Partagez | 
THE END OF THE LINE. + LOTHAR&SKANDER

()
Parchemin envoyé Lun 15 Fév - 15:50

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

THE END OF THE LINE. + LOTHAR&SKANDER
"Then finish it, 'cause I'm with you to the end of the line."

Skander l’avait fait – il avait écrit une lettre pour piéger quelqu’un. La vie est ce qu’elle fait de nous, elle avait fait de lui en être avide de vengeance, un être qui ne se fixait pas de règles – les règles sont les entraves de l’existence. C’était pour son bien – pour le bien de son frère.  Il y a des choses que l’on fait pour le bien des siens, sachant très bien que l’autre ne comprendra pas forcément la portée et le sens de cet acte. Il l’avait fait pour plusieurs raisons : la première avait été de vengé un acte passé qui avait causé du tort aux siens, à sa famille, à sa mère, et à son père – la seconde était de préserver son frère d’une déception et d’une peine future.  Cette fille était toxique – son sang l’était aussi – sa famille l’était d’autant plus ; les Rackharrow incarnait tout ce que Skander pouvait s’échiner à vouloir détruire. Une famille sang pure convaincue d’une quelconque supériorité – convaincue qu’elle valait mieux que la sienne. C’était l’erreur qu’avait commise Irvin Rackharrow des années auparavant quand sous couvert d’être un mangemort il avait mis feu au restaurant de sa famille – causant à sa mère peine, chagrin – ce fut le déclencheur de la descente aux enfers des siens. Jamais ils n’ont été capable de s’en remettre, sa mère a fini par en mourir – son père a fini par en boire. Rackharrow devait payer – Skander s’en était fait le serment, peu importe le moyen, peu importe le prix, celui-ci devrait le payer. Dès qu’il avait su ce qu’elle fille était entrée dans la vie de son frère, il y avait vu une menace et une opportunité. Cependant pour détruire la menace, il devait enfreindre l’une de ses règles : ne pas mettre son frère en danger. C’était le prix à payer pour sa vengeance, le prix à payer c’était la vie de cette fille.

Alors oui, il avait envoyé une lettre à cette ‘Circée’ son nom parlait d’elle-même, une sorcière maléfique portant le même nom que celle qui avait piégé Ulysse pendant des années, l’empêchant d’être réuni avec les siens, c’était un signe –c’était certain.  Un rendez-vous une nuit de pleine lune dans un endroit où l’on ne peut transplaner, c’était le crime parfait. Pourtant, le lendemain aucune parution dans le journal, aucune disparition. Il se tue alors, préférant laisser le temps aux choses de se faire d’elles même. Une idée lui traversa alors l’esprit – et si au lieu de la tuer, le loup l’avait mordue ? Rackharrow payerait cela d’une autre façon – il verrait désormais la honte apposé sur le front de sa fille chérie, la rendant impropre aux mariages dont ils raffolaient tant.  Quelle fut sa déception quand il la croisa au détour d’une rue sur le chemin de traverse – la foule était dense ce matin mais c’était bien elle, en un seul morceau. Il avait encore l’espoir que son frère ai accompli malgré lui une partie de sa vengeance. Il n’avait pas évoqué la dernière pleine lune, quand Skander lui avait demandé il lui avait simplement répondu, « Comme d’habitude. » - il se disait qu’il aurait mieux fait de ne pas l’impliquer et de s’en charger lui-même, les remords il vivait avec depuis si longtemps qu’avoir la mort d’une gamine sur la conscience ne serait qu’une chose de plus à porter. Jamais la conversation ne vint sur le tapi – il n’avait aucune chance de soupçonner son frère sur le sujet, cette fille avait été trop curieuse et l’avait suivie, cette explication semblait assez logique.

Ce soir-là, Skander était attablé à la cuisine. Comme toujours, il n’avait pas préparé à manger, il faisait un bien piètre cuisinier. Il n’avait hérité de cette capacité d’aucun de ses parents, ayant toujours préférer se concentrer sur ses études, sur la magie plutôt sur la cuisine qu’il trouvait futile et sans intérêt. Penché sur le journal il avait dans sa main un verre de whisky – il n’arriverait jamais à se défaire de ses vieux démons il éprouvait sans cesse le besoin d’y céder pour se réconforter, mais aussi pour tenir debout, et enfin pour se regarder dans un miroir.  Quand la porte s’ouvrit alors, laissant entrer son frère, il leva à peine les yeux vers lui, disant simplement : « Finalement Aries ne mange pas là ce soir. » Aries, le cousin faisant parti de leur famille – de ce qui ressemblait presque à une meute et qui clairement vivait presque sous le même toit qu’eux. C’était à Lothar qu’était dévolue la tâche de faire à manger – parce qu’il était doué, et parce que c’était son métier. Skander était loin de se douter qu’une petite remarque pouvait provoquer un raz de marée. Ils étaient pareil sur certains point : ils étaient instables tous les deux. La lycanthropie avait fait d’eux des êtres impulsifs, souvent violent – toujours excessifs.



It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Mar 16 Fév - 13:01

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 286 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

The end of the line. + Lothar & Skander
Lothar était furieux. Les choses se passaient vraiment mal depuis quelque temps. Entre lui qui avait failli bouffer Circée, un soir de pleine lune, elle qui l’avait longuement envoyé promener les hippogriffes, rancunière comme jamais, entre la chute qu’il avait failli faire, et pas plus tard que la semaine dernière, et la découverte de la lettre. Il était remonté et s’il ne devait pas s’en prendre à son frère, il aurait été probable qu’il serait déjà allé refaire le portrait de l’abruti qui s’était mis en travers de son chemin. Malheureusement pour Lothar, l’abruti en question était Skander. Et il ne pouvait lui rentrer dedans comme un dragon à qui on aurait volé un œuf. Il se serait fait éjecter sans aucune délicatesse.

Voilà donc une semaine qu’il ruminait sur la meilleure façon de procéder. Il n’était pas encore certain de la tactique à aborder, mais une chose était certaine, ce soir, il parlerait à son frère. Rentrant d’une longue journée, il ne fut pas mécontent de pousser la porte de leur appartement, pensant pouvoir se reposer. La lumière était allumée dans le salon et la cuisine. Son frère était donc bel et bien présent. « Finalement Aries ne mange pas là ce soir. » Pas de bonsoir, pas d’amorce. Son frère était vraiment un boulet quand il s’y mettait. Mais Lothar savait qu’il avait besoin d’aide, aussi choisit-il de l’aborder comme d’habitude. « Salut ! J’ai bien bossé, je te remercie. » Il avait tenté l’humour pour commencer. Il avait couru partout lors du service d’aujourd’hui et étrangement, il savait qu’il devrait se remettre aux fourneaux ce soir. Comme tous les soirs. Son frère était probablement incapable de se cuire quelque chose. Ce qui ne rassurait pas Lothar lorsqu’il devait travailler le soir aussi. Il en venait à se demander parfois ce que son frère mangeait et s’il ne s’était pas empoisonné.

Il déposa ses affaires, sa cape, enleva ses chaussures et se jeta sur le canapé. Son frère avait peut-être faim, mais lui ne voulait pas mettre les pieds en cuisine pour le moment. Du coup, il serait bien obligé d’attendre un peu. Il sentit quelque chose de dur sous ses fesses. Délogeant l’objet indésirable, il vit qu’il s’agissait d’un livre sur la diplomatie. Il éclata de rire. Il vit son frère assis à la cuisine et du coup se leva pour le rejoindre à table. Il prit le livre avec lui et en arrivant vers Skander, il leva le livre pour le lui montrer. « Tu lis ça toi ? C’est ta nouvelle tactique pour diriger tes hommes ? » Réflexion concernant son poste de leader de l’ordre du phénix. Sourire goguenard sur le visage, il se moquait de son frère. Mais de manière gentille…pour le moment.

Il finit par jeter le livre sur la table de la cuisine. Celui-ci fit un magnifique plat, mais continua de glisser, jusqu’à renverser un verre, heureusement vide. Continuant sa course il finit…par terre. « Oups, trop fort, pardon. » Avant de s’asseoir, il fit le tour de la table pour aller ramasser le livre, le reposer sur la table et relever le verre au passage. Il avait de la peine à mesurer sa force. Il n’était clairement pas habitué, même au bout de huit ans, à tous les changements qui ont été effectués sur son corps.

Il s’assit sur la chaise faisant face à son frère. Jambes allongées, croisées, bras derrière la tête, il se balançait en arrière, laissant la chaise sur deux pieds. Ce qui avait généralement le don d’énerver son frère. « Alors comme ça, Aries a trouvé un meilleur restaurant ou manger ? Bah tant pis, il y en aura plus pour nous. » Il ne savait clairement pas ce qu’il allait faire à manger. Il n’y avait probablement plus grand-chose dans les placards. Il devrait donc composer avec ce qu’il aurait sous la main. « Et ta journée sinon ? Pas trop d’abrutis au cercle de jeu ? » Il aurait pu aller droit au but, surtout que la colère résonnait en lui. Il en mourrait d’envie. S’énerver, tout balancer dans la cuisine et sauter à la gorge de son frère. Il avait attendu trop longtemps pour pouvoir se contrôler totalement. Mais avant de faire quoi que ce soit, il avait besoin de connaître l’état d’esprit de son frère. C’est-à-dire, entre autres, le nombre de verre qu’il s’était ingurgité dans la journée.



Parchemin envoyé Dim 21 Fév - 22:03

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

THE END OF THE LINE. + LOTHAR&SKANDER
"Then finish it, 'cause I'm with you to the end of the line."

Skander était un bougre, un véritable bourge. Il avait beau aimer son petit frère, il n’était pas toujours très correct avec lui, bien qu’il veille sur lui.  Il n’était pas le frère idéal, il le savait – mais il n’avait jamais fait du mal à son frère enfin, pas pour l’instant. Il ne pensait pas que vouloir tuer cette fille pourrait blesser son frère, lui faire un peu de peine tout au plus. Il n’était pas un mauvais frère, il avait juste une conduite qui laissait à désirer, des gestes impulsé par l’alcool, la colère et la drogue. Heureusement qu’il avait Lothar, il ne lui disait jamais mais s’il ne passait pas sa journée à boire et s’il avait envie de se battre pour cette cause qu’était le phénix c’était grâce à lui, parce qu’il se disait qu’il avait encore quelqu’un à protéger dans ce monde. Et s’il devait éloigner les Rackharrow de son frère, quel qu’en soit le prix, il le ferait. Cette famille respirait la magie noire, elle respirait le mal – et cette fille était l’incarnation de tout ça. « Salut ! J’ai bien bossé, je te remercie. » Un bougre, je vous le disais.  Skander était penché sur un livre traitant de diplomatie, c’était un monde qui lui était étranger, mais son nouveau statut de leader de l’Ordre devait l’obliger à en faire d’avantage preuve. Son frère lui rendit bien le manque d’attention, de délicatesse et de gentillesse à son égard par une petite pique parfaitement bien placée. «  Tu lis ça toi ? C’est ta nouvelle tactique pour diriger tes hommes ? » Skander leva les yeux vers lui pour lui jeter un regard noir, mais il n’avait pas envie de répondre et de se lancer dans un débat inutile. Il n’y a que les abrutis qui ne  changent pas d’avis et refuse de changer de méthode. Il espérait ne pas être de ceux-là.  Il jeta alors le livre de diplomatie que Skander avait laissé trainé sur le canapé sur la table, renversant au passage le verre vide du sorcier. Celui-ci leva alors ses yeux noisettes vers son frère, et regarda innocemment celui-ci dire : « Oups, trop fort, pardon. »  Skander ne le regardait pas vraiment, l’esprit embrumé par quelques vapeurs d’alcool. Il regarda vaguement son frère ramassé le livre, et relever le verre vide de son frère. Puis celui-ci s’assit alors face à lui.

Il se balançait sur les deux pieds de la chaise – l’une des rares choses qui mettait Skander hors de lui. « Une chaise à quatre pieds, il faut s’en servir », c’était une remarque de sa mère qui avait marqué le sorcier dans sa jeunesse, et c’était une des rares règles de vie de celle-ci qu’il appréciait et suivait à la lettre. « Alors comme ça, Aries a trouvé un meilleur restaurant ou manger ? Bah tant pis, il y en aura plus pour nous.  » Skander le fixait, essayant de ne pas se montrer trop désagréable. « Et ta journée sinon ? Pas trop d’abrutis au cercle de jeu ? » Ses journées se ressemblaient – elles n’étaient jamais appréciables. Les clients aux Cercles de Jeux étaient désespérés, et ce désespoir était douloureux, même pour un type comme lui. Lui-même ne jouait pas son argent au Cercle car il savait qu’il deviendrait rapidement addict tout comme il l’était à l’alcool, et à certaines de ces drogues. Il arrivait à se contenir, en se disant que l’argent était nécessaire à son foyer, certes il n’y avait que son frère, et que dieu l’en garde mais il n’avait ni femme, ni enfant à nourrir e à loger, c’était une bonne chose. « Un meilleur restaurant… » Répéta-il alors, « Connaissant Aries, il a dû trouver une couette bien chaude. » C’était possible – Aries était un peu comme lui, avec la dépendance à l’alcool en moins, mais ils avaient le même attrait pour les femmes – dieu merci, ils n’avaient jamais convoité la même femme, sinon ils auraient pu s’arracher mutuellement les yeux. Mais la seule chose qui donnait des envies de violence à Skander à cet instant, c’était Lothar. Son attitude irritait le sorcier – mais il était ivre alors un rien l’irritait. « Cette chaise à quatre pieds, serre t’en – t’es pas dans ton bar miteux ici. » Sa voix était assez sèche, synonyme qu’il était énervé et qu’il avait probablement quelques verres dans le nez – pas assez pour qu’il soit incapable de se lever et de raisonner correctement, mais assez pour ne pas être totalement en état de tenir une baguette dignement. En tout cas il était assez ivre pour parler franchement sans de douteux que parler du bar « miteux » dans lequel pouvait travailler son frère pouvait s’avérer être blessant, ça il s’en fichait éperdument. Il n’était pas délicat sobre, alors il l’était encore moins ivre, croyez moi.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Sam 5 Mar - 22:20

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 286 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

The end of the line. + Lothar & Skander
Son frangin était d'une humeur de chien. Le regard qu'il lui avait jeté lorsqu'il avait lancé sa pique sur le bouquin, son regard à nouveau, très expressif quand Lothar avait commencé à se balancer sur sa chaise. Rien ne le déridait, pas même l'évocation de leur cousin. La soirée allait s'annoncer terriblement charmante. « Connaissant Aries, il a dû trouver une couette bien chaude. » Lothar rit légèrement. Oui, connaissant le cousin, il était probablement entrain de séduire une femme...voire plus. À condition qu'il ne la trouve pas à la maison close, sinon il allait y laisser tout son argent à force. « Cette chaise à quatre pieds, serre t’en – t’es pas dans ton bar miteux ici. » Lothar arrêta son balancement net. Le ton de son frère ne souffrait d'aucune réplique. Il reposa la chaise bruyamment et fixa Skander. Il avait bu, cela se sentait. Et le fait qu'il soit incapable de contrôler son débit de boissons l'irritait au plus haut point.

Voir son frère dans cet état lui rappelait une autre personne. Une personne qu'il avait aimée de tout son coeur, mais qu'il avait également détesté au plus haut point. Leur père. Après la mort de leur mère, il s'était mis à boire. Entre autres. Skander était à Poudlard, il ne voyait probablement pas tout ce qui se passait. Mais Lothar était à la maison lui. À voir son père s'effondrer, jour après jour. Le voir s'enfoncer toujours plus dans l'alcool et la colère. Le voir chuter et lui, petit garçon qu'il était, il ne pouvait rien faire pour l'aider. Son père ne l'écoutait pas, le renvoyait dans sa chambre, l'ignorait. Combien de journées avait-il passées dans sa chambre à écouter les déplacements de son père en bas, à compter tout ce qu'il brisait sous le coup de la maladresse ou de la colère. Combien de fois avait-il fui la maison, pour ne plus subir tout cela, se rendant chez son amie d'enfance pour jouer avec Ivy ? Combien de fois avait-il du mentir aux parents de cette dernière qui l'interrogeait sur l'inquiétude de son père lorsqu'il couchait chez eux, sur les nouvelles qu'ils prenaient afin d'être courtois. Tout cela avait marqué Lothar au plus profond de son être. Tout cela avait gâché son enfance, avant de finalement le délivré avec son entrée à Poudlard. Mais Skander, lui il s'en fichait, il reprenait les choses là ou leur père s'était arrêté. Il reprenait tout comme lui et il faisait vivre un enfer à son frère.

Lothar quitta ses pensées sombres, ses mauvais souvenirs et fixa son frère. Il n'allait pas bien, il ne vivait pas bien tout ce qui s'était passé depuis huit ans. Et maintenant il voulait faire vivre la même chose à son cadet. Il voulait détruire tout ce qu'il avait de cher à son cœur et cette pensée le rendait fou de rage. « Bon, vu que tu es dans une forme olympique, si l'on causait ? » Lothar se pencha en avant, posa ses avants bras sur la table, prenant appuie dessus. Il se rapprochait ainsi de son frère, il le forçait à l'écouter et à être conscient de ce qui se passait. « J'ai entendu dire que la fille Rackharrow avait survécu à une attaque. » Il attendit. Rien, pas de réaction. Il choisit d'enfoncer un peu plus le clou. « Tu sais Circée, mon amie. » Légère pause avant de donner ce qui lui semblait le coup de grâce. « La fille que tu détestes cordialement... » Il espérait de tout son être qu'il se trompait. Il espérait vraiment que son frère n'avait pas organisé tout cela. Mais pourtant ça semblait tellement logique, tellement possible. Il lui rabâchait sans cesse qu'il ne devait pas la fréquenter, qu'elle n'était pas digne et qu'elle serait sa perte. Ce ne pouvait être que lui. Lui et personne d'autre.



Parchemin envoyé Dim 13 Mar - 23:33

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

THE END OF THE LINE. + LOTHAR&SKANDER
"Then finish it, 'cause I'm with you to the end of the line."

Il n’avait pas idée qu’il ressemblait à leur père à cet instant. Il ne s’en rendait même pas compte, pourtant, ils avaient les mêmes vices, l’alcool, la drogue et sans doute les femmes. Skander avait tout fait pour rester à distance de son père dès lors qu’il avait commencé à sombrer dans l’alcool, préférant l’éviter. Il avait été habité dans la maison familiale quand la Purge avait pointé le bout de son nez, quand le coût de la vie avait flambé, et dans le but d’accompagner son frère dans ce monde. Il aimait son frère, Lothar était le dernier membre de la famille qu’il lui restait en famille proche. Bien sûr, il y avait Ombeline qui faisait aussi partie de sa famille, mais Lothar avait la particularité d’être son frère et de lui rappeler leur mère.  Il tenait à lui, même s’il donnait l’impression d’être un bougre. Il ne disait jamais ce qu’il avait sur le cœur, il ne parlait jamais de ses sentiments. A Ciena, il n’avait jamais dit qu’il l’aimait, trop fier, ou trop effrayé de subir un échec. Pourtant, il l’avait aimé, il aimait aussi son frère. Tout ce qu’il faisait, c’était pour le protéger, et s’il avait voulu faire en sorte que cette fille meurt, c’était aussi pour cela. Une Rackharrow, cela ne pouvait que lui attirer des ennuis.

Il fixa alors son frère. Skander n’était pas dans son état normal, mais l’était-il réellement depuis ces derniers temps ? Il avait l’impression de ne plus être sobre, sauf quand il s’agissait de l’Ordre, comme si se battre lui donnait une raison de ne plus boire. Il savait que s’il buvait pendant une mission, il mettait en danger les autres – et ça il ne pouvait pas le permettre. Mais dés qu’il se trouvait en dehors de ce contexte, il avait besoin de boire pour rendre cette vie supportable.   « Bon, vu que tu es dans une forme olympique, si l'on causait ? » Parler, ce n’était pas son truc. Il poussa un soupire, « Tu me fais.. » Il voulut ajouter chier, mais il n’eut pas le temps, son frère, se mit alors face à lui, les deux mains posées sur la table, déterminé à avoir cette « discussion ».   « J'ai entendu dire que la fille Rackharrow avait survécu à une attaque. » Il choisit de fixer son frère et de le laisser poursuivre. S’il savait, alors la discussion promettait d’être… dangereuse. « Tu sais Circée, mon amie. » Il savait, bien sûr qu’il savait.   « La fille que tu détestes cordialement... » Oh, il n’avait pas idée à quel point Skander détestait cette fille. Il détestait son nom, son prénom, sa famille, son sang, son père – tout. Il ne la connaissait pas, mais elle lui inspirait un système qu’il voulait détruire à tout prix. Il voulait protéger son frère des gens de son espèce, des sangs purs.

Son amie – Skander n’avait pas beaucoup d’amis. Il ne croyait pas à l’amitié homme/femme, pas quand on se rencontre comme adulte. Il avait bien sûr Beatrix en amie, il la connaissait depuis qu’elle avait onze ans, et avait l’impression d’avoir face à lui une membre de sa famille. « Ton amie, moi qui croyais que tu la baisais. » Dit-il avec son flegme naturel. Ivre il était insupportable, parfois même vulgaire ; mais il s’en fichait. « A part son jolie minois de petite sang pur, il n’y a rien que l’on puisse lui envier. » Dit-il froidement, « Continue de frayer avec des gens de son espèce et ta charmante petite tête de loup garou sera mise à prix. » Il laissa échapper un rire nerveux. Elle aurait dû mourir. Elle aurait dû y rester – bien sûr faire en sorte que son frère la tue n’était pas la meilleure des solutions. Mais sur le coup, cela avait été la seule solution. Il aurait simplement dû s’en charger lui-même – et faire payer à Irvin Rackharrow l’affront de jadis. « Si elle était morte, ça serait réglé. » Dit-il froidement. Il la voulait morte, Circée Rackharrow devait mourir. Elle était dangereuse, parce qu’issu d’une famille de cinglé, une famille de mangemort. « Attend un peu qu’elle sache que tu es membres de l’Ordre, et elle voudra ta mort, si on la liquide avant, tout est réglé. » Il disait avec calme, froidement, mais calme.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Mar 5 Avr - 13:29

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 286 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

The end of the line. + Lothar & Skander
Le ton était posé. Lothar était partant pour discuter, mais n'accepterait pas de tourner cent ans autour du pot. Il avait eu la gentillesse d'apporter le problème en douceur auprès de son frère. S'était déjà pas mal. Le problème avec Skander, c'était qu'il était le portrait craché de leur père lorsqu'il avait bu. Aucun tact, aucune diplomatie. Il balançait les choses comme elles lui passaient par sa petite cervelle imbibée d'alcool. C'était pour ne pas finir comme eux que Lothar ne s'autorisait pas réellement à boire de l'alcool. Il le faisait parfois, mais très rarement. « Ton amie, moi qui croyais que tu la baisais. » Cette remarque eut le don d'énerver Lothar. Et en même temps le fit rougir. Ce n'était pas faute d'y avoir imaginé plusieurs fois, mais il ne s'était jamais rien passé entre eux et vu comme les choses étaient parti, il ne se passerait jamais rien. Mais de toute manière, ses histoires de coeur ne concernaient nullement son frère. « A part son jolie minois de petite sang pur, il n’y a rien que l’on puisse lui envier. Continue de frayer avec des gens de son espèce et ta charmante petite tête de loup garou sera mise à prix. » Il fulminait. Son visage s'était fait dur, fermé. Il avait croisé les bras sur son torse. Il voulait lui balancer tout ce qu'il avait sous la main, mais il se retenait pour le moment, il serrait les poings le plus fort qu'il le pouvait. « Si elle était morte, ça serait réglé. Attend un peu qu’elle sache que tu es membres de l’Ordre, et elle voudra ta mort, si on la liquide avant, tout est réglé. » Ce fut la phrase de trop.

Il se leva brusquement de sa chaise, frappant au passage ses poings sur la table. La chaise avait basculé heurtant le sol avec bruit. « Alors c'est ta faute si j'ai failli la tuer ! » Il était fou de rage. Jamais il n'aurait cru son frère capable de tant de noirceur. Il le dégoûtait. « Pourquoi tant de haine à son égard ? Tu ne sais rien d'elle. » Il martelait la pauvre table, qui ne lui avait rien fait, de ses poings. « C'est parce qu'elle est pure ? Privilégiée ? » Il regardait son frère avec insistance, il parlait fort, hurlait presque, il n'arrivait plus se contenir. Il était à deux doigts de le frapper. « Tu la juges trop bien et tu en es jaloux ou quoi ?! » Il balaya tout ce qui se trouvait sur la table. Son frère toujours impassible, capable d'annoncer la moindre chose avec le plus grand calme, le mettait hors de lui. « J'ai failli la tuer, t'en as rien à foutre ? Et nos règles bordel ! On ne tue pas de sorciers ! C'est bien quand ça t'arrange avoue ! » il se mit a faire les cent pas dans la cuisine, frappant chaque chose qui se trouvait sur son passage. La chaise finit vers l'entrée de la cuisine et l'un des meubles de la cuisine était en aussi piteux état que la table. « Tu me dégoûte Skander, t'es comme papa au final, rien qu'un vieil ivrogne qui ne pense qu'à ses petites affaires, mais jamais à sa famille. » Il était toujours fou de rage, mais il avait craché cette dernière constatation avec plus de venin que le reste. Il savait que Skander ne voulait pas ressembler à leur ivrogne de père, aussi en faire la comparaison était peut-être ce qui pourrait le plus le blesser.



Parchemin envoyé Mer 20 Avr - 11:31

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

THE END OF THE LINE. + LOTHAR&SKANDER
"Then finish it, 'cause I'm with you to the end of the line."

« Alors c'est ta faute si j'ai failli la tuer ! » Tout juste, pensa-t-il alors. Et s’il avait échoué, c’était aussi de sa faute. Skander lui avait imposé des règles de conduites, sans celle-ci, la petite sang pur n’aurait été qu’un amuse-bouche. Nerveux, son frère tapa alors du poing sur la table. Ils se ressemblaient, incapable de gérer leur colère, l’un comme l’autre, c’était comme si la bête était toujours à l’affût de la moindre faiblesse. « Pourquoi tant de haine à son égard ? Tu ne sais rien d'elle.  »Et lui-même, savait-il tout d’elle ? Skander en doutait. Il ne faisait pas confiance à cette donzelle à la famille complètement cinglée. « C'est parce qu'elle est pure ? Privilégiée ? »  Parce qu’elle allait le briser, d’une manière ou d’une autre. Roméo et Juliette avaient connu une fin tragique, pourquoi espérait-il aller à l’encontre des principes fondamentaux, pourquoi espérait-il jouer contre le destin ? « Tu la juges trop bien et tu en es jaloux ou quoi ?!  » C’était lui qui était trop bien pour elle. Elle n’était qu’une sang pur parmi tant d’autre, fade, sans importance, pensant qu’elle était sans doute le centre du monde, élevée pour être une créature immonde fanatique de Voldemort – ou quelque chose du genre. Mais il n’était certainement pas jaloux. Tout ce que Skander pouvait lui envier était le corps de la sorcière, et encore. «  J'ai failli la tuer, t'en as rien à foutre ? Et nos règles bordel ! On ne tue pas de sorciers ! C'est bien quand ça t'arrange avoue !  » Tout ce qui était sur la table vola. Frappant ce qui se trouvait sur son passage. Lothar avait beaucoup de mal à contrôler sa colère, ses émotions. «  Tu me dégoûte Skander, t'es comme papa au final, rien qu'un vieil ivrogne qui ne pense qu'à ses petites affaires, mais jamais à sa famille.  » Il était complètement différent. Il n’était pas comme lui ; leur père se tapissait dans l’alcool, oubliant ses fils. Skander lui n’oubliait pas son frère, et il n’oubliait pas non plus cette cause qui était la leur.

« Je ne suis pas comme lui. » Répondit Skander, les dents serrées. « Je pense à la famille, et toi non. » Sa voix était sèche, cassante, froide. Bien sûr qu’il pensait à la famille, chacune de ses pensées était pour sa famille, avec l’Ordre c’était la dernière chose qu’il lui restait dans sa vie.  Le reste, il l’avait foutu en l’air. « Alors tu ne comprends pas. » Dit-il d’une voix à la fois triste, et résignée. Il ne comprenait pas ; pourtant, il devrait la Purge, l’Ordre, tout cela aurait dû lui ouvrir les yeux sur le monde qui l’entourait. Des gens de l’espèce de Circée Rackharrow n’hésiteraient pas à les tuer si nécessaire, aussi persuadé soit-il d’être son ami ou autre chose. « Tu penses qu’elle tient à toi. Tu penses que vous pourriez aller au bout du monde. Tu penses que vous affronteriez des tempêtes. Mais tu te trompes, parce qu’un jour, son  cinglé de père va lui demander d’épouser un sang pur aussi cinglé qu’eux, et elle le fera au nom de cette idéologie qui l’a bercée depuis son enfance. Tu crois qu’elle est différente, mais à la fin, elle t’aura détruite. » Il parlait franchement sans filtre. Bien que l’esprit embrumé par l’alcool, ses paroles étaient plutôt claires. Il posa ses mains sur la table, pour se relever un peu. Il détestait les Rackharrow depuis aussi loin qu’il s’en souvenait. Il se souvenait d’Irvin Rackharrow, mettant le feu à leur restaurant alors qu’il était enfant. Il savait que leur mère ne s’en était jamais remise, et qu’elle soit tombée malade quelque temps plus tard n’était pas une coïncidence. Le malheur des Lupin avait commencé par cet incendie, Skander en était persuadé. « Mais si tu crois que je ressemble à Papa, alors c’est que tu crois à la génétique, à l’hérédité des caractères. » Il se releva alors, ne supportant pas d’être regardé de haut. « Elle est peut-être simplement comme son père. Cinglée, mangemorte, folle. » Il marqua une pause, cessant alors de s’appuyer contre la table, levant les yeux vers son frère, le fixant, froidement. « Son père, celui qui a incendié notre restaurant, c’est lui qui a poussé maman au désespoir en faisant cela. C’est sans doute à cause de lui que tu n’as plus de mère. » Il marqua une pause. Cette pause était nécessaire, même s’il savait qu’il parlait probablement à un mur, cette fille avait réussi à lui retourner le cerveau. Elle portait bien ce prénom de la sorcière maléfique qui avait piégé Ulysse et ses compagnons durant son périple pour retourner à Ithaque.  « Un jour, tu comprendras que c’est parce que tu es mon frère, et que je veux te protéger que j’agis ainsi. » Ce n’était pas la meilleure des façons d’agir, mais il n’avait pas le choix. Il aurait pu ajouter qu’il agissait ainsi parce qu’il l’aimait, c’était son frère. Mais Skander n’était pas du genre à dire ces choses-là. Même à Ciena, il ne lui avait jamais dit clairement, il s’en voulait. « Les règles sont faites pour être enfreintes. Quand ils sauront, ce que nous sommes, à qui va notre allégeance, tu crois qu’ils ne vont pas essayer de nous tuer ? Alors tuons-les avant. Elle sera pareille qu'eux, tu verra. » Sa voix était froide. Il ne voulait pas que son frère soit blessé, par quiconque. Mais surtout pas par une femme. Celle-ci avait tous les critères selon Skander pour blessé Lothar. Elle était belle, sang pur, issue d’une famille cinglée – elle ne pouvait pas être bien différente de son père. Soit elle voudrait le tuer apprenant son allégeance, soit elle le quitterait pour aller se fiancé à mieux que lui – dans tous les cas de figure, Skander avait la certitude qu’elle allait le briser. « Quoi que tu penses, je suis là pour toi. Je l’ai toujours été, et je ferais ce que je juge nécessaire. » C’était à la fois un avertissement, et une promesse.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Sam 14 Mai - 18:24

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 286 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Ekaterina Flamel Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

The end of the line. + Lothar & Skander
Fou de rage, dégoûté, il ne voyait son frère que d'un mauvais œil à présent. Il lui avait avoué avoir été l'auteur de la tentative de meurtre, il venait de lui dire texto que s'était sa faute s'il avait pourchassé la jeune femme à travers les bois, avec comme seule envie de la bouffer, de la détruire. Il frappa le meuble de la cuisine de toutes ses forces, fermant les yeux en imaginant la tête de son frère.  « Je ne suis pas comme lui. » Lothar ouvrit à nouveau les yeux en entendant son frère. Sa colère ne baissait pas, il ne pouvait se retourner pour lui faire face, pas tout de suite. « Je pense à la famille, et toi non. » Lothar secoua la tête, ce que disait son frère était erroné. Peut-être prétendait-il penser à eux, mais Lothar ne n'en avait pas rien à faire, il protégeait toujours son frère, du moins pour l'instant. « Alors tu ne comprends pas. » Il se retourna, gardant ses distances avec Skander. Il croisa les bras, s'appuya sur les meubles de cuisine tout amochés. En effet, là, il ne comprenait pas. Mais si Skander se donnait la peine de lui expliquer, peut-être qu'il serait éclairé de son génie et comprendrait son acte...ou pas. « Tu penses qu’elle tient à toi. Tu penses que vous pourriez aller au bout du monde. Tu penses que vous affronteriez des tempêtes. Mais tu te trompes, parce qu’un jour, son cinglé de père va lui demander d’épouser un sang pur aussi cinglé qu’eux, et elle le fera au nom de cette idéologie qui l’a bercée depuis son enfance. Tu crois qu’elle est différente, mais à la fin, elle t’aura détruite. » Il serra les poings, il enfonçait ses doigts dans la paume de ses mains, ses ongles s'enfonçant également, entaillant la peau. Le cuisinier n'en avait absolument rien à faire qu'elle lui brise le cœur plus tard, mais son frère était trop étroit d'esprit pour penser que l'on pouvait être heureux à l'instant présent sans penser à l'avenir.

Il regarda son frère se lever de table. « Mais si tu crois que je ressemble à Papa, alors c’est que tu crois à la génétique, à l’hérédité des caractères. Elle est peut-être simplement comme son père. Cinglée, mangemorte, folle. » Le regard de Lothar se fit dur, il n'aimait pas la manière dont son aîné parlait de la jeune femme. Elle n'était pas folle, loin de là. Mais il était trop borné pour s'intéresser réellement à elle. Lothar ne disait rien, il voyait bien que son frère n'en avait pas fini. De toute manière, s'il ne voulait pas cracher sa rage au visage de son frère et peut-être même lui faire atterrir son poing sur son si beau visage, attirant des questions de l'ordre, il ferait mieux de la fermer tout simplement. « Son père, celui qui a incendié notre restaurant, c’est lui qui a poussé maman au désespoir en faisant cela. C’est sans doute à cause de lui que tu n’as plus de mère. » Le jeune homme tiqua. Comment pouvait-il annoncer cela comme ça ? Comment pouvait-il en être certain ? Lothar secoua la tête, persuadé qu'il tentait là une manipulation afin de l'éloigner encore d'elle. Mais ça ne fonctionnerait pas. Elle était malade, elle avait succombé à sa maladie, ce n'était pas l'incendie qui l'avait tué. Lothar en était certain, même s'il était trop jeune à l'époque pour comprendre tout ce qui se passait autour de lui. « Un jour, tu comprendras que c’est parce que tu es mon frère, et que je veux te protéger que j’agis ainsi. » Il grogna. De mécontentement, mais également pour montrer qu'il l'écoutait toujours. Il faisait ça pour son bien, mais bien sûr. Comme si tuer une femme ferait de lui un homme sans problème. Ce n'était pas comme s'il aurait été recherché par toute l'Angleterre pour avoir tué une sang pure et être un loup-garou. Ce n'était pas non plus comme s'il se serait détruit jour après jour pour le mal qu'il avait fait en cherchant comment il aurait pu éviter tout cela. Skander ne réfléchissait décidément pas avant de faire quelque chose. Le protéger...Il l'aurait détruit oui. « Les règles sont faites pour être enfreintes. Quand ils sauront, ce que nous sommes, à qui va notre allégeance, tu crois qu’ils ne vont pas essayer de nous tuer ? Alors tuons-les avant. Elle sera pareille qu'eux, tu verra. » Lothar bougea, décroisa ses bras, prenant appui sur le plan de travail. Ses yeux s'étaient à nouveau assombris. « Quoi que tu penses, je suis là pour toi. Je l’ai toujours été, et je ferais ce que je juge nécessaire. » Il balaya alors ce dernier argument d'un geste de la main.

Serrant les dents il voulait rester civiliser avec son frère. Mais il avait peur que les choses s'annoncent compliquées. « Tu sais quoi Skander ? Je pense qu'à trente ans, j'ai passé l'âge d'avoir une nounou. Si ce que tu dis sur le fait de me protéger est vrai, cela te donnera bonne conscience, tant mieux pour toi. » Il s'approcha de son frère cette fois-ci. Il le dominait très légèrement. Il croisa les bras sur son torse, lançant un regard noir à son frère. « J'aimerais que tu te rentres dans le crâne que j'ai aussi besoin de vivre, de découvrir des trucs et que je dois faire mes erreurs. » Il fit une pause, son ton se fit un peu moins dur, plus triste. « Tu as eu la chance de vivre, un boulot qui te plaisait, une femme qui t'a rendu heureux. » Il parlait de Cienna, même si elle était morte aujourd'hui, elle avait fait son bonheur pendant plusieurs années. Lothar était un vieux garçon, il avait eu des amourettes sans lendemain. S'il jugeait qu'il voulait faire ses expériences, s'il voulait se rapprocher de Circée, cela le regardait lui, et uniquement lui. « Si elle doit me briser le cœur, cela me regarde. » Il posa ses mains sur la table, prenant appui sur celle-ci, ce qui eut pour effet de le mettre plus bas que son frère. « Ce n'est pas en tuant les autres que tu résoudras tes problèmes. Réfléchis un peu avant de faire quelque chose. En tuant cette femme, j'aurais éprouvé quoi tu penses ? Tristesse ? Culpabilité ? Dégoût ? J'aurai également été recherché pour meurtre, pour être un loup etc. Le lien aurait vite été fait avec moi entre les personnes qui nous ont vu ensemble, ses amis, sa famille. Tout compte fait, heureusement qu'elle n'est pas morte, en plus d'une ennemie, tu aurais perdu un frère. Ton seul frère. » Il appuya sur ce dernier argument. Il se redressa et alla relever la chaise qui était vers la porte d'entrée. « J'imagine que tu comprendras qu'il me faudra du temps pour te pardonner. Mais tu es mon frère et je finirais par te pardonner, d'autant plus qu'on est passé à côté du drame. » dit-il en relevant la chaise. Une fois fait, il posa les mains sur le dossier, ce qui lui releva les épaules. « J'ai...j'ai besoin d'être un peu seul, je vais aller faire un tour. J'espère que tu arriveras te débrouiller pour manger. » Sur ces paroles, il lui tourna le dos, quitta la cuisine, ainsi que l'appartement. Il avait besoin de se retrouver.



 

THE END OF THE LINE. + LOTHAR&SKANDER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la fiche de Méline Laura
» Aëline
» Education féline
» Virginie vient raconter ce qu'elle a vu au bar (pv Céline)
» Virginie passe Chez Céline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse-