Partagez | 
Bad moon arising, trouble on the way. + lupin & rackharrow

()
Parchemin envoyé Mer 30 Déc - 12:40

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 667 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Bad moon arising, trouble on the way.  + lupin & rackharrow
"Don't go around tonight, Well, it's bound to take your life, There's a bad moon on the rise. I hear hurricanes ablowing. I know the end is coming soon. I fear rivers over flowing. I hear the voice of rage and ruin."

Le matin même elle avait reçu une étrange lettre. Elle connaissait plutôt bien ce sorcier depuis le temps, entre eux c’était plutôt simple, elle avait l’impression de vivre une adolescence dont elle avait eu l’impression d’être privée grâce à la Grande Purge – enfin, plutôt à cause de. Privée d’une adolescence normale, elle avait été considérée comme folle durant la majorité de sa scolarité par la quasi-totalité de ses camarades, forcément, ça marque. Elle ne le connaissait pas depuis très longtemps, mais elle s’était rapidement attachée à lui. Il n’avait rien en commun avec les gens qu’elle fréquentait habituellement. Son sang n’était pas pur, ses idées n’étaient pas radical, il ne travaillait pas dans le domaine de la magie noire, et il ne portait aucune marque sur son avant-bras. Il était normal – avec lui, elle avait aussi l’impression de l’être, sans savoir qu’en réalité il était autant une bête de foire qu’elle ne l’était. Ses sautes d’humeurs, sa personnalité double faisaient d’elle une sorcière dangereuse, lui c’était la lune qui le rendait redoutable. Mais elle l’ignorait – ignorant que la connaissance de cette information aurait pu lui sauver la vie un jour.


« Viens ce soir, je t’attendrais à la lisière de la forêt interdite vers la cabane hurlante – j’ai un truc à te montrer. »
L’écriture était hasardeuse, tout comme l’était celle de son ami. A vrai dire, elle n’avait jamais pu affirmer avec certitude qu’elle l’avait déjà vu écrire, mais elle s’en fichait, qui d’autre cela pouvait-il être ? Si seulement elle savait. Elle n’était pas le genre de personne qui prêtait attention au cycle de la lune, pourquoi le ferait-elle ? Elle ne trainait jamais dans des endroits isolés la nuit, sauf les rues du chemin de Traverses parfois quand elle rentrait d’une soirée bien souvent arrosé au Cercle de Jeux. Elle ne vit pas la pleine lune de cette soirée d’hiver se profiler. Quelle sotte.  La nuit était tombée depuis quelques heures déjà. Avant de sortir, la sorcière attrapa son manteau et choisi un jeans pour une escapade en forêt, c’était plus sûr.  Fourrant sa baguette dans sa poche, elle ne sortait jamais sans. Sans celle-ci, elle se sentait comme nue, incapable de se défendre. Jadis, elle avait été incapable de brandir sa baguette pour se défendre, peut-être qu’à l’avenir elle en serait capable.  Elle ne comptait pas être mise à l’épreuve par cette nuit d’hiver, et pourtant elle devrait se servir de sa baguette si elle voulait s’en sortir.

Elle n’avait pas eu à transplaner, ni à marcher bien longtemps. Emmitouflée dans son manteau, rehaussé d’une épaisse écharpe en laine blanche, elle avait ses petites mains fourrées dans les poches. Même si elle portait des gants, le froid la glaçait jusqu’à l’os. Lothar avait intérêt à avoir trouvé quelque chose d’intéressant et qui vaille le déplacement au milieu de la soirée. La Lune n’était pas encore levé, on pouvait deviner qu’elle serait à son zenith nocturne d’ici quelques longues minutes, car déjà la clareté de celle-ci illuminait le clair obscur.  Elle laissait ses pas se dessiner dans la neige. Pour entrer dans la forêt interdite, il fallait suivre un chemin précis qu’elle connaissait depuis son enfance. Combien de fois avait-elle bravé avec son frère l’interdit de se rendre à sa lisière en jouant auquel des deux finirait par aller le plus loin ? Elle perdait à chaque fois, bien moins téméraire de Kenan.  Elle entra dans la forêt avec une certaine appréhension qu’elle cachait. Cet endroit faisait froid dans le dos, il y avait toujours des bruits étranges et des animaux improbables. Elle avait juré avoir vu une licorne une fois, mais Kenan ne l’avait pas cru, pourtant elle en était sûre et certaine.

Avançant à pas feutré, le bruit de cela était couvert par le vent gelé qui s’engouffrait dans les branches. Elle suivit alors les pas dans la neige. Cachée derrière le tronc d’un arbre, elle vit alors Lothar de dos. S’accroupissant, elle ramassa de la neige et la compacta. D’un geste vif, elle jeta la boule de neige sur le sorcier. Laissant échapper un rire.  « Alors qu’est-ce qui est si incroyable que cela ? » dit-elle avec malice en sortant de derrière un arbre, le surprenant sans doute. « Un vieux sapin magique ? » Elle laissa échapper un rire amusé. Elle était complètement naturelle avec lui, elle ne se sentait pas forcée de jouer un rôle, elle ne se sentait pas obligé d’être quelqu’un d’autre. Il n’avait jamais eu d’apriori sur elle, et c’était une bonne chose. « Il faut un peu plus qu’une forêt isolée pour me faire peur, si tu crois qu’avec ça je vais me jeter dans tes bras. » C’était de l’humour, mais elle savait que jamais rien ne se passerait avec lui. Leur rencontre avait démarré sur un malentendu, le jeune homme avait cru avoir une chance – et Circée lui avait rapidement fait comprendre que c’était vain. Elle pouvait presque affirmé qu’il en allait de même pour lui désormais, l’attirance primaire avait fini par permettre aux deux sorciers taquins l’un envers l’autre de se tisser des liens. Il ne la connaissait pas assez pour connaitre les recoins et la noirceur de son passé et de son âme, tout comme elle ne le connaissait pas encore assez pour savoir le mal qui le rongeait à chaque fois que la lune pointait le bout de son nez.



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Jeu 31 Déc - 0:01

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 287 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Bad moon arising, trouble on the way + Lupin & Rackharrow
Ce soir c'était la pleine lune. Lothar haïssait profondément ces soirs. S'il le pouvait il n'irait même pas travailler. Mais son patron ne pourrait jamais accepter une absence tous les mois, il serait remercié bien trop rapidement et ça, Lothar ne pouvait se le permettre. Il avait besoin de son salaire. Il avait besoin de cuisiner. C'est donc à reculons qu'il était allé bosser, faisant attention à ses moindres faits et gestes, attention à se trouver éloigner de toute viande, saignante ou cuite. Il passa le service à la plonge, à faire la vaisselle et jeter les restes. Par chance il n'aurait pas à travailler ce soir. De toute manière il se serait débrouillé pour trouver une excuse autrement.

Il s'était terré au fond de l'appartement un bon moment de la journée, fermant magiquement tous les volets, calfeutrant comme il pouvait lorsque les rayons du soleil passaient. C'est lorsque son frère rentra à l'appartement, dans un état presque proche du sien qu'il comprit qu'il était l'heure de partir. Ils ne pouvaient passer la pleine lune dans l'appartement. Ils l'auraient inévitablement mis à sac et pour peu qu'ils arrivent s'échapper, les morts se seraient comptés par centaines et les traqueurs auraient été sur leurs traces, inévitablement.

Ils se sont donc rendu dans la forêt interdite, non loin de la cabane hurlante. C'était leur coin et probablement ceux d'autres loups-garou. Ici, Lothar savait qu'il pouvait se transformer sans risquer de tuer une personne. Le repas de ce soir serait possiblement un animal n'ayant pas fui assez vite. Il était également probable qu'il se réveillerait le lendemain avec du sang séché sur lui, des aigreurs d'estomac, mais au moins il aurait la conscience tranquille ,aucun humain ne serait mort par sa faute. Du moins cela avait été le cas jusqu'à présent.

Debout, seul dans les bois, il attendait inévitablement l'arrivée de la lune. Il avait ôté sa cape qu'il avait mise dans un fourré. Il avait également enlevé son pull. Sa baguette était restée à l'appartement, il n'en aurait pas besoin ce soir. Ce soir la magie viendrait de l'intérieur. Ce soir la lune le transformerait en une créature qu'il détestait. Face aux arbres, dans le froid, ne portant au final qu'un léger t-shirt, il attendait la caresse de la lune.

Il sursauta lorsqu'il reçut quelque chose de froid et compact contre son dos. Il entendit un rire suivit d'une voix et son sang se glaça. « Alors qu’est-ce qui est si incroyable que cela ? Un vieux sapin magique ? » Il se retourna lentement, ne croyant pas ce qu'il allait voir, pensant à un mauvais rêve. Mais Circée se tenait bien là, debout devant lui, habillée chaudement, avec sa bonne humeur qu'il lui connaissait si bien. « Il faut un peu plus qu’une forêt isolée pour me faire peur, si tu crois qu’avec ça je vais me jeter dans tes bras. » Dans d'autres circonstances il aurait peut-être ri avec elle. Il était vrai qu'il avait cru au départ que quelque chose serait possible avec elle. Mais elle lui avait bien vite fait comprendre que non. À son plus grand désespoir malheureusement. Mais il s'amusait à la charrier sans cesse, se disant qu'un jour peut-être quelque chose serait possible. Mais ce soir, il n'était plus temps de s'amuser. Plus du tout.

Alors qu'elle s'avançait vers lui, il s'obstinait à reculer, à chacun de ses pas en avant, il en faisait deux en arrière. « Qu'est-ce que tu fais là Circée ? » Son ton était froid, tranchant. Il n'avait pas le temps de s'éterniser en long discours. Plus elle restait dans les environs, plus elle se mettait en danger. Imprégnant les environs de son odeur. En ce transformant, se serait probablement la première chose que le loup sentirait et il voudra la chasser, la traquer. « Tu devrais t'en aller. Maintenant. Avant qu'il ne soit trop tard. » Mélo-dramatique ? Peut-être bien, mais il venait de cracher ces mots, comme des ordres. Elle devait partir. Il ne voulait pas lui révéler son secret. Il ne voulait pas la mettre en danger.



Parchemin envoyé Dim 3 Jan - 18:39

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 667 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Bad moon arising, trouble on the way.  + lupin & rackharrow
"Don't go around tonight, Well, it's bound to take your life, There's a bad moon on the rise. I hear hurricanes ablowing. I know the end is coming soon. I fear rivers over flowing. I hear the voice of rage and ruin."

Il faisait un froid à geler les pattes d’un hippogriffe. Elle n’était pas de nature frileuse, elle ne l’avait jamais vraiment été ; il fut un temps où la petite sorcière avait été douce et douillette, dorlotée et chérie, mais jamais elle n’avait été frileuse, toujours la première à courir dehors quand il neigeait.  Elle se demandait encore pourquoi elle était sortie. Certes, c’était un de ses amis, mais elle n’avait jamais été du genre à répondre à ce genre d’invitation. Elle le connaissait, enfin quand elle disait connaissait, c’était un bien grand mot, elle ne pouvait affirmer quelle était sa couleur favorite, ou bien son plat favori ? Elle ne le connaissait pas assez pour savoir par exemple qu’il était un loup garou. Elle n’avait pas croisé beaucoup de Lupin dans sa vie, elle ne connaissait pas leur origine lycantrohpe, comment aurait-elle pu ? Elle s’était pourtant bien habillée pour affronter le froid de la forêt, mais elle gelait. Parfois, elle avait même l’impression qu’elle allait perdre ses pieds. Elle lui faisait face, le sourire aux lèvres malgré tout. Elle aimait le défi, l’inattendue, et les surprises. C’était une femme, même si elle était jeune, parfois enfantine sur les bords, les femmes adorent les surprises.   Quand il se retourna vers elle, la voyant lui faire face. Il semblait alors que c’était lui qui avait une surprise. Elle s’avançait vers lui sourire aux lèvres, prenant la surprise sur son visage pour de la mauvaise foi. Selon elle il devait être vexé d’avoir pris une boule de neige dans le dos, et il devait être vexé de ne pas l’avoir vu venir. Pourtant, elle était à des années lumières de comprendre ce qui était de la stupeur sur son visage. Il vivait un mauvais rêve, un cauchemar.

A mesure qu’elle avançait doucement vers lui, s’accroupissant au passage pour ramasser encore un peu de neige, sourire aux lèvres, elle le vit reculer à chaque pas. Un pas en avant pour elle, et lui semblait reculer de deux. Qu’avait-elle encore fait ? Elle le fixait, perdant doucement son sourire, quand il dit alors :  « Qu'est-ce que tu fais là Circée ? » Etait-ce une plaisanterie de mauvais goût ? Cette fois ci, la brunette perdit définitivement son sourire, se mettant même à froncer légèrement les sourcils. Elle n’était pas venue jusqu’ici pour rien, elle avait intérêt à son tromper. Le ton froid, et tranchant du sorcier la frappa au visage, il était encore plus froid que ne l’était le temps. Il ne lui avait jamais parlé de la sorte, même quand elle l’avait gentiment envoyé promener quand il avait commencé à la draguer une fois. Jamais il n’avait été aussi désagréable avec elle, jamais. Il en rajouta une couche, encore une froide remarque : «  Tu devrais t'en aller. Maintenant. Avant qu'il ne soit trop tard. » Elle ne comprenait pas un traitre mot de ce qu’il disait. Comment pourrait-elle comprendre le fin mot de l’histoire s’il ne lui en disait pas plus ? Une simple explication suffirait à la faire fuir, elle n’était ni courageuse, ni téméraire. Elle ne l’avait jamais été, et ne le serait probablement jamais. Elle le fixait, la bouche entrouverte, cherchant ses mots. Se demandant si elle devait rester calme, ou exploser. Comme à chaque fois, deux parties d’elle s’affrontaient. Mais peut être que cette fois encore, la mauvaise Circée, l’impulsive, le susceptible, la violente, finirait par prendre le dessus. A chaque blessure, elle prenait le dessus. Un animal blessé est un animal dangereux, n’est-ce pas ce que l’on dit ?  

Elle espérait sincèrement qu'il se payait sa tête et qu'elle n'était pas venue braver le froid, la neige et la nuit pour des sornettes. Elle savait ce qu'elle avait reçu comme "lettre", du moins comme missive. Celle ci était suffisamment explicite pour qu'elle ne se soit pas trompé d'heure, ou de jour. Si c'était une blague, elle était franchement de mauvais goût selon la jeune femme - elle appréciait que modérément ce genre d'humour qui consistait à prendre les gens pour des imbéciles. Sauf que Circée était d'une nature toute autre que "calme", elle était même le contraire de tout cela. Le jeune homme la connaissait dans une atmosphère détendue, où généralement elle était de bonne humeur, et apte à passer des bons moments en sa compagnie autours d'un verre, mais elle doutait qu'il ai déjà assisté à l'une de ses crises de colères et de violences. Bien qu'elles soient plus espacée qu'avant, cela restait relativement impressionnant. «  Tu te paye la tête c'est ça ? » dit-elle avec arrogance, « Tu me fais venir ici me cailler les miches au beau milieu de la nuit pour m'envoyer paitre ?  » Elle était furieuse, car même si c'était de l'humour, elle trouvait cela complètement stupide.  Si c'était pour l'énerver c'était gagné, si c'était pour la faire tomber dans ses bras c'était loupé. Elle ne tomberait jamais dans ses bras, elle le considérait comme un ami - enfin jusqu'à maintenant. « Trop tard avant que je ne décide de t'arracher la tête pour ton humour à trois noises ?  » Son ton était sec, et cassant. S'il avait l'habitude de côtoyer une jeune femme drôle, souriante, téméraire et joviale, il n'allait pas tarder à découvrir le monstre qui sommeillait sous ses airs de petites filles bien rangée. Elle n'avait pas idée de ce qui pouvait se tramer. Aucune idée du danger qu'elle pouvait courir, aucune idée de sa possible mort qui pouvait se profiler à l'horizon. Elle était plutôt centrée sur elle même dans ces cas là, refusant de voir la réalité et se concentrant sur ses problèmes. Elle était focalisé sur lui, et le fait qu'il ne l'ai fait venir pour rien, strictement rien. Pire, concentrée sur le fait qu'il lui demandait de partir avec tant de froideur, et tant de distance. Elle n'était qu'une personne, une fille parmi ses connaissances ? Elle méritait d'être envoyé sur les roses de la sorte ? Certainement pas. Elle n'avait jamais eu beaucoup d'ami, et elle commençait à le considéré comme tel. Au regard de la situation telle qu'elle lui apparaissait, elle semblait avoir le cœur brisé, le seul ami qu'elle avait véritablement l'impression d'avoir eut l'envoyait bouler, sans raison apparente. Elle le fixait, assez froidement, masquant sa peine, refusant d'ouvrir les yeux sur cette lune. Après tout, comment aurait-elle pu faire la rapprochement ?



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Lun 4 Jan - 18:23

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 287 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Bad moon arising, trouble on the way + Lupin & Rackharrow
Des questions simples, précises. Il allait droit au but. Il savait qu'il n'avait pas le temps d'attendre des heures que la jolie demoiselle se décide à lui répondre. Il avait été froid, sec, autoritaire. Il n'était jamais comme ça avec elle. Il ne se le serait jamais permis, il l'appréciait trop pour ça. S'était d'ailleurs pour cette raison, parce qu'il l'appréciait, qu'il voulait qu'elle se barre, et vite. Son joli sourire s'était éclipsé de ses lèvres. Il pouvait sentir ses doutes et sa colère. Il le sentait comme le loup pourrait la sentir. Il sentait son corps se tendre sous l'effort de concentration qu'il était en train de lui imposer. Rester à l'abri de la lune, rester concentré, ne pas céder à ses pulsions. La colère de Circée était tellement palpable qu'elle menaçait de faire sauter toutes les résistances de Lothar. La colère l'emportait toujours sur ses autres sentiments. La colère ne l'avait jamais aidé à se contrôler, bien au contraire. S'était comme cette fois au travail, ou un de ses collègues l'avait poussé à bout et que la pleine lune était pour le lendemain. Lothar n'avait pas pu se contenir et lui avait encastré la tête dans le plan de travail. Certains utilisent le mot encastrer pour signifier  que sa tête allait taper contre quelque chose. Mais là, le plan de travail avait eu la forme du front, du nez, du menton. Son nez avait d'ailleurs été brisé net, le collègue avait fini allongé sur le sol, inconscient, et Lothar avait manqué de peu le renvoi. S'était une de ses premières pleines lunes et il avait appris depuis qu'il ne fallait surtout pas céder à la colère. Elle le rendait puissant, mais instable et terriblement dangereux.

« Tu me fais venir ici me cailler les miches au beau milieu de la nuit pour m'envoyer paitre ? » Cette phrase l'interloquait grandement. Lui, il lui avait demandé de venir ? Pourquoi aurait-il fait ça ? il n'aurait jamais fait une chose pareille, il aurait fallu que ce soit une personne complètement barge, qui aurait envie qu'elle meure qui... Il stoppa sa réflexion nette. Il ne connaissait qu'une seule personne qui détestait autant Circée, et même les Rackharrow, pour vouloir leur mort de la manière la plus affreuse qui soit. Il ne pouvait s'agir que de son frère, Skander. Il le maudit en une fraction de seconde. Il était en train de tout détruire. « Trop tard avant que je ne décide de t'arracher la tête pour ton humour à trois noises ? » Il aurait pu rire. Il aurait pu approuver qu'il avait un humour pourri. Mais ce n'était pas encore le temps pour ça. Ils auraient suffisamment de temps pour en rire, plus tard, après la pleine lune. Si elle était toujours en vie et lui aussi...et surtout si elle lui parlerait toujours après tout ça. « Circée, va-t-en, maintenant. T'es stupide où tu le fais exprès ? C'est la pleine lune par Merlin ! » Il avait hurlé ces derniers mots, espérant que ça la ferait réagir.

Il fallait maintenant qu'il trouve une excuse pour être là lui. Autrement elle croirait qu'il l'a sciemment invité. « Je chasse un loup-garou, il ne doit pas être loin. Tu devrais te sauver, je ne pourrais pas te protéger. » Est-ce que le mot loup-garou éveillera assez de terreur en elle ? Est-ce que ce serait suffisant pour qu'elle se sauve ? « Je ne t'ai pas écrit, je ne te mettrais pas volontairement en danger. » Il fallait qu'elle comprenne et vite. La lune commençait son approche. Il la sentait, sans la voir. « Ce doit être Skander. » Il haletait. Il se battait avec lui-même pour repousser la créature et le moment fatidique. « Il ne...t'aime pas. » Il peinait à parler. Il posa ses mains sur ses genoux. Il devait se montrer fort, qu'elle comprenne qu'il allait bien, qu'elle ne s'approche pas. « Il veut...ta mort. » C'était dit, les choses étaient claires au moins. « Il arrive, court ! » Il hurla son dernier mot. Il eut l'impression de hurler à la lune en même temps.



Parchemin envoyé Lun 4 Jan - 20:24

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 667 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Bad moon arising, trouble on the way.  + lupin & rackharrow
"Don't go around tonight, Well, it's bound to take your life, There's a bad moon on the rise. I hear hurricanes ablowing. I know the end is coming soon. I fear rivers over flowing. I hear the voice of rage and ruin."

Elle était gelée jusqu’à la moelle, mais elle était au-dessus de cela, furieuse d’être venue pour rien. Circée avait tendance à s’emporter facilement, mais quand on se jouait d’elle, elle pouvait rapidement devenir invivable. Elle détestait être menée par le bout du nez, elle valait mieux que cela. Elle faisait confiance à Lothar, elle le considérait comme un ami, peut-être même le seul ami qu’elle pouvait avoir en cet instant. Elle ne le connaissait pas par cœur, elle ne connaissait pas ses secrets, mais elle savait que le courant passait bien, qu’il était adorable. Elle se souvenait de l’avoir vu galérer quand il avait tenté de la séduire à leur rencontre. Bien sûr il s’était vite heurté à un mur, Circée ne laissant personne s’approcher trop près d’elle. Blessée une fois, sensible, et apeurée par les relations, elle préférait s’en tenir à la solitude, les blessures du passé encore douloureuse, et le trou béant dans son cœur demeurait impossible à combler. Par la volonté de Merlin, il n’avait pas insisté et avait continué à lui parler avec la même jovialité, et la même accessibilité. Il était devenu un ami à ses yeux, elle savait qu’apprécier quelqu’un s’était s’accorder une chance de le perdre, et d’être blessée. Elle n’aurait pas pensé cela de lui. Pourtant à cet instant, elle était déçue, incapable de comprendre ce qu’elle avait pu faire pour mériter cela, à des années lumières de la vérité.

Elle voulait comprendre – simplement comprendre pourquoi il l’invitait pour la repousser de la sorte ensuite, cela n’avait aucun sens. Elle avait été à Serdaigle, elle avait toujours besoin de comprendre, tout, tout le temps.  « Circée, va-t-en, maintenant. T'es stupide où tu le fais exprès ? C'est la pleine lune par Merlin ! » Elle n’était pas stupide, elle ne l’avait jamais été sinon jamais le choixpeau ne l’aurait envoyé sur le banc des bleu et argent, elle avait toujours eu l’esprit vif pour les déductions. Alors, quand il évoqua la pleine lune, elle le fixa, les yeux grands ouverts. N’était-il quand même pas en train de lui qu’il y avait probablement un loup garou dans le coin ? Car avant cela, elle avait envie de lui arracher la tête pour l’avoir faire venir sans raison, alors là, si le Loup Garou ne s’en chargeait pas, elle le ferait elle-même. « Je chasse un loup-garou, il ne doit pas être loin. Tu devrais te sauver, je ne pourrais pas te protéger. » Elle le fixa, fronçant alors les sourcils. « Tu quoi ? » laissa-t-elle alors échapper. Il était cuisinier pourquoi par Melrin s’était-il pris de lubie d’aller chasser le loup garou ? A part pour le cuisiner, elle ne voyait pas pourquoi.  « Je ne t'ai pas écrit, je ne te mettrais pas volontairement en danger. » Elle le fixait, incrédule ; mais qui lui avait écrit alors, elle n’avait pas inventé cette lettre. Ce n’était pas un hasard qu’elle soit ici en même temps que lui. « Ce doit être Skander. » Skander ? Elle n’avait pas idée de qui il s’agissait. Elle ne connaissait pas sa famille, elle ne connaissait même pas son nom de famille, pire elle s’en fichait. Elle n’avait jamais voulu savoir son nom, sachant pertinemment que cela changerait sa perception qu’elle avait de lui. Si le nom Lupin était venu à ses oreilles, elle aurait fui comme s’il avait la peste. « Qui c’est ça Skander ? » dit-elle à la va vite, tandis qu’il continuait,   « Il ne...t'aime pas. » Mais comment quelqu’un qu’elle ne connaissait pas pouvait ne pas l’aimer ? « Il veut...ta mort. » Sa mort ? Mais qui était ce cinglé qui voulait sa mort et à qui elle n’avait rien fait ? Elle n’eut ni le temps de débattre, ni de protester qu’il lui hurlait alors : « Il arrive, court ! » « Je peux t’aid… » Elle aurait voulu finir, mais, elle n’était ni courageuse, ni téméraire.

Il hurla alors de douleur. Elle avait ses grands yeux noisettes écarquillés, comme si elle était incapable de bouger, tétanisée par la peur. Il était le loup garou – il ne le chassait pas, c’était lui. Jamais en le voyant elle n’aurait été capable de le dire, de le deviner. Elle n’avait jamais fréquenté de loup, comment aurait-elle pu s’en rendre compte ? Elle avait fréquenté une demi-lycan mais il n’y avait rien de notable, hormis un caractère aussi instable que le sien. Avant qu’il ne s’écroule sur le sol elle se retourna, sortant hasardeusement sa baguette. La neige était fraiche, le sol instable. Haletante elle courrait dans les bois, regardant derrière son épaule. Elle s’arrêta alors, essoufflé, et entreprit alors de transplaner, en vain. « ET MERDE ! » protesta-t-elle, furieuse. Elle entendit hurler à la lune dans l’obscure clarté de la forêt gelée. Elle regretta immédiatement d’avoir protesté à voix haute, ces bestioles devaient avoir les oreilles aiguisées. Merde, merde, merde, songea-t-elle. Elle ne pouvait pas transplaner dans l’enceinte de Poudlard, elle aurait dû y songer bien avant. Elle avait mille questions sans réponses, mais il allait falloir attendre un peu pour se pencher dessus. Elle devait sortir de cette forêt, quitter l’enceinte de Poudlard afin d’être en sécurité. Elle reprit sa course, sa baguette en main – au cas où. Elle devait survivre, elle n’avait pas prévu de mourir cette nuit-là, ici de la griffe ou des dents des loups garous. Sa course était saccadée, elle glissait sur la neige, ses chaussures presque lisse n’aidaient pas.



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Lun 8 Fév - 13:23

avatar
avatar
profil
Je suis : Haribo , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 23/12/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 287 hiboux. J’incarne : Jack Falahee , et l’avatar que je porte a été créé par : Psyborg (Mahlah) Je parle en : #cc9966;



Je suis âgé de : 31 ans , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : un ex cuisinier, mais actuellement en fuite J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : c'est compliqué, très compliqué
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Bad moon arising, trouble on the way + Lupin & Rackharrow
Lothar avait essayé de lui expliquer les choses. Il avait essayé de lui ordonner de partir. Mais elle était trop tête brûlée pour l’écouter et faire ce qu’il disait. Il souffrait. De la lune, mais aussi de la déchirure qui s’opérait dans son cœur. Elle allait tout savoir, elle allait le rejeter à jamais…pour peu qu’il ne la tue pas cette nuit. Il vit l’incompréhension sur son visage lorsqu’il lui dit qu’il chassait un loup. Elle ne le croyait pas. Il n’était pas certain lui-même qu’il aurait cru à son propre mensonge, s’était dire. « Qui c’est ça Skander ? » Il ne lui avait pas répondu, il lui avait simplement balancé les horreurs qu’il savait, soit qu’il était prêt à la tuer. Tout ça à cause du restaurant.

La lune fut la plus puissante, le loup arrivait. Lothar avait hurlé une dernière fois pour qu’elle s’enfuit, mais elle restait plantée là. « Je peux t’aid… » Non elle ne pouvait pas. Personne ne pourrait plus jamais l’aider. Il était définitivement perdu. Il hurlait de douleur, il tomba à genoux. Lothar luttait autant qu’il le pouvait, mais il fut forcé d’abandonner petit à petit. Il la vit se tourner. Elle lui tournait le dos mais ne fuyait pas encore. Qu’attendait-elle ? N’avait-elle donc pas comprit que le danger s’était lui ?

Il perdit le contrôle et s’écroula dans la neige. Il ne sentait pas le froid contre sa peau nue. Il ne sentait plus les effets de la lune. Il ne ressentait aucune douleur, rien. Il était comme dans un cocon de douceur, loin de tout ce qui se passait autour de lui. Il ne pouvait parler, il ne pouvait intervenir dans ses mouvements. Il n’était plus que relégué au fond de lui-même, forcé de laisser les rênes à la créature qui l’habitait. Il ne pouvait que voir par ses yeux, assister impuissant à la chasse qui allait forcément se passer ce soir. Les yeux se levèrent, quittèrent le sol pour se diriger vers le ciel. La lune l’appelait, il s’entendit lui répondre en hurlant. Un long hurlement qui faisait frémir les créatures de la forêt et qui annonçait la couleur.

Tout en se dépliant petit à petit, le loup se révéla entièrement. Un pelage gris, fin et miteux. Les oreilles s’agitaient, à la recherche d’une proie. Il renifla l’air. Il put sentir de la peur, de la chair. Un parfum également embaumait l’air. Quelque chose de léger mais de présent. Le temps froid facilitait le suivi d’une piste, les odeurs ne se mélangeaient pas et le loup n’était pas submergé par toutes les odeurs de la forêt. Il se mit en marche, sur quatre parte, cherchant la bonne piste pour sa proie. Il se figea, hurla une nouvelle fois. Il avait enfin trouvé, la chasse pouvait commencer. « Fuis Circée, fuis ! » Lothar hurlait, il voulait la prévenir. Mais ses mots ne sortiraient jamais de la gueule du loup. Tout ce qui résonnait dans la nuit était des grognements.

Le loup se mit à courir, pistant les odeurs, avant que les odeurs ne disparaissent. Il ne fait pas de bruit, ses pates s’enfoncent dans la neige, laissant des traces bien visibles, mais il n’y a qu’un léger frottement qui annonce son déplacement. Ses oreilles ne tiennent pas en place, le loup analyse tous les bruits de la forêt, cherchant à savoir ce qui peut l’aider de ce qui est totalement inutile. Lothar sent l’excitation du loup, il sent qu’il se rapproche et il est contraint de voir ce qui va se passer.

Le loup a retrouvé sa proie. Elle lui tourne le dos, cours tout en glissant, espérant s’enfuir. Mais personne ne peut fuir le loup, il est trop rapide, trop puissant et surtout il ne fait pas de quartier, il ne connaît pas le mot pitié. Il s’avance à la suite de la sorcière, d’abord silencieusement, puis en grognant légèrement. Il retrousse les babines, montre les crocs. Son grognement se transforme en aboiement court par moments, montrant qu’il est prêt à passer à l’action. Lothar voit Circée faire face au loup. Quelque part il espère qu’elle saura sauver sa vie en le mettant K.O. Et ce, même si le réveil risque d’être douloureux.



Parchemin envoyé Lun 8 Fév - 20:54

avatar
avatar
profil
Je suis : Bella , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 13/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 667 hiboux. J’incarne : Lily Collins , et l’avatar que je porte a été créé par : @Bazzart JUGBAND BLUES. . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Bellamy Malfoy Je parle en : #663366, et Pan l'éternel parle en #669933



Je suis âgé de : 22 ans maintenant, voilà le temps qu'elle fait honte aux siens par son comportement, mais elle tente de remonter la pente. Mais le temps des regrets et de la honte est terminé. , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : créatrice d'objet de magie noire, elle est capable d’ensorceler une petite cuillère pour une faire une arme de destruction massive. Ce n'est pas totalement vrai, mais c'est presque cela. J’ai juré allégeance : à personne, cette guerre ne me touche pas, ne m'intéresse pas. Côté cœur, : il est brisé mon coeur. J'ai trahi l'homme que j'aime et j'ai perdu le père de mon enfant, mon premier amour. Il est à la dérive, en centaines de morceaux , irréparable et perdu à jamais. Champ Libre : Elle possède la Magie des Rackharrow, son éternel se nomme Pan et ressemble - s'il vous laisse le voir - à un énorme Main Coon avec de grands yeux luisants et une belle dentition à faire pâlir un dragon.

Elle est maman d'une petite bâtarde de sang pur, Nepthys Rackharrow, jamais l'enfant ne portera le nom de son père. Il lui porterait préjudice. Elle préfère qu'elle porte son nom et qu'il suive la voie des Rackharrow plutôt que celle des Lupin.
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Bad moon arising, trouble on the way.  + lupin & rackharrow
"Don't go around tonight, Well, it's bound to take your life, There's a bad moon on the rise. I hear hurricanes ablowing. I know the end is coming soon. I fear rivers over flowing. I hear the voice of rage and ruin."

Un loup garou, c’était une chose dont elle avait entendu parlé dans les histoires pour effrayer les enfants que lui racontait Kenan quand ils étaient petits, espérant effrayer sa sœur pour mieux la réconforter après, elle avait entendu parlé de ces créatures en cours de défense contre les forces du mal, mais jamais au cours de sa vie elle n’aurait pensé être prise en chasse par l’un d’eux, jamais. Pourtant elle courrait de nuit, en plein hiver, seule et apeurée dans la forêt interdite de Poudlard – c’était stupide quand on y pensait. Elle lui faisait confiance, encore une erreur de sa part, une erreur de jugement qui conforterait son père dans son idée : Circée n’était pas capable de prendre ses décisions par elle-même. Elle avait accordé sa confiance à Lothar Lupin – quelqu’un qu’elle considérait comme un ami, un des rares qu’elle avait pu avoir au cours de sa vie, elle l’appréciait, appréciait sa compagnie, appréciait leur discussions simples et sans prises de tête, mais maintenant : tout était par terre. Leur amitié, tout ce qu’ils avaient pu commencer à construire – il l’avait conduit dans un traquenard, pour elle, c’était aussi simple que cela, elle n’avait pas envie d’aller chercher plus loin, elle oubliait ce qu’il disait à propos de ce « Skander » - pour elle, il l’avait trahi, dans le but de lui faire du mal, ni plus ni moins. Il avait ébranlé la confiance d’une personne ébranlée – la sorcière était de nature rancunière, méfiante et se renfermait aussi vite qu’une huitre.

Elle avait beau être plutôt svelte, et fine, la course n’avait jamais été son fort. Elle n’était pas très endurante en course à pied – les sorciers n’avaient pas besoin de courir pour fuir, transplaner suffisait amplement la plupart du temps – mais pas dans l’enceinte de Poudlard, le piège était parfait. Il lui fallait parvenir jusqu’à l’orée de la forêt et dès lors elle serait en mesure de transplaner, et en sécurité. Elle courrait, protégeant son visage de sa main droite, les branches se faisaient agressives, et les flocons tombant abondement l’aveuglaient presque. Elle cherchait tout en courant, sa baguette dans la poche de son manteau avec sa main gauche. Elle parvient à l’atteindre, et referma son étreinte sur celle-ci, déterminée à ne pas la lâcher, sa vie n’avait jamais autant dépendu de sa capacité à user de sortilège.  Elle entendit hurler à la lune derrière elle, sachant très bien qu’il serait rapidement sur ses talons, d’après ce qu’elle savait de ces bêtes là elles étaient capable de poursuivre une proie rien qu’à leur odorat, et ce n’était pas une bonne nouvelle, elle était contre le vent de plus. Elle redouble alors d’attention à chacun de ses pas, faisant attention à ne pas trébucher. Elle avait l’impression d’avoir marché quelques minutes, mais désormais l’orée de la forêt lui paraissait être à des années lumières.  Elle entendit des grognements derrières, tentant de regarder par-dessus son épaule, elle manqua de perdre l’équilibre. La sorcière était à bout de souffle. Le voyant alors surgir derrière elle, elle lança alors hors d’haleine : « Impedimenta ! » Sortilège ayant pour but de ralentir l’assaillant – laissant le temps à la sorcière d’user de sa baguette pour faire tomber un arbre presque mort derrière elle, elle espérait lui barrer la route, sachant que c’était peine perdue.

Elle savait que l’effort était intense, mais nécessaire, elle reconnaissait à peine les arbres, mais savait qu’elle était proche de son but : sortir de cette forêt. Le sentant derrière, elle se retourna, jetant un dernier sort avant de sortir de la forêt, dans un ultime pas, elle ferma ses yeux, usant du peu de foi qu’elle avait pour y croire un instant. « Confringo ! » L’instant d’après, elle court encore, et voyant qu’elle était désormais à découvert – elle transplana alors. C’était maintenant ou jamais.  Soudainement, elle quitta le sol couvert de neige de l’orée de la forêt pour tomber lamentablement dans la neige sur le pavé devant chez elle.  Elle était essoufflée, et elle tremblait encore terrifiée par ce qui venait de lui arriver. Couverte de neige, elle se relevait, regardant par-dessus son épaule, la forêt n’était pas très loin pour elle qui habitait à Pré Au Lard. Son sang se glaça quand au loin, elle entendit le hurlement d’un loup. Agitant sa baguette pour ouvrir la porte, elle se précipita à l’intérieur, refermant brutalement la porte derrière elle. Elle était gelée jusqu’à la moelle, tremblante. La maison Rackharrow dormait paisiblement – mais elle n’était pas certaine de parvenir à trouver le sommeil, tout comme elle n’était pas certaine de parvenir à calmer ses nerfs.Elle quitta son manteau, ses chaussures et monta à pas feutré. En elle régnait une confusion, comment avait-il pu lui faire ça, à elle ? Elle lui faisait confiance, lui, son ami. Elle avait cru. Pauvre folle.   

FIN DU RP


Le dernier sort de la sorcière avant de transplaner blesse-t-il Lothar ?
Oui ou Non.



Il n'est pas d'ombres dans le noir. Les ombres sont les servantes de la lumière, les filles du feu. Plus vive est la flamme, plus sombres sont les ombres qu'elle projette. (...)



Parchemin envoyé Lun 8 Fév - 20:54

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 932
malle
raise your wand
 
Le membre 'Circée Rackharrow' a effectué l'action suivante : La main du destin

'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

 

Bad moon arising, trouble on the way. + lupin & rackharrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon
» armée bad moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Pré Au Lard :: Poudlard-