Partagez | 
So blind and so young ▬ NATHANIEL&ARTEMIS ▬ 20 Septembre 1981

()
Parchemin envoyé Sam 10 Déc - 21:27

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Unexpected
So blind and so young

21 Septembre 1981 – Le parc

L’automne était sa saison préférée. La forêt revêtait sa tenue d’or, les feuilles qui jonchaient sur le sol craquaient sous chacun de ses pas et le monde prenait des airs de grand bal, comme l’un de ceux que son père donnait régulièrement pour entretenir ses relations. La météo encore bien clémente pour cette période de l’année lui offrait l’opportunité de continuer à s’éloigner de ses pairs. Depuis son entrée à Poudlard, elle était quasiment seule. En particulier depuis la grande purge. L’épreuve avait eu des effets très différents sur les uns et les autres et, bien qu’elle ait pu mépriser les sangs de bourbe, les cracmols ou autre étrangeté du genre, elle ne s’était jamais montrée irrespectueuse. Dans l’école à présent, il ne restait plus que les sangs purs ou les sangs mêlés suffisamment riches. Ces derniers faisaient profil bas, conscients de leur chance de pouvoir revenir à l’école de magie, mais elle n’était pas dupe. Dans l’ombre, ils murmuraient. Certains mêmes n’hésitaient pas à s’en prendre aux sangs purs, les considérants comme responsables. Bien sûr, les choses n’étaient que rarement faite en face à face et l’attitude répressive, l’ombre qui s’était étendue sur l’école avait fini de faire taire les quelques voix qui avaient voulu s’élever. Artemis voulait profiter des derniers chauds rayons de l’été. Les cours venaient de se terminer. Ils n’avaient pas terminé trop tard et elle fila vers son dortoir pour récupérer un livre et déposer ses affaires de cours. Marchant dans les couloirs, elle ne faisait pas vraiment attention au monde qui l’entourait.

Observant les livres dans sa malle, elle observa la fenêtre qui donnait sur le lac. Souvent, ils n’y voyaient pas grand-chose et pourtant, Artemis avait le réflexe de jeter un coup d’œil. Le fond humide des cachots n’était pas vraiment un endroit agréable. C’était bien pour cela qu’elle redoutait l’hiver : le feu de la cheminée seul de la salle commune permettait de trouver un relatif confort. Il lui fallait alors traverser les couloirs froids du château. Le monument avait beau être magnifique, il était, comme toutes les vieilles pierres, difficile à chauffer uniformément. Mais en cette belle fin de saison, seule la tristesse des murs gris des sous-sols semblèrent influer sur son humeur. Les tentures brodées de vert et d’argent rappelaient sa maison. Souvent, elle se demandait pourquoi elle n’était pas allée à Serdaigle. Cette maison lui aurait bien convenu mais manifestement elle avait développé sans le savoir un talent pour mentir. Oui, elle devait bien le reconnaître. Jouer la neutralité n’était pas forcément simple.

Ici elle se sentait tellement mieux. Son livre de cours calé dans ses bras, elle reprit son chemin, en quête du parc. Pour cela, elle emprunta le dédale de couloir, sans jeter un seul regard aux autres élèves. Elle ignorait même ce qu’ils pouvaient penser d’elle et au fond, peu lui importait. Le matin, elle se levait, allait à la grande salle, prenait son petit déjeuner en lisant… Elle faisait quasiment tout en lisant. Non, elle ne passait pas son temps à faire des faces à ses petits camarades, oui, il lui arrivait parfois de les subir. Dans ces moments-là, elle haussait un sourcil dédaigneux, réparer les dégâts. En apparence, c’était comme si elle n’était pas touchée. Mais au fond, elle brûlait de colère et voulait tellement leur faire mordre la poussière… On la prenait sûrement pour un « Bookworm », une fille peu intéressante. Et puis, de temps à autre, elle levait le nez d’un livre et savait placer une pique qui ferait rire. Brefs moments de communion avant qu’elle ne se replie dans sa coquille. Les amis n’existaient pas. L’amour, mieux valait ne pas compter dessus. Elle devait rester dans les lignes, en particulier à cause de son frère. Ce dernier avait pris une bien mauvaise tournure, il embrassait totalement la cause de Voldemort. C’était un sujet fréquent de dispute entre le patriarche et le fils. Parfois il l’effrayait. Elle n’avait personne sur qui compter. C’était une ombre qui vivait dans des murs et qui se réfugiait dans la lecture pour apprendre. Apprendre, c’était savoir. Savoir, c’était le pouvoir. La pensée de son père était bien ancrée en elle et si elle n’aimait pas la politique et ne faisait que des sourires polis, elle était bien consciente de naviguer dans un monde d’hypocrisie.

Réfléchissant aux prochains examens, elle passa devant la Grande Salle. Elle entendit quelques conversations. Certains devaient travailler sur des devoirs communs. Bifurquant à droite pour se rendre dans le hall, elle passa les portes et descendit les marches. Elle avait ses habitudes alors elle se dirigea vers un vieux chêne mais vit que d’autres personnes y étaient déjà installées. Contrariée, elle observa autour d’elle pour voir quelle autre emplacement pouvait lui convenir.
Parchemin envoyé Sam 10 Déc - 23:23

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 353 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Morrigan - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone Russe globetrotter Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Fill your heart with a glimpse
of trust

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE

21 septembre 1981.

Il compte les jours depuis qu’elle est partie. Charlotte, ou plutôt celle qui se fait dorénavant appelée Leona, a tendance à l’éviter pour le moment, comme si elle craignait qu’il ne l’inonde de reproches et de colère. Juste parce que sa véritable sœur jumelle s’est dénoncée aux mangemorts à la place de sa meilleure amie née moldue. Pour la protéger. C’est un acte courageux et bourré d’amour qu’elle a commis, preuve que Leona méritait bien sa place au sein de Gryffondor. Qu’aurait fait Nathaniel à sa place ? Il n’en sait rien, ne s’est même pas posé la question, toujours perdu dans une sorte de bulle, comme incapable de respirer et de remplir à nouveau ses poumons d’air. L’automne commence à peine à se faire sentir et bien que les rayons du soleil soient encore présents, l’air se rafraîchit à vue d’œil, il le sent dans la fraîcheur qui vient de temps à autre fouetter gentiment son visage, comme pour le maintenir éveillé dans une réalité bien trop dure pour un début d’année. Les quelques courriers de ses parents n’ont pas aidé à le rassurer quant à leur avenir, et il sent les regards incessants posés sur lui, les suspicions incessantes qui se murmurent à entre chaque mur de l’école. Un Trelawney. Une morte officiellement. Sybille sa sœur aînée, pour avoir prédit qu’un enfant sonnerait la fin du Seigneur des Ténèbres. Morte devant une assemblée de mangemorts, assassinée par Voldemort à titre d’exemple, et maintenant… Maintenant sa famille au grand complet, non sans moins être traitée de fous, était sous constante surveillance, le Lord lui-même soupçonnant que l’un des enfants restant est, ou serait tôt ou tard un voyant dont il pourrait se servir. Heureusement pour le jeune sorcier, en étant à Serpentard il parvient plus ou moins à passer entre les mailles du filet, du moins pour le moment on ne s’intéresse pas plus à lui que ça. Tout n’est que rumeurs et ragots à propos de sa sœur aînée assassinée que l’on considère comme une véritable cinglée. La voyance est vue comme une tare des plus odieuses, alors il évite d’y faire référence, fait croire qu’il est bien plus intéressé par les potions que pour l’art de la divination, les boules de cristal et les tasses de thé. Il a d’ailleurs le nez fourré dans son manuel, assis contre le large tronc du vieux chêne lorsqu’il aperçoit une silhouette déjà croisée en salle commune. Une sang pur. Il ne lui a jamais encore adressé la parole, pourrait ne pas le faire mais il se trouve qu’aujourd’hui est un jour sans et qu’il a besoin de passer ses nerfs. De se changer les idées, et il a déjà remarqué combien elle pouvait être solitaire. Même lui qui n’était pas foncièrement apprécié, avait tout de même quelques amis et fréquentait à l’époque quelques gryffondor dont faisait partie sa jumelle.

Personne ne sait qu’elle est morte et il ne peut en parler à personne sauf aux membres de sa famille et à Charlotte, qui reste aux abonnés absentes. Voudrait-il seulement en parler ? En est-il seulement capable en fin de compte ? Soudainement assailli par les images du corps froid de sa sœur, Nathaniel referme son livre d’un coup sec, s’éloigne de ses deux amis, tous deux sangs-mêlés également et se dirige d’un pas franc en direction du lac qui se trouve bien plus loin. Il sait qu’il n’y parviendra pas et bifurquera avant, reprenant le chemin des couloirs de l’école, mais c’est sans compter sur la présence d’Artemis dont il ne connait que le nom de famille. Il a juste assez d’informations pour savoir qu’elle est du sang considéré comme le plus pur. Le sang. Tous ces meurtres et ces massacres juste pour une histoire de sang et de pouvoir. Il pourrait vomir. Intérieurement, ça le rend fou. Quelle ironie, ce ne serait dont pas la voyance qui le rendrait dingue, mais bel et bien l’injustice. Non, vraiment, encore aujourd’hui il ne comprend pas pourquoi le Choixpeau l’a envoyé dans cette maison aux couleurs vertes et argentées.

Il arrive au niveau de la jeune sorcière et la toise.

« La place est libre. De toute façon tu aurais bien fini par la quémander. Vous ne savez que prendre, vous, les sangs-pur. »

Tel le serpent, Nathaniel vient de cracher son venin. Il n’est pas du genre à se montrer aussi direct, mais ce n’est pas un bon jour et il a beaucoup trop ressassé toutes ces histoires de Purge et d’omniprésence noire pour qu’il en soit autrement. Artemis n’est qu’un dommage collatéral, plus jeune que lui d’une année, si cela n’avait pas été elle ça aurait probablement été quelqu’un d’autre. Il a tant de questions qu’il voudrait poser, mais le faire reviendrait à prendre un risque. Crier à voix haute ses interrogations en remettant en cause la suprématie du sang-pur serait malvenu, surtout après ce qui était arrivé aux siens. Et surtout parce que son propre père ne le cautionnerait pas, lui qui, pour protéger les siens a préféré se séparer de son allégeance à l’Ordre du Phoenix. C’est une chose que Nate ne comprend pas mais il n’est pas en âge de dire quoi que ce soit, juste en pleine adolescence et il a perdu la part la plus importante de son âme. Bien sûr, la perte de Sybille lui a également fait mal, mais des deux, c’est bien la perte de Leona qui est la plus terrible et qui résonne au fond de son cœur empli de vide, de colère et de tristesse. Alors si tel en a décidé le Choixpeau, s’il est supposé être un Serpentard comme tous ces sorciers odieux qui vont un jour prôner la gloire de Voldemort, alors soit, aujourd’hui, il va se comporter en bon élève arrogant. De sang-mêlé peut-être, mais pas moins qu’un autre, pas moins que l’un d’eux, et certainement pas moins que celle qui lui fait encore face et qu’il fixe de ses prunelles d’un bleu perçant.



WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Dim 11 Déc - 12:46

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Unexpected
So blind and so young

Artemis observa les environs. L’école était un havre de paix. Ici, elle n’avait pas à craindre les manigances de son père pour lui contracter un mariage. Elle soupçonnait qu’il commençait doucement à y réfléchir, après tout, elle aurait terminé ses études d’ici trois ans. Il était du genre prévenant et il ne laissait rien au hasard alors… Elle soupira. Rester solitaire était le meilleur moyen de ne pas souffrir. Comme beaucoup, sa fratrie n’était pas vraiment des plus unies. La différence d’âge entre elle et son frère aîné ne leur avait pas permis de partager beaucoup de choses ensemble et maintenant qu’il faisait sa vie par lui-même, elle n’avait plus aucun contact avec lui. Parfois, ce constat l’affectait. Parfois, elle acceptait le fait qu’ils puissent simplement être des étrangers l’un pour l’autre. En arrivant près du chêne où elle a ses habitudes, elle s’aperçut que la place était occupée. Par un autre élève de Serpentard, Nathaniel Trelawney. Le nom de famille soulevait beaucoup de questions…

Artemis savait pour le décès de cette sœur au don de voyance. Et il avait une autre sœur à l’école mais dans la maison rivale de Gryffondor. Enfin, cette compétition ne s’exprimait que peu pour le moment. C’était comme si l’ensemble de l’école était anesthésiée. En revanche, elle ne prêtait pas trop attention à ces regards que l’on pouvait poser sur lui. Elle ne prêtait déjà pas attention à ceux que l’on posait sur elle alors… Un peu contrariée, elle fit demi-tour pour trouver un autre endroit. Les rayons du soleil étaient encore si doux qu’elle préférait un coin ombragé. Elle ne pouvait pas aller vers le lac, ni vers la forêt interdite. Encore moins vers le saule cogneur. En revenant vers l’entrée, elle vit justement des élèves libérer une place le long d’un mur du château. Cela conviendrait, elle serait suffisamment tranquille pour étudier. Elle avança sans prêter attention aux personnes qui la doublaient. Elle s’installa et venait tout juste d’ouvrir son livre quand une ombre sur la page lui indiqua que quelqu’un lui faisait face. La phrase claqua à ses oreilles. Artemis ne comprit pas. Pourquoi était-elle visée ? Elle leva la tête et reconnut un de ceux qui avaient occupé la place qu’elle avait eu l’intention de prendre au départ. Il était injuste. La colère se refléta dans son regard. « C’est certainement ce que j’ai fait pour venir ici… ». Déjà, Monsieur prendrait conscience que sa pique assassine était des plus malvenues. Artemis, on ne pouvait pas dire qu’elle était mauvaise. Elle n’était pas de ces pestes qui prenaient un malin plaisir à se moquer des autres. C’était certainement pour cette raison que la plupart du temps on la prenait pour une faible créature. C’était une illusion. S’il fallait sortir les crocs, elle pouvait se révéler être la pire des vipères. « La prochaine fois, avant d’agresser les gens, essaie de te renseigner. Je suis peut-être une sang pur mais cela ne veut pas dire que je cautionne ce qu’il se passe et je ne suis peut-être pas la personne à qui il faut dire ce genre de choses. Abruti. »

La colère l’avait submergée et pour le coup, elle le regarda avec mépris. Il n’était qu’un idiot. Elle se releva, tant pis. Elle ne pourrait manifestement pas étudier tranquillement. Soit. Elle rentrerait donc se trouver un autre coin au château. Elle avança donc sans plus le regarder et repassa dans le hall avant de reprendre les escaliers menant aux cachots. Elle fulminait littéralement. Voilà comment on pouvait arriver à des situations aussi aberrantes et entretenir la haine. Elle comprenait maintenant pourquoi avec de tels comportements les sang-purs pouvaient mépriser ces sangs mêlés si arrogants. S’il pensait se rendre plus fort de cette manière, il était vraiment idiot. Après tout, il ne savait rien d’elle. Si jamais sa famille avait su la convaincre qu’il fallait suivre la voie des mangemorts, il aurait signé son arrêt de mort. S’en rendait-il seulement compte ? Manifestement pas.

Peut-être qu’il la suivrait, peut-être pas. De toute façon, elle ne l’écouterait même plus. Il avait perdu tout intérêt à ses yeux. C’était dans son esprit un idiot qui se pensait charmant ou populaire. Elle le classait dans la même catégorie que ces personnes entourées de plein de faux amis. Pour sa part, elle ne jouait pas à ce jeu là. Dans son monde, la sincérité n’existait pas. Elle se demandait même si ses parents l’aimaient vraiment ou si elle n’était qu’un moyen pour eux de mieux jouer leur partie d’échecs. C’était une triste vérité mais il était plus facile de vivre sans se poser de questions, aveuglément.



Parchemin envoyé Dim 11 Déc - 22:15

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 353 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Morrigan - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone Russe globetrotter Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Fill your heart with a glimpse
of trust

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE

Il n’est pas de ceux qui se montrent odieux, Nathaniel. Il n’est pas de ceux qui se prennent pour le centre du monde et la plus belle des merveilles, Nathaniel. Il n’est définitivement pas de ceux qui, avec arrogance et nonchalance se complaisent à rabaisser les autres plus bas que terre. Pourtant, aujourd’hui, dans ses yeux d’un bleu froid qui scrutent les prunelles claires de sa camarade de maison, il n’y a pas trace de cette bonté qui lui fait foi en dehors du temps. Sang-mêlé peut-être, il l’est Nathaniel, mais les histoires de sang, ça, il n’y a jamais accordé une seule importance alors pourquoi maintenant ? Pourquoi cet air mauvais est-il collé sur son faciès ? Pourquoi la colère, seule traitresse, circule-t-elle au creux de ses veines ? Les remarques acerbes et assassines ne sont pas dans ses habitudes, mais Artemis ne peut le savoir car tous deux ne se connaissent pas et ne se sont jamais adressé la parole. Si elle n’avait pas été là, il s’en serait pris à une autre, mais aujourd’hui c’est à elle qu’il se heurte, elle qui pourtant, venait de trouver une place à l’opposé du vieux chêne, ne demandant strictement rien à personne. Le jeune sorcier entend le son de sa propre voix résonner entre eux deux et les mots être aussi horribles que s’il avait voulu enfoncer un pieu. Ce n’est pas lui, dans le ton qu’il emploie, ce n’est pas lui et il le sait. Mais les mots sont partis bien plus vite qu’il ne l’aurait pensé et il n’y avait plus de marche arrière possible. Quelle malchance de tomber sur une serpentard studieuse qui avait également de la répartie. Par la barbe de merlin, sa réflexion, il ne l’a pas vu venir !

Pour ne pas se voiler la face et aller au bout de son avis, il la toise avec autant de colère qu’elle peut le croiser, fronçant d’ailleurs les sourcils davantage tout en écoutant la suite de sa phrase. Abruti. L’insulte s’envole dans les airs tandis qu’elle remballe ses affaires et se dirige dans les couloirs de l’école. Abruti ?

« Abruti… » qu’il marmonne pour lui-même, livre de potion sous le bras en se dirigeant à sa suite puisqu’elle ne lui a même pas laissé le temps de répondre.

En soi, la brune n’a pas tort, il sait qu’elle a raison et qu’il s’est montré tel un véritable idiot. Mais comme tout homme en devenir il ne l’avouera pas, par fierté, mais également pour ne pas se laisser démonter. Après tout, il est déjà bien compliqué d’être un sang-mêlé en ces lieux dorénavant, alors se laisser marcher dessus par une fille de surcroit. Hors de question. Artemis a beau avoir été mal jugée par ses bons soins et sous-estimée, il n’en demeure pas moins qu’elle aussi fait fausse route sur son compte, quand bien même elle ne partage pas ses préjugés sur son compte à voix haute. Nate aurait pu être un brin vexé par ses paroles, mais il ne compte pas s’arrêter là, pour preuve, un fin sourire vient étirer ses traits malgré une journée bien maussade, puis il s’élance à sa suite et virevolte dans les couloirs à l’image de sa robe de sorcier qui arbore les couleurs si fidèles à leur maison. S’ils ont bien un point commun, c’est celui-là. Ils sont supposés partager les mêmes valeurs. Plus ou moins.

« Hé Grimstone ! »

Il l’interpelle au beau milieu du couloir et parvient finalement à sa hauteur, la surplombant d’une tête et il n’avait pas encore fini de grandir.

« Quel genre de sorciers tu mets dans le panier des Abrutis au juste… Ca m’intéresse. Car si je me suis mépris sur ton compte, je crois qu’il y a eu maldonne des deux côtés. »

Un nouveau sourire vient finalement étirer ses traits tandis qu’il avance à reculons pour être en capacité de la regarder dans les yeux. Bien sûr, dans la vitesse, il s’assure de temps à autre par quelques coups d’œil qu’il ne va pas renverser un autre élève ou encore se prendre un mur. Ils ont l’air de retourner vers les cachots, à leur salle commune. Il ne pensait pas qu’elle aurait fui si vite avec autant de répartie.

« Et dire que certains osent penser que tu es une fleur fragile… »

A bien y réfléchir, il fait le paon Nathaniel. Plus ou moins, cela reste à voir. Lui-même ne sait pas trop à quel jeu il joue mais une chose est sûre il ne lâchera pas l’affaire. Se remettant à avancer correctement, il ne la quitte pas d’une semelle.

« En quoi est-ce que ton point de vue sur le sang est différent des autres ? Je veux dire, pourquoi est-ce que tu ne suivrais pas la majorité de ce que pensent les gens ? »

Les questions s’enchainent et il la suit jusque dans les escaliers, descend les marches avec une rapidité déconcertante, et si ses paroles se font arrogance, rien dans son attitude extérieure ne le laisse supposer. Pour le coup, ce sont de véritables questions qu’il pose, même si l’envie de l’agacer est le but premier de sa tentative.

Non, aujourd’hui n’est pas un bon jour mais il a bien décidé de le rendre légèrement ensoleillé par quelque façon que ce soit. Jouer au petit con peut s’avérer amusant, au fond.



WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Dim 11 Déc - 22:58

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Unexpected
So blind and so young

Artemis s’était faite agressée. Elle ne comprenait pas pourquoi ce 5ème année s’en prenait à elle. Oui, elle avait été un peu déçue de ne pas trouver sa place favorite libre mais elle ne s’était pas imposée. Elle n’avait rien dire et rebroussé chemin, cherchant un coin où elle ne dérangerait personne. Elles faisaient bien la paire, elle et sa cousine. Le destin était vraiment drôle : Sissi parlait fourchelangue mais avait atterri à Serdaigle. Et elle, qui aimait étudier, finissait à Serpentard. Le Choixpeau devait vraiment devenir sénile avec le temps, il n’y avait pas d’autres explications. Et ce... Rustre qui venait l’accuser de crimes qu’elle n’avait ni cautionné ni encouragé la mettait dans une colère noire. Il ne connaissait rien aux Grimstone. Sissi était celle que l’on pouvait accuser mais son père était publiquement neutre. Ils ne prenaient pas partis, tirant avantage de chaque partis. Et elle en faisait de même : elle parlait à tout le monde, ou plutôt, à personne. Rien ne servait de s’attacher, ce serait des larmes, du chagrin. Le trouvant injuste, la jeune fille siffle ses paroles, essayant de lui faire comprendre que s’il la prenait pour une fille aussi mauvaise, peut-être ne devrait-il pas venir l’agresser. Mais il est trop tard, le mal était fait. Se redressant pour lui faire face, elle lui rappela à quel point sa prise de risque ne valait pas mieux que celle d’un homme faisant une parade nuptiale face à une créature gigantesque qui pouvait l’écraser d’une patte et le traita d’abruti. Le mot avait certainement dépassé sa propre pensée et pourtant elle l’assuma. Un peu. Elle ramassa ses affaires et prit la fuite. C’était une technique toute serpentine après tout. Elle n’avait pas le courage des gryffons. Elle n’avait pas l’intention de pousser plus loin la conversation, malheureusement, lui n’était pas du même avis.

