Partagez | 
There's nothing as fun as coming untied - Circée

()
Parchemin envoyé Lun 1 Fév - 0:42

avatar
avatar
profil
Je suis : Haeny , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/01/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 643 hiboux. J’incarne : Sam Riley , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories (Bazzart) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Cordelia Pevrell, Deimos Carrow Je parle en : color=#cc0000



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, ancien brigadier pour le ministère J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Veuf, le fantôme de son ex-femme rôde quelque part sur une falaise du Pays de Galle
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

There's nothing as fun as coming untied

Alastar & Circée





Al’ sortit de la librairie d’Irvin. Pré-au-Lard lui semblait plutôt calme, pour un début de soirée, aussi le sorcier décida-t-il de transplaner non loin du Chaudron Baveur, où il comptait couler quelques heures bien tranquilles, loin de tout tracas, avant de rejoindre son propre appartement. Il lui arrivait, au cours de ces soirées, de faire la connaissance de l’un ou l’autre sorcier curieux. Souvent, il tombait sur des adeptes de magie noire et passait des heures entières à échanger sur des formules et sorts interdits. Il lui arrivait aussi de croiser des contrebandiers peu scrupuleux qui acceptaient, moyennant une belle somme, de lui vendre en toute discrétion un objet dangereux, voire interdit par le Gouvernement. Al’ savait les risques qu’il prenait en effectuant de tels échanges, mais rien n’y faisait : son ancien job de fournisseur lui manquait énormément, et il altérait ce sentiment comme il le pouvait.

L’une des façons d’exorciser ce manque était Circée. La jeune femme lui avait récemment réclamé son enseignement. Cette discipline, peu pratiquée, mais ô combien utile dans le monde magique, requérait talents et connaissances. Tout ce que sa nièce possédait. Et s’il s’était au départ opposé à cette proposition qu’ignorait totalement Irvin, Al’ avait fini par céder devant l’insistance de la brune. Et puis, il fallait dire qu’il brûlait de rouvrir ces grimoire, d’effectuer ces ensorcellements, en présence d’un novice ou pas. Et il devait admettre que Circée était une excellente élève, qui pourrait bientôt se débrouiller seule, si elle mettait ses connaissances à jour assez régulièrement.

Et pourtant, pourtant Irvin se plaignait beaucoup d’elle en ce moment. Il était au fait de ses nouvelles capacités, mais ignorait tout de leur origine. Al’ avait tenté, au cours de la discussion, d’avouer qu’il était le « responsable » mais s’était tu. Son frère avait bien plus d’un reproche à adresser à sa fille : celle-ci trainait, selon lui, dans des trafics louches, et passait ses soirées dans certains bars voire cercles de jeux peu fréquentables, entourées de types peu recommandables. Alastar peinait à croire ce qu’Irvin assénait : Circée était tellement… douce… scolaire en sa présence. Comment l’imaginer ivre à une table de jeu ? Bien sûr, il y avait eu quelques changements physiques récents. Al’ avait bien remarqué cette nouvelle coupe, qui la rendaient plus mature, mais aussi ces vêtements plus féminins qu’elle portait à l’occasion. Pas de quoi s’alarmer pour autant… Avait-il été si aveugle ?

Alors qu’il se perdait dans ces pensées, quelques sorciers particulièrement éméchés s’attablèrent non loin de lui. Ils beuglaient plus qu’ils ne parlaient, si bien qu’Al’ dut presque subir leur conversation plus qu’il ne le souhaitait.

"Eh comment vous allez ? Venez asseyez-vous je viens de juste de commencer ! Et sinon vous vous z’êtes amusés à ce que je vois !"

"On vient du Cercle de jeux. Et devine quoi… on s’est tous fait plumer par une mioche. " Malgré l’alcool, le ton de l’ivrogne était dépité, traînant.

"Sérieux ?"

"Ouais. Une gamine qui est souvent là à c’qui paraît. On a pensé à lui faire la peau à la sortie, mais elle a la rage, cette fille, elle ferait peur. On retournera après pour lui dire deux mots, mais avant j’ai bien besoin d’un petit remontant."

L’homme eut à peine le temps de héler la serveuse qu’Alastar fondait déjà sur lui.  "Cette gamine, elle ressemble à quoi ?"

Quelques minutes plus tard, Alastar pénétrait dans la salle obscure du Cercle de Jeux tenu par les Blacks. Il peinait à croire ce qu’il venait d’entendre et pourtant, tout correspondait. Il arpenta la salle, à la recherche de sa nièce. Une musique qui rappelait les années folles résonnait, tandis que la foule se pressait autour des tables toutes complètes. C’était une excellente soirée pour les Blacks et Alastar se renfrogna à cette idée. Il les avait pris en grippe depuis la Purge et souhaitait de tout cœur que ses doutes soient infondés. Si Circée était bel et bien ici, elle avait choisi le mauvais endroit.

Et enfin, il la trouva, accoutrée d’une robe et tout sourire, à une table de ce qui devait être du Poker. Un verre à la main, elle faisait tache au milieu de tous ces types tout droit sortis d’un mauvais western, à l’allure complètement sordide et crasse. Al’ se fraya un chemin jusqu’à lui faire face, de loin. Il se dissimulait dans l’ombre pour observer la scène, avant de porter un jugement. Et pourtant, les faits étaient là. Il parvenait à peine à l’admettre. Il se cala contre le mur et fixa son regard sur sa nièce qui ignorait sa présence, pour l’instant. Et pourtant, au milieu de la partie, il crut la voir tourner la tête dans sa direction.

La partie touchait à sa fin et personne n’avait vraiment pris de risques. La suivante risquait, par contre d’être plus mouvementée. Al’ savait qu’il devait intervenir. Mais il ne voulait pas hurler sur sa nièce au milieu de cet endroit, entouré de chiens et surtout de Blacks. Ce dont Circée avait avant tout besoin, c’était d’une bonne leçon. Il surgit de l’ombre et s’adressa au croupier. "Vous auriez encore une place ? " L’homme lui indiqua une chaise vide, située presque en face de sa nièce. Tout en ignorant sa réaction, Alastar s’installa, bien décidé à gagner cette partie. Tout compte fait, il allait peut-être bien passer une bonne soirée.
Parchemin envoyé Mer 3 Fév - 23:55

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
There's nothing as fun as coming untied + rackharrow's

Elle aimait l’ambiance qui régnait en ces lieux, un vieux mélange de prohibition mêlé à la décadence de la mafia, un vrai cocktail interdit qui plaisait à la jeune sorcière. Longtemps elle était restée dans un cocon formé par son père, mais aussi par son frère. Elle avait été élevé dans un cocon car la Purge l’avait fragilisée, elle avait grandi dans un cocon car elle avait été l’unique fille au sang pur d’un sorcier – et malgré qu’un jour elle allait sans doute servir de monnaie d’échange lors d’un mariage arrangé, elle savait que son père avait de l’affection à son égard. Son cocon l’avait empêché de faire ce qu’elle voulait, pendant longtemps elle avait couvert les frasques de son jumeau parce que c’était la meilleure chose à faire. Que n’aurait-elle pas fait pour aider Kenan ? Elle aurait sans doute vendu son âme au diable s’il le fallait, elle espérait simplement qu’il ferait de même pour elle maintenant qu’elle commençait également à faire des siennes, elle aurait sans doute besoin de lui pour couvrir ses arrières, s’il allait dans son sens.  Elle espérait simplement qu’il soutiendrait ses actions – elle l’espérait sincèrement, mais elle savait que son frère aspirait avant tout à la protéger, alors cette fois ci et pour la première fois de sa vie, elle serait sans doute seule. Elle avait commencé à s’émanciper en choisissant de changer de métier, au grand damne de son paternel qui n’avait nullement envie de voir tomber dans les travers qui avaient été les siens jadis. Elle était jeune, et sans l’ombre d’un doute encore u peu trop naïve. Sa sortie de Poudlard avait été brutale, elle qui avait été mise dans un cocon tout de suite, elle s’était retrouvé exposée bien assez tôt.  Elle se souvenait encore de sa première virée au Cercle de Jeux, elle avait été accompagnée de Kenan et tous deux avaient bravé l’interdit de leur père pour se rendre entre ces murs. L’alcool coulant à flot, l’odeur de cigarette et cette ambiance prohibition avait séduit une jeune fille en manque de sensation. Plusieurs fois elle y était retournée, et plusieurs fois elle avait fait preuve d’adresse au poker. Enfin, cela n’avait pas toujours été de l’adresse, pas toujours.

Ce soir-là, l’adresse ne suffisait plus. Il y avait un temps encore pas si lointain où à l’aide d’un partenaire de jeux, ils s’amusaient à plumer d’autres joueurs à deux. Elle resongeait à cette époque avec nostalgie mais aussi un dégoût certain. Un temps où elle avait appris des techniques de prestidigitateur moldu pour substituer des cartes et gagner une partie avec facilité. Assise à une table, la jeune femme venait de rafler un beau pactole qu’elle s’empresserait de dépenser de nouveau ou qu’elle utiliserait pour ses affaires. Ici elle se sentait libre, sachant que jamais son père n’y mettrait les pieds, ni même Kenan, elle était dans son monde. Et quand bien même, n’était-elle pas une sorcière adulte, et responsable ? Son père doutait de cette dernière qualité et le lui rappelait assez souvent, lui rappelant aussi parfois qu’elle n’avait pas toute sa tête. C’était ce genre d’allusion qui étaient les plus douloureuse pour la sorcière, le fait qu’elle soit parfois considérée comme folle. Elle était une adulte parmi d’autre adulte, certains n’étaient que des raclures de bas étages, mais elle s’en fichait, ici ce qui comptait était les gains que l’on pouvait y faire. Ce soir, la chance était de son côté, elle avait plumé deux sorciers qui dépité avaient fini par quitter la table. Lorsqu’on la voyait assise dans sa robe, elle paraissait frêle et fragile, mais ne vous avisiez pas de venir la contrarié, elle était plus forte qu’il n’y paraissait. Dans le jeu, elle ne se rendit pas compte qu’elle était observé –elle tourna la tête dans une direction où elle aurait dû y reconnaitre un visage, il n’en fut rien, elle était bien trop occupée.

Le gain était sûr, la mise petite. Elle n’avait eu rien à perdre, ni rien à gagner dans cette partie. Occupé par ce qu’elle allait faire, elle portait le verre de whisky pur feu à ses lèvres, quand une voix étrangement familière lui parvint aux oreilles :  « Vous auriez encore une place ?  » Quand elle leva les yeux, elle vit Alastar face à elle, prenant place dans la siège vide en face du sien. Elle manqua de justesse de s’étouffer avec sa gorgée de whisky. Bon sang, mais par Merlin que faisait-il ici ? Elle n’avait pas eu l’impression que venir entre ces murs faisait parti de ses habitudes, pire, elle ne l’avait jamais vu ici. Elle s’empressa de porter une nouvelle fois le verre à ses lèvres, comme si la seconde gorgée passerait mieux, ce qui fut le cas. Ce mouvement avait été plus nerveux – plus brut. Elle avait étonnamment un self control certain entre ces murs, jadis elle aurait sauté à la gorge de quiconque lorsqu’elle perdait à une partie de carte, elle était plus civilisée désormais, bien que toute aussi redoutable. Elle évitait de le regarder, préférant ne pas croiser son regard. Jamais elle n’avait vu son oncle ici, et jamais il ne l’avait vu ainsi, passablement éméchée car elle devait admettre ne pas en être à son premier verre, mais toutefois encore capable de tenir debout (enfin, ça elle espérait). Elle leva finalement les yeux vers lui une seconde quand le croupier commença à distribuer les cartes. Elle savait que cette partie ne serait pas facile, pire, elle promettait d’être truquée, son oncle avait de quoi vérifier les jeux de chaque joueur – sa légilimencie était une injustice, elle le savait. Elle aurait dû se retirer, capituler – mais elle était assez entêtée pour tenter le diable. Attrapant son jeu d’un regard distrait – ce n’était pas la joie, mais c’était déjà cela. Elle laissa les cartes retournées sur la table, et commença à triturer l’un de ses jetons nerveusement entre ses doigts. Quand ce fut son tour, elle avança quelques jetons, le regard toujours baissé, comme une enfant contrariée prête à faire un caprice.



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Dim 14 Fév - 22:17

avatar
avatar
profil
Je suis : Haeny , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/01/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 643 hiboux. J’incarne : Sam Riley , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories (Bazzart) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Cordelia Pevrell, Deimos Carrow Je parle en : color=#cc0000



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, ancien brigadier pour le ministère J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Veuf, le fantôme de son ex-femme rôde quelque part sur une falaise du Pays de Galle
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Let the games begin

Alastar & Circée




La table était complète. Avant le début de la partie, les stewards proposèrent boissons et autres services aux participants et Alastar profita de cet intermède pour envoyer un employé du Cercle lui échanger quelques gallions contre des jetons. Il n'était plus vraiment coutumier de ce genre de soirée ou d'endroit. Mais il l'avait été. Et ces souvenirs ravivaient un enthousiasme fiévreux qu'Alastar n'attendait pas. Il posa ensuite son regard sur sa nièce, située idéalement juste en face de lui. Circée l'avait bel et bien vu. Le contraire était impossible. Mais elle fuyait son regard, comme une enfant coupable pris en flagrant délit de bêtise. Il nota ses gestes désordonnés, ses coups d'oeil hasardeux et troublés, et surtout ce verre d'alcool qui ne devait pas être le premier. Voir sa nièce dans un tel contexte était pour le moins... troublant. Et un petit peu dérangeant, il devait bien l'admettre. Mais plus Alastar raisonnait et plus il pouvait comprendre l'attrait que pouvait représenter un endroit pareil aux yeux d'une jeune adulte de bonne famille. Tout droit sortie d'un cocon, d'une prison ... Enfin tout dépendait du point de vue. Et il aurait été bien hypocrite de la blâmer pour ce genre de sortie, même si elle était seule, et plutôt mal entourée. Non, ce qu'Al' ne parvenait pas à digérer, c'était l'endroit. Que Circée aille se ruiner où elle le souhaitait. Mais pas chez les Blacks.

Alastar se demanda également d'où elle sortait tout cet argent. Aux dernières nouvelles, il savait que son boulot chez Gringott's l'ennuyait profondément, et que la brune avait d'autres projets, d'autres ambitions. Alastar l'encourageait à voir plus loin et plus grand, il devait bien l'admettre, car pour lui, elle pouvait tellement plus, tellement mieux. Mais dans ses emportements, sans doute avait-il, même de façon infime, permis à Circée de mener une activité illégale qui lui rapportait plus que de droit. Al', au fond, n'en savait rien, mais il comptait bien tirer les choses au clair dès qu'il en aurait l'occasion. Et pour cela, il faudrait aller au bout de cette partie de Poker.  

Le Steward revint, les clients reçurent leurs consommations et la partie commença. Le croupier battit les cartes et les distribua avec dextérité. Il fallait d'abord miser en fonction de la main avant que le croupier ne dévoile les trois premières cartes communes, qui étaient souvent décisives dans ce genre de partie. Alastar avisa brièvement sa main avant de déposer ses cartes, presque aussitôt. Un sept de coeur et un valet de trèfle. Pas de quoi fanfaronner pour l'instant, mais pas de quoi paniquer. Le tout était de jauger la réaction de ses adversaires. Circée était comme un livre ouvert : visiblement déçue par sa main, elle misa une faible somme sans conviction. Bien sûr, tout pouvait changer au cours des tours à venir et Al' n'écartait pas l'hypothèse du bluff pour autant.

Les trois autres types eurent des comportements assez différents. Le premier avait misé peu, le regard fermé. Le deuxième, plus mystérieux, situé à gauche de Circée, relança en haussant la mise de plusieurs gallions. Quant au dernier, il suivit la hausse sans grand enthousiasme. Al' décida de suivre à son tour sans hausser le montant des paris. Il tenta alors de croiser le regard des autres joueurs. Sa légilimancie était moyenne, presque médiocre. Il ne pouvait s'en servir pour déceler le mensonge à l'insu de ses victimes. Quand Al' s'immisçait dans l'esprit de quelqu'un, il le faisait avec force et indiscrétion. Pire, il entrait dans l'intimité et le passé de ses victimes comme on défoncerait une porte. Âpreté et violence. Autant dire que s'il voulait rester discret, il faudrait qu'il effleure à peine la psyché de ses cobayes, c'est-à-dire que les pensées des plus subtils lui resteraient inaccessibles.

Il eut la chance de croiser le regard de deux joueurs : le premier et le troisième. Sans connaître les détails, Alastar les devinait nerveux, mal assurés. Bref, ils avaient une très mauvaise main. C'était plutôt bon signe. En revanche, le deuxième homme, situé à la gauche de Circée, demeurait une énigme. Pire, il défia le brigadier du regard sans ciller. Al' baissa brusquement les yeux, conscient qu'il venait peut-être de se faire repérer en pleine tentative de tricherie.

Heureusement, le croupier abattit les trois premières cartes communes : Sept de carreau, valet de coeur et trois de pique. La chance lui souriait. Al' était certain d'avoir au moins deux paires, ce qui n'était pas mal du tout, à ce stade de la partie. Il resta néanmoins stoïque, mais ne put réprimer un léger sursaut à peine visible. Il tenta de lire à nouveau dans le regard de ses adversaires et de croiser celui de Circée, afin de lui signifier secrètement que sa main était bonne. Elle pourrait alors l'aider à faire monter les mises. Seul obstacle : cet homme blond qui restait impassible, les yeux rivés sur le tapis de jeu. Il fallait avant tout s'assurer qu'il ne représentait aucun danger avant de poursuivre, mais comment... Al' prendrait peut-être le risque de se jeter à l'eau sans certitude, ce ne serait pas la première fois. Mais l'hésitation le rongeait et il chercha à nouveau les yeux de sa nièce. Leur avantage était certain : ils se connaissaient à l'insu des autres joueurs. Ils devaient en tirer parti s'ils voulaient remporter cette partie à deux. Encore fallait-il qu'ils se comprennent. Et ça, ce n'était pas gagné...


Spoiler:
 

Parchemin envoyé Mar 16 Fév - 21:25

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
There's nothing as fun as coming untied + rackharrow's

Sa main était déplorable, tout comme sa chance ce soir-là. Elle détestait ne pas avoir la main chanceuse, c’était les paramètres qui faisaient qu’elle devenait très rapidement une très mauvaise joueuse, détestant de perdre. Le Poker était logique, ce n’était pas qu’une question de chance, c’était également une question de probabilité – pour son intellect de serdaigle, c’était toujours un défi de défier les probabilités. Mais ce soir, les probabilités n’avaient pas envie d’être bouleversées. Habituellement, elle demeurait assez douée pour bluffer, et ne se défaisait jamais de son sourire, souvent arrogant, parfois même narquois. Elle n’avait pas prévu qu’Alastar passe cette porte et décide de s’installer à la même table de jeu qu’elle. Jamais un membre de sa famille ne passait cette porte, pas même son frère, ou encore son père -  alors quand elle avait vu son oncle débarqué elle avait l’impression d’avoir de nouveau seize ans et d’avoir été surprit rentrant d’une soirée un peu arrosé à la bière au beurre. Face aux siens on a beau se dire que l’on est adulte, l’enfant en nous finit toujours par ressortir à un moment ou à une autre.

Observer ses adversaires était la première clef du succès, Circée parvenait à lire avec plus ou moins d’aisance suivant les joueurs. Son oncle face à elle semblait plutôt satisfait de sa main, elle tenta à son tour de regarder les autres joueurs, toujours avec la plus grande discrétion – il ne fallait pas la main noire vous croît entrain d’être utilisé la légilimencie, sinon vous étiez plus ou moins un homme mort. Circée savait tricher – c’était même souvent la clef de sa réussite. Mais il n’y avait rien de magique là-dedans, rien du tout. Elle s’était surprise à apprendre des techniques de prestidigitations moldues – mais depuis quelques temps elle y avait très peu recours. C’était ainsi qu’elle avait amassé un petit pécule qui grandissait doucement à Gringotts  - elle avait commencé à en mettre de côté depuis sa sortie de Poudlard, se disant qu’un jour cela lui serait fortement utile. C’était son petit secret à elle – elle n’était pas très dépensière, et en gardait de côté. Maintenant qu’elle se lançait dans les affaires son petit pécule devenait utile. Mais elle le gardait, au cas où – c’est toujours utile d’en avoir de côté. Il faut toujours avoir une solution de repli, et un plan B : règle numéro une. Au poker, c’est la même chose, à un moment il faut sortir sa botte secrète.

C’était peut-être parce qu’ils étaient de la même famille, et qu’ils savaient reconnaitre des regards qu’elle comprit que son oncle requérait son attention. Dans ce regard, elle pouvait le savoir comme confiant des cartes qu’il avait entre ses mains. Qu’attendait-il d’elle, qu’elle fasse monter la mise ? Elle suivit le regard de son oncle, posé sur l’homme à sa gauche – elle avait remarqué qu’il demeurait impassible, les yeux rivés sur le tapis ne laissant transparaitre aucune émotion, rien. Une botte secrète – c’était le moment de la sortir. Circée avait déjà joué en duo avec un autre joueur pour plumer les autres – mais ils s’étaient consulter avant, et avaient mis en place une stratégie plutôt bien rôdée, là rien n’était planifié, et tout devenait hasardeux. Le joueur à sa gauche était dans son jeu – il fallait l’en tirer et créer une faille. Mais comment ? Il restait les bonnes vieilles techniques – mais elle était une femme alors, cela serait vue comme une imprudence. Quand se fut son tour, elle avança quelques autres jetons sur la table, faisant monter les enchères, l’homme à sa gauche fit de même toujours impassible. La jeune femme les cartes toujours posées sur la table attrapa alors son verre, le portant doucement à ses lèvres – il n’y avait pas de jus de citrouille, mais elle avait pour l’instant les idées assez claires.

D’un geste se voulant maladroit, le jeune femme reversa alors son verre sur la table, le liquide qui s’avérait être du whisky pur feu coula alors sur la table – il n’en restait pas des masses, mais suffisamment pour se renverser de son côté, et aux côtés de l’homme à sa gauche. « Oh par Merlin, que je suis maladroite ! » dit-elle en essayant de sauver ses cartes. Elle vit l’homme blond se lever d’un bond – spécifiant implicitement qu’il était sous tension, celui-ci arracha ses cartes de la table. « Mais faites attention bordel ! » s’écria-t-il alors, relâchant sa concentration. Circée n’était pas peu fière d’elle, rapidement sa faute fut réparer par l’un des serveurs qui d’un coup de baguette nettoya la table de jeu. L’homme jeta un regard noir à la jeune femme qui naïvement répondit : « Je suis vraiment désolée, mais vous savez… les femmes et l’alcool. » Elle ne put s’empêcher d’ajouter un rire un peu cristallin qui n’avait rien de naturel chez elle qui eut le don de faire sourire le reste des hommes autours de la table. L’homme était déconcentré, à Alastar de faire son œuvre – mais d’après la jeune femme, il avait une mauvaise main, elle en était presque sûre, il semblait sous pression, vraiment sous pression. Elle leva les yeux vers son oncle après avoir mis ses cartes l’une sur l’autre retournée sur la table bien alignées l’une avec l’autre. « Reprenons. Monsieur c’est à vous. » Dit-il alors à l’intention d’Alastar. La mise était déjà assez haute – mais il ne fallait pas trop jouer avec le feu chez les Black, ils avaient tendance à rapidement repérer les tricheurs. A la prochaine, Circée se coucherait parce que c’était la meilleure des choses à faire, laissant son oncle et le blond en face à face.

HJ, j'ai bau regarder Casino Royale, cela reste un mystère pour moi



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Mer 6 Avr - 11:48

avatar
avatar
profil
Je suis : Haeny , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/01/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 643 hiboux. J’incarne : Sam Riley , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories (Bazzart) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Cordelia Pevrell, Deimos Carrow Je parle en : color=#cc0000



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, ancien brigadier pour le ministère J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Veuf, le fantôme de son ex-femme rôde quelque part sur une falaise du Pays de Galle
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Let the games begin

Alastar & Circée


Qu'était-il en train de faire exactement? Al' évitait de se poser la question. Quand il lui arrivait de prendre des risques - comme en ce moment-même - il préférait foncer tête baissée car la réflexion ou la culpabilité ne servaient pas à grand chose dans une telle situation. Pire, le doute représentait un danger. Bien sûr, il y avait peu de chance que son petit manège soit découvert. Sa légilimancie, trop imprécise, trop faible, restait discrète, subtile. Nul n'aurait pu apporter la preuve de sa tricherie, et même en cas de témoignages à son encontre, son statut de brigadier jouait en sa faveur. Après tout, bosser pour le Ministère le mettait à l'abri de pas mal d'ennuis tout en lui assurant une bonne image au sein de la société sorcière. Ce n'était pas rien en ces temps de crise. En revanche, les choses risquaient de se gâter si on apprenait son lien de parenté avec Circée. Ils avaient joué les parfaits inconnus jusqu'à présent, conscients qu'il fallait faire de cette connexion une force et que dévoiler la vérité serait complètement stupide et dangereux... Ils devaient à tout prix continuer dans ce sens.

Ses coups d'oeil en direction de Circée étaient donc discrets, peu fréquents. Et par chance - ou peut-être par instinct - il arrivait souvent à croiser le regard de sa nièce aux moments les plus opportuns, comme s'ils parvenaient à communiquer malgré le contexte. Cette complicité plutôt efficace avait quelque chose de grisant, et ajoutait à cette partie un piquant qu'Alastar avait éprouvé peu de fois au Poker. Quand il trichait, autrefois, ses coups étaient toujours minutieusement préparés. Il évitait les risques, justement. Mais aujourd'hui, il avait l'impression de devoir progresser à l'aveugle, avec très peu d'éléments en sa faveur. S'il réussissait ce coup ce serait assurément l'une des plus belles parties de sa vie, mais il ne fallait pas s'emballer, rien n'était joué et la tension était à son comble. Al' se refusait à envisager une quelconque victoire dans ces circonstances. Et puis, il n'oubliait pas qu'une discussion s'imposait avec Circée, mais chaque chose en son temps.

La jeune sorcière relança. C'était exactement ce qu'il attendait d'elle, mais il lui faudrait abandonner au prochain tour pour ne pas attirer les soupçons. Faire monter les mises de la sorte ne passait jamais inaperçu. Déjà, le premier joueur s'était couché et le blond avait suivi, toujours impassible. Comprenant les intentions de son oncle, Circée renversa son verre sur le plateau de jeu et se confondit en excuses.

