle s’en fichait presque, ce n’était pas important, ce n’était plus important. « Mais il me semblait tout de même inquiet pour toi… » Elle l’avait nourri de faux espoirs et de mensonge. « Certes, je ne cautionne pas votre relation. Mais s’il est le père, j’ai l’impression qu’il pourrait en prendre soin. » Il montre du doigt son ventre.  Puis essuie ses larmes. Elle ne voulait pas qu’il puisse en prendre soin. Lothar était dans le camp ennemi, l’ennemi des Rackharrow, s’il s’approchait d’eux, c’était les conduire à leur perte. Elle avait dix fois plus besoin des siens qu’elle n’avait besoin de lui, elle le savait.

« Ne lui dis jamais où je suis s’il te plait, je nous ai causé assez de soucis comme ça. » Dit-elle alors. « Même s’il est le père, il doit rester loin de nous, il est à l’Ordre et je refuse que mon enfant puisse être relié à tout ça. » Elle ne sait pas ce que lui coûte ses mots, elle sent comme son cœur qui se brise. « Quel que soit le père, il doit rester loin de nous. » Allusion au fait que le second père potentiel était également un membre de l’Ordre du Phénix. « Si c’est Lothar, c’est un sang mêlé… » dit-elle alors. Mais ça, il le savait, il le savait que c’était un sang mêlé. Mais il ne savait pas pour l’autre père potentiel. Aries Lupin, sang pur et demi-lycan. Par chance, Circée n’avait pas un enfant avec du sang de lycan dans les veines sinon sa grossesse aurait été bien plus terrible et elle ne serait pas aussi « calme ». Elle ne se doutait pas qu’elle puisse être aussi calme à ce stade de sa grossesse, ne se doutant pas de la quantité de potion d’apaisement qu’elle prenait par jour par le biais de la nourriture. « Mais cet enfant à une chance d’être pur. Aries… » Commence-t-elle alors, en levant les yeux vers lui. « Aries Lupin a le sang pur, c’est un traitre mais son sang est pur, je crois même que son père est mangemort. » Dit-elle en le fixant. Un Lupin encore – elle était prête à affronter une potentielle fureur de son père, tant qu’il ne lui demandait pas l’âge du sorcier, déjà qu’il trouvait Lothar bien trop vieux pour elle, alors Aries… s’il connaissait leur histoire, il ferait des bonds de dix mètres.  « J’ai besoin de cette potion pour savoir, pour mon bébé. » dit-elle. « Mais qu’importe le père, je n’ai pas besoin de lui, ça n’apportera rien de bon. » Le ton est ferme.

Irvin : #7d748f
Fire(fox) : #c69775
Pan : #669933
Circée : #663366



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Sam 29 Avr - 19:19

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1285 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 










Et voilà qu'elle aime
CIRCÉE & IRVIN RACKHARROW.



27 décembre 1990 - Pays de Galles

Irvin ne connaissait pas grand-chose aux femmes. Il avait été marié, il avait flirté, et plus avec affinité, avec sa belle-sœur, il tentait de retrouver un corps féminin à ses côtés. Mais les histoires de cœur, ça lui avait toujours semblé si compliqué…Circée n’avait jamais été une fille qui montrait ouvertement qu’elle avait des soucis avec les hommes…autrement, peut-être qu’Irvin lui aurait dit que le plus simple était d’aller droit au but, sans détours et sans fioritures. Ils aimaient ça les hommes, aller directement sur le problème ou le sujet de discussion. Lorsque la conversation traînait en longueur, Irvin se sentaient souvent bien lasse et ne pensait qu’à s’en aller. Il question sa petite fille qui est en larme et il ne s’attend réellement pas aux réponses qu’elle lui donne. « J’ai… trompé Lothar. » Il déglutit difficilement, à croire que s’était un cercle vicieux et que les fautes qu’il avait commises devaient avoir une répercussion sur sa fille. Il ne cautionnait pas cet acte de tromperie, mais il ne pouvait tout simplement pas juger. Il serait bien mal placé pour faire une remarque. Il ressert légèrement son étreinte en murmurant tout doucement. « Ce n’est pas grave... » Il y avait pire dans la vie…tuer. Il y aurait aussi le fait d’avoir un enfant hors mariage…mais il avait eu Teàrlach, à nouveau, il ne pouvait juger. Il tente de plaisanter par la suite en évoquant le nom de son…ancien amant. Mais sa fille reste de marbre. « Ne lui dis jamais où je suis s’il te plait, je nous ai causé assez de soucis comme ça. » Loin de vouloir le revoir ou qu’il assume ses responsabilités, elle souhaitait tirer un trait dessus définitivement. « Même s’il est le père, il doit rester loin de nous, il est à l’Ordre et je refuse que mon enfant puisse être relié à tout ça. Quel que soit le père, il doit rester loin de nous. » Il est triste pour sa fille. Elever un enfant seul, ce n’était pas une mince affaire et il ne le souhaitait à aucun de ses enfants.

« Si c’est Lothar, c’est un sang mêlé… » Il hoche doucement la tête Irvin, il le savait ça. Son côté Rackharrow et sa fidélité à sa famille et à leurs origines souhaitait qu’il soit pur cet enfant. Mais son côté père espérait qu’il serait mêlé et qu’un jour sa fille puisse se pardonner et renouer avec le Lupin qui semblait faire plus d’efforts que l’autre inconnu. « Mais cet enfant à une chance d’être pur. Aries… Aries Lupin a le sang pur, c’est un traître mais son sang est pur, je crois même que son père est mangemort. » Leurs regards se croisent. La mâchoire d’Irvin se contracte. Encore un Lupin. Décidément cette famille était maudite. A croire que sa fille ne pouvait trouver que des hommes du mauvais côté. Il est triste. S’il espérait que l’autre homme soit un mangemort digne de ce nom, tous ses espoirs venaient de s’envoler. « J’ai besoin de cette potion pour savoir, pour mon bébé. Mais qu’importe le père, je n’ai pas besoin de lui, ça n’apportera rien de bon. » Elle semble bien décidée. « Entendu, je réunirais les ingrédients pour cette potion. » Dit-il un peu lasse. Doucement il se défait de sa fille. Il l’embrasse doucement sur le front avant de se lever du lit. « Je vais commencer mes recherches. » Il est un peu absent, un peu blessé également. Avant d’arriver à la porte, une main sur le mur, il se tourne vers sa fille. « Repose-toi en attendant. » Il se retourne vers la porte, hésite et regarde à nouveau sa fille. « Circée...Cet enfant sera un Rackharrow, moi vivant, il ne deviendra jamais Lupin ou je ne sais quelle famille lors d’un mariage futur. » Il a le regard dur, et triste. Il espère que sa fille comprendra le pourquoi ce choix. Que l’enfant soit pur ou mêlé, Irvin serait prêt à donner sa vie pour lui, s’était ainsi et ce le serait toujours. Il quitte la chambre, laissant Pan entrer pour retrouver le lit douillet.
Irvin : #7d748f
Fire(fox) : #c69775
Pan : #669933
Circée : #663366
 




 

Et voilà qu'elle aime - Circée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]
» [Bibliothèque] Archive
» BIRDY-LOU ♣ le diable a un visage d'ange
» bouge ton cul, conn**d ▲ ALEKCY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Pays de Galles :: Habitations-