Partagez | 
[FB] Dances with wolves (Pietro Lupin)

()
Parchemin envoyé Sam 17 Déc - 4:37

avatar
avatar
profil
Je suis : -littlefoot- , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 01/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 431 hiboux. J’incarne : mathilda bernmark , et l’avatar que je porte a été créé par : kiri . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Dahlia Forest & Adeline Lovegood Je parle en : #669999



Je suis âgé de : 27 bougies , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Langue de plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Deux fiancé mort à mon actif, je porte malheur... enfin, c'est ce qu'on dit. Champ Libre : .
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Dances with wolves
Pietro & Jemima
[Fin novembre 1990] There is no such thing as liberty. You only change one sort of domination for another. All we can do is to choose our master -D.H Lawrence

J'avais passé le mois entier à l'abri des regards. Je n'avais pour seule visite que Cordélia et Scylia. Je n'avais pas besoin de plus. Elles s'étaient occupé de moi à tour de rôle et elles s'étaient assuré que je reste en vie. C'était la seule chose qui m'importait ! Je devais rester en vie ! Je devais combattre cette putain de fièvre et retrouver cet enfoiré de Lupin. J'allais lui faire regretter d'avoir partager sa malédiction avec moi. Je l'avais sous-estimé et cela avait été mon erreur, malheureusement pour lui maintenant il n'y avait plus rien qui pouvait m'effrayer ou me faire reculer dans cette histoire de vengeance. C'est cette même vengeance, je crois, qui m'avait gardé en vie. La surprise qu'il allait avoir lorsque j'allais le retrouver. Il pensait probablement que je n'allais pas survivre à cette transformation et c'était mal me connaître que de penser qu'une simple fièvre allait m'achever. J'ai dit simple fièvre ?! J'avais eu l'impression de dormir dans une fournaise pendant une trentaine de jour. C'était l'expérience la plus désagréable que j'avais jamais vécue, mais cela allait seulement me rendre plus forte. Je commençais lentement à prendre du mieux, mais cette fièvre ne me quittait pas. Elle était moins puissante, mais elle était toujours présente. Il m'arrivait parfois de ne pas être en mesure de faire la différence entre la réalité et mes délires, mais habituellement mes deux gardienne arrivaient à me faire entendre raison. Malheureusement, aujourd'hui j'étais seule pour la première fois et il n'y avait pas la moindre âme qui vive à des kilomètres. Si je ne me trompais pas, Marcus et sa famille se trouvaient en quelque part en Italie et sa propriété était perdue en forêt. J'étais bien dans la remise que je lui louais. Normalement, je n'aurais jamais pensé en sortir avant la fin de ma transformation. Pour la première fois, j'entendais des voix et c'était plus fort que moi ! Je devais trouver d'où elles venaient, parce que soyons honnête, j'avais très peur que tout ne soit pas que le fruit de mon imagination. Et si je devenais folle ?

Habillé d'une simple chemise de nuit, j'enfilais une chemise de laine et je me couvrais d'un manteau de fourrure. J'avais chaud, mais je pouvais voir par la fenêtre que la première neige avait tombé et qu'il continuait de neiger. Je ne voulais pas terminer morte de froid dans un recoin de cette forêt. Je glissais mes pieds dans des bottes bien chaude recouverte de la même fourrure que mon manteau. Un cadeau qui m'avait été offert en l'honneur de mes première fiançailles. Les voix résonnaient de plus en plus fort dans ma tête. J'attrapais ma baguette magique et une lanterne que je me dépêchais d'allumer à l'aide de la magie. Je m'aventurais ensuite dans les bois sombre derrière la remise dans laquelle j'habitais. C'était de la folie ! Comment allais-je trouver l'origine des voix ? Comment pouvais-je savoir de quel direction elles provenaient ? Un sort de localisation me vint à l'esprit et j'étais bien surprise lorsque je voyais un chemin lumineux se former devant moi. C'était trop facile.
Made by Neon Demon
Parchemin envoyé Mer 4 Jan - 18:18

avatar
avatar
profil
Je suis : dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 263 hiboux. J’incarne : Sebastian Hot Stan , et l’avatar que je porte a été créé par : © blue comet . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.M. - D.M. - L.G. - Z.S. Je parle en : #993340



Je suis âgé de : trente et un ans (03.03.1960) , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Fugitif, Tatoueur Magique à la sauvette, jusqu'à la reprise de Poudlard, il avait un salon à Pré-Au-lard, sans doute détruit par les mangemorts désormais. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire, au coeur tourmenté par les femmes Champ Libre :

Père du bâtard de Roisin Grimstone, Ashlynn, est l'aîné d'un triplage : Oriana et Marek. Oriana est morte à la Purge, et une née moldue a pris sa place. Marek est mort en 1991 de la main de Drefer Rackharrow.

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


"Dances with wolves"
JEMIMA YAXLEY & PIETRO LUPIN

L4attaque de Poudlard, on avait traité mainte fois Pietro de monstre. Mais il l’était, l’avait-il un jour caché son amour pour la barbarie et le sang ? Lui qui se cachait derrière des sensations fortes, lui qui cachait sa peine derrière des sensations qui le faisait sortir de ses gonds. Il était fou, ivre de rage et de folie depuis la mort de Rhiannon. Depuis qu’il avait perdu un tiers de son être, il était perdu, éploré. Depuis neuf ans, il jouait la comédie avec une remplaçante. Alors le fait qu’il en devienne fou n’était-il pas normal dans le fond ? Si peu n’est-ce pas ? Évidemment qu’il était fou, mais talentueux, comme tous les artistes. Pietro coincé depuis un mois dans un refuge de l’Ordre… Il était comme un loup en cage, envieux de liberté, il n’était pas sorti depuis la dernière pleine lune, il avait ce besoin, il avait ce besoin de savoir si le combat allait être simple ou pas. Morte ou vivante ? Dans le fond, il la voulait vivante, sans quoi il ne pourrait pas rire de cette demi-malédiction. Mais l’avantage de la folie, c’est que pister les gens – en plus des gênes de loup – est bien plus facile. Retrouver la grange et attendre entre deux roulements de ses amies pour ensorceler sa nourriture. La Pleine Lune de décembre était dans quelques jours, la libération proche pour la Yaxley. Mais il mourrait d’envie de s’amuser avec ses nerfs. Elle qui était malade comme un chien à tenter de survivre. Mais la transformation se passait bien, il pouvait le constater de ses propres yeux durant quelques minutes seulement. Un sourire en coin, il prononce une formule magique, les vois ne tarderaient pas à s’introduire dans sa tête. Tout ce qu’il pourrait penser, ou dire, cela serait relié à elle jusqu’à la pleine lune prochaine. Il allait devoir se contrôler lui-même. Un défi, un challenge pour la langue bien pendue qu’il était.

Puis l’activité ne tarderait pas à se faire. Quand il la voit remuer, il transplane dans cette petite clairière enneigée. Les premières neiges. C’était à la fois merveilleux, comme malheureux. Il se souvenait de chaque souvenir avec Rihannon et Marek… Mais pas sans douleurs, il avait perdu sa sœur alors qu’elle voulait sauver des gens, c’était sans doute en pensant à cela qu’il n’était pas devenu mercenaire. Puis l’emprisonnement de Marek, où il avait dû devenir le pilier financier de sa mère et de sa grand-mère. Les responsabilités l’avaient fait grandir. C’était un animal étouffé. Voilà ce qu’il était. Les mains dans les poches, il les délie pour sortir un paquet de cigarettes et d’asseoir sur une souche coupée. Le chemin s’éclairant doucement jusqu’à ses pieds. Elle était maline la sang-pur. Il ne sous-estimait personne, il n’était pas ce genre de personne. Il savait donner sa chance aux gens, mais il n’avait pas voulu lui donner de chances. Tuer deux de ses fiancés par le plus grand des hasards. Il était à la fois fier et intrigué. Qu’est-ce qui pouvait bien les lier avant la morsure pour qu’ils soient toujours sur la route de l’autre. Finalement, la morsure n’était que la concrétisation d’un lien entre eux qui dataient depuis bien plus longtemps. Plus de quatre semaines. C’était des choses qu’un animal pouvait sentir. Clope au bec, baguette pointé sur le sentir où elle allait arriver, il a le regard arrogant comme toujours. Mais il savait d’expérience qu’elle serait toujours fiévreuse…

Un sourire en coin pointe sur ses lippes, quand elle arrive vêtue de fourrure. Il la laisse prendre conscience de la situation. Elle qui pensait le traquer comme le dernier des salopards, il se tenait là devant-elle comme le plus familier des amis. Un connard, c’était le pire de tous. Même Skander ne lui arrivait pas à la cheville. Pas à ce niveau-là. « Hello Sweetie ~♥ » Lance-t-il l’air enjoué. Il n’est pas arrogant, il est pire que cela. Il savait qu’il pourrait prendre un éclair vert en pleine poitrine. Mais c’était le jeu. On vit ou on meurt à la guerre. Mais il avait l’impression de la connaître. Tout cela serait trop facile pour elle si elle le tuait si facilement, alors elle ne le ferait pas, il comptait sur son sixième sens. Mais s’il devait crever ici, il rejoindrait son grand-père, son père et sa triplée. « Fiévreuse pour sortir aussi couverte ? » dit-il alors qu’il ne portait qu’un pull pourpre en dessous de son blouson de cuir. Un Jeans noir et des converses, comme il en avait l’habitude le tatoueur. Il se lève et s’approche à quelques pas d’elle. Susurrant comme le salop qu’il était. « Alors, pas plus d’enthousiasme que ça Sweetie ? Je ne te propose pas un tatouage pour la liaison et la traque prochaine, hm ? » Joueur et taquin, il ne la lâche pas des yeux. L’observant pour la première fois. Et peut-être n’aurait-il pas dû le faire…


lost the humain control
There is some kind of a sweet innocence in being human- in not having to be just happy or just sad- in the nature of being able to be both broken and whole, at the same time.  #993340 › © alaska.  

Parchemin envoyé Jeu 9 Mar - 5:50

avatar
avatar
profil
Je suis : -littlefoot- , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 01/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 431 hiboux. J’incarne : mathilda bernmark , et l’avatar que je porte a été créé par : kiri . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Dahlia Forest & Adeline Lovegood Je parle en : #669999



Je suis âgé de : 27 bougies , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Langue de plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Deux fiancé mort à mon actif, je porte malheur... enfin, c'est ce qu'on dit. Champ Libre : .
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Dances with wolves
Pietro & Jemima
[Fin novembre 1990] There is no such thing as liberty. You only change one sort of domination for another. All we can do is to choose our master -D.H Lawrence

J'avais décidé d'éteindre la lanterne et je l'avais abandonné en espérant que rien de dangereux se trouvait à l'autre bout de ce chemin éclairé. Une chose était certaine j'avais perdue tout effet de surprise. C'est sur mes gardes que j'avais suivit la source de lumière. J'avais presque laissé tombé ma baguette lorsque je l'avais vue. Je n'y croyait pas ! Il m'avait retrouvé. Je ne comprenais pas très bien le lien avec lui et les voix qui résonnaient dans ma tête, mais ce n'était pas le moment de me pauser trop de question. Il était responsable et c'est tout ce qui était important à retenir. Et si j'hallucinais la présence du Lupin ? Ce ne serait pas la première fois que je rêvais de ma vengeance ! Je fermais les yeux un instant pour apprécier le vent froid sur mon visage. « Hello Sweetie ~♥ » Je crispais les muscles de ma mâchoire. Mille fois je m'étais imaginé ce moment où j'allais enfin faire de nouveau face à ce connard. Il n'y avait pas de mot pour décrire ma frustration. Une fois de plus il me coupait l'herbe sous le pied. Je commençais à peine à prendre du mieux qu'il avait décidé d'organiser une petite réunion selon ses termes à lui. Qui était-il pour décider de la date et du moment de notre confrontation ? J'étais folle de rage. Impossible pour moi de le prendre par surprise. « Fiévreuse pour sortir aussi couverte ? » J'ouvrais de nouveau les yeux et je pointais ma baguette de sa direction. Difficile de cacher ma condition avec mon front qui perlait de sueur. Je redressait la tête fièrement et j'essayait de me tenir le plus droite possible malgré ma fièvre qui me donnait envie de m'étendre sur le sol. Je savais que c'était une erreur, mais je l'avais laissé s'approcher. « Alors, pas plus d’enthousiasme que ça Sweetie ? Je ne te propose pas un tatouage pour la liaison et la traque prochaine, hm ? » Un long frisson me parcourt l'échine. Si bien que je ne savais pas si cela était en lien avec ma fièvre, le vent froid qui me chatouillais le visage ou encore le simple effet de sa voix. Je le détestait profondément ! Je baissais ma baguette qui continuait de pointer le vide et je me retournais rapidement pour lui faire face. Nos visage étaient maintenant très près l'un de l'autre. Ma main droite serrait ma baguette jusqu'à rougir mes jointures. Non, faire usage de la magie c'était trop facile. Je dirigeais rapidement ma main gauche jusqu'à sa gorge et je serrais de toute mes forces. Vue mon état, cela n'était pas assez suffisant pour l'étouffer, mais juste assez pour lui faire mal. « Sweetie, sweetie, sweetie... » murmurais-je au creux de son oreille. « Quand sommes nous devenus si familier ? » Je redressais ma main droite et pointais ma baguette sous le menton du Lupin. Je l'observais quelques secondes. Il aurait été si facile de le tuer ici au milieu de cette clairière déserte. « Tu es venue vérifier si j'étais morte ? Pas de chance louploup, je respire encore » Je Je prenais une courte pause avant d'ajouter d'une voix forte. « J'ai survécu à ta putain de malédiction. » Je baissais lentement ma baguette. La vérité c'est que j'avais survécu jusqu'ici. La suite personne ne pouvait en être certain. Je reculais de quelque pas lorsque je perdis l'équilibre et que je m'écroula sur le sol. Mon visage embrassa la neige froide. J'avais envie de rester là. Je ne pouvais plus endurer cette chaleur constante. J'avais envie de mourir de froid.

Made by Neon Demon



I knew someone was watching me the whole time.  


Spoiler:
 

Parchemin envoyé Jeu 9 Mar - 11:26

avatar
avatar
profil
Je suis : dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 263 hiboux. J’incarne : Sebastian Hot Stan , et l’avatar que je porte a été créé par : © blue comet . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.M. - D.M. - L.G. - Z.S. Je parle en : #993340



Je suis âgé de : trente et un ans (03.03.1960) , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Fugitif, Tatoueur Magique à la sauvette, jusqu'à la reprise de Poudlard, il avait un salon à Pré-Au-lard, sans doute détruit par les mangemorts désormais. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire, au coeur tourmenté par les femmes Champ Libre :

Père du bâtard de Roisin Grimstone, Ashlynn, est l'aîné d'un triplage : Oriana et Marek. Oriana est morte à la Purge, et une née moldue a pris sa place. Marek est mort en 1991 de la main de Drefer Rackharrow.

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


"Dances with wolves"
JEMIMA YAXLEY & PIETRO LUPIN

Avait-il de quoi sourire alors que la sorcière était en proie à de terribles hallucinations, à la fièvre ? C’était sa survie qu’elle engageait rien qu’en suivant la trace qu’il avait laissée pour l’attirer à l’extérieur. Il sourit, parce qu’il comprend bien que malgré ses airs de sang pur ravageurs, on est tous égaux devant la souffrance, il avait ressenti le double de ce qu’elle ressentait, car il avait subi une transformation complète, elle ne serait à jamais que la moitié. Une moitié de loup, c’était préférable pour une femme, Charles, son grand-père, devait se retourner dans sa tombe d’avoir fait de son petit-fils une personne sans gênes qui ne respectait même pas cette règle de ne pas transformer les femmes. Havre de paix pour les loups, on devait les tenir éloignées de toute cette brutalité, de tout ce sang, mais si elle voulait ne serait-ce être que son égal dans sa course, c’était une solution viable. Un lien invisible entre le créateur et la création, quelque chose de mystique qu’il ne parvenait lui-même pas à expliquer. Mais elle ne dit rien la demoiselle, rien du tout, juste des gestes qu’il sait interpréter comme il a les mêmes réactions excessives, ils se ressemblaient, sauf qu’ils étaient différents. Un semi-impur, une pure. Chose étrange quand on y pense, mais il l’avait entrainé dans sa chute, et il en était fier, le provoquer, c’était peu facile. Baguette dans sa direction, elle n’en ferait rien, elle n’en ferait rien, car elle mûrissait cette vengeance depuis son lit, elle y pensait chaque instant et qu’il vienne, c’était trop facile pour elle. Alors, elle n’en ferait rien.

Pourtant, elle se retourne vers lui, dans un éclair de cheveux blonds, il a ce sourire narquois sur le visage alors qu’elle tente de serrer sa gorge, de quoi laisser quelques traces, mais ne pas manquer d’air, il pourrait en rire, elle le détestait. Il comprenait ça, et ça l’amusait plus qu’il ne devrait être amusé. « Sweetie, sweetie, sweetie... » Ce rire amusé sort de ses lèvres alors, il ne le retient plus. Elle est donc si souffrante pour croire qu’il venait s’amuser de leur proximité ? « Quand sommes-nous devenus si familiers ? » « Depuis que ma malédiction coules dans tes veines » rend-il dans le creux de son oreille ? C‘était sa malédiction, et le lien n’avait pas besoin de plus pour les rendre plus proche l’un de l’autre. Pourtant, sa baguette vient se poser sous le menton du loup, alors qu’elle ne dit rien, il pourrait lui murmurer : vas-y, mais il sait par son regard de dégout qu’elle a d’autres choses en tête. « Tu es venue vérifier si j'étais morte. Pas de chance loulou, je respire encore » il sourit, elle était véritablement à côté de la plaque cette sang pur, pourquoi le monde devrait-il tourner autour de sa simple survie ? Il s’en fichait de sa mort de sa survie, il ne l’avait pas plus profondément mordu pour ne pas la tuer, le jeu du chat et de la souris, il l’avait initié le premier. « J'ai survécu à ta putain de malédiction. » Il lève les yeux au ciel, elle pourrait parler aussi fort qu’elle le voulait, qu’il ajoute simplement. « Bravo. » Froid et désintéressé. Il se fichait qu’elle ait réussi à survivre à ce moment-là.

Pourtant, elle recule de quelques pas, s’écroulant dans la neige, alors qu’il la regarde là, les mains dans les poches, c’est lui qui sort sa baguette cette fois. S’accroupissant pour la retourner sur le dos, pointant sa baguette sur le creux de ses seins, juste sur le cœur. « Je me fous de ta survie. » Le ton est unanime. Il s’en foutait tout simplement. « Arrête de croire que mon monde tourne autour de ça, c’est purement ridicule et risible, si tu te crois importante pour quelqu’un va dans un cimetière, les tombes de tes fiancés seront sans doute plus chaleureuses que moi au sujet de ton importance. » Il n’avait pas envie de la rendre importante, juste envie de s’amuser. Mais tuer par erreur, deux de ses fiancés étaient agréablement surprenants. Il enfonce le bout de sa baguette dans sa chaire, laissant sans doute un bleu à cet endroit dans quelques jours. « Si tu restes en vie, c’est simplement pour que je tue le temps. » Il sourit de toutes ses dents. Puis ne l’aide pas à se relever. Si elle restait dans la neige, elle mourrait sans doute de froid, même si avec la fièvre, elle était sans doute mieux ainsi. « Tu pourrais crever ici, si je te laisse là. J’en ai l’attention. A ton avis combien de temps faudrait-il à tes amies pour qu’elle te trouve là, agonisante, après tous les efforts qu’elles ont faits pour ta garder en vie ? »


lost the humain control
There is some kind of a sweet innocence in being human- in not having to be just happy or just sad- in the nature of being able to be both broken and whole, at the same time.  #993340 › © alaska.  

Parchemin envoyé Sam 12 Aoû - 21:05

avatar
avatar
profil
Je suis : -littlefoot- , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 01/07/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 431 hiboux. J’incarne : mathilda bernmark , et l’avatar que je porte a été créé par : kiri . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Dahlia Forest & Adeline Lovegood Je parle en : #669999



Je suis âgé de : 27 bougies , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Langue de plomb J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Deux fiancé mort à mon actif, je porte malheur... enfin, c'est ce qu'on dit. Champ Libre : .
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Dances with wolves
Pietro & Jemima
[Fin novembre 1990] There is no such thing as liberty. You only change one sort of domination for another. All we can do is to choose our master -D.H Lawrence

Il me retourna sur le dos et je me laissais faire en silence. J'avais toujours été une militante ! Depuis que j'avais rejoint les rangs des mangemorts, pas un jour ne s'était passé sans que je trouve un moyen pour faire avancer notre cause. Je faisais face a un sorcier soupçonner de faire partie de l'ordre du phénix et je ne bougeais pas le petit doigt ? Cela ne me ressemblait pas. Il écrasa le bout de sa baguette contre mon coeur et j'avançais légèrement ma poitrine contre cette dernière. Je n'avais pas peur de mourir. Je découvrais avec surprise que ma survit ne signifiait rien pour lui. Je n'étais pas certaine de comprendre, mais je choisissais d'afficher un visage neutre. Je ne comprenais pas ce qu'il attendait. « Arrête de croire que mon monde tourne autour de ça, c’est purement ridicule et risible, si tu te crois importante pour quelqu’un va dans un cimetière, les tombes de tes fiancés seront sans doute plus chaleureuses que moi au sujet de ton importance. » J'avais envie de rire. C'est probablement le dernier endroit au monde où j'avais envie de me retrouver. Le premier fiancé avait été un parfait inconnu et je n'avais pas eu la chance d'apprendre à le connaître. Pas d'attache, pas de chagrin. La mort du deuxième m'avait un peu plus touché puisque j'avais passé quelques mois en sa compagnie. Mes fiançailles avec ce dernier avaient été annoncé quelques mois avant sa mort. Je m'étais pavaner à son bras un bon nombre de fois et j'avais eu tous le temps d'apprendre à le connaître. Je n'irais pas jusqu'à dire que l'amour avait été au rendez-vous, mais une relation amicale avait pointé le bout de son nez. Je me semblait terriblement coupable et je n'avais pas trouvé le courage de visiter sa tombe. C'est donc le dernier endroit où j'allais chercher du réconfort. Je ne croyais pas que le monde du Lupin tournait autour de mon existence ou de ma mort, mais tout me laissait à croire qu'il faisait partie du groupe qui voulait éliminer les mangemorts et le gouvernement qui était en place. Hors, j'étais un membre de ce groupe. La logique voulait qu'il cherche à m'éliminer, non ? Il enfonçait sa baguette dans ma peau. Si jusqu'ici je n'étais pas certaine si je faisais face à des hallucination, la douleur sous ma poitrine me remit les pendules à l'heure. Il était bien là. Il avouait que s'il m'avait gardé en vie jusqu'à maintenant c'est par qu'il tuait le temps. Je me gardait bien de lui répondre. Il ne devait pas avoir grand chose à faire de ses journées si son passe temps favoris c'était de venir me mettre des bâtons dans les roues. « Tu pourrais crever ici, si je te laisse là. J’en ai l’attention. A ton avis combien de temps faudrait-il à tes amies pour qu’elle te trouve là, agonisante, après tous les efforts qu’elles ont faits pour te garder en vie ? » La pression sous ma poitrine disparaissait et j'éclatais de rire en le regardant s'éloigner. Jusqu'ici j'avais été silencieuse, mais je ne pouvais m'en empêché. Ce n'est probablement pas la réaction qu'il attendait, mais je n'allais tout de même pas lui donner tout ce qu'il voulait. Cordélia et la Lestrange avaient fait tout leurs possible pour me garder en vie et je leurs en était éternellement reconnaissance. La vérité c'est que si cette fièvre ne me tuait pas et que cette histoire de demi-loup sortait au grand jour, eh bien, c'est probablement ma famille qui allait avoir ma peau. La pureté du sang c'était tout pour eux. Ils étaient prêts à tuer leurs enfants parce qu'ils étaient née cracmol ! Je n'osais pas imaginer le sort qu'on allait me réserver. « Quelques heures ? Une journée ? Qu'est-ce que j'en ai à foutre ! » Je n'allais tout de même pas lui faire des confidences. Résiliente, je me relevait de peine et de misère, mais je me relevait ! La neige froide avait donné une courte pause à ma fièvre et pour une fois depuis des semaines j'arrivais à avoir les idées claires. Je serrais ma main autour de ma baguette jusqu'à en blanchir mes jointures, mais je ne la pointais pas dans la direction du Lupin. « Lupin, si je ne me trompe pas c'est une grande famille. » Je retirais mon manteau de fourrure et je le laissais tomber à mes pieds. Il m'était impossible de bouger rapidement avec ce tissu épais et je voulais être en pleine possession de mes moyens, enfin, ce qu'il en restait avec cette fièvre qui me collait à la peau. Je fermais les yeux un instant et je me prenais le temps d'apprécier le vent froid qui avait un effet de brise. La rage d'avoir perdue mon effet de surprise commençait à s'estomper et je retrouvais mon caractère habituelle. J'avais envie de jouer ! « Jaina lupin... » Je prenais une courte pause et je lui adressait un sourire carnassier. « C'est ta soeur ou ta cousine ? » Jaina était ma plus grande ennemie et il n'y a que récemment que j'avais appris son nom de famille. Il fallait croire que tout les Lupin étaient détestable ! « Je pourrais toujours lui refaire le portrait et l'envoyer six pied sous terre. Ce serait un beau Pay back pour tout le bordel que tu as foutu dans ma vie... » Il avait tâché mon futur et je comptais bien faire de même pour lui. Il avait beau prendre des airs de sorcier sans peur, j'étais certaine qu'il avait un point faible en ce qui concernait sa famille.
Made by Neon Demon



I knew someone was watching me the whole time.  


Spoiler:
 

Parchemin envoyé Dim 13 Aoû - 4:05

avatar
avatar
profil
Je suis : dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 263 hiboux. J’incarne : Sebastian Hot Stan , et l’avatar que je porte a été créé par : © blue comet . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.M. - D.M. - L.G. - Z.S. Je parle en : #993340



Je suis âgé de : trente et un ans (03.03.1960) , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Fugitif, Tatoueur Magique à la sauvette, jusqu'à la reprise de Poudlard, il avait un salon à Pré-Au-lard, sans doute détruit par les mangemorts désormais. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire, au coeur tourmenté par les femmes Champ Libre :

Père du bâtard de Roisin Grimstone, Ashlynn, est l'aîné d'un triplage : Oriana et Marek. Oriana est morte à la Purge, et une née moldue a pris sa place. Marek est mort en 1991 de la main de Drefer Rackharrow.

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


"Dances with wolves"
JEMIMA YAXLEY & PIETRO LUPIN

La neige, elle recommençait à tomber sur eux. Dans la forêt qui servait de sanctuaire à leur échange. Aussi musclé verbalement soit-il. Il s’imagine à penser qu’elle puisse être peu vêtue sous son gros manteau de fourrure. Sale gosse de riche qui a les moyens d’avoir si jeune, un truc que même sa grand-mère n’aura jamais les moyens d’avoir. Il en gerberait si cela était possible. Mais elle est pas disgracieuse. Tant qu’elle est là, il a pas d’autres choses à faire. Poudlard n’est plus une priorité et il fallait se reconstruire après la défaite cuisante que les phénix avaient prise. Pourtant, elle manquait pas de courage à venir ainsi appuyer sa poitrine conte la baguette magique de Pietro. Elle était courageuse et il avait bien choisi sa petite création de la lune. C’était un connard né, mais elle savait déjà lui tenir tête, bien avant la morsure qu’il lui avait infligée sur l’avant-bras. Pourtant, dans un rire fin et délicat, elle répond à sa question, comme si une sorte de pression la libérait ou bien comme si elle riait à la vérité si désastreuse pour elle soit-elle. Elle était debout, elle faisait face. Ce genre de caractère de feu qui avait le don de lui plaire quoiqu’il en dise. « Quelques heures ? Une journée ? Qu'est-ce que j'en ai à foutre ! » Il sourit en coin, la vie était donc quelque chose qu’on perdait facilement chez les mangemorts, en même temps, ils n’avaient aucun scrupule pour la prendre à des gosses innocents, alors perdre sa propre vie quand on est du genre à ôter celle des autres n’est rien. Il ne se recule pas plus Pietro, il n’a pas à avoir peur, il sait bien que la magie est vacillante durant la période où la malédiction prend possession de vous. Il l’a lui-même vécu en bien pire, car lui était devenu une bête. Si bien qu’il ne sait trop pourquoi, elle laisse tomber ce grand manteau à ses pieds, ne dévoilant pas ce que Pietro attendait. « Lupin, si je ne me trompe pas c'est une grande famille. » « On apprends que ça aux bébés sangs-purs ? » Ne manque-t-il pas d’ajouter à son adresse. Lui il n’avait pas que cela à faire de connaître la généalogie de toutes les familles magiques, il avait toujours bossé pour gagner sa croûte et celle de sa famille. Alors qu’il a été longtemps le seul revenu d’une maison de quatre personnes. Il a u mal à saisir le sens de sa question, mais qu’importe-t-il sans fou.

Les yeux fermés, elle prononce simplement un petit. « Jaina Lupin... » Qui lui fait retrousser le nez. Que savait-elle de Jay ou encore du reste de la famille. Mais sans le vouloir, elle avait donné un des noms les plus importants pour lui. Jay, c’était sa cousine, mais son âme sœur avec ces sentiments contre nature, Pietro refusait de la perdre et la surprotégeait quand elle s’évertuait à vouloir être libre et à vouloir être la maman de la meute. Il ne sourit presque plus, alors qu’elle lui adresse elle-même un sourire en ajoutant. « C'est ta soeur ou ta cousine ? » Alors que ses dents réapparaissent toujours plus charmantes. « Peut-être ma femme. » Il ment tout simplement, mais c’était cette satisfaction de voir cette curiosité fausse. Il n’avait pas à répondre à sa question, mais pour lui-même Jaina n’était autre que sa cousine au second degré, la fille de l’un des enfants de son grand-oncle, le frère de son grand-père. « Je pourrais toujours lui refaire le portrait et l'envoyer six pieds sous terre. Ce serait un beau Pay back pour tout le bordel que tu as foutu dans ma vie... » C’est comme ça qu’il se mit à rire, il aurait pu s’en tenir les côtes tant cela était absurde ce qu’elle disait. Connaissait-elle réellement Jaina pour dire des absurdités pareilles ? Il se recule d’un pas, riant toujours à gorge déployée. « Toi ? » dit-il le ton moqueur. « Toi la petite mangemorte, pas même capable d’éviter la morsure du vilain Lupin ? » Il s’agite en tournant autour d’elle baguette toujours pointée dans sa direction. « Toi qui n’aurais peut-être pas survécu à la fièvre si on t’avait laissée seule ? » Il lève les yeux au ciel, nocturne comme de juste alors qu’un rayon de lune éclair leur position. « Oh dear … C’est tellement pitoyable que tu en viennes à t’acharner envers une louve qui te referait plus le portrait que tu ne ferais le sien. » Il avait toujours porté Jay aux nues Pietro. Toujours. Mais là, elle était amusante cette Yaxley, toujours à se croire supérieure. Qu’avait-elle fait de sa vie ? Apprit à faire à manger à tenir une maison, faire des gosses et trouvé un mari arrangeant qui ne la battrait pas ? Sans doute, ça devait être ça.

Alors, il la pousse du bout de sa baguette. Il n’est ni énervé, ni joueur. Il en a assez de cet air supérieur. « Attends. » Dit-il en levant sa baguette vers le ciel. Regardant la lune. Il sourit à son adresse. Il fallait qu’ils soient d’accord sur les règles du jeu tout de suite. Éviter des morts inutiles. Mais Pietro, il savait bien qu’avec une mangemorte, les règles ne seraient jamais fiables ou respectées. Alors, il la regarde de nouveau, baissant sa baguette. « Il serait peut-être plus facile de s’en prendre à moi simplement. » Une proposition simple. Trop simple. « Oh tu ne peux rien me faire, puisque je suis ton créateur. Hormis me blesser pour que je guérisse à la lune suivante, que peux-tu faire ? » Il lance par la suite comme inéluctable. « Rien du tout. » Ainsi, il mettrait fin à ses envies belliqueuses. Les Lupins n’avaient rien en commun, c’était la force de leur éducation qui faisait que leur meute était soudée. Jamais Pietro n’avait été élevé avec Jaina, Drewall, Magnolia, Betty ou Aries. Tous les Lupins s’étaient en majorité connus à Poudlard, fais leurs conneries ensemble, testé ensemble des tonnes de choses. Alors, elle pensait que s’attaquer à un Lupin le briserait alors que durant des années, il avait vécu sans eux. Elle ne se trompait pas, mais elle ne devait pas connaître le profond attachement de Pietro pour sa famille. « Alors, si tu jouais simplement avec moi, on paie plus vite sans passer par des intermédiaires dont la mort ne saurait me faire le moindre mal. » Hypocrite de base. Menteur, plus renard que corbeau, Pietro voulait lui aussi jouer. Mais ils n’avaient que quelques heures avant de définir les règles de leur jeu macabre et sordide où l’un de serait jamais satisfait, où l’un devrait sans doute mourir un jour pour contenter l’autre. Ou bien où l’un devrait être incapable de tuer l’autre pour de tendres raisons, mais aujourd’hui, cette option n’était pas envisageable de la part de l’un ou de l’autre.



lost the humain control
There is some kind of a sweet innocence in being human- in not having to be just happy or just sad- in the nature of being able to be both broken and whole, at the same time.  #993340 › © alaska.  

 

[FB] Dances with wolves (Pietro Lupin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Space wolves VS tyranides
» présentation de Teddy Lupin
» PROFESEUR R J LUPIN
» Remus Lupin (TERMINE)
» « Recherches et thérapie » [Rémus Lupin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Grande Bretagne :: Angleterre :: Habitations-