« Oh par Merlin, que je suis maladroite ! » C'était bien joué. Tandis que le croupier se chargeait de nettoyer la table, le blond, visiblement agacé, se releva en jurant « Mais faites attention bordel ! » Il n'en fallut pas plus à Alastar. Le joueur venait de relâcher, en quelques secondes, toute la tension qu'il avait accumulée au cours des dernières minutes. Sa main était forcément mauvaise. Un petit détour par sa psyché lui confirma cette hypothèse : tout, dans sa tête, n'était que nervosité. De là à avoir une mauvaise main, il n'y avait qu'un pas. Ce n'était pas sûr à cent pour cent mais cela offrait une belle opportunité à Al'.   « Je suis vraiment désolée, mais vous savez… les femmes et l’alcool. » Rires gras et regards libidineux accompagnèrent ces paroles. Al' se contenta de sourire en coin, satisfait de sa partenaire. Elle en avait, de la ressource, il le savait. Si seulement elle pouvait être plus facile à vivre pour Irvin, elle en serait presque parfaite. Le croupier avisa Alastar  « Reprenons. Monsieur c’est à vous. » "En effet..."

Al' fit mine d'hésiter une longue minute. Son expression restait neutre, mais il prenait volontairement son temps, sentant que petit à petit et inexorablement, la partie était entre ses mains. Finalement, il se contenta de suivre, jouant l'indécis. C'est alors que le croupier abattit l'avant-dernière carte : un cinq de carreau. Ce n'était pas terrible mais pas perdu pour autant. Comme prévu, Circée se coucha et passa son tour. Restaient le blond et un dernier adversaire peu inquiétant. Contre toute attente, le premier relança, au grand dam du suivant qui décida d'abandonner à son tour. Désormais, ils n'étaient plus que deux.

Pour le plaisir du jeu - ou peut-être par orgueil - Al' relança à son tour, surenchérissant de plusieurs gallions. Il était maintenant l'heure de découvrir la dernière carte : un valet. La chance lui souriait. Au moment d'abattre sa main, il perçut tout de même une lueur de satisfaction dans le regard de son adversaire. N'y tenant plus, le mangemort déposa ses cartes. Le suspense avait assez duré, il était temps que cette partie cesse. Le croupier annonça théâtralement "Une full aux valets par les sept"

Un brelan de valets et une paire. Cette main le plaçait dans une position confortable, mais il n'était pas inatteignable, loin de là. Et son adversaire s'était montré plutôt versatile et changeant, ce qui n'avait pas lieu de le rassurer. Ce dernier le fixa alors avec dédain. Sans ciller, il ne lâchait plus le brigadier des yeux. Al' affronta ce regard dur, impassible. Ce type était un mystère et cela l'inquiétait et, dans un veritge, il comprit qu'il venait peut-être de perdre une bonne partie de ses économies sur un coup de tête. Rackharrow porta son whisky à ses lèvres pour se redonner une contenance face à ce qu'il hésitait à considérer comme un affront. Quand enfin, l'homme abattit sa main, toujours sans le lâcher des yeux, le croupier devança Al' et annonça "Une couleur hauteur as. Mes félicitations, Monsieur"

Al se cala dans sa chaise et soupira de soulagement. Il avait bien failli perdre cette partie, mais tout se terminait bien pour lui. La chance n'était pas toujours aussi clémente envers lui. Plusieurs applaudissements résonnèrent autour de la table. Dans l'ombre, des spectateurs curieux ou passionnés avaient suivi la partie et certains désiraient à présent prendre place pour jouer à leur tour. Accompagné d'un steward chargé de ses jetons, Al' se rendit au guichet. Il espérait retrouver Circée après cet épisode pour le moins mouvementé, mais préférait s'éloigner d'elle dans un premier temps pour ne pas éveiller les soupçons. Mine de rien, ce petit coup de folie lui rapportait un joli pécule qui tombait à pic dans ce contexte.

À peine sorti du guichet, sa récompense en poche, Al chercha sa nièce. Il ferait mine de l'inviter à boire un verre pour discuter tranquillement, ou la rejoindrait directement à la sortie du club, c'était sans doute plus sûr. Mais dans sa progression, Rackharrow croisa le joueur qu'il venait de plumer. L'homme, amer d'avoir perdu de si peu, le félicita, un sourire carnassier aux lèvres.

"Je dois bien admettre que cette partie était mémorable. La chance n'était pas de mon côté pour cette fois, mais qui sait peut-être aurai-je plus de succès pour la partie suivante. Je dois dire que vous m'étonnez, Monsieur... Un doute. Circée était-elle connue pour les habitués du club? Il l'ignorait. Presque instinctivement, il répondit "Leyland. Et vous êtes ... ?" "Carrow." répondit-il dans un sourire inquiétant. Un frisson parcourut l'échine d'Al'. Il fallait qu'il se frotte à un Carrow. Tout compte fait, la chance lui avait peut-être joué un tour plus subtil qu'il ne l'imaginait. L'homme poursuivit "Je disais donc, vous me surprenez Monsieur Leyland, d'autant que vous n'êtes pas un habitué des lieux. Puis-je vous demander ce qui a fait votre succès au cours de cette partie?" Il devait se douter de quelque chose, en tout cas Al' le trouvait bien trop insistant et familier pour un adversaire qui venait de lui céder pas mal d'argent. Son attitude avait également changé. L'homme qui avait perdu contenance au milieu de la partie se dressait à présent devant lui avec toute l'assurance et la sympathie du monde. Ce n'était pas normal. "J'ai une petite expérience du Poker... en famille. Et il faut savoir prendre des risques pour gagner, cela fait partie du jeu." "En effet. Accepteriez-vous de vous joindre à moi pour la partie suivante? La chance vous sourit, il serait dommage de ne pas en profiter et de mettre un terme à ce qui pourrait être le début d'une longue série" à nouveau, l'homme afficha un sourire carnassier des plus inquiétants. Ses airs obséquieux commençaient à mettre Alastar mal à l'aise et il répliqua, presque trop fermement. "Je suis désolé Monsieur, mais je suis du genre à penser que la chance est trop versatile pour s'y fier. Mais une prochaine fois, pourquoi pas ?" "Très bien. Dans ce cas..."

Sans se retourner, Al' quitta Carrow et ses interrogations gênantes. Il lui fallait désormais retrouver Circée en toute discrétion. Il lui avait plusieurs gallions à lui remettre...

Spoiler:
 








_________________

Parchemin envoyé Mar 19 Avr - 19:41

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 654 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
There's nothing as fun as coming untied + rackharrow's

Si elle avait su que la soirée allait se dérouler ainsi, Circée aurait mieux fait de se tordre la cheville en chemin, ce qui l’aurait obligé à faire demi-tour, plutôt que de se retrouver ici, face à son oncle. Elle avait toujours beaucoup aimé Alastar, il était plus jeune que son père, plus tolérant, leur relation n’était pas la même à la base. Elle était différente au point que son père aurait traversé la table de jeu pour la sortir en usant de force si nécessaire, alors qu’Alastar, lui, s’était assis en face d’elle, l’observant et faisant en sorte qu’elle ne puisse y échapper. Deux techniques, deux façons de voir les choses, et deux relations bien différentes. Circée était donc forcée de jouer en équipe avec son oncle. Les équipes pour tricher, c’était son truc, elle avait utilisé cette méthode avec un ancien… partenaire, pour gagner quelques galions il y a avait maintenant plus d’un an. Jouer de la même sorte avec son oncle était plutôt dérangeant.

Déstabiliser ses adversaires quand on est une femme s’avère particulièrement facile. Il avait fallu du temps à la sorcière pour se rendre compte qu’elle avait des arguments que certains joueurs autours de cette table n’avaient pas. La fraicheur, la féminité, parfois même la sensualité ; elle détestait user de ce dernier point, mais parfois elle était bien obligée d’y recourir, mais elle ne tenait pas à montrer cette facette à Alastar, il avait déjà bien de quoi la sermonner. « Une full aux valets par les sept. » C’est à ces mots que la sorcière releva alors la tête, le poker était sa tasse de thé, mais il fallait qu’elle soit dedans, et l’arrivée d’Alastar autours de la table l’avait fait sortir de sa zone de confort, et elle avait alors fini par ne plus suivre le jeu. Quand le dernier sorcier abattit ses cartes, et que le croupier annonça, « Une couleur hauteur as. Mes félicitations, Monsieur. » Ce fut son oncle qui raflait la mise. Elle n’eut pas à simuler une déception, elle était réellement déçue. Circée détestait perdre, c’était une des facettes de sa personnalité.

Faisant comme ses camarades de jeu, la sorcière quitta alors la table, prenant le soin en descendant de sa chaise de lisser sa robe, elle n’avait pas envie que celle-ci remonte, ou quoi que ce soit elle trainait dans un cercle de jeux, certes, mais elle n’était pas une trainée. Elle tourna alors le dos à la table, cherchant à s’éloigner de son oncle, préférant ne pas s’attirer le regard de qui que ce soit, personne ne devait savoir qu’ils avaient joué en duo, les Black n’aimaient pas les tricheurs. S’approchant alors du bar, la sorcière sorti quelques pièces de sa poche, et commanda alors une bière au beurre, histoire de faire passer le goût de l’amertume dans sa bouche, la défaite n’était jamais plaisante. Elle préférait ne pas commander de whisky, si elle venait à se trouver nez à nez avec son oncle, mieux valait éviter les points qui peuvent fâcher. « Merci. » dit-elle au barman, avant de prendre la chope, et d’en boire une longue gorgée. La seconde gorgée fut aussi longue, et ce fut au bout de cinq, accoudée au bar qu’elle réussit à la terminer. Maintenant il fallait mettre les voiles. Elle était naïve en croyant qu’elle pourrait l’éviter, mais retarder l’inévitable était une option comme les autres.

Quittant le bar, le claquement de ses talons sur le sol était couvert par le brouhaha incessant de ce lieu. Ici, rien n’était reposant, mais tout était facilement enivrant. Traversant alors la salle, essayant de se faire discrète, presque invisible, elle arriva alors à la hauteur du vestiaire, et sorti alors de sa poche le jeton lui permettant de récupérer son manteau, car il ne faisait pas encore chaud à Londres, bien que le printemps soit arrivé, les nuits étaient encore fraiches. On lui tendit alors son manteau, elle adressa alors un sourire au vestiaire, et entreprit d’enfiler sa veste. « Vous partez déjà ? » Dit alors une voix masculine. Circée se retourna dans sa direction, tout en mettant le sol de son manteau en place. Elle avait vu cet homme lors d’une partie plus tôt dans la soirée. Le gratifiant d’un sourire froid, et faux, elle répondit : « Il le faut bien, les bonnes choses ont une fin. » Son ton était mielleux, mais assez cassant, comme si elle ne laissait place à aucune réponse acceptable. Il s’approcha alors d’elle, et dit alors, tandis que la sorcière fit un pas en arrière, sur la défensive, « J’aurais pensé que vous accepteriez de boire un verre avec moi, Miss ? » Il cherchait à obtenir son nom, il rêvait. « Miss Jones. » Répondit-elle, «  Et navrée si je vous ai donné de faux espoir, mais je ne suis pas intéressée. » Elle esquissa un sourire, fermant son manteau sur sa robe noire. Elle recula encore d’un pas, s’il approchait encore vers elle, elle serait obligée de le frapper.



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Dim 10 Juil - 0:04

avatar
avatar
profil
Je suis : Haeny , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 07/01/2016 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 643 hiboux. J’incarne : Sam Riley , et l’avatar que je porte a été créé par : Eden Memories (Bazzart) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Cordelia Pevrell, Deimos Carrow Je parle en : color=#cc0000



Je suis âgé de : 32 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : Fugitif, ancien brigadier pour le ministère J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Veuf, le fantôme de son ex-femme rôde quelque part sur une falaise du Pays de Galle
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Let the games begin

Alastar & Circée


Carrow. Si Alastar s'attendait à ça. Il connaissait bien cette lignée, chargée d'êtres aussi ambitieux que sombres. Et c'était peu dire. Il comprenait leur réputation sinistre, à présent. Cette simple conversation l'avait empli d'inquiétude et d'effroi, et ce sourire carnassier restait gravé dans sa mémoire. Il devait passer à autre chose, et surtout quitter cet endroit aussi vite que possible. Sans Circée. Alastar aurait voulu lui parler, la sermonner légèrement sur cette sortie peu raisonnable - et en plus chez les Blacks - mais cela devrait attendre. Il ne pourrait exactement mettre des mots sur cette aversion qu'il éprouvait envers les Blacks. Aversion justifiée par des doutes tout récents. Al' avait le privilège, en tant que brigadier du Ministère, d'avoir accès à des dossiers magiques secrets, remontant pour certains à l'époque de la Purge, et incluant témoignages et hauts faits de mangemorts reconnus. L'un de ces dossiers l'avait particulièrement intéressé. Il témoignait de la présence des Blacks à l'Allée des Embrumes, le jour de la Purge. Bien qu'il n'ait aucune certitude à ce sujet, Alastar avait commencé à développer des soupçons sur les maîtres de la Main Noire. Et si l'incendie qui avait manqué de tuer Irvin était leur fait ? Depuis, Rackharrow les évitait comme la peste, et maudissait ce nom secrètement. Il lui manquait juste une preuve. Mais que ferait-il ensuite ? En parler à Irvin ne serait certainement d'aucune utilité, au contraire, il embarquerait son frère dans une histoire sordide, un combat perdu d'avance. C'était inutile. Et l'espace d'un instant, Al' se demanda même pourquoi il persistait à chercher la vérité.

La voix de Circée le sortit de sa torpeur. Atteignant la sortie, Rackharrow reconnu sans mal sa nièce du côté des vestiaires. « J’aurais pensé que vous accepteriez de boire un verre avec moi, Miss ? » Al' se renfrogna. Il espérait ne plus la croiser en ces lieux qui avait vu naître leur complicité coupable. Mais il ne pouvait décemment l'ignorer, et la laisser aux prises avec ce type. C'était au-dessus de ses forces. Réfléchi, il préféra cependant voir comment la conversation évoluait. Intervenir serait peut-être inutile, et cet homme pouvait tout à fait avoir des intentions saines, bien que son regard vitreux ne jouait pas en sa faveur. « Miss Jones. » Très intelligemment, elle choisit de dissimuler son identité. Plutôt utile pour se débarrasser définitivement des gêneurs. «  Et navrée si je vous ai donné de faux espoir, mais je ne suis pas intéressée. » Polie mais ferme, la combinaison parfaite pour taire les espoirs de tout prétendant. S'il n'avait pas compris, il devait être bouché. Définitivement. Et pourtant... « Vous vous méprenez, Miss Jones... » Il s'avança impudemment, niant le refus qui venait de lui être adressé pourtant très clairement. « C'est juste un verre... »

Alastar vit arriver la catastrophe. Ce type devait être inconscient pour aborder Circée de la sorte, et c'était bien sûr parce qu'il ne connaissait pas le caractère de la jeune femme. Voyant sa nièce perdre dangereusement patience, Al' crut bon d'intervenir avant qu'un stupéfix se perde dans la foule et ne finisse d'attirer l'attention sur eux : ce qu'ils voulaient éviter à tout prix, vous vous rappelez ?

« Miss Jones ! Ravi de vous retrouver après cette partie... » Bon c'était peu subtil... mais au moins l'inconnu s'était détourné de Circée, et de la mort certaine qui l'attendait. Le brigadier fit mine de désapprouver la conduite de l'inconnu, l'interrogeant du regard. « Est-ce que tout va bien ? » ce qui, dans la haute société, sous-entendait « Dégage gros porc, tu vois pas que la dame t'a gentiment demandé de dégager ? » « Si vous me permettez de vous raccompagner, nous pourrons évoquer cette partie que nous avons jouée ensemble. J'en vis rarement d'aussi belles... » Forcés de quitter le Cercle ensemble, Al' pria pour qu'on ne les observât pas.

Une fois la distance raisonnable atteinte pour évoquer cette soirée, Al' marmonna, distant. « Je te dois plusieurs gallions, mais tu les auras plus tard. On pourrait nous suivre. » Il chercha ensuite un bon moyen d'aborder le sujet. Cette soirée, Circée à la table de jeu des Blacks ... C'était nouveau, pour lui et c'était une nouvelle facette de sa nièce qu'il peinait à accepter. « Je ne dirai rien à Irvin. Mais explique-moi ce que tu faisais là. D'autant que c'est fréquent, je le sais. Alors parle. » Il n'avait pas envie de s'étendre, il voulait juste savoir, pour l'aider.








_________________

 

There's nothing as fun as coming untied - Circée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama;Change is coming to america
» dark days are coming ♌ SAGISIUS
» Guess who's coming to dinner ( Nathaniel, K. Emily & Alden )
» The White Dragon is coming [PV Meï]
» Fanfic "Evil is coming"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Le chemin de Traverse :: Le Cercle de jeux de la Main Noire-