Partagez | 
sweetest devotion ∞ VEVIA

()
Parchemin envoyé Sam 24 Sep - 4:27

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 426 hiboux. J’incarne : Crystal Reed , et l’avatar que je porte a été créé par : january blues . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Quintus, Betty et Ciena Je parle en : white



Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Créatrice de la Poudre d'Escampette et Chimiste pour la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Elle est veuve depuis quelques mois seulement, mais son coeur appartient à jamais à une seule et unique femme.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne





VEGA GREYBACK & AVIA SPUDMORE
until her time had run out.



SEPTEMBRE 1990 – POUDLARD

« PARLE! T’étais où hein, OÙ?! Tu me crois bien con, mais pas assez pour être aveugle, Vega! » Sa lèvre enflée, ses larmes qui roulent doucement le long de ses joues, la sorcière ne parlera pas. Même si son père continue ses coups, ses sorts d’endoloris, jamais Vega ne dévoilera ses plus lourds secrets. Nous étions loin du temps où elle était faible, où elle écoutait son père au doigt et à l’œil. Oh, Greyback aurait tant aimé que sa petite fille reste aussi malléable qu’elle l’avait été pendant ces huit années après la purge. Ça avait été tellement plus facile de la contrôler, quand elle n’avait pas des idées à elle derrière la tête. La rebelle était revenue et elle était bien plus intelligente que son vil père. Elle voulait seulement que le moins de gens meurent, bien que si son père était malencontreusement tué en cours de route, elle ne verserait pas une larme. Il était la seule personne sur cette terre qu’elle voulait vraiment voir mourir, d’autant plus en cet instant précis. Il l’avait fait surveillé, apparemment, puisqu’il savait qu’elle n’était pas rentrée directement après sa journée passée au Cercle. Elle était allée donner des informations en personne à Skander qui, elle le remarqua assez tôt, avait l’air d’avoir les idées ailleurs. Mais ça, ce n’était pas de ses affaires. Elle, elle voulait seulement informer l’Ordre d’une possible attaque des mangemorts, pour qu’aucun des deux camps ne soit en danger. Point barre. Et il y avait son père, qui l’avait attendue dans son appartement.

Il l’avait tellement secouée, bafouée, frappée, qu’elle était désormais au sol et en réalité, même si elle avait voulu parler, elle n’en aurait pas eu la force. La terre avait aussi marqué son visage, comme le sang qui continuait de former une drôle de flaque par terre. Elle crut que c’était la fin, lorsqu’il leva sa baguette vers elle, elle ferma même les yeux. C’est à ce moment-là que la porte d’entrée s’ouvrit, pour laisser entrer Hurley qui découvrit avec horreur sa femme, à l’article de la mort. Vega a du mal à suivre ce qui se passe ensuite, des cris, elle peut même entendre des gémissements lorsque l’un ou l’autre des partis attaque. À en entendre par leur parole, il semblerait même qu’Hurley soit en bonne position. Ses prunelles se lèvent doucement vers les deux protagonistes, mais ces derniers sont attirés par la fenêtre. L’astre de la nuit qui se lève, la fin de l’espoir pour les deux sorciers qui devront bientôt affronter le vrai monstre de la maison. Vega gémit un : « Sauves-toi! » à Hurley, il doit partir s’il veut vivre. Il ne mérite pas de protéger Vega qui l’a trahi, de toutes les manières possibles. Et il le sait, oh par Merlin qu’il le sait. Lorsque ses yeux s’abattent sur les siens, il semble déjà lui pardonner. Il veut qu’elle le sache, si jamais cet affrontement se terminait mal. Elle fait non de la tête et tente de se lever, Hurley ne peut pas mourir des mains d’Hector Greyback. Il vaut bien plus que cela. Les sorts continuent de fuser de part et d’autre, mais le grognement animal qui finit par retentir dans l’appartement lui glace le sang. Il n’en faut pas plus pour offrir à la sorcière une seconde vie, parce qu’elle ne peut pas rester ainsi. Elle se lève pour se mettre entre la bête et son mari et elle reste immobile, même lorsque le loup-garou fonce vers elle. Fermant les yeux, elle attend le moment fatidique, elle se dit qu’elle ne ressentira sans doute rien, avec la violence qu’elle apercevait dans les prunelles de son père. Au lieu de cela, elle se sent projeter vers la gauche, une douleur qui la tenaille, mais ce qui la force à rester encore parmi eux, c’est qu’elle sait qui l’a aidé. Hector ferme sa gueule dans la jugulaire d’Hurley, qui l’a tassé juste à temps. Ou du moins, c’est ce qu’il croit. Puisque si elle reste concentrée sur son mari qui quitte ce monde, elle ne remarque pas la plaie que les griffes de son père ont laissée sur son bras. Ensuite, sans savoir pourquoi, ni se rendre compte de son entourage, la porte d’entrée vole en éclat et elle entend des cris. Il est trop tard, après tout. Hurley est mort, elle est blessée, à vif et le sang coule sans arrêt…



[***]

Une douleur atroce qui lui enserrait le bras droit, celle-là même qui la poussa à sortir de ses songes où elle était si bien. Elle pousse un long gémissement, ses yeux tournant dans les orbites avant que ses paupières ne s’ouvrent. Elle a de la difficulté à respirer, la belle, elle cherche l’air ambiant sans en trouver réellement la force. Il y a quelque chose de changé, elle peut sentir le sang tout autour. Ses prunelles arrivent trop rapidement à s’habituer à la lumière si faible de l’endroit où elle se trouve. Il y a quelque chose de changé. Quand ses oreilles arrivent à entendre la conversation des médicomages hors du couloir, quand son poil se hérisse puisqu’elle sent la présence d’un autre loup-garou tout près. Il y a quelque chose de changé. Tout.Un long gémissement sort de sa bouche, elle ne peut pas être devenue un loup. Cette malédiction qui touche de près tant de gens de sa famille, celui qu’elle a appris à vivre toute sa vie sans jamais y goûter. La folie la guette, elle cherche quelque chose près d’elle qui lui indiquera où elle est. Vega, elle se rappelle à peine comment elle s’est rendue là. En fait elle ne sait pas. Tout ce qu’elle se souvient, de plein fouet, c’est le corps d’Hurley qui heurte le sol dans un bruit sourd. « Non! » Qu’elle dit, de nombreuses larmes coulant sur ses joues, se rendant compte que son mari avait perdu la vie en tentant de la protéger. Pour rien, au final. Puisqu’elle n’était qu’un monstre, maintenant.





 
+ SHE REMEMBERS IT ALL
Deny this emptiness, This hole that I'm inside.These tears, They tell their own story. Told me not to cry when you were gone, But the feeling's overwhelming, it's much too strong. Can I lay by your side? Next to you, you, And make sure you're alright. ©️endlesslove.



Parchemin envoyé Sam 8 Oct - 13:21

avatar
avatar
profil
Je suis : Gallifreys aka Lexxie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 668 hiboux. J’incarne : Holland - la rouquine - Roden , et l’avatar que je porte a été créé par : un créateur de bazzart, merci . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra Black, Gideon Peverell, Skander Lupin. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 27 années brisée , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : prisonnière des mangemorts, ils tentent de m'exploiter pour mon don. Quand comprendront-ils enfin que je ne contrôle rien, qu'ils m'achèvent je n'en peux plus. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est plutôt complexe, je suis complètement perdue.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 









sweetest devotion.
VEGA GREYBACK & AVIA SPUDMORE



SEPTEMBRE 1990 – POUDLARD

Sortir de Poudlard quand on est une fugitive comme elle… c’est du suicide, ou presque. Surtout une nuit de pleine lune, mais elle était tellement angoissée par ce rêve qu’elle avait fait. Réalité ou illusion, plus elle prenait conscience de son don moins elle se sentait capable de faire face à la réalité. Il prenait tellement d’ampleur, combien de fois dans la journée avait-elle cette sensation de déjà vu quand elle parlait à quelqu’un, un petit flash quelques secondes plus tôt. C’était si déroutant, si dérangeant, mais ce n’était pas aussi terrifiant que la vision qui l’avait réveillé dans un hurlement pendant la nuit. Elle avait poussé un cri strident, réveillant tout le dortoir gryffindor, et elle avait fondu en larmes. Elle y avait vu Vega, mourante, couverte de sang, la vie entrain de la quitter. Elle aurait eu besoin de sa présence apaisante à ses côtés, au lieu de cela, Avia avait sangloté une bonne partie de la nuit. Elle était courageuse la lionne mais ces visions la faisait littéralement perdre ses moyens car elle se sentait si impuissante, incapable de les empêcher de se produire. Elle revivait encore la veille la vision de la mort en couche de Circée, comme si le destin voulait lui marteler qu’elle ne pourrait l’empêcher, qu’elle perdrait bientôt celle qui était à la fois comme sa petite sœur, à la fois comme sa cousine, et qu’elle protégeait comme sa propre fille. Elle ne supporterait pas de perdre Circée, comme elle ne supporterait pas de perdre Vega. Elle les aimait les deux, différemment, mais leur mort prochaine dans ses visions rendait la rousse lugubre, à fleur de peau. Elle aimait la première comme sa famille, la seconde comme la femme de sa vie. Elle avait essayé de faire son possible pour alerter l’entourage de Circée, mais Vega elle ne pourrait s’en charger qu’elle-même, même si cela impliquait de franchir les limites de Poudlard. Le temps lui était compté, dans sa vision, elle voyait clairement la lune pleine. Tictac, tictac. Ce soir, la lune sera à son plus haut point, pleine, lumineuse et terrifiante.

Elle ne pouvait pas s’y rendre avec le visage d’Avia Spudmore, c’était tout simplement impossible, et suicidaire. Si elle s’y rendait en mission suicide elle ne serait en rien capable d’aider Vega, ou quoi que ce soit d’ailleurs. Elle doit penser la rousse, et vite. Très vite même. Elle sait que l’Ordre garde précieusement quelques gouttes de polynectar sous le coude, elle pourrait s’y rendre sous l’apparence de quelqu’un d’autre. Mais de qui ? Elle va voir les alchimistes de l’Ordre et fait des pieds et des mains pour obtenir ce qu’elle souhaite, c’est Skander qu’elle va solliciter, il n’est plus totalement lui même depuis que sa compagne est partie sans donner de nouvelles. Ces choses là ne regardent pas Avia, bien au contraire, elle sait combien le jardin secret d’une personne est importante. Il lui en donne une fiole, un peu, les ressources leurs manque, mais elle se justifie par une question de vie ou de mort. A peu de chose près, c’était cela. Elle remonte dans le dortoir et récupère sur son oreiller un cheveux bruns, ceux de Vega. Idéal, elle était de la main noire, elle pourrait aisément entrer sur le chemin de Traverse. Qu’elle la trouve, ressortir avec le même visage serait un peu plus complexe, mais elles auraient le temps d’y songer. A la nuit tombé, elle glisse le cheveux dans la potion infâme et boit. Elle se regarde dans le miroir, dans la peau de celle qu’elle aime. C’est très déroutant,et elle transplane alors depuis la zone prévue à cet effet. Si elle parvient à passer rapidement les barrages sur le chemin de Traverse, quand elle arrive au pied de l’immeuble où vit Vega, son sang se glace quand elle entend du grabuge à l’étage. Elle lève les yeux vers le ciel, la lune n’était pas encore levé. Elle sort sa baguette Avia et se précipite à l’intérieur : trop tard. Elle est toujours en retard, elle n’arrivera donc jamais à empêcher le déroulement des choses. Avia a ouvert la porte en volé à l’aide d’un sort, et fait face au cadavre de l’époux de Vega, de son aimée en sang, et face à un loup garou. Hector, je présume, pense-t-elle alors. Elle a été membre de la section d’attaque, elle a peur du loup, mais le fait que Vega semble encore en vie l’aide à brandir sa baguette et à s’exclamer : « DIFFINDO!  » Elle vise le monstre qui se retrouve projeté par le fenêtre qui vole en éclat. Elle court alors vers Vega, griffée par la bête, ensanglantée, mais… en vie. Pour l’instant. Elle tâte le pouls la main tremblante d’Hurley, pour lui en revanche… Elle regarde Vega. « Reste avec moi, je t’en supplie.  »  Sa voix est la sienne, son visage celui de la jeune femme. Elle la serre alors contre elle, toujours à l’affût. Elle se remet alors sur ses jambes pour la porter, comme un vulgaire sac à patate. Elles devaient s’en aller. Mais avec le même visage… Elle regarde alors le corps d’Hurley et pousse un soupire. Ce n’est ni ragoutant, ni… gratifiant mais elle badigeonne le visage de Vega de sang, espérant la rendre méconnaissable. Puis elle sort, la portant difficilement. La rousse - désormais brièvement brune - a un petit gabarit. « C’est qui ça ? »  Demande l’homme au barrage. « Une petite conne de Phénix, je l'emmène au ministère.  » Elle ment avec aplomb, mais intérieurement elle tremble. Puis quand l’homme lui fait un signe de tête elle transplane immédiatement, sentant ses cheveux reprendre une teinte rousse. Il était moins une. Arrivée, elle s'effondre par terre dans la zone de transplanage en hurlant. Bon sang que Merlin lui vienne en aide, elle ne voulait pas la perdre.

(...)

Qu’elle puisse être loup garou, fourchelangue, ou même animagus, Avia s’en fichait éperdument. Elle n’avait jamais eu peur des sorciers différents, encore moins maintenant qu’elle se sentait différente. Son don de voyance ne faisait pas d’elle un monstre les nuits de pleines lunes, pourtant elle se sentait tout autant monstrueuse de ne pouvoir jusqu'ici rien faire pour changer le cours des choses. Elle avait passé la nuit au chevet de Vega. Gabrielle la médicomage en charge depuis le départ d’Odette lui avait affirmé que sa belle était devenue lycanthrope, et quand elle avait reçu la visite de Skander - qui passait voir les divers blessés du jour, il lui affirma qu’ils pourraient l’aider à surmonter cela. Tout le monde ignorait que l’Ordre avait ses loups garous, Avia la première. Elle n’avait rien répondu et avait juste hoché la tête, trop occupé à scruter le moindre changement dans le sommeil agité de sa belle. Elle s’agite un peu plus tard dans la matinée, « Non ! » Elle voit les larmes qui coulent sur son visage. Elle doit la rassurer, même si elle est complètement paniquée depuis la veille Avia. Paniquée à l’idée de la perdre.  Avia pose une main à la fois douce et maternelle sur son front. Le choc est électrique en sa peau glacée et celle de la nouvelle louve qui est brûlante. « Chuuut. » Murmure-t-elle avec douceur en dégageant les mèches emmêlées sur son front. « Tu es en sécurité à Poudlard. »  Tu es avec moi, eut-elle envie de rajouter. Tu vas avoir besoin de la rassurer, lui avait dit Skander quand il avait vu la griffure au bras, comme s’il en savait quelque chose. Tout était nouveau pour un loup, avant la morsure la vie est simple, après il faut gérer la bête en continue. Avia ne sait pas quoi faire, elle se sent désemparé. Elle a envie de la serrer contre elle, mais elle se retient, ne voulant pas la brusquer, elle a besoin de retrouver ses repères. Avia caresse sa joue avec douceur, un doux sourire sur le visage, penché vers elle. Elle veut capter ses prunelles comme pour s’assurer que malgré la morsure, c’est sa Vega qui est là, et non pas une bête. « Ca va aller mon coeur.  »  Elle se fichait qu’on puisse les savoir ensemble, son père l’avait déjà renié, et l’Ordre était tolérant. Elle s’en fichait, elle s’était caché trop longtemps, il fallait que cela cesse.
 



I TAKE EVERYTHING I AM FEELING, EVERYTHING THAT MATTERS TO ME… I PUSH ALL OF IT INTO MY FIST, AND I FIGHT FOR IT.


Parchemin envoyé Mar 13 Déc - 2:25

avatar
avatar
profil
Je suis : CHIKAKA , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 09/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 426 hiboux. J’incarne : Crystal Reed , et l’avatar que je porte a été créé par : january blues . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Quintus, Betty et Ciena Je parle en : white



Je suis âgé de : 27 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Créatrice de la Poudre d'Escampette et Chimiste pour la Main Noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : Elle est veuve depuis quelques mois seulement, mais son coeur appartient à jamais à une seule et unique femme.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
En ligne





VEGA GREYBACK & AVIA SPUDMORE
until her time had run out.



SEPTEMBRE 1990 – POUDLARD

Elle n’arrivait pas à croire qu’Hurley avait été tué en essayant de la protéger, elle. Pourtant, Vega, elle n’aimait pas cet homme. Elle ne l’avait jamais aimé, même lorsque ses souvenirs n’étaient pas présents, ça n’avait jamais été une union basée sur les sentiments. C’était Hector qui l’avait choisi lui, un sang-mêlé d’une famille qu’il pouvait manipuler. Elle n’était pas la Vega qu’il aurait dû marier, elle n’était qu’une pâle copie de la Greyback que son père aurait toujours voulu qu’elle soit. Sauf qu’Hurley non plus, il n’avait rien demandé. Si ce n’était de tenter de se rapprocher de sa femme, parce qu’il n’avait pas envie de vivre toute sa vie dans une maisonnée remplie de tensions et vide de sentiments. Il aurait bien voulu qu’elle ait leur enfant, qu’ils puissent avoir une descendance comme le lui avait demandé Hector. Ils avaient beau essayer, ça n’avait jamais fonctionné. À croire que c’était parce que le cœur de Vega la protégeait, sans le savoir, de se laisser aller à quelqu’un d’autre que celle qui lui était destinée. D’une certaine manière, elles avaient toujours su qu’elles finiraient ensemble, mais jamais elles n’avaient réellement parlé de temps. Là, quand elle se réveillait dans une infirmerie, qu’elle reconnut entre ses larmes comme étant celle de Poudlard, elle se dit que le destin avait une façon bien à elle de lui donner ce qu’elle désirait. Paniquée, elle voulait seulement savoir ce qui se passait, qui était présent dans cette salle. Elle avait mal, ça la démangeait de partout. Et à voir le bandage sur son bras, elle sut aussitôt ce que ça voulait dire. Heureusement, Avia arriva rapidement à son chevet, comme elles étaient toujours aussi bien accordées. « Chuuut. » Ses prunelles arrivent finalement à délaisser les luminaires de l’infirmerie pour croiser celles de sa douce. Ses larmes coulent toujours, mais elle se sent aussitôt à sa place, puisqu’elle est près de la rouquine.

Rien ne sera plus pareil, désormais. Elle le savait. Peu importe si elle décidait de retourner à la Main Noire, de passer pour une Mangemorte, son cœur serait à jamais à la sorcière. Et noircit. Monstreux, il s’était inévitablement transformé pour l’associer davantage à la cruauté des Greyback. Ce que Vega avait toujours exécré. « Tu es en sécurité à Poudlard. » Pour combien de temps? Ou plutôt, ce n’était pas elle qui devait avoir peur de sa sécurité, mais bien les Phénix qui pourraient assister à sa première transformation. « Ca va aller mon coeur.  » Elle tente de lui envoyer un sourire, mais c’est peu rassurant. Qu’elle se retrouve près d’elle, malgré sa morsure, ça voulait déjà dire beaucoup pour Vega. « J’ai tellement mal… » Elle étouffe un sanglot, serre la mâchoire et retient un gémissement. Peut-on lui donner un calmant? Tout son corps entier brûlait. Cette sensation était comme un spasme qui la prenait tout entière, mais heureusement, elle ne dira pas éternellement. Une fois la douleur passée, elle essaya de bouger sa seule main valide, ce qui lui arracha une grimace. Tout son corps le faisait souffrir et ce n’était pas seulement à cause de la morsure, mais bien de la manière dont Hector l’avait punie. Elle pointe ses côtés, puis elle dit simplement : « Viens. Là…» Elle la veut près d’elle, pour l’éternité. Le corps de la sorcière finit par l’écouter, devant son instance et avec toute la douceur du monde, grimpe sur le lits pour s’installer à ses côtés. Ainsi, Vega n’a qu’à tourner la tête pour observer Avia, à quelques centimètres de son visage. « Ça fait combien de temps? » Qu’elle demande, en référence à son sauvetage. « Ils seront assez sur les nerfs quand ils me chercheront. » Elle rajoute en parlant des mangemorts, de sa famille. Par ses paroles, elle semblait dire tout simplement qu’elle devrait retourner chez eux, pour continuer la couverture, pour remettre davantage d’informations aux Phénix. Aujourd’hui encore plus qu’auparavant, sans savoir qu’ultimement, elle ne pourrait pas leur dévoiler l’attaque de l’endroit où elles se trouvaient en cet instant même.

 


 
+ SHE REMEMBERS IT ALL
Deny this emptiness, This hole that I'm inside.These tears, They tell their own story. Told me not to cry when you were gone, But the feeling's overwhelming, it's much too strong. Can I lay by your side? Next to you, you, And make sure you're alright. ©️endlesslove.



Parchemin envoyé Jeu 5 Jan - 21:53

avatar
avatar
profil
Je suis : Gallifreys aka Lexxie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 668 hiboux. J’incarne : Holland - la rouquine - Roden , et l’avatar que je porte a été créé par : un créateur de bazzart, merci . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra Black, Gideon Peverell, Skander Lupin. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 27 années brisée , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : prisonnière des mangemorts, ils tentent de m'exploiter pour mon don. Quand comprendront-ils enfin que je ne contrôle rien, qu'ils m'achèvent je n'en peux plus. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est plutôt complexe, je suis complètement perdue.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 









sweetest devotion.
VEGA GREYBACK & AVIA SPUDMORE



SEPTEMBRE 1990 – POUDLARD

Avant que Poudlard ne tombe à son tour, comme une mouche. Avant que le château ne tombe, c’était un lieu de vie, un lieu de résistance où Avia avait élu domicile. Elle ne voulait être nulle part ailleurs, elle ne pourrait jamais être nulle part ailleurs, en fuite pour le restant de ses jours. Sauf s’ils parviennent à changer le cours des choses, à changer l’évolution, à changer les mœurs et les lois. Un lourd travail, car Avia allait à l’encontre de toutes les conventions, sang pur éprise d’un sang mêlé, femme éprise d’une femme, sorcière éprise d’un lycan. A elle deux, les deux femmes collectionnaient la totalité de ce qui pourrait répugner plus d’un sorcier. Le premier répugné était le père de la rousse, le gérant de l’Empire Spudmore avait vu sa fille chérie lui glisser entre les doigts, libres et sauvageonne. Elle ne l’avait pas revu, elle ne voulait pas le revoir, lire la déception dans ses yeux, la sensation qu’il avait tout loupé à son sujet. Elle ne voulait rien de tout cela, jamais. Elle était à Poudlard, entouré d’amis, de cette famille qu’était l’Ordre, cette famille qu’elle avait choisie. Elle était aussi à ses côtés à elle, la femme qu’elle aimait de tout son être, de tout son cœur.

Elle caresse son front, maternelle. Depuis la mort d’Ysolde, Avia n’a jamais réussi à se défaire de ses attitudes maternelles que jamais plus elle n’utilisera. Jamais plus elle ne voudrait avoir d’enfant, elle sait que ça fait trop mal de les perdre. Elle serait maternelle avec les autres, mais jamais avec ses enfants. Jamais. Elle avait appris que Circée allait être mère et s’inquiétait grandement pour elle, elle ne pourrait l’aider, dans deux camps opposés. Mais, la rousse se reconcentre sur ce don elle peut prendre soin. Son aimé, Vega. Elles avaient mis tant de temps à se retrouver, à se chercher.  « J’ai tellement mal… »  Elle lui adresse un doux sourire, et continue de caresser son front avec douceur, laissant échapper, un « Chut… » Comme une mère à son enfant.  On lui a dit que la morsure était redoutable, et qu’elle laissait un poison dans le corps de la victime, et qu’il faudrait des jours pour l’éliminer et commencer à recommencer à faire quelque chose. Il lui faudrait du temps pour recommencer à vivre. Quand elle essaye de bouger Avia sent qu’elle est inutile, qu’elle ne peut rien faire. Vega le regarde et dit, « Viens. Là…» Elle lui adresse un sourire rassurant. Elle ne veut pas lui faire plus mal en se collant près d’elle, mais elle le demande alors, sans crier gare, sans qu’on la supplie, Avia se glisse à ses côtés dans le petit lit de l’infirmerie. Elle se colle contre elle, avec douceur. « Ça fait combien de temps? » Demande la Greyback son visage à quelques centimètres du sien, et elle ajoute, « Ils seront assez sur les nerfs quand ils me chercheront. » La chercher ? Bien sûr qu’ils la chercheront. Mais hors de question qu’ils la trouvent.

Elle esquissa un bref sourire, et l’embrasse furtivement sur les lèvres, avant de l’enlacer avec douceur, essayant de ne pas lui faire de mal. Elle refuse de la voir souffrir mais elle ne sait pas comment agir, parfaitement ignorante de la méthode à employer avec un lycan. « Ils ne te trouveront pas. Hors de question que tu y retournes, ton père pourrait te tuer, s’ils te… »Tuent, ne réussit-elle pas à dire. Sa voix se serre. « Je ne suis pas certaine de vouloir vivre dans un monde où tu n’es plus. » Dit-elle dans un souffle.  Elle s’attachait rarement Avia, elle savait ce que c’était de perdre quelqu’un. Elle avait perdu un enfant, elle ne perdrait pas la femme qu’elle aimait. Elle avait déjà « perdu » son propre père par sa faute, par ses comportements, ses agissements, elle l’avait perdu, et leur prochaine confrontation serait terrible, elle le savait. « Tu as dormi douze heures. » Dit-elle en la serrant contre elle, son front contre le sien. Elle refuse de la lâcher comme si l’avoir contre elle était l’assurance de la savoir en vie, en un seul morceau. « Tu dois encore te reposer, la morsure va cicatriser mais la douleur va rester. » A jamais, se retint-elle d’ajouter. C’est ce qu’elle avait entendu, la morsure du loup reste douloureuse à jamais, comme un rappel à l’ordre. « Tu es en sécurité auprès de moi. » Dit-elle avec un sourire, se voulant rassurante. Qu’on essaye de s’attaquer à sa Vega, et la tornade rousse ne serait que colère.
 



I TAKE EVERYTHING I AM FEELING, EVERYTHING THAT MATTERS TO ME… I PUSH ALL OF IT INTO MY FIST, AND I FIGHT FOR IT.


 

sweetest devotion ∞ VEVIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» Sweetest thing △ 17/05 | 14h05
» Anger is the sweetest feeling... [PV Phoebe]
» Yugo - Roi-Dieu Eliatrope au cœur pur
» + DEVOTION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Pré Au Lard :: Poudlard-