Partagez | 
About spells (Skander)

()
Parchemin envoyé Lun 21 Déc - 0:31

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

About spells
Elle faisait les cent pas dans le petit séjour. Marchant encore et toujours, elle se remémorait dans sa tête tous les sortilèges qu’elle connaissait. Sa baguette levée, elle s’entrainait sur quelques objets, le temps de se remettre un peu dans le bain. Ses derniers cours de sortilèges dataient de Beauxbâtons, il y a maintenant dix ans de cela. Bien sûr elle s’était servie de sa baguette depuis, mais était tellement empotée avec qu’elle évitait soigneusement de trop devoir l'utiliser. Prenons la bataille de Poudlard, elle avait été inutile, absolument inutile. Incapable de riposter. Le poids du groupe. Elle aurait sûrement pu se défendre si elle avait su se servir comme il faut de cette fichue baguette. Une sorcière qui ne sait pas jeter de sorts. Les mangemorts présents avaient dû lui rire au nez. Peu de temps après, elle s’était précipitée au bureau du leader des Phénix. « Il faut que quelqu’un m’apprenne, il faut que je sache me défendre. » Pas un bonjour, rien. Elle avait passé l’usage des coutumes et politesses. Ils avaient peut-être gagné une bataille, mais il était évident qu’il y en aurait d’autre, et cette fois-ci, Honoré voulait se battre. Elle refusait d’encore rester en plein milieu du groupe, espérant que les autres la protègent, c’était une mentalité absolument indigne de tout ce qu’elle voulait prouver. On lui avait alors parlé d’un homme au sein de l’Ordre qui, apparemment, ne s’en tirait pas trop mal en duel. Peu lui importait l’identité de celui-ci, il devait l’aider. Le rendez-vous avait été convenu, toujours par l’intermédiaire du chef des Phénix. Elle ignorait tout de lui, jusqu’à son nom de famille. Elle avait rapidement retenu le prénom de Skander du moins, de quoi lui éviter de l’appeler Monsieur pendant des heures.

« Wingardium Leviosa » D’un geste, elle tourna puis abaissa sa baguette. L’objet concerné se leva de quelques centimètres, une victoire, puis s’écrasa minablement contre la table où il était juste avant. Elle avait du mal même avec les sorts les plus simples, pas juste ceux de combat ou de défense. Elle était bien meilleure en potions. Malheureusement, un bon flacon de veritaserum, aussi puissant et dangereux soit-il, n’avait jamais défendu personne. Elle n’avait jamais compris d’où venaient ses aptitudes –et ses lacunes- elle avait pourtant toujours été bonne élève. Peut-être était-ce le fruit de son éducation à la maison ? Son père partit lorsqu’elle était encore jeune, elle avait vécu avec sa mère, une moldue, pendant des années. A la maison, elle n’usait de magie qu’en cas de réelle nécessité. Autrement, les seules fois où elle pratiquait étaient en cours, ces derniers étant plus théoriques que pratiques. C’était donc sûrement un manque d’entrainement qu’elle avait et qui, au fil du temps, lui avait fait défaut. Elle comptait bien tout rattraper aujourd’hui cependant, elle n’avait plus le choix. Elle n’avait plus à décider si oui ou non toute cette histoire de progression était nécessaire : il le fallait.

On frappa à la porte d’entrée. Cela devait être Skander. Cependant, elle ne pouvait en être sûre et c’est à ce moment là qu’elle pensa qu’il avait été idiot de ne pas avoir demandé au moins à quoi il ressemblait. Elle souleva le judas et regarda. Un brun attendait sur le seuil que quelqu’un lui ouvre. Etait-ce lui ? Elle ne pouvait pas ouvrir à n’importe qui même si, dans un quartier moldu, il était rare de croiser des sorciers en bas de chez soi, bien qu'ils étaient de plus en plus nombreux depuis quelques années. Et pourtant, elle ne rangeait pas sa méfiance de côté. Elle avait jugé plus facile d’un côté sécurité de faire ça chez elle, parce qu’elle ignorait si les deux pouvaient être vus ensemble ou non. Elle finit par tourner les trois verrous qui bloquaient l’accès de la maison à quiconque n’en faisait pas partie et ouvrit la porte, dévoilant un homme sûrement de quelques années plus âgé qu’elle. « Skander ? »

© codage par 2981 12289 0 + gif par giphy
Parchemin envoyé Lun 21 Déc - 13:46

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
About Spells.
"Deauclaire & Lupin"

Donner des cours, il ne l’avait pas fait depuis un moment déjà. Il fut un temps, une autre époque où il aurait été prêt à tout pour aider les autres membres de l’Ordre, malgré tout, puis les évènements d’une vie vous change un homme. La dernière personne à qui il avait dû enseigner les rudiments du duel sorcier était sans l’ombre d’un doute son jeune frère qu’il avait dû malmener durant son apprentissage. Autrefois auror, il n’avait jamais été tendre avec les jeunes recrues, après tout, le monde n’était pas tendre pourquoi leur faire subir un doux apprentissage, alors que dans la douleur tout était plus concret. Il n’aurait jamais pensé que l’Ordre se tournerait une fois de plus vers lui pour former quelqu’un à l’art du duel et des sortilèges. Pourtant, c’était ce qui s’est passé – lui qui parfois se sentait comme un renégat au milieu de tous ces rebelles assoiffés de liberté, lui n’aspirait qu’à sa vengeance. Quand il avait vu débarquer un des leaders chez lui, il avait d’abord cru que c’était une vaste blague. Jusqu’à ce qu’il lui demande s’il était bien sérieux, il n’y avait pas cru. Mais visiblement une des membres de l’Ordre avait besoin de ses talents de duelliste pour progresser. On ne lui avait pas donné de détail mais visiblement il y avait urgence vu la situation actuelle de l’Ordre qui revenait sur le devant de la scène. Il aurait bien dit « non » parce que jouer les professeurs était ennuyant mais il n’en avait pas réellement eut le choix.

On lui avait communiqué une adresse, un nom, et une heure. Il s’agissait d’une fille (ou d’une femme, il n’en savait rien et sincèrement il s’en fichait), dont l’évocation du nom inspirait évidemment des origines françaises, et dont l’adresse moldue suggérait qu’elle était recherché ou quelque chose du genre (pourquoi vivre chez les moldus autrement ?). Comme à son habitude, nonchalant et non-pressé il était parti au dernier moment, avant une dernière gorgée de whisky comme pour se donner du courage, enseigner n’avait jamais son fort ou sa passion.   Pour rien au monde il ne souhaiterait vivre chez les moldus, il aimait trop le quartier dans lequel il vivait, même si le chemin de Traverse était plutôt mal famé, il aimait l’ambiance magique qui y régnait. Arrivé à bon port, il frappa alors comme à son habitude – non pas en douceur mais avec force. Il attendit un petit moment – cette fille n’avait pas intérêt à l’avoir fait venir pour rien, il détestait être contrarié, et quand il l’était, il fallait éviter de le croiser pendant un petit moment. Après quelques instants, la porte s’ouvrit, dévoilant une jeune femme qui demanda alors : « Skander ? » Visiblement il avait sonné – enfin frappé – à la bonne porte. Elle semblait peu sûre d’elle à cet instant, comme si elle craignait que quelqu’un d’autre ne vienne frapper à sa porte. Il esquissa un sourire –pas nécessairement sincère, mais il faisait du mieux qu’il pouvait. « Oh, on m’appelle par mon prénom, je ne nous savais pas déjà si intime. » Il était détestable parfois, une vraie tête de con. Mais il était comme ça, il l’avait toujours été d’une certaine manière. Il s’agissait là d’humour, mais ce n’était pas forcément évident pour les gens qui lui faisaient face. Il avait répondu avec malice et sans laisser transparaitre un quelconque trait d’humour, si cette fille ne savait pas rire, le cours allait être long, très long. « Honoré Deauclaire, je suppose - celle qui a des lacunes en sortilèges ? » En fait il en était sûre, on lui avait dit son nom, donné son adresse et elle connaissait le sien. A moins de trouver une moldue extralucide dans le quartier il y avait une probabilité très faible qu’elle ne soit pas celle qu’il cherchait.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Lun 21 Déc - 23:47

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

About spells
En ce moment, elle sursautait pour un rien Honoré, elle avait peur de tout. Les Phénix avaient peut-être une nouvelle victoire à accrocher à leur tableau de réussite, mais elle ça ne la rassurait pas. Elle savait que tôt ou tard, ils s’en prendraient une de la part des mangemorts, c’était évident. Et puis, vu le rythme auquel les actions de l’Ordre se multipliaient, elle était plutôt persuadée qu’ils riposteraient très prochainement, ce n’était qu’une question de temps. Jamais le Seigneur des Ténèbres ne laisserait quelqu’un lui retirer son pouvoir une nouvelle fois, comme cela avait été le cas il y a des années, quand Honoré n’était même pas encore née, ni ses parents d’ailleurs. Aussi, on ne pouvait pas la blâmer de prendre un peu trop de précaution pour assurer sa protection. Ce n’était définitivement pas Ianto qui la protégerait de quoique ce soit, ce dernier s’était retiré de toute l’organisation et vivait presque en reclus : seules ses inventions comptaient désormais. Ils ne se voyaient même pratiquement plus, bien qu’ils habitaient dans la même maison. Il devait d’ailleurs être à l’étage en ce moment, ou peut-être pas, qui savait où il se trouvait à chaque instant ? Le visage charismatique de son soi-disant professeur la rassura tout de même. Le fait qu’il connaisse son nom, et puis qu’il lui rappelle pourquoi il était venu aussi, c’était lui il n’y avait aucun doute. Son sens de l’humour discret et subtile lui plut tout de suite : l’après-midi serait sûrement moins ennuyeux et long qu’elle ne l’aurait imaginé. Elle opina du chef en guise de réponse pour lui confirmer que c’était bien elle qu’il était venu voir. « J’aurai fait preuve de plus de politesse si on avait daigné me donner votre nom complet, je vous l’assure » répliqua-t-elle du tac au tac, esquissant même un sourire nerveux au coin des lèvres. Elle ouvrit alors plus grand la porte, dévoilant le long couloir qui précédait le salon. Elle s’écarta de manière à lui laisser la place d’entrer et comme celui-ci avançait, elle referma la porte, prenant soin de la verrouiller correctement.

Elle se dirigea instinctivement vers un placard où elle rangeait quelques bouteilles, ils n’étaient pas de gros buveurs et elle n’avait presque rien en réserve. « Vous voulez boire quelque chose ? J’ai du jus de citrouille… » Cherchant dans les fins fonds, elle ne trouva rien d’autre, tout le reste n’était que des boissons moldues et elle doutait qu’il n’apprécie, les sorciers n’étaient pas toujours habitués à ce genre de beuvrage. « Ou du jus de citrouille » Elle sortit alors deux verres et s’en servit un, mine de rien, elle était un peu stressée et cela lui avait donné soif. C’était sans doute la première fois en huit ans qu’elle recevait un invité chez elle. A part Ianto et quelques amis de son colocataire, personne ne venait ici. En tout cas, personne qui ne venait pour voir Honoré. Elle en avait presque perdu le sens de l’hospitalité : débarrasser les affaires de l’invité, lui proposer de s’asseoir… Enfin, quelque chose lui disait que ce Skander ne s’arrêterait pas à ce manque de convenance. De toute façon, il n’était, à la base, pas venu pour prendre le thé. « Sinon, je peux aussi vous proposer des boissons moldues, c’est comme vous voulez. Je dois avoir deux trois trucs à manger dans la cuisine aussi. Autant se mettre à l’aise, je pense qu’on en a pour un bon bout de temps. » Elle ne mâchait pas ses mots, le parcours allait être long pour parvenir à faire d’Honoré une sorcière digne de ce nom. Ils n’auraient peut-être même pas assez d’un après-midi… Mieux valait ne pas s’avancer, peut-être cet homme faisait-il des miracles ? C’était peut-être pour ça qu’on le lui avait proposé ? En tout cas, elle espérait qu’il était patient car, si la française apprenait assez vite, elle était pourtant assez maladroite. Elle aurait presque dû ranger le salon avant de débuter, juste afin d’éviter une quelconque casse, elle en était largement capable…

© codage par 2981 12289 0 + gif par giphy
Parchemin envoyé Ven 25 Déc - 20:37

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
About Spells.
"Deauclaire & Lupin"

Les entrées en matières selon Skander Lupin étaient parfois étonnantes et détonantes d’ailleurs. Il n’aimait pas réellement tout le cérémonial autour des formules de politesse, cela l’avait toujours énervé. Il aimait casser les concepts et les habitudes, trouvant les traditions parfois assommantes à souhait. « J’aurai fait preuve de plus de politesse si on avait daigné me donner votre nom complet, je vous l’assure » La sorcière le fit entrer dans son appartement – elle n’était pas très grande, et semblait à priori normale, elle n’avait ni l’air ravagée ou quoi que ce soit.  Elle était polie, plus de politesse lui aurait donné envie de prendre la porte et de la laisser se débrouiller avec ses problèmes. Il croisait tellement de sang pur snob toute la journée au Cercle de Jeux alors le fait qu’elle ne soit pas de cette race-là lui faisait plutôt plaisir. Quand elle lui ouvrit la porte, il crut voir de la nervosité dans son sourire, tandis qu’une fois qu’il fut entré, il l’entendit verrouiller la porte avec ferveur, comme si cet endroit être un véritable coffre-fort.

La sorcière se dirigea machinalement vers ce qui apparemment était une cuisine. Elle semblait y chercher quelque chose ? Peut-être sa baguette, parce qu’il n’était pas venu prendre le thé, il était là pour lui enseigner l’art du duel. Elle ouvrit un placard et se mit à chercher, énonçant à haute voix le contenu.  « Vous voulez boire quelque chose ? J’ai du jus de citrouille… » Sans alcool, non merci. « Ou du jus de citrouille » En voilà une maitresse de maison. Que du jus de citrouille – il avait tendance à détester cela, même si dans sa jeunesse il avait pu en raffoler, mais aucun jus ne valait celui de son enfance préparé par une mère amoureuse de la cuisine.  Sans même qu’il ait le temps de répondre, elle sortir de verre. Il ne savait pas très bien lire le comportement des personnes mais elle semblait stressée, très stressée même. « Sinon, je peux aussi vous proposer des boissons moldues, c’est comme vous voulez. Je dois avoir deux trois trucs à manger dans la cuisine aussi. Autant se mettre à l’aise, je pense qu’on en a pour un bon bout de temps. » Un bout de temps, la voilà qui n’était pas très optimiste. Il esquissa un sourire, mais ne répondit rien. Il se contenta de retirer son manteau et le posa sur la chaise la plus proche. Sa baguette était toujours à portée de main dans l’une des poches de son jeans.  

« A faire la popote et la parfaite ménagère, on a des lacunes en sortilèges, forcément. » Il était peut être misogyne sur les bords des fois, mais la plupart du temps c’était quand il était ivre ou sous l’influence d’une drogue quelconque. Ce qui était peut-être à moitié le cas. Il n’avait pas encore récupéré la totalité de ses esprits depuis la veille, les soirées pouvaient être arrosées pour le sorcier, tout comme les journées d’ailleurs. A cet instant il avait plus envie de la faire réagir, il n’était pas là pour boire le thé ou quoi que ce soit d’autre – il était là pour l’Ordre, on lui avait confié une mission, et pour une fois qu’il pourrait peut-être y faire quelque chose… « Ceci dit, la parfaite ménagère aurait également autre chose que du jus de citrouille, donc ce point semble également contenir des lacunes, mais la bienséance et les bonnes manières ça n’a jamais été ma spécialité. » Il était franc, direct et n’aimait pas prendre de gant avec les gens qu’il ne connaissait pas vraiment. Enfin, même les gens qu’il connaissait étaient souvent victime de sa franchise, de son sarcasme et de sa froideur parfois. Il suffisait de demander à son frère, celui qui finalement le connaissait le mieux et subissait le mieux ses humeurs. Il ne connaissait pas encore Honoré – et pour être franc connaitre les gens, cherchez à les connaitre, ça lui était bien égal. Il appréciait la solitude depuis des années, comme un vieux compagnon et camarade l’accompagnant dans son quotidien, parfois même le silence était devenu un dialogue pour lui. Il en oubliait les bonnes mannières, et il s’en fichait. « Sortilèges informulé ou pas ? » demanda-t-il, il n’y allait pas par quatre chemins il était là pour cela. Suivant la réponse, il y aurait plus ou moins de travail à fournir.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Dim 27 Déc - 19:24

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

About spells
« A faire la popote et la parfaite ménagère, on a des lacunes en sortilèges, forcément. » Charmant. Il lui avait pourtant semblée drôle et sympathique au premier abord. Il avait presque eu un visage en lequel Honoré aurait pu facilement placer un petit peu de sa confiance. Pourtant, il avait bien caché son jeu. La française ne supportait pas ce genre de répartie. Elle se retourna sans crier gare et fit face à l’homme. L’écoutant déblatérer sans vraiment écouter. S’il était venu pour se défouler et faire passer sa mauvaise journée sur quelqu’un, il pouvait repartir, Honoré n’était pas là pour ça. Leur petit cours s’annonçait mal, à peine était-il arrivé qu’elle aurait tout donné pour qu’il reparte. Oui, Honoré avait des lacunes en sortilège, mais la raison en était tout autre. Quoique, à bien y réfléchir, il n’avait pas tout à fait tort le brun. En France, elle s’occupait toujours de la maison et n’avait pas tellement le temps de s’entrainer, et puis de toute façon, à quoi bon savoir se servir de la magie lorsqu’on sait qu’on va passer une vie entière dans le monde moldu ? Sa vie avait pourtant pris un tournant inattendu, c’était ce qui l’avait menée ici. Mais de toute façon, là n’était pas la question, elle n’avait pas besoin de se justifier. Il était là pour l’aider, point. « Ecoutez, soit vous pouvez continuer vos railleries, soit vous pouvez m’apprendre à me défendre, c’est comme vous voulez. » Elle reprit alors la direction du salon où l’attendait sa baguette, trônant sur la table.  Elle l’empoigna et positionna sa main de façon à avoir une bonne prise. Elle ne semblait pas très à l’aise, se tenant bien droite, pourtant elle essaya tant bien que mal de dissimuler son embarras et son énervement. Elle attendit d’entendre les pas de son professeur pour se retourner et lui faire face. « Je voulais juste… » Elle ne termina pas sa phrase, il était inutile qu’elle se cherche des excuses, ce n’était pas ça le problème. Ce n’était pas quelque chose qu’elle avait fait de travers mais bien le comportement de l’homme qui n’allait pas. « Peu importe. Puisque vous semblez ne pas vouloir perdre votre temps, à votre guise monsieur. »

Il n’était plus question ni de sourire, ni de blaguer. Elle allait être concentrée, écouter ses conseils, et espérer qu’il s’en aille le plus tôt possible. Tant pis s’ils n’avaient pas fini aujourd’hui, elle demanderait à l’Ordre qu’on lui assigne quelqu’un d’autre, ou bien elle s’entrainerait seule. Même si Ianto était débordé, elle arriverait bien à le tirer de ses inventions pour quelques heures, juste histoire de l’aider. Avec tout ça, elle en avait presque oublié de boire son verre, tant pis, Skander l’avait bien refroidie de toute façon. Elle n’avait plus soif. Ce n’était pas comme s’ils allaient beaucoup parler de toute manière, elle ne souhaitait plus l’entendre.

Il s’adressait à elle comme si elle était une enfant ne connaissant rien à la vie. « Sortilèges informulés ou pas ? » N’essayez pas d’être aimable surtout. De toute évidence, il ne l’écoutait pas, et n’écoutait pas non plus ses supérieurs de l’Ordre. Il lui semblait pourtant lui avoir dit qu’elle avait un niveau médiocre en sortilège. Si elle ne savait déjà pas effectuer un simple sort de défense, comment espérait-il qu’elle réussisse des sortilèges informulés ? A moins qu’il ne lui demande si elle souhaitait apprendre ces sortilèges. Forcément, avec des moitiés de phrase, ils risquaient d’avoir des problèmes de compréhension. « Et si on commençait par les bases ? » Elle n’avait plus rien à cacher, ni de honte à avoir, à lui dire clairement qu’elle n’y connaissait rien. La vérité, c’était qu’elle n’en avait rien à faire de ce qu’il pensait. Qu’il la prenne pour une demeurée s’il le voulait, qu’est-ce que cela changerait ? Sûrement pas grand chose.  

© codage par 2981 12289 0 + gif par giphy
Parchemin envoyé Dim 27 Déc - 21:59

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
About Spells.
"Deauclaire & Lupin"

A cet instant, on pouvait dire qu’il était à mi-chemin entre normal, et éméché. Certes il était ainsi la plupart du temps que ce standard tendait à devenir une normalité. Mais il ne sentait ni l’alcool, et savait parfaitement se tenir sur ses deux jambes. La veille avait été riche en boisson, il avait passé la soirée dans un pub sur le chemin de traverses avant de poursuivre à son appartement en solitaire. Il était plutôt l’homme qui possédait une sorte de gueule de bois perpétuelle. D’où ses humeurs humoristiques plutôt sarcastiques la plupart du temps. « Ecoutez, soit vous pouvez continuer vos railleries, soit vous pouvez m’apprendre à me défendre, c’est comme vous voulez. » Mais ses taquineries ne trouvent pas toujours quelqu’un qui est prête à les entendre. Cette fille semblait avoir pris la mouche, et pris au pied de la lettre son sarcasme. Et bien si elle ne s’habituait pas à son humour, l’entrainement risquait d’être interminable.  La fille lui tourna alors le dos, direction son salon, et empoigna avec détermination sa baguette. Elle semblait énervé tandis que Skander lui gardait son calme légendaire. Il était dans une phase où la Lune plutôt éloignée ne l’influençait pas trop – ces jours paisibles étaient hélas trop rare à son gout. « Je voulais juste… » Elle s’arrêta et il se dit que dire une phrase sarcastique ne serait peut-être pas une bonne idée. « Peu importe. Puisque vous semblez ne pas vouloir perdre votre temps, à votre guise monsieur. »  La voilà qui prenait au pied de la lettre ses remarques sur la familiarité datant d’il y avait à peine deux minutes. Elle avait tendance à rapidement prendre la mouche, elle avait tendance à avoir les nerfs à fleur de peau – ce qui pour le duel peut être une force et une sacrée faiblesse.

Il fallait entrer dans le vif du sujet – et comme à son habitude il avait choisi de n’y aller ni avec des gants, ni avec des pincettes. Mais c’était une sorte de test – voir comment elle réagissait. Skander se souvenait des test psychologiques, des mises en situations de son apprentissage d’auror – c’était loin mai il se disait que cela lui avait été très utile. Avant de commencer, il faut cerner le profil de la personne face à vous. Il commençait à cerner un peu plus cette fille, elle semblait peu sûre d’elle, et s’énervait facilement, et il ne tarda pas à s’en rendre compte une fois encore.   « Et si on commençait par les bases ? » La base, la base, si elle savait ce que c’était la base… La base c’est l’esprit, la psychologie, l’envie et le moteur. Mais cela semblait lui échapper, pour elle ce n’était qu’une affaire de sortilège alors que c’était tellement plus que cela le duel c’était un état d’esprit. « C’est ta première erreur. C’est la base. » Dit-il simplement. Il leva ses yeux vers elle pour la fixer. « Ton assaillant doit-il être averti du sort que tu as l’intention de jeter ? La réponse est non. »  Il en connaissait un rayon en sortilège, en duel, en traque de mage noire, et en magie en général. Il avait beau ne pas toujours avoir les idées claires, il restait un sorcier qui en connaissait pas mal en la matière. Certes, il était bourru, parfois un peu sec, parfois un peu ivre, souvent un peu froid, mais il restait capable de se battre en duel dans presque toutes les situations. Le sortilège informulé est la clef de la réussite d’un bon duel – sauf si votre assaillant est un légilimens et duelliste surdoué capable de lire dans vos pensées. L’effet de surprise est un élément important et indissociable de la réussite. On lui avait dit que son niveau était médiocre, il s’en doutait, mais en posant cette question il voulait savoir comment elle réagissait – plutôt une sorte de test. « La base, c’est l’esprit du duel – ne pas laisser une chance à l’adversaire de découvrir ce que tu as l’intention de faire. Quel que soit ton niveau, tu dois donner l’impression de maitriser. » L’art du paraitre, « Etre sûr de toi, c’est ce qui te permettra de réussir tes sortilèges. » Il essayait d’être pédagogue, mais ses années au sein des aurors où il participait des fois à la formation des plus jeunes lui semblaient appartenir à une autre vie, bien lointaine. Quand il y pensait, il entendait encore le rire de Ciena derrière lui quand il avait tendance à malmener les nouvelles recrues. Elle ne le quittait jamais vraiment – il tenta de chasser cette image de son esprit, ajoutant alors : « Sinon, la base de la base… Quel sortilège d’attaque connais-tu ? » Il fallait commencer par un bout – et quelque chose lui disait que le travail devrait sans doute mériter plus d’une séance.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Sam 2 Jan - 15:42

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

About spells
Honoré se détendit quelque peu comme elle voyait que son cher professeur se focalisait maintenant sur la raison de sa venue et non plus sur elle-même. Elle gardait tout de même un visage très fermé. Lui, au contraire, affichait toujours une tête toute aussi charismatique. A ne pas s’y tromper, Honoré était désormais méfiante et ne supportait pas son petit jeu. Elle ignorait même si c’en était un, un jeu. Peut-être n’était-ce que son comportement habituel et quotidien. Comment quelqu’un pourrait-il vivre avec ça ? « C’est ta première erreur. C’est la base. » Son erreur n’en était pas vraiment une, il enfonçait le couteau dans la plaie. Mais elle continuait d’écouter parce que Skander se mit enfin à parler pour dire quelque chose d’intéressant. La base du duel, finalement, ce n’était pas d’être doué en sortilège, mais d’être logique et de raisonner. Toujours cacher ce que l’on prévoit de faire, feindre, anticiper sur ce que va faire son adversaire… Autant de choses qui semblaient à la portée de la jeune sorcière. A défaut de ne pas savoir se servir de sa baguette, elle savait très bien utiliser sa tête et celle-ci allait lui être d’un grand secours dans les pires situations. Car elle s’en doutait, elle aurait des combats prochainement. Pas seulement des duels : de vrais affrontements. Cela allait arriver, plus vite qu’on ne le pensait, et elle espérait bien être prête. C’est pourquoi elle enregistrait ce qu’il lui disait, sans piper mot. Elle était désormais concentrée. Les petits incidents précédents semblaient oublier alors qu’elle se mettait au travail. « Etre sûre de toi, c’est ce qui te permettra de réussir tes sortilèges. » Il la confortait encore, sans le savoir, dans l’idée qu’elle était peut-être faite pour ça, pour être une vraie sorcière, une vraie duelliste. La confiance en soi, c’était quelque chose qu’elle avait perdue il y a bien longtemps lorsqu’elle était encore en France. Depuis qu’elle avait débarqué à Londres, chacun de ses gestes était prévu, calculé et tellement précis qu’elle ne pouvait qu’avoir confiance en elle. Elle avait foi, savait que tout ce qu’elle prévoyait était juste et judicieux. Il lui suffisait de savoir qu’elle avait le courage de faire quelque chose pour qu’instinctivement, elle sache que tous ses choix seraient forcément bons. De toute manière, elle avançait la plupart du temps seule. Ses décisions, c’étaient les siennes et pas celles de quelqu’un d’autre, jamais. Si elle n’avait jamais été sûre d’elle, il y a longtemps qu’elle ne serait plus de ce monde, bien longtemps.

« Jusque là, je pense pouvoir me débrouiller, ça va. » Oui, le début de la leçon était plutôt simple. Mais elle ne doutait pas que lorsqu’ils commenceraient la pratique, tout se compliquerait. Cependant, elle était prête et n’attendait que ça. Il était temps qu’elle sache se défendre et riposter. Elle ignorait toujours et encore si elle tuerait son paternel à la loyale, façon moldue, ou si elle emploierait la magie pour ça. L’idée de la torture, de la souffrance lente lui faisait envie. Les deux méthodes pouvaient la lui apporter. La seule chose, c’était qu’à part la magie noire et les sortilèges impardonnables, elle ignorait s’il y avait d’autres moyens de torture. En fait, pour le moment, elle s’en fichait pas mal, parce qu’elle savait que tôt ou tard, elle connaitrait absolument tous les sorts dont elle aurait besoin. « Sinon, la base de la base… Quel sortilège d’attaque connais-tu ? » Comme elle l’avait prédit, ça se compliquait. Sa mémoire en terme de sortilèges lui faisait souvent défaut. Elle en connaissait bien quelques uns, les plus simples et les plus courants. « Celui que tout le monde connaît : Stupéfix. » Elle l’avait presque dit machinalement et en était plutôt fière. « Je connais aussi Incarcerem, mais je n’ai jamais réussi à l’utiliser. C’est tout ce dont je me souviens, je crois. » Son regard fixé sur Skander, elle ne bougeait pratiquement plus, désireuse d’en apprendre encore plus. Elle avait le sentiment qu’il était peut-être un peu étrange mais qu’il s’y connaissait vraiment. Voilà pourquoi l’Ordre le lui avait conseillé. Déjà, elle sentait que cette journée allait être enrichissante. Elle espérait seulement qu’il n’allait pas faire des démonstrations directement sur elle. Remarque, il faudrait bien quelqu’un. « En fait, j’arrive à peu près à me débrouiller en défense, enfin ce n’est pas du grand art non plus, mais en attaque c’est une catastrophe. C’est à peine si j’arriverais à effleurer ne serait-ce qu’un cheveu de mon adversaire. Même en me concentrant et en étant sûre de ce que je fais. » Elle en vint même à se demander si elle tenait sa baguette comme il fallait. Sûrement, tout de même, elle ne s’imaginait pas aussi nulle que ça. Mais comme ce n’était pas sa volonté qui faisait défaut, il devait bien y avoir quelque chose qui l’empêchait de réussir correctement les sorts qu’elle entreprenait.


© codage par 2981 12289 0 + gif par giphy
Parchemin envoyé Dim 3 Jan - 23:52

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
About Spells.
"Deauclaire & Lupin"

L’enseignement – il n’avait jamais eu envie d’en faire. Pourtant, il se retrouvait à ce poste, il fallait qu’il y mette du sien, l’Ordre avait besoin de guerrier pas de fillette apeurée incapable de tenir une baguette et d’envoyer les mangemorts à la morgue. Car la morgue c’était le seul endroit possible pour eux selon Skander, Azkaban était une solution trop douce, ces salopards devaient payer et mourir. Il les côtoyait au quotidien et cela lui donnait parfois envie de vomir. L’ordre devait révolutionner le monde, le changer, mais pas avec des fleurs, mais bel et bien les armes à la main. Il n’appréciait pas enseigné mais s’il pouvait aider cette fille, celle-ci survivrait sans doute à une attaque et dans le meilleure des cas elle parviendrait à faire changer les choses. « Jusque là, je pense pouvoir me débrouiller, ça va. » Dit-elle alors quand il lui parla que la confiance en soi était la base de tout. La volonté ne fait pas tout, mais solutionne bien des choses. Si l’on a peur, on hésite, si l’on hésite on perd du temps, si l’on perdu du temps nous chances s’amoindrissent et c’est une chose que l’on ne peut se permettre dans le monde actuel. Il fallait bien commencer par un bout. La pratique du duel était une chose, mais il fallait des connaissances en matière de sortilèges. Normalement elle avait dû les voir durant sa scolarité, mais elle avait peut-être été peu attentive durant celle-ci, ou peut-être n’avait-elle jamais été douée dans cette matière, mais vu les lacunes cette dernière option semblait être la bonne. Quand il lui demanda quel sortilège elle connaissait, elle répondit :  « Celui que tout le monde connaît : Stupéfix. » Bien, c’est un début comme un autre. « Je connais aussi Incarcerem, mais je n’ai jamais réussi à l’utiliser. C’est tout ce dont je me souviens, je crois. »  Eh bien, juste ça ? Il y avait énormément de travail et il doutait pouvoir en faire un soldat de l’Ordre. « En fait, j’arrive à peu près à me débrouiller en défense, enfin ce n’est pas du grand art non plus, mais en attaque c’est une catastrophe. C’est à peine si j’arriverais à effleurer ne serait-ce qu’un cheveu de mon adversaire. Même en me concentrant et en étant sûre de ce que je fais. » La défense c’était déjà ça. Skander avait un côté kamikaze parfois lors des combats, préférant souvent foncer dans le tas, au diable les conséquences. Souvent son audace payait, parfois il le payait. Combien de cicatrices avait-il sur le corps ? Grand dieu, il ne comptait plus depuis des années. Elles faisaient partie d’elle, depuis toujours et à jamais.

« Si tu crois que la meilleure défense c’est l’attaque, oublie-le tout de suite. » dit-il avec un sourire, puis il ajouta alors, faisant référence aux deux sortilèges cité par la jeune femme – bien qu’incarcerem soit une bonne option, stupéfix était assez… passif à ses yeux. « C’est contre des mangemorts que l’on se bat, tu peux te permettre d’être un peu plus agressive. Envoi-leur un ‘Avis’, ils seront ravi. » Il ne pouvait s’empêcher de faire preuve de sarcasme, c’était sa tasse de thé, et ce même avec les gens qui le connaissait bien. Son entourage proche se limitait au Lupin, Aries et Lothar, ni plus ni moins, c’était déjà bien suffisant, deux personnes immunisés contre le monstre qu’il pouvait être. « On va commencer par un moyen simple de terminer un duel, priver le sorcier adverse de sa baguette, imaginons qu’on le veuille vivant, soit. » Il fit signe à la sorcière de se mettre en garde, le meilleur moyen d’apprendre, c’est de montrer. Il avait toujours été partisan des travaux pratiques, il avait une sacrosainte horreur des cours théorique car généralement ils sont interminables. Reculant un peu, l’appartement n’était pas très spacieux, pour un premier cours cela suffirait mais vu le niveau d’autre cours devraient être nécessaire, il faudrait trouver un autre endroit, la Station pourrait sans doute faire affaire, il y avait toujours de la place, et suffisamment pour qu’elle ne blesse personne, il avait des doutes sur ses capacités à viser. Il n’aimait pas les sortilèges formulé, mais pour son élève il fit un effort. Tout en tournant le poignet dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, et en exécutant un petit mouvement vers l’arrière, il dit alors, « Expelliarmus. » La baguette quitta alors la main de la sorcière pour finir dans celle du sorcier. « Le mouvement à l’inverse des aiguilles d’une montre, et un geste vers l’arrière, comme pour attirer la baguette à toi. » Toi, vous, il s’en fichait de la vouvoyez ou de la tutoyer – elle devait apprendre. Il ne s’amuserait pas à vouvoyez une gamine de l’Ordre, elle était plus jeune que lui, déjà qu’il respectait à peine ses aînés, alors elle. « On va commencer par les sortilèges, et on verra la mise en situation ensuite. » dit-il essayant d’être sympathique et de sourire. Ce n’était pas forcément son fort de sourire, surtout depuis le Purge, et encore plus depuis qu’il était lycan. Il n’y avait que lorsqu’il était ivre qu’il souriait, quand il était en compagnie de jeune femme charmante, et quand il était en compagnie de ses frères d’armes, Lothar et Aries.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Lun 25 Jan - 23:30

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

About spells
Elle est attentive, elle apprend. « Si tu crois que la meilleure défense c’est l’attaque, oublie-le tout de suite. » C’est noté chef, noir sur blanc dans son esprit. Elle ne parle plus, écoute. Elle a conscience que ses bases sont bien trop peu solides, mais au moins elle en a. La satisfaction qu’elle a de savoir citer quelques sorts. Et le sarcasme et le sourire du Lupin lui confèrent bien qu’il y aura du travail. Un geste, elle lève sa baguette, se met en place. Elle suit du regard le mouvement de poignet du professeur, un moulinet dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, puis un léger geste en arrière. Cela ne semble pas sorcier, à la portée de tout le monde. « Expelliarmus. » Il prononce l’incantation et sa baguette vole à travers la pièce. Pas mal, bon exemple. Elle aurait eu satisfaction que le sortilège ne fonctionne pas. Bon, après tout, il est plutôt doué, c’est la raison pour laquelle il est ici, chez elle. Il lui lance un petit sourire. Décidément, celui-ci a l’air plus sincère que les précédents. Est-ce parce qu’Honoré a cessé de parler qu’il semble plus naturel ? Qu’importe, c’est à elle de jouer maintenant. « On va commencer par les sortilèges, et on verra la mise en situation ensuite. » Oui, déjà lui laisser le temps d’assimiler ce nouveau sortilège – enfin nouveau, elle le connait bien sûr, mais comme pour les autres n’a jamais vraiment réussi à le maitriser – avant de faire autre chose. Elle se doute qu’il ne lui fera pas de quartier au cours d’une mise en situation. Autant profiter du petit moment qu’elle a pour lui prouver qu’elle n’est pas une bonne à rien.

Elle marche à travers la pièce, récupère sa baguette. Elle est tendue, apeurée, terrifiée même. Et si elle rate ? Si elle rate… Et bien, tant pis, elle recommencera. Après tout, les grands sorciers ne sont pas devenus grands sorciers parce qu’ils étaient déjà de grands sorciers. Ils ont travaillé pour cela. Et dure. Si tant de personnes en est capable, pourquoi pas elle ? C’est vrai, elle n’est pas plus bête qu’une autre. Un manque d’entrainement, c’est ce qu’elle se répétait. Qui sait, l’affrontement face à son père commencerait peut-être par ce sortilège : Expelliarmus. Désarmé, devant sa fille, ce sera le début du commencement. Bien il ne lui reste qu’à apprendre alors. Que dirait Ianto s’il la voyait ainsi ? Il se moquerait probablement. Il avait toujours été très doué en sortilège, lui. Moins en potions cependant. Honoré lui a beaucoup appris là-dessus, même si lui, ne l’a jamais aidé à tenir une baguette. Et maintenant, elle doit supporter les conseils de ce goujat de Lupin. Un gentil goujat tout de même, elle a vu bien pire. « Je peux le faire. » elle murmure à elle même, ignore s’il l’entend. Elle se donne du courage, un peu de volonté. Elle en a bien besoin. Elle sent déjà un regard de reproche se poser sur elle si jamais elle échoue. Il faut seulement qu’elle se mette en tête que ce n’est qu’un exercice. Cet homme devant elle n’est pas un mangemort. Elle ne risque pas sa vie. Pas encore. Elle se dit que si elle avait appris tous ces sortilèges bien plus tôt, elle aurait pu être utile durant la bataille de Poudlard. L’Ordre avait quand même remporté la victoire, Poudlard était délivré, certes. Mais elle avait été d’une inutilité incomparable, se cachant derrière ses amis pour se protéger. Quelle sorte de courage c’était ? Elle avait honte. Mais elle pouvait encore inverser les rôles. Oui, à la prochaine mission de l’Ordre, elle serait aux premières loges pour anéantir les mangemorts.

Consciente que son temps imparti est sur le point d’être écoulé, qu’elle est déjà là, dans sa rêverie, depuis trop longtemps déjà, elle lève alors sa baguette et la met en position. « Ca ne peut pas être si compliquée. Un jeu d'enfant. » dit-elle, toujours pour elle-même. Elle souffle un grand coup. Elle va réussir, il le faut n’est-ce pas ? Elle suit les conseils. On tourne, on ramène vers soit, et puis : « Expelliarmus »

Le sort fonctionne-t-il ?
Oui & Oui : La baguette vole à travers la pièce et un sourire triomphal s’affiche sur le doux visage d’Honoré. Elle a réussit et elle en connaît un à qui elle va sûrement avoir cloué le bec.
Oui & Non : Un sortilège sort de la baguette d’Honoré et vient taper contre un vase posé sur la table qui explose. Elle se fige, honteuse, et attend que Skander lui dise quelque chose.
Non & Non : Rien ne se passe. On peut lire la déception sur son visage. Pourtant, elle était certaine qu’elle allait réussir cette fois-ci… Elle n’a plus qu’à recommencer.

© codage par 2981 12289 0 + gif par giphy


Hors RP:
 
Parchemin envoyé Lun 25 Jan - 23:30

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 866
malle
raise your wand
 
Le membre 'Honoré Deauclaire' a effectué l'action suivante : La main du destin

'Destinée' :


mp Skander + mp Alienor + mp Erzsébet
mp Mererid + mp Arsenius
- merci de ne pas mpotter le compte PNJ -

Parchemin envoyé Dim 14 Fév - 1:03

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
About Spells.
"Deauclaire & Lupin"

Elle n’était pas douée avec une baguette – Skander avait du mal à concevoir un sorcier incapable de jeter un sort, pour lui la magie était l’essence même de son existence. Aussi loin qu’il pouvait s’en souvenir, il avait toujours adoré la magie et trépigné d’impatience de tenir en main sa première baguette. Il se souvenait encore du jour où il s’était rendu chez Ollivander avec Lothar dans les pattes comme bien souvent qui à cette époque-là ne cessait de poser des questions. Quand il avait pris sa baguette en main, celle-ci l’avait choisi, et il avait tout de suite su qu’il aimait la magie, et qu’il avait hâte d’en user pour la première fois. Lors de son premier cours, tenir cette baguette avait eu un effet libérateur lui prouvant qu’avec du travail il réussirait à s’affranchir des contraintes, des convenances, de son passé et de son héritage. Avec les années il avait développé un talent certain pour les défenses contre les forces du mal et les sortilèges. Bien plus à l’aise en duel, il avait pu épater la galerie en usant de ses forces – enfant et ado arrogant qu’il était. Il était toujours aussi arrogant, mais bien plus responsable qu’il y avait encore des années.

Il avait donné des cours à une amie il y avait des années et l’avait vu échouer au concours d’auror. C’était encore une fois juste une question de motivation – elle n’avait pas cru en ses capacités. Il ne connaissait pas bien Honoré – c’était la première fois qu’il la voyait réellement. Il avait dû la croiser – mais sans jamais lui prêter attention. Pourtant, sans la connaitre il voyait nettement que la confiance en elle ce n’était pas son fort.  Il fallait lui redonner confiance en elle – il fallait qu’elle voit ce dont elle était capable. Rien de tel qu’une bonne vieille mis en situation. C’était ainsi qu’il avait appris, même si l’échec peut être douloureux, il est toujours formateur. Il la regarda alors traversé la pièce pour se mettre en place – il priait en secret pour qu’elle ne rate pas son sort au point de l’expédié dans un mur, mais que serait la vie sans un minimum de risque ? Il crut entendre la murmurer pour elle-même, comme un encouragement avant de sauter dans l’arène : « Je peux le faire. » La confiance en soi, solution de bien des soucis. Il en fallait une sacrée dose en magie.  Semblant revenir d’entre ses pensées, elle leva alors sa baguette, ajoutant quelques mots.  « Ca ne peut pas être si compliquée. Un jeu d'enfant. » Elle parlait à voix basse, parlant à elle-même. Il connaissait cette sensation de devoir se rassurer. Lui c’était les nuits de pleine lune – il se parlait, essayant de conjurer ce qui pourrait être un sort funeste. Il se redressa alors, tenant sa baguette en joug, immobile, essayant de lui rendre la tâche facile. Car, le faire avec un sorcier en action était d’autant plus compliqué.  « Expelliarmus » Et là, c’est le drame : absolument rien ne se passe.

Dans un sens il se senti désolé pour elle – mais clairement elle n’avait pas compris le mouvement du poignet, clairement elle manquait de « poignet ». « Bien. » dit-il, il n’était pas réellement exaspéré. Il savait que cela s’annonçait compliqué. Il faisait de son mieux pour se montrer pédagogue. « Tu dois vraiment travailler sur cette confiance en toi. » Il disait cela comme une remarque, à elle de le travailler de son côté – la psychologie, ce n’était pas de son ressort. Mais ce n’était pas l’unique problème. Il avait ce coup de poignet – l’articulation du sort était bonne. Il s’approcha alors d’elle, arrivant à ses côtés, il glissant sa baguette dans la poche de son jeans. Il allait falloir changer de méthode. Il se fichait de pénétrer dans sa zone de confort – les mangemorts n’auraient aucune pitié pour elle, s’ils la voyaient hésiter – elle serait une cible privilégié, facile. Lui-même agissait de la sorte, essayant de percé à jour les ennemis faibles et de les prendre pour cible – ce n’était pas courageux, mais ils étaient en guerre. Tout n'était que stratégie. Attrapa le revers de la main de la jeune femme qui tenait la baguette, il lui indiqua alors le mouvement à effectuer. Celui devait être rapide, sec et précis. « Le mouvement doit être rapide, et précis. Tu ne tournes pas assez rapidement – et remonte bien le poignet pour attirer la baguette à toi. » Essaya-t-il d’expliquer, se voulant être le plus pédagogue possible, le plus gentil aussi. Ce n’était pas évident – il y avait une petite pointe d’impatience dans sa voix, légère. Pourtant, il restait calme, et s’efforçait de ne pas être un vieux bougon. « Essaye encore. » dit-il se voulant être encourageant.

Il lâcha alors la main de la jeune femme qui tenait sa baguette, sans lui adresser un regard, il revint à sa place. Il leva aussi sa baguette. Il ne salua pas – à quoi bon, elle n’allait pas se battre en duel dans les règles de l’art avec des mangemorts. Dans ce genre de combat il n’y avait aucune règle, aucune loi, rien.  « Allez. » dit-il avec un sourire, essayant d’être encourageant.Le goût du risque en sachant que le sort pouvait le blesser. Mais Skander n’était pas quelqu’un de douillet – il était plutôt résistant, rien n’avait été plus douloureux que la morsure du loup garou – si ce n’est la perte d’un être cher dont la violence et la douleur morale demeuraient à ce jour vivaces.


Honoré lance le sort. Qu’advient-il de Skander ?
oui & oui, il a su se monter convainquant et persuasif en lui montrant comment agir avec son poignet, et la baguette glisse alors de ses doigts. Il affiche alors un sourire satisfait de son élève, on est sur la bonne voie.
oui & non, et là, c'est le drame. Ce n'est pas la baguette qui vole, c'est Skander qui se retrouve projeté vers l'avant, perdant son équilibre. Il tombe la tête la première sur le sol. Il maugrée alors quelque chose en français, comme le lui a appris sa mère jadis. C'est pas gagné, mais ce n'est pas pire - elle a réussi à faire quelque chose cette fois ci.
non & non, c'est encore un échec - rien en sort de la baguette de la sorcière si ce n'est un peu de poussière argentée, signe d'un sort avorté qui tombe doucement à ses pieds. Skander ne peut alors s'empêcher pousser un soupire las. Ils ne sont pas encore sorti de l'auberge.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

Parchemin envoyé Dim 14 Fév - 1:03

avatar
avatar
profil
Je suis : Les Supernanas de WDWF. , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 04/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 866
malle
raise your wand
 
Le membre 'Skander Lupin' a effectué l'action suivante : La main du destin

'Destinée' :
 
Parchemin envoyé Mar 16 Fév - 22:11

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

About spells
Honoré avait toujours été trop sage, trop timide, trop peu sûre d’elle. Même en essayant, elle voyait bien que ça ne fonctionnait pas. Elle détestait ne pas réussir quelque chose, elle se sentait pathétique, mais il y avait bien un début à tout. Ce qui la bloquait, c’est que généralement elle réussissait tout en un claquement de doigt. A Beauxbâtons, tout était inné chez elle. Elle avait trouvé un goût pour la fabrication des potions qui étaient bien souvent parfaites, connaissait l’histoire de la magie sur le bout des doigts, était capable de reconnaître n’importe quelle plante. Elle était faite pour étudier. Mais quand il s’agissait de pratique, ça coinçait. Et elle avait beau se dire que ce n’était pas plus compliqué que de fabriquer une potion Wiggenweld, elle savait bien qu’elle devait fournir beaucoup plus d’effort pour arriver à faire jaillir ne serait-ce que quelques étincelles de sa baguette. Skander ne semblait pas encore dépité, sûrement avait-il encore un peu d’espoir pour qu’elle progresse, c’était déjà ça. « Bien. » Cela ne semblait pas être une constatation sur le travail qu’elle venait d’effectuer, celui-ci était tout sauf bien. C’était médiocre, voire même inexistant. Elle le prit plus comme un mot pour clarifier ses idées. « Tu dois vraiment travailler sur cette confiance en toi. » Elle leva discrètement les yeux au ciel, il le lui rabâchait depuis qu’il était arrivé et elle savait que c’était un point important pour faire de la magie. Elle serait sûre d’elle si elle arrivait à faire quelque chose de sa baguette, mais elle n’arriverait pas à faire quelque chose de sa baguette si elle n’était pas sûre d’elle. C’était un cercle vicieux duquel Honoré ne savait pas comment se dépêtrer. Clairement, elle allait devoir s’en sortir rapidement si elle ne voulait pas s’attirer les foudres de son professeur. Elle prit une profonde inspiration, remua un peu les épaules. Ca allait fonctionner la prochaine fois. « Le mouvement doit être rapide, et précis. Tu ne tournes pas assez rapidement – et remonte bien le poignet pour attirer la baguette à toi. » Rapide et précis. Elle empoigna correctement sa baguette et essaya de faire le geste quelques fois. Elle semblait l’assimiler. Le geste semblait aller, sa diction aussi, ne restait plus que sa détermination et ce triplé lui permettrait de faire voler la baguette de Skander. Il l’encouragea à réessayer, elle se sentait prête. Il la gratifia même d’un petit sourire. Elle fronça légèrement les sourcils pour mieux se concentrer. Rapidement elle effectua le geste, lança un petit expelliarmus.

Skander se retrouva propulsé en avant, sa tête cognant contre le sol. Honoré ouvrit grand ses yeux ne sachant que faire et puis elle se rua à genou vers son professeur. « Skander ! Tout va bien ? » Elle l’entendit parler en français, il ne se doutait certainement pas qu’elle comprenait tout ce qu’il disait. Elle le poussa délicatement en appuyant sur son bras de manière à le mettre sur le dos et à voir s’il y avait des dégâts. Visiblement il allait bien mais ça ne devait pas l’empêcher d’être un peu sonné. « Je suis vraiment désolée, je… C’était peut-être une mauvaise idée ces cours après tout. » Elle mourrait d’envie d’apprendre et de savoir se défendre, mais si cela impliquait de mettre Skander en mille morceaux, il était sûrement préférable de s’arrêter là. Toute la confiance qu’elle avait mis dans ce dernier sortilège s’envola aussitôt, laissant place à une Honoré confuse et terriblement gênée. Elle se releva et lui tendit la main pour qu’il se mette sur ses deux pieds à son tour. « Faut voir le bon côté des choses, j’ai réussi à faire quelque chose, on progresse. » Elle tenta le ton sarcastique parce que vu où elle en était, cela ne servait plus à rien de trop s’en vouloir, le mal était fait. Et puis, elle désirait retirer la petite moue qui se dessinait sur le visage de Skander, sûrement était-il contrarié ou dans ses pensées. Elle tenta un petit sourire pour finir de le dérider. « Je sais pas si tu tiens à la vie, mais peut-être qu’on devrait s’arrêter là pour aujourd’hui. Ou… Ou s’entrainer sur un mannequin ? Ca serait plus sûr. Enfin, St Mangouste est un peu loin d’ici s’il y a urgence, je ne voudrais pas risquer que tu te casses un orteil. » Le tutoiement lui était venu naturellement, elle n’y avait même pas fait attention. Elle se moquait gentiment mais intérieurement elle s’en voulait. Elle espérait qu’il ne lui en tiendrait pas trop rigueur.

© codage par 2981 12289 0 + gif par giphy
Parchemin envoyé Dim 21 Fév - 22:44

avatar
avatar
profil
Je suis : GALLIFREYS, aka Lexie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 02/08/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1839 hiboux. J’incarne : Oscar - sexy - Isaac , et l’avatar que je porte a été créé par : moi-même, Gallifreys . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Gideon Peverell, Astraea Black, Avia Spdumore. Je parle en : #ff3333



Je suis âgé de : 36 années perdues dans la tourmente de la lune. , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : Leader de L'Ordre Du Phénix, à plein temps. Je suis un ancien auror et ancien homme de main pour la Main Noire, mais surtout un ancien espion. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : je suis en couple avec une blonde répondant au nom d'Odette Moody. Champ Libre : ancien alcoolique - ancien auror - leader de l'Ordre du phénix - fumeur - ancien drogué - papa de plein de gamins (Victoire,Orion, Antigone, Finlay, & Sirius)
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
About Spells.
"Deauclaire & Lupin"

Il avait ce vieux réflexe de juré dans la langue de sa mère – en mémoire d’elle en quelque sorte, se souvenant à quel point elle était exaspérée quand son fils s’obstinait à jurer malgré toutes les injonctions de politesse. Il ne parlait jamais de ses parents, encore moins de sa mère, laissant ses souvenirs heureux dans une autre dimension où personne ne pourrait les le lui prendre. Car désormais ses souvenirs étaient l’une des rares choses qu’il lui restait. Ses origines françaises n’étaient pas non plus une chose qu’il évoquait, son prénom ou son nom ne suggérait aucunement cette origine, car sa mère avait choisi de suivre les désirs de son père et de faire de leurs deux garçons deux parfait petit anglais. Généralement il jurait et se disait que personne ne pouvait le comprendre, sauf qu’Honoré et le patronyme qu’elle portait semblait tout à fait être en mesure de le comprendre. Mais ce n’était pas grave, il n’avait rien à cacher, elle venait de l’envoyer à tapi, alors que normalement elle aurait juste dû s’occuper de sa baguette. Mais les sortilège n’étaient définitivement pas sa tasse de thé.

Face contre terre, le sorcier avait juste eu le temps de mettre ses mains en avant pour éviter que son visage ne frappe le sol en premier. Il entendit à peine la jeune femme s’inquiéter pour lui : « Skander ! Tout va bien ? » Elle l’aida alors à se retourner pour qu’il puisse se mettre sur le dos, par Merlin il avait encore des réflexes et n’avait pas fini la tête la première contre le parquet de la jeune femme. Le bilan aurait été un nez cassé – probablement, mais là, il n’en était rien. Il était quand même un peu sonné – le sort l’avait secoué, mais il était costaud de nature. « Je suis vraiment désolée, je… C’était peut-être une mauvaise idée ces cours après tout. »  Bien sûr que non ce n’était pas une mauvaise idée – Skander en avait fait des bêtises quand il avait commencé à apprendre, il fallait faire des erreurs pour progresser, sinon ça ne sert à rien, personne n’est infaillible. La jeune femme se releva alors pour finalement lui tendre la main afin de l’aider à se relever. Skander avait sa fierté mais il n’était pas du genre à refuser une aide. Il saisit alors sa main pour finalement se remettre sur ses deux pieds, et glissant alors sa baguette dans la poche de son jeans. « Faut voir le bon côté des choses, j’ai réussi à faire quelque chose, on progresse. » Voilà, elle était sarcastique, mais pourtant c’était vrai.  Il demeurait tout de même songeur, si bien que la jeune femme ajouta alors : « Je sais pas si tu tiens à la vie, mais peut-être qu’on devrait s’arrêter là pour aujourd’hui. Ou… Ou s’entrainer sur un mannequin ? Ca serait plus sûr. Enfin, St Mangouste est un peu loin d’ici s’il y a urgence, je ne voudrais pas risquer que tu te casses un orteil. » Le fait qu’elle se moque d’elle, et donc de ce fait se détende un peu laissait enfin Skander sourire.

Elle avait de sacrés progrès à faire, et peut être devrait-elle travailler de son côté avant de recommencer quoi que ce soit. Elle avait risqué de le blessé mais il n’avait pas peur d’être blessée. Skander avait toujours eu une âme de gryffindor – un type courageux n’ayant pas peur de grand-chose. Et puis, il était tout sauf douillet. Finir au tapi n’était rien en comparaison d’une nuit de pleine lune – celle-ci était réellement douloureuse. « Se casser un orteil demeure du supportable. » Dit-il avec un sourire. « Mais tu devrais voir le positif, et te dire qu’un sort est sorti de ta baguette, pas le bon – mais c’est un début. Je pense que tu devrais t’exercer un peu de ton côté, progresser. » Il avait appris beaucoup par lui-même, mais il lui avait donné des pistes, dont une essentielle : croire en elle. « Quand tu penseras avoir suffisamment progressé, on pourra recommencer, et peut être… avec un mannequin. » Dit-il avec un sourire. Cela serait sans doute plus raisonnable le mannequin. Il n’était pas peureux, mais la magie d’Honoré semblait ne vouloir en faire qu’à sa tête, alors il valait mieux qu’ils prennent leur précaution et éviter de finir à Ste Mangouste serait une bonne chose. Enfin, visiblement ce lieu semblait réellement éloigné de Ste Mangouste – il ne mettait jamais les pieds dans un quartier moldu, pas parce qu’il ne les aimait pas, non juste parce qu’il ne s’y sentait pas à sa place. « Quand tu seras prête, dis-le moi, et on remettra ça. » Finit-il par ajouter, sur le départ. Il avait légèrement mal à l’épaule de s’être retenu, mais Skander était un dur. Il attrapa alors ses affaires, et ouvrit la porte. Le monde des moldus était décidément bien étrange, et après avoir vérifié que c’était désert, il transplana alors devant chez lui.


It's good to be king like a conqueror

I can feel the weight, I can feel the weight of the world.I can feel the pressure, I know the pain and the hurt[...]I will not run when destiny comes, It's good to be king

 

About spells (Skander)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Skander box
» Mastery Spells
» Laelia ⊿ You and I, it is the page which spells.
» Wishing wells and magic spells and everything between ▬ Blair & Blue
» Wishing wells and magic spells and everything between ▬ Tristannah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres moldus :: Habitations-