Partagez | 
LE BAL DE NOËL [Topic commun]

(Aller à la page : Précédent  1, 2, 3)
Parchemin envoyé Mer 23 Déc - 18:37

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
The living, living still
Their intention is to kill
and they will, they will.

Tendre la coupe d'hydromel alors qu'elle souhaitait elle-même l'ingurgiter, c'était comme un geste des plus compliqués qu'elle dût effectuer pour appuyer la part de gentillesse que l'on pouvait dénicher en elle. Elle se délectait de la tirade articulée par la rousse qu'elle ne prit plus réellement la peine de regarder, les iris ne voulant pas croiser ceux d'une femme qui l'indifférait à un point inimaginable. Elle n'avait pas besoin d'en savoir plus, de dénicher quelconques détails sur le passé ou bien même le présent de la fille de joie pour en discerner la plupart de ses traits, amertume dans les mots qu'elle prononçait et qui n'avaient que pour effet d'étirer un mince sourire sur le faciès de la Skeeter. « Bonsoir. Accepteriez-vous de m'accorder cette danse ? » Ce ne fut que lorsqu'elle voulut briser ce silence incommodant qu'une voix masculine vint interrompre son élan. En temps normal, elle aurait pu simplement ignorer la proposition en ne donnant aucune considération à l'individu qui se trouvait désormais simplement à ses côtés. Néanmoins, avec ce timbre de voix qu'elle aurait pu reconnaître alors qu'elle ne l'avait entendu que peu de fois, son visage se tourna instantanément en sa direction, s'efforçant de dessiner un sourire des plus honnêtes et des moins contrariés par la demande. « Mais oui, allez-y Peakes, faites de l'air en nous épargnant la présence de Skeeter. » Encore une fois, on ne lui donna pas le choix de mouvoir ses lippes pour quelconque réponse qu'elle aurait bien pu donner. Ainsi soit-il, qu'elle se contenta de penser en son fort intérieur alors qu'elle se faisait pousser vers la sortie dans les bras d'un violoniste qu'elle admirait bien trop. Elle déglutit difficilement, membres tendus sous le contact physique qui l'a toujours mis mal à l'aise quand elle n'en était pas entrepreneure, elle prit la décision de reculer d'un pas en observant une dernière fois ce groupuscule qui se crêpait le chignon. Peut-être qu'Alaric serait de meilleure compagnie. Peut-être. Elle n'en savait rien mais allait tôt ou tard le découvrir tout en prenant le temps de faire traîner ses propres oreilles dans les discussions qui ne la concernaient en rien. Le bras soudainement emprisonné sous une poigne qui lui fit serrer la mâchoire, satanée hémophilie qui rend tout le corps fragile sous quelconque pression, elle daigna diriger son regard vers Antoinette. « Au fait Miss Skeeter. » Pas le temps d'arquer un sourcil, pas le temps de dessiner une expression d'incompréhension qu'elle sentit un tsunami s'écraser sur ses pommettes, son front, l’entièreté de son visage. « Hiii ! » qu'elle cria d'une voix fluette en lâchant un « Seigneur ! » alors que de ses phalanges, elle redessinait la frange qui avait humidifiée par le champagne qui perlait sur ses joues. Zeppelin n'était pas de ces femmes qui prenaient soin de leur apparence, qui allaient gueuler dès la première mèche de cheveux de travers, alors on entendit qu'un rire sortir de ses tripes, le sourire qui ne pouvait se décoller de la mine joyeuse d'une Skeeter agréablement surprise par le comportement d'une femme qu'elle avait quelque peu sous-estimé. « Joyeux Noël à vous aussi et à votre famille inexistante ! » qu'elle articula alors qu'elle se retournait, toujours les quelques ricanements qui ne pouvaient être retenus de ses lèvres décousues. Sans plus attendre, elle agrippa le bras d'Alaric et s'éloigna de quelques mètres seulement. « Bon, excusez-moi de cette allure assez piteuse à cause d'un champagne gâché. » Elle n'était pas désolée, ce n'était que pour appuyer la courtoisie qu'elle n'avait pas en elle. « Faudrait que je m'essuie quelque peu le visage, vous n'auriez pas un... mouch- » Elle plissa les yeux, observa l'assaillante sen aller en relevant doucement sa robe, la démarche rapide. « Attendez, deux secondes, je reviens, promis. » Le visage encore imprégné de l'alcool qui voilait l'odeur de la nicotine, elle s'empressa d'accourir vers la fuyarde (Antoinette). D'un geste rapide, elle en attrapa le bas de la robe en se penchant légèrement, l'obligeant à s'arrêter dans la course vers la sortie ou un quelconque endroit où la foule n'était que peu présente. Elle avait empoigné le bout de tissu qu'elle trouvait doux, s'en voulait presque de ce qu'elle allait faire. Relevant doucement le bas de la robe d'Antoinette, Zeppelin y enfouit son visage pour essuyer les gouttes de champagne qui avaient commencé à visiter sa nuque et son cou, ne manquant pas à assécher ces endroits grâce à l'accoutrement de sa victime qu'elle froissa et déchira quelque peu dans la poigne qu'elle avait effectué. « Allez, bonnes fêtes ! » puis elle repartit aussi rapidement qu'elle était arrivée, ne voulant pas subir l'audace de représailles qui l'auraient néanmoins amusées. Elle retrouva aisément son nouveau cavalier (Alaric) devant lequel elle se plaça, essuyant d'un mouvement vif les quelques gouttes dont elle ne s'était pas débarrassée. « Vous savez dans quoi vous vous embarquez, en me demandant de danser »



Résumé:
 
Parchemin envoyé Mer 23 Déc - 21:35

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
bal de noël × ft. honoré & shae
réchauffer les cœurs en ces temps difficiles ? quelle douce ironie venant du ministère. je ne voulais pas venir, et je regrettais déjà d'avoir cédé face à honoré. certes, nous étions le 24, et pour certains cela rimait avec festivités. mais je n'avais ni le cœur, ni l'esprit à faire la fête. la richesse qui se dégageait des décors me brûlait les pupilles, souvenir d'une lointaine époque, et d’événements auxquels je n'étais plus habituée.

comme bien souvent, j'étais sous l'apparence d'une autre, car plus d'un sorcier dans cette salle souhaitait ma mort, et c'était sans doute ma seule source d'amusement de la soirée. pouvoir observer ces misérables qui se pavanent en pensant qu'ils sont rois d'un monde illusoire. cette pensée m'arracha un sourire mesquin, tandis que j'observais les différents visages autour de moi. je reconnaissais certains d'entre eux, notamment les black, les yaxley, ainsi que les peakes, et d'autres que je ne connaissais pas. décidément, ils étaient nombreux, mes ennemis. mais aucun de ces visages ne pouvait m'inspirer une plus grande peur que celle de voir le sien. je redoutais de le voir, après tant d'années de séparation. j'entendais les murmures qui se propageaient dans l'ombre au sujet des yaxley, et ils étaient source d'une souffrance assez grande sans que j'ai besoin de les voir prendre forme. c'est pourquoi je préférais me concentrer sur ma compagne de ce soir, honoré, afin d'éviter de le voir.

je prenais souvent l'apparence de cette femme, que j'avais autrefois aperçu dans un des tableaux de poudlard. elle était grande, avec de longs cheveux bruns, et des yeux d'un bleu rappelant les eaux de l’océan. je portais un ensemble, dont le haut semblait être un chemisier d'un blanc nacré, et le bas une jupe en cuir noir, et tout ça avec une ceinture de taille doré pour serrer ma taille, et mettre mes formes en valeur. quand j'y pensais, je ne savais plus comment j'avais pu accepter de venir et en plus de porter cet ensemble. et quelque soit l'apparence que je pouvais avoir, je ne parvenais jamais à me détacher de ce mal ancré en moi, et ce sourire de circonstance cachait mon envie de fuir loin de cet endroit, et loin d'ephraïm.

« rappelle moi quelque chose..pourquoi ai-je accepté de te suivre déjà ? » ma question teintée d'amusement cachait un sentiment de panique. toutes ces personnes désiraient ma mort, tout simplement à cause de mon sang, et j'étais là, sachant que je pouvais potentiellement être leur dessert s'ils découvraient cette supercherie enfantine.

mais le destin ne comptait pas me laisser un seul instant de répit. pourquoi le ferait-il après tant d'années à me torturer, d'ailleurs ? cela ne faisait que quelques minutes que nous étions arrivées, et il fallait que ça se produise maintenant. peut-être était-ce inévitable, et que détourner le regard en pensant ne pas le voir était tout aussi naïf que de penser que cette soirée se déroulerait sans accroc.

il était là. impossible de le confondre. impossible d'avoir le moindre doute. c'était bien ephraïm, qui venait de mettre un genou à terre devant alastriona, devant les grandes familles de sang-pur, et surtout, devant moi. une impression de déséquilibre s'empara de moi, à tel point que ma vision se troubla un instant, et que discrètement je vins poser ma main sur l'épaule d'honoré, afin de ne pas m'écrouler. depuis combien de temps ne l'avais-je pas vu ? sept, peut être même huit ans ? huit longues années pendant lesquelles il m'avait abandonné. était-ce si facile de m'oublier ? étais-je si insignifiante pour lui depuis le début ? cette douleur d'une autre époque se mélangea à cette colère soudaine, et je ne savais pas quoi en faire. je n'avais qu'une envie, celle de disparaître de ce monde dans lequel je n'étais plus qu'un parasite.

la sentence était tombée. les mots que je redoutais tant, il venait de les prononcer. mon regard était vide, et mon âme semblait être le fruit d'un horrible maléfice. j'avais l'impression de sentir des lames me transpercer avec une violence certaine, et mon âme vacillant dans une tourmente que je ne connaissais que trop bien. les rumeurs venaient de prendre forme, c'était à présent officiel, cette page, ma page, était définitivement révolue.

« je ne peux pas rester honoré..» dis-je d'une voix tremblante. un murmure afin de la supplier de me laisser partir alors que mon âme implorait de l'aide. j'entendais cette voix au fond de moi qui hurlait avec une hardeur et une férocité invraisemblable, ravagée par une peine sans nom ni envergure, et qui ne trouve et ne trouvera jamais le repos.

code by lizzou × gifs by tumblr
Parchemin envoyé Mer 23 Déc - 23:18

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 


« Rappelle moi quelque chose… Pourquoi ai-je accepté de te suivre déjà ? » Elle la faisait rire Shae, et Honoré semblait comprendre qu’elle était pas loin de se sentir mal à l’aise. En même temps, entourée de toutes ces grandes familles, elle, née-moldue, devait se sentir rejetée. Elle savait bien pourquoi elle n’était pas venue sous sa vraie apparence. Le gouvernement veut se faire bien voir, bien sûr, tout le monde sera accepté à ce bal, mais par contre messieurs, mesdames, veillez à ne pas ramener de sang-de-bourbe ça sera mieux pour tout le monde. Elle le pensait d’un ton si ironique. Pourquoi tant de haine ? Leur sang était-il plus rouge que le leur ? « Parce que tu m’aimes et que tu m’adores non ? Allez, je t’assure qu’on va s’amuser. » Et elle le pensait. Elle attrapa au vol deux coupes de champagne qui passait par là en tendit une à son amie. Elle ne savait pas si l’alcool c’était ce qu’il y avait de mieux pour elle, elle n’était pas dupe et avait bien vu que Shae s’y prêtait beaucoup ces derniers temps. Mais si Honoré gardait ça sous contrôle, il ne devrait pas y avoir de dérapage ce soir.

Elle sentait le pétillement dans sa bouche mais manqua de s’étouffer lorsqu’elle vit un idiot de sang pur se mettre à genoux. Allait-il vraiment faire une demande en mariage ici, devant tout le monde ? Qu’est-ce qu’ils pouvaient être pimpants. Il ne pouvait pas arrêter de faire tourner le monde autour d’eux, rien que pour une soirée. C’en était pathétique. Elle donna un coup de coude à Shae et lui désigna du doigt la scène. Elle entendit alors la jeune femme concernée lancer un petit « non » devant la foule. C’était tordant, vraiment. Ca rajoutait un petit côté mélodramatique qui était adorable. Elle aurait presque plaint le jeune homme qui, littéralement, ne savait plus où se mettre. « Non vraiment, c’est tord… » Elle se tourna vers son amie, elle était toute pale, toute livide. Elle posa une main sur l’épaule d’Honoré, prête à s’effondrer. « Je ne peux pas rester Honoré... » Honoré la regarda, ne savait que faire. Elle lui retira sa coupe, la posa sur le buffet à côté d’elle. Elle pensa d’abord que c’était l’alcool. Et puis Shae tourna la tête vers la scène qui continuait de se dérouler mais à laquelle la française ne prêtait plus attention. Elle voyait le désarroi de la brunette. Ca mit du temps à s’emboiter. Elle lui avait bien parlé de quelques soucis qu’elle avait eu avec un sang pur, une histoire d’amour un peu compliquée. Et si… ? Non, Shae aurait autrefois jeté son dévolu sur un Yaxley –elle entendait ce nom murmuré à travers toute la salle ? Honoré avait du mal à y croire, et ne voulait pas faire de conclusions trop hâtives. « C’est ça qui t’ennuie ? » Elle pointa encore une fois du doigt les deux jeunes gens encore sur le regard de tout le monde, au centre de l’attention. « Shae, regarde-moi bien, vois à quel point je les emmerde ces pathétiques sangs purs. Ils ne valent rien. » Et elle attrapa le bras de son amie et la précipita sur la piste de danse. Posant une main dans son dos et l’autre accolée à la main de Shae, elle se mit à faire un semblant de danse, elle était très mauvaise danseuse, mais si elle pouvait faire décrocher un sourire à la belle, alors elle le ferait. Ils passèrent à côté du couple, le Yaxley les regarda furtivement. Honoré lui balança alors un regard noir, regard à peine perceptible, mais qu’elle espérait qu’il avait perçu.

Parchemin envoyé Jeu 24 Déc - 1:14

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Elle avait bien tenté de trouver un endroit pour se dissimuler, mais rien de tel ne semblait être au rendez-vous dans cette salle. Elle se vit obligée d’attaquer le plan B : se fondre dans la masse. Ca ne lui plaisait pas du tout, mais c’était soit ça, soit elle devrait repartir. Et pendant qu’elle tergiversait, tout le monde s’amusait et un groupe de convive commençait déjà à se former. Pourquoi ? Une demande en mariage apparemment, c’est ce qu’elle entendait de partout.  Elle avait loupé ça. Désormais, il fallait qu’elle reste à l’affut et il n’était plus question de manquer quoique ce soit. De toute façon, ce qu’elle voulait aussi, c’était fouiner pour avoir plus d’informations sur la situation actuelle. En fait, elle s’attendait à peut-être entendre quelques confidences très secrètes. Tout son plan tombait alors à l’eau. Oprah avait pourtant plus d’un tour dans son sac, et c’était le cas de le dire. Elle parvint à se faufiler à l’abri des regards et sorti sa plus belle robe qu’elle avait enfoncé dans son sac. Ce soir, elle enlèverait sa cape en public pour la première fois depuis des années, elle ne s’y sentait pas prète et pourtant, il le fallait. Elle devait terminer ce livre et celui-ci allait avoir absolument toute la vérité, rien que la vérité, contrairement à ces précédents ouvrages. Elle ne s’était jamais autant pomponnée. Elle se sentirait presque belle, si elle n’était pas entourée de tant de mangemorts.

Au loin déjà, elle aperçut la Skeeter, fouineuse de première classe comme le voulait la réputation de sa famille. Elle s’empressa de la rejoindre, celle-ci s’apprêtait à aller danser. Oprah alors s’assit à sa table et attendit que la demoiselle revienne sagement pour qu’elles aient une petite discussion. Après tout, elle n’avait pas lu les journaux, mais elle était sûre que la mort de son père avait dû faire les gros titres il y a un ou deux ans, à moins que l’affaire ait été étouffée. De toute manière, avec tous les mensonges qu’elle devait rapporter à la gazette, elle pouvait bien lui lâcher un petit bout de vérité, rien qu’un peu. Elle espérait juste que Dorothy ne remarque pas sa présence et ne vienne l’accoster, détruisant encore une fois son plan. Elle ne voulait qu’une chose, partir de cet endroit malfamé au plus vite. Manquerait plus que quelqu’un l’invite à danser, mais ça, elle pouvait toujours rêver.
Parchemin envoyé Jeu 24 Déc - 16:29

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
+ Dance forever with the devil on a cold cell block. There's no diversity because we're burning in the melting pot. +

Vil renard au nez fin, à l'appétit vorace. Quelques heures après leurs retrouvailles, tu avais déjà eue ouïe de la douce compagne retrouvée par ton frère. Tu avais des oreilles, des espions, des fidèles partout. Facile d'être fidèle quand tu garnissais si bien leurs poches. Cythère, ancienne amie de coeur de ton frère, s'il avait jamais fallu qu'il en ait un pour se perdre dans une amourette. Soufflant quelques question sur le bal à venir pour t'assurer que la rouquine n'était pas dans sa mire. Non, tu avais donc l'occasion de l'entretenir, la cuisiner toute la soirée, la faire avouer, s'il y avait aveux à faire. Tu avais invité Cythère et elle avait accepté. Invitation froide, garnie d'un sourire, d'un baise-main puis conclut d'une réponse positive.

Tu entrais alors que la fête était déjà commencée. Élégamment vêtu d'un costume fait sur mesure par ta couturière personnelle. Passant la porte pour agripper un verre, un sourire en coin, envie malsaine de jouer avec tous ses pions qui s'offraient ce soir. T'imaginant roi, ne pouvant pourtant te déplacer que d'une case à la fois vers une pièce ennemie. Tes yeux courraient pourtant, de visage en visage, bouches en bouches. Tu t'amusais déjà de ce qui se passerait ce soir, les ragots, les dégâts. Observant qui était venu avec qui, couples attendus ou insouhaités, comme celui que tu allais former avec la belle rousse sur qui ton regard de fauve mirait. Te mouvant lentement entre les gens pour aller la rejoindre. Inexorablement, tu croisais Circée. Aux mains de son père, tu ne lui accordais qu'un clin d'oeil lorsque le vieux ne regardait pas. Un sourire avant de t'évaporer dans la masse de gens.

Deux mains se glissant contre la forme de ses hanches recouvertes du tissus élégant de sa robe noire. Couleur des ténèbres dont tu raffolais, simplement, somptueux à défaut d'un couleur criarde tout juste faite pour mendier de l'attention. Charmeur tactile alors que ton nez se glissait doucement contre son cou libéré de sa chevelure de feu. La faisant doucement virevolter, dans la prison de tes bras pour qu'elle se retrouve face à toi. Forçant encore la proximité en allant déposé un baiser sur sa joue, pourtant bien trop près de ses lèvres. « Mademoiselle Macpherson, vous m'ouvrez habituellement l'appétit d'un seul regard, mais je dois avouer que ce soir, vous êtes si délectable que vous invitez à la déraison de savourer le dessert bien avant l'entrée ou le plat de résistance. » Sourire tendre, ne t'éloignant que trop peu d'elle. Assez pour qu'elle sente encore son souffle contre elle, contre sa bouche. Ses yeux noyés dans les tiens et tes mains tenant encore ses hanches prisonnière de ta fougue. Ce soir, tu la ferais craquer sous le pression de tes regards, tes sourires et tes caresses forcées. Elle avouerait tout et tu n'aurais même pas besoin de lui fracturer le crâne de ton don pour ce faire.
Parchemin envoyé Jeu 24 Déc - 19:09

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 



Tout cela ne faisait que commencer, tout ce bonheur et cet avenir qui prévoyait d’être bon. Pourtant, j’ai tout fait exploser en gardant le secret de l’enfant qui grandissait en moi. Cela dit, aurait-ce fait une différence si je lui avais parlé de ma grossesse au début, avant qu’il ne s’engage? Il aurait refusé à ce moment-là, maintenant je pouvais le voir. Moi qui croyais qu’Erlhing était quelqu’un de patient, d’aimant et de conciliant… Peut-être avais-je eu tort? Quoi qu’il en soit, il n’aurait pas voulu de cet enfant. J’étais destinée à vivre dans la honte, avec un enfant que l’on considérerait comme bâtard puisque je n’avouerais jamais qui était le père. Je venais tout juste de croiser son regard diabolique, c’est pour cette raison que je m’essayi une ultime fois en suppliant mon mari de nous laisser une chance. Je ne pouvais pas croire que je m’étais tant trompée à son sujet, où était partie sa parcelle de bonté? Elle s’était évaporée quand je lui avais dévoilé le pot-aux-roses! « La seule chance que je vais te donner Asphodel Prince c'est en taisant ce déshonneur pour que ma famille ne te brise pas le cou. J’avale ma salive avec difficulté, observant l’air d’erlhing. Il est sérieux, je le sais, il ne me laissera aucune chance désormais. Au moins, il tient assez à mon visage pour ne pas me laisser massacrer par ma nouvelle famille. Va-t-en avec ton amant, élevez le fruit de votre amour comme bon vous semble, mais ne compte pas sur moi pour sacrifier vie et nom à ton erreur. Tu t'es trompé de sorcier pour ça. » Un hoquet d’indignation sort de ma bouche lorsqu’il parle de mon soit-disant amant et j’en oublie tout le reste. Figée, mes larmes me brouillent définitivement la vue, mais je peux voir Erlhing disparaître devant mes yeux. Quelle belle première soirée en tant que couple nouvellement marié! Je ravale un sanglot, essayant de cacher mes larmes en essuyant avec colère mon visage. C’est là que j’aperçois Odette. Je m’élance à sa rencontre et la prends aussitôt dans mes bras, en cachant mon visage dans son cou. Je dois camoufler mes pleurs, mais ce n’est sans doute pas le meilleur moyen. Quelques secondes passent et mes larmes ne coulent plus, je peux donc me recule un peu pour pouvoir poser mon regard dans celui de mon amie. « Oh Odette… C’est fini… Je… » Je réalise alors qu’elle ne sait rien de mon secret, elle non plus. Seule Zeppelin était au courant et je savais qu’elle était à ce bal ce soir. Je devrais la retrouver plus tard. « Je suis une mauvaise personne … J’ai instigué ce mariage avec Erlhing pour camoufler un enfant qui est le fruit d’un Monstre, d’une agression… » Je lâche, me rendant compte que je n’ai pas fait part de ce détail crucial à Erlhing.

Parchemin envoyé Dim 27 Déc - 18:53

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
- The world never stop turning...
..So move along with it -


Une fois la surprise passée, un léger sourire vient orner ses lippes délicatement maquillées. Elle se moque de sa propre bêtise. Perdue qu’elle était à observer les convives présents, elle ne l’a pas même vu approcher. Elle venait de trouver le jumeau de son cavalier, son regard se posant sur sa silhouette dansant avec sa cavalière. Elle n’était pas jalouse, ni contrariée. Son attention toute entière portée sur la personne qui lui enserrait les hanches des mains. Elle peut sentir la chaleur de ses paumes traversé la fine étoffe qui recouvre sa peau d’albâtre, le souffle du sorcier venant se perdre dans le creux de sa gorge, lui coupant le souffle. Sa prise se raffermit sur son verre à moitié plein. Dante et Huxley ne sont pas jumeaux pour rien. Elle devrait le savoir. Mais le comportement d’Huxley tranche singulièrement avec son invitation. Lui qui avait été alors froid, distant, tout en étant le parfait gentleman… La sensation de ses mains sur la chute de ses reins alors qu’il la fait se retourner vers lui n’a rien de distante ou de froide, loin de là. Mais n’était-ce pas pour cela qu’elle avait accepté son invitation ? N’était-ce pas pour cela qu’elle vivait encore chez eux ? Il est facile d’oublier ses blessures en compagnie des frères Umbridge. Elle allait de l’avant. C’était tout ce qui comptait ce soir. Cela, et le jeu auquel semblait vouloir jouer son cavalier. Car il devait bien s’agir d’un jeu non ? Il était rarement aussi aguicheur, si rapidement. N’ayant que rarement joué ce jeu avec elle. Mais elle se prêterait bien à cela, ne serait-ce que pour ce soir. Elle verrait bien où cela la mènerait. Ses paupières se ferment une secondes alors qu’elle sent les lèvres d’Huxley se poser sur sa peau. Joueur, taquin. Bien trop près de sa propre bouche pour que cela ne soit qu’une coïncidence. « Mademoiselle Macpherson, vous m'ouvrez habituellement l'appétit d'un seul regard, mais je dois avouer que ce soir, vous êtes si délectable que vous invitez à la déraison de savourer le dessert bien avant l'entrée ou le plat de résistance. » Elle sourit, fixant ses prunelles dans le regard encore si proche du sorcier, après avoir répondu à son baiser, ses propres lèvre ayant effleuré sa peau. Elle ne fait pas un pas pour s’éloigner. Pourquoi diable le ferait-elle ? Elle n’a jamais été de ces petites choses fragiles qui fuient au moindre mouvement. Elle n’a jamais été ainsi. Elle ne deviendra pas quelqu’un d’autre dès qu’une épreuve croisera sa route.

Elle glisse lentement sa main tenant encore son verre dans l’espace entre le bras d’Huxley et son buste. Ce geste la rapproche encore un peu de son cavalier, alors qu’elle ne fait que poser son verre. Elle ne l’a pas quitté des yeux. Cela est agréable d’être regardée ainsi, d’être touchée. Elle pourrait presque s’y perdre. « Monsieur Umbridge…Vous n’êtes pas trop mal de votre personne non plus. » Réplique-t-elle en un souffle. Avec Dante, elle aurait pu jouer la carte de l’humour. Mais Huxley, elle ne sait pas encore comment l’approcher pour être aussi à l’aise avec lui qu’elle ne l’est avec son frère. Ramenant sa main vers elle, elle la glisse délicatement le long de sa taille avant de l’apposer sur le bras du jeune homme. « Vous me voyez donc navrée de vous demander de savourer le repas comme il se doit. Je ne voudrais pas ôter à nos convives le plaisir de vous voir évoluer sur la piste. » Susurre-t-elle, charmeuse. Dissimulant son trouble derrière une pointe de défi dans le regard.

Parchemin envoyé Dim 27 Déc - 20:15

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Un regard de haut déposé sur Skander Lupin et il fit déjà demi tour. Torturer sa future femme (Valeria) était amusant, mais pas assez. Ce qu'il voulait ce soir c'était sentir la bouche d'Elizabeth sur la sienne et son corps contre le sien alors qu'ils entamaient une énième danse en face de l'assemblée. Au diable les secrets, au diable les apparences et les chimères. Ca, ou bien tuer quelqu'un. Oui, ça c'était bien aussi. Alors que l'orchestre entamait une nouvelle chanson et qu'une nouvelle salve de danseurs du dimanche se mettait en place sur la piste, Erebos fit le tour de la salle, les yeux aux aguets et un verre d'hydromel fraîchement entamé en main. Il comptait bien boire jusque plus soif ce soir - il serait toujours temps d'en assumer les conséquences le lendemain. Ses yeux vifs s'attardèrent sur une demande en mariage apparement ratée entre un Peakes et une Meadowes et il ne put empêcher un rictus de s'échapper de ses lèvres: le pauvre homme. Erebos aurait sûrement tué sa prétendante sur le coup d'une si grande humiliation. Toujours en train de chercher quelqu'un pour rendre sa soirée plus agréable et pour éloigner ses pensées d'Elizabeth; toujours occupée à flirter avec cet inconnu dans sa vision périphérique. Il voyait rouge sang, le sang de cet homme. S'il avait pu le crucifier haut et court au milieu de la salle de bal, le harceler de sortilèges Doloris jusqu'à ce qu'il le supplie de lui accorder merci - il l'aurait fait. Malheureusement, il avait promis à Patrocle de bien se conduire ce jour. Toujours cet honneur et cette fierté familiale, véritable marque de fabrique des Black. En parlant de famille, il était loin de se douter de l'identité véritable de ce fameux inconnu qui lui faisait ressentir tant de haine: sa soeur Artemisia. Tous plus vils les uns que les autres, les rejetons Black.

Il finit par aviser Dante dans un coin de la salle et en y regardant de plus près, il semblait coincé dans une situation dans laquelle il n'avait pas vraiment l'air d'appartenir. Il s'approcha doucement, prenant le temps de boire son hydromel et laissant son esprit vagabonder quelque peu avant de se rendre compte qu'il était en compagne d'Antoinette Dalwish et de Dvalinn. Zeppelin Skeeter venait de partir précipitamment, presque expédiée. Un sourire mauvais sur ses lèvres alors qu'il y avait l'air d'avoir de l'eau dans le gaz entre les deux tourtereaux. Peut-être la jolie rousse resterait-elle au bordel après tout. C'était loin de le déranger, son départ serait probablement mauvais pour les affaires malgré la somme très généreuse qu'il parviendrait probablement à en tirer. Loin de s'imaginer les mots qui venaient de tomber et les apparences qui venaient de se briser, Erebos acheva son verre d'hydromel d'un trait et en prit directement un nouveau. La chaleur de l'alcool dans sa gorge et dans son sang rendaient la soirée un brin moins ennuyeuse. La chaleur suave de l'alcool l'empêchait certainement de faire ce dont il avait vraiment envie. Attrapant un deuxième verre d'hydromel d'une main distraite, il se faufila jusqu'à Dante qui avait l'air bien mal en point au milieu de cette conversation à laquelle il n'appartenait définitivement pas. Sur le temps de son trajet, Antoinette était elle aussi partie en courant. Un silence pesant et gêné lorsqu'Erebos tendit un verre à Dante avec un clin d'oeil en sa direction. Il se tourna ensuite vers Dvalinn qui n'avait toujours rien dit. Il attrapa un nouveau verre et le tendit vers lui, « Vous avez l'air d'en avoir besoin » ces bonnes manières à couper au couteau; ces bonnes manières vénéneuses. Son regard se posa de nouveau sur son ami (Dante) alors qu'il reprenait la conversation comme si de rien n'était « Passes-tu une bonne soirée? »

Spoiler:
 
Parchemin envoyé Lun 28 Déc - 13:47

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 12/05/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1339 hiboux. J’incarne : Hugh Jackman , et l’avatar que je porte a été créé par : wiise . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Artemisia Black, Alienor Rosier, Athelstan Lestrange, Lorelei Zabini Je parle en : #7d748f



Je suis âgé de : 45 ans , et j’ai le sang : pur, mais, pensez-vous réellement que ça ait la moindre espèce d'importance ? Moi, je m'en fiche. Dans la vie je suis : gérant de Cornucopia et créateur d'objets ensorcelé de magie noire J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres, je porte sa marque mais j'y ai été forcé, mes convictions sont bien plus nébuleuses et je ne sais pas quoi penser de tout cela. Côté cœur, : je suis veuf avec...quelques enfants
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Il prit bonne note du fait que sa fille voulait en savoir plus sur sa mère. Irvin avait toujours volontairement laissé Valelia Rookwood dans l'oubli. Il ne l'avait jamais vraiment aimé et elle n'avait été là plus que par formalité qu'autre chose. Irvin savait d'ailleurs que si Kenan n'était pas entré dans sa vie en même temps que Circée, il aurait été contraint par ses parents de trouver une autre femme, histoire d'avoir un héritier masculin. Plus encore après la mort de la crevette. Kenan devenait l'héritier de la branche aînée Rackharrow. Il se maudit intérieurement d'avoir été trop silencieux sur cette épouse et comprenait à présent que Circée en avait souffert. « Je te parlerais de ta mère alors, que tu puisses te créer des souvenirs d'elle. »

Il se voulait gentil avec sa fille mais elle eut une remarque qui le fit éclater de rire. « Ssshhh. Je n’ai plus dix ans, moins fort. » Il reconnaissait bien là la jolie Circée d'avant la purge. « Et si tu m’expliquais un peu pour commencer, ça m’éviterait de te marcher dessus. » Lui expliquer, voilà quelque chose qui s'annonçait compliqué. « Heu oui, alors...en fait tu dois écouter la musique et compter. Ensuite tu déplaces un peu tes pieds comme ça. Et c'est toujours pareil, un, deux, trois, un, deux, trois. En tant que femme, tu as juste à me suivre, je t'emmène te balader dans la salle et toi tu bouges juste tes pieds en rythme....en gros. » Comment être vague et maladroit. Les explications ce n'était vraiment pas la tasse de thé d'Irvin.

Ils étaient en train d'essayer de s'accorder, il essayait de lui montrer et de lui apprendre. Quand ils furent purement et simplement interrompus par Lilith. « Bonsoir. M'en voudrais-tu si je te volais ton père quelques instants, Circée? » Irvin leva la tête, surpris. Pourquoi venir le voir alors qu'elle était en compagnie de son mari ? S'imposant, elle finit par prendre la place de Circée dans les bras d'Irvin. « Je suis désolé ma princesse, ce ne sera pas long. » En même temps sa cavalière ce soir était sa fille et non son amante, elle devra attendre son tour. Mais pour le moment ils commencèrent à danser tous les deux. Irvin la regardait, observait son visage. Elle ne semblait pas aller bien depuis leur dernière rencontre à Sainte Mangouste. « Parles-moi Lilith. » Si elle venait d'elle-même, s'était qu'elle avait quelque chose sur le coeur à lui dire, il était donc curieux et attentif.




Parchemin envoyé Lun 28 Déc - 14:09

avatar
avatar
profil
Je suis : SleepingCookie , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 17/03/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 4198 hiboux. J’incarne : Emma Stone , et l’avatar que je porte a été créé par : vinyles idylles . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : Alienor Rosier, Irvin Rackharrow, Athelstan Lestrange, Lorelei Zabini Je parle en : #66858D



Je suis âgé de : 29 ans , et j’ai le sang : aussi pur qu'il puisse l'être. Nul besoin de dire que cela fait la fierté de ma famille, mais aussi la mienne. Dans la vie je suis : gérante du Cercle de Jeu, en charge des comptes des impôts et je supervise les hommes de main. J’ai juré allégeance : au Seigneur des Ténèbres car même dans sa mort, il reste mon Maître et mon Guide. Je porte fièrement sa marque. Côté cœur, : je suis célibataire
malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 
Je lui parle, je lui sors des mots doux et elle me regarde, elle me sourit, elle semble séduite. Elle me confirme qu'elle est seule, mais se perd constamment dans ses rêves. Comment l'en sortir ? Au bout d'un moment ce petit jeu allait me lasser, je me connaissais. Elle accepta cependant la coupe de champagne et que je reste en sa compagnie. Tout n'était donc pas définitivement perdu. De nombreuses choses se passaient autour de nous et certaines me laissèrent perplexe. Une demande en mariage dans une soirée comme celle-ci ? Décidément les Yaxley avaient le goût du risque. D'autres semblaient se chamailler, des couples se faisaient et se défaisaient. Bien vite je fus lassée de ce que je voyais. Je bus ma coupe de champagne et pris gentiment la main de la demoiselle Dwight. « Miss, venez danser avec moi, vous semblez trop perdue dans vos pensées. C'est jour de fête, il faut s'amuser, profiter. » Je posais ma coupe et entrainais doucement la jeune femme à ma suite. « Après tout, allez savoir quand le ministère organisera une prochaine fête comme celle-ci, avec tout ce qui se passe actuellement dans le monde magique, je pense que nous avons bien le droit de profiter complètement de temps en temps. » Je lui fis un clin d'œil. Je cherchais à l'éloigner des pensées d'Erebos, mais je sentais que s'était perdu d'avance. Elle le cherchait des yeux depuis tout à l'heure. « Venez danser avec moi. » Cette fois-ci ce n'était plus vraiment une invitation, mais je venais de voir mon frère se rapprocher dangereusement de nous et si je ne voulais pas finir pendue au bout d'une corde par ses soins, il valait mieux que je m'éclipse avec sa dulcinée.


Spoiler:
 



Parchemin envoyé Lun 28 Déc - 17:40

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

J'avais choisis de fausser compagnie à Erebos, son comportement m'insupportai toujours au plus haut point et j'avais trouvé de la compagnie au bar dans les coupes de champagne. Je parlais d'ailleurs toute seule, chose qui m'arrivait fréquemment lorsque j'étais en colère ou dépitée. Mais il m'avait suivit buvant de son côté. Il rajouta une couche en précisant que ses catins étaient plus belles que moi. J'en fus blessée, mais je m'en fichais. Elles n'étaient qu'une manière de se vider les couilles pour les hommes alors que je n'avais été touchée que par mon défunt mari et je pratiquais un métier nettement plus prestigieux et intellectuel. Finalement au bout d'un moment il choisit de s'éclipser et d'aller voir ailleurs si l'herbe était plus verte. Cela ne m'importait que peu. De toute manière, je le reverrais bien assez tôt et faire un scandale à une soirée comme celle-ci...certes, j'aurai pu, mais je refusais de me donner en spectacle.


« Vous savez parler et boire seul, ça donne un mauvais genre, même pour les dames. » J'étais surprise. Surprise que l'on m'adresse la parole, mais aussi des propos tenus, même s'ils semblaient sympathique. Je tournais la tête du côté d'où venait la voix et je vis un homme qui devait avoir à peu près mon âge. Beau brun, mais malheureusement, je ne chassais pas les hommes. Ni les femmes. « Oh vous savez, au point où j'en suis, je me moque bien de savoir ce que l'on pense de moi. » Je vidais une flûte supplémentaire demandée par mon compagnon de bar. « En tout cas, vous ne semblez pas particulièrement effrayé par une femme qui parle seule. » Je fis un signe au serveur pour qu'il vienne me ravitailler. Ce qu'il fit me fit éclater de rire. Il me posa la bouteille de champagne, carrément. Je me tournais vers cet homme et lui tendis la main. « Valeria. » Sa tête me disais quelque chose. Il était possible que nous ayons été à Poudlard ensemble, où même à l'ordre, mais j'oubliais les noms tellement facilement.
Parchemin envoyé Lun 28 Déc - 19:57

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Toutes ses pensées tournées vers elle. Son corps frêle, ses grands yeux profonds et la chamade de son coeur sous ses paumes froides. Telle une girouette, aussi bien physique que psychique - le cadet des Black commençait à avoir du mal à cacher son agitation. Tant pis, si qui que ce soit demandait, il blâmerait l'abus d'alcool. Cela n'étonnerait personne tant sa réputation le précédait parfois et il était connu pour avoir une descente des plus honorables. Quand le jeune homme pris la main d'Elizabeth dans la sienne, son palpitant déjà mis à mal rata un battement et sa vision de brouilla brièvement de colère. Il était déjà assez dur qu'elle doive vendre son corps sous ses yeux jours après jours - un problème qu'il devait encore solutionner tant cela devenait invivable - pour qu'elle se fasse également courtiser sur son temps libre.

Le coeur pétri de jalousie, il vida son verre d'une traite et s'en saisit immédiatement d'un autre. Il pouvait à présent ressentir les premiers effets de l'alcool et c'est sûrement ce qui lui donna l'audace - le courage ou la bêtise - de faire ce qu'il désirait depuis le moment de son arrivée: aller lui parler. L'avoir à lui pour l'espace de quelques instants volés, aussi dangereux soient-ils. Il s'adressa distraitement à Dante alors qu'il commençait déjà à s'éloigner. « Tu m'excuseras, il semblerait que j'ai également des problèmes à régler... » Un bref regard sur Dvalinn « Je suppose que nous nous verrons bientôt... » un sourire en coin à cette brève allusion à leurs négociations toujours en cours.

Il traversa la salle d'un pas pressé mais souple tout en se concentrant pour rendre ses traits aussi impassibles qu'à l'ordinaire. Mission réussie. Arrivé à leur hauteur, il s'adresse directement à celle qui faisait battre son coeur de pierre (Elizabeth): « Miss Dwight, il semblerait que les affaires ne dorment jamais... Un gros client vient d'arriver et il souhaiterait vous rencontrer en personne. Ce soir. » sa voix froide qui claque dans l'air pour ne rien laisser paraître mais il adresse un regard insistant à sa belle pour lui faire comprendre tout ce que son coeur crie; qu'il tente de leur faire gagner un peu de temps. Sans trop donner de détails sur la profession d'Elizabeth, ne voulant pas la gêner ou autre dans le cas où le jeune homme n'était pas au courant de ses activités. Prostituée, mais plus pour longtemps - il en faisait la promesse. Il se tourna ensuite vers l'inconnu - qui n'était autre que sa soeur Artemisia et lui assena un regard peut être un peu plus noir qu'il ne l'avait désiré... « Désolé de vous interrompre... Mais il semblerait que vous allez devoir trouver une nouvelle partenaire de danse. Ca tombe bien, cet endroit en déborde... » un coup d'oeil circulaire sur la piste de danse et une manière polie de lui dire d'aller voir ailleurs.

Spoiler:
 
Parchemin envoyé Mar 29 Déc - 8:25

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
+ You start this dance but I'm leading. You act out the abused. Bewildered and confused. Tonight I'm yours but I don't feel it. +

Elle gravitait dans votre petit monde depuis un moment déjà. Femelle déroutante. Cachant ton malaise sous une distance froide, glacée. Tu te sentais surveillé, veillant à marcher sur la pointe des pieds pour qu'elle ne t'entende pas te rendre dans la chambre de ton frère au couché. Retenant tes soupirs de soulagement lorsque tu tombais enfin dans ses bras, étouffant les rires qu'il pouvait te provoquer. Elle était intrus dans votre demeure et tu avais peur qu'elle découvre votre secret, ton secret, ta faiblesse ultime. C'était peut-être même la raison pour laquelle elle s'était rapprochée de Dante à la basse. Suspicieux, reptiles en sursis. Ce soir pourtant tu étais doux, câlin, tactile, reversant. Probablement pour faire rager une certaine sang-pure, mais plus encore pour aller au fond des choses, fouiller dans sa tête pendant son sommeil, s'il le fallait.

Pour l'instant, l'heure était au jeu, au charme. Jouant sans presse tes cartes, rendant la torture lente, cruelle. Tu l'as déjà gagnée, la partie, lorsqu'elle a accepter de t'accompagner au bal, ce n'est qu'une question de parade et de temps désormais. Peut-être n'auras-tu même pas à te glisser dans son lit, votre lit de la chambre d'invitée, pour qu'elle s'ouvre à toi, béante, ne laissant plus aucuns secrets derrière elle. S'avançant vers toi, posant son verre au travers de l’embrasure de ton bras et resserrant l'espace entre vous. Ton regard plongé dans celui de la veuve noire. « Monsieur Umbridge…Vous n’êtes pas trop mal de votre personne non plus. » Doux sourire en coin en réponse à son compliment, regard plus profond encore dans le sien. Tu as la maîtrise de cet art, d'oublier tout le monde autour quand tu fixes quelqu'un et de lui faire sentir, que tout est flou autour, qu'il n'y a que vous, qu'elle est seule au monde, qu'elle est perdue, qu'elle est foutue, que personne ne l'entendra crier, ne viendra l'aider. Ramenant sa main, puis la posant sur ton bras.  « Vous me voyez donc navrée de vous demander de savourer le repas comme il se doit. Je ne voudrais pas ôter à nos convives le plaisir de vous voir évoluer sur la piste. » Soufflait-elle avec cet air de défi. Tu n'étais pas mauvais danseur, amant de proximité, même si ton regard de démon ne restait pas toujours sur ta partenaire. Tu portais ton verre d'hydromel à tes lèvres, l'avalant d'une traite, le déposant sur la table derrière, près du sien.

« Nous devrions nous y mettre alors, je suis impatient de me mettre à table. » Clin d'oeil, sous-entendu à peine caché. Tu n'attendais pas vraiment son avis pour l'entraîner à ta suite sur la piste de danse, effacer toute proximité entre vos corps pour l'entraîner dans la danse. Ton regard coulant pourtant derrière elle,  croisant le regard de Dante à qui tu adressait un clin d'oeil, puis de Circée à qui tu dessinais un large sourire pour détruire le sien..
Parchemin envoyé Mar 29 Déc - 10:04

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 
Bal de Noël

 
feat Everyone

 
Je voulais me rendre au bal de Noël. Chaque année, ma famille s'y était fermement opposée, arguant les risques que j'encourais si je me faisais attraper et démasquer. Même si je possédais le don de métamorphomage et que je pouvais désormais rester un petit quart d'heure sous l'apparence choisie, il me fallait tout de même après cela, me reposer. Il était donc inenvisageable pour moi de me servir de cela. Le polynectar servait qu'aux missions les plus périlleuses, donc je ne pouvais pas m'en servir à des fins personnelles. Mais j'étais une jeune fille pleine de ressources, aussi, durant trois longues années de recherches, à lire des milliers de livres de formules, j'avais plus ou moins réussi à créer un sort de métamorphose partiel. Je ne pouvais modifier que certaines parties, et il était d'une durée de quatre heures. Après quoi, il fallait le renouveler, mais cela demandait beaucoup de puissance magique. Mais pour moi, quatre c'était déjà un énorme cadeau.

J'avais donc exposé mon idée à ma famille, cette dernière était réticente. Je m'étais alors dit qu'avec ou sans leur consentement, j'irais quand même. Seulement, ils acceptèrent à la condition que l'un d'eux m'y accompagne afin de me protéger, disaient-ils. J'acceptais plus ou moins. Il fut convenu que j'irais avec mon frère aîné, le plus protecteur et le plus fort en défense. Le jour J était enfin arrivé. Je me revêtis d'une longue robe rouge, avec un trou de chaque côté de mes côtes. Mes longs cheveux blonds furent bouclés. Une fois prête, je lançai mon sort. Je changeais ainsi la longueur et la couleur de mes cheveux. Du blond platine, ils passèrent à une teinte brune, de mi-longs, ils passèrent à longs. Pour les yeux, je les changèrent en un vert émeraude. Mon teint de peau si pâle fut légèrement hâlé et les vilaines cicatrices que j'avais eues pendant certains de mes combats et de mes missions furent effacées.

J'étais méconnaissable. Et ma famille n'en revint pas non plus. Mon frère fut légèrement changé lui aussi. Après quoi, nous transplanâmes vers le lieu du bal. La sécurité était renforcée, nous ne pouvions rien tentés. Mais pour une fois, je souhaitais simplement m'amuser. Nous nous faufilâmes jusqu'à l'entrée. Un sorcier à l'air pas commode, nous demanda nos noms. "Leah Mallarsh et mon frère, Démetrius Mallarsh". Fis-je avec un sourire, tandis qu'il nous laissaient entrer. Visiblement, nous n'étions pas en avance, à en croire le bordel qui y régnait. Je haussais les épaules face à la mine désaprobatrice de mon frère et avec un magnifique sourire, je lui dis: "M'accorderez-vous cette danse ?" Ce dernier arque un sourcil, mais me prend délicatement par la main et m'entraîne sur la piste de danse. Il connaît certaines manières de noble, comme nous tous d'ailleurs. Mais avec ce nouveau physique, il ressemble plus à un aristocrate. Pourvu que personne ne vienne nous importuner songeais-je, tandis que je m'abandonnais dans les bras de mon frère bien-aimé.

 
 
made by guerlain for bazzart
Parchemin envoyé Jeu 31 Déc - 3:45

avatar
avatar
profil
Je suis : Dezaia , et je suis arrivé(e) en Angleterre le : 18/07/2015 , et depuis ce jour, j’ai envoyé : 1312 hiboux. J’incarne : Sarah -badass- Gadon , et l’avatar que je porte a été créé par : © dezaia (avatar) EXCEPTION (signa) Tumblr (gifs) . Je possède plusieurs comptes, dont les suivants : D.M. - P.L - L.G. - Z.S. - I.E. Je parle en : #996666



Je suis âgé de : vingt-neuf ans, approchant doucement de la trentaine, cela lui fait peur de vieillir. (20.01.62) , et j’ai le sang : mêlé, honnêtement je ne pense pas que cela fasse une quelconque différence, je sais très bien me servir de ma baguette ! Dans la vie je suis : J'ai choisi d'élever mes enfants avant de reprendre une activité. Mère au foyer, je ne cache en rien mes compétences en médicomagie et en psychomagie pour les mettre au service de l'Ordre du Phénix dont je suis une membre active. J’ai juré allégeance : à l'Ordre, et je me battrais pour celui-ci jusqu'à la mort. Mes idées ont fait de moi un fugitif et je ne regrette rien. Côté cœur, : Jeune mariée et éperdument éprise de son mari, je me suis unie à Skander Lupin, l'homme de ma vie après mes trois fils, le 8 juin 1991 lors d'une petite cérémonie en Cornouailles. Champ Libre :
Il le sait, il le sent. Il murmure à mi-voix, juste pour elle, mais aussi pour lui, « Je n’irais nulle part. » Et toi non plus, où que tu ailles, je te trouverais, je te protégerais, je n'échouerais plus, plus jamais. Je te le promets. Il se sentait obligé de le lui rappeler, cette promesse...

« Jamais sans toi. » Répond-elle. Non, elle n’irait jamais nulle part sans lui, plus jamais sans lui. Alors, elle délaisse son front pour un baiser léger sur ses lèvres, chaste, pieux, mais bien plus vrai, les émotions à vif et les sentiments à nu. Elle ne voudrait jamais le perdre. (skandette)

malle

Dossiers du ministère
‹ Relations du personnage:
‹ Inventaire:
raise your wand
 

Odette sirotait tranquillement cette coupe de champagne, bien qu'elle sentait les regards d'autres personnes sur elle. Des anciens collègues, des anciens médecins qui l'avaient eu comme patiente, des amis de Poudlard, des gens qui étaient en tout cas venus à son enterrement. Cet enterrement qu'elle n'avait pas vu, mais elle aurait aimé être une petite souris pour voir qui y pleurait et qui venait simplement pour la brioche... Mais dans le fond, elle n'aurait certainement pas aimé voir son nom sur une pierre tombale, non pas du tout. Alors qu'elle finit sa coupe en la posant sur une table, elle voit Erlhing qui s'évapore dans la foule et Asphodel qui semble ne plus tenir en place, qui éclatent en sanglot dans le coin reculé qu'ils avaient choisi. Odette arque un sourcil... Qu'est-ce qui s'est passé ? La blonde n'a pas le temps de faire deux pas pour rejoindre Madame Peakes que la Française la rejoint en quelques enjambées. Le regard triste et une expression grave. Mais c'est tout naturellement qu'Odette prête son épaule pour qu'elle y pleure. Sans gêne, Odette n'a pas besoin qu'elle se gêne avec elle. Elle st là et c'est tout. Maternelle, elle passe une main dans le dos de la blonde et la fictionne jusqu'à ce qu'elle cesse petit à petit de pleurer. Lui avouant enfin : « Oh Odette… C’est fini… Je… » Odette sent son coeur louper un battement. Comment ça finit ? Avec Erlhing, mais rien n'était commencer encore. « Asphodel il ne faut pas... » La Moody n'eut pas le temps de finir sa phrase que la diplomate ajoutât tout aussi vite. « Je suis une mauvaise personne… J’ai instigué ce mariage avec Erlhing pour camoufler un enfant qui est le fruit d’un Monstre, d’une agression… » Odette la prend par les épaules en la regardant dans les yeux. Un enfant, une agression. Comment devait-elle le prendre ? Comme la trahison envers son ami et maître peintre, ou bien comme le pire des actes face à une nouvelle amie ? Elle ne sait pas trop, pourtant, elle passe une main sur la tête d'Asphodel pour la rassurer en ajoutant : « Tu es enceinte ? Depuis combien de temps ? Tu ne veux pas revenir en arrière ? Apshodel... » Elle soupire. « Je sais que je ne suis pas la meilleure pour te conseiller sur ce point-là, on fait tous des erreurs, mais, si c'est une agression... Un viol. » dit-elle plus bas. « Tu n'es pas forcé vouloir garder un bébé, même si' l est de toi aussi, tu n'as pas à faire ça tu sais. » Mais elle la prit par les épaules en l'emmenant à une table loin de tout en la posant sur une chaise. « Qu'as tu dis exactement à Erlhing et que t'as t'il dit ? » Elle eut une petite moue, Odette avait de la peine à imaginer ce que pensait Erlhing alors que quelques mois plutôt il lui proposait de reconnaître les deux bébés qu'elle avait portés en échange de son mariage avec la Française. Mais elle avait choisi de la soutenir elle, cette fois.



God, forgive me if I have sinned
but all these actions, I did for them.
They are my family, my heart and my blood



Parchemin envoyé Jeu 31 Déc - 19:39

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 

merry christmas
let's dance

We are surrounded by all of these lights and people who talk too much. ✻✻✻ « Non. » Quelle humiliation. Il le sait, il aurait dû s’y attendre. Alastriona n’est rien d’autre qu’un chat sauvage, et ce n’est pas quelqu’un comme Yaxley qui parviendra à la domestiquer. Pourtant, il était persuadé qu’elle dirait oui. Parce qu’il la pensait conciliante et bonne, malgré la froideur dans ses regards. Malgré le tranchant dans sa voix. Il s’était manifestement trompé, et pas qu’un peu. Ses joues s’empourprent de malaise. Il se relève, le cœur battant à cent à l’heure et fait semblant de ne pas voir tous ces gens qui ont assisté à la scène et qui réagissent tous de manière différente et assez cocasse. Il entend quelques ricanements à droite et à gauche. Des chuchotements indiscrets et des mines tantôt désolées tantôt hilares le dévisagent. Quel pitoyable spectacle doit-il donner pour la populace. Si Solveig avait été là, Ephraïm est certain qu’elle aurait eu honte de lui. Mais Solveig n’est pas là, elle ne le sera jamais plus. Et elle n’est pas la seule d’ailleurs. Allez savoir si c’est cette gigantesque gifle dont il a été la victime, le fait qu’il soit devenu le personnage principal d’un bon nombre de discussions en moins de deux secondes ou bien l’accumulation de tous ces malheurs dans sa vie récemment, toujours est-il que Yaxley réagit comme il n’a pas l’habitude de réagir. Pas de regard de chien battu, pas d’excuses bafouillées pour se faire pardonner d’avoir pris sa fiancée au dépourvu. Rien de tout cela. Seulement de la colère. D’avoir été ridiculisé par une gamine qui ne pense qu’à elle et qui préfère nourrir l’un de ses caprices plutôt que de sauver son image – leur image. De s’être encore une fois senti contraint d’obéir à son père et d’avoir échoué lamentablement dans sa mission. De s’être fait remarquer par son beau-frère (Desmond) et recaler par sa tante (Lilith) de la sorte, et en public. Et de tant d’autres choses plus énervantes les unes que les autres qui sont répertoriées dans une liste beaucoup trop longue pour qu’il puisse tout citer. Mais toujours est-il que ne jamais se fâcher n’a pas que du bon : quand tout sort d’un coup, ça fait des étincelles. Il jette un regard sombre à Alastriona comme jamais il ne s’était permis de lui en lancer, passant devant elle d’un pas furieux non sans la bousculer violemment au passage, oubliant alors toutes les règles de société apprises durant son enfance. « Je vous serai gré d’apprendre à votre sœur ce qu’elle a ou pas le droit de faire en public, Desmond. » chuchote-t-il à son beau-frère avec un regard furibond en arrière. Qu’elle sache qui est le sexe fort, qui est le plus âgé, qui porte le nom ayant le plus d’impact dans le monde magique. Qui tolère qui et qui pourrait perdre le plus si Abbadon venait à décréter que les Meadowes ne sont pas une famille si digne que cela pour son héritier. Il se fiche bien de savoir ce qui pourrait arriver à la jeune fille à cause de ses actes précipités, Ephraïm. Au contraire, ça lui ferait énormément plaisir que le si effrayant Desmond recale sa tendre petite-sœur. C’est étrange de s’entendre penser de la sorte, quand on est un pacifiste – plus ou moins – aguerri. Mais au fond, ce môme reste un sang-pur, un enfant pourri gâté, l’héritier d’une grande famille. Il a eu beau faire de lourdes erreurs, il a eu beau ressentir des choses qui n’avaient pas lieu d’être dans son cœur, ce n’est pas pour autant qu’il a oublié qui il était. Il connait la valeur qu’il a, il sait qu’il est précieux et qu’on peut difficilement lui refuser quelque chose. S’il est souvent adorable et qu’il prend plaisir à voir les gens sourire, il n’en reste pas moins pourri jusqu’à la moelle, prétentieux et arrogant. Et le fait qu’on l’humilie ouvertement comme l’a fait Alastriona a réveillé en lui son côté mauvais, son côté Yaxley. Il salue tout de même respectueusement la belle compagne de son beau-frère (Laurlynn) d’un poli « Madame. » et tourne les talons, plantant là la Meadowes et tous les autres, la tête levée comme un prince.

Il desserre légèrement son nœud de cravate pour ne plus avoir l’impression d’étouffer et traverse la piste de danse sans aucune gêne, bousculant des couples de danseurs pris d’une fièvre ridicule étant donné que bon nombre d’entre eux ne savent pas danser et ignorant les regards outrés que l’on braque sur lui. Pourtant, quand ses pupilles boisées accrochent un duo de jolies sorcières (Honoré et Shae), il lui est difficile de passer outre la fureur dans les yeux noisette de la première (Honoré). Dommage pour elle mais qu’on le regarde de travers ce soir-là – et qu’il le remarque – a manifestement le don de le mettre encore plus en rogne. « Un problème ? » crache-t-il en passant près des deux brunes. Et quand son regard dévie vers la seconde (Shae), il est pris d’un léger trouble. Ces traits si doux, il les a déjà vus et pourtant, il est sûr de ne pas les connaître. Il déglutit péniblement, pris de nouveau de malaise, et s’éloigne des deux demoiselles sans plus de cérémonie, venant s’installer à la table de Freyja Malfoy presque avec naturel. « Ton cavalier t’a laissée en plan pour aller danser avec une plus blonde que toi ? » Pas d’humeur à dire bonsoir, à faire des manières ou même à la vouvoyer, Yaxley. Mais c’est presque si la colère le rend drôle.


© little wolf
Parchemin envoyé Dim 3 Jan - 23:59

avatar
avatar
profil
malle
raise your wand
Invité
 


« Je... J'ai.. J'ai besoin de prendre l'air. Excusez-moi. » « Idunn... » Durant un court instant, Dvalinn fut persuadé qu'à ces mots la jeune femme fermait le dernier chapitre de leur relation. Enfin, s'ils pouvaient appeler cela une relation... À cette constatation, l'islandais ravala le grognement qui venait de surgir de sa gorge alors qu'il avait tenté de la retenir. Il avait visiblement été trop stupide de croire qu'il pouvait être un rien important aux yeux d'une jeune femme dont le métier consistait à s'allonger pour les désirs de tout homme franchissant la porte de sa chambre. Oui, dans le brouillard de la colère et de l'alcool qui régnait désormais dans tout son être, Dvalinn regretta amèrement en voyant Idunn partir en courant, le plantant là en compagnie de son cavalier d'un soir. Il regrettait d'avoir voulu être bon, à sa manière. D'avoir dépassé ses propres limites établies un jour où il se lança pour défi de faire sortir cette sorcière de cet établissement, juste pour ennuyer les Black, pour rendre honneur au Hávamál, pour être l'espace d'un instant la bouée de sauvetage d'une âme perdue. Il y avait longtemps que cette limite dénuée d'émotion s'était éteinte, et désormais, alors qu'un silence gênant s'installa entre les deux hommes, il regrettait de s'être fait prendre à son propre jeu. Ça mériterait au moins quelques meurtres avant le Nouvel An pour se calmer. « Vous avez l'air d'en avoir besoin » L'islandais releva un sourcil, étonné en reconnaissant cette voix avant qu'un verre n’apparaisse devant lui, tendu. Décidément, tout le monde s'était donné le mot pour le saouler ce soir. Le croyaient-ils incapable de descendre des verres d'hydromel à toute vitesse sans leur aide ? Pourtant, Dvalinn accepta le breuvage sans dire un mot, fixant Erebos Black avec précaution. Si le sorcier y avait mis du poison, il n'en serait même pas furieux, ça lui était bien égal en cet instant. À peine eut-il le temps d'avaler d'une traite l'alcool que le gérant de la Maison Close prit déjà congé, non sans avoir soufflé à Dvalinn la promesse d'une suite à leurs négociations auxquelles l'islandais peinait à croire encore à cet instant. Lui qui avait justement envoyé un hibou à Erebos quelques minutes avant de se rendre à ce bal, lui indiquant une nouvelle somme bien plus alléchante que la précédente et qui devrait lui permettre d'enfin mettre un terme à cette insupportable attente... Ne désirant pas y songer davantage, pas ce soir où la colère grondant dans son corps réclamait à être calmée en retrouvant sa paisible chaumière, Dvalinn prit congé envers Dante — voilà ! c'était ça, Dante, il s'en souvenait à présent — et sans le moindre signe d'excuses. Pourquoi l'aurait-il fait après tout ? D'un pas rapide il attrapa une nouvelle coupe d'hydromel et la vida d'une traite en quelques enjambées alors qu'il rejoignait les sorties du stade, bien décidé à rentrer chez lui non sans avoir jeté quelques coups d’œil autour de lui dans l'espoir de distinguer une Idunn qui accepterait encore de l'entendre lui et son offre, lui et son seul désir qui effacerait la catastrophe de cette soirée de Noël — il détestait définitivement cette fête chrétienne — : qu'elle accepte la liberté. Mais il ne vit rien, juste quelques couples de sorciers qui se baladaient dans l'air frais et calme de l'extérieur, une mélodie mièvre et faite de violon en fond sonore. Dvalinn transplana alors aussitôt, son neuvième verre d'hydromel en main qu'il avait bien l'intention de décuver en fixant dans son salon ce cadeau au papier rouge et or brillant qui portait en lettre finement exécutées, le nom de sa douce Idunn.
 

LE BAL DE NOËL [Topic commun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» TOPIC COMMUN - Un escalier bien capricieux
» [TOPIC COMMUN] Dans le bus
» Evénement #3 : Halloween 2013 [Topic Commun]
» [Topic commun Poufsouffle] Chocolat, soleil et mini-jeux
» [Topic Commun] Dans l'avion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WDWF - So we can learn to pick ourselves up. ::  :: Londres Sorciers :: Stade Caerphilly-