Elle avança dans le hall et prit les escaliers pour rejoindre sa salle commune, voire son dortoir, lieu interdit à tout mâle humanoïde, l’école ne cautionnant pas des relations sexuelles entre les élèves, elle avait selon son propre avis bien cerné le personnage. Il était de mauvaise humeur et agressait gratuitement les gens. Son nom fut prononcé dans son dos mais Artemis ne ralentit pas. Elle marchait la tête haute, avec toute la grâce requise par la pureté de son sang. Elle avait de l’éducation et des manières, chose dont certain semblait manquer dans le coin. Elle fut également surprise qu’il connaisse son nom. Elle qui se faisait discrète... Elle voit le regard des autres élèves, curieux, alors qu’il l’interpellait dans le couloir. « Maldonne des deux côtés ? » Elle rit jaune. « Wow. » Elle avança de quelques pas alors qu’il venait lui faire face. Mais Artemis ne voulait pas pousser la discussion plus loin. Enfin, jusqu’à voir ce sourire. Il la cherchait clairement. Et le pire, c’était qu’il la trouvait. « Pourquoi tu veux absolument parler de genre ? C’est totalement idiot ! Donc si je dois répondre à ta question, je dirai que tout sorcier balançant des âneries ou les propageant est un abruti. Ce qui confirme ton classement dans cette catégorie. » Forçant un sourire, elle continuait d’avancer alors qu’il reculait. Si seulement elle pouvait lui mettre son poing au milieu de la figure ! Elle bouillonnait littéralement. Ses yeux lançaient des éclairs même si son attitude restait droite et fière. « Et dire que certains osent penser que tu es une fleur fragile… » La phrase résonne à ses oreilles. What ? Déstabilisée, Artemis rompit le contact visuel. « Je me fiche de ce que pense les autres. » Mais la carapace se fissurait doucement. Il venait de toucher juste. Il l’ignorait mais cette solitude lui pesait parfois. Elle les enviait parfois. Elle avait presque murmuré sa réponse.

Inspirant profondément, elle espérait que la discussion aurait pris fin. Il les donnait en spectacle. Génial. Elle qui détestait les rumeurs. Si jamais cela parvenait aux oreilles de son père... Elle déglutit alors qu’il reprenait la charge. « Parce que si la majorité des gens sont des moutons, je dois en être un moi-même ? Je suis capable de penser par moi-même et de me faire mes propres avis. Ce n’est pas parce qu’une caste ou une partie de ma famille cautionne ce qu’il se passe que j’en fais autant. J’ai connu cette école avant et je dois dire que les abrutis peuvent être de sang mêlé, de sang pur, qu’importe. Je n’ai pas la prétention d’avoir le seul point de vue qui vaille, peut-être même que je me trompe à te regarder. Mais des idées différentes ne justifient pas des morts. Satisfait ? »

Elle énonça le mot de passe ouvrant le passage pour aller vers le dortoir des filles. Il ne pourrait pas la suivre mais il pouvait encore lui barrer le passage. Il avait le cerveau d’un scrout à pétard. Pffff.



Parchemin envoyé Ven 16 Déc - 21:53

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 353 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Morrigan - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone Russe globetrotter Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Fill your heart with a glimpse
of trust

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE

Le Choixpeau a ses raisons que la raison ignore. Il est d’avis que l’on peut clairement en parler ainsi, car s’il savait que même sa camarade, qu’il est en train d’enquiquiner comme s’il n’était qu’une vulgaire beuglante, pensait également avoir été envoyée dans la mauvaise maison, Nathaniel ne se serait peut-être pas montré aussi froid qu’un stade de Quidditch vide en plein hiver. Malheureusement pour lui, quoi qu’il fasse, il est trop tard à présent pour reculer, c’est d’ailleurs pour cette simple et bonne raison qu’il se décide à la suivre, bien résolu à ne pas en rester là. Absolument pas. Être traité d’abruti, il l’a sans doute mérité, mais il est véritablement curieux de connaître son avis sur la question. Pourquoi est-ce qu’il tient tant à suivre une Grimstone plus jeune de lui d’une année ? Au fond, il n’en sait strictement rien, ça aurait pu être n’importe qui, en dehors d’une curiosité quelque peu particulière, le jeune voyant ne sait pas ce qui lui prend. La colère et la rancœur fait parfois faire de drôles de choses, ou bien est-ce simplement dans son caractère, de se montrer… Têtu. Une véritable tête de mule quand il s’y met. Têtu comme un hyppogriffe. Et encore, même eux sont certainement plus charmants que lui en cette journée d’automne.

Sang-mêlé, Trelawney de surcroit, il est évident qu’il n’a pas la grâce d’une Grimstone contrariée qui fuit lentement mais sûrement vers leur salle commune. La rattrapant en plusieurs grandes enjambées grâce à sa grande taille, vieux livre sous le bras, sa robe de sorcier virevolte au gré du vent et il se surprend à sourire en la voyant si fière. Lui, n’est clairement pas du genre à s’attarder sur ce genre de choses, dans la famille ce n’est pas la prestance ni l’argent qui comptent mais bel et bien la vie en elle-même. Chose que certains sangs-purs semblent avoir oublié, et encore plus depuis la Purge. Les regards qui lui sont adressés ne le perturbent pas à cet instant car son esprit est ailleurs et il se doit d’en rajouter auprès d’Artemis dont il ignore encore le prénom. Lui demandant quel genre de sorcier elle mettait dans la catégorie des abrutis, il se met à marcher à reculons pour pouvoir l’observer de face, en venant presque à se positionner devant elle, véritablement intéressé et peu enclin à la lâcher. La voir foncer tout droit dans le panier tendu est une véritable délectation pour le jeune sorcier qui, sur le moment, comprend un peu plus le choix du Choixpeau. Il met toutefois ce détail dans le fait qu’il passe une sale journée, mais qui, cependant, commence malgré tout à retrouver une pointe de saveur en ce sombre mois de septembre.

« Parfaitement. Maldonne. » qu’il répète une seconde fois, comme pour s’assurer qu’elle enregistre bien ce qu’il a dit. Au fond, Nate se moque un peu de ses airs et de ses manières de bourgeoise. On croirait le caniche de l’une de ses arrières grands-mères, qui, à l’époque, par pure folie avait eu envie d’adopter un animal de compagnie moldu. Ce chien était absolument trop fier et sûr de lui.

Sourire perché à ses lèvres, le Trelawney ne la quitte pas des yeux, s’assurant juste de ne pas foncer dans un autre élève par mégarde dans sa marche devenue rapide.

« Oh, donc je suis bien un abruti et non un idiot ? Catégorie plutôt intéressante même si je ne propage aucune ânerie. Je n’ai fait qu’énoncer une vérité que la majorité pense soit tout haut, soit tout bas. »

Avançant toujours à reculons, il la voit forcer un sourire et ses prunelles se mettre à lancer des éclairs, pour peu, un petrificus totalus aurait pu s’en échapper. Une chance pour lui qu’elle n’ait pas cette capacité. Malgré tout, le sorcier ne peut que saluer la répartie de ce bout de jeune fille qui prend vie sous ses yeux, d’où la remarque, somme toute déplacée qu’il se met ensuite à lui faire, évoquant l’idée même qu’elle puisse être une fleur fragile. La réplique semble faire mouche le temps d’un instant, la déstabilisant en un claquement de doigts. Marquant un temps d’arrêt pour finalement se mettre à marcher à côté d’elle, il hoche la tête.

« Bien sûr que tu t’en fiches. Je m’en fiche aussi. C’est pour ça qu’être catégorisé d’abruti ne me dérange absolument pas. Et puis… Comme je te le dis depuis le début… Il y a eu maldonne. ».

Et pour prouver qu’il ne compte pas en rester là, Nathaniel réitère sa question principale, véritablement décidé à obtenir une réponse. Il est rare de voir des sang-purs revendiquer qu’ils ne pensent pas comme la majorité de leurs semblables ou de leurs pairs. Tellement rare qu’il veut en connaître son point de vue et son avis sur la question. Avis qu’elle lui donne sans plus tarder, même s’il jurerait la voir devenir presque rouge de colère. A moins que cela ne soit qu’une illusion.

Des idées différentes ne justifient pas des morts. Satisfait ?

Il s’arrête avant de se prendre le portrait marquant l’entrée de leur salle commune en pleine figure. Artemis parait sincère dans sa réponse et dans ce qu’elle dit, sans doute est-ce la raison pour laquelle elle fait partie de ceux qui ont tendance à s’isoler. Si Nathaniel fait plus ou moins le fanfaron ou joue au gobelin arrogant, il n’en a strictement pas la carrure. Bien sûr, il sait fanfaronner avec de l’humour lorsqu’il en a envie, mais cela n’est jamais de l’arrogance pure et dure, uniquement du jeu. Un air qu’il se donne pour ne pas se faire démonter et qu’on le laisse tranquille. Si certains avis divergent et traversent les murs au sujet des Grimstone, il en est encore pire des Trelawney, qui sont considérés comme des fous incapables de faire quoi que ce soit, niais et incapables de se défendre sauf à coup de tasse de thé ou de boules de cristal. Sans parler de l’étroite surveillance qui s’abat sur eux depuis la Purge. Nathaniel est donc clairement bien placé pour comprendre la colère qui l’anime, elle, et dont il en est le fautif. Tout comme, au fond, il vient d’être moufté par une élève plus jeune que lui qui a été la plus intelligente des deux aujourd’hui.

Le portrait les laisse passer et la brune fonce à l’intérieur, suivi de près par le jeune homme qui n’en a encore pas terminé et vient lui barrer le passage en la voyant se rendre vers le dortoir des filles.

« Satisfait non. Etonné que tu puisses penser de la sorte, ça oui. Tu sembles avoir un réel avis sur la question Princesse et bien que tu doives penser que je suis le plus arrogant de tous les sangs mêlés de Serpentard, il n’en est rien. ». Un sourire vient étirer ses traits, malicieux. « Tu sais que lorsque tu es contrariée tu retrousses légèrement ton nez ? Oh, et d’ailleurs… Te mettre en colère est d’une facilité déconcertante. ».

Haut les cœurs, Artemis, en tombant dans son jeu, vient d’égayer sa journée, et le temps d’un instant il oublie la totalité de ses problèmes. Le temps d’un instant il ne parvient pas à perdre ce sourire niché sur ses lèvres tandis qu’il la contourne pour aller se laisser choir sur l’un des canapés de cuir noir.




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Sam 17 Déc - 17:09

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Unexpected
So blind and so young

Cette chose antique qui décidait de votre scolarité devait certainement perdre la tête. Il n’était d’ailleurs qu’un vieux machin rapiécé, il ne tenait bien que grâce à la magie. Mais lui, au moins, ne la poursuivait pas dans les couloirs en lui faisant passer un interrogatoire. Elle ne comprenait pas pourquoi il se comportait de cette façon et si elle n’avait pas été habituée depuis son âge le plus tendre à ne pas trop exprimer ses émotions, ou, tout du moins, à les contrôler, nul doute qu’elle lui aurait mis une gifle. Mais, jusque là, elle restait fière et droite. Elle lui répondait, non avec mépris mais avec une certaine assurance. Les regards des autres élèves la dérangeait, elle n’aimait pas être le centre de l’attention et lui faisait tout pour qu’ils se fassent remarquer. Un sang mêlé qui se faisait remarquer avec elle. En soi, que ce soit elle, ce n’était pas si dérangeant. Bien sûr, officiellement, son père soutenait le régime. Mais aussi les opposants. Il soutenait tout le monde, seul son profit passait avant les idéaux. Et elle n’était elle-même qu’une marchandise pour lui. Elle le pensait et attendait le jour où il lui annoncerait qu’il avait contracté pour elle un mariage avec un sang pur. Ou non. Si. Il le ferait forcément avec un sang pur. L’honneur du sang passait avant le reste et sa famille souhaitait conserver sa hauteur. Jamais il n’accepterait que sa fille ne soit mariée à un sang mêlé tant que sa lignée n’était pas sauvegardée par son fils. Fils qui était une déception. Souvent, quand elle rentrait dans le bureau de son père, il la regardait avec un sourire et lui disait « qu’elle ne le décevrait pas et saurait peut-être mieux suivre les traces ». Elle ne comprenait pas vraiment toutes les intentions derrière cette phrase mais quelque chose lui disait que ce serait en lien avec son avenir. Epouser un sang pur, faire des enfants et attendre. Attendre la fin d’une vie et prétendre. Prétendre toujours le bonheur, le feindre. Ou espérer que cet homme saurait susciter quelque chose de plus profond en elle.

Manifestement, Trelawney n’est pas enclin à la lâcher. Marchant à reculons devant elle, il lui affirma qu’il y avait eu une forme d’incompréhension entre eux. Haussant un sourcil interrogateur, elle le toisa. Il osait ? Comment appelait-il quelqu’un qui agressait gratuitement une personne qui n’avait rien demandé lui ? Non, mais vraiment, elle se posait la question. Et cette assurance digne du plus doré des lions... POUAH ! S’en était répugnant. « Tu devrais prendre un dictionnaire ou éviter d’utiliser tout ton vocabulaire en une seule phrase ! » Le serpent sifflait. Le serpent se redressait, tel le plus mortel des cobras, prêt à mordre. Est-ce qu’il saurait le voir ? Lui la percevait comme un caniche (chose qu’elle détestait d’ailleurs), à ses yeux, il était vraiment un scrout à pétard. Deux noises d’intelligence dans la cervelle et une propension à exploser inutilement. Continuant d’avancer sans se laisser démonter, elle hocha la tête. « Oui, tu es un abruti mais si tu le veux, je peux aussi t’ajouter l’attributif d’idiot, apparemment il y a une promotion aujourd’hui. » Elle fronça les sourcils un instant. « Justement. Tu te crois fort à énoncer ce genre de choses à haute voix, ici ? Tu penses absolument représenter la majorité, ici ? Soit tu es égocentrique, soit tu es un abruti doublé d’un idiot. »

Oui, elle a foncé dans ce jeu stupide. Mais qu’y voulez-vous ? Elle n’avait pas le choix. Beaucoup la prenait pour la jolie petite poupée de porcelaine, qui ne disait mot. Oui, elle se protégeait, elle se savait capable de sentiments. Elle était prisonnière d’un monde qui ne la satisfaisait pas. Et toute cette colère sourde en elle ne faisait que s’exprimait. Docile. Oui, jusque là elle suivait les traces. Elle avait des rêves, des envies. Oh comme elle lui en voulait. Lui avait la liberté d’agir de cette façon. Pas elle. Déstabilisée, elle le discerne du coin de l’oeil se déplacer pour marcher à ses côtés. Et il recommença avec son histoire de maldonne. Artemis souffla. Il était d’une lourdeur ! Pourquoi ne la laissait-il pas tranquille ? Oh. Il voulait vraiment son avis sur les sangs mêlés. Un être comme lui pouvait suffire à changer un avis. Cependant, elle resta droite dans ses bottes. Il fallait parler à tout le monde. C’était ça la politique : sourire, discuter poliment et prétendre des amitiés. Au fond, qui se souciait de votre avis ? Personne. Sauf celui-là.

Arrivés à la salle commune, la jeune fille veut s’isoler et surtout fuir cet harcèlement. Alors qu’elle se dirigeait vers l’escalier, il s’interposa encore. Elle souffla encore, levant les yeux au ciel. Princesse ? Le coup final qu’il porta fit son effet. Oui, il était parvenu à la mettre en colère facilement et elle n’avait pas su garder son sang froid. Elle serrait sa baguette de toutes ses forces pour ne pas franchir le pas ultime. Elle allait lui répondre quand il partit s’installer dans un fauteuil. Elle le suivit du regard. Outré. Et surtout, elle vit les sourires un peu moqueur et les rires un peu goguenard de camarades ayant assisté à la scène. Inspirant profondément, elle se détourna d’eux et monta quelques marches. Et puis, tout d’un coup, elle fit demi-tour. Elle marcha droit sur lui, attrapa un verre d’eau d’un élève en train de boire qui manqua de s’étouffer et lança le contenu au visage de cette limace. « Eh bien voilà. Maintenant tu ressembles vraiment à ce que tu es : un bouffon. » Oh c’était une pique pour répondre à cette idée de Princesse. Elle sourit, et remonta sans un regard dans les dortoirs. Les hurlements de rire en bas lui confirmèrent qu’elle avait bien fait. Elle s’installa sur son lit avec un bon livre.

« Grimstone, il se passe quoi avec Trelawney ? » Artemis regardait ses deux camarades qui gloussaient comme des dindes. « Quoi ? Rien. » « Rien ? Eh ben dis donc. Soit tu es aveugle, soit tu n’es pas très futée. » « Pardon ? Non, c’est juste qu’il est venu me prendre la tête. Je n’ai fait que me défendre. » « Hunhun. De toute façon il n’aime pas les sangs purs et ne risque pas de le faire. Pas après ce qui est arrivé à ... Comment elle s’appelait la folle déjà ? Sybille ? » Artemis pencha la tête. « Et je ne l’apprécie pas, je suppose que la question est réglée alors. » Esquissant un sourire, elle les ignora.

Le lendemain, elle se leva et descendit très tôt, comme toujours pour l’ouverture de la Grande Salle. Une fois installée à sa place habituelle, elle grignotait quelques petites choses tout en continuant d’étudier. Puis, elle se rendit en cours. Malgré elle, elle surveillait les couloirs, craignant qu’il ne la cherche encore. Mais elle ne le croisa pas. Ni là. Ni au déjeuner. Et au dîner, elle attendit qu’il s’assoit avec ses amis avant de prendre une place à l’opposé. Elle mangea en vitesse et se faufila jusqu’à la bibliothèque pour étudier.



Parchemin envoyé Dim 18 Déc - 14:40

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 353 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Morrigan - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone Russe globetrotter Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Fill your heart with a glimpse
of trust

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Sans doute semble-t-il avoir bien trop d’assurance pour un Serpentard, mais ce n’est là qu’une parade. Il n’a strictement rien d’un odieux personnage en temps normal, ni même n’est doublé d’un sorcier trop sûr de lui, c’est même en réalité tout l’inverse. Ce qui lui donne cette sorte d’assurance ce sont simplement ses envies de faire preuve d’humour. Il est en règle générale toujours le premier à vouloir s’amuser, quand bien même il soit bien plus terne et sombre depuis le début de l’année scolaire. Marchant à reculons, il ne cesse de la toiser et lorsque la vipère siffle ses méchancetés, ces dernières ne l’atteignent pas et glissent sur sa peau. Ca le fait même sourire tandis qu’il se place de côté pour marcher normalement.

« S’il y a une promotion je ne vois pas pourquoi je me gênerais alors… ». Tant qu’à faire, autant mener la danse et jouer le jeu jusqu’au bout. La voir s’énerver lentement est tellement amusant pour le coup.

Les mots suivants l’oblige à pencher la tête sur le côté et froncer temporairement les sourcils. S’il n’était pas en train de tout faire pour l’enquiquiner, il lui répondrait très sérieusement que non il ne se croit pas fort en disant de telles choses. Il n’est même pas du genre à pointer tous les feux des projecteurs sur lui, mais cette mascarade c’est aussi un moyen de forcer les gens à regarder ailleurs. Si on le prend véritablement pour un idiot ou un imbécile doublé d’un saligaud, peut-être qu’on lui fichera la paix car jugé trop inintéressant pour fomenter multiples commérages à son sujet. Et puis de toute manière, il est censé être complètement barjo, c’est soit disant un trait de famille !

Ne répondant rien à la dernière remarque, Nathaniel attend de pénétrer à l’intérieur de leur salle commune pour l’empêcher de gravir les dernières marches menant au dortoir des filles. Là, il révèle que tout ceci n’est en réalité qu’une technique pour la faire sortir de ses gonds, et qu’elle a marché en plein dedans. Malgré tout, il a pris le temps de remarquer certains détails que d’autres n’auraient pas cherché. Au fond, du peu qu’ils se sont parlés, il apprécie sa répartie et est content de constater qu’en réalité elle n’est pas si fragile que tout ce que l’on peut dire sur elle. Elle n’est qu’un dommage collatéral, sans doute. Comme lui. Plus ou moins. Ca le fait sourire, le paon n’a pas fini de faire sa roue, termine ses palabres par cette superbe révélation sur la colère puis vient s’affaler sur le canapé de cuir noir tandis que d’autres élèves rentrent à l’intérieur, dont l’un est un de ses amis proches. Confortablement installé et bien décidé à continuer de feuilleter son manuel de potions près de la cheminée, il ne voit pas Artemis arriver avec un verre d’eau rempli, tout comme il n’a pas le temps de sortir sa baguette pour espérer la stopper dans son élan. L’eau vient sèchement s’échouer sur l’ensemble de son visage et il demeure inlassablement immobile quand elle prononce ses paroles à voix haute. Passablement énervée. Les élèves autour d’eux se mettent à éclater de rire pendant que la brune s’enfuit et que Nate referme lentement son livre pour le déposer à ses côtés, acceptant enfin de rouvrir les yeux. Passant sa langue sur ses lèvres pour y balayer l’eau, plusieurs gouttes dégoulinent de ses mèches de cheveux jusqu’à son nez et vont s’échouer sur sa robe de sorcier. Puis, il hoche la tête comme si ça ne l’atteignait pas et passe une main sur son visage pour tout balayer définitivement.

« Bien. J’imagine… Qu’elle était totalement en droit de faire ça. »

Il jette un coup d’œil à son ami et se remet à sourire après avoir gardé une expression faciale inerte pendant bien une minute.

« Ca mon cher, tu ne l’as pas volé ! »

Nathaniel se permet un léger rire et vient envoyer l’un des coussins du canapé sur son ami assis en face.

« Je savais que je pouvais compter sur toi pour affirmer. »

Oui, la journée vient bel et bien d’être égayée.

***

Le lendemain, le sorcier préfère sauter le petit déjeuner, révisant pour son cours d’Histoire magique dont le professeur a visiblement un problème avec lui. Il ne cherche pas à recroiser Artemis dans les couloirs, tout comme il ne cherche pas à l’embêter, quand bien même il le ferait à cœur joie si leurs chemins devaient malgré tout se croiser par hasard. La journée se passe sans encombres particuliers si ce ne sont les éternelles moqueries en rapport avec sa famille et les quelques bousculades pour le chercher. Rien qui ne soit pas déjà vécu en somme. Pour le dîner, il se rend accompagné de ses quelques amis dans la Grande Salle et c’est à peine s’il jette un regard à la 4ème année assise plus loin et à l’opposé de lui. Ce n’est que lorsqu’elle se détache de la table et file de la Grande Salle qu’il ose poser l’une de ses prunelles océanique sur sa silhouette.

Ils trainent longtemps dans la Grande Salle, jusqu’à ce que les Préfets ne sonnent l’heure de prendre la direction des salles d’études ou de leur salle commune, mais Nathaniel n’accompagne pas ses amis.

« Partez devant, je vous rejoins. »

Prenant la direction de la bibliothèque, il desserre la cravate verte et argent qu’il sort de sous son pull, pris d’une légère bouffée de chaleur. La fraîcheur de l’automne qui approche est pourtant contraire à ce genre de chose, et il ignore la raison de son malaise. Ou plutôt, il la soupçonne, et c’est bien parce qu’il la soupçonne qu’il préfère se retrouver seul. A mesure que le bruit de ses pas résonne dans les couloirs de pierres, le sorcier décide de s’arrêter dans un coin à l’abri des regards, dans un renfoncement pour être exact où se trouve l’une des grandes statues à l’effigie de sangliers. Ainsi dans l’obscurité, il sent une migraine poindre le bout de son nez et la panique s’insuffle dans ses veines à l’idée qu’il puisse être démasqué. A l’idée de voir une nouvelle fois des images qu’il ne voudrait pas voir. Il s’efforce de bloquer, de s’empêcher de craquer mais son don dorénavant révélé au grand jour dans son esprit ne compte pas rester prisonnier. Nate ne le contrôle pas et si sa respiration s’accélère, son regard se fige bientôt sur le mur auquel il fait face. Il n’est plus là, mentalement. Les images défilent sous ses yeux en un laps de temps d’un peu moins d’une minute, mais pour lui ça dure une éternité. Les cris, les morts. La terreur. C’est tout ce qu’il voit. Ses visions arrivent de plus en plus souvent, et si le mage noir l’apprend, il est fichu.




