Partagez | 
LE SOLSTICE D'ÉTÉ - Ordre du Phénix

()
Parchemin envoyé Lun 27 Juin - 23:16

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 551
malle
raise your wand
 
Le solstice d'été
- membres de l'ODP en fuite -

LA STATION, 21 JUIN 1990
L’Ordre s’était réuni à la Station, une grande réunion, comme ces grandes préparations d’avant bataille. Ils ne s’étaient pas rassemblés tous ensemble depuis la veille du bal du ministère. Mais ils étaient tous là, les anciens, les nouvelles recrues, et même quelques infiltrés. Une grande réunion pour planifier l’attaque du « ministre » auto-proclamé et Mangemort qu’était Balthazar Lestrange, époux de la défunte Morgana. Cette auto proclamation n’avait rien d’acceptable, pour aucun d’entre eux. Cette suprématie Mangemorte et sang pur n’était pas satisfaisante. L’Ordre voulait y mettre un terme, continuer sur cette lancée, continuer à rogner sur les parts Mangemortes, prendre du terrain. Cette fois-ci, c’était l’occasion idéale : des Mangemorts réunis, l’autorité en place présente. Il n’en fallait pas plus pour que l’Ordre décide de lancer une attaque. Une réunion à la Station qui était devenue quasiment déserte depuis le Bal. Quasiment, car seule Ombeline Lupin restait entre ces murs, et quelques sorciers de passage en mission à Londres. La Station était devenue un avant-poste avancé. Ni plus ni moins. Les membres de l’Ordre étaient réunis autour d’une grande table, tandis que Skander, debout, énonçait le plan, « Chacun connait sa place. Nous n’avons pas le temps d’attendre plus longtemps. » Quand soudain, la porte de la pièce s’ouvrit à la volée. Laissant entrer un autre membre de l’Ordre, normalement en infiltration sur le marché.

Toutes les têtes se tournèrent vers le nouveau venu comme si quelque chose de grave s’était passé, comme s’ils devaient agir ici et maintenant, oubliant le plan. Pourtant c’était bien un sourire sur les lèvres qu’on pouvait lire, pas de l’inquiétude. Comme une lueur d’espoir.  « Ils ont annoncé des élections ! » Il était essoufflé. « ILS ONT ANNONCÉ DES ÉLECTIONS ! » Arthur McFears était un sorcier au sang mêlé, membre de l’Ordre infiltré en tant que commerçant vendeur de potions avec une petite échoppe sur le Marché du Solstice d’été où se déroulait en ce moment même le discours du Ministre.  « Le ministre vient d’annoncer que les sorciers vont pouvoir choisir leur nouveau ministre ! » Il semblait heureux, très heureux. « Qu’est ce que ça change ? » Demanda alors Skander, peu convaincu par cette annonce. Qu’est-ce que ça changeait ces élections ? « On va pouvoir choisir ! » S’exclama-t-il, « Il faut arrêter l’attaque. » « Et laisser la démocratie s’exprimer ? » Demanda alors Skander haussant un sourcil, peu convaincu. « EXACTEMENT ! » Dit-il fièrement, comme s’il venait de sauver la journée.

NOTE
La Station se trouve non loin du marché, dans les sous terrains du métro londonien. Si vous êtes dans cette réunion, c’est que vous êtes un membre actif de l’Ordre du Phénix, et que vous n’êtes pas un infiltré dans cette fête. Vous pouvez être recherché et présent ici, ce n’est pas un problème. Vous pouvez faire des RP aux alentours de 500 mots ; essayez de rester court dans vos réponses pour faciliter le RP. Il va y avoir une intervention de PNJ pour venir rythmer l’intrigue, car comme vous vous en doutez, rien ne va rester ainsi très longtemps.

PARTICIPANTS
Voici les participants de ce groupe - Ordre du Phénix -
Aries Lupin, Gabrielle McGonagall, Honoré Deauclaire, Lothar Lupin, Marek Lupin, Odette S. Moody, Onyx Trelawney, Pietro Lupin, Robb Moody, Savannah L. Marshall, Shill G. Diggory, Skander Lupin, Xaver Trelawney, Zelda Ljungström. 

L'ordre de réponse est à votre convenance, jusqu'à l'intervention prochaine du PNJ.
Puisse le sort et les dés vous être favorable !
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


mp Skander + mp Alienor + mp Erzsébet + mp Mererid
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Mar 28 Juin - 9:47

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Quoi qu’on puisse en dire, c’est que les passifs d’auror étaient plus qu’utiles à l’Ordre. Si la promotion de Shill n’était pas des plus représentés, l’ancien auror – puis formateur – avait la chance de pouvoir encore pratiquer dans une partie que le Ministère avait jugée dangereuse peu après la Purge : l’attaque. Sa section n’était certes pas composée de personnes âgées maîtrisant des sorts de haut niveau, mais Jonah, Onyx et lui avaient un potentiel non négligeable. C’est ce qu’il se plaisait à croire en voyant que le père Moody formait discrètement le garçon au métier. L’avantage d’avoir formé soi-même et de voir la formation des autres, et les progrès du Weasley était affolant, voire même très bon. Un aussi bon élément qu’Orianne, parce que oui, Shill avait ses favoris de promotion. Mais si tout était si clair dans les esprits, la porte d’ouvrit de volée sur un sorcier plus que ravi, plus que libéré d’un poids. Un sourire et l’annonce qui claque dans l’air. Des élections… Rien pour le Diggory n’était joué, rien du tout. C’était encore une sombre affaire politique qui n’allait pas donner d’aide au Royaume-Uni magique. Bien au contraire. Pourtant, c’est le Leader, le Chef. Yoda semblait tout aussi peu convaincu que beaucoup de personnes ici. Combien avaient perdu de la famille, des amies ou autres choses à cause du régime ? Trop de monde. Alors maintenant, il fallait laisser s’exprimer le peuple ? Peuple composé en grande partie de mangemorts et affilié une folie. Pourtant, l’air euphorique du sorcier infiltré ne quittait pas son visage, Shill lui enfonçant ses mains dans ses poches, le dos contre un mur de la station et non pas las de leur petite réunion, mis ennuyé au possible. Il articule ironiquement. « Et les fuyards ils peuvent voter au moins ? Ou faut aller faire une procuration comme chez les moldus. » Il laisse le silence retomber un instant. Et hausse les épaules. « Non, je sais pas, qu’on sache si on se jette dans la fosse aux lions pour un candidat qui sera forcément un de ces putain de mangemorts ? » Car entre eux, ils savent très bien qu’il n’y avait personne d’infiltré, personne de raisonnable qui pourrait prétendre aux élections du Parti Ordre du Phénix. Il regarde en coin Robb Moody. « L’seul vieux capable de diriger. » Présente-t-il du regard. Et dans le fond, et ceux qui connaissaient Robb pourrait le dire, il n’avait pas tort Shill, mais c’était clair. Personne ici ne pourrait prétendre à se présenter à ces élections ridicules.
Parchemin envoyé Mar 28 Juin - 13:40

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Une réunion, une préparation d'attaque. Dans ces moments là, Skander réussissait à faire abstraction de toutes ses préoccupations pour se concentrer sur la mission. L'homme dissipé, impulsif avait toujours trouvé dans l'Ordre un moyen de se poser, de se concentrer mais aussi de devenir l'homme qu'il n'aurait jamais cru pouvoir devenir. Être l'un de ses leaders lui avait mis du plomb dans la tête - sur le plan "professionel", uniquement. Sa vie privée était encore un chaos assez certain dans lequel il tentait de mettre un peu d'ordre. Mais en mission, il ne voulait pas y penser, refusant de faire une erreur, ou un faux pas à cause de ses problèmes personnels. il avait bien d'autre problème : cette mission. L'annonce de ces élections ne changeait rien pour lui, absolument rien. C'est Shill qui prit alors la parole - Marine le bleu - sur ces mots, « Et les fuyards ils peuvent voter au moins ? Ou faut aller faire une procuration comme chez les moldus. » Il était tellement d'accord avec lui, jamais ils ne laisseront des gens comme eux. Des hors la loi, des terroristes et des renégats choisir et voter. Car voter, c'est avoir le pouvoir de changer le cours de l'histoire, de changer la face du monde. Skander reste muet, réfléchissant à la manière d'aborder la question. Il tentait de poser son esprit tempétueux. « Non, je sais pas, qu’on sache si on se jette dans la fosse aux lions pour un candidat qui sera forcément un de ces putain de mangemorts ? » Ils vont s'élire entre eux, c'était évident. Skander leva les yeux vers Marine qui montra alors Robb Moody. « L’seul vieux capable de diriger. »  Ce n'était pas complètement faux. Mais avant de se choisir un dirigeant, ils avaient une guerre à gagner.

Avant de prendre la parole, il pesa ses mots. Il leur fallait un plan. Autant sa vie n'était faite que de hasard, autant il tenait à ce que l'Ordre ai un plan, il fallait toujours avoir un plan. « Il faut arrêter de se voiler la face. » Son ton était étrangement posé, contrastant avec son habituel énervement chronique. Mais il devait avoir les idées. Dans sa tête le pour et le contre concernant la poursuite de l'attaque continuait à se peser. « Jamais quelqu'un qui puisse représenter nos idées, ce que nous sommes et ce pourquoi nous nous battons ne seront jamais admis à voter, ni ne seront jamais admis à se présenter. » Aussi doué soit Robb - ce qu'il croyait. S'ils parvenaient à en faire un candidat - ce qui était hautement improbable. Jamais aucun d'entre eux ne pourrait voter. En discriminant sur la base du sang, les idéaux sang pur sont devenu de dogme. Les transformant en fanatises. « Ils vont se choisir un nouveau chef de file parmi leur petit d'élite suprématiste.  » Il marquait alors une petite pause. « Et ils vont continuer.  » Les fanatiques poursuivent toujours l’œuvre de leur maitre aussi froid et défunt soit-il. « Incapable de voir leur monde s’effondrer, continuer quel qu'en soit le prix. » Ils avaient en face des personnes convaincue - comme eux d'ailleurs - du bien fondé de leurs actions et de leurs idées. C'était ce qui les rendaient dangereux, nombre d'entre eux mangemorts ou phénix étaient prêts à mourir pour leurs idées. Skander le premier, il n'avait pas hésité à tenter l'impossible pour le faire gagner du temps, s'il en était mort - il en aurait été apaisé. « On doit arrêter cette hérésie fanatique, parce que si aucun d'entre nous le fait, qui le fera ? » Il n'attend aucune réponse. « On peut se voir comme des sauveurs, des guerriers, des vengeurs. Mais on se bat pour des idées, et jamais ils ne nous écouterons dans la paix et la sérénité. S'ils gagnent - si on les laisse gagner - tout ce ci n'aura été que vain. Le monde ne se souviendra pas de ce sursaut. Parce que ce que nous sommes, ce que l'on fait fait, débute et prend fin avec nous. »  Il parlait avec ses mains, martelant ses mots.  « A moins que l'on entre dans l'histoire, qu'on en change son cours. » Il proposait la poursuite du combat. Ni plus ni moins, c'était une illusion, un chiffon agité par ces putains de mangemorts comme guise de diversion, il en était certain. Certain de ne pouvoir faire confiance à aucun de ces monstres.

HJ, désolé je me suis laissé emporté




It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Mar 28 Juin - 17:04

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
La station était visiblement peu utilisée. De la poussière s’accumulait sur les surfaces, tandis qu’une légère odeur de moisissure flottait dans l’air. Mais ce qui était le plus palpable était surement l’atmosphère qui occupait la pièce, tel un nuage sombre au travers duquel quelques individus pouvaient apercevoir des rayons ensoleillés. Les membres de l’Ordre s’étaient retrouvés pour discuter d’un plan, afin de continuer sur leur lancée pendant que les mangemorts étaient encore vulnérables, perdus tels des chiots a la recherche de leur maitre. Ce fut la nouvelle de l’un des sorciers infiltrés qui secoua la salle. Les nouvelles d’une élection étaient pour certains la promesse d’une vie meilleure, ce n’était pas le cas d’Aries. Adossé à un mur non loin de Skander, il avait laissé une place assise à d’autres membres, ayant prévu de rester un observateur passif lors de cette réunion. Assise non loin de lui se trouvait Odette, sa meilleure amie qu’il avait cru perdre alors qu’elle s’était décidée de s’essayer à un art qu’elle ne connaissait pas suffisamment. Dans le fond, il lui en voulait toujours, mais était parvenu à s’effacer, bien qu’il n’hésiterait pas à lui rappeler à quel point elle avait été idiote, et ce jusqu’à la fin de ses jours. Dans le moment présent, en revanche, il se contenta de rencontrer son regard, laissant paraitre sur son visage les pensées qui lui traversaient l’esprit : il n’y croyait pas. Il savait bien que ces élections ne serviraient que ces ordures de mangemorts qui occupaient déjà les postes administratifs, qu’elles n’étaient organisées que pour calmer les familles de sang pur qui se disputaient le pouvoir. Il n’était pas le seul à voir le monde ainsi, et Shill, ou orange, ou violet, ou quelque chose dans le genre, annonçait les idées que le demi-loup gardaient silencieuses. Ce dernier hocha la tête, montrant ainsi qu’il était du même avis, et suivit leur regard vers Moody (Robb), le fixant un long moment. Ce furent les mots du chef de l’Ordre qui le poussèrent à détourner les yeux : « Il faut arrêter de se voiler la face. » Quelque chose dans le ton de son cousin le surpris, poussant ses sourcils à se froncer un instant. Alors qu’il continuait son discours, le Serdaigle eut la mauvaise idée de trouver de nouveau le visage d'Odette, et explosa dans petit rire silencieux. L’une de ses mains couvrit son visage, tandis que son meilleur ami ne semblait pas vouloir calmer son annonce. Aries sentit des larmes couler le long de ses joues, et il donnait des coups de pieds discrets sur la chaise de son amie, tentant de la pousser à se calmer, puisqu’il était incapable de le faire lui-même. « À moins que l'on entre dans l'histoire, qu'on en change son cours. » Le sorcier ne put retenir un léger gloussement, qu’il transforma en une toux aussi discrète que possible. « L’Écosse finira par être libre, » finit-il par dire en direction de la sang mêlé, un sourire en coin aux lèvres. Il se détacha du mur, se rapprochant de la table et d’autres membres qui se tenaient également en retrait. « Je ne vais pas prendre la peine d’être aussi éloquent que Skander, mais je suis du même avis. » Ses mains enfoncées dans les poches de son jean, son regard flotta sur la foule. « Ces élections ne sont là que pour calmer les sang pur en quête de pouvoir, elles ne feront rien pour nous. On n’a pas finis de se battre. » Et cela le démangeait, de se battre.
Parchemin envoyé Mar 28 Juin - 18:05

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Une nouvelle attaque se tramait à la Station. Honoré était dans l’Ordre pour changer les choses, pas pour se battre. Pourtant, les deux semblaient rimer ensemble et la française suivait. Parce qu’elle s’était engagée. Mais l’idée d’une autre alternative ne l’aurait pas déplu. Aussi, les nouvelles apportées par Arthur semblaient tout changer. L’Ordre pouvait avoir une chance d’être pacifique. Rien n’aurait pu la ravir davantage. La manœuvre allait être compliquée, et déjà elle entendait Skander prôner pour l’abandon du projet. « Jamais quelqu'un qui puisse représenter nos idées, ce que nous sommes et ce pourquoi nous nous battons ne seront jamais admis à voter, ni ne seront jamais admis à se présenter. » Il voulait changer le cours de l’histoire, mais à quel prix ? Du sang avait déjà trop coulé. La révolution, il la faisait barbare, sanguinolente, atroce. Elle avait déjà subi le mal de ces différences d’idées, elle avait tué pour ça. Et plus que jamais, le souvenir lourd d’une famille détruite la hantait. Il fallait que ça s’arrête, mais pas par une bataille. « Ces élections ne sont là que pour calmer les sang pur en quête de pouvoir, elles ne feront rien pour nous. On n’a pas fini de se battre. » Son ventre se tordait à l’idée de lever une nouvelle fois sa baguette qu’elle n’avait pas touché depuis plusieurs semaines, par peur. Comment serait-elle capable de se battre, si elle était terrifiée à l’idée de lever un bout de bois devant elle ? Ce combat n’était pas pour elle. Elle voulait les mêmes choses qu’eux, mais s’ils décidaient d’y aller par la force, une nouvelle fois, elle ne pourrait pas continuer. « C’est bien beau vos histoires de monde tout beau tout neuf. Mais une fois que vous aurez pris le pouvoir par la force, qui vous suivra ? Personne. Parce que ouais, y a que des mangemorts dans ce peuple pourri. » Honoré se leva, prête à partir. Parce qu’elle en avait marre d’écouter ça à longueur de journée. Se battre comme si c’était l’unique solution, ils ne cherchaient pas à en trouver d’autre. « Vous voulez changer les idéaux d’un peuple qui ne veut pas les changer. Le seul moyen d’arrêter cette bataille, c’est de les prendre à leur propre piège. » Et elle regarda Shill avant de continuer, parce qu’il était le seul à avoir peut-être réfléchi un tant soit peu à ces élections. « Ce qu’il faut, c’est mettre un Phénix en leader, un Phénix qui sera capable de changer leurs mœurs à leur insu. Là ils nous écouterons, pas avant. Je parle pas de présenter nos idées, je parle d’aller dans leur sens, de les brosser dans le sens du poil. De faire croire qu’un mangemort est à la tête alors que ce n’est pas le cas. » Posant ses mains sur la table, elle conclut. « C’est la seule solution que je vois, mais si vous désirez continuer une attaque, en tout cas, ça sera sans moi. »
Parchemin envoyé Mar 28 Juin - 19:03

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Une nouvelle attaque se préparait et il flottait depuis le début de la conversation un sourire distrait sur les lèvres de la sorcière. Elle était pour une fois totalement sobre, ses veines enfin pures. Une nouvelle attaque se préparait et l'ivresse du combat remplacerait bientôt celle du whisky ou de la drogue. Une nouvelle attaque se préparait et malgré tout ses problèmes d'addiction - elle tenait à donner son maximum. Ses mains tremblaient donc sous la table d'une façon presqu'imperceptible - invisible à part pour quiconque s'y attarderait de longues minutes. Son sourire n'avait fait que s'accentuer au fur et à mesure du discours éloquent de leur leader. L'attaque se précisait. De toute façon, ces élections n'étaient qu'un prétexte, Zelda en était persuadée. Jamais quelqu'un partageant leurs convictions ne serait élu aujourd'hui. Les quelques infiltrés qu'il restait encore à l'Ordre n'étaient pas assez hauts placés que pour tenir une chance, ne serait-ce que quelques minutes. « Jamais quelqu'un qui puisse représenter nos idées, ce que nous sommes et ce pourquoi nous nous battons ne seront jamais admis à voter, ni ne seront jamais admis à se présenter. » amen. Elle dut se retenir d'applaudir au discours de Skander tant il reflétait ses convictions personnelles. Le temps de la négociation s'était évanoui il y a de cela bien longtemps et la seule alternative pour l'anglo suédoise était de se battre. Encore et toujours, tout les jours si nécessaire jusqu'à ce qu'ils ne prennent le pouvoir par la force. Elle avait conscience d'être relativement extrême, mais elle était intimement persuadée d'avoir raison. Elle écouta Ariès confirmer le discours de son cousin en hochant doucement la tête. Cela ne servait à rien d'être naïf. « C’est bien beau vos histoires de monde tout beau tout neuf. Mais une fois que vous aurez pris le pouvoir par la force, qui vous suivra ? Personne. Parce que ouais, y a que des mangemorts dans ce peuple pourri. » Zelda releva un regard étonné sur la voix qui s'élevait (Honoré). Elle haussa un sourcil interdit alors que la sorcière continuait son discours. « Vous voulez changer les idéaux d’un peuple qui ne veut pas les changer. Le seul moyen d’arrêter cette bataille, c’est de les prendre à leur propre piège. Ce qu’il faut, c’est mettre un Phénix en leader, un Phénix qui sera capable de changer leurs mœurs à leur insu. Là ils nous écouterons, pas avant. Je parle pas de présenter nos idées, je parle d’aller dans leur sens, de les brosser dans le sens du poil. De faire croire qu’un mangemort est à la tête alors que ce n’est pas le cas. » Honoré posa les mains sur la table alors que Zelda ouvrait déjà la bouche afin de lui répondre, faisant de son mieux pour maitriser l'amertume de ses mots. Elle n'avait pas une seule goutte de diplomatie en elle et ses discours étaient souvent inutilement agressifs sans même qu'elle ne s'en rende compte. Peut être les gens l'entourant auraient-ils eu plus de clémence envers elle si elle avait le courage d'assumer son passé mais il n'en était rien, elle préférait passer pour une personne des plus désagréables plutôt que de raconter son histoire. « C’est la seule solution que je vois, mais si vous désirez continuer une attaque, en tout cas, ça sera sans moi. » la sorcière se décida cette fois ci à prendre la parole à son tour, son ton distant résonnant alors qu'elle fixait Honoré de ses yeux couleur de jais. « Ce qu'il faut c'est de continuer à gagner du terrain par la force. Sortir et leur montrer que le bal n'était pas qu'un coup de chance. Qu'on est plus présents que jamais. » elle n'avait jamais été une grande stratège et elle avait souvent tendance à foncer dans le tas sans réfléchir. Posant à son tour ses mains sur les tables, ses paumes maintenant stabilisées. « Les gens ne sont pas encore prêts à changer de mentalité, et c'est pas prêt de changer, même si par miracle on arrivait à faire élire quelqu'un partegeant nos idées... »
Parchemin envoyé Mar 28 Juin - 23:13

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1264 hiboux. J’incarne : la sublime Sarah Gadon , et l’avatar que je porte a été créé par : © class whore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : D.M. - P.L - L.G. - Z.S. Je parle en : #996666



Je suis âgé de : vingt-neuf ans (20.01.62) , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Mère au foyer, ex-psychomage, et Médicomage pour l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Je suis mariée avec les Leader de l'Ordre, Skander Lupin. (le 8 juin 1991) Champ Libre :

Maman de quatre enfants (Antigone, Orion, Finlay, Sirius) et belle-mère de Victoire.

Elle a été agressé par un loup quand elle a eu 24 ans et garde de forte séquelles vis à vis de la violence et du sang, la rendant parfois inoffensive ou trop agressive, tout dépens de l'enjeu.

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
La station ? Odette n’y était allée qu’une simple fois. Et la simple fois avait été celle où Skander l’avait insulté de souaffle à cause de son ventre de femme enceinte. Donc autant dire que c’était avec une moue sur le visage qu’elle était partie de Poudlard. Boudeuse de laisser les jumeaux à Louise comme toujours. Mais elle avait pris place dans le fond de la salle avec son inséparable Aries. Autant dire que les deux meilleurs amis s’ils étaient attentifs en début de réunion comptaient les pierres du mur à partir d’un moment. Dans l’immédiat, la Moody n’était pas là pour grand-chose, rester derrière et soigner les blessures. Et avec le passif de la potion quelques semaines plutôt. Ni Skander, ni Aries ne la laisseraient se mettre en danger de n’importe quel côté. Quoi qu’elle doute de l’implication de Skander dans ce genre de moment, tellement concentré sur ce qu’il dit… Si parfois elle se perd dans la contemplation silencieuse de ses mouvements de Leader, la porte s’ouvre avec fracas. Des élections. Elle aurait pu croire à l’opportunité jusqu’à ce que les paroles du loup la fassent sortir de sa torpeur politique. « Qu’est ce que ça change ? » Elle cache son visage dans ses mains. Ça changeait pas mal de choses en vérité. Mais la politique n’était pas son domaine de compétence. Mais des élections, c’était selon les Français : l’expression du peuple. Mais ici, c’était l’expression de la corruption. Elle hoche les épaules, alors que les gens prennent tour à tour la parole. Dans le fond, il n’avait pas tort le bleu (shill), mais il était hors de question que la personne qu’il fixe du regard soit représentant du peuple. Il était hors de question que son père soit jeté dans la fausse aux lions comme il venait de le dire. Les lèvres pincées, elle n’est plus aussi boudeuse, mais bien inquiète. Et finalement, le ton de Skander devient presque sérieux, passionné. Une vraie attitude de leadership. Et pourtant, elle refuse de rire. Elle se le refuse jusqu’à croiser encore le regard d’Aries. Lui aussi complètement hors d’une attitude sérieuse… Les larmes lui montant aux yeux alors qu’elle se retient d’éclater de rire. Se plier en deux est même la solution, alors que le Lupin tape dans la chaise où elle est assise. Le calme n’était pas présent et le fou rire silencieux entre les deux commères pire que présent. Mais dans le fond de la salle, personne – ou presque – ne pouvait se rendre compte de leur attitude déplacée. « L’Écosse finira par être libre, » Il glousse, elle manque de s’étouffer à force de rire. Mais elle le regarde s’approcher du cœur du débat, alors qu’elle reste en retrait pour l’instant. Puis, il y a les gens (honoré) qui voient ça sans attaque, sans force. Comme elle dans le fond. « Ce qu’il faut, c’est mettre un Phénix en leader, un Phénix qui sera capable de changer leurs mœurs à leur insu. Là ils nous écouteront, pas avant. (…), Ça sera sans moi. » Elle tique Odette se levant et s’approchant d’Aries, lui glissant à l’oreille « C’pas en se divisant comme ça qu’on rendra l’Ecosse libre. » Puis, le fait de prendre les mangemorts par la force n’était pas une bonne idée. Elle croise les mains sur son ventre. Adressant enfin un regard sérieux, posé et réfléchi. Avant de se retourner sur Robb quelque part dans la salle. S’il y avait quelqu’un, ce n’était pas lui. Mais quelqu’un de plus vieux. Elle annonce simplement. « Et si on faisait les deux ? » Elle était sérieuse pour le peu qu’elle avait réussi à l’être jusque-là. « Pas avec quelqu’un d’ici, forcément.» Une pause. Elle n’est pas une oratrice elle. « Mais il y a des gens, des sangs purs qui nous soutiennent sans le dire. C’est dangereux à trouver, mais toujours moins idiot qu’une attaque alors que le contexte a changé. »



This isn't the separation that hurts me
why think separately of this life and the next when one is born from the last.... Time is always too short for those who need it, but for those who love, it lasts forever.


Parchemin envoyé Mer 29 Juin - 10:31

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Voilà bien longtemps que Robb ne s’était rendu à la Station. Tout s’était tellement précipité ces derniers mois, et plus encore depuis ces dernières semaines à Poudlard. Trop d’émotions personnelles qui avaient failli le détourner de l’Ordre, de ses idéaux, de leur combat. Au début, on l’avait un peu trainé de force jusqu’ici. Mais au final, pouvait-il seulement le regretter ? Les jeunes pensaient avoir besoin de son expérience, le Moody bien que pas forcément d’accord, sans être trop modeste non plus, ne pouvait pas leur faire faux bond. Alors, depuis le début de leur rassemblement, Robb, assis devant la table, les bras croisés comme s’il semblait réfléchir, se contentait d’observer tous ces visages connus et moins connus, et lorsque son regard tombait sur sa fille Odette, revenait soudainement à la table. Aussi lorsque le sorcier avait interrompu la réunion en annonçant cette histoire d’élections, Robb s’était senti un peu soulagé d’avoir quelque chose à penser. Un sourire mutin s’était fixé sur les lèvres de l’ancien Auror : depuis quand le camp d’en face laissait-il s’exprimer un peuple dont il n’avait cure, si ce n’était pour batailler entre eux à l’assaut du pouvoir qui s’était libéré ? Shill n’avait pas tort… enfin, jusqu’au moment de le désigner, lui. « L’seul vieux capable de diriger. » Robb se sentit raidir et lorsqu’il croisa le regard du jeune homme, ses prunelles semblaient lui dire : « Mais même pas en rêve ! » De toute façon, n’importe qui dans cette salle, s’il se présentait à ces élections que Robb entrevoyait comme une immense farce hypocrite, ce ne serait que du suicide pur et dur. Il acquiesça légèrement aux mots de Skander. Le Moody avait beau lui en vouloir encore, il aurait été stupide de ne pas admettre qu’il avait raison en un sens. La suite du débat, en revanche, lui laissa présager le pire. Voilà que l’on commençait à se diviser pour organiser ou non cette attaque, ou se présenter ou pas à cette élection. Ah ces jeunes ! Mais c’était sans compter Odette. « Et si on faisait les deux ? » Voilà du Moody tout craché. Robb ne put s’empêcher de lui envoyer un sourire de fierté complice, le même qu’il y a des années, alors qu’elle était une petite sorcière qui venait de faire son premier vol sur un balai. Le Moody se demanda si sa fille avait une idée derrière la tête, ou en tout cas un nom, une personne qu’elle connaissait et qui serait prêt à les aider. De toute façon… « Si personne du peuple ne serait prêt à nous suivre aujourd’hui, c’est parce que les Mangemorts et leur système inspirent toujours autant de peur, autant de pression à ceux qui peuvent être intimidés… autrement dit presque tout le monde. Mais ce serait réducteur de qualifier tous ceux qui ne sont pas de l’Ordre comme des Mangemorts. » Il lança un regard appuyé à Honoré. « Si aucun électeur sorcier, pris dans cette tourmente de peur qui dure depuis des années, n’est prêt à voter pour quelqu’un adoptant officiellement les idées de l’Ordre, c’est parce que pour le moment, nous ne leur inspirons pas l’espoir dont ils ont besoin pour briser les chaines de leur terreur. Et c’est pour ça qu’Odette a raison : on pourrait se préparer à une attaque et à une élection. Trouver une famille de sang-purs dont le gouvernement n’a rien à reprocher mais qui suivent le mouvement Mangemort à contrecœur, sans y croire. Et si la démocratie échoue, alors nous devrons prendre les devants. Et mettre à mal les Mangemorts. » Il se tut un instant, le temps d'observer les visages des sorciers, avant d'ajouter avec un soupir résigné: « Dans tous les cas, nous ne pouvons nous permettre de ne pas être unis. »
Parchemin envoyé Mer 29 Juin - 15:17

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Si chacun était de son avis exprimé plutôt, Shill eut l’impression que Robb l’avait mis dans le fond du trou avec son regard sombre. Non pas lui, mais c’était l’une des familles qui représentait la rébellion. Les Moody avaient eu l’art et la manière de passer outre les défenses de Voldemort pour se placer en confiance. Faisant de chaque traitre de leur famille, un ennemi a éliminé pour garder leurs couvertures. Mais toujours solidaire à l’Ordre. Il ne pouvait pas dire de même des Diggory. Bien que désormais sa branche soit fournie d’un fils et d’une femme. Il ne pouvait pas dire que Celeste s’impliquait, trop occupée à autre chose. Il n’avait lui que l’Ordre, rien d’autre que la justice. Si le discours de Skander rejoignait ses idées, Aries et Zelda avaient aussi leurs envies de sa battre de gagner du terrain. Mais la seule personne qui venait de l’inquiéter vraiment. C’était Honoré. La petite Honoré, la française, son premier vrai contact au sein de l’Ordre. Son amie, sa partenaire. Tout le monde pourrait cancaner sur quelque chose, alors que les quatre bros avaient été à son mariage et savaient très bien qu’il n’avait de l’affection que pour sa femme, Shill s’approche quand elle lui lance un regard. S’approcher d’elle, ça n’avait rien de compliqué. Jusqu’à ce qu’elle lance. « C’est la seule solution que je vois, mais si vous désirez continuer une attaque, en tout cas, ça sera sans moi. » Depuis quand Honoré, l’Honoré qu’il connaissait, contredisait les idées du Leader ? Il ne savait pas. Mais Zelda n’était pas des plus tendres dans ses paroles, bien que la gamine Moody soulève un point intéressant renforcé par l’approbation de son paternel. Le soupir de Robb le fait sortir de sa léthargie. « Dans tous les cas, nous ne pouvons nous permettre de ne pas être unis. » Non, parce que les mangemorts n’attendaient que cette chose : le fait de casser le groupe. Avant qu’une personne n’aie pu ajouter un mot, c’est du bras d’Honoré qu’il se saisit, en ajoutant sec, froid à quiconque voudrait l’empêcher de le faire. « Vous nous excusez. » Il n’avait pas envie qu’elle se fasse lyncher sur la place publique. Certes, elle avait été claire dans ses mots, elle ne les suivrait pas. Jusqu’à ce qu’il arrive à l’autre bout de la pièce, il la coince entre lui et le mur. Le regard interrogateur, perdu. Ce n’était pas la fille qu’il connaissait depuis sa mission. Il lâche. « Explique-toi putain. Depuis quand tu fais comme ça cavalier seul ? » Pas qu’il est besoin de réponse, il prend sa tête entre ses mains, comme un coach. « Eh Princesse, on a pas besoin de se foutre sur la tronche entre nous OK ? Si on n’est pas fort, en groupe, soudé, on vaudra jamais mieux que ces salopards. J’dis pas qu’on a la bonne solution, mais c’est la seule qu’on a pour le moment. OK ? » Il tentait de la calmer. Pourquoi ? Parce qu’il tenait à elle tout simplement.
Parchemin envoyé Mer 29 Juin - 17:42

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

L'Ordre se préparait à attaquer. Jonah et Oberyn manquaient à l'appel, déjà sur place. Elle aurait voulu qu'ils soient là. Mais la présence d' Onyx à côté d'elle lui suffisait. Elle adressa un sourire en coin à sa meilleure amie. Elle écouta, attentive, les derniers encouragements de Skander, les ultimes recommandations, un rituel avant qu'ils ne se jettent dans la mêlée. Un fracas perturba sa concentration. Ils ont annoncé des élections ! A cette étonnante nouvelle, elle capta le regard de  Skander. Elle su à cette seconde qu'il pensait la même chose qu'elle. Elle ne se laisserait pas berner ainsi. Jamais les mangemorts ne leur offriraient des élections libres, la possibilité de renverser leur régime abjecte et de les envoyer tous au trou, ou en enfer, comme ils le méritaient. Ces élections étaient un piège, une tentative d'apaiser les foules alors que la rébellion grognait depuis des semaines en Angleterre. Ces élections fantoches ne changeraient rien pour eux. Les mangemorts essayaient de les prendre de court.

Dans la cohue des avis, Gabrielle n'écoutait que  Skander. Qui d'autre ? Il avait comme toujours, le soutien inconditionnel de son ancienne élève. Elle les regarda tour à tour, elle sourit à  Aries., elle écouta  Honoré, en silence, son regard frondeur posé sur le visage pâle de son amie. Honoré qui voulait essayer la conciliation. Qui ne voulait plus se battre. Qui croyait en cette utopie que les mangemorts voulaient leur proposer.  Les Moody, Zelda. Chacun y allait de son petit avis. Elle, elle réfléchissait. A ce vote qu'on leur proposait et auquel elle ne croyait pas. C'était une diversion. La fameuse théorie du complot. Elle vit à peine Shill entraîner Honoré plus loin. Son regard croisa celui de  Skander Odette disait que le contexte avait changé. Pas pour elle. On ne peux pas faire confiance à Lestrange, pas plus qu'à tout ceux qui l'entourent. Les mangemorts ne permettront pas que la démocratie renverse leur pouvoir. Sa position était claire. Et c'était la même depuis l'enfance. Tout ce qui venait des Black, des Lestrange, des Greyback, de toute cette clique, elle s'en méfiait comme de la dragoncelle. On ne pouvait pas croire ces gens là. Des menteurs, des manipulateurs, des assassins, toujours plus avides de pouvoirs. Elle aurait voulu qu'ils aient un autre choix que la guerre. Mais ce n'était pas le cas. On doit se décider vite. Soit on lance l'attaque comme prévu, soit on arrête tout, mais il faut le faire maintenant. Elle pensait aux copains, aux frères plutôt, sur place, et elle avait peur qu'un piège ne se referme surd'eux. Elle jeta un regard à Honoré et Shill, un peu en retrait. Maya n'était pas satisfait, de toute évidence. On n'oblige personne à se battre. Sa voix était tranchante, mais neutre. Personne ne pouvait être obligé de se battre. Si Honoré renonçait, c'était ainsi. Elle ne comprenait pas, mais c'était ainsi.
Parchemin envoyé Sam 2 Juil - 11:05

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Honoré s’était attendue à ce que personne n’écoute ce qu’elle avait à dire. Après tout, Skander et ses troupes semblaient déjà tous prêts à aller se battre. Le débat commença mal quand Zelda lui répondit, mais Odette proposa une solution qui lui semblait des plus judicieuse. C’était exactement ça qu’elle voulait. La mission allait être périlleuse pour trouver des sangs-purs infidèles au Lord, mais il le fallait, c’était leur seule chance. Elle espérait simplement que leur leader approuverait. Elle le regarda fixement, attendant la moindre réaction, mais c’est Shill qu’elle vit bouger et lui prendre le bras pour finalement l’emmener à l’écart au fond de la pièce. « Explique-toi putain. Depuis quand tu fais comme ça cavalier seul ? » Il prit sa tête entre ses mains, un geste qu’Honoré n’aurait jamais soupçonné. Elle baissa les yeux, honteuse. Elle ne voulait pas se retrouver seule dans ce combat, et l’Ordre s’était présenté comme une évidence lorsqu’elle avait voulu vaincre ses démons. Mais maintenant que ses démons n’étaient plus là, avait-elle le même intérêt qu’avant pour l’Ordre ? Probablement pas. Mais ils avaient toujours un ennemi commun. « Eh Princesse, on a pas besoin de se foutre sur la tronche entre nous OK ? Si on n’est pas fort, en groupe, soudé, on vaudra jamais mieux que ces salopards. J’dis pas qu’on a la bonne solution, mais c’est la seule qu’on a pour le moment. OK ? » Elle prit ses deux mains pour les écarter de son visage, mais les garda dans les siennes pendant un moment. Shill avait toujours été son meilleur partenaire, avec Oberyn. Ils réfléchissaient ensemble, se faisaient confiance, et c’était suffisant pour partir dans n’importe quel plan tête baissée, tant qu’ils étaient ensemble. « Non ce n’est pas la seule solution Shill, tu as entendu Odette. On dirait qu'il n'y a plus que la violence qui compte. Dis-moi que toi tu n'es pas comme ça. » Elle posa une main rassurante sur son épaule. Son but à Honoré, ce n’était pas de se liguer contre les Phénix, elle voulait simplement les faire réfléchir. « S’ils se lancent dans un énième bain de sang, alors pour moi ils ne valent pas mieux qu’eux. » murmura-t-elle à son oreille pour ne personne d’autre n’entende. Elle le regarda fixement, le suppliant presque par le regard de se ranger à ses côtés, et lâchant enfin sa main, elle rejoignit la table, accueillie par la voix de Gabrielle. « On n'oblige personne à se battre. » Encore heureux. Légèrement calmée et plus sûre d’elle, Honoré reprit sa place et s’assit avant de lancer. « On n’a qu’à faire entendre notre propre démocratie et faire un vote. Pour l’attaque ou pour les élections, on sera fixés. » Elle sentait pourtant bien que la plupart ne serait pas favorable aux élections, elle l’entendait bien, c’est pour ça qu’elle ajouta : « Sachant que si on décide d'approfondir le plan des élections, si finalement ça ne fonctionne pas, on pourra toujours lancer une attaque durant celles-ci, ça nous donne du temps. »
Parchemin envoyé Sam 2 Juil - 15:12

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 286 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Le solstice d'été + l'ordre du phénix
La station, Lothar n'aimait pas cet endroit, trop sombre, trop moldu. Mais ils y planifiaient toujours des actions, les prochaines interventions. Donc au final, il s'y retrouvait souvent, avant ou après intervention. Aujourd'hui ne faisait pas exception à la règle. Il devait y avoir attaque du marché, du moins jusqu'à ce qu'on vienne leur annoncer qu'il y aurait des élections, ça déclencha les discussions entre tous les membres de l'ordre présent. Son frère était intransigeant, comme toujours. Pour lui il n'y avait que les armes qui résolvaient les choses. Si Lothar aurait cru que sa relation avec la Moody l'aurait calmé un peu, il s'était bien vite rendu compte qu'il se trompait. A croire qu'elle ne savait pas vraiment le calmer. Il était dépité de voir que plusieurs personnes pensaient comme lui. Certes il fallait faire quelque chose pour contrer les mangemorts et défendre leurs valeurs, mais à tuer tout le temps, se battre et se lever contre les autres, ils n'étaient vu que comme des terroristes et ça ne les aiderait en rien. Les paroles d'Honoré firent écho à ses pensées. Il continua d'écouter toujours silencieusement et approuva de la tête les propos de Robb. Certes ce n'était pas totalement ce qu'il voulait, lui qui rêvait d'un monde en paix et en harmonie, mais ça semblait être la meilleure des options. Se préparer pour l'élection, présenter un candidat qui nous soutiendrait, sans que les mangemorts ne craignent une trahison puisqu'ils les suivraient. Mais l'attaque d'aujourd'hui ne risquait que de leur poser des problèmes.  « Sachant que si on décide d'approfondir le plan des élections, si finalement ça ne fonctionne pas, on pourra toujours lancer une attaque durant celles-ci, ça nous donne du temps. »

Sortant de son silence, Lothar se fit entendre à son tour. « Je suis de l’avis d’Honoré. » Il fit une pause, sachant pertinemment que tout le monde irait contre son avis. « Si on attaque aujourd’hui et qu’on propose un candidat, les gens ne voteront pas pour nous, parce qu’il y a toujours des dommages collatéraux dans les attaques menées par nous ou par eux. » Il désigna à la fois l’ensemble du groupe, puis un point quelque part au-dessus de sa tête. « Même si on prend un candidat actuellement mangemort ou qui suivent leurs idées par dépit, il y a peu de chances qu’on arrive le convaincre en attaquant encore et alors qu’ils proposent une trêve, même si c’est juste pour nous faire sortir pour mieux nous finir plus tard. » Il regard cette fois Honoré. « Je suis aussi d’accord pour dire qu’il sera toujours temps d’attaquer lors de l’élection en elle-même si on voit que c’est un piège. Nous connaissant, nous serons largement prêt pour le moment venu. » Il s’avança, regarda son frère. « Mais là-haut, il trop d’innocents pour le moment, comment tu veux départager les mangemorts des autres ? Et si un enfant meurt parce qu’il est sur la trajectoire d’un sort perdu ? Tu ne t’en voudras peut-être pas toute ta vie ? Comme nous tous ? » Il ne savait pas trop si ces paroles réagiraient au fond de lui. Ni chez les autres. « Certes il y a du monde et qu’on marquerait les esprits, mais peut-être trop et pas dans le bon sens justement. » Laissa-t-il tomber. Il avait dit ce qu’il avait sur le cœur. Peut-être que ça réveillerait des personnes, peut-être que ça ferait écho et ils comprendraient, mais pas forcément et il avait peur que ça ne fasse pas d’effet.



Parchemin envoyé Mar 5 Juil - 20:25

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Jamais un candidat de leur bord, de leur croyance, jamais quelqu’un partageant leurs idées, ou quelqu’un feignant d’être faussement mangemort ne pourrait les tromper ou obtenir le droit de se présenter. Cela semblait tellement évident. Ils n’avaient pas instauré neuf années de dictat et de tyrannie pour soudainement organiser des élections libres, pour donner sa chance à tout le monde. Ils avaient l’instinct de conservation comme les animaux, ils se sentaient menacer, agitant sous le nez du peuple un peu de quoi leur donner du baume au cœur, de quoi leur donner l’illusion que soudainement ils avaient du pouvoir, rien de plus. Concentrer il écoutait tout le monde, attendant le moment opportun. Il se contenta de jeter un regard oblique et noir aux deux pitres du fond. Mais ne dit rien, reportant son attention sur la discussion. Le loup impulsif et souvent distrait écouta, faisant preuve d’un calme qu’il avait acquis avec les années, mais aussi avec cette place où il avait fait ses preuves. Les avis divergeaient, il ne fut ni supprit de voir Zelda, Aries et Gabrielle se ranger de son côté, comme souvent. Honoré prit de nouveau la parole, suivit de près par Lothar. « Mais là-haut, il trop d’innocents pour le moment, comment tu veux départager les mangemorts des autres ? Et si un enfant meurt parce qu’il est sur la trajectoire d’un sort perdu ? Tu ne t’en voudras peut-être pas toute ta vie ? Comme nous tous ? »  Il s’en voudrait. Il s’en voudrait tout autant de ne rien faire. « Certes il y a du monde et qu’on marquerait les esprits, mais peut-être trop et pas dans le bon sens justement. » Il n’était plus temps de marquer les esprits depuis longtemps, le bal avait eu son petit effet, maintenant il était temps de gagner du terrain.

« Il y avait des innocents le premier septembre dix-neuf cent quatre-vingt-un. » Lâche Skander las, sec, et dur aussi. La Purge avait ses innocents, elle avait permis de changer la face du monde, en mal mais il avait changé grâce – ou à cause – de sacrifice. « Je regrettais de laisser une génération complète grandir dans un monde comme celui-ci. » Il se tait depuis tout à l’heure, essayant de poser ses idées, de les ordonner. Bien sûr qu’il est du genre à foncer tête baissée. « Tu crois que le monde avance sur des regrets ou sur des peurs ? Tu crois que le monde va changer parce qu’il doit changer ? Tu crois qu’ils organisent des élections parce que soudainement ils ont besoin d’assouvir un besoin d’égalité et de démocratie ? » Il laisse échapper un rire nerveux, « C’est du flan, juste une putain de poudre aux yeux pour donner au monde l’illusion de pouvoir décider de son destin. Ils ont le pouvoir, ils ne l’abandonneront jamais. » Le pouvoir est enivrant, il a rendu plus d’un homme fou à travers l’histoire, c’est certain. Il ajouta finalement, « Sans sacrifice, il n’y a pas de victoire possible. » Il avait toujours été persuadé de cela. Que rien ne vous arrive jamais tout cuit dans la bouche, que rien ne vous ai jamais dû, et que la vie était une bataille perpétuelle pour obtenir ce que l’on désir, rien de plus. « Mais votons. Ceux qui sont d’avis de s’en tenir au plan et poursuivre l’attaque, levez la main. » Ce n’était pas un vote à bulletin secret, mais ils n’avaient pas vraiment le temps d’organiser cela. Sans attendre, Skander leva sa main.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Mar 5 Juil - 20:40

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Zelda avait reposé ses paumes tremblantes sur ses cuisses à la fin de son discours. Il n'était pas étonnant de la voir se ranger du côté de Skander, c'était après tout celui qui lui avait apprit à se battre. Qui lui avait apprit à en vouloir toujours plus et à, surtout, ne jamais rien lâcher. Elle ravala avec difficulté un soupir las. Elle n'avait jamais été bonne en société, Zelda. Elle disait ce qu'elle pensait trop fort et avait toujours beaucoup de mal à se faire à la diversité des opinions. Elle voyait le monde en nuances de gris. Il y avait le bien et le mal, certes. Mais il y avait au milieu une zone sombre que la sorcière ne connaissait que trop bien. Personne n'était jamais totalement bon, personne absolument innocent. C'est donc avec un visage impassible qu'elle avait écouté d'une oreille distraite les autres membres de l'Ordre prendre la parole. D'une oreille distraite car pour elle, aucun de leurs arguments ne feraient jamais poids. La bataille était la seule solution et pour chaque enfant qui avait un jour souffert, le sang d'un Mangemort devait couler. Après les avoir écouté tour à tour prendre la parole, Skander se décida enfin à donner son avis sur la question. « Il y avait des innocents le premier septembre dix-neuf cent quatre-vingt-un. Je regrettais de laisser une génération complète grandir dans un monde comme celui-ci. » elle penche doucement la tête sur le côté, l'oreille cette fois ci on ne peut plus attentive. « Tu crois que le monde avance sur des regrets ou sur des peurs ? Tu crois que le monde va changer parce qu’il doit changer ? Tu crois qu’ils organisent des élections parce que soudainement ils ont besoin d’assouvir un besoin d’égalité et de démocratie ? C’est du flan, juste une putain de poudre aux yeux pour donner au monde l’illusion de pouvoir décider de son destin. Ils ont le pouvoir, ils ne l’abandonneront jamais. Sans sacrifice, il n’y a pas de victoire possible. » Zelda hoche lentement le menton, persuadée qu'il a raison. La victoire ne pouvait s'obtenir sans sacrifice. C'était malheureux mais là était le monde dans lequel il vivait aujourd'hui. Penser autrement était une chimère, refuser de voir la réalité en face. Penser autrement était de la folie pure et simple. « Mais votons. Ceux qui sont d’avis de s’en tenir au plan et poursuivre l’attaque, levez la main. » la sorcière laissa quelques secondes s'écouler - plus par surprise que par hésitation - avant d'elle aussi lever la main. Un geste, qui au vues des paroles tenues quelques minutes plus tôt, n'étonnerait probablement personne. Elle était du genre à foncer tête baissée, la sorcière. Elle était du genre à se lancer dans la mêlée sans penser au lendemain. Contrairement à beaucoup de sorciers assis autour de cette table, elle n'avait plus rien à perdre. Pas de famille, pas énormément d'amis. Elle avait tout perdu il y a de ça bien longtemps. Une absence d'attache qui la rendait prompte à se lancer les yeux fermés dans les combats, la seule ivresse des batailles lui permettant de garder la tête - à peu près - hors de l'eau. Ses deux billes profondes parcouraient l'assemblée rapidement, attendant que quelqu'un d'autre ne lève la main - un seul murmure s'échappant d'entre ses lèvres grenats. « C'est la seule solution... »
Parchemin envoyé Mer 6 Juil - 2:47

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1264 hiboux. J’incarne : la sublime Sarah Gadon , et l’avatar que je porte a été créé par : © class whore . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : D.M. - P.L - L.G. - Z.S. Je parle en : #996666



Je suis âgé de : vingt-neuf ans (20.01.62) , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Mère au foyer, ex-psychomage, et Médicomage pour l'Ordre du Phénix J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Je suis mariée avec les Leader de l'Ordre, Skander Lupin. (le 8 juin 1991) Champ Libre :

Maman de quatre enfants (Antigone, Orion, Finlay, Sirius) et belle-mère de Victoire.

Elle a été agressé par un loup quand elle a eu 24 ans et garde de forte séquelles vis à vis de la violence et du sang, la rendant parfois inoffensive ou trop agressive, tout dépens de l'enjeu.

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
« Dans tous les cas, nous ne pouvons nous permettre de ne pas être unis. »  Elle déglutit, elle n’était pas certaine d’avoir, raison, elle avait juste un peu agité l’ambiance avec Aries, mais elle n’était plus vraiment certaine de vouloir se battre, pas physiquement tout du moins. Réfléchir à la conséquence de ses actes ? C’était bien quelque chose qu’elle tentait d’envisager. Mais comment ne pas être un peu égoïste et ne penser qu’à ce qui vous ai important ? C’était impossible. Et si beaucoup avaient perdu de la famille depuis l’année 1981, si depuis cette date beaucoup avaient envie de se donner comme de la chair à canon pour les mangemorts, depuis 1989, elle n’avait plus de raisons de se donner pour rien. Mais d’autres avaient vraiment des idées campées. Zelda, Aries. Ou encore Gabrielle. « On doit se décider vite. Soit on lance l'attaque comme prévu, soit on arrête tout, mais il faut le faire maintenant. » Elle croise ses mains sur son ventre. Se forçant à écouter, réfléchir. Même si elle n’était là que pour la ligne arrière et le soin, elle ne pouvait pas ne pas penser que cette position dans les lignes arrière n’était pas dangereuse. N’est pas Moody qui veut, comme dirait son Oncle Cornélius. Pourtant, les paroles d’Honoré ne la touchent pas comme elle le devrait, l’élection, cette proposition de jouer sur les deux fronts, c’était un peu celle qu’elle défendait aussi, mais il y a cette nature profonde qui vous pousse à vous battre. Pourtant, c’est Lothar qui la fait relever les yeux vers le débat. Un discours argumenté, réfléchi. « Et si un enfant meurt parce qu’il est sur la trajectoire d’un sort perdu ? Tu ne t’en voudras peut-être pas toute ta vie ? Comme nous tous ? » La blonde se fige, s’accrochant à l’avant-bras d’Aries malgré elle. Les yeux presque perdus dans une idée terrible. Faire des orphelins, c’était impossible, c’était clairement impossible dans sa tête. Elle ne pouvait décidément pas le faire. Pourtant, même si le silence devient presque gênant, dans l’assemblé, il fallait bien que le Leader présent reprenne la parole, encore une fois, des victimes innocentes. « Je regrettais de laisser une génération complète grandir dans un monde comme celui-ci. » Et pourtant, il y avait déjà une génération qui grandissait dans cette atmosphère. Dragomir était le parfait exemple.

Mais il avait raison quand il parlait de poudre aux yeux, il avait raison que sans sacrifice on obtient rien. Pourtant, il veut faire place à cette démocratie qu’il discrédite depuis l’annonce des élections par Lestrange. « Mais votons. Ceux qui sont d’avis de s’en tenir au plan et poursuivre l’attaque, levez la main. » Elle sait très bien que son meilleur ami va lever la main et le lâche, il est hors de question qu’il l’entraîne dans cela. Pourtant, c’est bien son Lupin à elle qui lève la main, elle se pince la lèvre inférieure, détournant le regard. Voyant la main de Zelda rejoindre celle de Skander. Deux personnes, combien d’autres se lèveront pour suivre le Leader, pour suivre un plan ? Peut-être beaucoup, mais elle fait un pas en arrière. Elle ne pourrait pas en être. Simplement parce qu’elle avait ses raisons, que si elle y allait, que si Skander et Odette n’en revenaient pas vivants, ils auraient créé des orphelins. Et elle refusait de s’imaginer ses deux têtes blondes dans un monde sans soutien. Même si Louise était là, si les Moodys étaient là. Elle ne mettrait plus jamais sa vie en danger. Qu’il la mette en danger qu’il veut, mais des deux, il fallait bien que quelqu’un soit toujours là pour les jumeaux. Sifflement amer. « Protégez les autres, je protège les miens. » Les plus méchants ne verraient que son allusion à ses enfants, les plus intelligents comprendront qu’elle serait là pour soigner les blessés.



This isn't the separation that hurts me
why think separately of this life and the next when one is born from the last.... Time is always too short for those who need it, but for those who love, it lasts forever.


Parchemin envoyé Ven 8 Juil - 11:09

avatar
avatar
profil
Je suis : dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 20/06/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 263 hiboux. J’incarne : Sebastian Hot Stan , et l’avatar que je porte a été créé par : © blue comet . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : O.M. - D.M. - L.G. - Z.S. Je parle en : #993340



Je suis âgé de : trente et un ans (03.03.1960) , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Fugitif, Tatoueur Magique à la sauvette, jusqu'à la reprise de Poudlard, il avait un salon à Pré-Au-lard, sans doute détruit par les mangemorts désormais. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Célibataire, au coeur tourmenté par les femmes Champ Libre :

Père du bâtard de Roisin Grimstone, Ashlynn, est l'aîné d'un triplage : Oriana et Marek. Oriana est morte à la Purge, et une née moldue a pris sa place. Marek est mort en 1991 de la main de Drefer Rackharrow.

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
C’était toujours facile de faire croire à la démocratie, mais tu n’y croyais plus depuis des années. Depuis que le corps de Rhiannon t’était resté dans les bras, t’avais bien du mal à croire qu’on pourrait obtenir quelques choses en priant ou ne négociant. On ne négocie pas avec ceux que le monde a considérés comme des criminels durant des années. Parce que négocier c’était le pire. Si vous étiez la peste, ils étaient le choléra. Et tu le savais bien, l’Ordre avait de bonnes intentions, mais pas toujours les meilleures actions du monde. Mais fallait bien faire quelque chose pour bouger les mentalités, une action coup de poing. Et c’était un peu ce qui avait encore été décidé aujourd’hui. En vrai, tu te voyais pas comme un super héros, mais comme un putain de révolutionnaire. Parce qu’il en avait fallu dans toute l’Europe moldu et qu’aujourd’hui, c’était votre tour de se bouger le cul pour faire entendre vos idées, faire vivre vos gosses dans un monde meilleur. OK, t’en avais pas, mais tu pensais à Rosalie, elle avait une petite fille de deux ans à peine et la jolie blonde, elle avait surement envie de vivre calmement son manque de magie et d’élever paisiblement sa fille qui serait peut-être pareille. Dos contre le mur, tu regardes les gens se battent verbalement. Silencieux. Etrangement silencieux même. Marek n’était pas loin et vous vous dévisagiez surement, parce que ce n’était pas ton état normal que de te taire. Mais les gens disaient tellement de conneries. Tous des lâches et des traitres. Que ce soit la cousine de Rosalie ou bien la bonne femme de Skander. Y avait sans doute qu’Aries et Zelda qui tenaient la route dans la bataille, parce que Gabrielle, elle était bien bonne, elle avait peut-être la rage, mais t’y arrivais simplement pas, sa tête te revenait pas. Peut-être parce que Crapaud il t’avait parlé de sa cousine en prison. Et que la jolie Jonna elle semblait être un beau déchet elle aussi. Alors si les troubles psychiques d’une étaient pareil dans toute la famille, ils étaient pas sortis d’un nid de gnomes de jardin. P’ têtre que t’avais besoin de retourner à Brodstairs voir la mer aussi. Et pourtant, t’étais là, parce que la famille avait besoin de toi. Mais Lothar, il n’était pas plus conciliant non plus. Toujours contre les idées barbares de son frangin. Tu grognes un peu. Parce que tu serais pas Pietro sans un grognement ou deux. Pi y faut voter et t’es pas trop comme ça en fait, mais quand Skander lève la main et que Zelda aussi. Tu te dis que tu devrais le faire, parce que même sans vote, t’aurais poursuivi l’attaque. Puis, y a encore la gonzesse du cousin qui parle. Égoïste, c’est tout ce qui pense. Proche de la table. Sa main il l’abat sur le bois dans un craquement sinistre. Le loup quoi. « Putain ! Vous allez arrêter de tous faire vos couilles molles ! T’as un chef, tu suis ton chef, sinon tu te barres merde ! » Mot de liaison Lupin. Tout dans l’art et la manière.


lost the humain control
There is some kind of a sweet innocence in being human- in not having to be just happy or just sad- in the nature of being able to be both broken and whole, at the same time.  #993340 › © alaska.  

Parchemin envoyé Ven 8 Juil - 12:10

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
La tension montait lentement, rendant l'atmosphère qui flottait dans la large pièce de plus en plus lourde. S'il avait ris à la remarque de sa meilleure amie, Aries avait retrouvé un air plus serieux alors que la discussion continuait. Ses sourcils se y froncèrent alors que les mots d'Honoré résonnaient, et il ne retient pas un regard sombre dans sa direction. Il ne comprenait pas ces idées, Aries, ne comprenait pas comment il était possible d'être naïf à ce point. Ce fut Zelda qui répondit à ces remarques la premières, et le sorcier lui offrit un hochement de tête en support. Il savait qu'elle avait tendance à rejoindre Skander dans cette tendance à rejoindre une attaque sans réellement savoir ce qui l'attendait, mais il avait toujours apprécié ses vues qui étaient souvent semblables aux siennes. « Et si on faisait les deux ? » le regard du Lupin se tourna vers Odette, bien qu'il ne la fixait pas, son esprit tentant de trouver un scénario qui leur permettrait d'obtenir la victoire qu'ils désiraient tant. Pouvaient-ils trouver quelqu'un capable de mener tout en leur offrant le contrôle nécessaire ? Il ne savait pas. Ce fut ensuite Robb qui prit la parole, et si son discours éloquent n'était pas forcément celui que le demi-loup attendait, se rapprochant de l'avis de sa fille, et prônant l'unité de l'organisation qui semblait d'affiner au fil de la discussion. La française se fit emporter par Shill, et même si leur conversation parvenait jusqu'aux oreilles du Lupin, il se détourna d'eux lorsque Gabrielle prit la parole. « On n'oblige personne à se battre. » Les mains toujours enfoncées dans le fond des poches de son jean, Aries lui offrir un hochement de tête, lançant un dernier coup d'œil dans la direction de ceux qui ne semblaient pas vouloir rejoindre le combat. Il était pour trouver la meilleure stratégie, il n'y avait aucun doute là-dessus, mais se laisser prendre dans le jeu de ces élections était un risque qu'il n'était pas certain de vouloir prendre. « Je suis de l’avis d’Honoré. » Le Serdaigle leva les yeux au ciel. Lothar et sa manière de poser ses mots d'une telle manière qu'Aries ne pourrait jamais lui en vouloir. Et pourtant, il savait pertinemment que les mots de son cousin auraient un impact sur la décision finale. Ses pensées furent validées lorsqu'il sentit la poigne d'Odette sur son bras. Il lui offrir un regard qui lui dit tout, qui lui dit qu'il comprenait, mais également qu'il y avait plus à la question. Ce fut Skander qui reprit, et si son discours fut aussi éloquent que son premier, le demi-loup ne riait plus. « Mais votons. Ceux qui sont d’avis de s’en tenir au plan et poursuivre l’attaque, levez la main. » La main de Zelda se leva dans surprise, alors que la Moody lacha le bras du sang pur. « Protégez les autres, je protège les miens. » Il s'apprêta à parler, mais fut interrompu pas un craquement qui le fit lever les yeux. « Putain ! Vous allez arrêter de tous faire vos couilles molles ! T’as un chef, tu suis ton chef, sinon tu te barres merde ! » La rage animale de Pietro ne fit que réveiller la sienne, et Aries leva la voix : « Mais arrête tes conneries, putain ! On est pas là pour aveuglément suivre un chef, si c'est pour ça que t'es là, vas donc rejoindre ces putains de magemorts. » Ils avaient suivit les ordres de Voldemort sans poser de question, voilà ce qui les avaient menés dans le monde dans lequel ils habitaient désormais. « Chacun fait ce dont il a envie, c'est leur problème, on aura besoin de sorciers en retrait même si l'attaque est lancée. » Sa main se lève, et son regard noir en direction de son cousin se transforme en regard calme dans la direction d'Odette et tous ceux doutant encore que l'attaque était la solution à prendre. « Les vôtres sont ceux que l'on protège. On se bat pour eux. Pour eux et pour tous ceux qui sont déjà tombés, » finit-il alors que le visage de sa mère lui traversa l'esprit.
Parchemin envoyé Ven 8 Juil - 14:45

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
La Française n’avait pas à être honteuse de son avis. Mais Shill s’était toujours trouvé en face d’une femme qui avait envie de se battre. Depuis toujours. Et aujourd’hui elle prônait la diplomatie. Et il ne l’aurait jamais soupçonné. Il ne se doutait pas de ce côté tendre et dans le fond, il ne comprenait pas et ne voulait que comprendre. Pourtant, d’un geste tendre, elle retira ses mains, alors qu’il cherchait une explication, le sourcil levé. Pourtant, elle ne les lâche pas ses mains. « Non ce n’est pas la seule solution Shill, tu as entendu Odette. On dirait qu'il n'y a plus que la violence qui compte. Dis-moi que toi tu n'es pas comme ça. » Il n’était pas accro à la violence, sinon il serait mangemort, comme son père, comme Salem. Mais il avait du mal à croire qu’ils ne pouvaient rien faire aujourd’hui ou de main. Les élections bloquaient leur plan, leur groupe. C’était une sorte de zizanie. Pourtant, il fut incapable de répondre, autre chose que par un soupir agacé. Il n’était pas comme ça. Mais à cause des mages noirs qu’avait-il perdu ? Axel durant huit ans et désormais définitivement. Et désormais, c’était Cythère qu’il avait perdue. Dans le fond, il n’avait plus que l’Ordre et Celeste pour lui. Il n’y avait plus que ça. « S’ils se lancent dans un énième bain de sang, alors pour moi ils ne valent pas mieux qu’eux. » Murmure-t-elle à son oreille comme un éclat cristallin. Il ne parlait pas de bain de sang, loin de là peut-être de faire régner la terreur. Puis elle repartit aussi sec le laissant avec ses pensées. LE débat n’était pas des plus intéressants. Chacun avait son point de vue. Mais Shill était du même avis que Skander. Des victimes il y en avait depuis neuf ans presque. Et c’était assez. Rageusement, il se rapprocha de la table, près de la Française. Qui serait peut-être déçue de son choix, mais qu’importe. « Mais votons. Ceux qui sont d’avis de s’en tenir au plan et poursuivre l’attaque, levez la main. » Zelda lève la main à la suite de Skander. Et finalement, la médicomage se ravise. Dans les mêmes idées pacifistes qu’Honoré. Il ne dit rien, il sait ce que c’est d’avoir quelqu’un à protéger aujourd’hui. Mais sa femme et son fils, ils étaient chez eux à attendre que le plan soit fait et à attendre un monde meilleur. Pourtant, le bruit sourd du bois le fait lever les yeux vers un autre Lupin. Suivre le Chef. Shill pourrait dire que oui, il avait cette formation d’Auror qui le permettait de toujours suivre un chef. Mais dans le fond, il était là pour ses convictions. Pas pour un chef ou autre chose, ils sa battaient pour la même chose. Jusqu’à ce qu’Aries explose à son tour, une dispute de Lupin, jusqu’à ce qu’il justifie. « Les vôtres sont ceux que l'on protège. On se bat pour eux. Pour eux et pour tous ceux qui sont déjà tombés. » Aries lève alors la main. Cette même main que Shill lève, contre l’avis ou les pensées d’Honoré qu’importe. Mais le visage d’Axel devant les yeux, le regard sombre, la main levée, il veut compléter les paroles d’Aries, sur ce qu’a dit Honoré à son oreille. « On protège les gens comme on doit le faire, comme on nous oblige a le faire. Si on n’était pas là, qui les protégerait ? Personne. » Alors qu’importe qu’on fasse couler le sang. C’est pour les autres.
Parchemin envoyé Ven 8 Juil - 23:26

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

Cette discussion s'éternisait, et Gabrielle n'aimait pas ça. Plus les secondes passaient, moins elle aimait ce qu'elle vivait. Il y avait quelque chose qu'elle ne sentait pas. La jeune femme écouta d'une oreille distraite Honoré puis Lothar, tout aussi conciliants l'un que l'autre. Mielleux. Apeurés, en fait. Quand Lothar parla d'innocentes victimes, de gamins qui pourraient perdre la vie, sa mâchoire se serra. Elle n'aimait pas ces insinuations, elle n'aimait pas qu'on les assimile aux mangemorts. Ils n'étaient pas comme eux. Et que Lothar ne vienne pas lui parler à elle d'enfant innocents qui meurent. Elle repensa à la Purge. Et de toute évidence, Skander pensait à la même chose. Une fois n'étant pas coutume, elle était à nouveau en accord total avec ses propos. Et elle avait toujours pensé que le pire était de ne rien faire. De rester passif, les bras croisés, à regarder deux camps s'entre-tuer, à attendre que le nombre de victime collatérales augmente avant d'enfin réagir. Elle ne pouvait pas faire ça. Elle devait agir. Ne rien faire était encore pire. La lâcheté et la trahison. Deux choses que Gabrielle McGonagall ne pardonnait pas. Mais votons. Ceux qui sont d’avis de s’en tenir au plan et poursuivre l’attaque, levez la main. Le leader fut le premier à lever la main, presque aussitôt suivi de Zelda. On pouvait lui reprocher ce qu'on voulait, cette fille n'avait pas peur de s'affirmer. C'était peut être d'ailleurs ce qui lui reprochait Gaby -en partie. Difficile de supporter ses propres défauts chez les autres. Gabrielle leva la main à son tour non sans une pensée pour Jonah et Cosmo. Et s'ils n'approuvaient pas ? Difficile d'imaginer comme réagiraient ses amis -ses frères plutôt- dans de pareilles circonstances. Le point de vue depuis le marché, au cœur de l'événement était peut-être différent. Mais les tensions qui régnaient dans l'Ordre à cet instant et qui faisait presque vibrer l'air ambiant n'aidaient pas à réfléchir. Odette, quant à elle, recula. Gaby se refusa à tout commentaire. Chacun ses choix. Et après tout, le rôle d'Odette dans l'Ordre était plutôt celui d'arrière garde, elle soignait les blessés. Ceux qui revenaient. Et elle avait une famille. Un luxe qui n'embarrassait plus l'ancienne médicomage depuis longtemps.

Elle tourna la tête vers Pietro quand il sembla décider qu'il était à bout de patience et que le moment était venu de gueuler un peu. Putain ! Vous allez arrêter de tous faire vos couilles molles ! T’as un chef, tu suis ton chef, sinon tu te barres merde ! Elle lui jeta un regard navré. Oui, ça devait bien l'arranger lui, ça lui évitait d'avoir à réfléchir par lui même. Elle garda néanmoins son commentaire pour elle, se disant qu'elle en ferait part aux garçons plus tard. Mais Aries lui ôta les mots de la bouche. Se contenter d'obéir aux ordres sans réfléchir, c'était bon pour les mangemorts, pas pour eux. Aries leva la main à son tour, imité par Shill. Le visage fermé, son regard sombre passa sur chacun des membres de l'assemblée qu'elle sentait déjà se déliter. Non, elle n'aimait pas ça. Et aucun doute la dessus, Jojo et Coco n'aimeraient pas ça non plus. Elle jeta un regard à Onyx. Un de ces regards qui en dit long sur l'inquiétude qu'elle ressent. Puis elle tourna à nouveau les yeux vers Skander. Elle le suivrait à la bataille comme au bout du monde, de toute façon. Il était sa famille. Elle hocha la tête à son attention, pour lui seul, parce que seul son avis importait vraiment dans cette pièce, en dehors de celui de sa meilleure amie. Un hochement de tête comme pour lui dire "tu sais bien que quand tu te bats je suis toujours à tes côtés.
Parchemin envoyé Sam 9 Juil - 0:33

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Et Marek il lève la main comme tout l’monde. Parce que c’est un suiveur, qu’il a pas la force de s’battre avec ses mots comme le font ses camarades. Il a l’impression qu’ils tournent tous en rond, depuis tout à l’heure. Qu’ils répètent la même chose, qu’ils restent campés sur leurs positions. Ils s’entendent sans s’écouter, s’renvoient la balle sans arrêt. Chacun veut avoir raison. Têtes de mules. C’est ridicule, c’est l’bordel. Et Marek il a certainement pas besoin de la ramener. Lui, il pense comme Skander. Et Aries, Zelda, Pietro, d’autres. Et il comprend pas la réaction d’Honoré. Personne a jamais dit que l’Ordre du Phénix agissait pacifiquement, sans gros éclats. Leur but c’est la paix, ouais. La justice, aussi. Mais pour y parvenir, faut rentrer dans l’jeu dans Mangemorts, que Marek il pense. Si un gars vous menaçait d’sa baguette après avoir assassiné vos amis et votre famille, vous vous défendriez, vous tenteriez d’le tuer lui avant qu’il ne vous tue vous. Non ? Vous enfuiriez, à la limite. Mais ça, ça fait qu’reporter le problème à plus tard. Parler, trouver un compromis ? Qui en aurait envie ? Et ces élections à la con, là… sérieusement ? Ça fait plaisir au p’tits citoyens effrayés, ouais. À ceux qui comprennent pas qu’ils vivent dans un monde-poubelle où les déchets, bah c’est eux. Ils vont faire leurs manigances de leur côté, les sang-purs. Et à la fin, rien n’aura bougé. Parce qu’au final, Lestrange, Black, Zabini ou Meadowes, c’est tous les mêmes. Et justement, ils auront réussi à regagner la confiance de leur peuple qui croira dur comme fer que les choses sont en train de changer. Alors que le gouvernement fait du sur-place. S’enfonce toujours un peu plus dans le vice. Mais ça, les gens ils le voient pas. Et c’est à ça qu’ils servent, les Phénix. À leur ouvrir les yeux, à les sauver d’un danger dont ils se cachent, d’une réalité qui leur échappe ou qui, a contrario, leur fait si mal qu’ils n’osent rien faire. Ils ont peur de bouger, font les morts. Écroulés par terre. Laissent couler, s’font piétiner sans rien dire. Et ça, ça suffit. BAM ! Marek il sursaute, tiré d’ses pensées. Ses yeux de crapaud regardent partout, en alerte. Il a pas vu Pietro s’avancer, gagner le cœur de l’assemblée. L’a pas vu taper sur la table, furieux. Qu’est-ce que tu fous, Pi ? « Putain ! Vous allez arrêter de tous faire vos couilles molles ! T’as un chef, tu suis ton chef, sinon tu te barres merde ! » Marek il sait pas si c’est parce que c’est son frère qui l’dit ou quoi, mais il trouve qu’il a carrément raison. Skander est pas là, au milieu, pour faire joli. « Mais arrête tes conneries, putain ! On est pas là pour aveuglément suivre un chef, si c'est pour ça que t'es là, vas donc rejoindre ces putains de magemorts. » C’est Aries qui a haussé la voix, et la tension monte d’un cran. Marek il se surprend à fermer les yeux, juste le temps d’une seconde. Y’a trop de Lupin réunis au même endroit, y’a un truc va finir par péter. Alors il s’avance, l’air de rien. Force le passage entre les deux loups enragés. Pose le dos d’sa main sur le torse de son triplé, lui lance le regard du « tu te calmes ou j’appelle… tu te calmes, hein » alors que son autre main, elle, reste toujours bloquée dans les airs. Il a pas l’air con, là. « Si j’étais un d’ces innocents, comme vous les appelez, là dehors… J’préférerais mourir maintenant plutôt que de vivre cent ans comme ça. Même si ça en vaut pas la peine, même si y’a plus à perdre qu’à gagner. » Il balaie la petite communauté d’ses grands yeux verts, lui-même surpris d’avoir pris la parole. Puis il baisse la tête vers Odette, la relève vers Honoré. Leur accorde un doux regard. Leur sourit, un peu gêné. « C’est pas notre cas, vous savez bien. » Et toujours il garde sa main levée, l’iris un peu paumée. Lui, il ira se battre. Car il est de ceux qui ont beaucoup perdu sans rien gagner en retour. Et là y’en a marre, là faut y aller.
Parchemin envoyé Sam 9 Juil - 15:28

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Le regard dur bien et la main toujours fermement levée vers le plafond, Zelda attendait. C'est un éclat de voix qui la fit tourner la tête en direction de Pietro qui abat lourdement la main sur la table. « Putain ! Vous allez arrêter de tous faire vos couilles molles ! T’as un chef, tu suis ton chef, sinon tu te barres merde ! » elle hausse un sourcil interdit, Zelda. Elle se bat au côtés de l'ordre et elle apprécie réellement Skander mais elle reste un électron libre. Elle est là parce qu'elle n'a plus rien d'autre à perdre, elle est là parce qu'on lui a torp prit, elle est là parce qu'elle n'a pas vu d'autre issue. Elle est là pour ses idées, par pour un leader en particulier - aussi compétent soit il. Elle hausse un sourcil et elle retient un grognement peu avenant. Ariès le remet rapidement à sa place et un petit sourire satisfait passe sur les lèvres de la sorcière alors qu'elle le voit lui aussi lever la main. De tout les sorciers présents, il est l'un de ceux qui partage le plus ses idées sur les combats et le voir se soustraire à une bataille aurait probablement déçu l'anglo-suédoise plus que de raison. « Les vôtres sont ceux que l'on protège. On se bat pour eux. Pour eux et pour tous ceux qui sont déjà tombés, » elle hoche doucement la tête alors que ses billes furtives font le compte des mains qui se lèvent peu à peu. Shill la lève également, suivi de près par Gabrielle. Elle lui adressa un bref sourire - tentant tant bien que mal et avec maladresse d'arrondir les angles. Elle avait beau ne pas apprécier plus que ça la sorcière, elle devait reconnaître qu'elle avait en elle la rage caractéristique de ceux qui ont tout perdu. Une rage que Zelda ne connaissait que trop bien et qui l'empêchait de détester totalement celle qu'elle considérait pourtant comme la pire des rabat-joie. Marek rejoint ensuite le concert des mains levées, prenant lui aussi la parole pour défendre leur cause. « Si j’étais un d’ces innocents, comme vous les appelez, là dehors… J’préférerais mourir maintenant plutôt que de vivre cent ans comme ça. Même si ça en vaut pas la peine, même si y’a plus à perdre qu’à gagner. » ses paroles résonnent étrangement chez Zelda qui baisse le menton quelques secondes relevant sur l'assemblée des pupilles plus déterminées que jamais. Son regard s'est considérablement assombri alors qu'elle lâche, à la suite du Lupin et d'un ton peut être un peu trop froid que pour être diplomatique. « C'est bien beau tout ces votes et tout ces beaux discours mais il faudrait penser à prendre une décision. » elle a assez manifesté son avis que pour se permettre de baisser la main, passant une paume décidée sur ses cheveux d'ébène. C'est maintenant ou jamais. Il y a trop de choses en jeu et aujourd'hui plus que jamais, ils ont tout à gagner et plus grand chose à perdre. Du moins aux yeux de la sorcière.
Parchemin envoyé Dim 17 Juil - 20:10

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Le solstice d'été
- mangemorts, membres de l'ODP infiltrés
et autres sorciers -

LA STATION PRES DE LAMBETH, 21 JUIN 1990
Il y avait une décision à prendre : lancer l’attaque ou reculer. Chaque camp qui s’était consulté sur la question avait ses torts mais aussi ses raisons de vouloir poursuivre dans un sens plutôt que dans l’autre. Mais tout se résumait en une question que Skander avait envie de leur poser : vivre ou mourir ? Ne pas agir maintenant c’était selon lui faire preuve d’un manque d’initiative et de courage, un manque cruel de force et de conviction. Ne pas agir serait prouver au monde qu’ils sont incapables d’agir, figés par la peur, pétrifiés par les mangemorts, comme s’ils ne valaient rien. Ce n’était pas le cas, chacun d’entre eux avait signé pour la combat, et n’aspirait qu’à une seule chose : la liberté. Cette putain de liberté qu’on leur avait prise neuf années plus tôt, celle pour laquelle ils étaient tous là, celle pour qui ils avaient signé, celle pour qui ils avaient jurer de mourir s’il le fallait. La liberté ou la mort : c’était la raison d’être de l’Ordre, son dicton le plus vrai. Combien de personnes étaient déjà mortes pour le cause ? Trop sans l’ombre d’un doute, alors c’était à eux de faire en sorte que le sang innocent cesse d’être versé, que la guerre finisse par se terminer. Mais les négociations, les pourparlers et les beaux discours ne mettraient jamais un terme à tout cela. La bataille serait leur seule issue, la seconde étant la fuite mais celle-ci ne mènerait à rien, si ce n’était à remettre le débat à plus tard, car nul n’est dupe en ces murs : les élections ne sont qu’un leurre destiné à donner l’illusion au peuple qu’il possède un semblant de pouvoir, rien de plus.

Tout le monde y allait de sa petite phrase, levant ou non cette main pour suivre l’idée même qui les avait conduits ici en ce jour : prendre part à la bataille, et régler son compte au ministère et à ses dirigeants aveuglés par leur pouvoir dont la seule ambition était de survivre à tout cela, ne se souciant guère des problèmes du peuple. Des phrases personnelles, des petits mots – mais certaines d’entre elles ne passèrent pas quand Pietro Lupin commença à discuter l’idée même d’un vote à ce sujet. « Si tu es venu suivre aveuglément quelqu’un, tu es au mauvais endroit, Pietro. » Lâche alors Skander qui ne sait pas encore comment il parvint à garder son calme. Il fixe son cousin, mais il n’est pas énervé, il comprend ce qu’il veut dire. C’est un Lupin, les mots ne sont pas son fort, il parle mais ne pense pas aux conséquences.  Ce genre d’attitude c’était justement ce qui faisait leur force, ce qui faisait qu’ils étaient différents de ceux contre qui ils se battaient. Les mains étaient encore levées, alors le leader compta les points.  « Sept voix pour, deux voix contre. » Lâche-t-il alors sans faire plus de commentaires. Évidemment qu’Honoré est contre, c’est elle qui a soulevé la question, à ses côtés dans le camp du “non” se tient aussi Odette - étrangement ça ne l’étonne pas, mais ne l’énerve pas non plus. « Alors on poursuit comme on avait prévu, ceux qui veulent se retirer le peuvent encore, personne ne vous le reprochera. » Qu’ils aient dit ou ou non chacun à le droit de reculer pendant qu’il en est encore temps, car ce n’est pas une décision à prendre à la légère, en acceptant le combat on laisse tout en suspend : sa vie, son avenir, pour qu’il ne reste que la volonté de vaincre. Skander préférait savoir des hommes et des femmes en proie au doute sur le banc de touche que de les forcer à se battre alors qu’ils n’en ont pas envie. Le combat est une histoire de volonté avant tout, vouloir gagner, y croire, c’est un pas vers la réussite.  Il avait espéré entendre la voix d’Odette, la voir renoncer. Quelqu’un fit un pas en arrière, reculant alors, décidant de renoncer, celui qu’il n’aurait jamais cru voir renoncer, Pietro Lupin qui recule, transplane, laissant les membres un peu médusés, Skander le premier. «  Bien, on s’en tient au plan. » Finit-il par dire, quand aucune voix ne se leva pour affirmer son besoin de prendre du retrait. Mais chacun ici décidait en son âme et conscience.

Ils étaient prêts, chacun d’entre eux connaissait son poste. Il y avait ceux qui étaient en appui, ceux qui étaient au front. Ils avaient établi une stratégie qui prenait en compte la capacité de chacun. Il y avait parmi eux des sorciers qui avaient appris à se battre comme aurors, d’autres qui avaient appris à guérir, certains n’étaient rien de tout cela, mais avaient été formés. Ils n’étaient peut être pas tous des guerriers à l’origine mais la vie les avaient forcés à le devenir. La station était devenue bien silencieuse, comme chaque fois avant de partir au combat, comme elle l’avait été au moment de partir pour le bal du ministère. Skander lui avait besoin de ce silence pour repenser à tout ce qui avait été prévu, besoin de repenser chaque détail, comme si le silence pouvait être propice à une prière pour que tout se déroule comme prévu, et qu’ils reviennent tous en vie. Il n’était pas croyant le leader, sauf dans ces moments là. L’idée même de s’en remettre à un être supérieur le dérangeait, alors confier le destin des siens, ce n’était pas une option. Pourtant, prier n’avait jamais rien coûté à qui que ce soi. Mais le silence est alors rompu par l’apparition d’un patronus. Un Faucon - le patronus de Jonah Weasley infiltré au marché sous couverture, une arrivée imprévue qui risquait de remettre en cause la totalité du plan. « On est dans la merde jusqu’aux couilles. Le ministre vient de crever empoisonné et ils bouclent le quartier pour des interrogatoires au veritasserum. Sortez-nous de là avant qu’on balance des infos malgré nous, bisous sur la fesse. » Skander leva les yeux vers le patronus. La donne avait changé. Ce n’était plus une attaque, c’était une mission de sauvetage.

Tout était à revoir, le plan, les postes, et même les équipes. Skander resta silencieux, debout les mains posées sur la table, comme s’il passait en revue toutes les options qui s’offraient à lui. Il n’était pas le plus fin des stratèges mais ses années d’auror lui avaient appris à construire un plan, qu’il s’agisse d’un plan d’attaque, de défense, ou même une mission de secours.  « Ils sont plusieurs là bas. » Dit-il calmement, une constatation comme une autre, il a besoin de les énumérer, en partie, « Ekaterina, Jonah, Avia, Oberyn et les autres. On doit aller les aider, on doit oublier la mission initiale et aller les aider. » Aussi divergentes qu'aient été les opinions, là il n’était plus question de cela, il était juste question de sauver quelqu’un, des êtres humains. La mort du ministre préoccupait le Loup, il n’était pas heureux de sa mort, il était certain qu’on leur ferait porter le chapeau. Personne n’était dupe. Maintenant il fallait trouver un plan, et vite. « Faisons quatre équipes. » Quatre équipes c’était plus que ce qu’ils avaient prévu à la  base, mais c’était nécessaire, ils avaient une mission de sauvetage à mener, plus elle serait efficace, plus ils seraient rapidement en mesure de mettre tout le monde en sécurité.  « Shill, tu y va avec Honoré, Zelda  et Xaver, tu prends le secteur nord du marché. » Il fallait simplement quadriller la zone, agir de façon méthodique et organisée.   « Marek et Lothar, vous prenez le secteur est. » Il passe en revue les troupes, les équipes ne sont pas si différentes de celles qu’ils avaient établie de prime abord, il regrettait de laisser les deux Lupin y aller seul, mais il ne voyait pas d’autre solution, l’équipe de Shill couvrait le secteur le plus important, il avait besoin de toutes les baguettes disponibles.  « Robb, tu couvriras le secteur Ouest avec Gabrielle et Onyx. » Il savait qu’il pouvait confier Gabrielle à Robb sans sourciller.  « Je couvrirais le secteur Tamise au sud avec Aries et Odette.  » Il préférait avoir la sorcière avec lui, pour être capable de faire quelque chose s’il le fallait, avec Aries, elle avait au moins deux personnes qui pourraient veiller sur elle. Sa dernière mission avait été une catastrophe, il était hors de question de la laisser renouveler l’essai seule. Skander se redresse alors complètement, ses mains délaissent la table. Maintenant ils avaient le temps qui jouaient contre eux. Ses lèvres laissent échapper ces derniers mots:  « Ne prenez pas de risque inutile, repliez vous aussitôt la mission accomplie. » Bonne chance, eut-il envie d’ajouter. Mais il n’en fit rien, ils savaient qu’ils auraient besoin de chance. Le groupe se divise alors, direction le marché.

Ce sujet est maintenant clos, merci de consulter la répartition en groupe dans ce sujet.
Puisse le sort et les dés vous être favorable !
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

 

LE SOLSTICE D'ÉTÉ - Ordre du Phénix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ordre de Mission
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Réintégration de Fanmi Lavalas dans la course: l'ordre est formel
» Ordre repêchage 2011 + loterie
» [Templar] L'ordre des templiers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-