Partagez | 
 
-All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW    Mar 16 Fév - 11:26

All this bad blood here, won't you let it dry? + lothar & circée
"these are the days that bind you together, That these are the days that bind you together, forever, And these little things define you forever, forever. All this bad blood here, won't you let it dry? It's been cold for years, won't you let it lie? If we're only ever looking back We will drive ourselves insane As the friendship goes resentment grows We will walk our different ways."

Elle ne comprenait pas la manie de certains de ses clients à vouloir à tout prix marchander. Marchandaient-ils quand ils allaient à Gringotts ? Ou bien quand ils allaient acheter une bière au Trois Balais ? Certainement pas, avec elle, c’était pareil. « Sérieusement, si tu veux marchander c’est Borgin & Burke qu’il faut aller voir. » dit-elle alors une pointe de sarcasme. Elle maniait le sarcasme avec une habilité arrogante ; la plupart de ses clients pensaient pouvoir venir à bout du petit bout de femme qu’elle était. Elle mesurait un petit mètre soixante-dix, pesait peut être cinquante kilo toute mouillée, mais il ne fallait certainement pas la sous-estimer. « Mais je peux t’assurer que ces vendeurs de poussière de billywig n’auront pas ce que tu recherches. » Ça elle en était sûre, même certaine. Ce qu’il cherchait elle n’était peut-être pas la seule à l’avoir, mais elle était une des rares à posséder cela. Des sorciers seraient capables de lui fournir cela, mais bien sûr – il fallait un temps certain pour enchanter l’objet de ses désirs. Elle avait essayé plusieurs fois avant de parvenir à trouver l’enchantement idéal. Il n’est pas aisé de créer ce genre d’objet – celui-ci ne requérait qu’une dose infime de magie noire, la jeune femme adorait user de ses capacités apprises auprès des siens pour créer des objets plutôt dangereux. « C’est bien trop cher. » Pesta alors le demi-géant face à la jeune femme qui semblait si petite à côté. Avec nonchalance, elle haussa alors les épaules, « Alors je suppose que ça n’a plus d’importance que tu ne puisse pas avoir des yeux et des oreilles à ce dîner où tu n'es pas invité. » Sa voix était assez sèche, mais non pas dénuée de sarcasme. « Si tu es prêt à payer les soixantes dix gallions, tu sais où me trouver.  » Elle était fière de sa création, une chandelle ensorcelée, qui à travers sa flamme captait parole et image de la salle où elle était posé, fonctionnant sur le modèle d’un miroir à double sens – mais à sens unique. Elle ne le gratifia pas d’un sourire, et se contenta alors de lever le camp, attrapant au passage son sac contenant quelques-unes de ses marchandises, elle n’était pas assez folle pour transporter toute son œuvre ici. Elle ne lui adressa qu’un bref regard avant de traverser le chaudron baveur, faisant claquer ses talons sur les dalles de pierre, poussant alors la porte pour se retrouver sur le chemin de Traverse.

Cette rue  – elle l’aimait même si l’arpenter pendant trois ans pour aller travailler au bout de celle-ci avait été lourd pour elle. Elle préférait nettement travailler pour son propre compte – elle préférait nettement s’hasarder à créer des objets parfois dangereux plutôt que de sourire bêtement derrière un comptoir et orienté les clients vers leur conseiller. C’était parce qu’elle n’aimait pas cette époque qu’elle bifurqua dans la première ruelle à gauche, espérant y rejoindre quelques intersection plus loin l’allée des Embrumes où elle devrait faire quelques achats en matière d’ingrédient pour ses potions et sortilèges. La petite ruelle longeait le chaudron baveur – et était très peu emprunté, parce qu’étroite et donnant sur les poubelles de l’établissement. Mais Circée faisait rarement les choses comme tout le monde, cela restait malgré tout le chemin le plus direct, et jamais elle n’y croisait quelqu’un. Sauf cette fois, un homme se tenait en travers de la ruelle, mettant la main dans la poche de son manteau, elle enroula alors sa main autours de sa baguette, c’était peut-être rien, comme quelques choses de très mauvais goût.  Une voix derrière elle s’éleva alors : « Donnes-moi ma commande Rackharrow. » Tiens, c’était la voix du demi-géant. Sentant alors l’embuscade, toujours en gardant ses mains dans ses poches, elle dit alors, faisait un quart de tour, de façon à les voir tous les deux. « Tu as soixante-dix galions pour moi ? » Répondit-elle alors avec sarcasme. Elle le vit hocher négativement la tête tandis qu’il sorti sa baguette. Elle haussa alors les épaules, toujours avec une même nonchalance, « Tu connais la règle: pas de galions, pas de transaction. » Elle sorti à vive allure sa baguette, la pointant vers le camarade du demi-géant qui était le plus proche de la sorcière. Cette fois-ci, elle était dans une très mauvaise situation, mais elle s’en sortait toujours avec des palabres, ou presque. « Attrape son sac ! » Ordonna le demi-géant à son acolyte qui fondit sur la sorcière. Celle-ci eut à peine le temps de lever sa baguette pour le projeter quelques mètres plus loin, le sonnant. Sauf que pendant ce temps-là, le demi-géant avait foncé sur elle – faisant quelques têtes de plus qu’elle, ce n’était pas gagné. Elle n’arriva pas à se retourner à temps pour pointer sa baguette vers lui, qu’il la désarmait à son grand désarroi. Il s’approcha alors d’elle, l’attrapant à la gorge. Elle n’était qu’un poids plume, c’était pour cela qu’avec une facilité déconcertante, il la leva – faisant suffoquer la jeune femme. L’homme à terre semblait retrouver ses esprits – mais la vision de la jeune femme essayant vainement de reprendre son souffle se troublait doucement. Elle avait vraiment un mauvais pressentiment.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 283 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW    Mar 23 Fév - 14:13


All this bad blood here, won't you let it dry ? + Lupin & Rackharrow
Lothar appréciait de se retrouver en cuisine en hiver. Il préférait la chaleur des fourneaux au vent froid qui restait bloqué dans les rues lorsque le soleil se faisait de plus en plus absent. Aujourd’hui ne faisait pas exception, il travaillait encore. Il y avait toujours des clients au Chaudron Baveur. Ce n’était clairement pas la purge, d’il y a huit ans, qui avait fait diminuer la fréquentation. Les prix avaient augmenté au fur et à mesure que la Main Noire s’obstinait à venir chercher des impôts supplémentaires, mais il y avait toujours les irréductibles clients qui venaient, jour après jour. Quelque part, Lothar se demandait si le Chaudron Baveur ne restait pas moins chers que d’autres restaurants ou bars au vu de la foule qu’il pouvait y avoir par moments.

Tout à ses pensées sur ce qui se passait du côté de la salle et donc de la clientèle, il ne fit pas attention et s’entailla la main gauche. « Lupin ! Tu fous du sang partout ! » Il baissa les yeux et vit qu’en effet, son entaille qu’il pensait superficiel saignait abondamment et venait de contaminer deux assiettes. Étrangement, il ne ressentait pas de douleur particulière, cela le fit hausser un sourcil, surpris de ce manque de sensibilité. Il enleva sa main du plan de travail avant de contaminer autre chose encore. « Va enfiler un gant, tu seras gentil. » Le chef était de sale humeur depuis ce matin. Lothar ne lui avait pas demandé ce qu’il avait, purement et simplement parce que cela ne le concernait en aucune manière. Cependant, il lui obéissait au doigt et à l’œil. « Tu me refais ces assiettes, tu nettoies, tu te soignes et tu commences le nettoyage. Je ne te veux plus dans mes pattes. » Lothar ne disait rien, mais n’en pensait pas moins. Relégué au nettoyage avant l’heure. Une cruelle déception. « Oui, chef. » Toujours montré que l’on avait entendu, même si on n’aimait pas les ordres donnés. C’était ainsi que cela fonctionnait en cuisine et parfois cela avait le don d’irriter grandement le loup. Comment en cet instant présent.

Il enfila un gant, le temps de finir ce qu’il avait à faire avant de se soigner. Ainsi, le sang n’irait pas contaminer le matériel ou la nourriture puisqu’il resterait dans le gant. Ses lèvres étaient hermétiquement closes, mais un legilimens pourrait l’entendre râler, s’énerver, râler encore un peu, jurer et d’autres choses que les oreilles innocentes ne devaient pas entendre. Il mit ensuite les assiettes de côté et les recommença. Une fois que ce fut fait, il prit une poubelle et jeta toute la nourriture contaminée. Un geste qui aurait des répercussions, il le savait d’avance. Probablement qu’il perdrait quelques pièces sur son salaire du mois. À moins qu’il ne soit de corvée de plonge et de nettoyage pour les prochaines semaines à venir. Avoir les mains dans l’eau le refroidissait déjà nettement plus quant à sa présence en cuisine. Il ne faisait pas exception aux autres loups. Depuis qu’il avait subi…cela, il prenait quelques distances avec l’eau. Cela lui procurait une sensation étrange d’inconfort, alors que par le passé il prenait plaisir à s’immerger sous l’eau.

Une fois qu’il eut fait tout ce qu’il avait à faire, il commença à préparer les poubelles qu’il devrait sortir. Heureusement qu’elles n’étaient pas loin. Les cuisines donnaient, un accès direct sur une ruelle généralement non fréquentée ou cartons et poubelles s’entassaient en attendant que les mages nettoyeurs passent. Calot sur la tête, veste de cuisine blanche légèrement tâchée, tablier, pantalon de cuisine noir, baguette dans la poche droite du pantalon et chaussures antidérapantes. Telle était sa tenue. Il était certain qu’il ne la portait que du vestiaire à la cuisine, de la cuisine aux poubelles, parfois dans la salle lorsque c’était nécessaire, mais jamais au grand jamais hors du Chaudron Baveur. Il préférait ses tenues plus normales, ses capes de sorciers et ses bonnes vieilles chaussures. Aussi, peu de gens l’avaient vu en tenue de travail.

Tout à ses fulminations mentales contre le chef de cuisine, sa maladresse, etc, il se saisit de plusieurs sacs-poubelles et ouvrit d’un coup d’épaule la porte donnant sur la ruelle. Il marchait à reculons, quelques pas, s’assurant que la porte se refermait bien derrière lui. Il n’avait pas envie que quelqu’un entre par là et aille se servir gratuitement dans la cuisine.

Finalement, il se retourna et s’arrêta, stupéfait par ce qu’il était en train de voir. La ruelle, généralement déserte, était le lieu d’un règlement de comptes à l’heure actuelle. Un homme était en train de se relever, il semblait légèrement sonné. Un homme, qui était probablement un demi-géant, s’en prenait à plus petit que lui et allait probablement le tuer par asphyxie. Lothar ne vit pas de qui il s’agissait. Il ne réfléchit pas, comme toujours, et balança ses poubelles sur les deux hommes….ou choses. L’homme qui se relevait se prit une poubelle en pleine tête. Il se rassit. Sonné ou inconscient, Lothar ne s’attarda pas à chercher. Il fallait libérer la proie. Les autres sacs avaient atteint le demi-géant dans les jambes, attirant son attention. « Laisse cette personne tranquille ! » Tout en parlant, il put voir quelques formes au niveau de la poitrine. Cette personne était donc une femme. « Mesure toi plutôt à un homme espèce de lâche ! » Sur ces belles paroles et bien remonté contre son supérieur, il sortit sa baguette. Heureusement qu’il s’était entaillé la main gauche et qu’il était droitier. Peu probable qu’il aurait réussi tenir correctement sa baguette avec le gant et le sang qui coulait à l’intérieur. « Ça ne te concerne pas, dégage ! » Ni une ni deux, Lothar jeta un sort qui vint charcuter la jambe de l’homme. Merci la restauration. Tout ce qui était sortilège de découpe, de cuisson, de nettoyage et de refroidissement il maîtrisait depuis le temps. Si cet homme ne voulait pas coopérer, Lothar se ferait une joie de faire du steak de géant pour le prochain plat du jour.

Par chance, son attaque le fit lâcher la personne qui tomba sur le sol. Tous les quatre n’étaient pas dans des formes olympiques. S’était peut-être ce qui rendrait ce combat plus équitable. Ce n’est que, lorsqu’il se rapprocha de l’ancienne prisonnière qu’il vit de qui il s’agissait. « Par Merlin, Rackharrow! » S’il avait dû parier sur l’identité de la personne, il n’aurait certainement pas misé sur elle. Elle ne semblait pourtant pas être capable d’irriter un demi-géant et de manquer mourir étouffée sous ses épaisses mains. Comme quoi les apparences pouvaient être trompeuses.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW    Mar 23 Fév - 17:45

All this bad blood here, won't you let it dry? + lothar & circée
"these are the days that bind you together, That these are the days that bind you together, forever, And these little things define you forever, forever. All this bad blood here, won't you let it dry? It's been cold for years, won't you let it lie? If we're only ever looking back We will drive ourselves insane As the friendship goes resentment grows We will walk our different ways."

Elle n’avait presque jamais eu peur de s’en prendre à plus grand qu’elle. Enfin, après la Purge du moins comme si celle-ci avait endommagé les capacités de jugement de la jeune femme, ou comme si celle-ci l’avait poussé à ne plus jamais vouloir être une victime de sa vie. Plus jamais elle ne voulait à implorer la pitié de quelqu’un, alors, autant ne pas leur laisser une chance de vous faire du mal et attaquer la première. Mais un demi-géant, elle avait sans doute vu un peu grand pour cette fois – mais elle savait que ce n’était pas sans risque de faire le métier qu’elle faisait. Dans le commerce plus ou moins légal, et essentiellement dans la magie noire, le danger est toujours constant car les personnes qui requièrent vos services ne sont généralement pas des enfants de cœur. Depuis qu’elle avait commencé, quelques personnes avaient tenté de la rouler dans la farine, d’autres s’étaient montré désagréable, comme un certain Greyback qu’elle avait publiquement menacé au beau milieu d’un bar à Pré Au Lard. Elle se fichait de ces gens qui essayaient de la rouler dans la farine, ou de la voler, de leur honneur, ou même de leur fierté. Elle avait une volonté de fer que pour l’instant personne n’avait fait plier, pas même sa famille. C’était sa voie, aussi dangereuse et mal famée soit-elle.

Ses pieds avaient quitté le sol, et sa vue se troublait tandis que la sorcière venait à manquer d’air. Elle avait subi un sort de doloris enfant, mais manquer d’air était une sensation qu’elle jugeait tout aussi désagréable, et elle avait perdu la force de gesticuler, à bout de souffle. Elle entendit à peine un homme demandant au demi-géant de la laisser tranquille. Ses oreilles semblaient tout aussi incapables de faire leur travail, tout comme ses yeux. Les sons étaient lointains comme une sorte d’écho. Elle était parfaitement incapable de voir ce qui pouvait se dérouler sous ses yeux en manque d’oxygène. Elle était à deux doigts de basculer dans l’inconscience quand par un miracle de la vie l’homme la lâcha alors. Elle n’était pas bien grande, mais le choc la fit retomber sur ses deux jambes qui cédèrent alors, si bien que la sorcière se retrouva par terre, le temps de reprendre son souffle, et ses esprits. Soudain le sang de son agresseur éclaboussa alors la jeune femme au visage, elle écarquilla alors doucement les yeux, voyant que celui-ci saignait abondamment à la jambe. Elle entreprit de jauger la situation, voyant l’autre encore à terre. Elle tourna alors la tête vers son sauveur. Mais ça, c’était plutôt inattendu.  «  Par Merlin, Rackharrow ! » Lothar Lupin dans sa tenue de cuisinier qui jouait les héros. Ça le changeait, une fois il avait failli la bouffer.

Le temps de reprendre son souffle et d’analyser la situation que déjà le demi-géant semblait être de nouveau sur pied. Ca ce n’était pas une  bonne nouvelle, du tout. La jeune femme, chercha alors sa baguette qu’elle avait lâchée sur le pavé. Sans elle, elle se sentait comme nue. Sans elle, elle se sentait sans défense et à la merci de quelqu’un. Dieu sait qu’elle détestait être faible. Ses doigts attrapèrent alors sa baguette, du revers de sa manche elle essuya à la va vite le sang qu’elle avait sur le visage. Il était mal en point, mais quand même menaçant. Assez pour que la jeune femme se fiche bien de faire du mal, ou pas. La notion de bien et de mal de Circée était plutôt erronée. Elle leva alors sa baguette, « Incarcerem ! » Des cordes sortir de la baguette de la jeune femme, allant alors s’entortiller autour du cou du demi-géant. Menacée, elle devenait alors redoutable, froide, et sans cœur. C’était sans doute une facette de la personnalité de la jeune femme qui avait échappé à Lothar, jamais il ne l’avait connu dans pareille situation, sauf cette nuit de pleine lune où elle lui avait jeté un sort pour sauver sa vie. Elle jeta alors un bref regard à Lothar – préférant éviter son regard, et se concentrer sur ce qui l’accaparait réellement : ce type. Du genre à aller jusqu’au bout, elle n’avait certainement pas prévu que l’on puisse la mener par le bout du nez, ou qu’on puisse la forcer à faire quoi que ce soir. Elle s’approcha alors du géant qui tenta de lever sa baguette, mais suffoquant à cause des cordes, il tomba à la renverse, et Circée ne put réprimer un sourire satisfait.

Bien sûr qu’elle ne le tuerait pas, elle n’avait jamais tué personne, et n’avait pas envie de commencer. Son âme était noirci par la douleur de son passé, mais elle ne tenait pas à la noircir d’avantage. Elle agita doucement sa baguette le délivrant un peu de l’étreinte des cordes. Elle s’approcha alors de lui, laissant claquer sur quelques pas ses talons sur le sol pavé. « Tu disais ? » Reprit-elle alors méprisante. Ne relâchant pas la pression sur le sorcier. Elle tourna enfin la tête vers Lothar – que pouvait-elle lui dire ? Merci de m’avoir sauvé la vie ? Cela aurait été un bon début, mais hors de question de paraitre sympathique devant ces deux énergumènes.  « Bien joué Lupin. » dit-elle simplement. Le temps qu’elle le regarde pour laisser apparaitre un bref sourire sur ses lèvres, elle fut alors détourné de son attention, et le sorcier en profita. La jeune femme avait alors fait l’erreur de s’approcher de lui, et perchée sur de petits talons, son ancrage au sol n’était pas des plus fiables, il ne fallut qu’un coup de pied de la part du demi-géant pour qu’elle perde l’équilibre et tombe alors vers l’arrière. Elle tenta de mettre ses bras vers l’arrière pour amortir sa chute, mais tout allait si vite. Elle put ralentir un peu la chute, et se retrouva alors dos contre le pavé, et ressenti une douleur quand l’arrière de sa tête frappa le sol. Mais elle était encore consciente, et capable de se lever. C’était le moment pour Lupin de montrer ce dont il était capable en duel et d’achever ce qu’ils avaient commencé.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 283 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW    Sam 5 Mar - 15:04


All this bad blood here, won't you let it dry ? + Lupin & Rackharrow
Dire qu'il était étonné aurait été faible. Vraiment trop faible. Il hallucinait complètement et malgré le sang qu'elle avait sur le visage, il la reconnaissait sans mal. Tout à sa surprise, il la vit chercher sa baguette, mais ne vit pas le demi-géant se lever et être à nouveau prêt pour un combat. Il entendit le sortilège et se retourna. Il vit les cordes entortiller le cou de l'homme. Elle avait rudement bien lancé son sortilège. Il valait mieux ne pas se la mettre à dos, elle semblait coriace dans son genre. Mais d'un autre côté, il en avait déjà fait les frais par le passé. Après tout elle l'avait salement amoché en décembre et si sa plaie était fermée en surface, elle n'en restait pas moins douloureuse. Il vit Circée s'approcher de l'homme, lever sa baguette, ce qui eut pour effet de resserrer les cordes. Le demi-géant tomba, cherchant son air. Lothar s'avança alors pour lui dire quelque chose et il vit qu'elle souriait. Il comprit alors qu'elle prenait pleinement plaisir à faire ce qu'elle était en train de faire. Il fut choqué un instant et ouvrit la bouche de manière débile. Jamais Lothar n'aurait pu imaginer une seule seconde que la Circée qu'il connaissait pouvait apprécier de faire du mal aux autres. Avait-elle pris tant de plaisir lorsqu'elle avait failli le faire exploser ?

Resté sans voix face à tout cela, il se demandait si elle irait jusqu'à le tuer. Mais il finit par avoir sa réponse lorsque les cordes se sont légèrement détendues. Elle agressa verbalement l'homme. Décidément ce bout de femme était plein de surprise. Faisait-elle aussi partie des mangemorts ? Devrait-il l'attaquer un jour ? Circée le regardait, il n'avait pas bougé, sa baguette baissée vers le sol. « Bien joué Lupin. » Elle lui sourit un bref instant et il s'apprêtait à le lui retourner. Mais il la vit chuter lourdement sur le sol, partant vers l'arrière. Impossible pour elle de se retenir à quelque chose ou d'amortir un maximum le choc. Il fit un pas en avant et vit qu'elle était consciente. Il en fut soulagé. Cependant, il n'avait pas apprécié que ce sorcier ait profité d'un instant d'inattention pour la mettre à terre. Il réagit rapidement, alors que le sorcier se mettait debout et sortait sa baguette.

Lothar tenta de le désarmer, mais l'autre para le sortilège. Les deux se déplacèrent, Lothar fit en sorte que Circée ne se retrouve pas sur la trajectoire d'un sortilège par inadvertance. Jetant un rapide coup d'oeil à la jeune femme, il vit un sortilège arriver et l'esquiva juste à temps. Mais un second qu'il n'avait pas vu vint faire voler les pavés juste devant ses pieds. Cela eut le don de l'énervé. Se plongeant totalement dans son duel, il fit un pas en avant et jeta sortilège sur sortilège. Un autre pas encore, forçant l'autre sorcier à reculer. Les éclairs de lumière volaient dans tous les sens. « Tu es trop faible, Lupin. » La voix de l'autre homme donnait envie de vomir à Lothar. La façon dont il avait craché son nom de famille, avec tant de dédain lui hérissa les poils. il serra les dents, se retenant de hurler à son tour. Un sortilège qu'il manqua de bloquer lui transperça l'épaule gauche et cette fois, il hurla malgré tout. D'un mouvement rapide et sec du poignet, il jeta son sortilège. L'homme s'écroula, hurlant. Il y avait tant de rage à l'intérieur de Lothar, qu'il put tenir son doloris sans aucun problème. Il voulait le faire souffrir, mais il ne voulait pas le tuer. Il n'avait jamais tué, il ne comptait pas commencer. Les dents serrées, ses lèvres entre ouvertes, le regard noir, il fixait ce sorcier avec dégoût. Il maintient le sortilège quelques instants et, finalement, rompit le tout. « Casse-toi. Maintenant. » Si le ton était calme, il bouillait intérieurement et ses propos étaient secs.

Le sorcier ne se fit pas prier et commença à amorcer une marche arrière en rampant. Finalement, il tenta de se redresser, tout en regardant derrière lui, ce qui le fit trébucher de nombreuses fois. Il finit par réussir à se redresser, à courir et disparut au coin de la rue. Non sans avoir emporté sa baguette. Lothar resta quelques instants le dos tourné à Circée. Il ne voulait pas qu'elle le voie dans cet état. Il lui avait déjà fait terriblement peur une fois, il pensait que si elle voyait toute la colère qu'il pouvait porter, elle risquait de s'enfuir définitivement.

Il finit par se calmer gentiment et fit un demi-tour sur lui-même. Il vit le géant. Il le fixa. « Et si tu te barrais, toi aussi ? Cela nous ferait des vacances, je pense. » Celui-ci jeta un regard hésitant aux deux sorciers. Comme s'il demandait la permission. Finalement, il se leva et c'est en boitant qu'il amorça son départ. « Tu ne perds rien pour attendre Rackharrow. J'aurais ce que je veux un jour. » Regard sombre, grognements, on aurait plutôt dit un animal qu'un sorcier. Mais il finit par partir.

