Partagez | 
 
-(CIRCEE) ≤ « Sorry. »-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 734 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: (CIRCEE) ≤ « Sorry. »   Sam 26 Mar - 23:30

Sorry.
« Three may keep a secret, if two of them are dead. » - Benjamin Franklin, Poor Richard's Almanack

P
lusieurs jours écoulés, euphorie envoûtante qui s’efface doucement, apaise la flamme, endort les sens. Erzsébet n’avait pas vu Circée depuis le soir où elle s’était endormie ivre, après lui avoir avoué, sous l’effet de l’alcool, qu’un loup-garou avait manqué la dévorer. Tout s’était déroulé trop vite autour d’elle pour qu’elle puisse revenir, pour qu’elle réalise qu’au-delà de son tout nouveau bonheur, il y avait encore de la vie, il y avait son amie un peu délaissée. Elle ne savait surtout pas comment s’y prendre pour exprimer le changement dans sa relation avec Kenan. Comment le pourrait-elle ? Il était le jumeau, le frère, celui qu’elle avait toujours pris soin de détester et brusquement, c’était avec lui qu’elle passait le plus clair de son temps. Comme si une faille temporelle s’était installée dans leur espace, comme si tout s’était brutalement renversé, sans raison. Une raison, il y en avait pourtant une : manquer mourir dans ses bras avait révélé le fond de leurs sentiments respectifs, trop enfouis. Les aveux, les masques qui tombent. Elle l’avait laissé rejoindre les siens pour l’anniversaire de Lachlan, ça lui avait permis de réfléchir, de peser le pour et le contre puis de se dire qu’il valait mieux assumer.

Kenan lui a ouvert la porte de la demeure familiale, sans doute aussi conscient qu’elle de ce qu’elle venait faire, après leur journée de travail. Peut-être se verraient-ils plus tard, si les choses ne prenaient pas une tournure catastrophique. « Je.. ta soeur est en haut, je suppose ? » Pas besoin de plus de mots. Un regard échangé avant qu’elle ne monte les escaliers pour rejoindre la chambre de Circée. Est-ce qu’elle allait lui en vouloir ? Lui faire des reproches ? La lèvre inférieure est mordillée tandis qu’elle prend le soin de toquer.

Elle aurait voulu partir, finalement. S’éclipser, s’évaporer, ne plus avoir à croiser le regard de cette amie à qui, jusque là, elle n’avait jamais rien caché de vital si ce n’était sa relation avec Ludwig - et encore, à l’origine, elle avait prévu de tout lui révéler. C’était presque aussi éprouvant que regarder Irvin dans les yeux comme si rien n’avait changé, comme si elle n’avait pas envie de se liquéfier de terreur à l’idée qu’il puisse lire dans son esprit. Une petite moue s’esquisse lorsque Circée lui ouvre la porte - trop vite à son goût, elle était bien trop loin dans ses pensées. « Je te dérange.. ? Il faudrait qu’on parle.. »

Belle entrée en matière, bravo. Après une telle absence, elle allait être ravie de l’enthousiasme dégagé par Erzsébet, à coup sûr. « Ecoute je.. vais faire vite. Sinon je vais prendre la fuite et tu vas me déclarer folle. Donc je.. euh.. » Balbutier. Comme si balbutier était généralement son genre. Elle allait finir par hyperventiler et lui faire une crise à en tomber dans les escaliers. « Je sors avec ton frère.. enfin c'est plus ou moins le mot. Voilà. Autant pas te faire perdre plus de temps. » Pour ne pas dire je couche avec, d’ailleurs. A chercher à s’en aller le plus vite possible, elle a manquer se prendre les pieds dans.. elle n’a même pas vu quoi, en fait, et s’est rattrapée de justesse au mur, ainsi forcée de s’arrêter. Kenan était certainement hilare dans un coin. Et Circée allait officiellement l’interner. « Courage n’est pas mon second prénom, je plaide coupable.. » lui a-t-elle soufflé en pivotant pour lui faire à nouveau face. Elle en était presque à attendre une gifle ou un débordement d'instinct protecteur. Et si Circée prenait réellement cela comme une trahison ?

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (CIRCEE) ≤ « Sorry. »   Lun 28 Mar - 0:43

THREE MAY KEEP A SECRET, IF TWO OF THEM ARE DEAD.+
Erzsébet Grimstone & Circée Rackharrow

Elle avait eu une sacré gueule de bois le lendemain, une sacrée. Elle savait que boire donnait la gueule de bois, pourtant, elle en avait eu besoin, comme si cela avait été une sorte d’exutoire. Circée avait un tempérament assez instable et dangereux des fois, souvent. Elle s’était réveillée avec l’affreuse sensation d’en avoir trop dit, subjuguée par les effets de l’alcool. Et si Sissi rapportait qu’elle avait manqué d’être dévorée par un loup garou, qu’arriverait-il à Lothar ? Bien sûr, il faudrait encore faire le rapprochement, mais Circée serait rapidement interrogée à ce sujet. En parlant de cela à Sissi, elle avait l’impression de trahir le secret de Lothar, mais pourquoi diable avait-elle tant de remord à trahir celui qui avait manqué de la dévoré, pire de la transformer à son tour en loup garou ? Peut-être parce qu’il était son ami, il l’était avant tout cela. Les jours avaient passé très vite, sans que personne n’évoque son escapade nocturne durant une nuit de pleine lune ou le drame qui avait failli s’en suivre, sans que son père n’apprenne qu’elle avait de l’alcool dans sa chambre, sans même croisé son amie. Avait-elle fait quelque chose de mal ? Un rien poussait Circée à douter, un rien. Lui avait-elle dit quelque chose de méchant alors qu’elle était ivre ? Elle avait cette tendance à douter de tout, de tout le monde, et surtout d’elle-même ; une fois que le doute était semé, il germait, et poussait la sorcière dans les extrêmes.

Elle était installée sur son lit – des livres ouverts un peu partout. Elle étudiait la magie noire, pour essayer de créer un objet pour l’un de ses clients à partir d’une chandelle espérant que tout ceci fonctionne sur le principe d’un micro et caméra moldu, mais ce n’était pas gagné. La chandelle par terre à l’autre bout de la chambre pouvait en témoigné, rageuse de ne pas y parvenir, Circée l’avait jeté au travers de la pièce. Elle poussa un soupire, espérant y parvenir, quand soudain, on toqua à sa porte. Elle se leva rapidement, prête à envoyer paitre son frère, ou son père s’ils venaient la déranger pour des sornettes ou des conneries. Elle avait du boulot sur la planche. Elle traversa alors son lit, enjambant les livres et le matériel qui s’y trouvait. Elle atteignit rapidement la porte, mais ce fut son amie qui se trouvait derrière, et non pas l’un des hommes de la maison. Elle lui adressa un petit sourire, elle était contente de la voir. Jusqu’à ce qu’elle dise : « Je te dérange.. ? Il faudrait qu’on parle.. »  Parler ? Cela sonnait comme une mauvaise nouvelle. Circée était assez sceptique sur ce silence radio pour se douter que rien de bon ne pouvait découler. Elle hocha alors la tête de haut en bas, comme si elle ne pouvait pas refuser.  « Ecoute je.. vais faire vite. Sinon je vais prendre la fuite et tu vas me déclarer folle. Donc je.. euh.. » De pire en pire. « Je sors avec ton frère.. enfin c'est plus ou moins le mot. Voilà. Autant pas te faire perdre plus de temps. » Circée resta alors muette. Totalement muette, sonnée, le bec cloué. Elle regardait la jeune femme faire demi-tour comme si elle avait envie de partir tout de suite, c’était fait, c’était lâché, et voilà elle s’en allait. L’air de rien. Elle manqua de tomber, ce qui habituellement aurait fait rire la sorcière qui se serait gentiment moqué d’elle, mais elle n’e fit rien, restant de marbre, muette.  « Courage n’est pas mon second prénom, je plaide coupable.. » Dit-elle alors, faisant de nouveau face à son amie, enfin, amie.

Elle était dans l’encadrement de la porte, la main toujours posée sur la poignée. Elle était restée immobile, ne sachant pas comment prendre cette ‘annonce’ c’était pour cette raison qu’elle était restée invisible et muette tout ce temps ? Laissant son amie douté dans son coin – c’était évident quand elle y songeait. Ils ne pouvaient pas se supporter, et ce soir-là, ils se taquinaient aisément sans se lancer de vacheries odieuses. Depuis combien de temps tenait-il Circée en dehors de tout ça ? Elle avait les yeux fixé sur le tapis qui avait manqué de faire trébucher la sorcière, quand soudain elle leva ses prunelles vers son amie, le regard assez froid. C’était son frère, son jumeau, sa moitié – il avait toujours été là pour elle. Bien sûr, il avait déjà eu des « petites amies », mais Circée n’en appréciait aucune, voilà qu’il s’en allait avec sa seule amie. Le choc était rude, réalisant qu’elle était devenue la troisième roue d’un carrosse qui n’avait pas besoin d’elle. Circée était silencieuse, cherchant ses mots. « Plus ou moins, vous baisez en somme. » Dit alors la jeune femme, assez froidement et plutôt sèchement d’ailleurs. Elle était sèche ne sachant pas comment réagir à ‘ça’, cette annonce étrange. Quoi dire de plus ? Elle n’était pas certaine de vouloir en savoir plus, ni même certaine de vouloir ajouter quoi que ce soit. Soit, ils baisaient – Sissi était donc moins farouche et moins prude qu’elle voulait tant le faire croire. « Comme tu dis, j’ai pas de temps à perdre, je travaille. » dit-elle, essayant de mettre un terme à cette conversation. Elle n’avait pas envie de parler, pas après ça. Elle était contente dans le fond que Sissi ai trouvé Kenan, et que Kenan ai enfin trouvé une fille bien, mais elle n’arrivait pas à s’en réjouir.

Elle allait fermer la porte, avant d’ajouter, un peu à fleur de peau : « Ça fait combien de temps que vous me mentez ? Déjà l’autre soir vous m’avez mené en bateau. » Elle laissa échapper un petit rire nerveux, « Forcément, de toute façon Circée est tellement folle qu’elle n’y verra rien. » Son rire était nerveux. Très nerveux, mais elle ne savait pas comment réagir être contente, être furieuse, rien n’était facile avec elle, tout était compliquée. Circée était une fille compliquée, instable émotionnellement et psychologiquement ce que les gens avaient tendance à oublier facilement.


Dernière édition par Circée Rackharrow le Lun 28 Mar - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 734 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: (CIRCEE) ≤ « Sorry. »   Lun 28 Mar - 12:46

Sorry.
« Three may keep a secret, if two of them are dead. » - Benjamin Franklin, Poor Richard's Almanack

I
l n’y a plus de quoi rire. Si Erzsébet ne s’était pas montrée des plus délicates, Circée la surpassait très largement. « Plus ou moins, vous baisez en somme. » Les mots sont froids et durs. La rouquine n’a pas eu le temps d’intérioriser, de digérer les paroles pour en tirer une réflexion calme et polie. Le jugement est sévère, si bien qu’elle a presque envie de claquer la porte de la maison Rackharrow pour ne plus jamais y mettre les pieds. Elle voit bien dans les yeux de Circée le fond d’une pensée qui lui déplait. Sissi n’était pas la jeune femme la plus sûre d’elle de ce pays, elle doutait même plus que de raison et son talent résidait dans une assurance feinte drapée de glace. Elle n’était pas parfaite, et alors ? Oui, elle avait cédé à Kenan mais, pour satisfaire son amie, devrait-elle rester chaste jusqu’à un mariage de convenance ? Elle était fort mal placée, celle qui refusait d’entendre parler d’alliances. Le froncement de sourcils est la seule réaction que Sissi offre, blessée mais n’en montrant rien. « Comme tu dis, j’ai pas de temps à perdre, je travaille. » C’était comme se faire virer après des années de bons et loyaux services. La porte allait même se refermer, sans autre forme de discussion, laissant la sorcière sonnée par une telle attitude. Evidemment, elle ne s’attendait pas à ce que la soeur jumelle se réjouisse mais le rejet est douloureux. « Ça fait combien de temps que vous me mentez ? Déjà l’autre soir vous m’avez mené en bateau. »

Mouvement de recul. C’est ainsi qu’elle le prend ? La colère monte sans qu’un seul mot ne s’extirpe d’entre les lèvres de Sissi qui s’accroche, toute idiote qu’elle est, au respect qu’elle doit au maître de maison et à ses enfants. « Forcément, de toute façon Circée est tellement folle qu’elle n’y verra rien. » C’est trop. Peut-être que le rire est nerveux chez la brune mais ce qui assombrit le regard de la rousse est mauvais signe - heureusement Daksha n’était-il pas avec elle, les dégâts auraient été nombreux. « Que ce soit clair, Circée, si je ne faisais que baiser avec ton frère, je ne prendrais simplement pas la peine de t’en parler, je le ferais, point. » Autant dire qu’elle était furieuse. Il fallait faire sortir Sissi de ses gongs avant que la moindre vulgarité ne sorte de sa bouche. En l’occurrence, il semblait plutôt clair qu’elle ne comptait pas laisser son amie lui jouer la tragédie du siècle. « Il n’y a rien pour décrire cette relation parce que, que tu le veuilles ou non, vous finirez mariés sans autre forme de procès et vous n’aurez pas le choix. Donc je me tape ton frère si je veux, jusqu’à ce qu’il ait une alliance au doigt. C’est mieux dit comme ça ? » Elle tente de se contenir mais elle a une difficulté monstre à accepter qu’elle puisse lui déblatérer des absurdités pareilles. Remettre la folie sur le tapis, qui plus est.

« Et tu es terriblement injuste ! Est-ce que je t’ai une seule fois fait sentir que tu étais folle ? Est-ce que Kenan a fait défaut à son rôle, Circée ? On a toujours été là ! On a été là quand il n’y avait plus personne et on ne t’a jamais jugée. » Visiblement la réciproque n’était pas vraie. Croisant les bras, elle soutient le regard de celle qu’elle craint de perdre, même si elle n’en dit rien. « Pourquoi est-ce que je devrais me justifier ? Tu ne veux pas entendre de toute manière. Pense ce que tu veux, je m’en fiche, mais ton frère ne t’a pas menée en bateau, ça a seulement.. changé entre nous. » Amertume sifflante dans la voix, elle pivote et descend les escaliers, préférant s’éloigner de cet endroit avant que ça ne dérape plus. Circée n’avait visiblement plus besoin d’elle. Et elle ne tenait pas à un affrontement qui affaiblirait leur stabilité à toute les deux.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (CIRCEE) ≤ « Sorry. »   Lun 28 Mar - 23:25

THREE MAY KEEP A SECRET, IF TWO OF THEM ARE DEAD.+
Erzsébet Grimstone & Circée Rackharrow

Elle était énervée mais pas comme elle l’était habituellement. Ce n’était pas l’annonce du fait que son frère pouvait coucher avec elle qui l’ennuyait, ou qu’elle soit sensé être son amie. Non, c’était la façon et la manière de dire les choses qui était blessante. Circée n’avait pas l’impression d’être un tyran, mais elle réalisait que sa soit disant amie craignait sa réaction car elle lui jeta cette information ainsi, sans gants – vite fait, et très mal fait d’ailleurs.  Sur le coup, c’était blessant – mais elle savait qu’ils avaient le droit de coucher avec qui bon leur semblait, elle agissait de même, ne se souciant pas de leur avis. Sa vie privée était son jardin secret, elle ne se souvenait même pas d’avoir parlé à Erzsébet de sa relation plus ou moins longue durée avec un sorcier qui s’était terminé l’année dernière. Mais si ça avait été un des frères de la jeune femme, nulle doute qu’elle aurait été informée aussitôt, c’était nature, et une question de confiance mutuelle.

« Que ce soit clair, Circée, si je ne faisais que baiser avec ton frère, je ne prendrais simplement pas la peine de t’en parler, je le ferais, point. » Elle s’en fichait – la question n’était pas là. Elle se fichait de savoir qui baisait qui et pourquoi. Elle se disait juste qu’elle avait été le dindon de la farce en étant pas au courant. « Il n’y a rien pour décrire cette relation parce que, que tu le veuilles ou non, vous finirez mariés sans autre forme de procès et vous n’aurez pas le choix. Donc je me tape ton frère si je veux, jusqu’à ce qu’il ait une alliance au doigt. C’est mieux dit comme ça ? »  Le mariage aucun d’entre eux n’y échapperait, sauf si Circée décidait de prendre la clef des champs avant. Cette idée lui avait déjà effleuré l’esprit avant qu’elle n’ait le cœur brisé en mille morceaux, elle avait voulu partir, pire elle avait même mis de l’argent de côté, et fait des projets avant que tout ne soit réduit à néant par un connard.« Et tu es terriblement injuste ! Est-ce que je t’ai une seule fois fait sentir que tu étais folle ? Est-ce que Kenan a fait défaut à son rôle, Circée ? On a toujours été là ! On a été là quand il n’y avait plus personne et on ne t’a jamais jugée. » Oh bien sûr, Kenan avait toujours été là, elle ne lui reprochait rien. Mais c’était ainsi, c’était le ressenti de la jeune femme. Ils lui avaient menti, par omission certes mais c’était un mensonge, Circée avait le moral fragile, et chaque blessure était plus profonde que chez les êtres normaux. Elle continuait de parler, sans lui laisser en placer une. « Pourquoi est-ce que je devrais me justifier ? Tu ne veux pas entendre de toute manière. Pense ce que tu veux, je m’en fiche, mais ton frère ne t’a pas menée en bateau, ça a seulement.. changé entre nous. » Avait-elle terminée ? Visiblement oui, puisqu’elle décida de faire volteface et se partir.

« Baise avec qui tu veux j’en ai rien à foutre. » Lança alors Circée sans bouger de l’encadrement de la porte. Elle n’avait pas envie de lui lécher les bottes elle n’avait pas besoin de demander pardon parce qu’elle savait qu’elle n’avait pas de raison de le faire. « Je voulais juste que tu sois honnête, pas lâche – à balancer ça entre deux porte, comme si ça n'avait pas d'importance. » Sa voix était froide. « Quand tu auras fini de faire ta crise comme une adolescente écervelée, tu viendras me voir ! » pesta alors Circée dans le couloir ; elle n’appréciait pas du tout sa réaction, ce n’était pas à elle d’être blessée, ce n’était pas elle qui lui avait caché quelque chose. Si elle venait lui en parler, c’était que c’était déjà arrivé plusieurs fois, que cela faisait des jours, peut-être des semaines, pire des mois que cela durait. Circée se sentait blessée parce qu’elle avait été mise en dehors de tout cela, et elle arrivait comme une fleur, et tentait de repartir comme une voleuse, c’était cette attitude lâche, puérile, et stupide qu’elle déplorait, qu’elle couche avec qui elle voulait, cela ne la regardait pas, mais qu’on ne vienne pas la prendre pour une idiote, il valait mieux. Circée claqua alors la porte de sa chambre – si elle croyait qu’elle allait lui courir après, elle se mettait le doigt dans l’œil, et bien profond.

Circée poussa un soupire une fois la porte fermée, étonnement, elle était plutôt calme. Ce n’était pas le fait qu’ils soient ensemble le problème c’était le comportement de son « amie », elle lui avait balancé ça entre deux portes, sans prendre le temps d’expliquer quoi que ce soit, prête à prendre la fuite. Circée n’avait pas pour habitude d’inspirer la crainte ou la peur, pourtant elle avait l’impression que son amie n’avait pas d’égard pour elle en agissant ainsi, comme si elle lui annonçait une banalité de la vie. Quittant alors ses chaussons, la jeune femme retourna alors s’installer sur son lit. Elle préférait se plonger dans le travail, ce n’était pas à elle de lui courir après, elle avait voulu s’enfuir en lui balançant ça à l’arrache, et bien qu’elle reste.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 734 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: (CIRCEE) ≤ « Sorry. »   Mar 29 Mar - 12:37

Sorry.
« Three may keep a secret, if two of them are dead. » - Benjamin Franklin, Poor Richard's Almanack

V
ingt minutes assise sur une marche, dans les escaliers. Si elle avait été à Poudlard, elle aurait ainsi fait le tour des étages possibles, se souvenant de ces fois où les marches ne menaient pas à la destination voulue, où tout n’en faisait qu’à sa tête. Si elle avait été à Poudlard, elle n’aurait pas eu cette querelle stupide parce qu’elle aurait repoussé Kenan, comme elle l’avait toujours fait, des le premier regard. Elle l’aurait envoyé sur les roses avec une remarque acerbe avant de tourner les talons. Cette époque où les émotions l’effleuraient à peine finissait par lui manquer, elle avait la sensation que tout était plus simple quand les sentiments ne perçaient qu’à peine, faisant d’elle un être froid et trop rationnel, une personne distante des histoires normales d’adolescents. Elle se souvient que le Médicomage de son enfance l’avait de nombreuses fois examinée, ne trouvant rien qui cloche réellement. Elle avait vu des psychomages, qui n’avaient pas eu de solution : peut-être, avec le temps. Oui, avec le temps. Avec le temps elle avait appris à ressentir, à souffrir, à pleurer. Avec les années, elle a appris la cruauté des hommes, la peur, le deuil. Et elle n’avait su gérer aucune réalité impliquant une forte dose de sentiments, comme le rejet d’une greffe. Tout allait trop vite avec Kenan, tout était brusquement trop fort, une porte de sortie, une manière de respirer à plein poumons pour la première fois de sa vie.

Un soupir finalement quand elle se redresse, efface le chemin entre les marches et la porte pour venir tout près, appuyée contre le mur. « Circée.. » Que lui dire ? Il n’y avait rien à dire. Sissi avait toujours tenté d’être stable pour son amie, d’être assez solide pour ne pas la déstabiliser, elle avait pris à coeur de peser ses mots, d’offrir le meilleur d’elle-même - sans doute à tort, la brune ne pouvait pas comprendre un tel excès. « Tu sais que ça ne durera pas avec Kenan. Et tu sais que je suis lâche, ça n’est pas nouveau. J’ai toujours préféré fuir plutôt que m’attacher. » Les mots pour exprimer la raison de son silence ne venaient pas. Elle ne trouvait ni l’ordre ni la manière de lui faire comprendre. « Ca n’a pas d’importance. C’est.. il m’apprend à vivre mais c’est éphémère alors que toi.. » Elle se mord la lèvre inférieure. « Toi tu es comme une soeur, aucun mariage, aucun voyage, rien ne pourra changer ça. » C’est un peu cruel de juger ainsi l’histoire naissante avec le fils Rackharrow mais ils sont tous deux conscients de la réalité des choses, de leur statut de sang. Ils n’iront pas à l’encontre des règles et des choix de leurs parents, c’est le contrat.

« Tu me rends furieuse quand tu dis que tu es folle. Tu n’as jamais été folle et on ne l’a jamais pensé. » Ca avait mis le feu aux poudres là où elle serait restée calme sans que cette dernière n'interprète son silence comme un jugement. « Je.. n’ai pas su comment te le dire parce que je ne comprends pas bien ce qu’il se passe et.. j’avais peur que tu me détestes d’entrer dans la vie de ton frère. Tu n’as supporté aucune de ses copines. » Parler à une porte est peut-être finalement plus simple que parler face au regard trop expressif de la jeune femme qu’elle craint toujours de blesser de façon irréversible.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (CIRCEE) ≤ « Sorry. »   Mer 30 Mar - 1:15

THREE MAY KEEP A SECRET, IF TWO OF THEM ARE DEAD.+
Erzsébet Grimstone & Circée Rackharrow

Elle était resté un moment penchée sur son livre – le travail était l’une des rares choses qui parvenait à garder la sorcière concentré et calme. Elle avait toujours vu ses études, et plus récemment son travail comme une façon de se détourner de ses problèmes, ou de ses préoccupations. Beaucoup de choses avaient changé récemment dans sa vie, beaucoup de choses. Sissi avait réveillé la peur de la jeune femme d’être rejeté car en lui faisant une annonce à la va vite entre deux porte, elle avait donné l’impression qu’elle n’avait pas envie de voir son amie, pas envie d’avoir son avis, - pour Circée c’était un sacré manque de respect. Elle n’avait pas vu les longues minutes s’écoulé, refusant d’aller à sa poursuite, ce n’était pas à elle de s’excuser, pas à elle d’aller quémander des explications, quand celle-ci aurait fini sa crise, elle saurait revenir vers elle si elle était réellement son amie. Pour cette histoire, Circée ne se sentait pas en tort. Elle parlait toujours très franchement, son amie s’était-elle attendue à ce qu’elle se la joue langue de bois ? Dans ses rêves.

Ce fut vingt minutes après la tempête, la jeune femme était encore penché sur son livre, déterminer à trouver la solution à son problème magique, demain elle avait rendez-vous avec un client au Chaudron Baveur pour lui présenter son travail et faire une transaction, elle n’avait pas le temps de perdre du temps.   « Circée.. »  Son nom fit lever la sorcière le nez de son livre. Intriguée, venait-elle s’excuser ?  « Tu sais que ça ne durera pas avec Kenan. Et tu sais que je suis lâche, ça n’est pas nouveau. J’ai toujours préféré fuir plutôt que m’attacher.  »   Le problème était peut être ici – ça ne durerait peut-être pas. C’était le cœur du problème pour Circée quand elle y pensait, le nœud se trouvait ici.   « Ca n’a pas d’importance. C’est.. il m’apprend à vivre mais c’est éphémère alors que toi.. »  Bien sûr que c’était important. Très important même. Certes, il lui « apprenait à vivre », c’était une façon déguisée de parler de quelque chose de bien plus tabou. Circée elle-même n’évoquait pas sa vie sentimentale avec son amie, car elle n’en avait pas, et quand elle en avait eu une, tous les critères avaient fait qu’elle n’avait pas pu lui en parler, la différence d’âge, la réputation – elle avait tout gardé pour elle. Mais elle comprenait plutôt bien le fait d’apprendre à vivre, mais elle n’était pas d’accord avec elle, c’était important.   « Toi tu es comme une soeur, aucun mariage, aucun voyage, rien ne pourra changer ça. » Si seulement elle disait vrai ; Circée savait que même les liens les plus forts pouvaient être mis à mal, il n’y avait qu’à voir sa relation avec son père, passée de merveilleuse à chaotique en une poignée de seconde. Elle aurait aimé dire qu’elle était d’accord. Mais elle ne pouvait pas. « Tu me rends furieuse quand tu dis que tu es folle. Tu n’as jamais été folle et on ne l’a jamais pensé. »  Elle l’était : folle, on le lui avait dit toute sa vie.   « Je.. n’ai pas su comment te le dire parce que je ne comprends pas bien ce qu’il se passe et.. j’avais peur que tu me détestes d’entrer dans la vie de ton frère. Tu n’as supporté aucune de ses copines. » Oh ça oui, elle n’en avait supporté aucune, elles avaient toutes été plus stupide les unes que les autres, c’était dans ses gênes de détester les femmes qui s’approchaient des hommes de sa famille, jusqu’à ce qu’elle en juge une digne de confiance.

Assise en tailleur sur son lit, elle fixait la porte close, refusant de se lever et de l’ouvrir. Pourtant, elle avait écouté attentivement chacun des mots de la jeune femme, refusant de l’interrompre, lui donnant peut être l’impression de ne pas être attentive. Elle resta muette quelques secondes après son laïus, cherchant ses mots. Elle quitta alors son lit pour venir s’appuyer dos à la porte, pas encore décidée à l’ouvrir. « C’est justement parce que ça ne durera pas qu’il y a un problème. » dit-elle alors résignée. Quand tout cela serait terminé, c’était là que les choses seraient plus compliquées. « Je serais obligée de choisir. Choisir entre mon frère et ma meilleure amie. Dès que vous serez en conflit, je serais obligée de choisir. » Le son de sa voix était résignée. Elle ne pouvait pas choisir entre deux personnes qui comptaient pour elle, entre deux personnes sur qui elle pouvait compter et comptait chaque jour. Elle n’avait pas envie d’être entre deux chaises. « Si tu avais peur que je te déteste pour ça alors tu me connais très mal finalement. » Elle était sur la défensive, mais encore et toujours très (trop ?) franche. Elle finit par pousser un soupir, toujours appuyé contre la porte. Elle était sa meilleure amie depuis des années, elle aurait dû savoir qu’elle ne la détesterait pas pour ça. Circée avait toujours été dure avec les petites amies de son frère, car aucune d’entre elle n’avait son amitié à la base, Sissi avait l’amitié de Circée, ce n’était pas rien – c’était un critère pour être apprécié d’une femme au bras de son frère. Comment avait-elle pu croire qu’elle la détesterait pour cela ? Circée n’était pas une enfant jalouse.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am decadent, and here I am.
avatar
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 734 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow. Champ Libre :


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
En ligne
MessageSujet: Re: (CIRCEE) ≤ « Sorry. »   Mer 30 Mar - 12:58

Sorry.
« Three may keep a secret, if two of them are dead. » - Benjamin Franklin, Poor Richard's Almanack

L
a porte ne s’ouvre pas. Sissi reste appuyée contre le mur, espérant un signe, un mouvement mais elle n’a pas Daksha pour lui indiquer une potentielle vibration, une infime variation pouvant témoigner que Circée bouge. Alors elle attend. Il n’y a plus de quoi rire et si Kenan n’intervient pas, elle sait qu’il est sans aucune doute en train de bouillir dans une autre pièce. « C’est justement parce que ça ne durera pas qu’il y a un problème. » Le son lui parvient assez nettement pour signaler que la brune est tout près de la porte fermée, peut-être assise. Erzsébet ne comprend pas bien quel est le problème, elle attend la suite, s’interroge sur la raison qui pourrait faire de cette situation un obstacle aux yeux de la jeune femme - n’étaient-ils pas tous condamnés à cela ? « Je serais obligée de choisir. Choisir entre mon frère et ma meilleure amie. Dès que vous serez en conflit, je serais obligée de choisir. » Oh. Le regard se baisse, coupable. Elle réalise combien son amie doit se sentir piégée. Circée est fragile, elle est déjà aux prises avec elle-même et l’entourer de potentiels conflits n’était pas idéal ; elle devait anticiper les crises de nerfs, les hurlements. La rousse esquisse un doux sourire, comme si elles étaient face à face et qu’il était nécessaire de lui témoigner un certain calme. « Tu n’auras jamais à choisir.. »

Jamais. Jamais plus. « Tu as toujours su être là, entre nous, sans jamais choisir. Même quand il me traitait d’Acromantule, même quand je le jugeais parfaitement idiot. Pourquoi n’en serais-tu plus capable ? » Il y en avait eu, des disputes phénoménales, à se jeter les pires horreurs entre deux couloirs à Poudlard, à se toiser d’un regard sévère entre deux portes pendant les vacances. Ils ne se supportaient pas, c’était excessif et parfaitement injuste venant de l’un comme de l’autre. Circée ne choisissait pas. Kenan était son frère, Sissi était son amie et rien n’avait pu changer cela. « Et tu.. tu avais raison. Tu as raison depuis le début : il n’est pas comme je le voyais. On n’a plus de quoi se déchirer.. je l’ai jugé trop vite. » Beaucoup trop, au premier coup d’oeil, sans pitié, Serdaigle froide et intransigeante face au Gryffondor enflammé et quelque peu jaloux de la complicité entre sa soeur et cette inconnue monolithique. « Les couples qui se détruisent, ce sont ceux qui se séparent parce qu’il n’y a plus d’amour, n’est-ce pas ? Nous.. on n’a aucun projet, aucun espoir. On fera notre devoir, c’est le deal. » Le droit de profiter jusqu’au moment où Irvin décidera qu’il est temps pour ses enfants de contracter un mariage digne de leurs idéaux.

« Si tu avais peur que je te déteste pour ça alors tu me connais très mal finalement. » Sentiment d’échec. L’estomac noué, elle pose la paume contre la surface dure de la porte, tout à fait impuissante. Elle a cherché les mots pour s’expliquer mais elle ne les a pas trouvé justes, et la déception qu’elle perçoit dans la voix de Circée ne fait qu’accentuer sa culpabilité. « C’est ton jumeau. Tu aurais toutes les raisons de me détester pour ça. Je pensais que tu.. que tu aurais peur que je le blesse ou.. que tu ne me trouverais pas assez bien. » Parce qu’elle n’est pas assez bien. Elle n’a pas l’aura qui orne le nom des Rackharrow, elle est ouvertement neutre, elle se refuse au gouvernement là où eux comptent de nombreux Mangemorts assumés. Aucune des petites-amies de Kenan n’avait trouvé grâce aux yeux de Circée, pourquoi serait-ce différent ? Manque d’assurance criard.  

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: (CIRCEE) ≤ « Sorry. »   Jeu 31 Mar - 21:14

THREE MAY KEEP A SECRET, IF TWO OF THEM ARE DEAD.+
Erzsébet Grimstone & Circée Rackharrow

Elle manquait cruellement de confiance en elle, et le moindre changement pouvait aisément la perturber. On pouvait croire qu’elle était une jeune fille normale, pourtant elle tenait à sa petite routine qui lui assurait d’être perpétuellement certaine de ne pas être folle. Car folle, c’était ainsi qu’elle avait été diagnostiquée, sans les potions qu’elle prenait au réveil, elle ne serait pas ainsi ; sans ces potions elle était rapidement violente, paranoïaque parfois – il n’y avait que son père et son frère qui la connaissait sous ce jour-là, pas même Erzsèbet – celle-ci l’avait déjà vu perturbée, mais jamais durant l’une de ses crises de pure folie. Voir son amie se tenir dans les bras de son frère faisait un changement – mais ce n’était pas ce qui l’inquiétait, Circée était assez indépendante pour cela. C’était plutôt s’ils venaient à se quitter qui lui posait problème. Elle ne voulait pas avoir à affronter un conflit entre eux, non, elle n’était pas certaine de pouvoir le supporter.

 Circée reste de l’autre côté de la porte, n’étant pas certaine de vouloir lui faire face. La sorcière détestait les conflits, elle se sentait plus à l’aise derrière une porte. Durant les conflits, elle avait la capacité de changer de comportement d’une seconde à l’autre, pouvant passer de douce à violente, elle ne voulait pas infliger cela à son amie. « Tu n’auras jamais à choisir.. » Circée poussa un soupire à peine audible, elle ne la croyait simplement pas, viendrait forcément un jour où elle devrait prendre parti, ne serait-ce que pour une chose insignifiante.  « Tu as toujours su être là, entre nous, sans jamais choisir. Même quand il me traitait d’Acromantule, même quand je le jugeais parfaitement idiot. Pourquoi n’en serais-tu plus capable ? » Parce que c’était différent, Circée n’avait jamais jugé bon de prendre parti en sachant qu’ils se détestaient cordialement, elle n’avait aucun intérêt à les faire tenter de s’apprécié. Aucun. S’ils venaient à entrer en conflit maintenant, elle savait qu’ils auraient de la peine en un sens, forcément. « Et tu.. tu avais raison. Tu as raison depuis le début : il n’est pas comme je le voyais. On n’a plus de quoi se déchirer.. je l’ai jugé trop vite. »  Pour l’instant eut envie d’ajouter Circée, pour l’instant l’entente était parfaite, cordiale, et tout était magique. Elle connaissait la saveur particulière des premiers instants d’une relation, mais elle savait que cela ne durait jamais. « Les couples qui se détruisent, ce sont ceux qui se séparent parce qu’il n’y a plus d’amour, n’est-ce pas ? Nous.. on n’a aucun projet, aucun espoir. On fera notre devoir, c’est le deal. » Circée n’avait jamais compris cette façon de penser, cette façon d’être résignée. Bien sûr un jour, ils seraient tous fiancés, mais plus le temps passait plus Circée réaliserait qu’elle ne serait pas capable d’hocher la tête et de dire amen aux volontés de son père, elle redoutait ce jour où elle devrait se lever et affirmer ses opinions. Elle savait qu’elle devrait le faire un jour, pas qu’elle ai quelqu’un dans sa vie mais elle était incapable de jouer les faux semblants, c’était trop pour son esprit torturé et les chances qu’on lui trouve un époux dont elle pourrait tomber amoureuse relevait de l’impossible.

Elle n’avait pas bougé d’un pouce, immobile.  « C’est ton jumeau. Tu aurais toutes les raisons de me détester pour ça. Je pensais que tu.. que tu aurais peur que je le blesse ou.. que tu ne me trouverais pas assez bien. » Elle aurait dû savoir. Elle était son amie, elle aurait dû connaitre son fonctionnement. « C’est là que tu te trompes, tu es sensée être mon amie, tu sais que je détestais ces pimbêches avant. » Elle insistait sur le avant – elle n’avait jamais eu aucune affinité avec l’une d’entre elle avant même que son frère commence à sortir avec parce qu’elles faisaient partie d’un monde différent de celui de Circée. « Tu verras, vous me demanderez de choisir. » répéta alors la jeune femme. « Tout est différent maintenant, je ne voulais pas prendre parti parce que je savais que ce n’était pas important. Il n’y avait rien hormis de l’animosité, ce n’était pas méchant, juste enfantin. Maintenant vous êtes adultes, avec des problèmes d’adultes, vous aurez des problèmes de couple, vous serez blessé peut être, c’est complètement différent, parce que les circonstances seront différentes, je devrais choisir. » Elle serait obligée de choisir, elle le savait : tôt ou tard. Elle marqua une pause, restant derrière la porte. Refusant de la voir, préférant laisser un mur entre elles. Elle détestait devoir choisir, choisir l’un des deux seraient blesser l’un des deux. Elle savait qu’au fond d’elle elle choisirait son sang avant tout – c’était un fait, c’était viscéral. Mais elle ne voulait pas avoir à le faire, « Nous verrons bien, même si je ne suis pas certaine de vouloir voir ça. » Lâcha-t-elle alors résignée.

Poussa un soupire, la jeune femme se décolla alors de la porte. Elle posa doucement sa main sur la poignée, sans pour autant l’actionner. Elle était coupée en deux, envie de voir son amie face à face, mais elle avait peur que l’explication puisse tourner à l’affrontement ou simplement faire la sourde oreille et retourner travailler. Circée était sans cesse coupée en deux, deux parts d’elle s’affrontaient sans cesse. « Maintenant tu devrais partir, j’ai du travail. » Elle ne sut pas comment elle parvint à parler aussi froidement. Elle lui en voulait, pas de sortir avec son frère, la vie sentimentale de ce dernier avait toujours été le cadet des soucis de la jeune femme, mais elle ne parvenait pas à accepter que les choses changent, et que les choses puissent lui demander de faire face à un choix. « Salut. » dit-elle alors, s’éloignant de la porte.  Elle se dirigea alors vers son lit où elle s’assit de nouveau en tailleur, respirant profondément, espérant se remettre à travailler au plus vite, cette commande commençait à devenir urgente, elle avait rendez-vous avec son client un peu plus tard dans la semaine, elle ne pouvait pas se permettre d’être en retard. Elle jeta un dernier regard vers la porte avant de secouer la tête et de se remettre à travailler.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
 

(CIRCEE) ≤ « Sorry. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CIRCEE & THADEUS ❧ And the arms of the ocean are carrying me. [pm]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Pré Au Lard :: Habitations :: Maison Rackharrow-