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Dim 18 Déc - 22:48

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Unexpected
So blind and so young

« Artemis, tu ne vas pas encore te lever à 6 heures ? » La brune leva la tête et observa sa camarade. « Je comptais le faire... Pourquoi ? » « Mais, parce que nous allons faire une soirée et ce serait sympa que tu y participes. Toutes les filles n’ont pas pu voir comment tu as remis Trelawney à sa place. » La brune l’observait et baissa les yeux. « Oh. Oh eh bien... Je ne sais pas vraiment... » Elles commençaient à arriver une par une, observant les deux en train de discuter quand une rouquine intervint. « Alors, Grimstone participe ? » Sentant les regards sur elle et même si elle se souvenait de leurs quelques mauvaises blagues, ce sentiment de faire partie d’un groupe l’emporta. « D’accord. » Les cris de joie s’élevèrent dans le dortoir alors qu’elles installaient toutes leurs oreillers et leurs couverture près de la cheminée. Artemis commençait à narrer son histoire quand celle qui lui avait reproché ses horaires matinaux intervint « Attendez, je vais imiter Trelawney ! » Elle se leva et refaisait vivre la scène sous les rires hilares de toutes les élèves de Serpentard. Artemis ne put s’empêcher de sourire et finalement de rire jusqu’au moment du fameux verre d’eau. « Et ça, le Trelawney, il l’a pas vu venir ! », « Faut croire que les gènes sont défectueux, mais un sang mêlé, ce n’est pas vraiment une valeur sûre de nos jours. » Une autre hocha la tête. « Et s’il était fou comme l’autre qui s’est faite tuée ? Artemis, il aurait peut-être pu te tuer ! » Le silence tomba tout d’un coup dans la pièce. La brune les regardait, un peu choquée. « Me... Tuer ? Non. Non je pense pas. Il est... Trop idiot pour ça. » Et le rire général reprit. « Oh my God, je ne te savais pas si drôle ! » La soirée continua jusque tard dans la nuit. Trop contentes de voir l’une des leurs combattre vaillamment un sang-mêlé malotru ou bien simplement l’un de ces garçons qui leurs briser le coeur, le moment fut l’un des plus beaux de sa scolarité même si certaines réflexions la mettaient mal à l’aise. Artemis finit par se retirer en toute discrétion. Et se leva à 6 heures du matin comme prévu.

Fatiguée, elle était cependant tendue. Si jamais elle le recroisait, elle ne se sentait pas de taille à réitérer et craignait bien, il fallait le dire, une certaine vengeance. Pourtant, elle eut tord de le craindre, même si elle rasait les murs. Quelques filles de son année tentèrent bien de se rapprocher d’elle et elle tenta bien de s’intégrer un moment mais leurs intérêts différaient tellement des siens... Quel garçon pouvait lui plaire ? Savait-elle avec qui sortait untel ? Et dans les autres maisons, qui était à croquer ? Des balivernes dont elle n’avait que faire. Elle n’avait pas le temps pour ça. Elle devait étudier, réussir ses examens et repartir à la vie que lui prévoyait le destin. Les affaires personnelles des autres ne la regardaient pas. La journée passa donc sans encombre et elle tenta de reprendre ses distances en filant à la bibliothèque

Les minutes s’égrenaient et bientôt, la bibliothécaire annonça la fermeture. Artemis soupira. Elle n’avait pas terminé de réviser sa leçon. Et ne pourrait pas demander quelques minutes supplémentaire parce que l’humeur sombre de l’employée l’en empêchait. Rassemblant ses affaires, elle passa la porte un peu contrariée. Elle espérait que la salle commune serait suffisamment calme pour continuer. Avançant doucement dans les couloirs, elle savait qu’elle avait juste le temps de rentrer avant le couvre feu. Elle arrivait dans le couloir aux sangliers quand le son d’une respiration. Curieuse, Artemis avança et le vit. Il était là, planté devant un mur qu’il fixait sans vraiment le voir. Dans un recoin. « Trelawney ? » Elle murmura son nom et il ne réagit pas. S’approchant doucement, elle passa une main devant ses yeux mais comprit à l’expression de son visage qu’il n’était vraiment plus là. « Finite Incantatem ». Rien. Il n’était donc pas sous l’effet d’un sortilège. L’adolescente l’observa encore. Finalement... Il avait le fameux don. Ou la malédiction.

Effrayée, elle recula d’un pas. Comment gérer une telle situation ? Que voyait-il ? Un tas de questions sans réponses. Mais s’il avait cette malédiction, il en devenait dangereux. Dangereux pour tous. Artemis déglutit alors qu’il semblait reprendre ses esprits. Reprenant sa stature, elle observa les environs. Personne. Personne d’autre n’avait vu ce qu’elle venait de découvrir. Devait-elle en parler ? Les nouvelles règles étaient claires... Troublée, elle fit demi-tour, ignorant s’il la verrait et la poursuivrait. Elle courut jusqu’aux dortoirs et ne trouva pas vraiment le sommeil.

***

Elle venait de retrouver sa place préférée, sous le chêne. Personne d’autres n’était là. La brune n’avait pas dit un mot de ce qu’elle avait vu. Pour le moment. Cela faisait plusieurs jours qu’elle s’amusait même de la situation. Ce petit jeu auquel elle se livrait avait quelque chose de cruel. Elle avait fait courir une rumeur, simplement dans le but de l’inquiéter. Il l’avait cherchée après tout, maintenant il était sûr de l’avoir trouvée. Rien ne l’arrêtait plus. Elle avait précipitamment quitté un cours, en prévenant le professeur qu’elle devait voir le directeur. L’information n’avait pas manqué de soulever des interrogations. Généralement, lorsqu’on demandait à voir de telles personnes, c’était pour dénoncer un petit camarade. Oh elle avait bien eu un rendez-vous, mais cela n’avait rien à voir avec Trelawney. Elle voulait changer l’une de ses options, en l’occurence, celle de ce cours d’arts qui ne la satisfaisait pas. Mais ce petit détail, tout le monde l’ignorait pour le moment. Plongée dans un manuel de runes, elle les dessinait soigneusement les unes après les autres. La chaleur estivale était toujours là et le soleil toujours aussi agréable.



Parchemin envoyé Lun 19 Déc - 16:07

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 353 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Morrigan - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone Russe globetrotter Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Fill your heart with a glimpse
of trust

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


La réalité lui revient en pleine figure comme le coup majestueux d’un cognard énervé. Le mur plongé dans l’obscurité redevient sa vue mais il n’a pas le temps de réellement comprendre ce qu’il a vu qu’il entend un bruit de pas d’une personne avançant bien trop vite. Essoufflé et tétanisé, Nathaniel se fait violence pour être des plus discrets. Dans un coup d’œil jeté à la volée, il croit reconnaître un pan de robe et une silhouette, des cheveux bruns tombant en cascade dans son dos. Il croit reconnaître Artemis et déglutit, passant par réflexe une main sur son visage défait et livide. Tremblant et frissonnant, le jeune sorcier met un certain temps à reprendre contenance, les larmes au bord de ses prunelles, secoué par les images qui viennent de défiler une nouvelle fois sous ses yeux. L’urgence du couvre-feu le force à reprendre la marche et à se mouvoir à la hâte jusqu’au portrait de leur salle commune. Il donne le mot de passe en se raclant la gorge, se tape même un commentaire de la part du portrait et ne daigne pas lui répondre. Une fois à l’intérieur, il essaie de rester le plus normal possible, adressant un léger sourire à certains de ses camarades et jetant un rapide coup d’œil aux quelques autres élèves plus âgés qui s’attardent devant le feu de la cheminée.

Les escaliers menant au dortoir des garçons sont rapidement montés et c’est tout aussi rapidement qu’il se glisse sous les draps après un brin de toilette.

« Nate ça va ? »

Le voyant hoche la tête et l’observe comme si son ami avait vu un fantôme, autrement dit, absolument rien d’alarmant.

« Oui bien sûr que ça va pourquoi ? J’ai fait un détour par la bibliothèque mais un autre élève a déjà emprunté le livre que je voulais. »

« Un peu plus et j’ai cru qu’on t’avait mis la main dessus pour avoir trainé sans autorisation dans les couloirs. »

Nate secoue la tête.
« Non non, ça va je te dis. A demain. » qu’il affirme à nouveau avant de se retourner de profil dans son lit et tenter de fermer les yeux.

Mais les images reviennent inlassablement dans sa mémoire. Il doit les chasser, tout comme ses pensées tournées vers son don de voyance. L’on ne sait jamais quelles réelles personnes peuvent se cacher dans les dortoirs. Peut-être que certains élèves sont legilimens et le savent très bien. Sur le coup, il se sent étouffer, comme pris d’un élan de panique qui ne se terminerait jamais. La sueur perle à son front et il se fait violence pour ne pas trembler de peur. Il ne maitrise strictement rien de son don et il ne peut même pas prendre le risque d’en parler à qui que ce soit, ni même d’envoyer un courrier à son père pour lui révéler qu’il est perdu et effrayé à l’idée d’être découvert. Il ne peut rien faire, si ce n’est subir et espérer tronquer ce don avec les cartes et autres boules de cristal. Pourtant, il demeure toujours un problème : quelqu’un l’a vu. Et ce quelqu’un ne serait autre que la Grimstone en personne, mais dans le doute, il ne peut pas aller la trouver comme ça et lui balancer de nouvelles horreurs à la figure sous la panique. Ce serait vraiment idiot cette fois.

***

Comme la majorité des élèves de Serpentard, Nathaniel a eu vent du cours interrompu par le besoin imminent de voir le Directeur. Depuis la mort de Dumbledore, Poudlard est méconnaissable, du moins aux yeux du jeune Trelawney qui, avant, n’avait pas besoin de se poser autant de questions sur sa sécurité. Bien sûr que la mort du plus célèbre Directeur de l’école a eu un impact sur ceux qui l’appréciaient. Il suffisait d’ailleurs de voir combien Poudlard avait été déserté depuis. La Grande Salle était loin d’être remplie comme au temps jadis, maintenant que les sangs-mêlés n’étant pas en capacité de payer pour s’instruire, et maintenant que les nés-moldus n’étaient plus comptés dans les rangs. Au fond, Nate a de la chance d’être là et de pouvoir continuer à suivre les cours, raison pour laquelle il travaille et étudie, non pas comme une petite tête pleine de savoir. Non pas comme un mordu de littérature et d’études. Non. Il demeure dans la moyenne, a à peine un niveau plus élevé que ses camarades du même sang. Il se débrouille c’est tout. Alors quand la rumeur a commencé à circuler comme quoi Grimstone avait été voir le Directeur actuel pour une raison dont ils ignoraient tous la teneur, le Trelawney s’est forcément inquiété.

Ne pouvant crier au loup, il est cependant sûr qu’il s’agissait bien d’elle l’autre soir, il ne peut pas nier. Elle sait obligatoirement quelque chose. Toutefois, si le Directeur avait eu vent de son don, des mangemorts seraient déjà venus le chercher pour l’emmener jusqu’au Lord. Si, par déduction logique, Nathaniel a été en mesure de le comprendre, il n’en demeure pas moins qu’il reste inquiet, ce n’est pas un sujet sur lequel il aime à plaisanter. Il en va de sa vie, et de la réputation de sa famille déjà bien assez catastrophique.

Traversant les longs couloirs à demi-couverts de la cour extérieure, Nate prend la direction du grand chêne. Il sait qu’il la trouvera là-bas, c’est un endroit qu’elle affectionne, comme lui. Aussi étrange que cela puisse paraître et résonner à ses oreilles. Les regards se font lourdeur sur lui mais il ne leur adresse pas un seul coup d’œil, ignorant ces vantards de sangs-purs comme s’ils n’existaient pas. Dans son élan, il se prend un coup d’épaule et grimace en fronçant les sourcils, manquant de lâcher ses manuels rafistolés par la même occasion.

« Fais gaffe où tu marches, le dégénéré. »

Plissant le nez, contrarié et la crise de nerf au bord des lèvres, Nathaniel reprend tout de même sa route en regardant simplement l’élève de Poufsouffle de bas en haut avec un regard amer. Une fois arrivé près du vieil arbre, il la voit le nez dans ses livres et l’air angélique traverser faussement son visage. En silence, il vient s’installer à ses côtés et caler son dos contre le tronc large. Le temps est encore estival, mais cela fait bien longtemps que même le soleil n’arrive à réchauffer le cœur du voyant.

« Qu’est-ce que tu as vu exactement ? »

Il la fixe de son air impassible, pas impoli ni même menaçant. Il veut simplement savoir. Il la teste.

« Certains disent que tu as demandé à voir le Directeur. »




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Lun 19 Déc - 16:39

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Unexpected
So blind and so young

Oh ce n’était pas vraiment un acte de gentillesse. Artemis en avait parfaitement conscience. Elle se jouait de lui et jouait avec ses nerfs comme un chat s’amuserait d’une petite souris. Elle le tenait avec une griffe, le regardant s’évertuer à s’en sortir. Elle s’était montrée hors de sa portée tout ce temps, simplement pour faire monter la tension. Elle avait instillé les bons mots aux bonnes personnes, celles qui se plaisaient à raconter tous les ragots qui pouvaient être intéressants. Alors un rendez-vous avec la Direction de l’école, c’était forcément croustillant. Plusieurs fois, elle l’avait secrètement observer. Il était inquiet. L’avait-il vue ? Elle n’en était pas certaine mais ce petit jeu l’amusait beaucoup. Elle avait le pouvoir sur lui et comptait bien lui faire comprendre qu’il n’était vraiment qu’un idiot. Et un abruti.

« Je souhaiterais modifier mes options. Ce cours est intéressant mais j’ai le sentiment que ces études me conviendraient mieux. » Son argumentaire n’avait pas été des plus fameux mais ce n’était qu’un simple prétexte pour lui parler. Elle aurait la décision prochainement et au fond, si son souhait de changer était réel, elle s’accommoderait si jamais sa requête était refusée. Elle entendit quelqu’un venir vers elle et s’installer. Elle n’eut pas besoin de lever les yeux pour savoir qu’il s’agissait de lui. Il n’y avait que lui pour venir aussi nonchalamment. Elle espérait que personne n’irait le raconter à sa famille, savoir qu’elle parlait à un sang mêlé était suffisamment problématique. Les filles de sa maison insinuaient même qu’il était dangereux et obsédé par elle. Avaient-elles raison ? Elle n’en était pas certaine.

Une brise légère secouait quelques mèches de ses cheveux alors qu’elle lisait studieusement sa page. Il ne faisait rien de trop brusque, et à vrai dire, il ne fit que prendre la parole. Une question. Ce qu’elle avait vu ? « Tu fais référence à ton absence face à un mur derrière la troisième statue du sanglier en revenant de la bibliothèque ? » Elle avait utilisé le mot « absence » exprès. Elle ne parlait pas de vision. Ni de prémonition. C’était une forme de respect même si elle lui montrait par la même occasion qu’elle savait. Il avait ce don. Lui aussi. Et certains tuaient pour ceux qui refusaient de leur dire ce qu’ils voulaient. « Tu le contrôles au moins j’espère ? Sinon ta vie risque d’être vraiment compliquée, j’ai cru comprendre que ta côte de popularité n’est pas si haute et j’imagine que notre dernière discussion n’a pas dû avoir d’effets positifs, en tout cas pas ceux qui tu devais espérer... »

Pas une seule fois elle n’avait levé les yeux. Elle sentait bien son regard sur elle. Et finalement, il y eut la question qui le tourmentait le plus. Quand il la posa, un sourire se dessina sur ses lèvres. Oh, évidemment qu’il avait peur. Evidemment qu’il craignait qu’elle n’ait pu vendre son petit secret. Et surtout, elle allait lui montrer à quel point il ne la connaissait pas. Personne d’ailleurs ne la connaissait vraiment. Ces filles qui voulaient son amitié, ne la voulaient que par intérêt. Tout était simplement question de gains. Ou de pertes. De risques. Mais lui, il devait probablement chercher autre chose. Une forme de justice. « Certains ont manifestement raison... »

Elle masqua son sourire et leva la tête pour le fixer. Puis, elle mima une forme de surprise. Une fausse surprise mais elle lui laissait voir qu’elle n’était pas dupe. « Quoi ? Tu crois que j’ai été lui raconter ce que j’ai vu ? Si je l’avais fait, tu ne serais plus ici. Tu vois, le monde ne tourne pas autour de toi, Trelawney. » Et d’ailleurs, ça l’agaçait profondément. « Maintenant que tu es rassuré, tu peux retourner fanfaronner et prétendre que tu es normal... »

Elle déglutit. Oui, après tout, il n’avait plus rien à craindre, elle venait de lui donner ce qu’il voulait. Elle avait gardé le silence. Cette décision, elle l’avait prise parce qu’elle refusait d’être responsable de la souffrance d’un autre être. Ces temps étaient suffisamment difficile, elle se débattait déjà pour ne serait-ce que respirer un peu d’air frais, ce n’était donc pas pour appuyer sur la tête d’un autre et l’entraîner dans les abysses avec elle. Et pourtant, il s’était montré odieux à son encontre. Elle avait éprouvé une telle colère l’autre jour... Presque de la haine. Et alors qu’elle avait eu l’opportunité de l’éliminer... Elle avait juste décidé de ne pas devenir comme eux. On pouvait penser que l’honneur du sang comptait, tout en restant humble et en respectant tout le monde. Son père lui demandait bien de parler à tous, avec le même intérêt. Tout le monde pouvait un jour se révéler une aide ou intéressant. Alors il fallait tous les ménager. Voilà. Elle suivait les principes de son éducation. Elle avait remis le nez sur son bouquin, comme pour clore la conversation.



Parchemin envoyé Lun 19 Déc - 21:07

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 353 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Morrigan - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone Russe globetrotter Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Fill your heart with a glimpse
of trust

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Il attend la réponse avec impatience et incertitude. Il n’est pas sûr qu’il s’agisse bien d’elle l’autre soir et l’angoisse lui tenaille les entrailles un peu plus. Ce n’est pas un sujet facile à aborder, qu’il ait une année de plus qu’elle ou non. Artemis ne lui fait pas non plus peur, ce n’est pas elle le problème. Il est au-dessus. Supérieur. Le problème ce sont eux, les mangemorts, et surtout lui, le Seigneur des Ténèbres, celui dont il est capable de prononcer le nom mais comme il ne veut pas attirer les regards sur lui, il ne le fera pas ni le prononcera. Fou peut-être mais pas suicidaire. Alors quand la Grimstone se met à articuler des paroles qui confirment ses doutes, Nathaniel reste fermement adossé contre le tronc d’arbre, ne voulant pas égayer le moindre soupçon envers lui, ou attirer les regards vers eux. Se contentant de hausser un sourcil, il attend une suite qui ne lui plait pas, allant jusqu’à même évoquer sa côte de popularité. Être populaire, il s’en fiche comme de la première fois qu’il a réussi à enfiler une robe de sorcier tout seul. Si elle pensait qu’il y accordait de l’importance, elle se met clairement la baguette dans l’œil.

« Je n’espérais absolument aucun résultat de notre dernière conversation, si ce n’est te faire monter sur tes grands chevaux. Et j’ai réussi. Tu sais aussi bien que moi que si je m’inquiétais de ce que les gens pensent et murmurent, cela fait bien longtemps que j’aurai sauté d’un balai ou d’une voiture magique en plein vol. Ce n’est pas pour ma réputation que je m’inquiète. »

C’est à peine si elle lui jette un coup d’œil, pour ainsi dire, elle ne lui en adresse aucun, les yeux rivés sur son livre de runes qu’il meurt d’envie de lui arracher des mains pour avoir un minimum d’attention. Il ne faut pas plaisanter avec un sujet comme celui-là. Une nouvelle fois, pourtant, elle confirme ses doutes, s’étant rendu chez le Directeur. Mais elle précise également, daignant enfin lever les yeux sur lui en mimant une fausse surprise, qu’elle n’a rien dit. Que si c’était le cas, il ne serait déjà plus là. Rassuré sans être rassuré, Nate demeure parfaitement immobile et bien qu’outré, camoufle cette émotion derrière un masque de politesse. Il demeure cependant grave dans le ton de sa voix, et cette angoisse, réelle angoisse, y transparait malgré lui. « Je ne suis pas normal, ce que tu as vu l’autre soir le prouve. Je préférerai pouvoir être anormal librement plutôt qu’avoir à me cacher pour sauver ma peau. ». Il avait baissé d’un ton pour n’être que murmure destiné uniquement à elle. « Ce que tu as pris pour une attaque personnelle l’autre jour n’était en réalité que l’expression d’une forme de jalousie mal placée. Une jalousie idiote. Le temps d’un instant je t’ai envié Princesse. ». Il hausse les épaules et soupire en regardant l’horizon. « Tout comme tu as, le temps d’un instant, pu m’envier moi, ou un autre. Tu crois que je ne l’ai pas remarqué ? Ces filles qui gloussent et refusent de s’approcher car elles viennent de comprendre que je suis assis à côté de toi, n’attendent qu’une seule chose : que tu ailles leur faire un rapport pour qu’elles puissent jacasser et se rendre intéressantes aux yeux d’autres personnes. C’est comme ça que ça fonctionne maintenant à Poudlard. Alors… ». Le jeune sorcier se redresse et se sépare du tronc d’arbre pour venir s’asseoir juste en face d’elle, jambes repliées contre lui et bras croisés autour de ses genoux. Il la regarde de tout son sérieux, l’heure n’a jamais été à la farce aujourd’hui. « Pourquoi ? ». Il la sonde et ne cesse de la scruter, incrédule et perplexe. « Pourquoi tu n’as rien dit ? Tu aurais pu devenir l’un des emblèmes de l’école, lier des amitiés à n’en plus finir jusqu’à la fin de ta scolarité en échange. Pourquoi ? »

Qui est-il lui pour qu’elle ne profite pas de sa situation de faiblesse ? Pour qu’elle ne se rende pas indispensable aux yeux de tous ? Pour quelle raison garde-t-elle cette information précieuse si secrète, comme si rien ne s’était passé ? Il ne comprend pas pourquoi elle fait une chose pareille. Oui, il s'est montré odieux avec elle et idiot. Un véritable abruti, il ne l’a strictement jamais nié. Elle a joué, elle aussi, avec ses nerfs et elle en joue encore, persuadée qu’il ne pense qu’à fanfaronner et à son image mais elle se trompe lourdement. Tout comme lui s’est visiblement trompé sur son compte.

Se murant dans le silence, Nate reste en face d’elle à attendre une réponse qui ne vient pas tout de suite. Peut-être va-t-il la vexer sans le vouloir, après tout, il a constaté des choses assez dures à admettre. Mais il n’est pas dupe, elle est probablement aussi seule que lui si ce n’est plus. Il en ignore les raisons et ne compte pas le lui demander. Pas tout de suite du moins, mais une chose est sûre, elle ne fait pas partie de ceux qui profitent de la situation pour détruire une vie. Et s’il s’est fourvoyé, il demeure toutefois ravi, plus ou moins, que son emportement de l’autre jour leur ai permis de se parler.

Descendant tout droit du vieux chêne, une feuille jaunie vient lentement se glisser dans la chevelure brune de la jeune sorcière. Malgré leur conversation houleuse et leurs légères rancœurs, le premier réflexe de Nathaniel est de venir l’attraper délicatement entre ses doigts pour la lui retirer sans un commentaire. Il n’a simplement pas vu qu’une seconde vient également de lui tomber dessus et trône fièrement sur son propre crâne.




WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Lun 19 Déc - 22:19

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Unexpected
So blind and so young

Oui, elle se trompait peut-être sur son compte. Artemis n’avait certainement vu que la pire part de lui-même, il était loin d’être le plus populaire. Il avait son petit groupe d’amis au moins, cela suffisait. Bien sûr, depuis cette sordide affaire de meurtre d’une Trelawney, sa côte était en chute libre. Les plus convaincus de la supériorité du sang pur se montraient plus revêches, quelque soit la maison d’origine. Les Serpentards n’étaient pas toujours les pire... Chaque maison abritait son lot de cruauté. Il affirma qu’il n’avait cherché qu’à la mettre en colère la dernière fois. Oui, elle avait perdu son sang froid. Elle l’avait laissé percer ses défenses, elle qui les pensait si bien construites. Il prétendit qu’il se fichait bien de sa réputation, étrangement, il lui sembla sincère. Elle l’ignora malgré tout, persuadée qu’il serait rassuré et retournerait vaquer à ses occupations. Et s’il attendait qu’elle lui demande ce que concernaient ses inquiétudes, là aussi, il se trompait. La brune restait concentrée sur son livre de runes.

Une nouvelle question tomba. Sa visite au Directeur. Dumbledore était mort. Bien sûr, son côté farfelu l’avait parfois agacée mais le mage était alors parmi les plus grands. Jusqu’à ce qu’il ne soit tué. La nouvelle avait ébranlé le monde magique. Mais non, elle n’y était pas allée pour lui, pour le dénoncer. Face au visage impassible de Trelawney, elle joua parfaitement sa comédie et en profita pour lui rappeler que l’univers n’était pas centré sur lui. Le ton de sa voix lui fit froncer les sourcils. Il était grave et sa peur y transperçait. Oui, ça oui, il n’était pas normal. Pour un sorcier, il avait vraiment un don peu commun, c’était certain. Les voyants étaient rares après tout. Elle baissa les yeux, légèrement blasée. Cette conversation était pour elle terminée. Mais apparemment, elle se trompait parce qu’il lui prit soudain l’envie de se confier sur les raisons pour lesquelles il l’avait gratuitement agressée. « Jalousie ? » répéta-t-elle tout en lui envoyant un regard noir quand il l’appela encore « Princesse ». Ce surnom lui faisait sentir qu’il se moquait encore d’elle. Elle ne le reprit pas. Jusqu’à ce qu’il commence à palabrer sur sa propre jalousie. « Pardon ? Moi ? Jalouse ! », elle allait tout réfuter en bloc mais il continua en pointant du doigt le fait qu’il y avait des filles plus loin qui les observait et attendait qu’il ne parte pour venir la cuisiner. « T’en fais pas, je sais parfaitement comment fonctionne Poudlard. Que ce soit avant ou après la Purge, ça a toujours fonctionné comme ça et je ne suis pas jalouse. Loin de là. C’est bien pour ça que... » Elle le vit se lever. Il allait partir ? Le suivant du regard, elle allait perdre contenance mais il vint s’assoir en face d’elle. « Je ne suis pas psychomage tu sais. Si tu n’es pas bien, va consulter quelqu’un. » Elle reprit sa lecture.

« Pourquoi ? ». Elle releva à nouveau les yeux et pencha la tête. Quoi, pourquoi ? « Pourquoi je n’ai rien dit ? Tu ne crois pas que si j’avais voulu lier des amitiés, je l’aurais déjà fait ? Mon nom aurait suffit. » Elle soupira. « Si tu étais renseigné, tu saurais que mon père est du genre à ne pas prendre parti. Il n’est ni pour les mangemorts, ni pour l’Ordre du Phénix. Et je n’ai pas eu envie de briser une vie. Tu vois, je ne suis pas l’affreuse Sang Pur que tu as décrite. Je ne me pense pas supérieure à toi. Je suis les règles mais pour autant cela ne veut pas dire que j’ai besoin de nuire aux autres. La noblesse vient du coeur, pas du pouvoir. » Le silence tomba. Son discours lui sonna un peu comme stupide aux oreilles mais c’était pourtant bien ce qu’elle pensait.

Elle détourna le regard et vit le groupe dont il parlait plus tôt les observer, avec curiosité et toujours en gloussant. Tsss. Ces filles étaient vraiment stupides. Ce n’était pas parce qu’ils discutaient qu’il y avait quelque chose entre eux. Autrement le monde serait bien triste : dès qu’un homme vous adressez la parole, c’était uniquement parce qu’il nourrissait un intérêt pour vous et pas autre chose... Il ne fallait pas exagérer non plus.

Elle ne sentit pas la feuille se poser dans ses cheveux parce qu’elle reprenait encore une fois sa lecture. Elle sentit en revanche les doigts de son camarade glisser dans ses cheveux. Interloquée, elle allait lui dire que son geste était déplacé quand elle en vit une tomber sur le dessus de son crâne. La pose lui donnait un air si ridicule qu’elle ne put s’empêcher d’éclater de rire. « Oh par Merlin, ça te donne vraiment l’air idiot ! » Elle dut se tenir les côtes tant l’image était risible. Son rire cristallin était franc et sincère et voyant qu’il ne comprenait pas, elle balaya sa tête pour la chasser. « Maintenant, je suppose qu’elles auront de quoi lancer des rumeurs. » Et ça semblait la contrariait un moment mais l’ombre qui était passée dans son regard s’évanouit bien vite. Selon son père, il fallait sympathiser avec tout le monde. C’était bien ce qu’elle faisait, n’est-ce pas ?



Parchemin envoyé Mar 20 Déc - 10:48

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 353 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Morrigan - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone Russe globetrotter Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Fill your heart with a glimpse
of trust

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Ce n’est pas parce qu’il évoque des préoccupations et des inquiétudes personnelles qu’il attend d’elle une question à ce sujet. Ils ne sont pas amis, et quand bien même il ne regrette pas de l’avoir agressé juste pour en définitive avoir eu l’opportunité de lui parler, le fait qu’elle ne se montre pas plus curieuse ne le dérange pas outre mesure. Les yeux rivés sur son manuel de runes, Artemis ne lève pas les yeux vers lui, ou plutôt, elle ne le fait que bien plus tard, noyant un peu plus le poisson et faisant s’agrandir le trou béant de terreur qui se creuse au fond de sa poitrine. Nate est inquiet et angoissé, c’est normal, n’importe qui le serait à l’idée qu’un secret puisse ruiner votre vie. Littéralement. Non pas qu’il soit du genre impressionnable facilement, mais comme tout le monde il dispose d’un instinct de survie assez développer pour savoir quand s’aplatir à minima. Ne la quittant pas des yeux, lui, il l’observe se renfrogner une nouvelle fois lorsqu’il lui parle de jalousie et qu’il la surnomme Princesse. Cela n’a rien de moqueur, c’est même en définitive un surnom plutôt affectif qu’il lui a attribué. Elle pourrait très bien l’appeler bouffon qu’il ne s’en formaliserait pas plus que cela, comme il l’a dit, sa réputation il n’en a strictement rien à faire. Il y a bien plus grave et plus dangereux que quelques moqueries habituelles. Qu’on le pense fou quand il n’agit pas en tant que tel, qu’est-ce que ça change ? Ce n’est pas cela qui va lui donner la note nécessaire pour réussir ses BUSE ou encore les autres examens. Il la sent monter sur ses grands chevaux quand il la coupe et lui précise que les filles qui les observent en gloussant ne sont pas ce qu’il y a de plus sincère. Nathaniel n’est pas là pour lui apprendre ce qu’est la vie à Poudlard, elle n’en a pas besoin, il ne fait que lui montrer à son tour que lui aussi est capable de voir des choses et de les analyser.

C’est bien pour ça que…

Il se redresse et vient se positionner en face d’elle, la coupant sans le vouloir dans son élan et il arque un sourcil interrogateur en ce sens, mais la jeune sorcière continue sur un autre point qui lui arrache finalement un léger sourire tandis qu’elle reprenait sa lecture.

« Certains te diraient que mon cas a déjà dépassé le stade de la consultation et que je suis bon pour être interné. ». Le pire ? C’est que c’est vrai et qu’il ne ment pas le moins du monde.

Le sujet redevient malgré tout sérieux et le Trelawney ne peut s’empêcher de demander pourquoi. Elle n’a rien dit et ne l’a pas dénoncé, d’aucun ne se seraient pas gênés pour le faire, persuadés que ça leur vaudrait des louanges ou autres privilèges. Dénoncer un voyant, un don jugé si précieux et important à utiliser pour Voldemort. Pourquoi se priver ? Artemis a en sa possession une information qui pourrait tout changer de sa vie et pourtant elle n’a rien dit. Il aurait pu être rassuré et s’en aller mais il n’est pas résolu à partir sans au moins un semblant de réponse à cette question alors il attend, la scrute de ses prunelles d’un bleu éclatant, bras croisés autour de ses genoux comme s’ils avaient une discussion des plus simples. Lorsque les prunelles de la jeune fille se relèvent une nouvelle fois dans les siennes, il ne cesse de la fixer et écoute chacun de ses mots. Son attitude n’a absolument rien à voir avec celle de la dernière fois, et c’est le véritable Nathaniel qui lui fait face, plus calme, plus posé. Bien sûr il a des élans de colère et peut devenir sanguin selon la situation, mais il est loin d’être un mauvais bougre, juste un peu trop rebelle dans l’âme. Comme un lion en cage.

Il l’écoute lui cracher plus ou moins au visage qu’avec son nom de famille elle aurait pu se trouver n’importe quel ami. Oui, touché, certes, mais auraient-ils seulement été sincères ces amis-là ? A la fin de son discours, le sorcier ne peut qu’esquisser un fin sourire des plus naturels. Il ouvre d’ailleurs la bouche pour répondre lorsqu’il voit une feuille tomber délicatement dans les boucles brunes de Grimstone. Instinctivement, il vient retirer l’étrangère de la chevelure de son interlocutrice, sentant bien par son geste et le regard noir qu’elle s’apprêtait à lui lancer dans l’élan que ses doigts n’avaient rien à faire là. Qu’à cela ne tienne, il lui montre la feuille coincée entre ses doigts pendant qu’une autre tombe sur sa propre tête. Artemis ne perd pas une seconde et se met à éclater de rire. A n’en pas douter, malgré ce qu’on dit elle aussi est capable de partir au quart de tour et Nate la regarde sans comprendre, jusqu’à ce qu’elle ne lui balaye les cheveux pour faire partir la seconde intrus. Poussé par le rire cristallin de la jeune sorcière, il se met également à rire, de manière un brin plus discrète qu’elle mais il rit tout de même et l’inquiétude semble s’être envolée, laissant place à autre chose. Un lien d’amitié qui se tisse lentement peut-être ? Penchant la tête sur le côté, il récupère les deux feuilles entre ses doigts.

« Il semblerait que je m’en sois clairement pris à la mauvaise personne l’autre jour. » qu’il finit par dire les yeux rivés sur les feuilles automnales qu’il fait lentement tournoyer entre ses doigts avant que ces dernières ne semblent comme s’envoler en tournoyant de plus belle.

« Est-ce qu’on peut reprendre à zéro ? ».

Il esquisse un nouveau sourire, se redresse et se racle la gorge.

« Nathaniel. Plus couramment appelé Nate, je suis soit disant un fou et il paraitrait même que j’ai des moments d’absence. »





WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



Parchemin envoyé Mar 20 Déc - 12:38

avatar
avatar
profil
Je suis : Clem , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 08/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 224 hiboux. J’incarne : Lucy Hale , et l’avatar que je porte a été créé par : Texas-Flood Je parle en : #cc33ff



Je suis âgé de : 23 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Femme au foyer J’ai juré allégeance : à personne, je suis complètement perdu(e) et je ne sais pas sur quel pied danser, ni à quels saints me vouer. Côté cœur, : Fiancée à Lucius A. Goldstein
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Unexpected
So blind and so young

Artemis connaissait le coeur des gens. Elle avait eu tout le loisir de les observer et ce depuis sa plus tendre enfance. Les sourires qui semblaient complices mais ne reflétaient que des intérêts personnels, les mots gentils qui n’étaient que des flatteries pour obtenir quelque chose de vous, l’attention que l’on vous portait simplement pour se rendre agréable auprès de son père... Jouer l’enfant modèle, répondre à toutes les attentes pour rendre fier des parents qui peut-être ne vous envisageaient même pas comme le fruit de leurs entrailles mais seulement des objets qui les aideraient à conquérir toujours plus. Il y avait ceux qui vivaient aux crochets des uns, ceux qui gouvernaient les autres. Il y avait ceux qui utilisaient la peur comme Voldemort et ceux qui utilisaient leur charisme. Ceux qui suivaient et ceux qui dirigeaient. Ceux qui s’amusaient du malheur des autres et ceux qui passaient des heures à cancaner. Tout ça lui avait fait préféré rester loin des autres et le fait que Trelawney ne commença à lui dire qu’elle était seule et l’appelait encore Princesse. Dans sa bouche, ça sonnait comme quelque chose de mal. Il pointait du doigt un tas de choses : son sang, son éducation, une attitude peut-être mais contrairement à l’autre jour, ce n’était pas moqueur. Mais c’était ainsi qu’il la percevait... Elle n’avait jamais tant pensé à son image avant. Mais qu’il la pense trop précieuse la dérangeait. Mais lui aussi n’était pas dupe de tous ces jeux de paraître au final.

Ils ne sont pas amis. Et Artemis n’était pas vraiment décidée à franchir le pas. Alors quand elle crut qu’il allait commencer à se confier, elle le redirigea vers un psychomage. La réponse de Trelawney lui fit froncer les sourcils. Il n’avait pas tord. « Eh bien, peut-être qu’il vaudrait mieux rester loin alors, effectivement... » Elle ne le redirigea même pas vers sa famille, elle ignorait dans quel environnement il était. Après tout, il ne pouvait peut-être compter sur personne. Elle pouvait bien lui parler franchement, elle n’avait pas l’intention d’être une psy. Et de toute façon, la question qui l’intéressait le plus fut posée.

En fait, il voulait seulement s’assurer qu’elle ne dirait vraiment rien. Oui, beaucoup de sang purs l’auraient dénoncé, surtout si leurs parents soutenaient ce régime politique. Pas elle. Eh oui, surprise, il existait toutes sortes de nuances chez les sorciers « nobles ». Il y avait des gens qui pouvaient se montrer altruiste ou simplement trop lâche pour ruiner une vie. « Je pense que ta famille a connu suffisamment de chagrin dernièrement, non ? » Croisant son regard, elle finit par refermer ce livre. Elle se montrait vraiment impolie à lire, d’autant plus qu’elle n’y parvenait pas vraiment, il la déconcentrait toutes les trente secondes. Or, l’étude des runes exigeait une attention toute particulière, sans interruption. Et puis, elle se sentait obligée de se justifier.

Finalement, la nature fit bien les choses parce qu’elle éparpilla ses feuilles dans leurs cheveux. Artemis eut un léger mouvement de recul quand il attrapa la feuille qui traînait dans ses ondulations brunes. Son regard noir fut pourtant illuminé par une farce : une autre feuille traînait dans les cheveaux du blond, trônant fièrement sur son crâne comme la couronne d’une fée de l’automne. L’image la fit rire aux éclats. Elle le vit lui aussi rire, même s’il essayait de rester discret. C’était assez étrange. Ces moments là, pour elle, étaient rares. Elle n’avait pas eu d’échanges sincères depuis... Longtemps. Elle baissa les yeux, se remémorant ce temps où la vie n’était qu’une succession de jours dans la vie d’une enfant. Trelawney finit par admettre qu’il avait mal agi. Artemis hocha la tête. « Oui. Tu as été plutôt injuste... »

Elle n’allait pas nier. Son comportement avait été des plus odieux et elle ne s’en remettait pas vraiment même si elle semblait socialiser. Il allait pouvoir repartir à ses occupations, rejoindre ses petits copains et la vie reprendrait son cours. Peut-être qu’ils se salueraient au détour d’un couloir. Son coeur se serra légèrement. Il interrompit le flot de ses pensées quand il demanda à reprendre de zéro. La cadette de la troisième branche des Grimstone l’interrogea du regard en hésitant alors qu’il se levait. Oh. Une présentation. Nathaniel. Ou Nate. Ce serait donc Nate. Elle sourit et tendit sa main, non pas pour la serrer mais par habitude, liée à son éducation. « Artemis Grimstone, unique fille et cadette de Lazlo Grimstone, politicien. Il s’agit de la 3ème branche des Grimstone même si nous sommes les premiers à être arrivés en Angleterre. » Elle récitait son pédigrée avec une habitude déconcertante. « Ravie de faire votre connaissance, Nate ». Une fois les formalités faites, elle baisa le nez. « Je n’ai pas vraiment de surnom par contre... » Cette constatation lui pinça le coeur, encore une fois. Par Merlin, sa vie était d’un vide... Elle déglutit, ignorant alors que ce vide serait bientôt un souvenir, au moins pour les prochaines années.



Parchemin envoyé Mar 20 Déc - 20:46

avatar
avatar
profil
Je suis : Texas-Flood dit "TF" , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 06/12/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 353 hiboux. J’incarne : Liam Hemsworth , et l’avatar que je porte a été créé par : Morrigan - Ectra (gif profil) - Astra (codes signa) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Caïn, le mangemort chasseur badass de créatures magiques et Eden, le Grimstone Russe globetrotter Je parle en : #cc9966



Je suis âgé de : 25 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Concepteur et réparateur d'objets magiques pour le Département R&D de l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : vit secrètement aux yeux du monde une idylle avec son premier amour, Artemis Grimstone.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 


Fill your heart with a glimpse
of trust

FT. ARTEMIS V. GRIMSTONE


Elle mentionne l’idée qu’il vaudrait peut-être mieux rester loin de lui et ça le fait sourire de nouveau tandis qu’il ne la quitte pas des yeux. Haussant légèrement les épaules il la fixe distraitement. « J’aime à croire que tu t’es déjà fait ta propre opinion sur la question toi-même. ». Il l’interroge alors sur la raison du pourquoi elle n’a rien dit au nouveau Directeur de l’école car il demeure véritablement surpris. Ce n’est pas tant le fait qu’elle n’ait rien dit Elle, qui le surprend, mais les directives sont tellement claires dans le monde des mangemorts vis-à-vis du don de voyance et de la surveillance rapprochée que subi sa famille qu’il est étonné qu’elle ne s’en soit pas servi contre lui. Soulagé et agréablement surpris même.

Je pense que ta famille a connu suffisamment de chagrin dernièrement, non ?

En y pensant, Nathaniel sent son cœur se serrer et c’est comme si l’image de Leona flottait constamment devant ses yeux. Son regard grand ouvert sur le plafond du Poudlard Express. Ses doigts devenus aussi rigides et froids que la glace elle-même. Un corps mort qui ne bougerait plus jamais. Une partie de lui qui s’en est allé. Jamais plus il ne connaîtra ce lien si particulier qu’il avait avec sa jumelle, à jamais seul. Inlassablement seul face à ce monde devenu encore plus fou que la folie dont on l’accable chaque jour. En silence il baisse la tête vers le sol, déglutit et relève ses prunelles dans les siennes. La lueur bleue s’est légèrement ternie. Il ne peut parler de Leona à personne si ce n’est à Charlotte, mais Charlotte l’ignore royalement depuis l’incident, comme si elle craignait qu’il ne lui en veuille ou lui hurle dessus. De rage car sa véritable sœur s’est sacrifiée pour la sauver elle. Il n’y a pas d’acte plus noble que celui-là, et même Magnus, son père, n’avait pas pu dire le contraire malgré le chagrin. Nate aurait pu tomber en miettes après ça, ne pouvant pas faire officiellement son deuil, obligé de le cacher aux yeux de tous pour ne pas griller la couverture de la meilleure amie de sa sœur. Il ne fera rien de stupide et le gardera caché à l’intérieur de lui le temps qu’il le faudra. Mais de toute manière, tôt ou tard, il sait que Voldemort paiera pour tout ça. Pour tout ce mal. Pour Leona, Sybille et tous les autres qui ont souffert. Pour tous ceux qui souffrent encore.

La feuille automnale qui vient se glisser dans les cheveux de la jeune sorcière arrive à point nommé et en à peine quelques secondes ses doigts récupèrent la fautive contre l’avis même du regard noir qu’Artemis s’apprêtait à lui lancer, effectuant un geste de recul discret mais conséquent. De ceux qu’elle ne pourrait nier. Nathaniel ne peut toutefois pas lui en vouloir, ignorant que par la même occasion il héritait également de sa propre feuille d’arbre offerte par le vieux chêne. La sorcière se met à rire à gorge déployée en lui disant combien il est ridicule, et il ne peut retenir son rire de la rejoindre. C’est communicatif et l’atmosphère n’a plus rien à voir, elle n’est plus aussi lourde de tension qu’à son arrivée ou à l’image de l’autre jour. Puis, contre toute attente, le Trelawney reconnait son comportement injuste envers elle et en accepte la confirmation de sa part. Esquissant un sourire en coin, il lui demande alors de repartir de zéro, comme si rien ne s’était passé, et aussi dans le but de connaître son prénom, chose encore inconnue pour lui. Elle lui tend la main et le sorcier ne sait pas trop quoi faire avec alors il la serre gentiment tout en lui souriant pendant qu’elle lui raconte être fille de politicien d’une troisième branche de Grimstone. Sa famille est immense, c’est un véritable constat qu’il fait sur le moment mais il ne dit rien, se contentant d’être amical. Et lorsque, enfin, elle lui avoue ne pas avoir de surnom en baissant le nez, il signe à la négative.

« Non c’est faux, tu en as un. Enfin si tu acceptes le fait qu’il n’est en rien moqueur ou prétentieux. »

Nate lui offre un nouveau sourire en lâchant sa main.

« Si tu m’autorises… Tu seras… Princesse. »

Se relevant définitivement, il lui tend à son tour la main pour l’aider à se lever.

« Enchanté de faire ta connaissance, Artemis. »

Son prénom a une consonance qu’il apprécie, ses parents ont bien choisi pour sûr. Il ouvre la bouche quand la troupe de filles se dirige droit vers eux et qu’il entend ses propres amis l’appeler. Jetant un rapide coup d’œil vers ses camarades masculins, puis offrant un regard plus sec à la troupe de pimbêche, il soupire.

« On se retrouve demain après-midi sous le vieux chêne après l’entraînement de Quidditch ? »

Sans grand espoir d’obtenir un oui, il reste patiemment immobile en attendant la réponse, les harpies n’étant pas encore tout à fait à leur portée pour entendre quoi que ce soit.

THE END.
Sujet terminé



WILL WE EVER LET IT GO.
I don't want to know what it's like to live without you ☽ I don't want to know who we are without each other. It's just too hard. That broken piece, let it go and unleash all the feelings.



 

So blind and so young ▬ NATHANIEL&ARTEMIS ▬ 20 Septembre 1981

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]
» Nathaniel Ourobor [ACCEPTE] ~> Serpentard
» 06. Let's be young folks together - PV Santana
» règles floues sur le nob qui dirige les blind'boyz
» IF I DIE YOUNG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Pré Au Lard :: Poudlard-