Ils étaient seuls. Ils ne l'avaient plus été depuis qu'il s'était introduit dans sa chambre, qu'il l'avait vue en chemise de nuit et qu'elle lui avait donné une seconde chance. Il ne savait clairement pas comment se comporter du coup en sa présence. Il était un peu gêné en réalité. Il s'approcha tout de même d'elle. « Tu vas bien ? » Il tendit la main vers son visage, comme pour lui toucher la joue, mais il arrêta son geste en cours de route et laissa finalement retomber son bras. La colère s'évanouissait petit à petit, mais il gardait en mémoire le moment de violence qu'elle avait eu. Et il finit par se demander ce qu'il avait bien pu se passer. « Tu leur as fait quoi pour qu'ils veuillent t'étriper comme cela ? » L'incompréhension se lisait sans aucun problème sur son visage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW    Dim 6 Mar - 11:51

All this bad blood here, won't you let it dry? + lothar & circée
"these are the days that bind you together, That these are the days that bind you together, forever, And these little things define you forever, forever. All this bad blood here, won't you let it dry? It's been cold for years, won't you let it lie? If we're only ever looking back We will drive ourselves insane As the friendship goes resentment grows We will walk our different ways."

La chute fut rapide et lente à la fois. Trop rapide pour lui permettre de réagir dignement et trop rapide pour lui permettre de faire quoi que ce soit pour l’amortir. Mais en même temps, elle fut assez lente pour qu’elle réalise qu’elle avait été stupide de baisser sa garde de la sorte.  Elle ne commettait pas d’erreur si stupide – tourner les yeux et baisser sa garde, ça ne lui ressemblait pas. Pourquoi avait-elle agit si bêtement en regardant Lupin et en lui parlant ? Elle n’avait pas envie de statuer sur cette question sachant que la réponse ne lui plairait sans doute pas. C’était peut-être justement parce qu’il s’agissait de Lupin – enfin de Lothar Lupin. Il avait récemment réussi à la faire passer par diverses émotions qui normalement lui auraient valu d’être frappé au visage dans le meilleur des cas, mais il n’en était rien. Il l’avait d’abord fait rire et passé de bon moment entre amis avant qu’il ne tente de la manger et qu’elle soit furieuse, puis, il avait réussi à la faire douter. Aujourd’hui, elle était totalement incertaine de savoir comment se comporter à son égard, de savoir ce qu’elle ressentait réellement. De la fureur car même s’il n’avait pas tenté de la manger volontairement il avait failli lui ôter la vie, de la peine car ce qu’il avait traversé pour en arriver là était réellement triste, ou tout autre chose qu’elle était incapable de nommer pour le moment. Il s’était posé en sauveur – ce n’était pas rien. Habituellement, elle parvenait à se débrouiller seule, laissant ses adversaire être trompé par son petit gabarit et son visage angélique. Mais elle avait été heureuse de le voir, lui Lothar Lupin – son ami, ou quelque chose qui s’en rapprochait.

Tandis qu’elle se retrouvait dos au sol, elle leva alors les yeux vers son seul allié présent dans cette rue. Il semblait alors chercher du regard si elle allait bien, elle hocha brièvement la tête, consciente mais encore sonnée. Il n’en fallu pas plus à Lothar pour réagir et se lancer dans un duel. Encore sonnée, elle assistait à un échange de sortilège, parvenait avec peine à déterminer qui lançait quoi. Elle put alors comprendre entre deux sortilèges les quelques mots envoyé par l’un des assaillants à l’attention de Lothar, « Tu es trop faible, Lupin. » Profitant du grabuge à côté d’elle, elle décida alors se faire en sorte de se remettre sur ses deux pieds.  Heureusement qu’elle n’était pas habillée comme ces petites sangs purs bien docile, elle ne portait presque jamais de robe et de chaussures inconfortables. Elle portait d’avantage de jeans – préférant leur confort. A côté d’elle, elle vit un Lothar déterminé à venir à bout de son agresseur, à la fois intriguée et fascinée. Elle n’aurait jamais pensé qu’il puisse faire preuve de tant de détermination, et de violence. Elle l’entendit alors hurler de douleur quand un sort l’atteignit visiblement. Ce ne fut qu’à cet instant encore à quatre pattes par terre à la recherche de sa baguette qu’elle leva les yeux vers lui, à temps pour le voir mettre un homme à terre. Car l’homme s’écroula alors sous le sort de Lothar – celui-ci hurla alors de douleur. Etait-ce un doloris ? Cette idée glaça le sang de la jeune femme – les cris des uns faisaient toujours écho à ses propres cris des années auparavant. Soudain, le sort cessa alors et le ton calme et froid de Lothar lui faisait découvrir une nouvelle facette de sa personnalité,  « Casse-toi. Maintenant.  » Attrapant alors sa baguette et profitant du fait que l’homme était également hors-jeu, Circée se remit alors sur ses deux jambes, encore un peu brimbalante. Elle regarda alors l’homme prendre la fuite, visiblement traumatisé par ce qu’il venait de vivre. Pour une fois que ce n’était pas elle qui traumatisait quelqu’un.  Elle regardait un Lothar de dos – il était différent, possédant une part d’ombre et de violence qu’elle ne connaissait pas à son camarade, ami avec qui elle riait jadis.

Il restait un point noir, un demi-géant dans la ruelle, peut être que tout ceci n’était pas terminé. Elle aurait voulu lancer quelque chose de cinglant à son égard, mais ce fut Lothar qui la devança alors : « Et si tu te barrais, toi aussi ? Cela nous ferait des vacances, je pense. » Circée jeta un regard froid au demi-géant, elle ne lui vendrait plus jamais rien – ou ne tenterait plus jamais rien de lui vendre. Elle faisait affaire avec des gens ayant une parole, et des gens honnêtes commercialement parlant, ce qu’ils faisaient des objets qu’elle vendait ne la regarderait pas. « Tu ne perds rien pour attendre Rackharrow. J'aurais ce que je veux un jour. » Elle semblait grogner et quand il commença à tourner le dos, « Si tu as soixante-dix galions. » Elle ne pouvait pas s’empêcher d’être insolante et arrogante. Elle n’avait aucunement envie qu’on puisse lui marcher dessus, pas dans son travail, elle avait choisi celui-ci pour être indépendante et forte, pas pour se faire arnaquer.  Le demi-géant finit alors par leur tourner le dos, gratifiant la jeune femme d’un regard noir. Elle savait qu’elle le reverrait, mais sans ses soixante-dix galions, le sorcier, ou la créature, ne verrait jamais la couleur de sa commande. Elle n’était pas cher – elle savait que c’était les prix du marché, ce genre d’objet demandait du travail, beaucoup de travail – et leur utilité était prouvé ! Elle le regarda partir, espérant un jour voir la couleur de son argent, ou bien voir son corps sur le pavé. Elle ne voulait pas sa mort – elle n’avait jamais espéré la mort que d’une seule personne.

Il ne restait qu’eux deux dans cette rue. Elle savait qu’elle avait du sang au visage, mais elle s’en accommodait. L’horreur faisait partie de son quotidien d’une certaine manière. Elle ne s’était pas retrouvée seule avec lui depuis cette fois où il avait grimpé à sa fenêtre pour s’expliquer avec elle. Elle avait été en colère, mais aussi mal à l’aise de prime abord, personne ne pénétrait dans son monde sans y être invité. Elle était plutôt froide parfois, mais elle n’avait jamais invité des gens hormis Erzsebet à entrer chez elle, ou encore Avia. Elle était pudique, et quand il était entré, elle était en chemise de nuit. Bien sûr, les explications avaient été utiles. Mais elle n’avait pas pu s’empêcher de l’éviter tout ce temps, préférant ne pas le croiser car elle avait une appréhension : que pourrait-elle bien lui dire ? « Merci de ne pas m’avoir mangé » ? Non.  « Tu vas bien ? » Cela faisait une bonne approche, simple, voici les mots qu’elle aurait pu lui dire. Elle s’apprêtait à lui répondre mais elle vit le sorcier s’approcher d’elle, et tendre une main vers sa joue. Circée resta comme figée un instant et ne put réellement recommencer à bouger et à respirer quand il y renonça finalement. Les gestes d’affections étaient une chose qu’elle ne connaissait que très peu, une chose qui lui faisait terriblement peur en réalité.  « Tu leur as fait quoi pour qu'ils veuillent t'étriper comme cela ?  » Question intéressante. Elle n’eut pas le temps de répondre à la première tout de suite. Elle était encore électrique, énervée que l’on puisse s’en prendre à elle. Elle ne tolérait jamais ses propres faiblesses, elle voulait à tout prix savoir se défendre seule, pour n’avoir à compter sur personne. Jadis elle avait été incapable de se défendre et en avait payé un lourd tribut, ce soir, ce Lothar n’avait pas été là,  elle ne serait sans doute pas encore debout, et peut être même pas encore en un seul morceau. Elle lui devait une fière chandelle.

Elle allait bien, à peu près. Elle n’était douillette pour trois noises ; « Ça va, merci. » Réussit-elle à articuler avec un petit sourire. Elle avait l’impression d’être toute courbaturer dans le dos, la chute avait eu ses effets. « Et toi, tu n’as rien ? » Demanda-t-elle ne pouvant cacher une certaine inquiétude. Elle l’avait entendu crier à son tour, elle le savait blesser, mais pas dans quelle mesure. Il semblait tenir convenablement sur ses deux jambes.  C’était la seconde fois qu’il était blessé à cause d’elle, une première fois pendant la pleine lune où elle avait dû se défendre avec un sort d’explosion, et cette fois-ci. Elle s’en voulait, car même si elle refusait de l’admettre, elle l’appréciait réellement, et d’une certaine manière tenait à lui. « Je faisais mon travail – et ils ont cru pouvoir repartir avec leur commande sans payer. » Elle laissa échapper un rire nerveux. « Comme si j’allais m’asseoir sur soixante-dix galions, il a vu le fantôme de Dumbledore ou quoi. » Stressée, ou mal à l’aise, même combat, Circée avait tendance à parler beaucoup. C’était Lothar qui la mettait mal à l’aise. Avec lui, elle avait toujours été une jeune fille normale riant souvent à  ses blagues, laissant ses ennuis derrière elle. Ce soir, il avait vu une facette d’elle plus sombre, se réjouissant parfois même de la souffrance des autres, plus violente – pourtant il n’avait vu qu’une infime partie de ce dont elle était capable quand elle sombrait dans la folie. Mais ce soir, elle avait su se tenir, par quelle magie ? Elle n’en savait rien. Peut-être était-ce sa présence qui avait continué de la faire s’attacher à la réalité. Elle fut étonné de voir qu’il possédait une part de violence en lui mais quand elle y pensait, Lothar était un puzzle cohérent qui s’assemblait sous ses yeux, le loup garou en lui était bien présent et expliquait beaucoup de chose. Nous avons tous nous démons, ils se cachent au fond de nos orbites attendant le moment opportun.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 283 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW    Ven 18 Mar - 13:49


All this bad blood here, won't you let it dry ? + Lupin & Rackharrow
Nous  n'étions plus que tous les deux et un frisson d'excitation mêlé à de l'appréhension parcourait l'ensemble du corps de Lothar. Bien entendu qu'il s'inquiétait de l'état de la jeune femme. Il n'aurait été qu'un malotru s'il ne s'était pas inquiété. Et puis, on prend toujours des nouvelles, on fait toujours attention à une personne à laquelle on tenait. Lothar tenait à la jeune femme, quoi qu'elle pense, quoi qu'elle dise. Quoique son frère en pense également. Autrement il n'aurait jamais failli se rompre le cou pour s'expliquer après l'attaque de décembre. Il avait désiré la toucher, la frôler, sentir sa chaleur, ne serait-ce qu'un instant, mais il avait hésité et elle s'était tendue. Il l'avait remarqué aux muscles de son cou et il avait compris que s'était trop tôt. Peut-être n'y aurait-il plus jamais de contact entre eux. Mais elle le rassura, elle allait bien. C'était le plus important. Elle lui sourit et il se sentit se détendre. « Et toi, tu n’as rien ? » Elle s'inquiétait pour lui, il en fut touché. Il n'était pas au mieux de sa forme, s'était certain. Sa main goûtait moins dans son gant et cette blessure ne le faisait plus souffrir. Il s'était fait un beau trou probablement au niveau de l'épaule et il n'osait pas vraiment jeter un œil à sa blessure. Il n'était pas particulièrement douillet, même si ce n'était jamais agréable de se faire perforer, mais si la blessure saignait, il avait peur de tourner de l’œil à avoir perdu trop de sang. Dernièrement il avait œuvrer avec l'ordre du phénix et sa blessure au flanc, quoique cicatrisé, lui faisait clairement comprendre qu'il n'était pas au mieux de ça forme. « Je pense que ça va. Si tu n'as pas remarqué ma blessure à l'épaule, c'est que ça ne doit pas être trop grave. À son tour il lui fit un petit sourire. » Ne pas tourner la tête, ne surtout pas regarder. Lothar se répétait ces paroles en boucle tel un mantra. Il se devait de tenir encore.

Il lui avait aussi demandé ce qui s'était passé. Histoire qu'il puisse savoir à peu près quoi raconter si des aurors venaient les interroger pour une raison quelconque...comme celle d'avoir fait couler beaucoup de sang dans la rue. « Je faisais mon travail – et ils ont cru pouvoir repartir avec leur commande sans payer. Comme si j’allais m’asseoir sur soixante-dix galions, il a vu le fantôme de Dumbledore ou quoi. » Il l'entendit rire et il renouvela son sourire de son côté. Il aimait l'entendre rire et il remarqua tout de suite que ce n'était pas tout à fait son rire habituel. Était-elle nerveuse ? Pour quelle raison ? Il espérait que ce n'était pas à cause de leur proximité. Il espérait que pas grand-chose avait changé entre eux, qu'ils pourraient simplement reprendre là où ils s'étaient arrêtés. « En tout cas, rappel moi de ne jamais, au grand jamais te mettre en colère ou te liguer contre moi. » Il eut un petit rire bref, presque nerveux à son tour. « Tu as un coup de baguette remarquable et je n'aimerais pas être à la place de ce demi géant. » Ce qui était totalement véridique. Il n'était pas particulièrement attiré par tout ce qui touchait à l’asphyxie ou au masochisme. Lothar était un peu mal à l'aise, parce qu'elle avait vu une facette de lui qu'il n'appréciait pas trop. Depuis qu'il était devenu un loup-garou, il y a huit ans, il gardait en lui un côté sombre, violent et avide de sang. Lui qui avait toujours été une personne plutôt douce, généreux et loyal se trouvait fort dépourvu depuis que le loup est venu.

Ses yeux quittèrent un instant le visage de Circée pour se tourner vers son épaule gauche. Il avait été attiré par une sensation d'humidité et il n'aimait pas vraiment cela. Lorsque ses yeux se sont posés sur sa veste, il regretta immédiatement son acte. Sa veste de cuisine blanche était à présent totalement maculée de sang au niveau de son épaule. Il n'était pas assez souple pour voir l'arrière de son épaule, mais son imagination était largement suffisante. Il eut un mouvement de recul. Il voulut porter sa main à son épaule et vit qu'il s'agissait de la main avec le gant et un peu de sang. Il laissa échapper un gémissement. Son mouvement de recul s'accentua et il ressentit le besoin de s'appuyer contre le mur. Chose qu'il fit maladroitement. Il cherchait à reprendre sa respiration afin de la rendre convenable et de se calmer. L'adrénaline commençait à se dissiper et il sentait une douleur poindre. Il serra les dents de toutes ses forces et ferma les yeux. Il aurait aimé parler encore avec Circée, mais il n'arrivait plus aligner aucune pensée. Il s'isolait dans sa tête, cherchant à mettre de la distance entre la douleur et lui, afin de ne pas se mettre à hurler lorsque la douleur arriverait plus fortement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Odedient, what else ?
avatar
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 637 hiboux. J’incarne : Daisy Ridley , et l’avatar que je porte a été créé par : Lexxie (Gallifreys) d'amour, la toute belle ! J'te kiffe . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel par en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : receleuse et créatrice d'objets magiques en tout genre - spécialisée dans l'art de la magie noire avant tout, elle ne porte pas le nom de Rackharrow pour rien. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW    Sam 19 Mar - 0:14

All this bad blood here, won't you let it dry? + lothar & circée
"these are the days that bind you together, That these are the days that bind you together, forever, And these little things define you forever, forever. All this bad blood here, won't you let it dry? It's been cold for years, won't you let it lie? If we're only ever looking back We will drive ourselves insane As the friendship goes resentment grows We will walk our different ways."

Il la mettait mal à l’aise dans le sens où elle ne savait pas comment se comporter avec lui. Avant que tout ceci ne manque de dégénérer en carnage par une belle nuit de pleine lune, leur relation était simple, amicale, et basée sur le fait de passé un bon moment ensemble à rire. Elle savait que la Lune avait tout changé, elle ne comprenait pas pourquoi tout était devenue si bizarre. Car c’était le mot qui lui venait à l’esprit – bizarre. Tout était bizarre.  Si elle était restée fidèle à elle-même, droite dans ses bottes, et sûre d’elle, elle ne lui aurait jamais parlé à nouveau, elle n’aurait jamais répondu à ses lettres, elle ne l’aurait jamais laissé entrer dans sa chambre, pire, elle l’aurait poussé pour qu’il s’écroule dos contre terre, se fichant qu’il puisse se tordre de douleur. C’était ainsi que Circée aurait normalement réagit, mais non. Elle avait répondu à ses lettres là où elle aurait dû alimenter un silence lourd et accusateur, elle aurait dû refuser de lui ouvrir sa fenêtre pour qu’il puisse entrer et s’excuser, et là, il l’aidait, et elle l’en remerciait. Rien de tout ceci n’était normal, rien de tout ceci ne lui ressemblait – Circée était extrême dans ses réaction souvent, dû à son trouble de la personnalité – pourtant avec Lothar elle se sentait… bizarre. Comme si ces extrémités n’étaient pas nécessaires.

Loin de ses habitudes, elle se sentait étrangement inquiète pour lui, elle l’avait entendu gémir de douleur. Elle le savait blesser, mais n’était pas capable de dire précisément si c’était grave. Elle avait tenté de posé cette question avec le plus d’innocence et de détachement possible.  « Je pense que ça va. Si tu n'as pas remarqué ma blessure à l'épaule, c'est que ça ne doit pas être trop grave. » Oh, elle l’avait remarquée, mais avait toujours été réservée quant au fait de montrer ce qu’elle pensait, et pouvait ressentir. Elle était inquiète pour lui, après tout elle l’avait blessé une fois à cause d’un sort, et n’appréciait pas l’idée que cette fois encore, tout était de sa faute. Il avait dû intervenir parce qu’elle s’était mise dans le pétrin, tel un valeureux prince charmant. Enfin, le Prince Charmant, Circée n’y croyait plus depuis quelques temps, ayant perdu foi dans le genre masculin, plus enclin à blesser les femmes qu’à les aimer. Mais ça c’était une autre histoire – une toute autre histoire. « En tout cas, rappel moi de ne jamais, au grand jamais te mettre en colère ou te liguer contre moi.  » Dit alors le sorcier. Elle ne put s’empêcher de laisser échapper un petit rire. Il fit écho à celui du jeune homme. Elle avait déjà été en colère contre lui, pourtant elle ne s’était pas mise dans un état pareil. C’était d’ailleurs très… bizarre. Encore cette bizarrerie.  « « Tu as un coup de baguette remarquable et je n'aimerais pas être à la place de ce demi géant. » Il lui payerait un jour sa marchandise, et s’il revenait à l’attaque, elle lui casserait sa baguette et l’enverrait au tapis. Elle ne pouvait en être certaine,  mais elle avait la volonté que les choses puissent se passer ainsi. « Oh oui, tu ne devrais… » Elle n’eut pas du tout le temps de finir sa phrase qu’elle avait commencé sur un ton assez ironique, se voulant faussement prétentieuse.

C’est les yeux du sorcier qui quittèrent les siens, donnant par le même biais l’occasion à la sorcière de respirer de nouveau plus calmement qui coupèrent la jeune femme dans sa phrase. Elle suivit son regard vers son épaule qui se tâchait de sang à vitesse grand v. C’était sa faute, la jeune femme resta tétanisée un instant, ignorant ce qu’elle devait faire. Elle donnait l’impression d’être sûre d’elle mais elle restait une jeune sorcière effrayée par la vie, et elle ne savait pas comment agir. Elle le regarda doucement chercher le mur derrière lui pour tenter de chercher un appui. Il était différent, blessé et Circée réalisait que tout ceci était entièrement de sa faute, s’il n’avait pas été obligé de lui venir en aide à cause de son insolence… il n’aurait jamais été blessé. Jamais. Elle restait muette, et figée, quand il ferma les yeux, semblant ressentir une vive douleur. Bon sang que pouvait-elle faire pour réparer ses erreurs ? « Lothar ? » Appela-t-elle doucement, essayant d’avoir une voix la plus douce possible. Elle ne pouvait cacher dans sa voix cette inquiétude qui pointait le bout de son nez. N’ayant pas de réponse, il semblait cloitré dans son monde, les yeux clos. Elle poussa un soupir nerveux, tentant de mettre en route ses neurones de serdaigle le plus vite possible.

Elle fouilla dans son sac à main ensorcelé pour être plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur, lui permettant de transporter tout un bric-à-brac nécessaire à son activité.  Elle savait qu’elle avait un peu d’essence de dictam quelque part, qui permettrait de soigner au moins en partie la blessure du sorcier. Elle fouillait quand soudain, ses doigts s’agrippèrent à une toute petite fiole transparente. C’était ça, elle en était certaine. « J’ai… j’ai… » Commença-t-elle alors, demandant alors « Lothar, ça va ? » Elle était inquiète, très inquiète même.  « Laisse-moi voir ta blessure, j’ai de l’essence de dictame. » Sa voix était peu assuré, elle n’était pas infirmière, et encore moins médicomage, mais elle s’en servait sur elle quand elle se blessait légèrement durant son travail. « A… a moins que tu préfères que je.. je t’amène à Ste Mangouste. » Elle ne savait pas pourquoi elle était à deux doigts de paniquer, sa voix n’était pas stable, pire elle avait l’impression de perdre pied, comme si savoir Lothar mal et blessé la rendait malheureuse. Elle prenait ce sentiment pour de la culpabilité, mais il y avait peut-être autre chose. Elle s’approcha alors de lui, posant doucement sa main droit sur l’épaule non blessé du jeune homme, essayant de lui apporter du réconfort, pour lui montrer qu’il n’était pas tout seul et blessé dans une ruelle.


I’ll let you do whatever, I’ll be your bad girl.

Choke me because I said so Stroke me and feed my ego I've been a bad girl, don't you know? (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


I am Insurgent, and proud to be.
avatar
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 283 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué


Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
MessageSujet: Re: All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW    Lun 28 Mar - 18:43


All this bad blood here, won't you let it dry ? + Lupin & Rackharrow
Il avait regardé, il avait eu le malheur de regarder et du coup, il ne se sentait pas bien. Les yeux fermés, il tentait de garder contenance. Il n'entendait pas la jeune femme l'appeler. Il sentait simplement la douleur pointer le bout de son nez. Quel dommage, il aurait entendu l'inquiétude dans sa voix, il aurait même pu s'en féliciter et comprendre que, peut-être, ils s'étaient rabibochés. Il respirait de plus en plus fort, essayant de se calmer comme il pouvait. Il serra encore les dents et finit par ouvrir les yeux en entendant son prénom. « Lothar, ça va ? » Il voyait un peu trouble, elle lui faisait face, il commençait à voir les contours. « Laisse-moi voir ta blessure, j’ai de l’essence de dictame. » Dictame ? Il connaissait, mais n'avait jamais utilisé. « A… a moins que tu préfères que je.. je t’amène à Ste Mangouste. » Il entendait l'hésitation dans sa voix, il voyait son visage à présent. Elle s'était approchée et posait sa main sur lui, elle le touchait. Voilà longtemps qu'elle ne l'avait plus touché, il poussa un très léger soupire avant de grincer des dents. « Ce...ce n'est pas que je n'ai pas confiance en tes capacités Circée, mais...je...je veux bien aller à Sainte Mangouste. » Il essaya de se redresser, pour s'approcher d'elle. Il posa à son tour une de ses mains sur son bras. « Je...j'ai besoin de toi...pour y aller. » Il ne serait absolument pas capable de transplaner pour y aller et il le savait. Il avait ses affaires dans les vestiaires, mais il irait les récupérer un autre jour, cela lui était complètement égal. Il posa sa main sur l'épaule de son amie. « S'il te plaît, emmène-moi. »


Revenir en haut Aller en bas
 

All this bad blood here, won't you let it dry? + LUPIN & RACKHARROW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse-