Partagez | 
(fb) Cause we're young and we're reckless (Ciender)

()
Parchemin envoyé Dim 26 Juin - 22:53

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1867 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 








CIENA MACARTHUR & SKANDER LUPIN
Cause we're young and we're reckless
We'll take this way too far It'll leave you breathless



1979

A cet âge là – vingt-quatre ans – il ne connaissait pas grand-chose de la vie. Le monde était bien différent. En guerre mais le ministère s’assurait de voir chaque partisan «  du Mage Noir » arrêté et trainé devant le Magenmagot, il s’assurait de la sécurité des sorciers, faisant des aurors des personnes dignes de confiance, et au front sur le combat. Il avait toujours voulu faire auror, aussi loin qu’il s’en souvienne, il n’avait jamais voulu suivre la trace « ordinaire » de ses parents et passer sa vie en cuisine. « Il ne vaut mieux pas que tu foutes les pieds en cuisine », disait souvent son frère Lothar. Celui-ci avait volé tous les talents culinaires de leur mère sans en laisser un seul pour Skander. A cette époque, il n’avait pas les mêmes tourments. A cette époque, son seul tourment pouvait être son travail, quelques fois ses amis, souvent son père et de plus en plus souvent une femme. Une toute autre époque, agréable, plus paisible malgré que la guerre soit effrayante – ce n’était rien comparé à cette peur que le rongeait aujourd’hui. Encore libre de ses mouvements lors d’une pleine lune, il n’était pas aussi impulsif et violent qu’il le serait quelques années plus tard, mais il était quand même un peu, cela faisait partie de son être, la bestialité qui l’incarnait quelques années plus tard en moins. Cette époque dorée. Skander Lupin, vingt quatre ans, auror de talent et pourtant, connard notoire. Il y a des choses qui ne changent pas.

Et il y a des choses qui changent. L’âge, l’apparence, les relations. Il y a ces choses qui s’écoulent comme ce temps qui passe sans que l’on puisse l’arrêter. A l’époque son monde avait changé quand son amie de longue date avait décidé de tout plaquer pour la France, qui comme lui était sa demi-patrie de sang. Il n’y avait remis les pieds que peu de fois depuis la mort de sa mère. Quelques jours de vacances de temps en temps, dans la maison perdue dans la garrigue dans le sud. Rien de plus.  Le départ de Beatrix pour la France avait causé un vide, un manque de sa présence. Rien n’avait jamais été autre que l’amitié sans borne pour lui. Il y avait bien eu cet écart, mais à ses yeux, ça ne comptait pas le moins du monde, cela lui avait juste servi à prendre mesure de l’importance de cette amitié. Le fait qu’elle parte lui avait ouvert les yeux sur une personne qu’il côtoyait depuis des années sans poser son regard sur elle. Pourtant, Ciena était devenue importante à ses yeux, comme s’il s’était raccroché à elle comme à un morceau de Bea dont ils partageaient l’amitié depuis plus de dix ans.  Il avait alors remarqué une fois la française éclipsé, ses cheveux bruns qui avaient tendance à boucler avec la pluie et l’humidité, cette peau opaline, sans parler de ces yeux d’un bleu à la fois clair et profond où il avait pris l’habitude de se perdre. C’était sans doute la première fois de sa vie qu’il pouvait dire qu’elle était sa petite amie, cette fille à qui il devait être fidèle, à qu’il avait choisi d’être fidèle. Car ne se mentons pas, Skander Lupin avait été un salopard avec ces dames une grande partie de sa vie, bourreaux des cœurs avant et après Poudlard jusqu’à ce qu’il réalise qu’elle était là, qu’elle était finalement importante.

Il n’avait pas attendu le départ de Beatrix pour poser un œil sur elle, il l’avait remarqué quand la petite serdaigle avait postulé tout comme lui pour devenir auror au ministère. Ils avaient évolué, appris, côte à côte avant de tomber dernièrement dans les bras l’un de l’autre. Pour la première fois de sa vie, ça lui convenait, elle lui convenait, il ne ressentait pas le besoin d’avoir plus. Elle était suffisante, elle était bien la première dont il ne se laissait pas au bout d’une semaine. Pas au bout d’une semaine, des mois qu’ils entrainaient une flamme si difficile à vivre pour le sorcier, habituellement. Ils essayaient de faire comme si de rien n’était quand ils étaient au bureau, ne voulant pas voir leur relation influencer leur travail. Ce jour là était comme les autres, la traque d’un homme dit « mangemort », un de ces fanatiques qui suivait aveuglément le nouveau grand mage noir. Un fou dangereux, lui avait alors dit Robb avant de les autoriser à partir. Ciena et lui – le tout c’était de ne pas se laisser distraire. Pourtant il se mentirai s’il avait dit qu’il n’avait pas envie que cela soit sérieux. Mais si pour devenir sérieux ça devait en passer par rencontrer son père à lui, l’alcoolique Marcus Lupin, il n’était pas certain qu’elle doive voir cette partie de la famille Lupin, car même s’ils avaient coupés les ponts avec les autres en partie, l’ombre de la lune était pourtant réelle. Quand le danger pointa le bout de son nez, il se rendit compte qu’il tenait vraiment à elle. Il le comprit quand la peur de la voir blesser ou de la perdre lui noua le ventre. Le mangemort n’était pas seul, puisqu’il avait un comparse qui semblait être tout à fait aussi dangereux. Les voilà qui étaient caché derrière un muret, la nuit tombait doucement sur le Londres sorcier, et cette ruelle était éclairée par des sorts.  Il sorti rapidement par-dessus le muret pour jeter un sort, manquant de s’en prendre un de plein fouet. Il se re-cacha tout aussi vite et dit alors : « Rectification, ils sont trois. » Et nous on est dans la merde. « Il nous faudrait un plan. » Un vrai plan. Pourtant, son esprit échafaude déjà un plan, il ne sait pas comment, il connait juste le but. La faire sortir en un seul morceau, parce qu’elle était devenue importante. Plus importante que n’importe quel collègue. Il aimait ses cheveux, son odeur, ses baisers, leur histoire encore fragile, il n’allait pas la perdre comme ça. Non, il ne le savait pas encore mais il leur restait encore deux années avant d’être séparé par le sort. Mais il ne profiterait sans doute pas de ce temps imparti autant qu’il le devrait.


This is how it's gonna be, This is what you'll think of me, It's going down like I told ya.  I'll be the last man standing here, I'm not going anywhere. I'm gonna rock you, I'll have you begging for mercy begging for mercy. I'm dangerous, So dangerous. [...] I'm the baddest mother up in here and I'm about to make it clear.

 

(fb) Cause we're young and we're reckless (Ciender)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cause we’re young and we’re reckless
» 06. Let's be young folks together - PV Santana
» IF I DIE YOUNG
» The Young And The Hopeless
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers-