Partagez | 
(Sihanne) ◊ « Rise up. »

()
Parchemin envoyé Lun 28 Nov - 19:24

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 790 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé d'un mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne

❝ Rise up. ❞
- Hanne Goldstein & Erzsébet Grimstone -
« I'm nothing like the kid next door. »
Mangemort. Ca va lui coller à la peau. Ca va se graver dans son histoire, quoiqu’elle pense réellement, quoiqu’elle tente de faire. Mangemort, c’est un affront absolu à ses origines, à la neutralité des Grimstone. Pas de Marque sur la peau laiteuse parce que jamais elle n’accepterait une telle soumission mais suite aux évènements de Samain, elle a été forcée de se rendre à l’évidence : elle ne sauverait sa peau qu’en acceptant les propositions incessantes de rallier la cause. Elle ne pourrait vivre en paix relative qu’en devenant ce qu’elle avait refusé à Kenan, et ça lui bouffait le coeur, ça la rendait folle de rage, de tristesse. Ca n’était pas ce qu’elle voulait être, ça n’était pas ainsi qu’elle aurait voulu se marier, élever des enfants et vivre, ça n’était pas son idéologie, elle pour qui le sang valait autant que l’esprit. On lui proposait pourtant un accès à des connaissances qu’elle ne pouvait plus refuser, une sorte de sécurité sur le fil du rasoir à chaque attentat. Oh non, Sissi n’accepterait pas pour autant de tuer gratuitement ou de torturer, elle offrait son cerveau, pas une quelconque brutalité. Elle offrait ses talents, pas le meurtre. Ils avaient déjà assez de soldats dévoués pour ces basses besognes. Les talons résonnent dans les couloirs du Ministère de la Magie, laissant la jeune femme contemplative du décor qu’elle ne pensait jamais pouvoir contempler du point de vue d’employée - à peu de choses près. Alastar Rackharrow y avait travaillé et cela lui faisait un pincement au coeur, de le savoir loin, en fuite. Inutile pourtant de s’attarder sur ce sentiment. Les longs cheveux roux attachés en une queue de cheval et la robe noire ne font qu’accentuer cette impression d’obscurité qu’elle dégage chaque jour un peu plus, noyée dans cette magie qui était devenue sa bouée de sauvetage, dans ces expériences qu’elle poussait toujours plus loin. Savoir c’est pouvoir demeurait la devise de sa lignée. Sur ses pas, le cobra noir d’environs deux mètres glisse sur le sol, le regard jaune s’attardant sur chaque personne croisée comme pour en mémoriser l’existence. Inutile de cacher ce qu’elle était, désormais, inutile de tenter de ne pas effrayer. A quoi bon ? Ca n'était plus ce qu'on lui demandait.

Département de recherche et développement, ce serait presque flatteur si ça n’était pas sous un tel régime politique. La baguette de bois blanc roulant entre ses doigts tandis qu’elle rejoint le Département des Mystères, Sissi se résume toutes les erreurs qu’elle a pu faire. C’était elles finalement qui lui avaient sauvé la vie, rendu sa liberté. Ce jour là, elle ne travaillerait pas sur le véritaserum mais avec Hanne Goldstein, lieutenant du défunt Lord, sang-pur renommée, femme accomplie. Elle ne savait pas trop, la gamine, ce qui attirait tant l’attention chez elle. Alastar avait accepté de travailler avec elle sur des expériences personnelles dans le plus grand secret, nombre de personnes s’étaient intéressées à son cas et elle, elle ne voyait pas ce qu’elle pourrait avoir de plus que les autres. Il y’avait bien sa faculté à parler aux serpents mais elle n’était en fin de compte qu’un détail, elle ne justifiait pas le regard d’Hanne. A vingt-deux ans, que pouvait-elle avoir qu’on ne trouve pas chez des sorciers plus expérimentés ? Brillante, disait-on.

Le sifflement indique à Daksha de s’arrêter, ce qu’il fait sur l’instant. Elle est là, la belle blonde assurée. Goldstein, c’était un nom qui savait glisser sur la langue. « Madame Goldsstein. » souffle-t-elle poliment, cessant de faire tourner la baguette. Les yeux vairons trahissent une certaine froideur, pour laquelle Sissi avait d’ailleurs été longtemps réputée. La Grimstone étrange, la Grimstone sans coeur, sans émotions. Beaucoup avaient fini par savoir que ça n’était qu’une façade, parmi ses proches, mais ça ne trainait pas encore comme rumeur au sein des Mangemorts. « Vous vouliez me voir ? » Ca n’était pas comme si un serment inviolable n’impliquait pas d’obéissance lorsqu’elle était réclamée, n’est-ce pas ? Avec tout cela, elle n’avait pas eu le temps d’avoir une conversation posée avec Kenan. Ni même avec sa famille qui devait déjà entreprendre de l'écarter du cercle familial plus qu'elle ne l'était déjà.  
code by lizzou — Italique : fourchelang — Sissi : #477C64




Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Lun 28 Nov - 22:28

avatar
avatar
profil
Je suis : Mister D. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 111 hiboux. J’incarne : Cate Fucking Blanchett , et l’avatar que je porte a été créé par : Lux Aeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : La Lestrange oubliée, Calypso. Je parle en : #990033



Je suis âgé de : 47 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Unspeakable, Directrice du Département du Temps au sein du Département des Mystères — Général de Voldemort J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Mariée à un époux qu'elle n'a jamais prétendu aimer, elle préfère accorder ses attentions à Aoife Meadowes, dans le secret et le vice le plus total ; la Meadowes lui appartient, et elle a déjà tué pour le lui rappeler. Champ Libre :

Cliniquement psychopathe, ne connait ni l'empathie ni le remord † A commis nombre d'atrocités † Est obsédée par la possibilité de contrôler le Temps † Ne défend que ses propres intérêts † A assassiné et dévoré son mari vivant † Sa folie ne connait pas de limites.



malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

   
Rise Up.
(patricia kaas) ▽J’étais comme le ciel étendue sans nuance
Ma valise était faite, une embellie passait
Je n’attendais personne, j’aimais bien ce silence
Je sais tout simplement que l’on n’oublie jamais

L’obsession était quelque chose de dangereux. Clairement, ce n’était pas un comportement sain, surtout lorsque cela finissait par nuire à l’entourage, et à la personne elle-même. Hanne se fichait de son entourage. Sa seule famille était en Allemagne. Les Goldstein n’étaient devenus qu’une excuse pour légitimer sa présence en Angleterre, et notamment, son accès aux ressources du Département des Mystères. D’ailleurs, si elle venait un jour à partir, elle prendrait grand soin à vider la Salle du Temps avant de rentrer sur ses terres natales. Ca ne lui appartenait peut-être pas, quoi qu’il en soit, elle se l’était approprié au fil d’expériences et de recherches, et pour rien au monde n’abandonnerait-elle ce qu’elle considérait comme étant sa collection de Time-Turners personnelle. Elle était tout autant capable d’assassiner chaque personne ayant travaillé avec elle. Le serment inviolable des Langues-de-plomb avait beau être quelque chose de très important, et de très puissant, elle faisait plus confiance à la mort qu’à un sort magique. Elle pensait que tout sort pouvait être brisé, avec un peu de volonté ; alors elle préférait quelque chose de plus, disons, définitif. Mais pour revenir à nos moutons, la nouvelle obsession plus précise d’Hanne, c’était de chercher à recréer un Time-Turner. Mais pas n’importe lequel. Les petits tourne-temps, qui permettaient de remonter de quelques secondes, d’une heure, ou même d’une journée, au maximum, elle savait les faire. Non, ce qu’elle voulait, c’était recréer un véritable Time-Turner, un des rares qui permettait de remonter aussi loin qu’on le souhaitait, sans aucune limite de temps.

Ce petit projet, elle était dessus depuis quelques longues semaines. Après avoir récupéré, non sans mal, le dernier tourne-temps en date capable d’offrir une telle liberté, elle avait souhaité en être la créatrice à son tour. Cependant, tous ses essais étaient voués à l’échec. La magie, elle la connaissait bien, pourtant. Le tourne-temps qu’elle portait toujours autour de son cou, l’héritage familial, était l’un de ceux qui n’avaient aucune restriction. Elle avait pu l’essayer, à son gré, pour en comprendre le fonctionne. Et elle était on ne peut plus intime avec le bijou ; ce n’était pas ça qui posait problème. Ce n’était pas non plus une quelconque faiblesse quant au fonctionnement des Sables du Temps. Les Sables, elle savait les manipuler, elle savait s’en servir, elle savait les intégrer jusqu’au corps humain. Non, ce qui lui posait problème, c’était de créer un bijou assez résistant pour contenir les Sables du Temps. Tous ses essais avaient terminé en des explosions assez graves, dont la dernière avait failli lui faire perdre une main, et quoi qu’elle tente, cela finissait par se solder par un échec. Alors, elle n’avait plus le choix : il fallait enrôler quelqu’un d’autre dans son projet.

Hanne n’était pas très ouverte à l’idée de partager ses recherches avec qui que ce soit, et admettre avoir besoin de l’aide de quelqu’un, c’était comme lui arracher un rein. Cependant, elle n’était pas non plus orgueilleuse au point de se saboter elle-même, et elle savait qu’elle ne réussirait probablement jamais à trouver la solution, ou alors, dans trop longtemps. Sa solution : une nouvelle recrue. Pas des Mangemorts en particulier, mais du régime. Miss Grimstone, elle n’en avait entendu parlé que de nom. Elle connaissait l’existence de son magasin, mais elle ne s’y était jamais rendu. Ce qu’elle savait d’Erzsébet, c’était ce qu’elle avait entendu d’elle. Un génie, le mot revenait souvent, prodige, brillante, efficace, professionnelle. C’était tout ce dont l’Allemande avait besoin. Alors, une première fois, elle l’avait faite venir au sein du Département des Mystères. Elle l’avait entraînée assez longtemps pour qu’elle sache se repérer, pour qu’elle connaisse les salles, et surtout, pour qu’elle prête serment. Au sein du Département, Hanne n’était guère un Mangemort. C’était un chercheur, et rien n’importait plus que ses recherches, et le secret. Les allégeances, la qualité du sang, elle s’en fichait presque. Tant qu’il y avait la capacité magique. Et Erzsébet avait montré grande qualité. C’était tout ce qui importait.

Hanne était à présent prête à travailler avec elle. Elle était prête à commencer, elle en était presque anxieuse. Pas stressée, non, mais excitée, terriblement excitée. Alors elle avait fait appeler Miss Grimstone. Et si les pas qu’elle entendait appartenaient bien à qui elle pensait, la jeune femme était ponctuelle. Son nom, elle l’entendit presque sifflé par la langue si particulière de la nouvelle venue, et ça lui arracha un sourire. Elle se redressa alors, et retira les lunettes qu’elle portait, dévisageant Erzsébet avec un œil tout aussi froid que le regard qui lui était adressé. S’il y avait bien quelque chose qu’elles avaient en commun, c’était cette aura de glace qui les entourait, qu’elle soit forcée ou naturelle. Les lèvres d’Hanne s’étirèrent dans un sourire presque carnassier, et elle fit un pas vers sa nouvelle apprentie, réarrangeant distraitement ses robes.

 « Yes. Good. I like punctuality. » Elle tendit un bras vers la jeune femme, l’invitant à rentrer plus loin dans le laboratoire. « I hope you don't have anything planned today, because I’m putting you to work. »

L’excitation n’était qu’à peine cachée dans sa voix, et elle attrapa le biceps de la rousse, la guidant d’une main ferme, assurée sans être douloureuse, vers la paillasse recouverte de croquis, de calculs, et d’un petit sablier contenant une infime partie des Sables du Temps. Inspirant, son nez capta l’odeur caractéristique d’un reptile et elle relâcha la jeune femme, la regardant du coin de l’œil.

« Your familiar should probably find a place to rest within the lab. Working with pure Time can cause trouble and well … I haven’t had the chance to test on snakes. It would be difficult to reverse, should anything happen. »


Elle ne savait pas bien pourquoi elle portait de l’intérêt à un animal, qui plus est qui n’était pas le sien, mais elle avait le sentiment que si quelque chose venait à lui arriver, elle perdrait probablement la participation d’Erzsébet. Et ceci, pour le moment, elle ne pouvait se le permettre.
▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

   



Traductions:
 





Parchemin envoyé Mer 30 Nov - 14:52

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 790 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé d'un mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne

❝ Rise up. ❞
- Hanne Goldstein & Erzsébet Grimstone -
« I'm nothing like the kid next door. »
Le contact avait tendance à avoir un effet extrêmement répulsif sur Erzsébet, mais cela Hanne ne pouvait pas le savoir. « Yes. Good. I like punctuality. » C’était au moins une qualité qu’elle possédait, la ponctualité, la jeune femme ne fit cependant aucun commentaire, suivant le geste de la langue-de-plomb vers le laboratoire. « I hope you don't have anything planned today, because I’m putting you to work. » Que répondre ? Qu’elle avait mille autres choses à faire ? Inutile, ça n’avait guère d’importance au regard du lieutenant qui n’aurait pas requis sa présence s’il y’avait réellement eu matière à négociations. Elle était joaillière avant tout, elle avait donc nombre de commandes en cours, nombre de clients à satisfaire et trop peu d’heures dans une journée. Se reposer était devenu une option, quinze jours plus tôt, dés lors qu’elle avait mis les pieds au Ministère. Entraînée avec fermeté mais sans violence vers la paillasse couverte de croquis, la rousse se raidit, dans un sifflement incontrôlable, caractéristique de son rejet. Le serpent à ses pieds ne tarde pas à dévoiler ses crochets, stoppé par un geste autoritaire de sa propriétaire. « Excusez-moi.. je. Je réagis mal au contact que je ne peux anticiper. » Elle s’excuse, parce qu’elle a conscience que sa réaction est disproportionnée aux yeux des gens. Si elle n’a aucun mal à se vautrer dans la luxure avec son fiancé, à accepter la proximité de son futur beau-père, elle gère extrêmement mal ce qui vient d’autres personnes, de ceux qui lui sont étrangers, comme une méfiance exacerbée.

« Your familiar should probably find a place to rest within the lab. Working with pure Time can cause trouble and well … I haven’t had the chance to test on snakes. It would be difficult to reverse, should anything happen. » Elle tourne son regard vairon vers Daksha qui s’avère toujours en tensions, peinant sans doute à comprendre ce qui liait sa propriétaire à la mangemort, animal surprotecteur. Sissi se décontracte légèrement. « Ne vous en faites pas pour lui. Il n’a rien d’un serpent ordinaire. » Loin de là, même. Elle esquisse malgré tout un geste de la baguette, indiquant une direction à la bestiole qui ne se fait pas prier, qui y rampe docilement. Elle n’avait pas besoin de parler en fourchelang pour se faire comprendre, pas plus qu’elle n’avait besoin de communiquer tout court, en fin de compte. Il n’était réfractaire que si Sissi était instable, que si elle était en désaccord avec ses propres décisions, ce qui n’était pas le cas au sein de la salle du Temps.

Elle se penche finalement sur les croquis, elle observe les recherches étalées là, cherchant à comprendre ce qui pouvait bien ne pas fonctionner. Hanne Goldstein n’était pas une amatrice, elle gérait les sables sans aucune difficulté, il lui semblait ainsi évidemment que le problème réside dans le contenant. « Daksha, va chercher les échantillons. » siffle-t-elle à la créature qui s’extirpe sans mal de la pièce. « Auriez-vous un modèle qui fonctionne exactement comme celui que vous voulez créer ? Il se peut que certains métaux précieux ne soient pas assez réceptifs à la magie que vous voulez utiliser. Cela dit, je n’y connais pas grand chose en Retourneurs de Temps, ça n’est pas un outil que l’on croise régulièrement. » Elle préférait être honnête car si on jugeait Erzsébet particulièrement talentueuse pour son jeune âge, elle ne prétendait en aucun cas être aussi exceptionnelle qu’on pouvait le déduire à l’écoute de certaines rumeurs. Elle était une Grimstone, c’était avant tout cela, elle avait reçu une éducation qui la poussait à toujours vouloir atteindre l’excellence et elle avait hérité des travers oubliés de ses ancêtres, ceux dont sa lignée taisait les noms, ceux qui auraient vendu leur âme pour une bribe de connaissances. Paix à l'esprit de celui qui était mort entre les crochets de son propre Basilic, trois-cents ans plus tôt. « Sauf votre respect, madame.. pourquoi voulez-vous créer un objet que vous côtoyez tous les jours ? » C’est qu’elle est polie, la gamine. Parfois insolente mais respectueuse, dans la mesure du possible, de la hiérarchie. Ca en décontenançait plus d’un, de tels paradoxes, quoiqu’elle doutait qu’Hanne Goldstein puisse être réellement décontenancée par si peu. Elle travaillait au Département des Mystères, les paradoxes avaient de quoi devenir son quotidien.  
code by lizzou — Italique : fourchelang — Sissi : #477C64




Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Ven 2 Déc - 15:40

avatar
avatar
profil
Je suis : Mister D. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 111 hiboux. J’incarne : Cate Fucking Blanchett , et l’avatar que je porte a été créé par : Lux Aeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : La Lestrange oubliée, Calypso. Je parle en : #990033



Je suis âgé de : 47 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Unspeakable, Directrice du Département du Temps au sein du Département des Mystères — Général de Voldemort J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Mariée à un époux qu'elle n'a jamais prétendu aimer, elle préfère accorder ses attentions à Aoife Meadowes, dans le secret et le vice le plus total ; la Meadowes lui appartient, et elle a déjà tué pour le lui rappeler. Champ Libre :

Cliniquement psychopathe, ne connait ni l'empathie ni le remord † A commis nombre d'atrocités † Est obsédée par la possibilité de contrôler le Temps † Ne défend que ses propres intérêts † A assassiné et dévoré son mari vivant † Sa folie ne connait pas de limites.



malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 
Rise Up.
(patricia kaas) ▽J’étais comme le ciel étendue sans nuance
Ma valise était faite, une embellie passait
Je n’attendais personne, j’aimais bien ce silence
Je sais tout simplement que l’on n’oublie jamais

C’était le bruit d’un serpent qui dévoile ses crochets qui la fit relâcher le bras de la jeune femme, et instantanément, ses yeux furent attirés vers la tête du reptile, reptile rapidement calmé par sa maîtresse. Elle ne le lâcha pas du regard, pourtant, un rien captivée par les billes meurtrières qui lui arrachèrent un sourire. L’animal était dangereux, c’était certain, mais elle n’avait pas non plus de doutes qu’elle pourrait en faire une bouchée, si nécessaire. Pourtant, l’Allemande n’avait jamais été particulièrement en confiance, lorsqu’elle était en contact avec ces animaux. Elle avait toujours évité Nagini au possible, même si le serpent gigantesque ne l’avait jamais trop embêtée, et elle faisait toujours en sorte, lors de ses sorties animales, de ne jamais se retrouver nez à nez avec les reptiles. Elle ne comprenait pas bien l’attrait de certains sorciers pour ces rampants, qu’elle trouvait malgré elle dégoûtants, et qui la rendait particulièrement inconfortable. Malgré tout, le petit cobra — car après Nagini, la taille des reptiles était toujours remise en jeu —ne l’inquiétait pas plus que cela. Hanne n’était cependant pas non plus stupide, il était inutile de provoquer le familier sans raisons. Et elle pouvait comprendre la volonté de ne pas vouloir se faire toucher. Alors, Hanne balaya son excuse d’un mouvement vague de la main, détournant enfin les yeux de la forme intimidante du reptile, et se reconcentra sur la paillasse contenant ses calculs, l’expression de son visage devenue concentrée.

La jeune femme avait beau lui dire que l’animal ne risquait rien, l’Allemande en restant sceptique, et cela pouvait se lire sur son visage, lorsqu’elle porta son regard sur la Grimstone. Le serpent n’avait beau pas être ordinaire, comme le disait Erzsébet, ça ne l’immunisait absolument pas contre les effets du temps. Même Hanne, qui avait travaillé sur le sujet pendant un peu moins de vingt ans, n’en avait pas vu tous les effets. Elle-même avait été touchée, ce que personne, ou peut-être une, savait. C’était à force de temps et de patience qu’elle avait réussi à inverser les effets, mais ce souvenir était en permanence gravé dans sa mémoire : il ne fallait pas faire n’importe quoi lorsque l’on était en présence des Sables du Temps. Et si pour l’instant, l’explosion des Tourne-Temps n’avaient pas eu de conséquences visibles, elle avait le sentiment que quelque chose allait arriver incessamment sous peu. Avec un peu de chance, ce ne serait rien de trop grave. Au pire, l’effondrement de la pièce, dû à un vieillissement précoce. Ce ne serait pas la première fois que cela arrive. Mais Hanne ne préférait pas penser à cela, parce que les conséquences pouvaient aussi être bien plus graves. Après tout, elle avait failli y perdre la vie plusieurs fois, dans ce laboratoire.

Elle fut jetée hors de sa réflexion par le sifflement incroyablement désagréable qui émanait de la jeune femme. Le fourchelangue, qu’elle n’avait entendu auparavant que de la bouche du Dark Lord, était quelque chose qui la révulsait. Ce langage (cette abomination) lui retournait les entrailles, lui faisait crisper les poings, dans un effort qui lui paraissait presque surhumain, de faire disparaître son inconfort. Si elle put l’ignorer une première fois, la seconde fois qu’elle entendit le corps du serpent se mouvoir sur le sol de la pièce, un violent frisson la traversa. Elle se redressa, presque violemment, et fit quelques pas pour s’écarter de la paire, un grognement se coinçant dans sa gorge. Si elle avait été sous forme animale, elle n’avait nul doute que l’intégralité de sa fourrure serait hérissée. Elle montra les dents, réflexe animal orienté vers le mur, le dos bienheureusement tourné, et se força à décrisper ses poings, et à ravaler son dégoût. La voix de la Grimstone s’éleva à nouveau, humaine cette fois-ci, et Hanne se tourna alors pour lui faire face, son expression réarrangée dans une indifférence méticuleuse. La réflexion avait du bon, et la blonde sourit légèrement, satisfaite de l’esprit de l’Anglaise. Elle acquiesça silencieusement, d’abord, avant d’avancer vers elle.

« I have one, yes. And worry not, dear. I just need you to create a container strong enough to endure the passing of Time. Leave the technicalities to me. »


Et joignant le geste à la parole, elle attrapa la chaîne autour de son cou avec grande délicatesse, enserrant le Tourne Temps entre ses doigts, et le dégageant de sa nuque. D’une main assurée, même si ses yeux trahissaient un instant son inquiétude, elle le tendit vers Erzsébet. Sa possession la plus précieuse, le Time Turner de sa famille, légué de génération en génération, et qu’elle avait, certes, dérobé à ses parents le jour de son départ. Mais enfin, s’ils n’étaient jamais venus le chercher, c’est qu’il ne les intéressait guère.

« Be careful with that. It’s centuries old. The oldest, some say. Ah. »


Elle se perdit un instant dans ses pensées, le regard posé sur l’objet, à présent entre les mains de la jeune rousse. Il y avait une lueur d’envie, quelque chose de peut-être malsain, lorsqu’elle regardait le pendentif particulier. Elle se secoua, sembla-t-il, pour sortir de sa transe, un peu comme l’aurait fait son animagus, et elle prit soin de détourner le regard, le reportant sur ses calculs. Distraitement, elle traça les lignes, relisant peut-être pour la centaine fois les signes qui ne voulaient, pour d’autres, rien dire.

« Why, you ask ? Every Time-Turner is unique. » A ça, elle guida la jeune femme vers le mur recouvert de Tourne-temps, bien consciente de ne pas la toucher. « I know everyone of them, I know what they do, how they work. Some will take you an hour back at most, some a day. A couple will show you the future. Those, I know as if I had made them. Those, I can create. »


A ces mots, elle s’écarta, venant se poser devant le Sablier, grande œuvre incompréhensible, qui contenait les Sables du Temps. Ils pulsaient légèrement, d’un rythme inconnu, et une fois n’est pas coutume, elle trouvait leur vue rassurante.

« They are others, though. Like the one you hold in your hand, some can take you without limit of time. Mine will open the future to you, and another will open the past. Those, I struggle to recreate. The container is simply not strong enough to hold the power it’s meant to. »


Elle se tourna finalement vers l’Anglaise, la perçant d’un regard glacial, mais illuminé de passion, de curiosité, et quelque chose, toujours, qui rendait mal à l’aise dans son intensité.

« I want to create one because I want to understand. I want to create one because I want to hold Time in my hands. Find the perfect balance that will allow me to walk the past and the future with the same, beautiful, perfect, Time-Turner. »


Elle se dirigea vers la paillasse, à nouveau, et elle récupéra avec délicatesse le petit sablier, contenant une infime partie des Sables du Temps. L’instant d’après, d’un geste brusque, elle balaya tout ce qui était posé sur la table. Les rouleaux de parchemins tombèrent au sol dans un fracas d’encre, de plumes, de livres, de métaux, et de fines chaînes. Elle reposa le sablier au centre de la table, et se tourna vers la Grimstone, souriant.

« Don’t you want to be a part of that as well ? To know that you were able to contain Time itself ? »


▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

 




Traductions:
 





Parchemin envoyé Ven 2 Déc - 17:39

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 790 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé d'un mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne

❝ Rise up. ❞
- Hanne Goldstein & Erzsébet Grimstone -
« I'm nothing like the kid next door. »
Les serpents avaient cet incroyable talent à provoquer le dégoût chez la plupart des sorciers, les rapprochant des moldus, faisant d’eux des êtres humains parfaitement ordinaires sans que le sang n’entre en jeu. L’aspect rampant de ces créatures mettait mal à l’aise, comme si rien n’était plus dérangeant que de voir quelque chose se mouvoir sans l’aide de la moindre patte et si Sissi ne comprenait pas exactement la raison qui provoquait cette angoisse, elle avait appris à l’accepter avec le temps. Les sorciers y voyaient un symbole malveillant, d’autant plus les anglais qui avaient eu dans leur histoire des êtres tels que Salazar Serpentard ou Lord Voldemort. Plus jeune, la rousse s’était étonnée de tant de haine envers ces animaux sifflants qu’elle trouvait aussi fascinants qu’aptes à démontrer de l’intelligence puis elle avait intégré que personne ne les comprenait, qu’ils restaient associés aux venins mortels, au danger et à la ruse. Le dégoût que provoquait le fourchelang était proportionnel à ce que faisait la vue d’un serpent, en général et peu arrivaient à en apprécier les sonorités particulières sans chercher à s’en détourner, Kenan s’avérant être une parfaite exception à la règle. Qu’Hanne s’écarte n’était finalement pas inhabituel, du coin de l’oeil elle a perçu cette sorte de façade, celle qu’elle utilisait elle-même pour dissimuler ses failles, celle qui servait à offrir le visage de l’indifférence, d’une froideur sans égale. Plus âgée, la Goldstein s’avérait bien plus talentueuse dans cet exercice et si Erzsébet a fait mine de ne pas remarquer ce dos savamment offert, ce fut surtout par respect. Qui était-elle pour juger de la raison qui rendait Hanne mal à l’aise ? Personne. Une vulgaire gamine à qui l’on offrait le privilège de voir la Salle du Temps. Elle était loin de s’imaginer le talent particulier de la blonde, loin de supposer que ceci dissimulait également une réaction de parfaite animagus, elle qui ne s’intéressait que trop peu à cet exercice. A quoi bon ? Elle était née avec une particularité déjà bien dérangeante pour ne pas ajouter une métamorphose, d’autant qu’une forme animale était souvent identique à un patronus, elle aurait eu des chances de se changer en un cobra aussi dangereux qu’instable. Il y’avait des folies qu’elle n’était pas prête à tenter. « I have one, yes. And worry not, dear. I just need you to create a container strong enough to endure the passing of Time. Leave the technicalities to me. » Comprendre lui était vital, défaut dont elle savait tirer avantage, quand il ne la poussait pas à creuser trop profond dans les sombres arcanes de la magie. Finalement le temps n’était-il pas tout aussi fascinant ? Le Retourneur dégagé de la nuque féminine, il fut déposé entre les mains de la joaillière avec une forme de réticence. Elle a détaillé le travail d’orfèvre, la qualité de l’objet, observant attentivement les différentes parties comme pour en comprendre la manière dont ils avaient été assemblés. Il y’avait forcément une constante, un secret qui rendait le tout aussi fin, délicat et résistant à la fois et ça ne pouvait pas se trouver uniquement dans les métaux utilisés. « Be careful with that. It’s centuries old. The oldest, some say. Ah. » lui avait-elle indiqué. Prudente, elle l’était lorsque ça ne lui appartenait pas, lorsqu’elle n’avait pas assez d’ouvrages et de connaissances concernant ce qu’elle approchait, bien que mettre sa vie en danger devienne lentement une habitude. On ne fait pas de grandes découvertes sans casser quelques oeufs. Chacune perdue dans un flot de pensées, les sorcières restèrent silencieuses un instant, les rouages de l’esprit tentant de faire leur travail.

« Why, you ask ? Every Time-Turner is unique. » Guidée vers le mur exposant nombre de ces objets auxquels la populace n’avait pas accès, Sissi ne pu qu’accrocher son regard sur l’ensemble, incapable d’en choisir un sur lequel fixer les yeux. Pouvait-on donc laisser tant de Retourneurs dans un seul et unique lieu ? Quoique le Département des Mystère ne laissait aucune occasion d’en dérober. Le Temps restait une fatalité pour beaucoup et plus Hanne s’expliquait, plus Sissi réalisait combien le futur ne l’intéressait pas, pas plus que le passé proche ; elle rêvait des périodes anciennes, des secrets oubliés, des vieilles magies dont elle cherchait à percer les secrets. Elle rêvait des Merlin et des Morgane, des illustres sorciers morts depuis trop longtemps. Elle pouvait toutefois entendre cette passion débordante qui faisait écho à la sienne : savoir et comprendre. A cet instant précis, elle a pensé à Alastar. Elle a pensé à cette proximité étrange qu’elle ressentait en sa compagnie et qui n’existait pas au même degré avec Hanne. Elle a pensé qu’elle avait perdu des mois, en ne se glissant jamais entre les murs du Ministère de la Magie. Trop jeune, trop proche de ceux qui n’étaient pas de son âge, si distante avec ceux qui l’étaient et dont les préoccupations l’indifféraient. Qu’aurait-il dit, Alastar, devant la Salle du Temps ? Elle reporte son attention sur ce qu’elle tenait entre les doigts, elle le tourne délicatement, poursuivant son analyse intérieure. Le passé et l’avenir au sein du même si petit bijou, si petit objet magique. Elle veut tenir le temps dans la paume de sa main, Hanne. « Don’t you want to be a part of that as well ? To know that you were able to contain Time itself ? » La superbe oeuvre incompréhensible, le Sablier, semblait pulser, silencieux battements d’un coeur ancestral. Splendeur indocile qui n’obéissait qu’à ses propres mystérieuses règles. Hanne était aussi un mystère, provoquant le malaise de ce regard si perçant, qui vous passait au travers avec autant d’intensité qu’une lame aiguisée. Fracas sonore de ce qui dormait sur la paillasse, envol de parchemins, de documents, d’encre et de métaux délicats. « Je crois que le Temps n’est pas affaire d’amateurs. » Peu bavarde, la rousse. Un sifflement à peine audible derrière la porte lui a indiqué que Daksha était allé récupérer ce qu’elle avait demandé au Département de recherche et développement, la baguette de bois blanc fut donc extirpée de sa cachette, entre les pans de sa robe, pour ouvrir à la petite bourse ensorcelée contenant ce dont elle avait toujours besoin pour travailler. Le serpent, lui, est retourné à ses occupations animales, sans demander son reste.

Du contenant elle a extirpé un carnet et un crayon, qu’elle a posé à une distance raisonnable du petit sablier. Sur chaque page, un bijou, sur chaque page une oeuvre plus ou moins étrange, dont les objectifs étaient plus ou moins nets, des alliances aux sombres colliers ornés de symboles. Elle a esquissé les formes délicates du Retourneur qu’elle avait eu un peu plus tôt entre les mains. « Voyons cela comme un bijou. Un collier d’or peut résister au temps, plus ou moins bien selon la qualité, la quantité et la manière dont il est travaillé. Si nous partons du principe que ce sont des siècles qui s’écoulent dans ce petit objet, en arrière ou en avant, il faut peut-être associer plusieurs matériaux. » Elle réfléchit à voix honte, elle partage ses pensées avec Hanne, parce que c’est elle qui a réclamé ses services, le travail égoïste n’est pas de mise. « Des runes peuvent aider le tout à former un ensemble, et y incruster des pierres pourrait éventuellement offrir un réceptacle magique à double-fond. » Les runes, elle s’en servait pour les ouvrages les plus complexes, quand elle ne pouvait se servir d’une magie noire réglant instantanément le problème mais demandant une trop grande contrepartie. De même, elle usait des pierres pour contenir ce que les métaux refusaient parfois de recevoir. « La tourmaline, par exemple, est une pierre d’enracinement profond. Le diamant a toutefois plus de chance de résister. Certaines civilisations le considèrent comme parfaitement éternel. » Et quoi de mieux que l’éternité pour résister au Temps ? Elle dessine à mesure qu’elle lui parle, n’ayant aucune capacité à traduire la langue des travaux d’Hanne mais n’étant pas dépourvue de ses propres systèmes d’écriture. Sous le croquis du Retourneur existant, elle entreprend d’offrir une forme fluide, dont le centre fait pour contenir le sable ferait écho à un réceptacle plus petit, sur la base. Le verre est doublé, précaution supplémentaire, avant qu’elle ne tende la feuille à la Mangemort. « Ce serait long à réaliser. » Un retourneur de temps dont l’or serait fondu avec de la poudre de diamant, folle entreprise. « Et je n’ai pas la certitude que cela fonctionne au premier essai mais qu’en dites-vous ? »  
code by lizzou — Italique : fourchelang — Sissi : #477C64




Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Ven 16 Déc - 9:52

avatar
avatar
profil
Je suis : Mister D. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 111 hiboux. J’incarne : Cate Fucking Blanchett , et l’avatar que je porte a été créé par : Lux Aeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : La Lestrange oubliée, Calypso. Je parle en : #990033



Je suis âgé de : 47 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Unspeakable, Directrice du Département du Temps au sein du Département des Mystères — Général de Voldemort J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Mariée à un époux qu'elle n'a jamais prétendu aimer, elle préfère accorder ses attentions à Aoife Meadowes, dans le secret et le vice le plus total ; la Meadowes lui appartient, et elle a déjà tué pour le lui rappeler. Champ Libre :

Cliniquement psychopathe, ne connait ni l'empathie ni le remord † A commis nombre d'atrocités † Est obsédée par la possibilité de contrôler le Temps † Ne défend que ses propres intérêts † A assassiné et dévoré son mari vivant † Sa folie ne connait pas de limites.



malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 
Rise Up.
(patricia kaas) ▽ J’étais comme le ciel étendue sans nuance
Ma valise était faite, une embellie passait
Je n’attendais personne, j’aimais bien ce silence
Je sais tout simplement que l’on n’oublie jamais

La jeune femme avait été restée silencieuse pendant toute la tirade de l’Allemande, et Hanne l’observait maintenant, alors qu’elle faisait face au Sablier. Elle ne pouvait que comprendre que l’on puisse passer du temps en contemplation devant cet objet aussi majestueux que mystérieux, animé d’un but presque inconnu. Elle-même avait passé trop longtemps à le regarder, nuit et jour, parfois des heures durant, sans rien faire d’autre que se laisser hypnotiser par la pulsation magique, et par le pouvoir qui s’émanait de l’objet. Son pouvoir était tel, d’ailleurs, que même là où elle se tenait, elle pouvait sentir sa puissance, l’attirant, toujours, cherchant son admiration et son obsession. Elle arrivait à en oublier l’animal, affreux, terré dans un coin de son laboratoire. Presque. Mais malgré tous ses efforts, elle ne pouvait qu’entendre le corps lourd se déplacer sur le sol, glisser contre les dalles, et même cette langue, qui sortait dans une nécessité animale, pour tester l’air. Ca lui filait la chair de poule, et ça l’empêchait de se concentrer. Ah ! Si seulement elle pouvait trouver une raison pour se débarrasser de la bête. Mais il y avait plus important. Les premiers mots de la Grimstone, auxquels Hanne ne prit le soin de répondre, simplement d’acquiescer, silencieusement, étaient stridents de vérité. L’Allemande ne comptait plus les accidents, arrivés à cause d’inconscients qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient. Ô combien elle en avait virés, des idiots qui pensaient pouvoir contrôler ces particules si volatiles.

Elle vint se placer derrière la rousse, lorsque cette dernière l’avait rejointe au-dessus de l’établi, et elle regarda par-dessus son épaule ses travaux. Elle était curieuse de ce petit carnet, semblant contenir des croquis divers et variés, de bijoux, et autre artisanat, qui, elle n’en doutait pas, avait tendance à enfermer des mauvais sorts. Mais elle ne pouvait qu’admirer la diligence de la Grimstone, qui parvenait à gagner, petit à petit, le respect d’Hanne. Il était clair que la jeune femme savait ce qu’elle faisait, mais sans non plus laisser son orgueil lui monter à la tête. Les réflexions de la demoiselle restaient sans réponse, une plume enchantée par l’Allemande notant tout ce qu’elle écrivait, afin de garder une trace écriture, pour des études futures. Il ne faisait aucun doute qu’elles ne réussiraient pas à leur premier essai, et tel la création d’une potion, il leur faudrait passer par de nombreux trial and error, avant de parvenir à leurs fins. Mais Hanne était quelqu’un de patient, et savoir qu’elle s’était embarquée sur un projet qui ne serait peut-être même jamais atteint, ne lui posait pas problème. Les recherches, cet exercice intellectuel auquel elles s’adonnaient, était un passe-temps dans lequel elle aurait pu se perdre pendant des jours, des semaines, et même des mois. Ca tombait bien, finalement, qu’Erzsébet se rende compte que ça leur prendrait un moment.


« That is all very well. We will also need a strong mechanism, not unlike a watch, after all. » Elle sortit une feuille semblant de nulle part, et entreprit de dessiner ledit mécanisme, pour qu’il puisse rentrer dans le bijou imaginé par la jeune femme. « But what do you think we should do about the glass ? All the others have normal glass but this, this needs to be stronger. Maybe made from the Sands themselves ? »

Elle se redressa assez, juste pour fixer son regard sur la jeune femme. C’était une folle entreprise, que de chercher à recréer quelque chose d’aussi basique avec quelque chose d’aussi compliqué. Hanne n’avait pas peur du défi, pourtant, ni des possibles répercussions sur sa santé. Elle n’avait pas peur d’une probable mort non plus, après tout elle n’était pas éternelle, et avec une froideur caractéristique, elle avait accepté la finalité. Et mourir ainsi n’aurait pas été quelque chose de nouveau, pour le Département des Mystères. Les expériences folles étaient réalisées tous les jours, et elle n’était plus surprise de la disparition soudaine de certains de ses collègues. D’ailleurs, certains de ses employés avaient déjà été victimes du caractère changeant du Temps : parfois bloqués dans le passé, et vieillissant à vue d’œil en revenant dans le présent. Elle ne les comptait plus, ce genre de morts. De plus, Hanne était toujours du genre impulsive dans ces moments : il lui fallait toujours tester cette nouvelle idée rapidement, et d’ailleurs, elle ne comptait pas attendre le départ de son nouveau cerveau pour s’y mettre.

« I’ll have to start my calculations again, however. This might disrupt the effects of the hourglass. »


Elle se redressa entièrement, marmonnant des mots dans un langage différent, plus rude, facilement assimilable à de l’Allemand. Elle fit quelques pas dans le laboratoire, frappant ses doigts distraitement sur sa hanche, en rythme avec le tic-tac incessant des milliers d’horloges, de toutes les formes, recouvrant murs et plafonds de la Salle. Cela pouvait perturber n’importe qui, et elle savait que nombreux étaient ceux qui ne supportaient pas le bruit constant. Elle, elle s’y était fait, et elle ne les entendait plus. Ses pas la menèrent, comme souvent, devant le Sablier, et elle l’observa avec un œil distrait, très clairement perdue dans ses pensées. Cependant, tout comme l’avait fait la Grimstone un peu plus tôt, elle se décida à partager ses pensées à voix haute.

« However, I’m anxious about using that much Sand. Maybe mixing it with something else, even quartz sand. Or maybe crushed diamonds? »


Elle claqua des doigts, et un elfe de maison apparu à ses côtés. Elle ne s’embarrassa pas de plaisanteries.

« Bring me what I need to make glass. And be quick about it.  »


L’elfe disparut en une seconde, après un « Yes Mistress Rothstein », couiné, dans le discours habituel des elfes. Toujours perdue dans ses pensées, elle se tourna pour faire face à la jeune femme. Ses yeux se perdirent sur le plafond un instant, fixant une des horloges immenses, et son aiguille tourner éternellement. Elle se reconcentra soudainement sur Erzsébet, sa voix coupant le silence presque brusquement.

« Do you have what you need in terms of gold and diamonds, or should I procure you some ? »


Derrière elle, l’elfe réapparaissait avec les instruments et la matière première, et elle n’y prêta pas attention. Elle restait concentrée sur la Grimstone, un sourcil haussé vers le ciel.
▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

 



Traductions:
 

Salle du Temps:
 





Parchemin envoyé Mer 21 Déc - 17:07

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 790 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé d'un mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne

❝ Rise up. ❞
- Hanne Goldstein & Erzsébet Grimstone -
« I'm nothing like the kid next door. »
Créer, une seconde nature. Créer, parce qu’elle a l’esprit fertile. Parce qu’elle est une Grimstone, qu’elle le veuille ou non et qu’il est dans leur nature d’exercer un artisanat avec tant de précision qu’ils en font un art. Les traits qu’elle trace sont assurés et délicats, offrent la forme de ce qu’elle imagine, sans aucune difficulté. Quand Hanne pouvait contempler des heures les pulsations des sables du temps, Sissi pouvait se perdre dans l’étude d’une pierre ou d’à peu près n’importe quelle nouveauté jusqu’à en comprendre les secrets, ou du moins en saisir l’incroyable complexité. Pourquoi le Temps ne l’attirait-il pas, dans ce cas ? Parce qu’on ne joue pas avec les années, on ne joue pas avec ce qui s’arrache aux normes, aux limites mortelles. Elle s’estime bien trop jeune pour des expériences aussi folles. Elle s’estime bien trop inexpérimentée sur le sujet et elle sait qu’avec ces forces-là, il ne faut pas dépasser les limites. Elle le faisait volontiers avec la magie noire parce qu’elle en éprouvait les nuances ténébreuses depuis bien des années, ici c’était une autre histoire. Elle ne crachait toutefois pas sur l’occasion de travailler avec le Département des Mystères, elle qui vivait pour Savoir. « That is all very well. We will also need a strong mechanism, not unlike a watch, after all. » Elle sort une feuille de nulle part, entreprend de dessiner un mécanisme à la fois solide « But what do you think we should do about the glass ? All the others have normal glass but this, this needs to be stronger. Maybe made from the Sands themselves ? » Sissi a croisé le regard d’Hanne, d’abord sans un mot. Les Sables du Temps eux-mêmes, pour fabriquer le verre ? Comment être sûres que ce soit possible ? Comment seulement envisager qu’une telle entreprise ne soit pas un suicide pur et simple ? Cela supposerait de prendre des précautions, de prendre autant de risques également, sans certitude de parvenir à un résultat. Hanne était une savante, une assoiffée de réussites, de découvertes, une victime volontaire d’un intellect actif. « I’ll have to start my calculations again, however. This might disrupt the effects of the hourglass. » Impulsive, toutefois. Sissi était obsessionnelle quand elle voulait trouver quelque chose, quand elle voulait entreprendre mais elle étudiait toujours très longuement, avant de fixer l’objectif, pour limiter le potentiel échec. Elle n’avait pas l’expérience que la Goldstein avait obtenu, au fil des années. « However, I’m anxious about using that much Sand. Maybe mixing it with something else, even quartz sand. Or maybe crushed diamonds? » Un hochement de tête de la part de la rousse, dont la réflexion est longue, elle ne parle pas pour ne rien dire, surtout lorsqu’elle n’est pas familière des techniques qu’on lui expose. « Un surplus de diamant risque de rendre le tout trop puissant, voire instable associé à quelque chose d’aussi imprévisible. » Elle note sur le croquis, entre parenthèses, avec un point d’interrogation ‘Quartz ?’. Et le claquement de doigts attire son attention, lui faisant relever le nez. Un Elfe de maison. Elle en avait vu beaucoup au cours de sa scolarité, elle en avait vu tout autant chez des clients mais elle ne les approchait jamais, avoir un Elfe n’était pas concevable chez elle, les Grimstone n’ayant aucun besoin d’être servi - ou d’asservir d’autres créatures. « Bring me what I need to make glass. And be quick about it.  » Sur le champ ? Le petit être s’éclipse en un battement de cils à la recherche de ce qu’on lui a réclamé, esclave des moindres désirs de celle qu’il nomme naturellement ‘Mistress Rothstein’. Sissi met un certain temps à associer le nom à quelque chose, ne connaissant Hanne que comme une Goldstein. « Vous êtes allemande. Les Rothstein, mon père m’en a parlé.. » Elle ne se souvient plus exactement pourquoi. Erzsébet avait cherché une alliance convenable du côté allemand, deux ans plus tôt, c’était peut-être pour cela qu’elle avait croisé ce nom. Adeptes de Grindelwald, c’est ce qu’elle avait retenu.

« Do you have what you need in terms of gold and diamonds, or should I procure you some ? » La pièce avait de vagues airs d’univers fou, à la manière d’un Alice in Wonderland, de l’avis de la rousse qui s’était perdue dans l’observation de cet endroit, avant qu’Hanne ne lui demande si elle avait tout ce dont elle avait besoin pour une telle entreprise. « Les diamants vont manquer. Je n’ai pas accès à suffisamment de resources, avec les taxes. Ou du moins n’en ai-je que pour le prototype, et je doute que nous parvenions à la perfection aussi aisément. » Les taxes, une plaie. Sissi devait toujours les prendre en compte avant de remplir ses stocks et plus le temps passait, moins il lui était facile d’obtenir la marchandise totale sans y retourner, non pas que la boutique tourne mal mais le reste de Londres était clairement en souffrance. Les marchands de matières premières n’appréciaient pas plus le gouvernement que le reste des commerçants. « D’autant que la vague de fiançailles en cette fin d’année a eu raison de ces jolis cailloux. » Un sourire en coin. Elle plaisante, elle ne considère pas les diamants comme de simples ‘cailloux’, pas alors qu’ils pouvaient influer sur la magie associée, toutefois c’était une raillerie pour toutes ces femmes qui ne voyaient que par la brillance d’un gros diamant.   
code by lizzou — Italique : fourchelang — Sissi : #477C64




Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Lun 2 Jan - 20:54

avatar
avatar
profil
Je suis : Mister D. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 111 hiboux. J’incarne : Cate Fucking Blanchett , et l’avatar que je porte a été créé par : Lux Aeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : La Lestrange oubliée, Calypso. Je parle en : #990033



Je suis âgé de : 47 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Unspeakable, Directrice du Département du Temps au sein du Département des Mystères — Général de Voldemort J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Mariée à un époux qu'elle n'a jamais prétendu aimer, elle préfère accorder ses attentions à Aoife Meadowes, dans le secret et le vice le plus total ; la Meadowes lui appartient, et elle a déjà tué pour le lui rappeler. Champ Libre :

Cliniquement psychopathe, ne connait ni l'empathie ni le remord † A commis nombre d'atrocités † Est obsédée par la possibilité de contrôler le Temps † Ne défend que ses propres intérêts † A assassiné et dévoré son mari vivant † Sa folie ne connait pas de limites.



malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 
Rise Up.
(patricia kaas) ▽ J’étais comme le ciel étendue sans nuance
Ma valise était faite, une embellie passait
Je n’attendais personne, j’aimais bien ce silence
Je sais tout simplement que l’on n’oublie jamais


Le serpent était brillant, ça ne faisait aucun doute. Et contraitement à ce que l’on aurait pu penser, Hanne n’avait aucun problème à l’admettre. Elle adorait la magie, et elle adorait la technique, le talent, jusqu’aux dons les plus fous, les plus extraordinaires. C’était comme ça qu’elle choisissait ses collaborateurs : des sorciers, ou des sorcières, qui faisaient preuve de grande compétence, d’un intérêt majeur, et qui savaient, par-dessus tout, qu’il y aurait toujours plus à découvrir. Hanne rafolait d’esprits aussi curieux que le sien, de têtes bien pensantes qui ne souhaitaient qu’une chose : savoir. Erzsébet rentrait si bien dans cette catégorie qu’Hanne aurait du mal à la laisser partir. Cependant, tout autant qu’elle savait que le Département des Mystères intéressait la Grimstone, ce n’était probablement pas suffisant pour l’y garder. Cette dernière semblait particulièrement attachée à ses occupations actuelles, soit confectionner des bijoux et autres babioles très certainement remplies de magie noire. Quoiqu’il en soit, pour le moment, le cerveau de la rousse était à Hanne, et elle comptait bien l’utiliser.

Ses réflexions, aussi courtes et rares que possible, étaient la preuve d’un grand esprit. L’Allemande acquiesça alors à son tour, faisant totalement confiance à l’expertise de la jeune femme. Si elle pensait que trop de diamants risquaient de déstabiliser le tout, alors elle trouverait un autre moyen. Si elle avait peu de scrupules, ce qui pouvait être dit d’elle dans tout autre contexte, Hanne aurait probablement déjà décortiqué l’un de ces précieux Time-Turners, aussi uniques que rares. C’était trop risqué pourtant, pensait-elle, de détruire quelque chose d’aussi vieux, si elle n’avait pas la certitude de pouvoir le recréer avec le même talent, et parvenir à lui donner les mêmes pouvoirs. Alors, elle était prête à essuyer les échecs, jusqu’à parfaire sa technique. Bien sûr, elles n’étaient pas à l’abri d’accidents magiques. D’ailleurs, il lui faudrait trouver comment tester l’objet sans y risquer sa vie : elle ne souhaitait pas vieillir ou rajeunir soudainement. Elle ne souhaitait pas non plus rester bloquée à une autre époque, ou pire encore, modifier drastiquement le passé, ou voir le futur. L’on pouvait bien penser ce que l’on voulait d’Hanne, mais l’Allemande savait les dangers qui entouraient ceux qui travaillaient sur le Temps, et lors de ses très rares voyages, elle s’était toujours arrangée pour ne rien modifier. Une simple branche cassée aurait pu changer le cours de l’Histoire, et elle n’était pas assez folle pour le risquer.

C’était une chance, d’ailleurs, d’être incapable de parler de ces travaux au sein du Département des Mystères. Elle n’avait nul doute que si l’on avait vent de ses travaux sur les Retourneurs de Temps, il y aurait bien trois quatre fous, voire plus, qui lui demanderaient d’aller sauver Voldemort. Hérésie des plus totales, bien sûr, car le risque de créer un paradoxe était certain, et les conséquences seraient inenvisageables. Alors, quoiqu’il arrive, il fallait rester prudent, avec ce qu’elles cherchaient à entreprendre. Un accident était si vite arrivé, et Erzsébet n’aurait pas pu être plus dans le vrai : jouer avec quelque chose d’aussi incompréhensible était chose dangereuse en effet. Elle fut tirée de ses pensées par la jeune femme, qui sembla remarquer ses origines. Un sourire, presque carnassier, éclaira le visage de la blonde, et elle hocha la tête une seule fois, acquiesçant l’observation de la Grimstone. Les Rothstein, en effet, glorieuse famille allemande tombée dans l’oubli, avec cet épisode malheureux de Grindelwald. Seul un tiers de la famille subsistait encore, dans un écrin qui semblait hors du temps. Comme c’était approprié.

« Deutsch, ja. I did a fine job suppressing that accent, yes ? » Et son accent était bien présent, pour ces quelques mots parlés avec un relent d’allemand presque caricatural. « That being said, I’m surprised you’re aware of us. Had he been searching for a alliance, perhaps ? Mmh, no matter. »

L’intérêt que l’on pouvait porter à sa famille était quelque chose qui n’avait plus trop d’intérêt. Aussi fière soit-elle de son véritable nom, il y avait une aigreur en elle, du ressentiment à l’égard des siens dont elle ne pouvait pas se détacher. Tout ce qui lui venait à l’esprit, était qu’ils l’avaient forcée hors de sa famille, et hors de son pays. Elle grinça des dents un instant, avant de se forcer à se reconcentrer sur des sujets plus importants : entre autres, ces diamants dont la jeune femme allait manquer. Bloody Blacks, murmura-t-elle. Leurs taxes étaient en train d’asphyxier le commerce, et si normalement Hanne ne s’en occuperait pas, ils commençaient clairement à poser problème à tout le monde. Et s’ils commençaient à lui poser problème personnellement, il faudrait qu’elle prenne ça entre ses propres mains, ce qu’elle n’avait pas particulièrement envie de faire. Malgré son rôle au sein des Mangemorts, les Blacks étaient des ennemis puissants. La dernière réflexion d’Erzsébet lui arracha un sourire, et elle passa distraitement un doigt sur sa propre bague de fiançailles, relique Goldstein qu’elle ne savait ni apprécier ni déprécier.

« Well. I suppose a trip to Gringotts is in order then. If I recall correctly, the Goldstein have a obscene amount of them. »


Ces derniers mots étaient presque murmurés, comme une arrière-pensée. Hanne n’est pas forcément une femme que l’on pouvait considérer comme vaine, mais elle aimait les belles choses, et pour elle, les diamants faisaient partie de ces belles choses. Elle en avait d’ailleurs une collection intéressante, un ensemble de diamants rares, et de métal précieux, qu’elle ne revêtait que lors de bals, ou autres soirées ennuyeuses.

« You’ll have to join me, of course, so that you can choose your prefered pieces. »


C’était dit avec un sourire, une formule polie qui ne laissait guère le choix à Erzsébet. Après tout, ça leur prendrait, peut-être, au pire, une après-midi.

« Shall we go now, or do you have more pressing matters to attend to ? »

Il était clair dans la posture de l’Allemande, dans son regard, que rien ne devrait être plus important que leurs recherches, mais elle ne comptait pas non plus séquestrer la Grimstone. Non, il lui fallait toute son attention, tout son talent, et la forcer à faire quoi que ce soit n’accomplirait certainement pas ce qu’elle souhaitait. Ah ! Comment elle aurait aimé avoir un monde d’esclaves à ses pieds.

▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

 



Traductions:
 





Parchemin envoyé Lun 16 Jan - 16:51

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 790 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé d'un mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne

❝ Rise up. ❞
- Hanne Goldstein & Erzsébet Grimstone -
« I'm nothing like the kid next door. »
« Allemande, oui. Impressionnant, la façon dont j'ai supprimé mon accent, n'est-ce pas ? » L’allemand, une langue aux sonorités caractéristiques qui la ramenait irrémédiablement à un passé qu’elle tendait à oublier. Le fiancé qu’elle pensait avoir aimé n’avait été autre qu’un traître, qu’un manipulateur prêt à tout pour une rébellion veine. Oh bien sûr Erzsébet s’était fourvoyée, la jeunesse et l’inexpérience ayant fait naître l’affection puis le désir de vengeance.. et Kenan lui avait montré ce qu’était réellement l’amour, dans tout ce qu’il comportait de beau et d’excessif. De sombre aussi. « Cela étant dit, je suis surprise que vous nous connaissiez. Cherchait-il une alliance ? Ah, cela n'importe pas. » Le rire s’échappe, terriblement spontané. Son père, chercher une alliance avec l’Allemagne ? Non, ils n’étaient pas venus en Angleterre pour retourner à leurs alliances originelles mais cela, Hanne Goldstein n’avait aucune raison de le savoir et ce rire, s’il était surprenant, n’avait rien de moqueur. « Pas lui, moi. » précise-t-elle. Il n’avait fait que tenter des explications. Son père n’était pas mauvais, simplement assez réservé lorsqu’il s’agissait d’extérioriser des émotions, lorsque cela impliquait d’évoquer des sujets tendus avec ses filles. « L’Allemagne et la Russie, entre autres, faisaient partie de nos accords réguliers autrefois. Les anglais sont bien trop .. comment dire sans paraître critique ? Disons qu’ils se déchirent depuis si longtemps que j’espérais trouver une vie plus prospère. » Elle est honnête, elle n’a pas de raisons de ne pas l’être. Sissi n’était pas Marquée et n’avait jamais exprimé le moindre désir de l’être, seulement attachée au savoir, à la connaissance. Grindelwald ou Voldemort, quelle importance ? Ca n’était pas ce qui motivait son existence. « La politique ne m’intéresse pas. Tout ce que je voulais, c’était préserver la pureté de mon sang. » Ne pas entacher son héritage. Ne pas abîmer ce que sa lignée avait construit, en prenant toujours soin d’associer les caractères des époux de sorte qu’ils ne s’auto-détruisent pas. Le passé sombre aux oubliettes avait rendu leur réputation terriblement lisse, si bien qu’on se demandait pourquoi ils avaient fait du serpent leur symbole. Qui se souvenait encore des savants fous qui jalonnaient leur histoire ? Eux-mêmes feignaient de ne pas en avoir eu vent. Hanne, elle, semblait plus amère. Amère à propos de ses origines, du fait peut-être que le choix ne lui avait pas été laissé là où Erzsébet aurait voulu être promise jeune, qu’on la voit autrement que comme un cerveau, que comme une créature qui n’était pas bonne à marier.

Soupir finalement, à propos des Black, à propos du commerce étouffé par les taxes, les interdictions, les suspicions. Sissi elle-même ignorait comment elle faisait pour passer entre les mailles du filet, entre les contrôles qui pourraient aisément lui coûter sa tête. Sa prudence et le serpent gardant la boutique aidaient, sans aucun doute, et la pureté de son sang la rendait moins coupable, jusqu’alors. Jusqu’à ce qu’Ekaterina foute tous ses efforts en l’air, jusqu’à ce que sa soeur aînée soit découverte co-leader de l’Ordre, jetant le trouble sur le nom, jetant la disgrâce sur la fratrie. Hanne souligne qu’un voyage à Gringotts sera nécessaire. « Vous devrez vous joindre à moi, évidemment, afin que vous puissiez choisir vos pierres. » Il y’a une hésitation dans le regard vairon, une réticence. Hanne était-elle à ce point indifférente face à l’avis d’autrui ? « Partons-nous sur le champ, ou avez-vous des affaires qui nécessitent votre intervention immédiate ? » Ca n’était pas le problème. Elle s’en fichait pas mal, Sissi, de toutes les autres occupations qui l’attendaient, en venant rejoindre la blonde elle savait pertinemment qu’elle en avait pour la journée. « N’avez-vous pas peur d’être ralentie par les contrôles ? Mon nom devient problématique. » Elle est réaliste. Gringotts est sécurisée, tout le monde n’y entre pas, tout le monde ne peut y déposer ou retirer ce qu’il désire, la Marque se faisant presque ticket d’entrée. « Entendons-nous bien, je ne doute pas de votre influence mais je n’ignore pas les regards quand je traverse le Ministère.. » Un peu trop insistants. Il y’en avait toujours eu, d’abord à propos du monstre rampant sur ses pas, puis désormais à cause des derniers évènements. Elle n’avait pas crié sur les toits ses relations avec les Mangemorts, elle ne s’était pas déclarée particulièrement attachée au gouvernement, neutre dans son attitude, indifférente aux conflits, tout ce qu’elle faisait n’ayant pour but à l’origine que la préserver au maximum. L’accès aux resources magiques du Département de Recherche n’étant que la cerise sur le gâteau. « J’ai encore le temps, je ne réalise les commandes que le soir. Votre bague est remarquable, par ailleurs. Réalisation étrangère ? » Elle a le sens de l’observation, suffisamment pour reconnaître un choix de matériaux aussi onéreux. Elle est déjà en train de récupérer sa baguette, prête à partir.

Gringotts. Erzsébet n’y est pas retournée depuis que les lieux ont été fermés, sous domination du gouvernement et être auprès d’Hanne Goldstein ne supprime pas immédiatement l’obstacle : elle ne porte pas la Marque, elle, et passer le contrôle semble mission impossible. Elle ne dit rien. Elle ne prend pas la peine ni de protester ni de s’agacer, poupée silencieuse. L’air soumise ? En aucun cas. Elle est droite et distante, muette afin que la Mangemort puisse s’exprimer sans qu’elle ne devienne une contrainte. Lorsqu’elle n’a pas la solution, elle ne parle pas inutilement, c’est ainsi. Dans l’ombre du lieutenant, elle croise les bras. Les méthodes gouvernementales la surprendront toujours.
  
code by lizzou — Italique : fourchelang — Sissi : #477C64




Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Ven 10 Fév - 15:15

avatar
avatar
profil
Je suis : Mister D. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 16/10/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 111 hiboux. J’incarne : Cate Fucking Blanchett , et l’avatar que je porte a été créé par : Lux Aeterna . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : La Lestrange oubliée, Calypso. Je parle en : #990033



Je suis âgé de : 47 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Unspeakable, Directrice du Département du Temps au sein du Département des Mystères — Général de Voldemort J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : Mariée à un époux qu'elle n'a jamais prétendu aimer, elle préfère accorder ses attentions à Aoife Meadowes, dans le secret et le vice le plus total ; la Meadowes lui appartient, et elle a déjà tué pour le lui rappeler. Champ Libre :

Cliniquement psychopathe, ne connait ni l'empathie ni le remord † A commis nombre d'atrocités † Est obsédée par la possibilité de contrôler le Temps † Ne défend que ses propres intérêts † A assassiné et dévoré son mari vivant † Sa folie ne connait pas de limites.



malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

 
Rise Up.
(patricia kaas) ▽ J’étais comme le ciel étendue sans nuance
Ma valise était faite, une embellie passait
Je n’attendais personne, j’aimais bien ce silence
Je sais tout simplement que l’on n’oublie jamais



L’avis de la Grimstone était tranché, mais contrairement à ce que l’on pouvait penser, il ne dérangeait pas Hanne plus que cela. Malgré son statut au sein des mangemorts, l’Allemande n’avait jamais été femme à suivre aveuglement Voldemort. Comme semblait sûrement le penser Erzsébet, un fou ou un autre ne posait pas grande différence. La seule importance était leur but, soit la primauté du sang pur, et la destruction (ou la mise en esclavage) des impurs. Hanne était certes persuadée que les sangs purs étaient les seuls êtres capables d’une magie extrêmement puissante, elle n’était pas non plus dupe. De leur petit groupe d’extrémistes à la tête de l’Angleterre, elle se vantait d’être la plus rationnelle. Elle ne suivait pas aveuglement les préceptes d’un homme qui se croyait plus fort que les autres, et elle n’hésitait pas à remettre en question certaines des décisions de Voldemort. Avec lui, elle avait toujours joué à un jeu dangereux. L’homme avait toujours été parfaitement conscient de l’absence de dévotion d’Hanne, mais il prenait quand même son avis pour ce qu’il était, allant même jusqu’à la prendre dans son cercle de confiance le plus restreint. Hanne avait la particularité de rester très concrète, et ne se laissait jamais entraîner, ou presque, sur des questions philosophiques. Elle faisait ce qu’il y avait à faire, si elle était d’accord avec la nécessité des actions.

Pour autant, elle comprenait que nombre de leurs familles privilégiés n’étaient pas intéressés par la guerre et par la violence et la misère qui l’accompagnait. Les civils, comme elle les appelait, n’avaient pour elle qu’une seule obligation : suivre les directives posées par leurs dirigeants. Entre autres, malgré leur relative neutralité, les Grimstone appliquaient ce qu’il y avait de plus important : la sauvegarde de la pureté de leur sang. C’était la seule chose qui importait à Hanne. Alors, même si elle ne cachait pas le fait qu’elle préférait un engouement total, la neutralité était acceptable, tant qu’elle ne tombait pas dans la traîtrise. Et la jeune Grimstone était bien trop réfléchie pour tomber dans l’erreur de la traîtrise, ou tout du moins, c’était ce que pensait la Goldstein. Alors, elle acquiesça silencieusement aux mots prononcés par son interlocutrice, marquant sa compréhension de ce que signifiaient les paroles de la jeune femme. Elle était envieuse, dans le fond d’elle-même, du fait que le serpent ait pu elle-même chercher ses propres alliances, avec tous les problèmes qui ça avait pu lui causer. Elle ne comprenait pas pourquoi Erzsébet avait cherché un mariage — bien qu’elle se doutait que de toute façon, elle n’aurait pas eu le choix —, qui prouvait une véritable volonté de se marier. Peut-être avait-elle finalement eu la chance de se marier par amour. Ah ! Ca la faisait rire jaune.

L’Allemande était déjà en train d’arranger l’établi, bannissant les pages de recherche dans son bureau d’un coup de baguette, que la voix de la jeune femme retentit à nouveau, exposant une vérité à laquelle Hanne était bien étrangère. Elle arrêta ses mouvements, son manteau à moitié enfilé sur ses épaules. Elle avait bien raison de rappeler ce petit fait que la Mangemorte avait fini par oublier. De par sa position au sein de la hiérarchie actuelle, elle n’avait jamais de problèmes pour se rendre à Diagon Alley, et pouvait pénétrer partout — ou presque. Et lorsque sa marque de Mangemort ne suffisait pas, elle avait le badge des Unspeakables, qui valait presque autant. Elle s’étonnait presque que les Grimstone ne soient pas désirés au sein de Gringotts, mais par les temps qui couraient, il était difficile d’accéder à quoi que ce soit si l’on ne faisait pas partie des rangs de Voldemort, et parfois même, si l’on ne faisait pas partie des cercles supérieurs. Pour autant, la Goldstein ne laisserait personne la questionner.

« Ne vous en faites pas pour cela, Mlle Grimstone. Mon influence, comme vous dites, me permet des largesses. Pour autant … »


Elle paraissait pensive, un instant, mais sembla balayer l’idée qui lui avait traversé l’esprit. S’habillant convenablement, elle glissa sa baguette dans sa manche et la sécurisa dans son porte-baguette, avant d’arranger ses robes d’une manière délibérément décontractée. Elle capta les mots d’Erzsébet, et baissa les yeux par habitude vers la baguette qui était le symbole de son appartenance à la maison Goldstein, et ne put s’empêcher de grimacer légèrement.

« Je ne sais pas, à vrai dire. C’est un bijou des Goldstein, qui m’a été donné par mon mari à une époque où il pensait qu’il pourrait acheter mes affections avec des pierres. »

Elle ne savait pas bien pourquoi elle partageait une information aussi intime, mais cela n’importait probablement pas. Le couple avait arrêté depuis des années de jouer la complicité, et il était clair pour n’importe quelle personne avec des yeux qu’il n’y avait entre les époux rien de plus que mépris. Pour autant, elle doutait qu’Erzsébet soit le genre de femme à discuter ragots. Quoi qu’il en soit, l’inexistence du mariage d’Hanne n’était pas quelque chose qu’elle avait du mal à avouer, elle s’en réjouissait même parfois, alors qu’il était clair qu’elle portait atteinte à la virilité de son mari, et qu’elle le ridiculisait en société. Il n’y avait pas plus grand plaisir que de rabaisser ce crapaud devant témoins. C’était une pensée pour un autre jour, pour autant. Jetant un regard à la Grimstone, elle l’invita à sortir de son labo d’un geste de la main, et elle la suivit jusqu’aux portes du Département des Mystères. Comme toujours, l’étage était vide, et plaçant une main légère, presque inexistante, contre le dos d’Erzsébet, Hanne la guida jusqu’aux ascenseurs. Comme une arrière-pensée, une fois l’espace pénétré, sa baguette lui tomba dans la main et elle la pointa sur la jeune femme, agitant le bois en gestes élégants et précis, qui eurent vite fait de transformer les robes de la jeune femme en quelque chose de plus sobre, de plus Mangemort. Concentrée, Hanne enchaîna par des gestes beaucoup plus compliqués, qui eurent pour but de créer sur le visage de la Grimstone un masque de Mangemort, assez neutre, mais relativement féminin. Satisfaite de son travail, l’Allemande esquissa un sourire, et pressa un bouton sur le panneau de l’ascenseur.

« Quoi qu’il se passe, Mlle Grimstone, vous me suivez, et vous ne prononcez pas un mot. Pas un mot, vous comprenez ? Vous vous tenez droite, et si on cherche à vous regarder dans les yeux, vous ne baissez pas le regard. Si l’on cherche à vous toucher, coupez-leur la main. »


Avec ça, l’ascenseur s’arrêta soudainement, et elles étaient dans l’entrée du Ministère. Sans attendre, Hanne ouvrit la marche, et elles se retrouvèrent sur Diagon Alley quelques minutes plus tard. Personne n’osait regarder les deux femmes, alors qu’elles remontèrent l’allée vers Gringotts, ou alors, ils détournaient le regard bien vite. Les expressions faciales de l’Allemande étaient arrangées en une indifférence flagrante, et elle fendait la foule avec précision, entraînant Erzsébet dans son sillon. Enfin, elles étaient devant Gringotts. Sans montrer la moindre hésitation, l’Allemande commença à grimper les quelques marches qui les séparaient de l’entrée. Trois gardes leur barrèrent le chemin, et instinctivement, la Goldstein leur montra les dents. Son momentum arrêté, elle se figea sur l’une des marches, et fit face au contrôle. Elle tendit sa baguette aux sorciers, découvrant par la même occasion son avant-bras marqué. Lorsqu’elle eut l’autorisation pour passer, elle arracha sa baguette des mains de l’homme qui la tenait, et passa le barrage, se retournant juste à temps pour voir que son compagnon avait été arrêté.

« Elle est avec moi. »

Dit-elle simplement, d’un ton froid et cassant. Elle fit un geste vers Erzsébet, mais à nouveau, la jeune femme était arrêtée par l’un des gardes. Ce dernier commençait à contester, et il allait poser la main sur la Grimstone quand Hanne l’en empêcha, saisissante le poignet du sorcier avec assez de poigne pour le faire grimacer.

« J’ai dit, elle est avec moi. »


Dans son autre main, elle tenait sa baguette, et si elle n’était pas forcément menaçante, sa réputation la précédait. Elle ne lâcha pas le sorcier du regard, et elle haussa légèrement les sourcils lorsqu’il semblait vouloir protester à nouveau.

« Si vous ne souhaitez pas que votre prochaine mission se termine au fond d’un ravin, je vous conseille de reculer. »

Ses menaces semblèrent enfin fonctionner, et lorsqu’elle relâcha le poignet de l’homme, lui et ses deux comparses s’écartèrent en lâchant un « oui Madame Goldstein » murmuré du bout des lèvres, laissant finalement passer la jeune femme camouflée sous la tenue de guerre Mangemorte. Attrapant son poignet sans réfléchir, d’une façon ferme mais qui n’était pas douloureuse, Hanne l’entraîna à l’intérieur de la banque, et une fois les portes enfin passées, elle relâcha sa poigne sur la jeune femme, et lui lança un sourire amusé, annulant toutes les modifications faites à son accoutrement d’un coup de baguette.

« Par curiosité, depuis combien de temps n’avez-vous plus accès à Gringotts ? »


▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

 




PS:
 





 

(Sihanne) ◊ « Rise up. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Naruto RPG :: Rise of Shinobi
» (m.) ☆i rise up through the fire.
» Aelia de Lydes ɤ Rise and rise again until lambs becomes lions
» Rise of Mordor
» [Rennes] week-end 12-13/02 - QCF + Rise of the Imperator

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le Ministère de la Magie-