Partagez | 
 
-TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Gallifreys aka Lexxie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 659 hiboux. J’incarne : Holland - la rouquine - Roden , et l’avatar que je porte a été créé par : un créateur de bazzart, merci . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra Black, Gideon Peverell, Skander Lupin. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 27 années brisée , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : prisonnière des mangemorts, ils tentent de m'exploiter pour mon don. Quand comprendront-ils enfin que je ne contrôle rien, qu'ils m'achèvent je n'en peux plus. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est plutôt complexe, je suis complètement perdue.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Mer 27 Avr - 19:17









TWO GINGER KNOW BEST.
"Circée rackharrow, Erzsebèt Grimestone & Avia Spudmore"



AVRIL 1990 - STE MANGOUSTE

Ce qui lui était arrivé était parfaitement terrible. Elle l’avait vu se jeter avec désespoir dans les bras d’Irvin. Cette petite brune, Avia la connaissait depuis toujours. Elle se souvenait le jour où on lui avait présenté les jumeaux et qu’on l’avait prévenus qu’ils n’étaient pas des poupées avec lesquels elle pouvait jouer à sa guise ; d’abord elle avait été jalouse de ne plus être la seule fille dans le monde d’Irvin – mais avec les années, elle avait fini par s’attacher à Circée. Elle était la sœur qu’elle n’avait jamais eu, la petite chose qu’elle s’était sentie obligée de protéger. Sa poupée grandeur nature, celle qui avait développé l’envie de la jeune sorcière de devenir mère un jour. Quand elle s’était réveillée au lendemain de la Purge et qu’on lui avait dit ce qui était arrivé à Circée, Avia eut le cœur brisé, se sentant réellement impuissante. Elle détestait ce sentiment. Après maintes épreuves, elle avait réussi à l’atteindre, à la rassurer. Et maintenant qu’elles avaient réussi à la débarrasser en partie de ses démons, la voyait en proie au désespoir. Un sortilège de Doloris, lui avait-on dit. Sans doute un membre de l’Ordre, Avia connaissait ces méthodes qui contrastait avec l’ancienne méthode. Elle ne pouvait empêcher d’approuver la violence, mais contre Circée… Elle n’était pas d’accord. Mais elle se sentait impuissante.

Elle ne savait pas ce dont elle pouvait avoir besoin. Elle devait être cajolée par les hommes Rackharrow, car Circée était la princesse en porcelaine d’Irvin depuis toujours mais les autres hommes qui vivaient sous son toit, ou partageaient son sang l’aimait réellement. Un bon souvenir, voici ce qu’elle voulait lui apporter. Elle ne trouva rien de mieux que d’attraper l’ourson en peluche qui trônait sur sa commode, celui qu’elle avait eu enfant, celui que Circée volait lui voler parfois parce qu’il était tout doux ; la rousse ne put alors réprimer une sourire, et tourna alors les talons, direction Ste Mangouste. Elle lui avait déjà rendu visite plusieurs fois, faisant face à une sorcière peu bavarde, mais Avia avait eu la chance de voir un petit sourire illuminé le visage marqué de la fragile Circée. Elle transplana, forcée de passer plusieurs control pour se rendre à Ste Mangouste. Elle prenait un risque un gros en étant ici. Mais elle était espionne, elle devait remplir son rôle. Elle trembla quand des mangemorts en faction la fixèrent. Quelques gouttes de véritaserum et elle serait en grave danger. Elle secoua la tête, ne leur adressant aucun regard, elle préféra se rendre à la chambre de son amie.

Dans le couloir, elle vit une rousse restée devant la porte de la chambre Circée, incapable de la pousser. Avia resta alors en retrait – lui laissant la chance de parler à Circée. Elle la vit renoncer une fois, tourner les talons, et quelques secondes, prise de remords, elle retourna affronter la porte. Il s’agissait de la meilleure amie de Circée, celle qu’Avia avait aperçue brièvement pendu au cou de Kenan lors du bal. Elle ne la connaissait pas très très bien, mais elle l’avait déjà fréquenté, elle avait déjà discuté avec elle, et mieux encore elle savait à quel point elle était nécessaire au fragile équilibre de Circée, bien que celui-ci soit dangereusement remis en cause. La sorcière renonça une fois, deux fois, puis fut prise de remords autant de fois. Quand elle la vit renoncer sans être prise de remords ce fut le moment que choisi Avia pour aller à sa rencontre au beau milieu de ce couloir. Elle se mit alors face à elle, déterminer à ne pas la laisser fuir. Avia avait fui plus d’une fois dans sa vie ses émotions, mais Sissi ne devait pas céder à ses démons. « Tu devrais vraiment aller la voir tu sais. » Sa voix était douce. Elle était bienveillante à son égard, car elle était amie avec Circée, et dieu si Circée  comptait pour Avia. Depuis la mort de sa fille, c’était peut-être sur elle qu’Avia reportait son besoin de protéger quelqu’un.


"I take everything I am feeling, everything that matters to me… I push all of it into my fist, and I fight for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 736 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Jeu 28 Avr - 2:07

Two ginger know best.

“A friend is someone who knows all about you and still loves you.” - Elbert Hubbard.

L
Elle est figée. Elle est complètement figée devant la porte de cette chambre d’hôpital, comme les dix autres fois où elle s’est déplacée jusqu’à Sainte Mangouste. Elle s’est maudite autant de fois, bien plus encore, en rebroussant chemin. Après le bal, tout avait changé, absolument tout. Sissi s’était perdue dans la magie pour ne pas sombrer dans les remords, elle avait remué la bibliothèque familiale toute entière pour trouver un moyen, même infime, d’apaiser Circée - en vain. Et Pré-au-lard devenu terrain privilégié des insurgés, la monnaie moldue s’était invitée dans les équations complexes occupant le reste de ses journées : ou comment garder la tête hors de l’eau sans retourner à Godric’s Hollow. Son père au moins avait raison sur un point : la neutralité sauve des vies. Elle était passée au contrôle des Mangemorts comme elle avait pris pour habitude de passer à ceux de l’autre côté de la barrière, calmement, le son régulier de ses escarpins comme repère pour ne pas paniquer à l’idée de rester dans cet endroit plus d’une demie-heure, sans succès aucun.

Alors elle se retrouvait là, devant cette porte, à se sermonner d’être une incompétente lâche dont les sentiments se retrouvaient hors de contrôle quand elle avait passé des années durant sans plus d’un quart de sensibilité. Tout lui échappait, à commencer par sa relation avec Kenan qui avait conduit à ce désastre, à ce que les meilleures amies en viennent à ne plus communiquer même quand l’une se trouvait en détresse. Elle aurait sans doute eu plus de courage les premiers jours mais Circée était fragile, désorientée et sa rancune légendaire aurait mélangé un cocktail que Sissi qualifierait volontiers de mortel. Elle avait été égoïste en tombant dans les bras du jumeau, elle l’avait été en restant avec au lieu de chercher à recoller les morceaux. C’était trop tard, trop tard pour réparer, revenir en arrière, empêcher la brune de rester seule dans ce zoo, trop tard pour se mettre en travers du sortilège. A quoi bon avoir passé dix années à faire prévaloir les intérêts de la jolie Rackharrow si le premier acte égoïste auprès de cette famille lui donnait l’impression d’avoir déclenché un énorme effet domino ?

Trois fois. Elle a renoncé trois fois, revenant toujours sur ses pas, rongée par la culpabilité. Les couleurs avaient disparu de ses tenues, la robe noire n’en était qu’un témoin de plus et seuls les longs cheveux roux détachés témoignaient qu’elle était encore Erzsébet Grimstone - ou du moins qu’une partie en subsistait. Son attitude était différente, la froideur qu’on lui connaissait paraissait avoir fondu pour ne laisser qu’une ombre dérangeante, bien que pas autant que le grand absent du jour, à savoir Daksha. « Tu devrais vraiment aller la voir tu sais. » L’autre rousse venait de lui couper la route, l’obligeant à s’arrêter. Avia. L’intimidante et pleine de caractère Avia, non que Sissi se soit montrée très timide envers elle, simplement elles étaient différentes, là où l’une s’exprimait, l’autre gardait souvent le silence. Discuter théories magiques ne lui avait jamais paru idéal avec miss Spudmore, et inversement parler balais ou Quidditch avec la jeune Grimstone n’était pas recommandé. Leur seul point commun se trouvait derrière cette porte qu’elle n’osait pas passer. « Pour lui dire quoi ? On était en froid avant ce bal. Assez pour que, visiblement, elle ne juge pas utile de me dire que cet homme masqué se trouvait dans sa vie. » Quel homme pouvait oser laisser Circée dans cet état avec un geste de tendresse ? Quel mec pouvait juste tourner les talons, ne rien faire face à la torture ? « Je suis incapable de l’affronter comme j’ai été incapable de la protéger. » Au moins ne le niait-elle pas. « Elle a plus besoin de sa famille que d’une rousse de plus. » Sourire esquissé, un peu forcé, de cette tentative d’humour qui échoue lamentablement. Elle avait l’humour noir de toute façon, depuis toujours, ça n’était pas maintenant que ça allait changer. Les paquets qu’elle serrait entre ses bras croisés contre sa poitrine servaient de remparts contre le monde, contre cet hôpital qui l’étouffait déjà.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Gallifreys aka Lexxie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 659 hiboux. J’incarne : Holland - la rouquine - Roden , et l’avatar que je porte a été créé par : un créateur de bazzart, merci . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra Black, Gideon Peverell, Skander Lupin. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 27 années brisée , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : prisonnière des mangemorts, ils tentent de m'exploiter pour mon don. Quand comprendront-ils enfin que je ne contrôle rien, qu'ils m'achèvent je n'en peux plus. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est plutôt complexe, je suis complètement perdue.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Jeu 5 Mai - 22:40









TWO GINGER KNOW BEST.
"Circée rackharrow, Erzsebèt Grimestone & Avia Spudmore"



AVRIL 1990 - STE MANGOUSTE

Circée avait jamais été le seul point commun entre les deux femmes. Elles avaient des caractères différents, pour ne pas dire opposé. Avia était d’un tempérament fort, pour ne pas dire exubérant parfois, préférant parler plutôt que de rester muette, d’user de ses poings ou de sa baguette plutôt que de se laisser écraser, préférant être franche plutôt que de s’enliser dans le mensonge. Mais, elles avaient une chose en commun : leur couleur de cheveux. Le roux était la couleur de cheveux officiel des amis dans cette famille. Le père d’Avia aux cheveux roux était le meilleur ami d’Irvin, Avia elle faisait presque parti des meubles, et deviendrait bientôt la nouvelle épouse d’Alastar, tandis que Sissi était la meilleure amie de Circée, et de ce qu’elle avait aperçu, la petite amie de Kenan. Que les Rackharrow osent dire qu’ils n’aimaient pas les roux. « Pour lui dire quoi ? On était en froid avant ce bal. Assez pour que, visiblement, elle ne juge pas utile de me dire que cet homme masqué se trouvait dans sa vie. »  Dit alors la jeune femme à propos de Circée. Elle était son amie, pour Avia c’était une raison bien suffisante pour franchir cette porte. Elle n’avait pas besoin de plus, ni de moins. Elle devait entrer quand on est installé dans un de ces lits, la moindre visite est réconfortante, même si on refuse de l’admettre. L’absence de visite est terrible, dévastatrice. « Je suis incapable de l’affronter comme j’ai été incapable de la protéger. » Elle n’y était pour rien. Comment aurait-elle pu la protéger ?  « Elle a plus besoin de sa famille que d’une rousse de plus. » Elle n'était pas d'accord.

Faux, « Les amis, c’est la famille qu'on s'est choisi. » Répondit-elle du tac-o-tac. « On a jamais assez d’une seule rousse dans une vie. » Dit-elle avec malice, essayant de la faire sourire un peu. Bien sûr qu’Avia s’inquiétait pour Circée, mais aucun d’entre eux n’avait le droit de se laisser abattre. « Nous sommes les plus cool, et les plus flamboyante, tout le monde devrait avoir au moins deux roux dans sa vie. » Elle tentait encore de l’humour. Face à la rousse plus jeune qu’elle de quelques années, elle la comprenait. Ce n’est jamais facile de faire face à quelqu’un qui semble avoir tout perdu, et qui a souffert. Elle connaissait cette sensation pour avoir été la fille derrière la porte de la chambre quelques temps après la mort de sa fille. Ce n’est jamais facile en tant que victime d’accepté le regard des autres, leur présence, mais elle était nécessaire pour la guérison. Avia s’approcha doucement, posant une main rassurante sur l’épaule de la rousse, et dit alors : « Tu ne pouvais pas la protéger. Ce type s’en serait aussi pris à toi. » Elle marqua une pause, « Les regrets ne nous mènent nul part, ils sont juste un frein. » Ca, elle le savait, elle le savait tellement. Elle avait encore ses freins et ses regrets, elle vivait avec sentant comme un poids sur ses épaules, continuellement. « Qu’importe ce qui a pu se passer entre vous. Elle a besoin de toi, si tu abandonnes maintenant tu auras brisé toutes ces années d’effort et d’amitié. Même si elle est agressive, froide, ou énervée, qu’importe. On sait qu’elle est ainsi, et on l’aime ainsi. C’est le jour où elle sera docile et calme que nous aurons définitivement perdu notre Circée, tu ne crois pas ? » Elle essayait de faire de l’humour de relativiser. « On peut rentrer ensemble, comme ça, si elle essaye de te sauter à la gorge, je l’occuperais pendant que tu prendras la fuite. » Détendre l’atmosphère. Il le fallait, Avia était ainsi, rieuse dans l’âme, même si parfois son passé lui faisait encore monté les larmes aux yeux. Mais quelque chose chiffonna Avia dans les propos de la rousse face à elle. Un homme masqué dans la vie de Circée ? Cette idée la dérangeait soudain. Elle avait toujours vu la brune comme sa petite sœur, comme si elle avait ce besoin vicéral de veiller sur elle. Et encore plus maintenant qu’elle avait perdu sa fille. « Un homme masqué ? Tu as vu de qui il s’agissait ? Qu'est ce que tu as vu ?» Demanda alors Avia. Curieuse, et protectrice.


"I take everything I am feeling, everything that matters to me… I push all of it into my fist, and I fight for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 736 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Ven 6 Mai - 13:37

Two ginger know best.

“A friend is someone who knows all about you and still loves you.” - Elbert Hubbard.

L
es amis étaient la famille qu’on se choisit, oui, Erzsébet l’avait longtemps pensé, depuis qu’elle avait passé la porte de la demeure des Rackharrow, quand elle courrait dans les escaliers derrière Kenan pour chasser ses mots terribles, quand elle montait rapidement consoler Circée, quand elle riait aux âneries des jumeaux. Quand, auprès d’eux, elle se sentait presque normale. Les Grimstone étaient bons, ils étaient aimants avec leurs enfants, tolérants et affectueux, mais ils étaient différents d’elle, moins excessifs, moins versés dans les excès magiques. Ils l’acceptaient dans son étrangeté, peut-être Ekaterina rejetait-elle plus aisément son côté fourchelangue mais en toute honnêteté, Sissi n’avait pas été malheureuse, malgré ses bizarreries, malgré son absence relative d’émotions ; il était plus compliqué pour des parents de ne pas avoir de véritables contacts, de ne pas pouvoir enlacer leur fille pour lui souhaiter bonne nuit ou ne pas avoir à sécher ses pleurs d’une caresse sur la joue. Elle avait évolué en décalage, ne passant pas vraiment la plupart des étapes de l’enfance, elle qui ne disait presque rien, cachée derrière les livres, derrière le savoir. L’humour tombe d’ailleurs à l’eau tandis que le regard vairon examine les traits d’Avia, sans trop comprendre où elle veut en venir - bien sûr qu’on avait assez d’une seule rousse, il valait mieux une jeune femme expressive que l’image d’une froide trahison. « Nous sommes les plus cool, et les plus flamboyante, tout le monde devrait avoir au moins deux roux dans sa vie. » Mouvement de recul. La main sur son épaule l’a crispée, provoquant un réflexe instinctif, une réaction d’animal en cage. Elle savait qu’Avia ne lui voulait pas de mal, elle savait bien qu’elle n’était pas menaçante et qu’évidemment, elle ne pouvait pas deviner ses réticences. Le souvenir de Sissi accrochée à Kenan comme si sa vie en dépendait devait fausser la donne, qui plus est. Lui, pas les autres. Les peaux étrangères, les tendresses inconnues, tout n’était que source d’angoisse entre ces murs - elle n’était pas encore prête à accepter de nouvelles intrusions dans son espace vital, serpent contradictoire dont les sens se perdaient contre un homme mais dont le coeur se refusait à la sociabilité totale, normale. « .. d-désolée. » L’excuse franchit ses lèvres dans un murmure maladroit, les yeux se baissant vers le sol, bras croisés contre sa poitrine. L’allure sombre s’est effritée pour dévoiler la jeune fille craintive et solitaire.

« Tu ne pouvais pas la protéger. Ce type s’en serait aussi pris à toi. » « J’aurais préféré. » Réponse immédiate. Elle aurait voulu prendre la place de Circée, subir le doloris pour le lui épargner, se mettre en travers de la route du sortilège pour que la brune s’en sorte indemne, pour que la folie ne prenne pas le dessus, cette folie qui la terrifiait tant mais dont elle aurait préféré être victime pour que son amie poursuive une vie normale. « Les regrets ne nous mènent nul part, ils sont juste un frein. » Son père savait si bien le lui dire, il savait souligner l’évidence, comme Avia à cet instant, toutefois elle se sentait parfaitement incapable de passer outre sa culpabilité. Cette culpabilité qui dévorait la raison à l’acide. Les billes bicolores se sont ancrées dans celles de l’autre rousse quand celle-ci a souligné que ce qu’il s’était passé entre elles ne devait pas l’empêcher d’entrer. Les excès de Cirée étaient mortels, sa rancune plus tenace que la faim d’une acromantula. Sissi n’avait jamais eu à affronter les crises de son amie pour la simple raison qu’elle s’était toujours montrée dévouée - ça n’était plus le cas. « Je n’avais pas le droit de toucher à Kenan. Elle s’est sentie piégée et.. j’ai été égoïste. » Elle n’en avait parlé à personne. Elle avait gardé le silence pour ne pas créer de problèmes au jeune homme mais le poids était désormais trop lourd à porter, parce que les sentiments pour elle étaient rares, et d’autant plus fort qu’ils perçaient les défauts innés de la demoiselle. A qui aurait-elle pu confier cela après la réaction disproportionnée et incontrôlable de la jumelle ? Personne. Est-ce qu’Avia, elle, pourrait comprendre, pourrait apaiser le tourbillon brûlant qui menaçait son coeur ?

Et quand elle lui propose de rester avec elle, Sissi hoche la tête, toujours un peu prostrée, repliée sur elle-même. Si elle pouvait donner l’image d’une inflexible assurance, l’évidence des apparats se trouvait sous le nez d’Avia. « Un homme masqué ? Tu as vu de qui il s’agissait ? Qu'est ce que tu as vu ? » Erzsébet n’était pas certaine, parce que toute cette soirée était chaotique, un mélange de souvenirs entremêlés sur l’écho des hurlements de Circée. Hésitant, elle finit par répondre : « L’homme qui a jeté le doloris était près d’un autre.. je n’ai pas vu leurs visages mais celui qui était en retrait, qui a regardé la scène.. il a eu un geste tendre avant de juste.. l’abandonner. » Elle marque une pause, perdue dans la décortication des images qui lui reviennent, puis elle poursuit. « Je ne suis pas très douée pour comprendre et voir les sentiments des autres mais je sais ce que ça veut dire. Une caresse avant de tourner les talons.. et elle, elle ne veut rien dire sans doute parce qu’elle tient à cet homme. J’ai gardé le silence parce que c’est ce qu’elle voulait mais elle a déjà été attaquée, une nuit. Un lycanthrope qui lui a affirmé ne pas avoir voulu lui faire de mal.. » Les morceaux du puzzle s’assemblent, bien que Sissi n’en sache pas assez pour terminer la construction de cette fresque dérangeante.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Gallifreys aka Lexxie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 659 hiboux. J’incarne : Holland - la rouquine - Roden , et l’avatar que je porte a été créé par : un créateur de bazzart, merci . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra Black, Gideon Peverell, Skander Lupin. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 27 années brisée , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : prisonnière des mangemorts, ils tentent de m'exploiter pour mon don. Quand comprendront-ils enfin que je ne contrôle rien, qu'ils m'achèvent je n'en peux plus. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est plutôt complexe, je suis complètement perdue.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Dim 22 Mai - 23:40









TWO GINGER KNOW BEST.
"Circée rackharrow, Erzsebèt Grimestone & Avia Spudmore"



AVRIL 1990 - STE MANGOUSTE

Avia ne connaissait pas bien cette tête rousse, pourtant elle l’avait croisé plus d’une froid. Une amie de Circée, pour ne pas dire sa meilleure amie. Avia avait toujours été heureuse que Circée trouve quelqu’un sur qui compter, car elle connaissait les caractères et les craintes de la sorcière, rien pour elle n’était facile, car elle savait que derrière l’assurance se cachait quelqu’un de brisé. Elles partageaient ce trait en commun de ne pas laisser leur faille visible. Sauf que contrairement à Avia, Circée ne contrôlait pas tout. Cette dernière avait besoin de tout ce qu’elle connaissait autours d’elle, pour ne pas perdre pied. On ne peut pas sous-estimer le pouvoir de l’amour que les gens nous portent dans ces moments-là. Avia avait compté sur l’amour des siens, de son père et des Rackharrow quand elle avait perdu sa fille. Elle voulait lui donner ce soutien qu’elle avait eu, ne pas la laisser tomber. Et si elle devait pousser la rousse face à elle à affronter ses démons pour pas qu’elle n’abandonne son amie, elle le ferait.  Maternelle, Avia ne pouvait s’empêcher d’être tactile avec les gens, même si elle ne les connaissait pas bien. Cependant, elle comprit le mouvement de recule de la jeune femme. « .. d-désolée. » Non, c’était elle qui l’était.  Elle ne répondit rien, sauf un sourire sincère. Un regard apaisé, compatissant. Elle avait détesté qu’on pause la main sur elle pendant longtemps après l’épisode de la mort de sa fille, maintenant, ça allait mieux, ce n’était pas guérie, mais ça allait mieux.

« J’aurais préféré. » La rousse lui dit alors qu’elle aurait préféré prendre le sort à la place de Circée, Avia n’en doutait pas, mais ça n’aurait rien changé, ça serait Circée qui aurait été dévasté de l’apprendre, pire, elle serait devenue folle, elle la connaissait par cœur, elle et ses extrémités.  « Non, personne ne devrait avoir à subir ça. » Répondit simplement la jeune femme, d’une voix calme. Essayant de rester calme, pour inspirer le calme. Sissi n’avait nullement besoin d’avoir à faire à quelqu’un d’agiter. Avia était quelqu’un d’énergique, d’agité parfois, mais quand elle voyait quelqu’un en peine, elle ne pouvait s’empêcher d’agir avec ce qu’elle savait être un instinct maternel et protecteur. Elle ne connaissait pas Sissi mieux que cela, mais elle faisait partie de la vie des Rackharrow, donc de la sienne.  « Je n’avais pas le droit de toucher à Kenan. Elle s’est sentie piégée et.. j’ai été égoïste. » Tout n’était question que d’un garçon – généralement les plus graves problèmes entre les filles partent de ce principe. Les garçons, Kenan. Cela fit sourire Avia, un regard sincère, elle savait que sortir avec le frère de sa meilleure amie n’était pas la meilleure chose à faire, Circée dans toute sa fragilité et sa violence avait certainement dû mal le prendre, mais elle savait qu’au fond, c’était normal, elle perdait ses repères. « Si nous faisons seulement les choses que nous avions le droit de faire, crois-moi la vie serait d’un ennui mortel. » Répondit-elle, avec une certaine malice. Sa vie à elle était pleine d’interdit, dont un qui l’avait brisé. Son amour pour Vega lui avait coûté ses souvenirs, l’absence de souvenir d’elle l’avait privé de réelles émotions pendant huit ans. Aujourd’hui encore, elle brûlait de cet amour interdit, pourtant elle avait grandi et se perdait à écouter la raison en elle. « Si tu es sincère et honnête, elle comprendra. Dieu sait si elle peut être excessive des fois, mais elle comprendra. Elle n’est pas stupide. » Ajouta-t-elle.

L’idée qu’un homme masqué ai eu de l’attention pour celle qu’elle considérait comme une sœur lui fit froncer les sourcils, un peu comme un maman ours qui souhaite protéger ses petits. Elle se sentait toujours obligé de protéger la jeune femme. Parce qu’elle était plus jeune. Parce qu’elle l’aimait. Parce qu’elle était fragile. Parce qu’elle en avait besoin ; elle voulait savoir, mener l’enquête s’il le fallait.  « L’homme qui a jeté le doloris était près d’un autre.. je n’ai pas vu leurs visages mais celui qui était en retrait, qui a regardé la scène.. il a eu un geste tendre avant de juste.. l’abandonner. »  Quel homme ayant un geste de tendresse pour quelqu’un peu fuir de la sorte, pire encore aux côtés du bourreau de la jeune femme ? « Je ne suis pas très douée pour comprendre et voir les sentiments des autres mais je sais ce que ça veut dire. Une caresse avant de tourner les talons.. et elle, elle ne veut rien dire sans doute parce qu’elle tient à cet homme. J’ai gardé le silence parce que c’est ce qu’elle voulait mais elle a déjà été attaquée, une nuit. Un lycanthrope qui lui a affirmé ne pas avoir voulu lui faire de mal.. » Circée avait perdu la tête. Avia avait ses neurones en fusion. Elle comprenait où Sissi voulait en venir, le loup et cet homme devaient être une seule et même personne. Mais pourquoi vouloir le protéger, Circée ne pouvait tout de même pas être épris de lui ? Parce que c’était un loup garou premièrement, et deuxièmement parce qu’il l’avait abandonné aux côtés de l’homme qui s’en était pris à elle. « Si je trouve ce salopard, je lui fait bouffer sa baguette. » Grommela Avia, furieuse. « On devrait essayer de la faire parler. De… de lui tirer les vers du nez. A deux, on devrait s’en sortir, tirer les choses aux claires. Cet homme doit payer. On est d’accord là-dessus ? » Elle cherchait son approbation. Elle en avait terriblement besoin. Avia avait un esprit de revanche, elle n’avait pas peur de se mettre du sang sur les mains s’il le fallait. Elle avait appris à cesser d’être une enfant.



"I take everything I am feeling, everything that matters to me… I push all of it into my fist, and I fight for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 736 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Dim 5 Juin - 23:17

Two ginger know best.

“A friend is someone who knows all about you and still loves you.” - Elbert Hubbard.

P
ersonne ne devrait avoir à subir ça. Personne ne devrait se retrouver sous une baguette à hurler toute la douleur d’un corps tailladé d’une souffrance invisible et pourtant si palpable ; personne ne devrait se tordre sous les supplices, délices de tortionnaires sans pitié ni regrets. Personne ne devrait, et pourtant Circée subissait les sévices depuis des années, pas de façon régulière mais sa mémoire devait lui rejouer la symphonie lugubre d’un souvenir ancré. Elle avait la raison au bord du gouffre de cette torture ignoble. Doloris, ce sortilège qu’Erzsébet ne savait pas jeter. « Si nous faisons seulement les choses que nous avions le droit de faire, crois-moi la vie serait d’un ennui mortel. » jeu dangereux d’une malice qu’elle perçoit. La rousse observe l’autre, le regard vairon détaillant les traits bienveillants. Il était vrai que la vie ne fut jamais si délectable que depuis que Kenan Rackharrow jouait de ses doigts sur sa peau. L’existence ne l’avait jamais faite autant vibrer que depuis que l’interdit s’y immisçait. « Si tu es sincère et honnête, elle comprendra. Dieu sait si elle peut être excessive des fois, mais elle comprendra. Elle n’est pas stupide. » Peut-être qu’elle aurait pu rire de ce timbre amer dont elle savait si bien faire passer les nuances, mais l’heure n’était pas à la rébellion, Sissi n’avait pas la force de se battre avec Avia sur un sujet pareil, parce que les trois jeunes femmes étaient têtues, chacune à sa façon. Toutes les prières du monde ne suffiraient jamais à prouver sa sincérité aux yeux de Circée, Sissi en était convaincue, parce que la jumelle ne voulait pas choisir, parce que quelque part la Grimstone ne se sentait pas digne. « Ressentir n’est pas mon fort. » a-t-elle soufflé pour seule réponse. Elle était sincère parce qu’auparavant elle ne s’était jamais épanchée sur de quelconques sentiments envers un homme. Elle ne s’était pas affichée avec un quelconque héritier, elle ne s’était pas trouvée fiancée - du moins officiellement - et elle n’avait pas eu d’amourette à Poudlard. Elle avait eu Jonah, doux secret bien gardé. Seulement Jonah, du premier baiser à l’étreinte passionnée. C’était différent mais ça ne servirait pas de justification, personne ne devait savoir pour le Weasley, c’était mieux ainsi, pour le moment.

« Si je trouve ce salopard, je lui fait bouffer sa baguette. » Eclat surpris au fond de l’oeil vert. Avia était une femme expressive, parfois trop pour que la jeune sorcière n’en comprenne les réactions, parfois trop pour qu’elle n’en intègre les joies ou colères, mais cette fois elle n’est pas exclue du ressenti, elle sait pourquoi, elle sait que c’est une façon normale de s’exprimer dans de telles circonstances. « A deux, on devrait s’en sortir, tirer les choses aux claires. Cet homme doit payer. On est d’accord là-dessus ? » Un hochement de tête de Sissi qui tourne ensuite son attention sur cette porte qu’elle n’était encore jamais parvenue à ouvrir. Il va falloir le faire. Il va falloir la passer, pour le bien de Circée mais pour le sien également dont le coeur est à l’agonie de ces foutues litanies coupables. Pas de gloire à se noyer dans l’ivresse de la magie si aucune formule ne peut rendre à l’amie tant aimée une ombre de normalité.

Trois coups secs contre la surface trop dure, trop froide, si impersonnelles. Trois coups pour signaler une présence, pour prévenir d’une entrée. Trois coups pour ne pas surprendre la patientes aux réactions potentiellement disproportionnées. Pas de recul possible. Sissi choisit d’entrer la première, défiant sa propre angoisse, la peur qui ronge de se trouver encore déçue, encore blessée, toujours incapable de communiquer. Il n’y avait pas de supériorité face à la folie, à la maladie, à la douleur, humanité victime de tous les mots qui peut sombrer à tout moment, sang bleu, sang pur ou sans dit souillé. Circée était certes une Rackharrow mais elle n’en était pas moins prisonnière de ces murs trop clairs. Elle n’avait pas besoin que sa (ex?) meilleure amie fasse sombrer le calme dans le chaos. Pourtant Erzsébet n’était pas prête à courber l’échine devant la violence ou les reproches. Avia leur avait donné un objectif, elles l’atteindraient, ensemble, quitte à devoir lutter contre l’incohérence. « Bonjour, Circée. » Deux mots qui jaugent la température, qui cernent l’atmosphère. Enterrerait-elle la hache de guerre ?

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Mar 14 Juin - 13:30

Two Ginger know best

Avia, Erzsébet & Circée

Des journées qui n’en finissent plus, c’était devenu son lot quotidien, des journées à n’en plus finir à regarder par la fenêtre. Elle n’avait pas la patience de lire trop longtemps, comme si depuis cet évènement sa patience atteignait plus rapidement ses limites. La petite serdaigle férue de livre qu’elle avait été était maintenant mise à rude épreuve, ce calme qui l’avait habité quand elle était entrée  à l’école de sorcellerie semblait être bien loin, étranger. La colère, la violence, la peine, cette irrépressible envie de tout casser, c’était ce qui restait maintenant. Elle était incapable de se tenir devant un miroir, chaque toilette dans la salle de bain se faisait en présence d’un soignant, si bien que la dernière fois elle avait brisé le miroir d’un coup de poing, ne supportant pas de voir cette folle dans le reflet. C’était l’enfermement qui la rendait folle, encore plus qu’elle ne l’était. Elle le savait, se languissant de ce jour où on daignerait enfin la laisser sortir, et respirer. Ici, elle avait le souffle court, cette odeur aseptisée dans les narines, lui donnant parfois la nausée. Elle n’avait que très peu de visite ; Son père bien sûr, Kenan aussi mais elle faisait mine de s’en foutre préférant ne pas avoir à parler, Alastar aussi, et bien sûr Avia qui apporta sa légendaire bonne humeur jusqu’ici. Mais dés lors, une personne manquait à l’appel : la lâcheté d’après Circée, ni plus ni moins.

Un t-shirt blanc un peu large, une sorte de jogging noir également large, Circée n’était pas au comble de l’élégance. Pas du tout même, elle était une malade assise en tailleur sur son lit. Un magazine de sorcière hebdo sur les genoux, si elle arrivait à lire ces salades, c’était que l’ennui était à son comble. Elle s’était retenue de pouffer dans la lecture du courrier des lectrices et des problèmes de cœur de celles-ci. Chaque fille à ses soucis, mais de là à les étaler dans un magazine. Quelle drôle d’idée. Circée était un roc ce sentiment et d’émotion, ce genre de fille qui garde tout pour elle, jusqu’à ce que la pression lâche, subitement telle une tempête. Car elle était ainsi, imprévisible et violente, une vraie tempête. Quand on frappa à sa porte, trois coups, elle releva ses yeux noisettes vers celle-ci, voyant alors la poignée s’actionné. Elle ne voulait voir que des visages familiers.  Un visage familier, c’était tout ce qu’elle demandait, et pas une de ses maudites infirmières qui venaient s’assurer sur ses bandages aux mains étaient en place. Depuis l’entrevue avec Skander, ses paumes étaient marquées par ses propres ongles, le coup de poing dans le visage du monstre lui avait alors brisé quelques phalanges réparées par la magie du soin. Mais elle était sous surveillance constante. La porte s’ouvrit laissant alors entrer une, puis deux rousses. Une revenante et une constante.

La grande absente entra la première, une revenante. Si son frère n’avait pas été comme il l’était, Circée aurait pu la croire morte, incapable de montrer un signe de vie. Elle était rancunière la plus jeune des Rackharrow, très rancunière.  « Bonjour, Circée. » Circée ne la lâche pas des yeux, sans pour autant lui répondre un « bonjour », elle était ainsi. Entière, trop souvent. Elle referme alors son magazine, détournant son regard de la rousse qui à son âge pour le poser sur Avia. L’autre rousse. Celle qu’elle connaissait depuis toujours, cette rousse qui avait toujours fait partie de sa vie. Ses lèvres laissent alors un sourire se dessiner quand elle croise son regard ; Avia a toujours eut ce côté maternel qui lui avait toujours manqué. Toujours. La petite brune Rackharrow décroisa ses jambes pour se mettre debout sur celle-ci s’appuyant sur ses mains encore bandées. Ses jambes la portaient – physiquement elle allait bien, moralement, c’était bien plus problématique. Elle fit quelques pas dans leur direction, puis ignora alors royalement Sissi, faisant un pas de plus dans la direction d’Avia, enlaçant la rousse dans ses bras. Ces visages familiers qu’on apprécie, ceux qui sont comme un phare dans un océan obscur.

Parler n’était pas son fort, pas avant, et encore moins depuis le bal. Comme si le sortilège de doloris avait endolori ses cordes vocales, paralysées. Un maigre sourire sur ses lèvres, elle se décolle d’Avia. Elle n’était pas experte en étreinte physique mais Avia était l’une des rares personnes à avoir ce privilège, comme ce lien qui les unissait depuis près d’une vingtaine d’année maintenant. Avia faisait partie de la famille, et aussi énervée puisse-t-elle avoir été contre elle vis-à-vis de son supposé mariage avec son oncle, ce n’était pas important. Cela n’avait jamais été plus important que ce lien. De retour sur ses deux jambes, elle tourne la tête vers son amie. La mixité des sentiments. Être heureuse de voir son amie, être toujours obstinément à lui en vouloir. « T’es encore en vie toi ? » Sa voix claquant dans l’air, comme pour lui rappeler son absence. Elle l’avait remarqué, qui ne l’avait pas remarqué.Quand elle regarda Sissi, son visage se fait plus dur, perdant de son sourire. Ses poings se serrent.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Gallifreys aka Lexxie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/04/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 659 hiboux. J’incarne : Holland - la rouquine - Roden , et l’avatar que je porte a été créé par : un créateur de bazzart, merci . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Astra Black, Gideon Peverell, Skander Lupin. Je parle en : #??????



Je suis âgé de : 27 années brisée , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : prisonnière des mangemorts, ils tentent de m'exploiter pour mon don. Quand comprendront-ils enfin que je ne contrôle rien, qu'ils m'achèvent je n'en peux plus. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est plutôt complexe, je suis complètement perdue.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Sam 18 Juin - 13:38









TWO GINGER KNOW BEST.
"Circée rackharrow, Erzsebèt Grimestone & Avia Spudmore"



AVRIL 1990 - STE MANGOUSTE

Être deux pour tenter de parler à Circée, ça ne serait pas être de trop. Avia doutait même que cela suffise, la petite Brune Rackharrow avait un mauvais caractère, et plus de volonté qu'Avia pensait en avoir. Si elle avait vécu ce qu'avait vécu Circée enfant le jour de la Purge, elle n'était pas certaine qu'elle y aurait survécu, elle aurait été certaine que la douleur insupportable l'aurait conduite au bord du gouffre, et elle aurait sauté. Préférant mettre fin à ses jours que de se voir perdre la raison. Elle était sur l a ligne, continuellement, depuis la mort de sa fille, la seule chose qui l'avait empêcher de sombrer, qui l'avait empêcher de ne pas tenir, c'était la famille, tant celle du sang que les Rackharrow. Mais sa conception de la famille avait sérieusement été ébranlée quand elle s'était souvenue. Quand elle s'était souvenue que son propre père lui avait effacé la mémoire le jour de la Purge pour qu'elle oublie à jamais l'amour de sa vie, Vega. La famille fait parfois des choix pour nous n'approuvons pas. Circée aussi faisait ses choix, et d'après les dires de la rousse, elle semblait faire les mauvais. Fréquenter quelqu'un qui l'abandonnait en plein chaos, manquer de se faire manger par un loup garou - cela faisait beaucoup de mauvais choix, pour un peu qu'il ne s'agisse que d'une seule et même personne. On n'a jamais assez de deux personnes pour tenter de convaincre l'entêtée.

Elle est satisfaite de voir la rousse qui l'accompagne prendre les devants et entrer la première. Elle était craintive, cela se voyait, elle le portait sur elle. Mais Avia savait ce que c'était d'avoir peur - pas personnellement. Elle était toujours très téméraire, toujours très sûre d'elle en apparence, toujours joviale et avenante. Une façade qu'elle préservait, alors que parfois à la place sourire sagement comme une parfaite sang pure, elle avait juste envie d'exploser. C'est donc Sissi qui entra la première articulant, « Bonjour, Circée. » Avia laissa alors un sourire se dessiner sur ses lèvres, rassurant, apaisant, rempli de douceur. Circée semblait être en un seul morceau depuis sa dernière visite, sauf si l'on regardait ses bandages sur les mains, comme ceux de quelqu'un qui s'était battu, ou quelqu'un qui s'était fait du mal. Avia réussi à cacher son inquiétude, un moment. Pourtant mille questions trottaient dans sa tête. Si Sissi n'avait pas été là, elle serait rentrer dans le vif du sujet directement, mais les deux amies avaient besoin de se retrouver, de briser la glace. Circée se leva alors ignorant en beauté la rousse à ses côtés pour se jeter dans les bras d'Avia, toujours muette. Elle caressa brièvement ses cheveux maternelle, murmurant à mi-voix, juste pour elle , « Bonjour. » La brune plus grande qu'elle se décolle alors, et le visage de la rousse est rassurant, maternel. Elle a l'air d'aller bien, juste l'air. Elle sait qu'au fond, rien n'est moins certain. Puis, Circée se tourne vers son amie, et dit froidement, « T’es encore en vie toi ? » La tâche s'annonce ardue.

La division semblait totale entre les deux amies. C'était le genre de situation qui faisait mal à Avia, elle n'avait plus sa meilleure amie depuis quelques temps déjà, elle avait perdue l'amitié de quelqu'un avec les années, et voir les deux se regarder en chien de faïence de la sorte, c'était triste. Circée n'avait pas le droit de lui parler de la sorte, tout comme Sissi n'avait pas eu le droit de sortir avec son frère s'en en informer sa soeur au préalable. Chacune avait ses tords, chacune ses raisons. « Circée, sois un peu respectueuse. » Avia fut incapable de retenir ses mots, et sa voix un peu autoritaire. Cette autorité qu'elle ne pourrait jamais avoir sur sa propre fille, elle la reportait sur Circée. Il fallait qu'elle ai quelqu'un à materner, cela avait toujours été elle. Elle n'avait pas envie de changer. « Arrête d'agir comme une enfant. » La rousse parvenait difficilement à cacher l'énervement. Le comportement de Circée couplé avec ce que lui avait dit la rousse avant d'entrer. La tornade rousse parvenait à peine à ne pas entrer directement dans le vif du sujet. Elle voulait calmer le jeu, enfin... Calmer le ton, tout en donnant à Sissi un moyen de rebondir. «Erzsébet a fait l'effort de venir te voir, tandis que d'autre t'abandonnent lâchement. »Une perche - que dis-je un tronc d’arbre lancé à l'autre rousse.


"I take everything I am feeling, everything that matters to me… I push all of it into my fist, and I fight for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 736 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Sam 18 Juin - 20:11

Two ginger know best.

“A friend is someone who knows all about you and still loves you.” - Elbert Hubbard.

L
’ignorance est le plus grand des mépris, dit-on, et le silence est d’or. Bras croisés, Sissi préfère passer sur la situation, sans un mot, se répétant que Circée n’est pas exactement dans son état normal et que ça n’est pas le moment idéal pour lui tenir rancune. Qui plus est, elle n’aurait pas été très à l’aise avec un câlin ou toute autre manifestation physique d’affection ; tout ceci l’arrangeait donc plutôt bien. Elle se serait soumise au caprice du mutisme, elle aurait accepté de faire partie du décor de façon négligeable. A vrai dire, il aurait même été souhaitable que la brune ne lui adresse pas un mot, pour le bien de ce qu’il semblait rester de leur amitié. « T’es encore en vie toi ? » Game over. Le mieux était de se taire, de ravaler sa fierté, de jauger les dégâts potentiels, sans répliquer. Ne pas cracher le venin de l’amertume était ce qu’il y avait de plus raisonnable.. mais raisonnable était-il le qualificatif adéquat en ce qui concernait Erzsébet ? Pas vraiment. « Excuse-moi Circée, ton frère n’était pas enthousiaste à l’idée de me laisser mourir dans les flammes, je suis donc forcée de vivre. Pas que ça m’enchante, soit dit en passant. » Sarcasme criard. Elle n’était pas suicidaire et ce qu’elle vivait ces derniers temps égayait un peu le prisme du passé, elle avait trouvé autre chose que la magie noire comme passion, elle avait cessé de s’enfermer dans la froideur ou l’absence émotionnelle - pourquoi, au final ? Laisser les plumes de leur amitié aux vautours de la rancoeur ? Elle s’en voulait certes terriblement de ne pas avoir pu protéger son amie mais elle ne comptait pas se laisser écraser les escarpins par la lucidité aléatoire de Circée. Chacune sa dose de folie, tant pis.

Elle était à deux doigt de tourner les talons, de faire demi-tour et de se jurer de ne plus jamais revenir. Elle s’est ravisée, ça n’était ni l’endroit ni le jour de faire un caprice de tous les diables. De son point de vue, Sissi n’avait pas à se sentir mal d’avoir attendu trois jours pour annoncer à son amie qu’elle avait malencontreusement basculé de la haine à l’attirance avec Kenan. Elle n’avait pas non plus à se ronger les sang de l’avoir avoué avec la maladresse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine - après tout, on ne pouvait pas s’attendre à mieux, chacun ses failles. « Circée, sois un peu respectueuse. » Un sourcil haussé. La rousse n’attendait pas particulièrement de respect, simplement un minimum de gentillesse ou d’hypocrisie dosée, ça lui aurait suffi. Le respect ne venait qu’avec le temps, jamais après une trahison, ou quoique ce soit vécu comme tel. « Arrête d'agir comme une enfant. » L’autorité dont Avia faisait preuve avait de quoi surprendre. Elle lui semblait pourtant bien jeune, du moins pas bien plus vieille que les deux autres jeunes femmes, et son assurance comme le ton de sa voix laissaient presque supposer qu’elle avait vécu deux vies. «Erzsébet a fait l'effort de venir te voir, tandis que d'autre t'abandonnent lâchement. » Le peuplier complet tendu par Avia ne tombe pas dans l’oreille d’une sourde. « Navrée de ne pas avoir anticipé le baiser avec Kenan. » Une façon comme une autre de s’excuser, pas totalement la plus douce, pas la plus abrupte non plus. « mais tu t’es aussi bien gardée de m’avouer que tu as un homme dans ta vie. On est quitte, tu ne crois pas ? » Finalement, c’est peut-être la forêt complète qu’elle venait de déraciner. Ca n’était pas la méthode la plus subtile, cependant Circée ne pourrait pas prétendre ne pas avoir compris. Pas cette fois. « Un véritable gentleman, de ce que j’en sais. » Le sourire se veut doux. Elle n’en pense pas un mot, pourtant. Elle a encore l’image de ce type qui ne la défend pas, qui part en ne laissant qu’une caresse sur la joue de la jeune femme, qui ne l’aide même pas. Qu’elle soit bien entourée ne lui avait pas donné le droit de la laisser ainsi, sans se retourner. C’était forcément lui. C’était forcément plus qu’un ami.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA   Dim 10 Juil - 19:52

Two Ginger know best

Avia, Erzsébet & Circée

Ravie de voir l’une, anxieuse de faire face à l’autre. Elle connaissait ces deux femmes depuis tant d’années maintenant. Avia depuis aussi loin qu’elle s’en souvienne, et même au-delà. Elles s’étaient vue grandir, souffrir mutuellement. Elle s’était rapproché d’elle quand celle-ci avait perdu sa fille, ce petit bout de chou à la chevelure aussi enflammé que celle de sa mère, avec le même caractère impétueux que Circée avait affectionné comme si s’était sa nièce la première seconde où elle l’avait vu. Son amie, celle qu’elle avait toujours considéré comme quelqu’un de son propre sang était alors descendue aux enfers à la perte de sa fille, l’instable Circée avait été incapable de faire quoi que ce soit, gérer ses émotions était déjà un défi pour elle, alors tenter d’être présente pour quelqu’un était encore plus compliqué. Puis il y avait Sissi, l’amie de longue date dont elle ne digérait pas la « trahison ». Ou était-ce un abandon ? Circée n’était pas capable de répondre à cette question. Elle lui en voulait encore, et n’arrivait pas à se défaire de ce sentiment. Son amie, et son frère  ensemble. Cette phrase sonnait encore terriblement faux dans son esprit. « Excuse-moi Circée, ton frère n’était pas enthousiaste à l’idée de me laisser mourir dans les flammes, je suis donc forcée de vivre. Pas que ça m’enchante, soit dit en passant. » Circée esquissa un sourire narquois. « Dommage. » Maugréa-t-elle à mi-voix assez faiblement pour qu’elle seule puisse l’entendre.

Avant que les choses ne puissent dégénérer, Avia intevint alors, comme une maman lorsque deux enfants se disputent. Elle est sans doute l’une des seules personnes dont la petite brune Rackharrow supporte l’autorité, l’accepte. Parce qu’elle faisait partie de sa famille en quelque sorte, même si quand elle avait appris les fiançailles de son oncle avec elle, elle lui en avait voulu, avant de comprendre qu’elle ne voulait pas de tout cela.  « Circée, sois un peu respectueuse. »  La brune laissa alors un petit rire contrarié s’échapper de ses lèvres. Elle n’avait pas envie, elle n’avait plus envie de perdre sa vie avec le respect. Elle s’était vue mourir de douleur lors de ce bal – une fois encore, elle était lasse de faire ce qu’on attendait d’elle. « Arrête d'agir comme une enfant. »  Une enfant : voilà bien des années qu’elle n’était plus enfant. Poussée à grandir brutalement à cause de la Purge, il y avait un fossé immense entre elle et son enfance. Elle était devenue soucieuse de la vie bien trop vite, évitant les étapes importantes de sa vie. Celles qui auraient dû lui permettre de se construire comme une jeune femme normale. « Erzsébet a fait l'effort de venir te voir, tandis que d'autre t'abandonnent lâchement. »  Elle n’a rien le temps de dire que la seconde rousse enchaine, sans transition. « Navrée de ne pas avoir anticipé le baiser avec Kenan. »  Un nouveau rire et un sourire narquois sur les lèvres, si seulement il ne s’agissait que de cela. Elle n’avait pas prévu la chute de leur amitié non plus. Rancunière, elle l’était. Elle n’avait pas prévu la suite de la phrase, certainement pas. « mais tu t’es aussi bien gardée de m’avouer que tu as un homme dans ta vie. On est quitte, tu ne crois pas ? »  Elle était à mille lieues de tout savoir. A des kilomètres. « Un véritable gentleman, de ce que j’en sais. » Peut-être, mais fuir, c’est peut être parfois la bonne chose à faire.

Elle n’avait rien prévu de sa relation avec Lothar – pouvait-elle parlé de relation ? Ils n’avaient rien partagé, si ce n’était une amitié étrange et complexe à travers les années. Seul Arès – un de ses plus proches amis – avait eu l’occasion de le croiser et avait tout de suite émis des doutes à son sujet, elle avait donc renoncé à partager son amitié avec quelqu’un d’autres. Elle était faible et refusait d’affronter les autres, depuis trop longtemps déjà. Certes, il l’avait abandonné le soir du bal mais parce qu’il le fallait – parce que cela semblait être la seule chose logique. Son père l’aurait tué s’il l’avait vu en sa compagnie, et Circée aurait refusé de le lâcher. Elle ne se doutait pas une seconde de l’implication de Lothar et de son frère dans l’Ordre du Phénix, elle l’apprendrait quelque jour plus tard, feuilletant la gazette et découvrant le visage de Skander Lupin – leader de l’Ordre du Phénix dont la tête était à prix, comme celle des noms suivants : Aries Lupin, Lothar Lupin.  Son geste n’aurait à ce moment-là rien de lâche, juste une preuve de bon sens. Son geste n’aurait à ce moment-là rien de lâche, juste une preuve de bon sens. « Tu as fait preuve de tellement de bonne manière en te faisant mon frère que ta décence parait si fausse. » Lâche-t-elle, sachant que ses mots sont capables de faire des dégâts car les mœurs et son amie sont une longue histoire. « Il y a tellement de chose que tu ne sais pas sur moi, c’est la preuve que notre amitié était factice. » Elle martèle ces mots, un sourire figé sur ses lèvres. « Il n’y a pas d’homme dans ma vie, juste un ami qui m’est cher, et qui a pris la bonne décision. » Lâche-t-elle alors. Froidement. « Il n’y a qu’une personne qui m’a abandonné et ce n’est pas lui. » Elle fixe Sissi, à la fois froide et au bord des larmes. Circée était toujours froide, mais tiraillé par son amitié. Elle avait beau prétendre ne pas l’aimer, prétendre lui en vouloir, elle l’était sa seule amie. Il y avait Avia, mais Avia, c’était la famille. Sissi, c’était autre chose.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
 

TWO GINGER KNOW BEST. + CIRCEE/ERESEBET/AVIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mon amie...[ginger]
» Les pires histoires sont des histoires de famille ▬ Ginger
» Des Cendres et des Os. [Ginger][Abéli][Nich']
» Ginger Gracker, une nouvelle un peu particulière;p
» Ginger ou Arald

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Sainte Mangouste-