Partagez | 
(IRVIN) ≤ « Sans dessus-dessous. »

()
Parchemin envoyé Lun 14 Mar - 17:57

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 894 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de quatre mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans dessus-dessous.
« Il y a des mots qui brûlent mes rêves, tant d’interdits sur mes lèvres que je n’avoue pas. J’ai tant de plaisirs qui se taisent, tant de désirs qui se plaisent à rester sans voix. » - 1789, les amants de la Bastille.

E
lle est restée devant la demeure des Rackharrow quinze minutes durant, enveloppée dans un long manteau noir en contraste avec sa longue chevelure rousse. Elle est restée presque rêveuse, ou peut-être interdite, bercée de délicieux souvenirs, douceur-amère. Elle s’est éprise d’un geste, a rejeté le reste. Les minutes ont tourné dans l’hésitation d’un pas, comme si passer la porte lui brûlerait la peau, mordrait trop profondément dans la chair de ses principes. Plusieurs jours déjà qu’on ne voyait plus la jeune femme, ni auprès de Circée ni dans la librairie, envolée sans un mot celle qui depuis des années pourtant semblait avoir pris ses quartiers autour des ouvrages aux odeurs d’encre, de mystères en évidences.

Elle a laissé derrière elle l’image de son propre corps échoué dans le jardin, cette nuit où Daksha l’avait mordue. Elle a laissé derrière le baiser fiévreux échangé au clair d’une lune ronde. Il valait mieux oublier, il valait mieux se résigner, trop consciente que ses réponses se trouveraient forcément dans un des ouvrages. Et la porte poussée, elle a cherché du regard le propriétaire des lieux. Angoisse latente au fond des prunelles bicolores. Ne t’en veux pas, tu n’as rien fait de mal, s’oblige-t-elle à penser. Les erreurs de la jeunesse sont nombreuses. Elle a retiré son manteau qu’elle a plié entre ses bras mais a conservé l’unique gant sur sa main droite, dissimulant une blessure en cours de cicatrisation. La bague imprégnée d’obscure magie avait laissé des traces qu’elle s’employait à soigner.

Pas de serpent dans son sillage, âme solitaire qui s’exile depuis des heures pour réfléchir à ses bêtises. « Monsieur Rackharrow.. ? » a-t-elle questionné en avançant de quelques pas. Elle s’est surprise à espérer qu’il ne l’entende pas, qu’il soit perdu dans un quelconque rayonnage, le temps de fouiner, de seulement trouver les réponses à ses questions. Ce que veulent les hommes en dix leçons, par exemple. Ou Comment ne pas avoir peur des sentiments, un guide de vie, n’importe lequel, qui lui explique comment elle pouvait passer du rejet à l’attirance, comment elle avait pu céder aux billes claires d’un Kenan qu’elle traitait bien volontiers d’idiot ou de grand bêta, à l’envie, quand il la cherchait, qu’il l’agaçait. Voile de crainte sur ses traits, soupçon de peur de décevoir cet homme auquel elle ne saurait pas mentir même si elle le voulait, comme si le père était capable de lire dans ses pensées. « Ca fait une bonne excuse pour pas rester, au moins.. » s’est-elle murmurée. Je te fuis pas, Kenan, vous étiez tous occupés quand je suis passée. L’espoir fait vivre mais dure peu quand un mouvement attire l’attention. Raté.

« Si je dérange, je repasserai.. » Et la poupée si froide semblait plus déstabilisée que jamais, le coeur plein de questions qu’elle devait taire ou transformer. Elle n’avait pas osé demander à son père qui serait sans doute peu désireux d’aborder de telles questions. Un livre, un dictionnaire, une encyclopédie, n’importe quoi mais elle devait comprendre et arrêter ça.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Mar 15 Mar - 19:44

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1292 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

C'était décidément une journée comme une autre pour Irvin. Peu de clients, mais toujours de bons achats, ce qui compensait un peu le manque à gagner de certains jours. Il devait bien s'occuper en attendant les éventuels prochains clients, aussi avait-il choisi de se pencher sur ses commandes et des derniers arrivages. De nombreux cartons étaient arrivés hier et il n’avait pas vraiment eu le temps de s’en occuper pour le moment. Du coup planqué entre deux allées, la tête dans les cartons, il tentait de fixer les prix sur des bouquins récalcitrants à être marqués. Lorsque enfin il y parvenait, il envoyait, d’un coup de baguette, le livre se ranger, seul, au bon endroit. Il n'était donc pas du tout étonnant de voir des livres voler tout seul dans la librairie, certains se rangeant comme de bons petits soldats, d'autres ayant vraisemblablement perdu leur destination. Et il y avait bien entendu les récalcitrants qui prenaient plaisir à faire du forcing dans un rayon où ils n'avaient pas lieu d'être, dérangeant les autres livres et faisant tomber certains. Autant dire que la journée d'Irvin allait être très longue.

Quelqu'un entra dans la boutique. Depuis la purge et la mauvaise expérience qu'il avait eues dans la boutique de l'allée des embrumes, il avait jeté un sort silencieux sur la porte d'entrée. Pas de sonnerie, pas de cloche qui annonçait une présence, rien. Mais les deux portes, celle de devant et celle de derrière donnant sur l'appartement, étaient ensorcelées de manière à prévenir Irvin où qu'il soit d'une éventuelle intrusion. D'un léger mouvement de la baguette, il regarda qui venait d'entrer, faisant de la couverture du livre qu'il avait entre les mains un miroir de l'entrée. Il s'agissait de la jeune Grimstone. Intrigué, il haussa un sourcille. Elle passait par la boutique à présent ? Après avoir fréquenté sa maison à toutes heures du jour et de la nuit ? Voilà qui était intéressant. Rompant le sortilège, il l'entendit appeler. « Monsieur Rackharrow.. ? » Il ne répondit pas. Le livre avait fort peut apprécier de se retrouver utilisé pour autre chose que de la lecture et ne se laissait pas marquer. Il avait donc fort à faire. Au bout d'un petit moment enfin, il se releva et envoya le livre se ranger. Il étira son dos douloureux. « Ce n’était plus vraiment de mon âge de rester plier ainsi... » Il avait parlé tout haut, mais assez bas et s'était interrompu en se rendant compte qu'il parlait comme un petit vieux. Il secoua alors la tête et vint à la rencontre de la jeune femme.

« Si je dérange, je repasserai.. » Irvin balaya sa remarque d'un geste de la main et continua de s'approcher d'elle. « Aucun problème Erzsébeth, ne t'en fait pas. Ton arrivée marque une pause bien méritée dans mon rangement. » Il lui sourit gentiment. Cette petite fille était aussi vieille que ses enfants et s'entendait à merveille avec eux. Même si Kenan affirmait le contraire, Irvin n'était pas totalement dupe et encore moins sourd. Il avait des oreilles et des yeux partout chez lui. Ses enfants devraient le savoir depuis le temps. Mais peut-être qu'oublier les arrangeait mieux. Il appelait la jeune Grimstone par son prénom. Même si elle venait régulièrement chez eux, il ne s'était jamais résolu à l'appeler par son surnom. Il avait, certes, amoché de nombreuses fois son prénom, mais depuis le temps, il avait fini par y arriver. Il quitta la jeune fille des yeux quelques  instants et les posait sur le sol autour d'elle. Pas de serpent, elle était venu sans son reptile. Voilà une demande qu'elle avait bien retenue et il s'en félicitait. Il reporta alors son regard sur la jeune demoiselle. « Alors, dis-moi. En quoi puis-je t'aider ? » Il avait peut-être des yeux et des oreilles partout dans son petit domaine, mais il n'était pas devin. Et même qu'il préférait ne pas tout savoir...




Parchemin envoyé Jeu 17 Mar - 20:46

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 894 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de quatre mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans dessus-dessous.
« Il y a des mots qui brûlent mes rêves, tant d’interdits sur mes lèvres que je n’avoue pas. J’ai tant de plaisirs qui se taisent, tant de désirs qui se plaisent à rester sans voix. » - 1789, les amants de la Bastille.

I
rvin ne l’avait jamais appelée par son surnom comme elle s’était toujours contentée de le nommer monsieur, quand ça n’était pas l’appellation complète. Si cela faisait quasiment dix ans qu’elle observait l’homme, du coin de l’oeil, son éducation et le respect qu’elle avait pour lui maintenait une retenue presque parfaite. Elle restait toujours à une certaine distance, elle ne posait pas de questions indiscrètes et elle savait quand elle était de trop. Seule la question du serpent avait été problématique, cependant elle était sous son toit, elle respectait ses règles. Quand Daskha passait la porte, c’est que le maître des lieux ne se trouvait pas là et qu’elle ne voulait pas risquer de perdre un doigt dans un conflit avec la créature aux crochets trop aiguisés - ce qu’elle se gardait d’avouer, faiblesse inadmissible et dissimulée. Le regard se promène sur la pièce. La librairie était un endroit plus magique que n’importe quel autre aux yeux de la jeune sorcière qui ne dissimulait pas sa passion dévorante. L’odeur du papier se trouvait jusque dans son amortencia Les ouvrages qui flottaient, l’épaisseur tendre des pages.. elle pouvait se perdre des heures entre des rayonnages. Elle aimait cet endroit peut-être plus qu’elle n’aimait sa propre boutique, parce qu’ici elle n’avait pas d’obligations, il n’y avait qu’un plaisir profond à découvrir, à déchiffrer, comprendre et apprendre. « Vous avez eu de nouveaux arrivages ? » Et comme lorsqu’elle était plus jeune, qu’elle traînait son père par la main, bon gré mal gré, elle s’émerveillait de la moindre nouveauté. C’était peut-être autrefois la seule chose qui donnait vie à ses yeux vairons, quand le silence était son principal défaut, quand Soren ne trouvait aucun autre moyen d’échanger avec la Serdaigle, quand la magie noire ne s’était pas glissée dans ses pratiques régulières.

Perdue dans son observation, elle n’a pas remarqué l’attention qu’avait porté Irvin au sol, à l’absence appréciable de Daksha. Cela faisait quelques jours que la bijouterie était fermée, non qu’elle ait décidé de se prendre quelques vacances mais la brûlure à sa main, persistante, impliquait de ne pas avoir d’autres pratiques du genre.. au risque d’alimenter ce qu’elle désirait éliminer. Une cicatrice serait disgracieuse, s’empoisonner serait inévitable, le tout ne serait pas raisonnable. « Alors, dis-moi. En quoi puis-je t'aider ? » Au secours ? Elle a bien ouvert la bouche pour répondre mais l’a refermée, presque aussitôt. « J’ai des questions sans réponses.. que mon père se refuse à éclairer. » a-t-elle fini par dire en s’approchant du premier étalage à proximité. Sa concentration sur les livres. Ca lui évitait de se murer dans un silence qui serait plus embarrassant encore que les mots. « Je crois qu’il aimerait que je reste une enfant toute ma vie. » Sans doute. A moins qu’il ne sache pas comment faire. Il avait toujours été un excellent conseiller auprès de ses trois autres enfants, parce que la communication ne subissait pas d’obstacle, parce qu’ils faisaient des choix moins malsains. La petite dernière au goût trop prononcé de stabilité en devenait presque angoissante - on chouchoute toujours le dernier enfant, n’est-ce pas ? « Il semble que j’ai besoin d’un livre. Les notions de magie sont plus faciles à comprendre que les relations humaines. Ca devient.. problématique. » Et le mot était faible. D’autant plus problématique que ça concernait Kenan, que ça impliquait des réactions qu’elle ne pouvait pas contrôler, pleinement maîtriser. Il était le feu impatient quand elle se révélait glace réfléchie. Elle passerait à côté de sa vie à trop vouloir décortiquer, à trop vouloir gérer les potentielles erreurs. Un vrai paradoxe pour celle qui était prête à tout tenter dans des magies sombres qui pouvaient dépasser ce que son âge devrait lui laisser entendre mais qui n’osait braver aucun interdit de coeur ou d’attachement. Trop peur de décevoir, de perdre, de contrarier. D’en sortir brisée. Elle savait le prix de la sorcellerie, pas celui de la jeunesse, pas celui des émotions. « Monsieur.. est-ce que vous me trouvez terne ? » La question faisait écho à certaines remarques que le fils Rackharrow avait pu lui faire. Il n’avait pas été rare qu’il lui sorte qu’elle était coincée ou sans saveur, sous des tournures bien moins élégantes parfois. Sang-purs ornés de fierté qui crachent leur venin et jouent sur la corde de leurs dénis. Sissi ignorait à quel point l’oreille d’Irvin était attentive à tout ce qu’il se passait dans sa demeure et si elle tentait de choisir habilement ses mots pour cacher la source de ses doutes ; il n’était pas sûr qu’elle y parvienne face à un homme qui avait cent fois son expérience de l’existence. Kenan était d’ailleurs doté d’un talent unique : celui de faire sortir la jeune fille de ses gongs, de son carcan de calme et ce depuis des années. Ses aveux, ses tendresses, ses révélations et ses promesses ne changeaient pas les doutes de la sorcière qui craignait qu’il ne change d’avis aussi vite qu’il était devenu si.. sincère et passionné. « .. et est-ce que vous voulez de l’aide ? Pour le rangement. » Evidemment, pour les rangements, pas pour autre chose. Proposition polie. Elle le devait bien à celui qui tolérait sa présence si souvent qu’il avait fini par en devenir une seconde figure paternelle, peut-être malgré lui et sans le savoir. Plus docile avec lui qu’avec son propre père, pour être honnête. La tolérance des Grimstone était grande, leur capacité à rester unis aussi mais parfois les individualités provoquaient des incompréhensions insolubles aux yeux de la rouquine dont le point de vue était souvent particulier.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Sam 26 Mar - 14:04

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1292 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

En évoquant le mot rangement, il aurait aimé ajouter plein d'autres choses, comme le bordel que cela représentait, comme le fait qu'il était grandement énervé par ses fichus bouquins qui refusaient de se laisser faire. Entre autres. Mais il s'était retenu. Il était poli, il était courtois et il avait un grand self contrôle qu'il avait appris à améliorer en élevant ses deux garnements. Mais sa petite remarque avait amené une interrogation de la part de la jeune fille qui lui faisait face. Interrogation qu'il ne comprenait pas. « Vous avez eu de nouveaux arrivages ? » Il avait été à deux doigts de lui répondre de manière ironique. Non, je me fais simplement chier à tout reclasser. Mais encore une fois, cela n'aurait pas été très poli. « Oui, deux cartons de nouveaux livres. J'ai l'impression que j'ai plus de livres qui rentre que de livres qui sortent. » Cette dernière phrase était plus une remarque pour lui-même. Avec la hausse des prix forcés, il était normal que les acheteurs se fassent plus rares. Il était d'ailleurs entrain de réfléchir à une possible solution à son problème. Écraser les prix pour attirer plus de monde et recommencer son petit commerce d'objets empreint de magie noire. Mais ce n'était encore que de vagues idées au fond de sa tête.

Irvin avait également demandé ce qu'il pouvait pour elle. Après tout, elle l'avait appelé, donc, elle n'était pas là pour acheter un livre...ou alors elle avait besoin de conseils sur ce fameux livre qu'elle souhaitait acheter. Il la vit ouvrir la bouche et...faire la carpe. Elle la referma sans dire un mot. Il était à deux doigts de rire. Non pas qu'il voulait se moquer de la jeune sang pure, mais elle semblait particulièrement gênée et il avait l'impression que s'était en train de l'imprégner. « J’ai des questions sans réponses.. que mon père se refuse à éclairer. » Il fronça légèrement les sourcils. Ce n'était pas bon signe si Soren refusait de l'aider, il n'avait pas vraiment le droit d'aller à l'encontre de son paternel. Elle se déplaça et il pivota légèrement afin de la suivre du regard. Il ne dit rien, attendant qu'elle ait terminée. La voyant plongée dans son observation des livres, il se demandait ce qui l'attendait. « Je crois qu’il aimerait que je reste une enfant toute ma vie. » Irvin hocha la tête, plus pour lui-même que pour elle étant donné qu'elle ne pouvait le voir. Quel père n'aimerait pas avoir et garder auprès de lui ses enfants pour toujours ? Malheureusement, ils devaient un jour voler de leurs propres ailes...et cela, même Irvin n'était pas prêt à l'accepter pour ses enfants. « Il semble que j’ai besoin d’un livre. Les notions de magie sont plus faciles à comprendre que les relations humaines. Ça devient.. problématique. » Oula, la discussion s'annonçait compliquée. Relations humaines, le terme était large et pouvait signifier vraiment beaucoup de choses. Tant qu'elle ne lui demandait pas des informations sur...sur tout ce qui pouvait toucher de près ou de loin à la sexualité...Il gardait encore de très mauvais souvenir de vagues explications qu'il avait pu avoir avec ses enfants, alors recommencer ou approfondir lui donnait la nausée. Il ne savait que dire. Des livres sur la psychologie humaine, oui, il devait probablement avoir cela quelque part. Il n'en vendait pas beaucoup, donc, il n'en recevait que peu. En même temps ces temps, il vendait plus des livres pour permettre aux lecteurs de s'évader de cette vie ou sur les sortilèges divers et variés. Alors qu'il réfléchissait encore à où pouvait se trouver ses livres, elle lui posa une autre question. « Monsieur.. est-ce que vous me trouvez terne ? » Il fit un léger pas en arrière en entendant cette question et en croisant ses yeux vairons. Il ne comprenait probablement pas le réel sens de sa question. Il n'en voyait pas l'utilité en fait, aussi il répondit ce qui lui passait par la tête. « Non, je trouve tes cheveux très brillants. Et puis tu as un joli teint de pêche. Bien loin de ce que donnerait un vieux livre trop longtemps exposé au soleil. » Il ne savait pas trop si s'était la réponse qu'il attendait, mais il espérait que cela lui ferait plaisir. Elle ne répondit pas tout de suite et lui posa une autre question. « .. et est-ce que vous voulez de l’aide ? Pour le rangement. » Ce changement de sujet le prit un peu de cours. « Heu oui, oui, pourquoi pas si tu as du temps à perdre. » Il fit une pause avant de se reprendre. « Enfin, je veux dire que ça te permettra aussi de chercher dans les rayons ces fameux bouquins. » Il porta sa main à son menton et réfléchi un peu. « Je sais que j'en ai quelque part, mais alors où...c'est une bonne question. » Il regard un peu autour de lui. « C'est pour quoi ce bouquin exactement ? » Après tout, peut-être n'aura-t-il pas si c'est trop spécifique.




Parchemin envoyé Mar 29 Mar - 13:28

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 894 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de quatre mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans dessus-dessous.
« Il y a des mots qui brûlent mes rêves, tant d’interdits sur mes lèvres que je n’avoue pas. J’ai tant de plaisirs qui se taisent, tant de désirs qui se plaisent à rester sans voix. » - 1789, les amants de la Bastille.

L
es commerces souffrent. Sissi avait la chance d’avoir sa famille, le poste important de sa mère en tant qu’ambassadrice, qui lui assurait de ne pas tomber en faillite. Le fait qu’elle adapte ses prix en fonction des moyens des clients lui permettait d’avoir toujours du monde - sans parler de l’arrière-boutique, mais ça, elle le passait sous silence. Un sourire esquissé. « Il ne fait pas bon être commerçant, ces temps-ci. » Les doigts passent sur la surface d’une couverture. Elle aimait l’odeur des livres, l’ambiance qui régnait dans cette boutique.. depuis tellement de temps que ses souvenirs ne remontaient pas à la première fois où elle avait passé la porte. Elle n’était pas venue pour discuter des affaires, de toute manière.

Le sujet abordé était plus complexe, beaucoup trop pour eux deux, visiblement. Le pas en arrière lui a indiqué qu’elle avait posé la mauvaise question, ou du moins de la mauvaise manière. Est-ce que.. est-ce qu’il pensait qu’elle lui faisait des avances ? « Non, je trouve tes cheveux très brillants. Et puis tu as un joli teint de pêche. Bien loin de ce que donnerait un vieux livre trop longtemps exposé au soleil. »  A nouveau, elle a tourné la tête pour le regarder, gênée. C’était gentil de sa part, faire l’effort de lui trouver des qualités. Monsieur Rackharrow était un homme gentil, aux yeux de Sissi qui l’idéalisait peut-être un peu, toujours admirative de sa manière d’agir, d’être. Elle occultait volontairement le côté Mangemort de la lignée, refusant de les juger, eux plus que quiconque. Le silence s’étire, malaise. « Heu oui, oui, pourquoi pas si tu as du temps à perdre. » Le sourire s’éclaire. Elle avait toujours du temps à consacrer à cet endroit, que ce soit pour y fouiner ou, pourquoi pas, aider.

« C'est pour quoi ce bouquin exactement ? » Instant de réflexion. Elle-même ne sait pas bien. « Vous n’avez pas.. ce que veulent les hommes en dix leçons ? » Plus un trait d’humour qu’autre chose. Le ton s’est fait plus léger, elle opte pour chasser le sérieux particulièrement embarassant. Irvin avait passé l’âge de tourner autour du pot pendant des heures pour en venir à une conclusion un peu claire. Certes, elle n’étais pas douée pour formuler délicatement ce qui la tourmentait, mais au moins il ne le perdrait pas, lui, son temps. Un soupir s’échappe d'entre ses lèvres. « Kenan m’a toujours trouvée froide et fade. J’ai peut-être passé l’âge de ne rien comprendre à l’attitude de la moitié des sang-purs que mes parents fréquentent et je.. » Elle se mord la lèvre inférieure. Elle parle mais fuit un peu le regard de l’homme, le portant sur un peu tout ce qui se trouve autour, histoire de parvenir au bout de son explication. « .. je ne voudrais pas finir par leur faire honte, vous comprenez ? » Si Soren et Eszter Grimstone n’étaient pas d’une intolérance extrême, ils n’envisageaient pas une seule seconde de marier leurs enfants à une génération de sang-mêlés ou de cracmols. Ekaterina avait même eu un bon mariage, avant que tout ne dérape et, finalement, Sissi craignait de faire la même fatale erreur, finir seule, abandonnée par un époux ou mère célibataire. « Cette conversation est terriblement embarrassante. » Au moins, Irvin était cette fois certain qu’elle ne cherchait pas de faveurs indécentes.


Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Mer 13 Avr - 20:55

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1292 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Vous avez dit mal à l'aise ? Oui, il l'était. Il y avait des choses qu'il était compliqué d'aborder avec des personnes qui ne sont pas de la famille. Et elle posait des questions qui sonnaient étrangement aux oreilles d'Irvin. Il avait préféré changer de sujet, histoire de retomber sur un terrain qu'il maîtrisait un peu plus, même s'il n'était pas fou amoureux des bouquins. Lorsqu'elle lui donna le titre du livre, il eut un instant d'incompréhension. Pourquoi vouloir comprendre les hommes ? Rien que comprendre une femme était déjà pas mal, mais il était mal placé pour savoir...il était un homme après tout. Finalement, en comprenant qu'elle plaisantait un peu, il lui sourit, se détendant. Cependant, il l'entendit soupirer et se demanda à quelle sauce il allait être mangé. « Kenan m’a toujours trouvée froide et fade. J’ai peut-être passé l’âge de ne rien comprendre à l’attitude de la moitié des sang-purs que mes parents fréquentent et je.. » Il se tait, la laisse parler, essayant de comprendre. « .. je ne voudrais pas finir par leur faire honte, vous comprenez ? » Il hocha la tête, silencieusement. Il comprenait bien qu'elle voulait être à la hauteur, mais pas en quoi son fils venait faire dans l'équation.

Alors qu'il essayait de bien tout comprendre, il l'entendit ajouter quelque chose. « Cette conversation est terriblement embarrassante. » Il secoua la main. « Mais non, mais non. Si tu as besoin d'un livre tu es au bon endroit. » Il se dirigea vers un rayon un peu éloigné. « Après la condition de sang-pur impose certaines règles c'est certain. Je peux comprendre que tu souhaites des informations. » Il se baladais dans le rayon, laissant sa main courir sur les tranches à la recherche du bon livre. « Après tu sais, tu ne trouveras pas tout dans les bouquins malheureusement. » Il fit une pause, elle était toujours derrière lui. « Peut-être que la règle la plus importante pour les sang pur, du moins lorsque j'étais jeune, s'était la vertu des deux parti. » Il se retourna légèrement pour regarder la jeune femme, un main toujours sur un livre. « Vous les jeunes vous ne respectez plus cette règle de nos jours, n'est-ce pas ? » Irvin n'était pas totalement con, il faisait un peu la sourde oreille, laissant de l'intimité dans cette maison, faisant signe à son éternel de ne pas trop lui en raconter sur ce qu'il se passait en son absence, etc.

Il sortait un livre de l'étagère et le feuilleta rapidement pour voir si s'était bien ce qu'il pensait. Il regarda la jeune fille à la dérobée. « Pour deux jeunes qui s'envoient des vacheries coup sur coup, vous vous voyez souvent ces temps. » L'air de rien, il énonçait un fait. Il voulait voir la réaction de la jeune fille, essayer d'en savoir plus.




Parchemin envoyé Dim 17 Avr - 15:01

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 894 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de quatre mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans dessus-dessous.
« Il y a des mots qui brûlent mes rêves, tant d’interdits sur mes lèvres que je n’avoue pas. J’ai tant de plaisirs qui se taisent, tant de désirs qui se plaisent à rester sans voix. » - 1789, les amants de la Bastille.

I
rvin était patient. Elle l’avait toujours trouvé extrêmement compréhensif avec elle, alors qu’elle ne faisait pas partie de sa famille et qu’elle ne pensait pas sa lignée proche de la sienne. Il avait accepté ses intrusions dans le cocon, et en retour elle n’avait jamais fait preuve d’une curiosité dérangeante.. quoique parfois, son regard traînait longuement sur le père, comme pour décrypter ce qui le rendait si spécial. Elle n’a jamais soupçonné la réalité, songeant que peut-être le mystère rôdait simplement tel une seconde nature. Il prend le temps de chercher un livre, il parcourt les tranches des bouquins, Sissi suivant sagement ses pas. « Après la condition de sang-pur impose certaines règles c'est certain. Je peux comprendre que tu souhaites des informations. » Elle hoche la tête, attentive. La pureté du sang impliquait des traditions assez drastiques, quoique les Grimstone évitaient les alliances contre-nature, refusant d’imposer à leur descendance des familles en totale contradiction avec leurs idéaux. Si Maksim Grimstone, le grand-père de Sissi, s’était toujours montré plus rigide que ses propres enfants sur le sujet, il n’avait pas voulu offrir un malheur infini à sa descendance - ils préféraient associer des personnalités plus compatibles. Ekaterina avait épousé un Flamel, mariage d’intellect et de savoirs. Prometteur.. avant que la Purge ne détruise tout et que le petit garçon né de cette union ne finisse rejeté par sa mère. Sissi chasse les pensées troublées qui lui traversent l’esprit. « Après tu sais, tu ne trouveras pas tout dans les bouquins malheureusement. » Malheureusement. Elle aurait aimé que toutes les réponses soient dans les livres. Qu’il y ait un guide de la manière dont il faut se comporter en fonction des noms, comme on le fait dans les mariages - ne pas installer telle personne à côté d’une autre, ne pas mélanger les généalogies ennemies. « Mon frère vous dirait que je ne comprends que les vieux parchemins. » Esquisse d’humour. Elle avait toujours fouillé dans les rayons à la recherche des connaissances les plus complexes, sans vraiment compter d’ailleurs. Son père aimait qu’elle respecte en partie la devise des Grimstone, et il préférait qu’elle dépense en ouvrages qu’en vieux artefacts indécents. « Peut-être que la règle la plus importante pour les sang pur, du moins lorsque j'étais jeune, s'était la vertu des deux parti. Vous les jeunes vous ne respectez plus cette règle de nos jours, n'est-ce pas ? »

Elle fronce les sourcils. La vertu ? Elle paraît réfléchir quelques secondes, comme s’il y avait une information bloquée, à laquelle l’accès lui semblait difficile. « Je ne crois pas. Je dirais que la pureté n’importe plus à grand monde en matière de.. » Le terme adéquat lui reste sur le bout de la langue. Qu’est-ce qu’elle est sensée dire ? Quel est le mot idéal et poli pour cela ? « .. plaisir ? » C’est vraiment embarrassant. Surtout pour celle qui avait un vrai problème avec la notion de contact et de lâcher-prise. « Je trouve dangereux de fréquenter des sang-mêlés de trop près, mais je suis sûrement trop coincée pour comprendre qu’on puisse risquer de s’amouracher avec un rang social inférieur. » Finalement, sa conception des choses était plus claire qu’elle ne l’avait craint. Pour sa part, le risque est trop grand. Il vaut mieux vivre une idylle courte avec quelqu’un dont le sang n’entachera rien. Certes, Jonah était un traitre à son sang mais il restait de lignage pur, qu’on le veuille ou non. Puis c’était leur secret, ils ne comptaient ni sur l’avenir, ni sur un quelconque amour. Apprentissage indécent. « Sans dénigrer les sang-mêlés. Ils peuvent être tout aussi brillants. » Une tolérance paradoxale. Irvin avait été Mangemort, n’est-ce pas ? Elle ne mentirait toutefois pas, si ça lui déplaisait et bien.. le débat était ouvert, non ?

« Pour deux jeunes qui s'envoient des vacheries coup sur coup, vous vous voyez souvent ces temps. » Un livre tout près est tombé. Elle s’est trahie par sa maladresse. Elle s’empresse de ramasser, de ranger soigneusement, fuyant le regard de l’homme. Les joues sont devenues roses, légèrement, d’embarras. « Il.. Il est.. impulsif. » C’était peu dire. Tout ou rien, avec le jeune Rackharrow. Elle s’était sentie piégée par sa peur, par le fait qu’il se soit inquiété pour elle alors qu’il avait toujours montré un certain mépris à son égard. Ca leur avait échappé et Sissi jugeait cela dangereux. Exaltant mais dangereux. « .. Et plutôt gentil, en fait. Je crois que je l’ai jugé trop vite.. vous avez un fils à l’esprit vif, monsieur, et je suis navrée d’en avoir douté. » Ca n’avait pas dû être très agréable de les entendre se traiter de tous les noms d’oiseaux toutes ces années. La frigide, le débile, la vipère, le benêt d’hippogriffe. Le focifère, l’acromantula. Et autres joyeusetés charmantes. « Circée n’appréciera sans doute pas trop. Si le fait de parler à Kenan la perturbait, je m’en voudrais. » Elle tient à son amie, elle y a toujours tenu, patiente et apaisante avec elle alors qu’elle était habituellement froide. Tendre quand c’était nécessaire. Là, la situation la dépassait suffisamment pour craindre de créer une faille dans la stabilité de leur amitié. « Elle est étrange, ces derniers temps.. » Très. Distante, très occupée, absente. Kenan était désormais plus accessible que sa jumelle.
Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Ven 29 Avr - 18:47

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1292 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Certainement pas né de la dernière pluie, Irvin avait tendu quelques perches, prêchant le faux pour tomber sur le vrai. Il espérait sincèrement qu'elle mordrait à l'hameçon. Il avait abordé les choses en tenant à lui préciser que tout ne se trouvait pas dans les livres. Elle jugea bon de préciser une petite anecdote sur le sujet. Chose qui eut le mérite de le faire sourire. Quelque part, il l'appréciait, mais il la plaignait un peu également. Être aussi distante avec les autres personnes, ne pas savoir par quel bout les attraper pour engager la discussion où simplement les apprivoiser, ce ne devait pas être évident tous les jours. Il se doutait même qu'il était probable que beaucoup de sorciers, qui la croisait, devaient penser qu'elle avait des choses à cacher avec une attitude pareille. Alors, qu'à sa connaissance, la jeune femme qui se tenait devant lui était aussi vierge de toute inquiétude à ce sujet qu'un parchemin...contrairement à lui.

Il tendit ensuite sa première perche, parler de vertu le mettait clairement mal à l'aise. Elle ne semblait pas totalement comprendre non plus, il le vit à son visage.  « Je ne crois pas. Je dirais que la pureté n’importe plus à grand monde en matière de...plaisir ? » Elle n'avait pas tort, mais Irvin n'appréciait pas énormément ce point de vue. Il haussa les épaules rapidement, sans ouvrir la bouche et entrer dans un débat futile.  « Je trouve dangereux de fréquenter des sang-mêlés de trop près, mais je suis sûrement trop coincée pour comprendre qu’on puisse risquer de s’amouracher avec un rang social inférieur. » Cette fois-ci, il haussa les sourcils, surpris par sa remarque. Certes, elle était visuellement très coincée, ça n'importe qui pourrait l'attester, mais il était étonné de voir la vision qu'elle avait des autres sorciers. Il n'appréciait pas énormément le terme inférieur. Certains sorciers pouvaient être bien plus brillants que certains sangs purs. Ils avaient juste eu la malchance d'être nés dans une famille non pure. Il allait le faire remarquer, lorsqu'il se fit devancer.  « Sans dénigrer les sang-mêlés. Ils peuvent être tout aussi brillants. » Décidément cette petite l'étonnait. « Je suis totalement d'accord avec toi. » Annonça-t-il comme pour clôturer ce début de débat dont il ne voulait pas parler. Fut un temps ce n'aurait peut-être pas été le cas, il n'aurait pas eut cet avis sur les autres sorciers, mais il n'y avait que les cons qui ne changeaient pas d'avis comme disaient les moldus.

Il choisit ensuite de tendre sa seconde perche et il espérait que celle-ci serait plus facilement saisie que la première. Et en voyant sa réaction, il sut qu'il avait visé juste. Un livre chuta et elle fuyait son regard. Elle avait également rosi. Irvin n'étant pas idiot comprit rapidement. Il ne saurait dire s'il en était content ou non, des sentiments se bousculaient en lui du coup. « Il.. Il est.. impulsif. » Cela ne l'avançait pas beaucoup et ne répondait pas vraiment à ses interrogations. Il sortit un livre de l'étagère et caressa pensivement sa couverture, le faisant ronronner, attendant la suite. Parce qu'il y aurait forcément une suite.  « .. Et plutôt gentil, en fait. Je crois que je l’ai jugé trop vite.. vous avez un fils à l’esprit vif, monsieur, et je suis navrée d’en avoir douté. » Un peu sur le cul, Irvin ouvra et referma la bouche, ne sachant que dire. Avait-elle vraiment pris son fils pour un abruti ? Elle baissait dans son estime la petite. Cependant, ses remarques le perturbaient. Était-elle entrain de dire que son fils avait fait tout le nécessaire de son côté pour mettre les choses en place sans que ce soit d'un commun accord ? Si s'était le cas, une discussion s'imposait avec Kenan, les femmes ne sont pas une vulgaire potion, elles sont plus comme un filtre dont il faut prendre le temps et son mal en patience pour en retirer le plus beau. « Circée n’appréciera sans doute pas trop. Si le fait de parler à Kenan la perturbait, je m’en voudrais. » Il ne comprenait pas ce que Circée venait faire là-dedans. Certes, toutes les deux étaient amies, mais il ne voyait pas en quoi qu'elle arrête d'insulter Kenan, et inversement, poserait un problème à Cici. Sur le coup, Irvin se dit qu'il était probablement trop vieux pour comprendre toutes les subtilités de l'amitié et de l'amour des jeunes.  « Elle est étrange, ces derniers temps.. » Perdu dans ses pensées, il ne comprit pas tout de suite de qui elle parlait. Mais il finit par faire le lien. « Bon...Essayez de pas trop vous rapprocher...au cas où... » Il laissa sa phrase en suspens. Personne ne savait de quoi était fait le futur et Kenan, tout comme Erzébeth, ne couperait pas à un mariage arrangé. Elle trouvait sa fille étrange...et ce point le perturba. Assez pour qu'il tienne plus fermement le livre qui cessa de ronronner et se débattait pour se défaire de l'étreinte forcée.

Il changea de sujet sans vraiment s'en rendre compte, un peu inquiet pour sa fille. « Sais-tu quelque chose qui pourrait expliquer le comportement de Circée ? » Certes, tous les deux s'étaient embrouillés, mais cela datait d'il y a bien longtemps à présent. Et Irvin ne savait vraiment pas comment réparer les morceaux entre eux deux. Mais s'il lui était arrivé quelque chose et qu'elle n'avait pas jugé bon de lui en parler, il savait qu'il se ferait énormément de soucis pour elle. Il pouvait se creuser un océan entre eux, qu'elle resterait toujours sa petite fille et qu'il s'inquiéterait toujours pour elle. Il lâcha le livre qui alla se ranger sagement sur l'étagère. « Ce n'était pas l'entente cordiale entre nous deux ces derniers temps...il est plus que probable que si elle a vécu quelque chose, elle ne m'en parlerait pas. » Par le passé probablement pas non plus, mais elle ne l'éviterait pas systématiquement et il aurait pu avoir un début de piste. Le voilà maintenant totalement aveugle, il n'avait même pas remarqué que sa fille n'allait pas bien. Une honte.




Parchemin envoyé Lun 2 Mai - 17:31

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 894 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de quatre mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans dessus-dessous.
« Il y a des mots qui brûlent mes rêves, tant d’interdits sur mes lèvres que je n’avoue pas. J’ai tant de plaisirs qui se taisent, tant de désirs qui se plaisent à rester sans voix. » - 1789, les amants de la Bastille.

N
e pas trop se rapprocher était l’objectif premier, toutefois elle n’était pas certaine de pouvoir suivre ses propres directives. Le baiser que Kenan lui avait donné avait provoqué des émotions inédites qu’elle avait du mal à gérer. Son regard s’était accroché à celui du fils Rackharrow et elle l’avait vu autrement, pour la première fois depuis toutes ces années. Hochement de tête pour répondre. Elle a préféré perdre ses billes bicolores sur la couverture d’un livre, un peu plus loin, cuir noir attractif. Impossible de lire le titre, à cette distance. « Sais-tu quelque chose qui pourrait expliquer le comportement de Circée ? » Elle a fait quelques pas, pour se rapprocher, caresser la tranche avec attention. Elle avait toujours eu le don de se perdre dans les rayons, approchant souvent des sujets qui dérangeaient la plupart des sorciers, et finalement ça faisait partie intégrante de sa personnalité. Elle avait fini par s’habiller de noir, de ce coeur qui battait pour les découvertes les plus déroutantes, les théories les plus folles. Découvrir à n’importe quel prix. « Ce n'était pas l'entente cordiale entre nous deux ces derniers temps...il est plus que probable que si elle a vécu quelque chose, elle ne m'en parlerait pas. » La voix d’Irvin la ramène à la conversation. Elle relève le nez, esquisse un sourire désolé. Devait-elle être honnête ? L’ivresse n’était sûrement pas apprécié du père de famille mais elle ne pouvait décemment pas trahir entièrement la confiance de son amie.

« Ma dernière conversation avec vos enfants concernait le mariage. » avoue-t-elle calmement. Elle préférait lui souligner le cheminement de cette drôle de soirée dans la chambre de la jolie brune, en omettant ce dont elle n’était pas très sûre. Il comprendrait peut-être des faits qu’elle n’avait pas remarqué. « Une conversation futile sur le fait qu’ils sont contre, farouchement. Circée est trop secrète en ce moment pour me parler de choses importantes qui la bouleverseraient. » Ca l’avait blessée, au début, puis elle avait accepté le jardin secret de la demoiselle. Qu’aurait-elle pu faire ? L’agacer ? Elle ne voulait pas la déstabiliser, sachant parfaitement qu’elle avait assez de problèmes pour ne pas ajouter une dispute idiote. « Peut-être son travail ? Elle ne l’évoque jamais. » Elles n’avaient pas d’échanges sur ce que faisait la sorcière, et inversement Erzsébet ne parlait pas beaucoup de ses bijoux. Ils étaient beaux, ça s’arrêtait là. Pourquoi aller lui dire qu’elle pratiquait une magie que les Grimstone n’appréciaient guère ? Si aucune des deux ne voulait se dévoiler entièrement, il ne pouvait qu’y avoir des zones d’ombre - sans mauvais jeux de mots.

« Je crois qu’elle sort souvent aussi. Zabini en saura sûrement plus. » Le Z s’est fait légèrement sifflant. Le charmant bâtard était quelque peu hostile à toute personne trop proche de Circée à son goût, et si Sissi avait pu en être jalouse plus jeune, elle s’en était accommodée. Kenan l’avait faite pleurer toutes les larmes de son corps de nombreuses fois, en revanche elle s’était montrée moins sensible à l’avis de Zabini. « Vous êtes un peu comme ma famille et si j’avais un moyen de l'apaiser.. » Les mots meurent sur le bord de ses lèvres. Le livre s’est retrouvé entre ses bras, la forçant à reculer de quelques pas. Objet hargneux. Elle tente de le discipliner en le serrant contre elle, sans trop de succès d’abord, puis une caresse sur le bord des pages semble faire son effet. Elle manque se faire couper le bout du doigt par le papier sans que ça ne semble la perturber plus que cela. Certains ouvrages demandaient plus de patience. « Est-ce que vous allez bien, vous ? » Les rares fois où Sissi exprimait de sincères émotions, elles se lisaient vite dans ses yeux ; elle s’intéressait vraiment à Irvin, il avait élevé seul deux enfants puis deux ados au fort caractère et elle ne se souvenait pas l’avoir vu partir égoïstement, comme beaucoup l’auraient fait à sa place.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Lun 16 Mai - 13:00

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1292 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

La conversation avait dévié vers Circée, vers sa fille chérie qui ne pipait plus un mot à son pauvre père. Il avait le chic pour s'inquiéter toujours trop tardivement pour les autres, surtout ses enfants. Et pourtant, il les aimait plus que tout. Allez comprendre... Les bras ballants, il posait ses questions, tout en regardant la jeune fille s'approcher des livres et les caresser avec ce qui lui semblait être beaucoup d'amour. Il n'y avait pas à douter, elle aimait les livres. Elle lui sourit et pourtant, elle semble triste, quelque chose n'allait vraiment pas avec sa fille et il commençait à s'inquiéter sévèrement.  « Ma dernière conversation avec vos enfants concernait le mariage. » En quoi ceci concernait-il Circée ? Avait-elle peur qu'il ne la marie contre son gré ? Un jour peut-être oui...mais pas pour le moment.  « Une conversation futile sur le fait qu’ils sont contre, farouchement. Circée est trop secrète en ce moment pour me parler de choses importantes qui la bouleverseraient. » Il se renfrogna et croisa ses bras sur son torse, déçut qu'elle ne puisse lui apporter plus d'informations. Il grogna vaguement une sorte d'acquiescement, cela pourrait sonner étrangement aux oreilles des autres.  « Peut-être son travail ? Elle ne l’évoque jamais. » Il haussa les épaules, il savait qu'elle avait changé de boulot, qu'elle n'aimait pas Gringotts. Il savait dans quoi elle s'était lancée par la suite. Il suivait tout cela de loin, de très loin...peut-être un peu trop. Sa fille se lançait dans le même business que lui plus jeune, ce devait être un trait de famille probablement.

« Je crois qu’elle sort souvent aussi. Zabini en saura sûrement plus. » Quittant ses pensées, il écouta la demoiselle siffler sur le nom de l'ami d'enfance...ou presque de Circée. Oui, il en saurait probablement plus, mais ce jeune homme ne venait jamais dans les environs et il se voyait mal aller l'aborder. « Salut ! Je viens pour discuter de ma fille, dis-moi ce qui ne va pas chez elle. » Voilà qui le rendrait ridicule et qui ne ferait que prouver qu'il est un mauvais père. Non, sur les amis de sa fille, peut-être ne pouvait-il vraiment parler en toute liberté qu'à Erzsébet qu'il côtoyait depuis un bon moment à présent et qui venait le voir pour tout et n'importe quoi. Une question sur sa fille pouvait à la limite passer plus discrètement que s'il y allait en gros barbare vers une personne qu'il ne connaissait que peu.  « Vous êtes un peu comme ma famille et si j’avais un moyen de l'apaiser.. » Il reporte alors son regard perdu sur elle. Il voit bien qu'elle est blessée. De ne rien pouvoir faire ? De ne pas pouvoir aider son amie ? Il ne savait pas vraiment. Mais il n'aimait pas la voir ainsi. Il avait appris à l'apprécier avec le temps malgré son fichu serpent. Il cherchait d'éventuels mots qui pourraient la réconforter. Mais les adolescents...que s'était compliqués.  « Est-ce que vous allez bien, vous ? » Encore une fois, elle fit preuve d'un grand cœur en s'inquiétant pour lui alors qu'elle avait déjà pas mal de soucis probablement. Il lui sourit. « Viens, que je t'offre un café ou ce que tu voudras. » Il se tourna en direction de l'arrière-boutique qui donnait sur une porte permettant de rejoindre la maison. Il tendit le bras dans sa direction et lorsqu'elle fut à sa portée, il le passa derrière son dos, entourant ses épaules.

Tout en marchant il lui répondit alors. « Je vais bien, je te remercie de te soucier de moi. » Il lui sourit sincèrement. « Tu sais, tu n'as pas à t'inquiéter d'un vieil homme comme moi, je n'ai peut-être plus de femmes pour me tenir compagnie et pour s'inquiéter pour moi, ou même me cuisiner de bons petits plats. » Il rit sur cette dernière constatation. Ses pensées n'ont effleuré qu'un instant sa femme, Valelia. Il l'avait aimé, rapidement, mais un petit peut tout de même. « Mais je le vis bien. » Il fit une pause un peu songeur alors qu'il arrivait à la porte. Il l'ouvrit, pour laisser entrer la demoiselle. « Certes, je galère avec mes enfants, ils ont des caractères tellement compliqués...Personne ne m'a dit qu'ils auraient tendance à faire l'inverse de ce que je leur dirais, juste pour le plaisir de me contredire. » Sinon, il s'y serait peut-être pris autrement pour plein de choses. Ils arrivèrent dans la cuisine et d'un geste de sa baguette magique, il fit chauffer de l'eau, d'un autre, il sortit deux tasses. « Café, thé ? » Il y avait le choix sur la table, à la demoiselle de choisir. « Mais toi, en étant dans la même phase qu'eux, est-ce que tu fais pareil avec tes parents ? » Il lui fit un clin d'œil et ajouta sur le ton de la plaisanterie. « Bien entendu, cela restera entre nous. » Il aimait bien cette petite, mais ne voulait pas qu'elle ait le poids de ses conneries sur les épaules. Elle était trop jeune et trop innocente, c'était quelque chose qu'il fallait encore préserver.




Parchemin envoyé Mar 17 Mai - 15:26

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 894 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de quatre mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans dessus-dessous.
« Il y a des mots qui brûlent mes rêves, tant d’interdits sur mes lèvres que je n’avoue pas. J’ai tant de plaisirs qui se taisent, tant de désirs qui se plaisent à rester sans voix. » - 1789, les amants de la Bastille.

I
rvin Rackharrow pouvait se permettre des gestes qu’elle ne tolérait pas de ses propres parents, ce qui en soi était assez anormal, elle le concédait, ainsi le contact n’avait pas l’effet répulsif qu’il aurait provoqué avec une autre personne. Si l’heure était à l’humour, on aurait presque pu lui souffler tel père, tel fils mais ça ne l’aurait pas faite beaucoup rire. De la boutique à la maison, il n’y avait pas une grande distance et si elle vivait dans un manoir capable d’abriter trois fois sa famille, elle appréciait le confort tranquille de la librairie, plus petite, moins agitée, ainsi que celui de la demeure attenante. « Je vais bien, je te remercie de te soucier de moi. » Elle n’a pas bien compris pourquoi il la remerciait alors elle s’est contentée de sourire. « Tu sais, tu n'as pas à t'inquiéter d'un vieil homme comme moi, je n'ai peut-être plus de femmes pour me tenir compagnie et pour s'inquiéter pour moi, ou même me cuisiner de bons petits plats. » Sissi n’avait jamais trop entendu parler de la mère des jumeaux et sans doute n’était-elle pas assez indiscrète pour poser des questions. Elle se demande comment il fait pour prendre la situation avec autant de légèreté, elle qui avait si mal vécu une simple relation platonique. Irvin avait sous le nez deux personnes lui rappelant invariablement le passé, ce devait être terrible. « Mais je le vis bien. » Erzsébet entre calmement, essayant de ne pas faire preuve de trop de maladresse, de ne pas être intrusive ou au mauvais endroit. « Certes, je galère avec mes enfants, ils ont des caractères tellement compliqués...Personne ne m'a dit qu'ils auraient tendance à faire l'inverse de ce que je leur dirais, juste pour le plaisir de me contredire. » Elle ne peut s’empêcher d’offrir un sourire en coin. Bien sûr qu’ils ont du caractère. Circée et Kenan ne savaient peut-être pas exactement ce qu’ils voulaient mais ils savaient parfaitement ce dont ils ne voulaient pas, en revanche, et les faire plier paraissait assez difficile - voire impossible.

« Café, s’il vous plaît. » Le thé, c’était une tradition, élégant mais ça n’était pas vraiment son truc. Elle en buvait plus par politesse que réelle envie. « Mais toi, en étant dans la même phase qu'eux, est-ce que tu fais pareil avec tes parents ? » Le clin d’oeil semble la détendre, soudainement, comme si elle n’était plus vraiment obligée d’être parfaite, d’être l’image un peu lisse de son éducation. Elle ose même un léger rire quand il affirme que cela restera entre eux. Et le reflet sur papier glacé se craquèle un peu, finalement. Elle fait tourner la bague travaillée atour de son annulaire droit, un énième serpent invariablement attaché à son nom - et malheureusement au gouvernement actuel. « Je suis bien pire. » Elle n’a pas vraiment l’air d’en avoir particulièrement honte ou de redevenir aussi rigide qu’elle l’était à l’accoutumée. Irvin l’autorisait, peut-être malgré lui, à être elle-même. « J’ai une famille que la plupart des sang-purs m’envieraient, pas d’implications politiques avérées, neutralité, toutes ces choses si tranquilles. » C’était vrai. Mieux valait naître Grimstone qu’autre chose, quand les temps se gâtaient. « Pas la moindre petite obligation, en fait. La seule interdiction, je l’ai brisée en attrapant le virus de la magie noire. » Et les yeux bicolores ont croisés ceux d’Irvin, sans besoin de poursuivre sur le sujet. Elle ne doutait pas une seconde de sa parfaite conscience de ce que les Grimstone en pensaient. Soren avait fini par tolérer, par assimiler et accepter, Eszter elle était bien trop fermée, trop morale pour cela. « Mes parents n’ont jamais reçu le quart de l’affection que je montre ici, ça les blesse énormément mais je ne peux pas faire semblant. Kenan et Circée sont bien plus sincères et expressifs. Peut-être qu’ils ne savent simplement pas comment vous dire qu’ils vous aiment. » Sissi n’était vraiment pas douée avec ses propres sentiments, ils n’étaient qu’un fouillis monumental et étouffant qu’elle ne parvenait que rarement à démêler, en revanche elle voyait très bien l’attachement des Rackharrow entre eux. « Au début j’en étais même jalouse, j’aurais aimé échangé ma place avec la leur. » Au moins c’était clair, il n’y avait pas de doute. Et on ne se demandait plus pourquoi Soren s’était parfois montré un brin irritable, lui, la conception même du calme légendaire. Sissi choisit finalement de se taire. Elle parlait trop, là, étrangement.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Jeu 7 Juil - 20:53

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1292 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Assis l’un en face de l’autre, Irvin attends que l’eau soit assez chaude pour servir deux cafés. Il lui avait fait un clin d’œil complice, il voulait qu’elle se sente bien, surtout que son vilain reptile ne l’accompagnait pas. Une personne détendue parlait plus facilement, donc les instants à venir seraient normalement plus agréables que si elle était toute coincée dans ses réserves. Elle rit et Irvin sait qu’il a réussi son coup. « Je suis bien pire. » Ce fut au tour d’Irvin de laisser un léger rire s’échapper. Il ne la voyait pas ainsi, il l’aurait plutôt crue douce et docile, mais apparemment au sein du nid familial s’était une toute autre affaire, peut-être comme ses enfants d’ailleurs. Peut-être qu’ils étaient invivable à la maison mais qu’en dehors s’était des petits anges. « J’ai une famille que la plupart des sang-purs m’envieraient, pas d’implications politiques avérées, neutralité, toutes ces choses si tranquilles. » Il hocha la tête. Les Grimstone étaient neutre en toutes circonstances. Et il était vrai qu’avec les temps qui couraient, mieux valait être neutre. Même si s’était aussi très compliqué d’être neutre vu qu’ils prenaient tout dans la tronche. « Pas la moindre petite obligation, en fait. La seule interdiction, je l’ai brisée en attrapant le virus de la magie noire. » Leurs regards se sont croisés. Irvin pensa que la demoiselle aurait eu moins de soucis en naissant Rackharrow à ce sujet. Mais Irvin comprenait que les parents de la jeune femme n’apprécient pas forcément. La magie noire était un domaine particulièrement dangereux et menaçant, mieux valait ne pas y aller en tâtonnant de trop, au risque de se retrouver englouti là-dedans.

« Mes parents n’ont jamais reçu le quart de l’affection que je montre ici, ça les blesse énormément mais je ne peux pas faire semblant. Kenan et Circée sont bien plus sincères et expressifs. Peut-être qu’ils ne savent simplement pas comment vous dire qu’ils vous aiment. » Changement radical de sujet. Irvin mit un petit moment à comprendre de quoi elle parlait. Puis il se rappela qu’il l’avait vaguement questionnée sur l’attitude de ses enfants. Irvin étai pensif. Ses enfants étaient-ils vraiment bloqués dans leur manière de montrer leur affection à leur père ? Voilà une bien drôle de famille. « Au début j’en étais même jalouse, j’aurais aimé échanger ma place avec la leur. » Irvin en fut rudement étonné. La bouilloire se mit à siffler et à l’aide de la magie, il sertit l’eau et poussa une tasse dans la direction d’Erszébet. « Je ne suis pas certain d’être le même homme à la maison, avec mes enfants et à la bibliothèque quand tu viens me voir. » Il était songeur. Tout le monde était différent au travail et à la maison, lui probablement autant que les autres. « Tu es bien dans ta famille. Pour avoir déjà eu l’occasion de discuter avec Soren, je trouve que c’est une personne très bien. » Il l’avait vu pour affaires. Pour différentes affaires d’ailleurs. Mais il n’en toucherait pas un mot ici à sa fille. Cela ne la regardait pas. « Tant que mes enfants se comportent bien à l’extérieur, cela me convient. » Il porta sa tasse à ses lèvres, soufflant légèrement dessus. « La vie n’es jamais toute rose et je m’accommode finalement très bien de leur tempérament tempétueux, même s’ils m’exaspèrent. » Il but une petite gorgée et se brûla la langue, il fronça les sourcils. « Les parents aiment toujours leurs enfants, même s’il y a brouille ou conflits plus important. Un enfant c’est une extension de soi, on ne peut tout simplement pas l’aimer. » Il regarda la jeune fille, reposant sa tasse. « L’inverse est vrai également. On a beau s’engeuler avec ses parents, on les aime toujours, même si c’est enfoui au fond de nous. Un jour tu te rends compte que les disputes étaient inutiles, ou alors qu’ils avaient raison. Et tu te dis qu’ils le faisaient pour toi, même si ça te faisait chier sur le moment. Au final tu t’en veux de les avoir fait souffrir inutilement. » Il parlait de lui, comment la jeune fille pourrait-elle en être à ce stade déjà ? A son jeune âge. « Mais les parents savent qu’un jour les enfants sauront, et ils pardonnent. Ils pardonnent toujours. Et ce, même si c’est douloureux. » Il avait arrêté de la regardé depuis un petit moment. Il avait les yeux perdu dans le vide, repensant au passé, repensant à tout ce qu’il avait fait subir à ses parents, à la quantité de choses dont il leur en avait voulu. Il repensait aussi aux agissements de ses enfants, à leurs disputes et à la douleur qu’il avait pu avoir. Mais il savait qu’il leur pardonnait toujours tout, même si ce n’était pas immédiat.




Parchemin envoyé Mar 12 Juil - 14:01

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 894 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de quatre mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans dessus-dessous.
« Il y a des mots qui brûlent mes rêves, tant d’interdits sur mes lèvres que je n’avoue pas. J’ai tant de plaisirs qui se taisent, tant de désirs qui se plaisent à rester sans voix. » - 1789, les amants de la Bastille.

«
Je ne suis pas certain d’être le même homme à la maison, avec mes enfants et à la bibliothèque quand tu viens me voir. » Elle esquisse un sourire. Irvin n’est pas du genre à la réprimander pour sa passion pour le moins.. peu recommandable, sans doute parce que ça n’est pas son rôle, parce qu’il n’est pas son père, mais il pourrait ouvertement désapprouver, considérer qu’elle n’a ni l’âge ni l’expérience. D’autres ne se gêneraient pas. Elle l’a remercié pour la tasse, l’air songeuse. « Tu es bien dans ta famille. Pour avoir déjà eu l’occasion de discuter avec Soren, je trouve que c’est une personne très bien. » Soren était un homme bien, effectivement. Au fond ça n’était pas lui le problème, c’était elle-même, elle le savait. « Ca fait quoi.. neuf ans, monsieur ? » La question est posée doucement, sans agressivité. « Oui, neuf ans, puisque j’ai un an de retard par rapport aux jumeaux. » La question était donc presque rhétorique. Être née en octobre avait décalé la rentrée de Sissi à l’année suivante, elle n’avait donc rencontré Circée qu’à sa propre répartition, même si elle l’avait sans doute croisée au hasard de Pré-au-lard un peu plus tôt. « Je ne doute pas que mon père soit quelqu’un d’extraordinaire mais vous n’avez jamais eu l’hypocrisie de ma famille, pas une fois durant tout le temps où je me suis incrustée dans vote vie, vous n’avez reproché à vos enfants d’être ce qu’ils sont. » La librairie, la chambre de Circée, courir dans les escaliers en tentant d’assommer Kenan avec un grimoire plus gros qu’elle, observer leur drôle de dynamique père-enfants. « Le premier livre sur ce type de magie, je l’ai trouvé dans la bibliothèque de mon père. Un vieux manuscrit sur les Basilics, écrit par un Grimstone, que ma mère s’est empressée de brûler. J’aurais juste préféré.. qu’ils assument, vous comprenez ? » Qu’ils arrêtent d’essayer de se faire passer pour ces foutus saints à la magie parfaitement neutre, sans opinions politiques, quand il y a des siècles d’autres étaient tombés dans cette passion un peu déviante.

« La vie n’es jamais toute rose et je m’accommode finalement très bien de leur tempérament tempétueux, même s’ils m’exaspèrent. » Un sourire un peu rêveur la trahit. Ca, pour avoir un caractère tempétueux… ! Il faut croire qu’ils avaient de qui tenir, non ? Elle l’a longuement observé lui parler, lui expliquer ce qu’elle interprète comme une sorte de regret. Au moins Irvin était honnête, il disait visiblement ce qu’il pensait sans chercher à retourner le cerveau de son interlocutrice. Il était de bons conseils, à n’en pas douter, même si elle était un peu jeune pour envisager la perspective. « Vous avez des obligations.. » Le ton est beaucoup plus doux que d’habitude, beaucoup plus compréhensif, plus chaleureux. « Tout le monde finira par comprendre vos choix. » Irvin devait protéger sa famille, c’était son devoir, c’était ce que faisaient les parents, même si Sissi était moins tolérante avec ses propres parents qu’avec le Rackharrow. Elle avait l’âge de ses enfants, elle était trop jeune pour intégrer toutes les complications mais elle savait que, parfois, préserver une lignée impliquait quelques sacrifices. « Je m’en suis toujours voulue d’être ce que je suis, de représenter la phobie de ma soeur et les échecs de ma mère..  ça n’est pas pour ça que je vais le leur avouer. Peut-être que vos enfants sont pareils, peut-être que Circée se sent mal de vous causer du souci. Et Kenan.. » Elle a détourné les yeux. Elle risquait de trahir une proximité qui n’était pas sensée exister. Elle risquait de montrer que, finalement, leur haine réciproque n’était plus qu’une façade. Tant pis. Elle se devait de lui dire, parce qu’elle avait envie de le rassurer ou.. en fait elle ne savait pas déterminer ce qu’elle ressentait à l’égard d’Irvin. Elle lui devait bien ça, c’est tout. « Kenan a peur de vous décevoir. Il est juste trop fier et rebelle pour le dire. » Le nez vers son café. C’est chaud mais tant pis. Pendant ce temps elle n’est pas obligée de croiser les yeux sombre du sorcier. « Est-ce que vous avez des regrets, monsieur ? Ca ne me regarde pas mais.. vous avez l’air mélancolique.. » Les Rackharrow étaient bien des rares personnes dont elle se souciait sur le plan émotionnel, même si elle ne pouvait pas grand chose pour les aider. Seulement écouter. Seulement être là, avec sa maladresse.

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



Parchemin envoyé Dim 7 Aoû - 13:50

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1292 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : Shad . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Irvin était totalement naturel, très détendu aussi. Voilà longtemps que ce n’était pas arrivé. Il se sentait étrangement bien d’ailleurs. Il s’était d’ailleurs permis de lui dire qu’elle était mieux chez elle qu’avec lui et son caractère changeant. « Ca fait quoi…neuf ans, monsieur ? » Il réfléchit et hocha doucement la tête, comprenant de quoi elle parlait. « Oui, neuf ans, puisque j’ai un an de retard par rapport aux jumeaux. » Les deux filles se connaissaient depuis presque aussi longtemps que ce monde était sombre et sans avenir. « Je ne doute pas que mon père soit quelqu’un d’extraordinaire mais vous n’avez jamais eu l’hypocrisie de ma famille, pas une fois durant tout le temps où je me suis incrustée dans votre vie, vous n’avez reproché à vos enfants d’être ce qu’ils sont. » Irvin ne comprenait pas trop, mais imaginait sans trop de mal qu’elle était en conflit avec Soren. Mais il ne savait pas vraiment à quel sujet. « Le premier livre sur ce type de magie, je l’ai trouvé dans la bibliothèque de mon père. Un vieux manuscrit sur les Basilics, écrit par un Grimstone, que ma mère s’est empressée de brûler. J’aurais juste préféré...qu’ils assument, vous comprenez ? » Irvin hocha la tête, il comprenait parfaitement. Certes il n’avait pas eu à subir de véritable différence avec ses frères et sa sœur, mais il comprenait que ce soit parfois compliqué de l’accepter. Elle était fourchelangue, ça il l’avait bien compris au serpent qui la suivait toujours partout comme un petit chien. Et s’était quelque chose de très sensible, de très compliqué à accepter dans un monde comme le nôtre. Il pouvait comprendre que ses parents cherchent à la protéger en lui mettant hors des mains tous les ouvrages sur le sujet.

Bien entendu Irvin était parti dans ses vieux souvenirs emplis de nostalgie, chose qui devait ennuyer plus qu’autre chose la demoiselle. Et pourtant elle lui souriait. Peut-être que finalement ce n’était pas si ennuyant que cela. « Vous avez des obligations…Tout le monde finira par comprendre vos choix. » Il haussa les épaules, il n’en était pas réellement certain pour être honnête. « Je m’en suis toujours voulue d’être ce que je suis, de représenter la phobie de ma sœur et les échecs de ma mère…ça n’est pas pour ça que je vais le leur avouer. Peut-être que vos enfants sont pareils, peut-être que Circée se sent mal de vous causer du souci. Et Kenan... » Elle ne termina pas sa phrase sur son fils et détourna plutôt le regard. Peut-être préférait-elle retenir des propos incendiaires sur son fils vu qu’ils étaient souvent en froid. « Kenan a peur de vous décevoir. Il est juste trop fier et rebelle pour le dire. » Ah non, erreur. Irvin ne savait pas comment elle pouvait se douter de cela, mais il préféra laisser tomber la logique. « Tu n’as pas à te sentir coupable pour des choses que tu ne contrôle pas. Si ta sœur à peur des serpents, je ne pense pas que ce soit ta faute et que tu pointe ton truc sous son nez juste pour la terroriser. » Il eut un petit rire. Ce pourrait être des blagues de gamin, mais sa sœur était plus âgée d’après ses souvenirs et elle n’était plus une petite fille. « Ce n’est pas non plus à toi de prendre des responsabilités sur ce que font tes parents, l’inverse est vrai, mais pas dans ce sens, alors chasse immédiatement ces pensées de ton esprit. » Il fronça le front et agita un doigt devant son visage, comme pour la réprimander. « J’aime mes enfants, même s’ils font beaucoup de choses de travers. Je suis incapable de leur parler réellement et d’avoir la même conversation que j’ai avec toi. Mais mes enfants n’ont pas à se sentir mal de ce qu’ils font, pas alors qu’ils ne sont pas coupable et qu’ils subissent juste ce que leur destin leur met sur la route. » Ses paroles étaient sages, mais extrêmement tristes. Ses enfants ne le sauront jamais. Il n’arrivait tout simplement pas leurs parlers. « Kenan me rend très fier. C’est typiquement le genre de personne à attirer des ennuis, mais même s’il se rebelle contre tout, je suis fier de voir où il en est. » Il sourit doucement, se rendant vraiment compte de ce qu’il ressentait pour ce fils avec qui il était toujours synonyme de bataille. « Les parents sont toujours fier de voir l’évolution de leurs enfants. La première dose de magie, les premiers pas, les premiers mots, la fin de leurs études, le premier boulot, la prise en main de leur vie. Tout en fait. Les enfants sont là pour mettre du baume au cœur de leurs parents et illuminer leurs vies. » Songeur, mais heureux, il regardait sa tasse un petit sourire aux lèvres.

Erzsébeth posa une question qui le fit longuement réfléchir. « Est-ce que vous avez des regrets, monsieur ? Ça ne me regarde pas mais…vous avez l’air mélancolique... » Il releva la tête vers elle et la regarda longuement sans la voir et sans lui répondre. Avait-il des regrets ? Oui bien entendu. Des tas même. Mais pouvait-il vraiment se confier à une si jeune personne ? Elle ne pourrait pas comprendre. « Oui j’ai pas mal de regrets dans ma vie… » Il s’appuya contre le dossier de sa chaise. « Je pense être responsable de la mort de mon frère jumeau. » Après tout, s’était lui qui avait répété les paroles de Lloyd à Lilith. « J’aurais aimé que ma femme voit mes enfants grandir. Peut-être que leur vie aurait été différente. » Parfois il regrettait d’avoir tué Valélia. Peut-être aurait-elle accepté l’apparition de Kenan dans sa vie. Peut-être l’aurait-elle mieux aidé à les élevé et l’attitude de Kenan aurait été différente, peut-être qu’ils seraient toujours au Pays de Galles et que Circée ne se serait pas pris ce doloris. « Un homme de mon âge à pas mal de regrets dans sa vie, mais il doit vivre avec. » Il avait baissé la tête. Il se sentait triste, abattu. Il se sentait prêt à laisser couler quelques larmes de tristesse mais ne voulait pas le montrer. « Je suis désolé Erzsébeth, j’ai aimé notre discussion, mais je pense que tes parents doivent s’inquiéter. » Autrement dit, phrase détournée pour lui demander de partir, tout en restant poli. Après tout, voilà un moment qu’ils discutaient, tant dans la librairie qu’ici. Il se leva et commença à débarrasser la table, tournant volontairement le dos à la jeune fille. Il ne se sentait pas de la regarder.




Parchemin envoyé Dim 7 Aoû - 15:35

avatar
avatar
profil
Je suis : WW. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 30/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 894 hiboux. J’incarne : Katherine McNamara , et l’avatar que je porte a été créé par : Gallifreys, Hishnack & Texas-Flood ♥︎ . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Nerissa Carrow Je parle en : #477C64 ainsi qu'en italique pour le fourchelang. Daksha s'exprime en #A8A8A8.



Je suis âgé de : 22 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : Joaillère et chercheuse au département R&D pour le compte des Mangemorts. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, sans être mangemort mais je collabore avec eux pour préserver mes intérêts personnels. Côté cœur, : je suis mariée à Kenan Rackharrow et mère d'un petit Emrys âgé de quatre mois. Champ Libre :
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Sans dessus-dessous.
« Il y a des mots qui brûlent mes rêves, tant d’interdits sur mes lèvres que je n’avoue pas. J’ai tant de plaisirs qui se taisent, tant de désirs qui se plaisent à rester sans voix. » - 1789, les amants de la Bastille.

P
eut-être qu’elle ne devrait pas se sentir coupable mais c’était plus fort qu’elle. Alastar lui avait tenu à peu de choses près le même genre de propos, toutefois elle s’est bien gardée de le dire, liée par un secret qu’elle mettait un point d’honneur à respecter. Ce qu’il se passait entre elle et le brigadier ne devait se défaire de l’obscurité, sous le voile de leur silence. Peut-être Sissi devrait-elle assumer pleinement sa condition et le fait de ne pas cacher Daksha en faisait partie - à quel prix ? Il y avait toujours une forme d’inquiétude quand la créature rampante aux écailles de jais la rejoignait, une angoisse palpable et de sombres rappels de ce que les fourchelangues avaient toujours été dans l’Histoire. Le rire d’Irvin l’a fait sourire, sincèrement. Il était agréable, ce rire. « Je plaide coupable.. petite j’adorais siffler à ses oreilles. » Si elle n’était pas responsable de la phobie première d’Ekaterina, Erzsébet n’en avait pas moins joué, rébellion de gamine un peu trop seule à posséder cette particularité. « A Poudlard aussi.. » La fourchelangue chez les serdaigle. Au moins n’avait-elle pas goûté à la couleur verte des ambitieux, échappant aux rumeurs qui couraient si vite entre les murs du château. Elle n’avait jamais été que la mal répartie aux yeux de beaucoup, une erreur du Choixpeau. Tant pis, c’était comme ça. Et elle avait appris tellement au sein de la maison bleue et bronze. « J’imagine que je suis un peu.. ce que j’ai voulu devenir. » Un Grimstone fait ses choix et les assume. C’était une tradition ancestrale dont aucun ne déviait jamais. Faire une erreur c’était la réparer ou en épouser les travers. Savoir était synonyme de pouvoir et certains des membres de sa lignée avaient poussé le vice bien plus loin qu’elle ne le ferait jamais. Personne n’a pu empêcher la rousse de tracer son chemin entre les arcanes magiques les plus douteuses, elle avait décidé d’y faire son éducation, seule. Autodidacte d’un univers où avoir un guide était préférable.

Elle hoche la tête devant ce doigt levé. Il a de l’autorité, le monsieur. Du charisme, surtout, dirait-elle. « Je suis incapable de leur parler réellement et d’avoir la même conversation que j’ai avec toi. » Ca lui semble bizarrement logique. Sissi avait grandi dans une famille où la communication était importante et elle avait compris que, parfois, certaines personnalités ne se prêtaient que mal aux coeurs ouverts - elle la première. C’était difficile d’extérioriser. « C’est parce que je ne suis pas de votre famille. » Son jugement importait moins, elle n’était ni son sang ni l’avenir de son nom, ça aidait toujours. « Kenan me rend très fier. C’est typiquement le genre de personne à attirer des ennuis, mais même s’il se rebelle contre tout, je suis fier de voir où il en est. » Elle a retenu un rire doux. Oui, on pouvait effectivement qualifier le fils Rackharrow de nid à problèmes, un vrai aiment à ennuis. Ca avait son charme mais ça, elle ne le dirait pas, jamais. Faut se mettre à sa place, elle ne tenait pas à se faire égorger par Irvin, elle l’appréciait trop pour le contrarier ouvertement - du moins à ce moment là. « Les enfants sont là pour mettre du baume au cœur de leurs parents et illuminer leurs vies. » Elle l’a observé, un instant, pensive. Elle savait à quel point un enfant pouvait devenir le centre d’une vie, c’était ce que ses parents faisaient avec Dragomir.. mais Ekaterina, elle, avait eu une inquiétante période de rejet. Est-ce que la mère des jumeaux était de ce genre là, avant de mourir ? « Ne seraient-ils heureux de l’entendre.. ? » C’était le type de mots qui touchaient au coeur, même Sissi ressentait de l’empathie pour ce père plein d’un amour évident. On dit de tout sur les Rackharrow mais, de son point de vue, elle trouve surtout qu’ils sont injustement jugés.

« Je pense être responsable de la mort de mon frère jumeau. » Le regard vairon s’est levé de la tasse pour se poser dans celui d’Irvin. Un lien venait de se faire, un lien d’une implacable logique qu’elle tairait. Elle a revu la silhouette du manoir en haut de la falaise, au Pays de Galles, les couinements du vent et l’âme en peine d’un passé indicible. « J’aurais aimé que ma femme voit mes enfants grandir. Peut-être que leur vie aurait été différente. » Le visage se penche légèrement, la cascade de cheveux roux retombant sur son épaule. Qu’est-ce qu’on disait déjà, de sa défunte épouse ? Morte en couche ? « Il est des choses qui doivent être faites. » Remarque pragmatique. Si elle ignorait les circonstance de la disparition du frère d’Irvin, s’il se sentait responsable, c’est qu’il avait été forcé d’agir d’une manière déplaisante. « ..Et puis, qui sait.. ? Peut-être n’aurait-ce pas été mieux si votre épouse avait vécu. » Toutes les femmes ne font pas de mères formidables.

« Un homme de mon âge à pas mal de regrets dans sa vie, mais il doit vivre avec. » Une main s’est levée, doucement. La jeune femme n’était pas coutumière de ces gestes là mais elle a frôlé la main d’Irvin, dans une forme d’affection sans arrière-pensée, simple et sincère. A peine touché, déjà éloignée. Elle ne savait pas gérer cela. Elle ne savait pas faire ce qui était si naturel pour beaucoup. Elle a simplement baissé les yeux, un peu gênée. « Je suis désolé Erzsébeth, j’ai aimé notre discussion, mais je pense que tes parents doivent s’inquiéter. » La rousse a acquiescé d’un signe de tête tandis qu’il lui tournait le dos. « Merci pour tout, monsieur. » Et déjà le son régulier des talons sur le sol indiquait son départ de la demeure Rackharrow.

- TERMINE -

Sissi : #477C64
© Starseed



Open your eyes, i'm all a disguise.
I carry on like a princess, ⊹ but man i've got them fooled cause underneeth my business I'm cold, I'm hard, I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not because i'm evil. (anaëlle)



 

(IRVIN) ≤ « Sans dessus-dessous. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire sans dessus dessous - de Melanie Stryder
» Ça m'est tombé dessus. Sans crier gare. L'amour.[PV Leyla ♥]
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Pré Au Lard :: Habitations-